John Locke (1632-1704)

L'on peut considérer John Locke comme étant le père du libéralisme politique. Observateur de la politique et théoricien au service de Guillaume d'Orange, co-roi d'Angleterre en 1689 (La vie et l'oeuvre § 1), John Locke construit une philosophie juridique qui est celle du libéralisme politique (§ 2).

§ 1 - La vie et l'oeuvre

John Locke est né en 1632 à Wrington, près de Bristol, dans le Somersetshire. Son père est un juriste puritain qui collecte les taxes dans les ports maritimes.
Il fait ses études à Oxford où il s'intéresse à la théologie, à la physique, à la chimie, à la médecine et au droit. Il est influencé par les idées du théologien protestant John Owen (1616-1683), le doyen du Christ Church College.
Il est le secrétaire de Lord Ashley, qui deviendra Comte de Shaftesbury, qui est hostile à l'absolutisme monarchique des rois "catholiques" Charles II (1660-1685) et Jacques II (1685-1688), et qui est favorable au protestant Guillaume d'Orange (1650-1702) qui devient roi d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande, en 1689.
Locke s'exile en Hollande en 1683 et y rédige son ouvrage fondamental pour la philosophie du droit :
- Second Treatise of civil Government (1690 (Essai sur le pouvoir civil, PUF, Paris, 1953).

En 1689, après la guerre civile britannique qui oppose les "catholiques" et les protestants anglicans et qui voit la victoire des protestants anglicans, Locke revient en Angleterre avec Marie, épouse de Guillaume d'Orange et co-reine d'Angleterre. En votant le Bill of Rights en 1689, les Anglais viennent d'instaurer un gouvernement avec une monarchie qualifiée de limitée, qui impose notamment que la succession au trône soit réglée par décision du Parlement et non plus par droit héréditaire.

§ 2 - La philosophie juridique de Locke : la naissance du libéralisme politique

Contrairement à Thomas Hobbes, le réaliste, John Locke a une vision de l'être humain parfaitement utopique, une vision idéaliste de l'état de nature qui lui permet de construire un système reposant sur le mythe du "contrat social" (A/), un système légitimant pour la bourgeoisie protestante anglaise qui souhaite jouir d'un maximum de libertés pour vaquer à ses affaires et qui donc est pour une monarchie limitée et des droits individuels (B/).

A - L'état de nature et le contrat social

L'état de nature, selon Locke, est un état paradisiaque (le paradis de la Bible avant le péché originel ? ) dans lequel les hommes sont libres et égaux et portent en eux la lumière de la raison qui leur permet de connaïtre le droit naturel et de s'y conformer.

Chaque individu entendant assurer sa sauvegarde et tous celle du genre humain l' état de nature selon Locke est un : "état de paix, de bonne volonté, d'assistance et de con- servation mutuelles".

La famille existe avec le pouvoir paternel et la propriété privée avec le droit de propriété.

Cet état de nature serait satisfaisant si la sanction de la violation du droit naturel ne relevait pas de la justice privée, c'est-à-dire de la famille ou des amis.
Par ailleurs, la création de la monnaie a eu pour conséquence de permettre l'épargne et la thésaurisation et, à cause de ce fait, l'homme tend à s'approprier des biens au-dessus de ses besoins et l'égalité de tous est menacée ainsi que la liberté.

Pour ces raisons une organisation politique est nécessaire. C'est donc pour préserver leur liberté, l'égalité et leur propriété privée que les hommes fondent la société civile, l'Etat.
L'Etat naît de la renonciation d'un certain nombre d' hommes à leur pouvoir de sanctionner 1a violation du droit naturel.
L'Etat naît de l'abandon de la justice privée pour une justice socialement organisée.

Le passage de l'état de nature à l'Etat se fait par le contrat social.
L'accord d'une majorité suffit selon Locke car un accord de la majorité équivaut à un acte de la société toute entière.
Chaque personne qui consent à se joindre au corps social reconnaît cette loi de la majorité et s' y soumet.

B - Monarchie limitée et droits individuels

Si par le contrat social les hommes ont créé la société civile et donc le pouvoir politique ce pouvoir ne saurait être absolu.
Locke pense en effet que si les hommes ont quitté l'état de nature ce n'est pas pour se soumettre à un despote mais pour préserver leur liberté, l'égalité et, évidemment, leur propriété privée.

En conséquence le pouvoir politique sera limité, la monarchie ne peut être absolue selon la théorie catholique du droit divin, un pouvoir limité de par la division de son exercice en trois activités qui assurent la législation, l'exécution et la fédération.

Le pouvoir législatif a pour but de fixer les droits de chacun en fonction des droits naturels.
Le pouvoir exécutif est chargé de l'application de la loi par l'administration et la justice.
Le pouvoir fédératif c'est le pouvoir de traiter avec les Etats étrangers car il n'existe pas de contrat social entre les Etats qui sont encore dans l'état de nature et se font justice à eux-mêmes.

Le pouvoir législatif sera exercé par une assemblée, c'est un pouvoir discontinu.
Le pouvoir exécutif et le pouvoir fédératif seront exercés par un petit nombre d'hommes, c'est un pouvoir continu.

Le but du pouvoir limité sera de garantir et de protéger la liberté et la propriété privée de chacun, ainsi que l'égalité de tous, qui sont des droits "inaliénables" car des droits naturels.

Si le pouvoir limité, institué pour garantir et protéger les droits naturels, venait à violer ceux-ci il y aurait rupture du contrat socia1 et les gouvernés auraient alors le droit légitime de se soulever.

Retour Première Page

Haydn Emperor Variations