Septembre 2008 : Agressé par l'extrême droite israélienne

Zeev Sternhell

Leon Blum Professor of Political Science at the Hebrew University in Jerusalem.
Author, among works in several languages, of Neither Right nor Left : Fascist Ideology in France, Princeton University Press 1996, Ni droite ni gauche : L'idéologie fasciste en France, Le Seuil, Paris 1983 ; The Birth of Fascist Ideology, PUP 1994, Naissance de l'idéologie fasciste, Fayard, Paris 1989 ; The Founding Myths of Israel, Nationalism, Socialism, and the Making of the Jewish State, PUP 1998, Aux origines d'Israël : entre nationalisme et socialisme, Fayard, Paris 1996.
His books are now available in French, Spanish, Italian, Portuguese, and Hebrew.

1
Those who wish Israel to be a truly liberal state or Israeli society to be open must recognize the fact that liberalism derives from the initial attempt, in the seventeenth century, to separate religion from politics. A liberal state can be only a secular state, a state in which the concept of citizenship lies at the center of collective existence. Kant and the "philosophes" of the French Enlightenment have taught us that the only free and open society is one that recognizes the independence of reason and the autonomy of the individual.... Thus, a state cannot be liberal as long as religion plays a major role in governing society and politics, or as a living organism, a unique creation, one of a kind.
Zeev Sternhell, The Founding Myths of Israel, Preface xiii.

2
Nationalist socialism, properly understood, appeared in Europe in the last years of the nineteenth century and the beginning of the twentieth as an alternative to both Marxism and liberalism. In contrast with social democracy, this ideology of national unity par excellence was the product of an encounter between anti-Marxist and antireformist tendencies in socialism on one hand and ethnic, cultural, and religious nationalism on the other.
Ibidem, Introduction, Nationalism, Socialism, and Nationalist Socialism, p.7

3
Straightforwardly and without inhibitions, constructive socialism was a socialism of conquest of the land and building the Jewish economy. The primary aim was to create a strong economic infrastructure ; social justice was never anything other than a byproduct. ... The reason for this was very simple : the labor movement believed that implementing Zionism depended not on social justice but on a concentration of political and economic power. Consequently, socialism was understood in terms of production and building.
This was the pride of the founders. Thus, socialism was always depicted as a revolution. All moral considerations and universal values were subordinated to the great aim of building the nation. Socialism was never an aim in itself but a tool for the advancement of national objectives, an incomparably effective mobilizing force. Thus, the socialism of the Eretz Israeli labor movement lacked the universal moral characteristics that might have enabled it to bear fruit even after the end of the process of founding the Jewish state.
Ibidem, chapitre 3, Socialism in the service of the nation, p. 177.

-------

Israël: l'historien Zeev Sternhell blessé dans un attentat chez lui à Jérusalem 25 sept. 2008 AFP

JERUSALEM (AFP) — L'historien israélien Zeev Sternhell, connu pour ses positions contre la colonisation des territoires palestiniens, a été blessé dans la nuit de mercredi à jeudi dans un attentat à la bombe contre son domicile à Jérusalem, condamné par plusieurs hauts dirigeants israéliens.

Né en Pologne et rescapé de la Shoah, Zeev Sternhell, 73 ans, a été légèrement atteint à la jambe droite par des éclats lorsque l'engin piégé a explosé alors qu'il fermait la clôture de sa maison, a-t-on indiqué de sources policières. Il a été hospitalisé à Jérusalem.

"Nous avons retrouvé dans les rues voisines des tracts promettant une récompense de 1,1 million de shekels (320.000 dollars) aux auteurs d'attaques ou meurtres contre des membres de La Paix Maintenant", le mouvement israélien anti-colonisation auquel adhère l'historien, a déclaré le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

Selon la radio militaire, Zeev Sternhell, prix d'Israël 2008, la récompense civile la plus prestigieuse du pays, a déclaré jeudi soir: si l'attentat est le fait d'un certain courant politique il faut se mobiliser pour éviter que ne soient ébranlés les fondements de notre démocratie".

Le président Shimon Peres a appelé "l'ensemble des citoyens de droite et de gauche à faire front comme un seul homme pour dénoncer cet acte criminel", selon un communiqué de la Présidence.

Le Premier ministre du gouvernement de transition Ehud Olmert a vivement condamné cet acte grave et demandé d'accélérer l'enquête afin que les responsables soient jugés rapidement, selon la radio militaire.

Dans un communiqué, la Paix Maintenant a condamné "une tentative d'attaque meurtrière" contre l'un de ses membres et dénoncé le laxisme des autorités envers les colons juifs extrémistes.

"Ceux qui n'apppliquent pas la loi aux colons extrémistes dans les territoires (occupés) seront en fin de compte confrontés à une organisation terroriste juive au coeur d'Israël", selon le groupe. "Ce sont les mêmes colons qui, hier, attaquaient les Palestiniens et les soldats israéliens servant en Cisjordanie, et qui, aujourd'hui, attaquent des citoyens israéliens en Israël".

Professeur de sciences politiques à l'Université hébraïque de Jérusalem et spécialiste du fascisme, M. Sternhell publie régulièrement des tribunes dans le journal israélien Haaretz.

Il a pris des positions contre le camp ultra-nationaliste et la colonisation et prône un compromis avec les Palestiniens. Récemment, il s'est prononcé contre le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza, jugeant cette mesure "immorale et inefficace".

Dans un article qui avait provoqué une vive polémique, il avait affirmé: "si les Palestiniens faisaient preuve de plus de clairvoyance, ils concentreraient leurs actions contre les colonies au lieu de s'en prendre à des femmes et des enfants" en territoire israélien.

Dans un communiqué, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, chargée de former le prochain gouvernement, a déclaré à la famille du professeur Sternhell: "Ce qui s'est passé aujourd'hui est inadmissible (...) Israël est un Etat régi par le Droit et des valeurs: le gouvernement doit condamner de tels faits et agir pour empêcher qu'ils ne se reproduisent".

Le chef de l'opposition de droite, Benjamin Netanyahu a lui aussi condamné jeudi cet acte commis, selon lui, par des "gens odieux qu'il faudrait mettre sous les verrous et au ban de la société", selon la radio publique.

Par ailleurs, une manifestation s'est tenue jeudi soir à Jérusalem pour dénoncer cet attentat, a rapporté la télévision israélienne.

-------

Vers Première Page