Histoire de la gauche caviar, Laurent Joffrin, Robert Laffont, Paris, 2006
Dominique Strauss-Kahn

19 juillet 2015 : Versus dure Mère Kel
27 juin 2015 : Au secours de la Grèce versus Lagarde
12 juin 2015 : RELAXE, sauf pour le "mouchard"
Février 2015 : Un procès inutile ou bien pas ? DSK Président (?) : le superbaiseur est innocent

Mai 2014 : Depardieu et "Welcome to New-York" à Cannes malgré tout, un film antisémite et à vomir dit une Anne Sinclair dégoutée

26 mai 2013 : Festival de Kahn, victoire du sexe d'Adèle
26 février 2013 : Une bizz-affaire juteuse ? Protestation de la gauche caviar libérée
25 février 2013 : Attaque en Justice contre son ancienne maîtresse libérée
21 février 2013 : DSK dégouté par le Nouvel Obs, et Marcela Iacub ... qui se paye Anne Sinclair
Janvier 2013 : Seulement 1,5 million pour la femme de chambre, et les avocats ...

30 novembre 2012 : L'ancien socialiste-caviar, Président de la République Française potentiel, verserait, selon "Le Monde", malgré son innocence, 6 millions de dollars à sa "prétendue" victime (décision de justice du 10 décembre)
30 octobre 2012 : 38 000 euros de dommages et intérêts
11 octobre 2012 : Présidence de la R.F. ? DSK ne comprend pas oû était réellement le pb.
03 octobre 2012 : Non-lieu
21 septembre 2012 : DSK veut donner des conseils au monde entier
10 septembre 2012 : Dominique attaque les medias qui ont publié la photo de sa nouvelle compagne
30 juin 2012 : Les strauss-kahn attaquent Closer, qui annonce leur séparation
22 mai 2012 : Affaire du Carlton, acharnement ?
09 avril 2012 : Anne Sinclair se refait sur BFM avec Ruth et Olivier notamment
20 janvier 2012 : Anne Sinclair se libère totalement
19 janvier 2012 : L'accusation déniée du "roi" des forains

19 décembre 2011 : DSK, en Chine, critique Sarkozy et Merkel, et joue contre l'Euro (?), comme Jacques Attali (?)
01 décembre 2011 : DSK le dit : "J'ai été piégé au Sofitel" ; "Je n'aime pas les prostituées"
26 novembre 2011 : Copé dénie le complot de l'UMP
13 octobre 2011 : Affaire Banon classée par prescription de l'agression sexuelle. Pierre Moscovici, le lieutenant de François Hollande maintient que DSK n'est pas violent
29 septembre 2011 : Pas d'excuses pour celle qui a refusé d'être "honorée" ...
27 septembre 2011 : Immunité judiciaire pour "sauter une bonne black" ???
18 septembre 2011 : Martine Aubry est mon amie ... "J'ai du respect pour les femmes"
05 septembre 2011 : "Le sauteur de bonne black" est de retour triomphal, avec sa peugeot présidentielle, dans son palais parisien ; Jack Lang, idem palais des Vosges, l'adule ferme
31 août 2011 : À Sarcelles, le père de l'ex-maîtresse de DSK parle
24 août 2011 : Un petit resto (mais avec une très bonne cave) italien pour faire cosmo classe moyenne ?, et pas de resto français à New York ?
23 août 2011 : C'est fait ; DSK "c'est ESKI" ? Soulagement général des socialistes et des amis Copé, Longuet ... (il n'a fait que sauter la bonne). Mais Buffet se rebiffe, avec d'autres.
21 août 2011 : DSK innocent ? Le procureur souhaitant être réélu devrait classer l'affaire
1er août 2011 : Une ancienne maîtresse pas claire, Marie-Victorine M
10 juillet 2011 : Mobilisation des blacks, et musulmans et alliés, de N.Y.
02 juillet 2011 : Le dîner italien à 600 dollars de la libération
30 juin 2011 : Un piège de la belle musulmane africaine au riche obsédé du sexe ?
06 juin 2011 : Not guilty
26 mai 2011 : Une belle résidence à 50 000 $ mensuels
21 mai 2011 : Prières à la Mosquée pour la victime
19 mai 2011 : Je suis innocent et je démissionne ; avec un golden parachute et une "bonne" retraite ...
16 mai 2011 : Justice démocratique américaine. Le présumé innocent est livré en pâture médiatique au Monde Entier
15 mai 2011 : Piégé au Sofitel de New-York ?
Comme Antoine Pinay pour la présidentielle de 1965 ?

Un portrait de Michèle Cotta (Politic Circus, l'Archipel, Paris, 2004)

Anne Sinclair, sa richissime épouse

Février 2011 : 63% pour DSK au 2éme tour de la Présidentielle de 2012, sondage

04 février 2010 : Pourquoi pas la Présidence de la République en 2012 ?
02 février 2010 : Versus Frêche, soutien de Ségolène Royal, DSK soutient (Le Parisien 03 février 2010, p. ) Laurent Fabius, comme Jean-François Copé

18 février 2009 : Adultère, DSK obtient des excuses ... de France-Inter ; Cette lettre qui met en cause DSK

06 décembre 2008 : Ses amis chez Aubry
25 octobre 2008 : Officiellement blanchi : sauvé par Ramzy Khiroun, Anne Hommel et Gilles Finchelstein
24 octobre 2008 : DSK obsédé comme JFK ?
21 octobre 2008 : Favoritisme pour une jeune française ? : DSK s'excuse auprès des employé(e)s du FMI; fin de l'affaire franco-française
20 octobre : L'affaire en cinq points. Le soutien de N.S. et F.F., notamment
18 octobre 2008 : Abus de pouvoir ? Attaqué par hasard ? Soutenu par la classe politique française unanime
09 octobre 2008 : Appel à une coopération mondiale
06 octobre 2008 : Crise financière occidentale, DSK essaie d'aider N.S.
03 avril 2008 : Népotisme ? Frère et belle-soeur à Washington ?
20 janvier 2008 : Paris mutualité. Forum socialiste "de la rénovation" : Ségolène, coucou me revoilà !

28 septembre 2007 : Directeur général du FMI, un siège "doré" pour l'ancien étudiant communiste (comme Bernard Kouchner) aujourd'hui riche membre de la "gauche" caviar internationale
10 juillet 2007 : Proposé par Nicolas Sarkozy pour le FMI et accepté par l'Union Européenne ; Poutine présente un candidat Tchèque ...
30 juin 2007 : Ukraine, au congrès du Yalta European Strategy, avec le sarkoziste Pierre Lellouche (Challenges, 5 juillet 2007, P. 19)
17 juin 2007 : Législatives, 2ème tour, élu avec 55,47 % des exprimés
06 mai 2007 : La défaite de Ségolène (47% des exprimés, malgré les traîtres et les ralliés à Sarkozy, mitterrandiens, jospinistes ...), est une "défaite très grave", dit DSK, prêt à la remplacer ? ...
09 février 2007 : Un nouvel impôt pour son "ancienne" adversaire (chausse-trappe, piège ?)

16 novembre 2006 : Echec : 20, 69% des militants socialistes choisissent DSK, qui sonne la "mobilisation totale contre la droite"
10 novembre 2006 : Un "coup de Jarnac" ? DSK essaie de mobiliser les profs contre Ségolène ?
19 octobre 2006 : Légère remonté du social-démocrate dans les sondages
15 octobre 2006 : Préféré de la gauche caviar
29 septembre 2006 : Candidat à Sarcelles, porté par la communauté
30 juillet 2006 : DSK fraternise avec les "sans-papiers" ; muet sur la guerre d'Israël au Liban, contrairement à Ségolène Royal ?
13/14 juillet 2006 : DSK critique François Hollande et attaque violemment Jacques Chirac, qui condamne l'intervention israélienne au Liban ...
04 Juillet 2006 : Des blogs, avant les vacances, dans son palais de Marrakech avec Anne Sinclair
Juin 2006 : Il attaque Lionel
Mai 2006 : 365 jours pour convaincre
Mars 2006 : DSK, s'appuyant sur les manifestations de rue anti-CPE (entre 500 000 et 1 500 000 manifestants de gauche) lance un appel à Jacques Chirac (élu en 2002 par 25,5 millions de français, de droite et de gauche, et disposant d'une majorité parlementaire démocratiquement élue).

17 février 2005 : DSK, oubliant ses propres affaires, attaque Hervé Gaymard sur son appartement de 600 m2
12 Février 2005 : DSK l'atlantiste chante l'internationale pour doubler Hollande

Novembre 2004 : Haro sur Fabius
Octobre 2004 : DSK tapi sous le "oui"
Mai 2004 : DSK pour les gays sans restrictions

Décembre 2003 : DSK pour davantage d'immigrés en politique
Novembre 2003 : Avec Laurent Fabius, vers la présidentielle de 2007, le beau show

Décembre 2002 : Me Strauss-Kahn pour ou contre Attac ?
Encore la cassette Mery

Juin 2002 : Me Strauss-Kahn réélu député socialiste avec 55, 01% des voix
Paris, 21 avril 2002, 21 heures : Me Strauss-Kahn votera pour Jacques Chirac
Paris, 19 avril 2002 : Cassette Méry, non-lieu pour DSK
Paris, 10 avril 2002 : Chirac est un menteur Libération, 15 novembre 2001 : Ce n'est pas parce que l'ancien ministre a été relaxé que les faits révélés par notre enquêtrice sont faux.
Paris, 07 novembre 2001 : Me Strauss-Kahn relaxé
: Les leçons de l'affaire
Affaire Mnef, Me Strauss-Kahn plaide la bonne foi
Paris, 02 octobre 2001 : Non-lieu pour Strauss-Kahn dans l'affaire Elf
Paris, 28 juin 2001 : DSK échappe à la Cour de justice de la République
Paris, 31 mai 2001 : Le parquet requiert la saisine de la Cour de justice contre Me Strauss-Kahn sur le dossier Lagerfeld
Sarcelles, 1er avril 2001 : Me Strauss-Kahn est élu député

Paris, 11 février 2001 (AFP) : Retour programmé de Dominique Strauss-Kahn en politique, par Pierre FAVIER
- Annoncé depuis plusieurs semaines par ses amis et par diverses interventions publiques, le retour en politique de Dominique Strauss-Kahn est désormais programmé pour le printemps.

L'ancien ministre des Finances sera en effet candidat à une législative partielle dans le Val d'Oise, vraisemblablement à la fin mars, une fois que sa suppléante aura officiellement démissionné lundi de son siège de député, ainsi qu'elle l'a indiqué au Parisien-Dimanche.

Dans cette circonscription acquise à la gauche, M. Strauss-Kahn devrait aisément retrouver son mandat parlementaire et par là même une tribune politique, lui dont le brio des interventions au Palais Bourbon impressionnait ses amis comme ses adversaires politiques.

Démissionnaire du gouvernement en novembre 1999, avant sa mise en examen dans l'affaire de la MNEF, mis en examen dans le dossier Elf et visé par une information judiciaire concernant la cassette-vidéo de Jean-Claude Méry impliquant Jacques Chirac dans le financement présumé occulte du RPR, M. Strauss-Kahn, a donc décidé revenir sur le devant de la scène publique.

A un an d'échéances politiques décisives, il apparaît que sa décision n'a pu être prise qu'avec l'aval de Lionel Jospin dont il est un fidèle et un proche, écouté depuis plus de vingt ans.

De fait, DSK pourrait être l'une des pièces maîtresses dans le dispositif politique du chef du gouvernement à l'approche de l'élection présidentielle.

Reconnu pour sa compétence en matière économique et financière, pour son habileté politique et ses liens tissés à Bercy avec les grands argentiers de la planète, M. Strauss-Kahn peut être d'une grande utilité, en matière programmatique mais aussi dans le débat électoral, pour le candidat Jospin.

Signal
Au Parti socialiste, DSK est de surcroît un élément de poids dans la "galaxie jospino-rocardienne" face à un Laurent Fabius, fort de son autorité sur l'empire de Bercy.

Le signal de son retour envisagé avait été perçu dans les propos tenus, en octobre 2000 à la télévision, par le chef du gouvernement lui-même. Ce jour-là, et tandis que cette perspective n'était pas encore à l'ordre du jour, le chef du gouvernement lui avait rendu un hommage appuyé, en le plaçant parmi les socialistes "susceptibles de devenir Premier ministre" et même "présidentiables".

Dès lors, les signes allaient se multiplier. Début novembre, DSK disait dans une tribune publiée dans Le Monde son espoir de revenir "un jour" à la politique. Au mois de janvier il se faisait plus précis : "2001 est une année politiquement importante. Je souhaite pouvoir, à ma modeste place, y reprendre un peu mon rôle".

Engagé dans la campagne municipale à Sarcelles, M. Strauss-Kahn est désormais bel et bien présent dans le débat politique. Il s'est exprimé la semaine dernière à Paris dans un colloque sur l'Europe avant d'être l'invité d'un banquet républicain au côté du candidat socialiste à la mairie de Paris, Bertrand Delanoë.

Là, comme dans plusieurs autres réunions électorales, il a eu droit de la part de ses camarades militants, élus ou ministres en exercice, à des brassées de compliments sur son action passée et d'encouragements pour son rôle futur.

Ainsi, celui dont l'avenir politique paraissait compromis il y a moins de deux ans et que certains de ses amis avaient un temps effacé de leur mémoire, semble sur le point de revenir au coeur du dispositif socialiste.

Le retour de ce poids lourd de la "jospinie" s'accomplit alors que la concurrence de Martine Aubry et Elisabeth Guigou -elles aussi proches de Lionel Jospin- focalise déjà l'attention des observateurs.

Pourtant une inconnue et un risque demeurent : quel sort la justice réservera-t-elle à DSK?

---------

Le 25 mars 2001 DSK obtient 43,75% des voix au premier tour de la législative partielle de Sarcelles. Mais les abstentions sont de 66,47%.
Le 1er avril (et oui !), les abstentions étant de 66,44%, DSK est élu avec 53,89% des exprimés (soit 18,08% des inscrits).

------------

Le parquet requiert la saisine de la Cour de justice contre M. Strauss-Kahn sur le dossier Lagerfeld "arrangement". Le Monde, 31 mai 2001, p. 11

La section financière du parquet de Paris a requis, mercredi 23 mai, la saisine de la Cour de justice de la République pour instruire d'éventuelles infractions de "corruption passive" et de "concussion", "susceptibles d'être reprochées à Dominique Strauss-Kahn", à propos du dossier fiscal du couturier Karl Lagerfeld. L'enquête du juge Brisset-Foucault paraissait pourtant avoir repoussé le soupçon d'un

Le calvaire judiciaire de Dominique Strauss-Kahn continue. Déjà poursuivi dans l'enquête sur l'ancienne Mutuelle des étudiants de France (MNEF) et dans l'un des volets de l'affaire Elf, l'ancien ministre de l'économie et des finances (1997-1999), actuel député (PS) du Val-d'Oise, pourrait avoir à s'expliquer devant la Cour de justice de la République (CJR) à propos de son intervention sur le dossier fiscal du couturier Karl Lagerfeld. La section financière du parquet de Paris a requis, le 23 mai, la saisine de la haute juridiction pour instruire sur d'éventuelles infractions de "corruption passive" et de "concussion" -le fait pour un responsable public d'accorder des exonérations indues-, "susceptibles d'être reprochées à M. Strauss-Kahn en tant que ministre d'Etat, pour avoir été accomplies dans l'exercice de ses fonctions ministérielles".

Les services du procureur avaient été sollicités, le 21 mai, par le juge d'instruction Marc Brisset-Foucault, chargé de l'enquête sur les conditions d'enregistrement et de divulgation de la cassette de Jean-Claude Méry, l'ex-financier occulte du RPR décédé en 1999. Dans une ordonnance de vingt-deux pages, le juge énumérait les "faits nouveaux"qu'il dit avoir rassemblés et qui pourraient, selon lui, motiver "des investigations supplémentaires"de la commission d'instruction de la CJR.

Après la publication du témoignage de M. Méry, dans Le Monde des 22 et 23 septembre 2000, son avocat fiscaliste, Alain Belot, avait avoué avoir remis à M. Strauss-Kahn - dont il avait été le collaborateur à l'Assemblée nationale - l'original de l'enregistrement, le 6 avril 1999, lors d'un entretien consacré à un autre de ses clients : Karl Lagerfeld. De cette concomitance est né le soupçon d'un "arrangement", publiquement évoqué d'emblée par l'hebdomadaire L'Express (Le Monde du 26 septembre 2000), mais que l'enquête du juge Brisset-Foucault, ouverte pour "soustraction de documents" et "trafic d'influence", paraissait avoir nettement relativisé.

Dénonçant un "acharnement judiciaire", M. Strauss-Kahn a déclaré au Monde avoir "demandé à -ses- services de traiter ce dossier en suspens depuis de longues années" et s'être "conformé mot à mot à la solution recommandée par l'administration". Plusieurs documents ont, de fait, attesté l'intervention personnelle du ministre sur le feuilleton qui opposait le couturier au fisc depuis 1982. Au terme d'une transaction conclue au mois d'août 1999, M. Lagerfeld avait vu le montant de ses redressements réduit de 93,5 à 43,3 millions de francs.

Interrogé le 4 avril en qualité de témoin assisté, M. Strauss-Kahn s'était " insurgé contre l'idée selon laquelle le dossier de M. Lagerfeld aurait bénéficié d'un traitement particulier, aussi bien lié à -ses- liens antérieurs avec M. Belot qu'à l'existence de -la- cassette". Mais hormis cette dénégation, l'ordonnance de M. Brisset-Foucault se borne à recenser les pièces fiscales et notes internes saisies, sans mentionner aucune des explications fournies aux enquêteurs par les hauts fonctionnaires des finances interrogés, qui ont tous écarté la responsabilité du ministre dans le règlement du dossier Lagerfeld.

"GARANTIR LES INTÉRÊTS DE L'ÉTAT"
L'ancien chef de la "cellule fiscale" de Bercy a ainsi affirmé avoir lui-même "fait passer au ministre une note proposant le principe d'une transaction" qui fut "approuvée"par M. Strauss-Kahn. L'ancien chef du service chargé du dossier Lagerfeld à la direction générale des impôts (DGI) a, pour sa part, évoqué les divergences d'appréciation entre les services fiscaux et le cabinet du ministre, apparues sous le ministère d'Alain Lamassoure (UDF), prédécesseur de M. Strauss-Kahn (1995-1997). Evoquant les "risques juridiques"des procédures contentieuses entreprises contre M. Lagerfeld, ce fonctionnaire a assuré avoir "considéré que seul un règlement transactionnel -...- était susceptible de garantir les intérêts de l'Etat", certifiant que l'accord final, contraire aux propositions initiales de la DGI, avait été "rigoureusement conforme" à l'avis finalement exprimé par lui devant les conseillers du ministre.

Archives et témoignages attestent par ailleurs que M. Lamassoure était intervenu, dès 1995 et "à la demande de la présidence de la République", pour diminuer les montants réclamés au couturier de 60,2 à 10 millions de francs. Dans son ordonnance, le juge Brisset-Foucault évoque d'ailleurs des "décisions ministérielles" susceptibles d'avoir été entachées de "concussion", sans plus de précision. Le réquisitoire du parquet, lui, ne mentionne que le nom de M. Strauss-Kahn. "Je constate qu'à chaque fois que la pression des "affaires" monte sur M. Chirac, on me fait revenir en première ligne, nous a déclaré l'ancien ministre. Je commence à en avoir ras le bol." Si le procureur général entérine l'avis du parquet, la première victime judiciaire des accusations posthumes de Jean-Claude Méry sera socialiste.

----------

DSK échappe à la Cour de justice
La Cour de cassation estime que son dossier ne justifie pas la saisine de la CJR

La Cour de justice de la République (CJR) ne sera pas saisie du dossier de Dominique Strauss-Kahn. Le procureur général de la Cour de cassation, Jean-François Burgelin, a estimé qu’en l’état du dossier de Dominique Strauss-Kahn, « manquaient les indices pour justifier une saisine de la CJR du chef de concussion ».
La justice soupçonnait DSK d’avoir accordé une remise fiscale exorbitante – on parle de 160 MF (24,39 Md’E) – au couturier Karl Lagerfeld.
L’ancien ministre de l’Economie et des Finances était par ailleurs soupçonné par le procureur de la République de Paris, Jean-Pierre Dintilhac, d’avoir concédé cette exonération pour qu’Alain Belot, l’avocat de M. Lagerfeld et ancien conseiller de DSK, lui remette en contrepartie la cassette Méry.
Une analyse qu’avait réfutée le procureur général de la cour d’appel de Paris, Jean-Louis Nadal, qui a conclu le 12 juin à « l’absence d’un pacte préalable » entre MM. Strauss-Kahn et Belot.
De ce fait, il excluait toute poursuite pour « corruption passive » à l’encontre de l’ancien ministre. Un avis partagé par le procureur général de la Cour de cassation, Jean-François Burgelin.
Poursuivi par ailleurs dans l’un des volets de la Mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF), DSK sera jugé, début octobre, par le tribunal de Paris.
Il est aussi mis en examen dans le volet des emplois fictifs du dossier Elf pour « l’emploi » dont aurait bénéficié l’une de ses secrétaires.

-----

Non-lieu pour Strauss-Kahn dans l'affaire Elf

PARIS (Reuters) [2001-10-02 20:39] - La juge d'instruction Eva Joly a prononcé un non-lieu en faveur de Dominique Strauss-Kahn dans l'enquête sur la société Elf, où l'ancien ministre de l'Economie était mis en examen pour "complicité et recel d'abus de biens sociaux" , tandis que se tient à Paris son procès dans une autre affaire, celle de la Mnef.

Eva Joly a ainsi suivi les réquisitions du parquet.

Il était reproché à Dominique Strauss-Kahn, mis en examen dans ce dossier en janvier 2000, d'avoir fait salarier en 1993 sa secrétaire, Evelyne Duval, par une filiale suisse de la société pétrolière, Elf Aquitaine International, pour un montant total de 192.000 francs.

Le non-lieu étant confirmé, l'ancien ministre n'est plus concerné que par un dossier judiciaire: il est poursuivi pour "faux et usage de faux" dans un des volets de l'enquête sur la Mutuelle nationale des étudiants de France (Mnef). Le procès s'est ouvert lundi à Paris.

Dans l'affaire Elf, Evelyne Duval, secrétaire de "DSK" au ministère du Commerce de 1991 à 1993, avait travaillé ensuite avec l'argent d'Elf pour le "Cercle de l'industrie", une association rassemblant des grands noms du patronat et animée par Dominique Strauss-Kahn.

La secrétaire aurait aussi effectué quelques tâches mineures pour le compte de son ancien patron.

Le parquet de Paris estimait que le versement de cet argent ne constituait pas un "abus des biens sociaux" d'Elf car il était assimilable, selon lui, à une avance de cotisation de la société pétrolière au Cercle de l'industrie. Elf est devenu membre de l'association en 1994.

Par conséquent, selon le parquet, Evelyne Duval devait bénéficier d'un non-lieu et Dominique Strauss-Kahn ne pouvait être poursuivi pour complicité ou recel d'un délit qui n'existerait pas.

Le parquet soulignait que, par ailleurs, rien dans l'enquête ne permet de prouver que Dominique Strauss-Kahn ait donné des instructions pour qu'Evelyne Duval soit embauchée par Elf.

En juin dernier, le procureur général de la Cour de cassation avait décidé de classer le troisième dossier où "DSK" était inquiété.

Il était soupçonné, là, d'avoir accordé un dégrèvement fiscal indu en 1999 au couturier Karl Lagerfeld, en échange de la remise par l'avocat de ce dernier de la cassette vidéo de la "confession" posthume de Jean-Claude Méry.

-------

02 octobre 2001, Mnef : Me Strauss-Kahn plaide la bonne foi

Alors que le dossier Elf s'éloigne, DSK, poursuivi pour "faux et usage de faux" dans le dossier de la Mnef, plaide sa cause devant le tribunal correctionnel de Paris. Fait exceptionnel, la présidente du tribunal a exprimé ouvertement ses réserves sur la solidité de l'accusation.
Alors même que Dominique Strauss-Kahn s’efforce de démontrer sa bonne foi dans l’affaire MNEF, le dossier Elf s’éloigne. La juge d'instruction Eva Joly a rendu mardi, sans surprise, une ordonnance de non-lieu pour l'ancien ministre de l'Economie dans l'affaire Elf, suivant les réquisitions du parquet.

Dominique Strauss-Khan. Agé de 52 ans, cet avocat, ex-ministre de l'Economie, est poursuivi pour faux et usage de faux pour avoir antidaté des documents justifiants son rôle dans les négociations entre la Mnef et la Générale des eaux
Olivier Spithakis, L'ancien directeur général de la Mnef (45 ans) comparaît dans les deux volets. Il est poursuivi pour faux et usage de faux pour dissimuler l'intervention de DSK. Il est aussi mis en cause dans la vente de l'immeuble rue Tiphaine.
Philippe Plantagenest, L'ancien directeur de cabinet d'Olivier Spithakis (49 ans) aurait mis en doute la réalité du travail de DSK et fait état de lettres antidatées, dont une qu'il aurait rédigée lui-même.

Le même jour DSK a reconnu devant le tribunal correctionnel de Paris avoir commis une "erreur" de date dans les documents qu'il a fournis à la justice dans le cadre de l'affaire MNEF, tout en niant toute volonté de mentir. Il lui est reproché d'avoir fourni à la justice quatre documents - dont trois de sa main - pour justifier son rôle dans les négociations entre la MNEF et la CGE entre 1994 et 1996. L'un des documents est une facture datée de 1994, alors qu'elle a été rédigée en 1995. L'ancien ministre, poursuivi pour "faux et usage de faux", a expliqué avoir en réalité modifié une facture de 1994, en omettant de remettre la date exacte.

"Des erreurs dans la date, c'est exact. Ce n'est pas très malin et je ne sais pas quoi en dire, mais je ne vois pas le problème que cela pose. Certes, ce n'est pas glorieux sur le caractère artisanal de ma production de factures, mais la seule explication, c'est l'erreur", a-t-il déclaré. Fait exceptionnel, la présidente du tribunal a exprimé pour sa part ses réserves sur la solidité du dossier de l'accusation. "On est quand même un peu dans le flou, je vous le dis comme je le pense, M. le procureur", a-t-elle lancé au chef du parquet financier, David Peyron, auquel elle a demandé à plusieurs reprises de préciser ses questions à l'ancien ministre de l'Economie.

Une erreur dans la date
Lors de cette seconde journée d'audience, l'ancien locataire de Bercy, qui s'exprimait pour la première fois depuis le début du procès, a donné sa version sur son travail pour le compte de la MNEF. "Mon rôle était de montrer à la Compagnie générale des eaux (rebaptisée depuis Vivendi) qu'elle avait besoin d'un partenaire pour intégrer le marché des mutuelles. J'ai essayé de faire en sorte que l'affaire puisse se faire" alors que la MNEF était considérée par la CGE comme un "drôle d'animal", a expliqué l'ancien ministre.

La présidente Sophie Portier a interrogé par ailleurs l'ancien directeur de la MNEF Olivier Spithakis, et son directeur de cabinet Philippe Plantagenest, eux aussi poursuivis dans ce dossier. La justice soupçonne en particulier Olivier Spithakis d'avoir voulu cacher l'intervention de DSK aux organes de contrôle de la MNEF, et d'avoir fait produire ces papiers lorsque des enquêtes ont été ouvertes. "Jamais l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales) ni la cour des comptes n'ont souhaité entendre Dominique Strauss-Kahn sur cette affaire. On nous reproche d'avoir fourni ces pièces pour les donner à l'IGAS, et on nous dit que l'IGAS ne les a jamais eu. On ne comprend plus rien", ont ironisé Lef Forster et Jean Weil, avocats de Dominique Strauss-Kahn.
Tf1.news, Mis en ligne le 03 octobre 2001.

------

Le cas Strauss-Kahn divise les juges

UN LÉGER SOURIRE, un petit hochement de tête. Hier, à 13 h 30, Dominique Strauss-Kahn peut définitivement souffler. La 11ème chambre du tribunal correctionnel de Paris vient de le relaxer des délits de « faux et usage de faux » pour lesquels il était poursuivi dans l'affaire de la Mnef. A l'énoncé du jugement, lu par la présidente du tribunal, Sophie Portier, la salle ne peut réprimer un murmure pesant.

L'ensemble des prévenus de cette affaire, qui portait également sur les conditions « douteuses » de rachat d'un immeuble par la Mnef, situé rue Tiphaine (Paris XV e ), sont également « blanchis ». Parmi eux, Olivier Spitakhis, ancien directeur général de la mutuelle, poursuivi dans d'autres volets de l'affaire Mnef, qui a effectué cinq mois de détention provisoire.
Comment expliquer un tel « camouflet » judiciaire ? La réponse tient en 37 pages, celles qui constituent le jugement du tribunal. Les termes sont sévères. En conclusion, les magistrats écrivent : « Il aurait été préférable, avant que d'engager le débat judiciaire public, de s'interroger sur les limites de l'application de la règle de droit. » En clair, cela signifie que tant les juges d'instruction que le parquet auraient dû davantage réfléchir avant de renvoyer cette affaire devant le tribunal ! Quelques lignes explicitent ce fiasco judiciaire. Le tribunal a tenu ainsi à souligner que « le procureur de la République, bien que les débats n'aient apporté aucun élément nouveau par rapport à ceux qui avaient été recueillis au cours de la procédure de l'instruction, a estimé, s'agissant des poursuites exercées des chefs de faux et d'usage de faux, devoir s'en remettre à l'appréciation du tribunal, après avoir précisément détaillé les motifs juridiques faisant, selon lui, obstacle à toute déclaration de culpabilité ».

Là aussi, le constat est sévère. Cela signifie que le parquet, qui avait décidé d'engager les poursuites « personnellement » contre DSK, puis de le renvoyer devant le tribunal, a fait une analyse totalement erronée par rapport à celle du représentant du parquet au moment de l'audience, alors que le dossier est rigoureusement identique ! Une simple question d'« appréciation » personnelle, avait expliqué à l'audience le premier substitut, David Peyron, chef de la section économique et financière, qui était pourtant déjà en poste à la galerie financière au moment du renvoi de DSK en correctionnelle.... « Cheminement laborieux »
Dans leur jugement, les magistrats ne manquent pas non plus d'égratigner les juges d'instruction du pôle économique et financier. A la page 26, ils qualifient le travail de leurs collègues de « cheminement laborieux (...) pour suivre les méandres de la prévention » avant de demander la relaxe d'Olivier Spithakis. Quelques pages plus loin, l'un des passages de l'ordonnance de renvoi des juges, concernant la prestation de DSK pour le compte de la Mnef, est considéré comme un « motif (...) qui confine à l'absurde puisqu'il n'est pas démontré, ni même suggéré, que Dominique Strauss-Kahn aurait pu percevoir d'autres honoraires ».

Avant même la lecture de ce jugement, l'avocat de DSK, Jean Veil, s'est empressé de constater les dégâts : « Ce jugement nous interpelle sur l'efficacité du Code de procédure pénale et de l'instruction à la française ». Sur France 2, l'ex-ministre de l'Economie n'a pas caché hier soir son amertume : « Deux ans, c'est long. J'ai trouvé ça injuste (...). Dès que la justice s'intéresse à vous, on est coupable. » Cependant, il sort la tête haute et « endurci ».
De son côté, Olivier Spitakhis n'a pas caché non plus sa satisfaction : « C'est la preuve que la justice existe (...). Il faut que cela serve de réflexion sur les pratiques judiciaires. Je suis persuadé que des gens ont voulu faire tomber DSK et j'ai été emmené avec lui. » ASSEMBLEE NATIONALE, HIER. Dominique Strauss-Kahn sourit. Il a été relaxé un peu plus tôt des délits de « faux et usage de faux » pour lesquels il était poursuivi dans l'affaire de la Mnef.
Christophe Dubois, Le parisien, 8 novembre 2001

---------

Les leçons de l'affaire *

A l'origine, l'affiche était alléchante: la Mnef, de sulfureuse réputation, et Dominique Strauss-Kahn, étoile du PS. L'enquête avait démarré tambour battant, en 1999, sur une rémunération de 603-000 francs perçue en février 1997 par DSK. La somme, versée par la Mnef, correspondrait à la prestation de l'ancien ministre, alors avocat, décisive pour parachever un accord entre la Mutuelle et la CGE.
Or les documents attestant de cette intervention sont manifestement antidatés. La police soupçonne une affaire de fausses factures destinées à «couvrir» un emploi fictif dont aurait bénéficié l'homme politique pendant sa traversée du désert (1993-1997).

L'ordonnance de renvoi, signée par le juge Riberolles, semble, dans un premier temps, accréditer cette hypothèse séduisante. Un peu plus loin dans le même document, virage à 180°: «L'information a ainsi pu démontrer l'existence d'une prestation de Dominique Strauss-Kahn en contrepartie des honoraires à lui versés par la Mnef en février 1997.» Le magistrat semble se rattraper avec des poursuites pour «faux et usage de faux», dont on sait désormais quel sort elles ont connu devant le tribunal. Le procureur de la République de Paris, Jean-Pierre Dintilhac, qui dépend hiérarchiquement de la Chancellerie alors dirigée par Elisabeth Guigou, avait pourtant signé un réquisitoire visant nominativement DSK...

En relaxant Dominique Strauss-Kahn et les autres protagonistes du dossier, le tribunal semble donc d'abord avoir jugé les magistrats instructeurs et le procureur de la République de Paris. Et ce jugement résonne comme un redoutable désaveu de l'institution. Désaveu que ne manqueront pas d'utiliser devant l'opinion d'autres personnalités poursuivies dans d'autres procédures.

Chacun savait que les charges qui valaient à DSK d'être renvoyé devant le tribunal correctionnel étaient minces. Pour les observateurs, la relaxe dont bénéficie aujourd'hui l'ancien ministre des Finances semblait de longue date inéluctable.

Si pour beaucoup DSK, après le dossier Elf (il a bénéficié d'un non-lieu pour l'emploi fictif de sa secrétaire) et l'affaire Lagerfeld (il a échappé à un renvoi devant la Cour de justice de la République), apparaît comme un miraculé, la XIe chambre correctionnelle a tourné hier une page capitale dans un feuilleton des affaires vieux d'une douzaine d'années.

En désavouant les juges d'instruction et en réhabilitant de façon spectaculaire un homme politique de premier plan, les magistrats ont renversé une tendance. A l'évidence, leur jugement, qui risque de semer un peu plus la confusion dans une opinion déjà désorientée par la multiplication des procédures, ne manquera pas d'être très exploité.

Au sein de l'institution judiciaire, tout d'abord, où l'on saura désormais rappeler les magistrats instructeurs à plus de rigueur dans leur démarche juridique. Par les hommes politiques, ensuite, dont certains se réjouiront - bien à tort - de la défaite essuyée par ces «petits juges» qui leur ont causé tant de soucis. Par les contempteurs de la presse, enfin: la responsabilité des médias a été dénoncée par le tribunal et les avocats de DSK; ils répondront qu'ils étaient tout autant dans leur rôle en rapportant, hier, les soupçons qui pesaient contre DSK qu'en relatant, aujourd'hui, sa relaxe.
* Eric Decouty et Stéphane Durand-Souffland, lefigaro.fr, Publié le 7 novembre 2001

-----

Ce n'est pas parce que l'ancien ministre a été relaxé que les faits révélés par notre enquêtrice sont faux.

Dominique Strauss-Kahn, «Libération» et la justice

A quoi rêvent ceux qui se scandalisent qu'un mis en examen puisse être déclaré non coupable? A une justice parfaite qui ne connaîtrait que des coupables?

Il est devenu de bon ton, depuis que Dominique Strauss-Kahn et les cinq autres prévenus du premier procès de la Mutuelle nationale des étudiants de France (Mnef) ont bénéficié le 7 novembre dernier (2001) d'une relaxe, de stigmatiser le comportement de la presse. Utilisée sinon manipulée par certains juges d'instruction peu scrupuleux et partisans, elle entraverait les voies d'une justice sereine en «mettant en examen médiatiquement» tel ou tel bien avant qu'il n'ait officiellement à répondre de ses actes. Bref, à entendre certains commentateurs, pas mal d'avocats et surtout beaucoup d'hommes politiques de tous bords mais tous bons apôtres, la presse serait complice de juges enivrés de leurs nouveaux pouvoirs, en faisant battage des seuls éléments à charge d'un dossier à l'instruction pour persuader l'opinion publique, avant même une mise en examen, de la culpabilité d'un éventuel prévenu.

L'expression «mise en examen médiatique» résume bien ce procès qui nous est fait. Elle est de Marylise Lebranchu. La ministre de la Justice l'a utilisée au lendemain de la relaxe de Dominique Strauss-Kahn ajoutant même que dans cette affaire la «mise en examen médiatique» avait eu lieu «un an avant» la mise en examen judiciaire. Ce dernier détail a son importance, en tout cas pour nous. Il signifie en effet que la ministre de la Justice visait Libération. C'est en effet Libération, grâce au travail de son enquêtrice Armelle Thoraval, qui a, dès juillet 1998, «sorti», comme on dit dans notre jargon, l'affaire des 600 000 francs touchés par Dominique Strauss-Kahn en 1997, alors qu'il était avocat-conseil, pour avoir facilité l'entrée de la CGE (aujourd'hui Vivendi) dans un des holdings de la Mnef. Dominique Strauss-Kahn, qui a eu tout loisir de s'expliquer dans nos colonnes, ne sera mis en examen pour faux et usage de faux que le 15 décembre 1999, après avoir démissionné de son poste de ministre de l'Economie le 2 novembre de la même année.

Ce bref rappel suffit à prouver qu'il n'y a eu aucune collusion entre Libération et Armelle Thoraval d'un côté et quelque juge d'instruction que ce soit de l'autre. Le nom de Dominique Strauss-Kahn a été cité dans l'affaire de la Mnef à la suite d'une enquête longue et sérieuse d'Armelle Thoraval, dont le premier volet a été publié très exactement le 7 avril 1998, sous le titre «L'obscure gestion à tiroirs de la Mnef», le parquet de Paris n'ouvrant une information judiciaire dans l'affaire de la Mnef que six mois plus tard.

Précisons à l'usage de nos détracteurs qui feignent de nous prendre pour des agents occultes de la justice, que ledit parquet n'a pas été saisi par Libération, mais par la Cour des comptes qui enquêtait sur les dysfonctionnements de la Mnef; ils ont aussi travaillé à partir des rapports de l'Inspection des affaires sociales et de la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales d'Ile-de-France, qui mettaient également en cause le fonctionnement de la Mnef.

Ajoutons à destination de ceux qui voudraient utiliser la relaxe de Dominique Strauss-Kahn à des fins d'intimidation de la presse et de la justice que Libération ne s'est jamais comporté en procureur dans cette affaire mais en journal d'information animé par son seul sens critique et civique. Et c'est bien parce que notre enquête sur la Mnef menaçait dès le début de mettre au jour des pratiques peu conformes à l'éthique que l'appartement de notre collaboratrice Armelle Thoraval a fait l'objet à l'automne 1998 d'une visite, et elle-même et ses proches de filatures prolongées. Plainte a d'ailleurs été déposée conjointement par Armelle Thoraval et Serge July, directeur de la publication de Libération, contre les auteurs de ces faits, dont un détective privé. Ce dernier a affirmé avoir agi sur instruction d'Olivier Spithakis, l'ancien directeur de la mutuelle étudiante, qui nie avoir passé une telle commande.

Autre sujet d'étonnement, l'antienne de ceux qui se scandalisent qu'un mis en examen puisse être déclaré non coupable. A quoi rêvent-ils? A une justice parfaite qui ne connaîtrait que des coupables? Un tel système a existé, la justice soviétique pour laquelle tout prévenu ne pouvait être que coupable.

Ce n'est cependant pas parce que la justice a jugé non condamnables les faits rapportés et avérés en ce qui concerne Dominique Strauss-Kahn qu'ils deviendront, comme d'un coup de baguette magique, moralement et politiquement acceptables. Les critères de la justice ne peuvent pas être et ne seront jamais ceux de la morale et du politique, mais les critères de la morale et du politique resteront les nôtres. A chacun sa mission. C'est bien pourquoi, sans contester les conclusions de la justice, nous persistons à penser que Dominique Strauss-Kahn s'est laissé aller, dans son comportement, à un mélange des genres extrêmement regrettable pour l'ancien ministre de l'Industrie et du Commerce extérieur puis des Finances qu'il fut.
Par JACQUES AMALRIC, Jacques Amalric est directeur de la rédaction de «Libération», Le jeudi 15 novembre 2001, p. 12.

-----

Cassette Méry : pourquoi DSK a été blanchi

AFFAIRES. L'ordonnance de non-lieu met fin à un scénario rocambolesque impliquant ministre et faux facturier.

L'avocat Alain Belot avait remis l'enregistrement des confidences de Jean-Claude Méry à Dominique Strauss-Kahn. Il est le seul a être renvoyé devant le tribunal correctionnel pour violation du secret professionnel.

Si les déclarations posthumes de Jean-Claude Méry, le faux facturier présumé du RPR, font toujours l'objet d'investigations (désormais conduites par le juge Armand Riberolles), l'enquête visant l'enregistrement et la révélation de la fameuse cassette est désormais définitivement close. Vendredi, le juge Marc Brisset-Foucault a prononcé un non-lieu en faveur du journaliste Arnaud Hamelin, de l'avocat Allain Guilloux, ainsi que de Dominique Strauss-Kahn, dernier détenteur connu de la cassette. Seul l'avocat fiscaliste Alain Belot, qui avait remis l'enregistrement à DSK, est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour violation du secret professionnel.
Mais au-delà de cette décision, le juge, dans une ordonnance de douze pages, recense les différents aspects de l'affaire que son instruction n'a pas permis d'élucider, concernant notamment le rôle réel ou supposé de l'ancien ministre de l'Economie.

« La poursuite visait le fait, par Dominique Strauss-Kahn, de n'avoir pas remis à l'autorité judiciaire la cassette portant sur l'enregistrement réalisé par Jean-Claude Méry, rappelle ainsi le magistrat. Il n'est pas contesté que Dominique Strauss-Kahn ait, pendant un temps non déterminé, détenu matériellement ladite cassette. (...)

Dominique Strauss-Kahn a toujours affirmé qu'il n'avait pas visionné la cassette que lui avait remise Alain Belot, et qu'il l'avait égarée dans des circonstances sur lesquelles il est resté évasif. (...) Aucun élément concret » ne permet d'affirmer que DSK « ne dit pas la vérité », écrit-il. Et à la question de savoir s'il a vu ou fait visionner la cassette, « il n'y a qu'Alain Belot pour le dire ».

Pour autant, le juge d'instruction insiste sur certaines déclarations de DSK, notamment lorsqu'il a reconnu au fil de l'enquête avoir effectivement dit à Alain Belot qu'il avait « fait analyser la cassette ». Mais il lui aurait alors menti, et, d'après DSK, ce faux aveu n'aurait été qu'« un stratagème, d'après lui fréquent chez les hommes politiques, pour se débarrasser » des importuns.

Et le juge d'instruction de conclure sur ce chapitre dans les mêmes termes que le procureur de la République de Paris : « Si la destruction revendiquée par Dominique Strauss-Kahn ne laisse pas de surprendre, force est de constater que la procédure ne réunit pas les charges suffisantes à son encontre, permettant d'affirmer que sciemment il aurait fait disparaître une pièce à conviction. »

Beaucoup plus claire est en revanche la conclusion de l'ordonnance sur un éventuel trafic d'influence qui aurait vu la remise de la cassette à DSK contre un arrangement fiscal favorable au couturier Karl Lagerfeld. « L'information n'a pas permis de réunir contre quiconque d'éléments à charge suffisants », écrit le juge. Quant à savoir si Me Alain Belot a tenté de corrompre Dominique Strauss-Kahn en lui donnant l'enregistrement de Méry le 6 avril 1999, après avoir discuté des difficultés fiscales de Karl Lagerfeld, Marc Brisset-Foucault conclut là encore par un non lieu.

Mais au passage, il reprend dans son ordonnance les termes du procureur de la République, qui écrivait dans son réquisitoire : « La quasi-concomitance, le 6 avril 1999, de la discussion sur le cas fiscal de Karl Lagerfeld depuis la remise de la cassette, si elle permet une nouvelle fois de s'étonner, pour l'un des participants de l'imprudence d'avoir associé ces deux éléments, pour l'autre de la légèreté de l'avoir accepté, n'autorise pas (...) d'affirmer la volonté de conclure un pacte corruptif. »

Reste la violation du secret professionnel, en l'occurrence la divulgation de la cassette de Jean-Claude Méry. Outre Dominique Strauss-Kahn, le journaliste Arnaud Hamelin, qui avait recueilli le témoignage de Méry, et l'avocat fiscaliste Allain Guilloux sont là encore totalement blanchis.

Alain Belot est en revanche renvoyé devant le tribunal pour avoir, selon le juge, « trahi le pacte de confiance qui unit l'avocat à son client » en remettant la cassette Méry à DSK. Le magistrat souligne à ce sujet que l'avocat a confié l'enregistrement « à un ministre qui est une personnalité d'un parti politique adverse de celui de Jean-Claude Méry (...).

» MaîtreBelot remet donc la cassette à un adversaire de son client. (...) Il sait donc que cette cassette, dont il connaît le contenu, peut être exploitée politiquement par celui auquel il la remet, et il le fait avec l'intention que cette cassette soit regardée et exploitée ». Autant d'éléments sur lesquels Alain Belot devra donc s'expliquer à la barre du tribunal.
lefigaro.fr, Eric Decouty, [19 avril 2002]

-----

Pour Dominique Strauss-Kahn, « tout ce que dit Jacques Chirac est faux »

Extrait : « L'HOMME de la vérité doit gagner les prochaines élections », estimait Laurent Fabius dans un texte, « Les atouts de la vérité », publié par la fondation Jean-Jaurès fin février.
Il faut croire que le conseiller spécial de Lionel Jospin dans la campagne à l'élection présidentielle a été entendu.
Le mot d'ordre aujourd'hui dans les rangs socialistes est univoque : « Tout ce que dit Jacques Chirac est faux », n'hésitait pas à dire Dominique Strauss-Kahn, lundi 8 avril au cours d'une conférence de presse ...
VIRGINIE MALINGRE, Le Monde, 10 avril 2002.

------

Strauss-Khan "partage" l'analyse des mouvements antimondialisation

L'ancien ministre de l'économie Dominique Strauss-Kahn a déclaré samedi "partager" l'analyse des mouvements antimondialisation sans en tirer pour autant les mêmes conclusions qu'eux.

"La différence avec Attac et les mouvement antimondialisation est moins sur l'analyse que sur les conséquences à en tirer et les mesures à prendre", a dit M. Strauss-Kahn à la presse à l'issue d'une rencontre nationale du PS sur le thème: "Quelle régulation pour l'économie en France, en Europe et dans le monde".

Cette réunion se tenait au moment où les militants d'Attac étaient réunis pour les assises de leur mouvement à La Rochelle.

"La contestation de ce qui se passe, ce qui s'est passé à Florence par exemple, je la partage sur beaucoup de points. La question sur laquelle il peut y avoir divergence est : que faut-il faire après, quelles sont les mesures à prendre ?", a-t-il expliqué.

Qualifiant d'"irréalistes" ceux qui "disent il faut tout refuser" et de "non efficaces" certaines propositions formulées par ces mouvements, il a jugé que d'autres pouvaient en revanche être "efficaces".

"Nous portons aujourd'hui l'idée d'une taxation au niveau mondial" pour l'aide au développement, a précisé Bernard Soulage. Jugeant que "la taxe Tobin pose un gros problème de faisabilité", il a évoqué d'autres pistes comme une taxation des émissions de CO2 ou des mouvements maritimes, avancée par les Verts.

"Six mois après le 21 avril, la gauche dans son ensemble et le PS se remettent du coup qu'ils ont pris sur la tête", a par ailleurs estimé M. Strauss Kahn.

Jugeant que "la période de deuil" est "derrière nous", il a mis en avant "une volonté de relever la tête, de faire des propositions".

Un document sur le bilan Jospin a été remis aux participants, 150 selon les organisateurs. Après validation, il devrait être rendu public prochainement, a indiqué M. Soulage.
PARIS (AFP), 30 Novembre 2002 19h12

-----

Cassette Méry : Belot, seul prévenu
L'avocat comparaît pour avoir remis la bande à DSK. Retour sur les faits.

C'est une affaire de cassette «abracadabrantesque» qui ne fait plus trembler qu'un homme. Un avocat fiscaliste qui avait pour client un certain Jean-Claude Méry, promoteur immobilier, mais surtout collecteur de fonds pour le RPR. Me Alain Belot, poursuivi pour «violation du secret professionnel», comparaissait hier devant la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir remis la cassette originale des confessions posthumes de Jean-Claude Méry à Dominique Strauss-Kahn, alors ministre de l'Economie, en avril 1999. Et ce, sans en avoir reçu l'instruction, deux mois avant la mort de Méry. DSK a égaré la cassette, sans même la visionner. Me Belot est seul sur le banc des prévenus. Deux acteurs essentiels sont dans le public. Son ancien associé et ennemi, Allain Guilloux, qui l'a désigné comme le détenteur de l'original de l'enregistrement. Et le journaliste Arnaud Hamelin, venu filmer Méry, qui a donné, le premier, l'adresse du cabinet d'avocats.

La présidente Viviane Bourgeois reprend les faits. En 1994, à l'incarcération de Méry dans l'affaire des HLM, Me Belot n'a fait que gérer des dossiers fiscaux pour le promoteur, qu'il connaît peu. «En prison, des personnes lui avaient dit qu'il fallait qu'il se taise, raconte Belot, et qu'à sa sortie on lui déroulerait quasiment le tapis rouge. Mais non seulement les promesses n'étaient pas tenues, mais il faisait l'objet de menaces.» En décembre 1995, Méry est décidé à enregistrer une confession et demande à Belot s'il connaît «quelqu'un». Belot se tourne vers son associé Guilloux qui lui trouve Hamelin. On enregistre «un monologue» plus qu'une interview, rappelle la présidente. «Hamelin a remis la cassette à Méry qui me l'a donnée, en me disant : "Si un jour j'en ai besoin, je vous la demanderai."» Belot la met dans un coffre. Il soutient qu'il a agi en qualité d'«ami» plus que d'avocat. Un «ami» qu'il ne revoit plus guère jusqu'en 1998.

Entre deux matchs.

Cette année-là, c'est la Coupe du monde de football. Au cabinet Guilloux-Belot, on amène une télé. Entre deux matchs, on visionne la cassette Méry. «Guilloux m'avait dit que ça serait bien, en mesure de sûreté, qu'on en fasse deux copies, une pour lui et une pour moi.» «C'est l'erreur fatale, dit Belot, puisque au bout du compte c'est lui qui l'a remise au journal le Monde.» Le tribunal ne s'intéresse pourtant pas à cette divulgation au Monde, mais à la remise de la cassette à Strauss-Kahn. C'est le 6 avril 1999. Belot a rendez-vous avec le ministre ­ il a travaillé trois ans sous ses ordres ­ pour évoquer le dossier fiscal de Karl Lagerfeld, l'un de ses clients. «J'ai profité de ce rendez-vous officiel pour le voir dix minutes, explique l'avocat. J'ai sorti la cassette de ma poche : "Je te donne ça. Tu peux en faire ce que tu veux. Ça pourra t'intéresser."» Pour quelle raison ?, interroge la présidente. «Parce qu'elle me brûle les doigts, répond Belot. Je subis des pressions pour qu'elle soit vendue soit à un organe de presse, soit à un parti politique.» Il désigne son ex-associé. Plus tard, DSK dira à Belot qu'il «fait regarder», qu'il n'y a «rien de marquant». «C'était mon ancien patron, je suis allé vers lui ­ grosse erreur ­ pour qu'elle soit entre les mains de quelqu'un en qui j'avais confiance.»

«Foutue cassette».

Une juge assesseure reprend l'interrogatoire : «Dans quel but l'avoir donnée au ministre ?» «Ça pourrait lui être utile pour la Mairie de Paris, murmure Belot, dans le cadre d'une éventuelle campagne électorale.» L'avocat affirme que Méry, quelques mois avant, lui a annoncé sa maladie. «Il m'a dit que je pouvais en faire ce que je voulais.» Le procureur objecte : «La veille de son décès, Méry a précisé à sa femme que la cassette était en possession de Belot.» Trois mois après la mort de son mari, lorsqu'elle va voir l'avocat, Belot lui affirme que la cassette était «inexploitable» et qu'il l'a «détruite».

«Le 6 avril, reprend le procureur, non seulement vous avez remis la cassette, mais au même moment vous avez négocié l'imposition de votre client Karl Lagerfeld avec le ministre de l'Economie. Des questions se posent : Quel est le mobile ? Qu'est devenue cette foutue cassette ?» Questions sans réponse. D'autant que la Cour de cassation s'est refusée à transmettre le dossier DSK-Lagerfeld à la cour de justice. A l'encontre de Belot, donc, David Peyron requiert une peine de dix mois de prison avec sursis, une amende de 10 000 euros et deux ans d'interdiction d'exercer. Décision le 15 janvier.
Libération, Par Karl LASKE, jeudi 05 décembre 2002, p. 20

--------

Le show très réussi de DSK

Banquet, discours, orchestre et danse : DSK a proposé hier (21 novembre 2003) à ses amis du PS un show à l'américaine.

UN PORTRAIT dans chaque assiette montre un Strauss-Kahn souriant. L'invité vedette de la soirée a écrit de sa main, à l'encre rouge : « Merci de votre présence. C'est tous ensemble que nous construirons l'aternative ».
Hier soir, le Palais des sports d'Alfortville affiche complet lorsque DSK fait son entrée sous les projecteurs des télévisions avec une grosse heure de retard. Une panne du RER a compliqué, en effet, la venue des supporters parisiens ou du Val-d'Oise de l'ancien ministre des Finances de Jospin. Ambiance presque boîte de nuit. Le parquet du gymnase doit servir, après les discours, de piste de danse et, sur scène, le groupe les Enfants de la nuit entonne déjà un vieux tube de Hair : « Laissons, laissons entrer le soleil ».

Enfin Strauss-Kahn surgit, au côté de son épouse Anne Sinclair et de Jean-Paul Huchon, le président de la région Ile-de-France. DSK, qui a maigri de près de huit kilos, a retrouvé son punch. René Rouquet, le député et maire d'Alfortville, rappelle « l'enracinement du combat » dans une ville qui fêtera l'an prochain le centenaire de l'élection de son premier maire socialiste.
Après Huchon, alors que les convives se jettent sur saumon et crevettes, DSK attaque un discours qui se veut implacable pour le gouvernement. « Notre démocratie est fragilisée, lance-t-il. Le gouvernement ou, pour être plus précis, le gouvernement et le président de la République sont au coeur de cette dégradation ».
Comme pour ajuster le tir, l'élu de Sarcelles, qui n'oublie pas de faire référence à deux reprises à Jospin, ajoute : « J'avais choisi de laisser du temps avant de juger. Or, aujourd'hui, la France va mal, la France s'abîme, la France est en crise ». Il détaille ensuite ce qu'il considère comme « une accumulation de mesures de régression ». « Injuste », scande avec lui la salle alors que sont égrenées les critiques contre le bilan « édifiant, terrifiant accablant » du gouvernement.

« La France gronde »

Le moment fort : lorsque Strauss-Kahn s'adresse longuement et avec gravité au chef de l'Etat « au nom de cette partie de la France qui, pour refuser que le score de Jean-Marie Le Pen ne souille le visage de Marianne, a consenti à voter pour Jacques Chirac le 5 mai 2002 ».
« Ne voyez-vous pas qu'un nouveau 21 avril menace ? Ne voyez-vous pas, dans ses profondeurs, la France qui gronde ? Ne voyez-vous pas que la cohésion sociale se délite chaque jour davantage ? Ne voyez-vous pas, jusque dans votre camp, ceux qui renâclent et ceux qui refusent » ? Alors, d'une voix forte, DSK (qui ne prononcera jamais une fois le nom de Sarkozy) appuie ses mots : « Monsieur le président, il faut changer de gouvernement, et il faut surtout changer de politique avant qu'il ne soit trop tard. Prenez vos responsabilités ».
Sous les sunlights, le palais des sports acclame alors son champion. Il demande à tous d'être « fiers d'être socialistes ». Et la foule reprend : « Fiers d'être socialiste, fiers d'être socialistes... » Hier soir, à Alfortville, le PS a retrouvé des couleurs.
Philippe Martinat, Le Parisien, samedi 22 novembre 2003, p. 5

---------

DSK a faim d'Elysée
Meeting, colloque, Michel Drucker, etc.
Objectif: contrer Fabius pour l'investiture socialiste de la présidentielle 2007 (et devenir le premier président non catholique de la Vème République)

Il hausse le rythme sans enfourcher de moto, s'astreint à un régime mais n'apprécie pas les carottes râpées et préfère le plateau de Michel Drucker à celui de la Star Ac' : Dominique Strauss-Kahn, le candidat anti-Fabius, se jette dans le tour de chauffe élyséen. Deux éléments ont achevé de convaincre DSK de se lancer : le surplace de Hollande, incapable, à ses yeux, de redonner du souffle au PS, et l'accélération de Laurent Fabius, tout occupé à se relooker en vue de 2007. «Fabius s'est échappé du peloton, reconnaît un proche de Strauss-Kahn. Tout le monde s'est regardé et personne, à part Dominique, n'ose prendre sa roue.» Au vu du grand vide dont souffrent les socialistes depuis le retrait de Lionel Jospin, DSK s'est dit qu'après tout, lui aussi avait le droit de tenter sa chance : «Aujourd'hui, pour faire passer mes idées, je ne peux plus me reposer sur quelqu'un d'autre, comme au temps de Jospin, explique-t-il. Je dois donc les porter moi-même.» Convaincu que son ex-mentor, avec lequel il déjeune régulièrement, ne reviendra pas en piste, il attend que se dissipent les nuages de popularité qui portent les électrons libres Jack Lang, Bertrand Delanoë, voire Bernard Kouchner, à mesure qu'approchera l'échéance présidentielle. Dès lors, DSK est sûr que la compétition ne se jouera qu'entre les deux seuls postulants socialistes jugés, dans les sondages, crédibles pour la fonction : Fabius et lui-même.

Leitmotiv.
Dans ce but, cette fois, c'est sûr, DSK veut rompre avec l'image de dilettante qui lui colle à la peau et passer à plein temps. Et se débarrasser de ce statut d'intermittent de la politique toujours tenté d'aller voir ailleurs. Rien ne l'agace davantage que d'entendre seriner le leitmotiv selon lequel Fabius, lui, rêverait de devenir Président «depuis tout-petit». Strauss-Kahn veut le faire savoir : lui aussi a une grosse envie d'Elysée.

Pour le prouver, il va s'astreindre d'ici à Noël à «un petit mois de bataille pour préparer la grande», selon l'expression du député de Paris Jean-Christophe Cambadélis. Après un banquet pompeusement baptisé «de l'alternative» vendredi soir à Alfortville (lire ci-contre), Strauss-Kahn anime samedi un colloque de son club, A gauche en Europe, consacré aux «nouvelles inégalités», avant de participer le lendemain à un débat du Cercle Léon-Blum sur l'antisémitisme. Le dimanche suivant, 30 novembre, il sera l'invité de Michel Drucker à Vivement dimanche. «Une émission qui ne dévalorise pas la politique», confie DSK. Rien à voir, selon lui, avec celles de Thierry Ardisson ou de Marc-Olivier Fogiel où le passage de Fabius, qu'il a jugé raté, l'a conforté dans son refus de s'y produire.

Siamois.
Après les fêtes de fin d'année, le «DSK Tour» plongera dans la campagne des régionales. Pour aider ses camarades à affronter un «test national décisif», l'ancien locataire de Bercy est déjà invité dans une trentaine de villes. A ces virées provinciales il continuera d'adjoindre des escapades à l'étranger. Pour cultiver son appétence à jouer les têtes chercheuses cogitant sur l'avenir de la social-démocratie, mais aussi pour entretenir l'indispensable carnet d'adresses du présidentiable.

Si ce déploiement d'énergie lui permet de rattraper la foulée de Fabius, il restera alors à Strauss-Kahn à tenter de s'en démarquer. Jusqu'ici, les deux ex-ministres de l'Economie apparaissent surtout comme des frères siamois en «social-libéralisme». Les partisans de DSK insistent donc sur les nuances censées distinguer leurs passages respectifs à Bercy. A les écouter, leur champion se serait beaucoup plus soucié des catégories populaires. Son «volontarisme» pour soutenir la croissance, ses baisses d'impôts indirects (comme la TVA sur les travaux) ou sa croisade (avortée) pour supprimer la taxe d'habitation seraient autant de gages «de gauche» sans rapport avec la baisse de la tranche supérieure de l'impôt sur le revenu fomentée par Fabius. Côté avenir, le dessein strauss-kahnien a pour nom... «réformisme de rupture», selon l'expression de l'ex-ministre Pierre Moscovici. «Le PS doit être un parti qui veut changer radicalement les choses dans la société, mais par des méthodes réformistes», explique Strauss-Kahn. Pour alimenter ce «nouveau cycle» de «l'identité socialiste», il aspire à jouer sur deux fronts : puiser dans tout ce que la gauche compte d'associations, de clubs ou de syndicats et apporter sa pierre à la lente édification d'un «parti de toute la gauche». Loin de la tactique d'un Fabius obnubilé par la mutation écologiste du PS, l'alliance avec les Verts et l'entretien d'un réseau d'affidés au sein du parti. Comme le reconnaît un proche de DSK : «Là-dessus, nous ne sommes pas compétitifs. Mais pour la présidentielle, ce n'est pas pertinent. Jospin en a fait la démonstration en 1995. La démarche de créer une machine de guerre serait sanctionnée par les militants.»

Réflexe.
Telle est, au final, l'intime conviction de DSK. S'il se pense bien placé pour décrocher la casaque socialiste en vue du Grand Prix du président de la République, c'est qu'il est sûr que Fabius ne sera jamais désigné par les militants. Restera à transformer le réflexe «TSF» (Tout sauf Fabius), en vogue chez les adhérents du PS, en «PPDSK» : Pourquoi pas DSK...
Libération, Par Renaud DELY et Didier HASSOUX samedi 22 novembre 2003, p. 13

-------

DSK veut plus de Français immigrés en politique
Dominique Strauss-Kahn veut reconquérir les quartiers populaires . (LP/MATTHIEU DE MARTIGNAC.)

«LES ELUS sont aujourd'hui désignés par une partie limitée de la population. » C'est sur ce constat que Dominique Strauss-Kahn a refermé, hier à Sarcelles, les premières rencontres nationales des quartiers populaires. Organisée par son club Socialisme et démocratie, cette réunion à laquelle participaient élus, universitaires et associatifs comme Fadela Amara, présidente de Ni putes ni soumises, avait pour objectif avoué : la reconquête des quartiers populaires.

« Laisser s'éloigner de la vie collective les habitants de ces quartiers, c'est prendre le risque de voir la République se désagréger demain », a-t-il ainsi lancé. Et pour éviter une telle dérive, celui qui ne cache pas son intérêt pour l'Elysée en 2007 privilégie une solution : faire davantage de place au moment des élections pour les Français immigrés.

« Faire preuve de volontarisme »

A quatre mois des régionales, le député du Val-d'Oise parle même de discrimination positive. Pour DSK, ce qui vaut pour l'école (donner plus de moyens aux zones d'éducation prioritaire) peut s'appliquer à la composition des listes.
« Je ne suis pas favorable aux méthodes de discrimination américaines fondées sur une base ethnique. Mais s'il faut donner plus de moyens aux défavorisés, pourquoi pas », lâche-t-il. Avant d'ajouter : « Ce n'est pas sûr qu'on le fasse, mais le PS devrait faire preuve de plus de volontarisme et arrêter de nommer des personnes qui, soi-disant, ont été très utiles au parti. »

Quelques minutes plus tôt, au cours d'une table ronde, Julien Dray, porte-parole du PS et député de l'Essonne, avouait les difficultés actuelles du parti à reconnaître « cette nouvelle génération de Français » : « On va devoir passer à l'acte. »
De son côté, l'un des intervenants, Julian Mischi, chercheur au CNRS, rappelait que, si la gauche dans les années 1970 avait été pour certains un moyen de promotion sociale, l'aventure s'était soldée par un échec, en dépit des efforts faits lors des municipales de 1995 : « Ce n'était qu'une promotion de façade, beaucoup de jeunes issus de l'immigration ont démissionné », regrette-t-il.
Depuis, le gouffre entre les électeurs des quartiers et les partis politiques, la gauche en particulier, n'a cessé de se creuser. Le résultat des dernières élections n'en est qu'une illustration.
Emeline Cazi, Le Parisien, lundi 08 décembre 2003

--------

(Mai 2004) Dominique Strauss-Kahn, PS, est favorable à l'ouverture du mariage aux gays: «Pour moi, l'adoption par un couple homo, c'est oui»

Il a fallu dix ans au Parti socialiste pour accoucher douloureusement du Pacs. Combien de temps pour le mariage gay et l'adoption par les couples homosexuels ? Déclenché à la mi-mars (2004) par une pétition réclamant l'égalité des droits civils reprise à son compte par le député vert Noël Mamère, qui a décidé de marier deux hommes dans sa mairie de Bègles le 5 juin, le débat sur la revendication de l'accès au mariage et à l'adoption a suscité des réactions inattendues: le ministre de la Justice, puis le Premier ministre et enfin le président de la République ont dans la même journée du 29 avril promis qu'ils allaient «améliorer» le Pacs.

Curieusement, ce «tout sauf le mariage gay» n'a pas provoqué de réactions dans les rangs du PS. La question gêne : inscrite à l'ordre du jour du bureau national le 4 mai, elle a été repoussée à deux reprises. Hier soir encore, la direction tergiversait. Laurent Fabius, numéro 2, se dit «pas choqué par l'idée».
Jack Lang, Bertrand Delanoë, Patrick Bloche, patron de la fédération de Paris, et Malek Boutih, secrétaire national aux questions de société, se sont publiquement prononcés pour. Silence radio en revanche du côté du numéro 1, François Hollande. Pour plusieurs députés PS, la «frilosité jospinienne» du premier secrétaire tient de la faute politique.

Dominique Strauss-Kahn, l'un des présidentiables, a décidé, il y a plusieurs semaines, de se démarquer. Lundi (10 mai 2004), un sondage publié par Elle lui donne raison : 64 % des Français sont favorables au mariage des gays, 49 % à l'adoption par un couple homosexuel (58 % chez les sympathisants de gauche).

Etes-vous favorable au mariage et à l'adoption pour des couples de même sexe ?

Oui. Ma conception du socialisme est que chacun doit pouvoir maîtriser son destin et qu'il faut lutter contre toutes les formes de discrimination. Les droits des homosexuels doivent être les mêmes que ceux des hétérosexuels. Le seul argument de la droite pour s'opposer au mariage des personnes de même sexe, c'est de dire que le mariage doit servir à la procréation.
Cela ne résiste pas aux faits : près de 50 % des enfants naissent hors mariage aujourd'hui et il y a, à l'inverse, énormément de couples mariés qui n'ont pas d'enfants. Le lien entre la procréation et le mariage a été rompu. Par conséquent, qu'est devenu le mariage ? Une déclaration d'amour solennelle entre deux êtres qui s'aiment et un contrat afin de protéger les intérêts et le patrimoine des conjoints.
Pour ma part, je ne vois aucune raison de l'interdire à deux personnes du même sexe. Quant à l'adoption, le problème est plus compliqué, car les résistances dans l'opinion seront plus fortes. C'est pourtant la question essentielle et il ne faudrait pas, au prétexte qu'on ouvre le mariage, fermer l'adoption.

L'adoption doit être regardée du point de vue de l'enfant plus que du point de vue des parents. Certains pensent que, par nature, il est dommageable pour un enfant d'être élevé par un couple homosexuel. Je considère que c'est une faute morale, et, sauf à ce qu'on me démontre le contraire, un non-sens scientifique.

L'orientation sexuelle ne détermine pas l'aptitude à élever un enfant. La réalité de l'homoparentalité aujourd'hui en est une illustration qui tord le cou aux idées reçues. Ce qui compte c'est le bonheur de l'enfant et son avenir, avec un couple hétérosexuel ou homosexuel. Sans compter que la réalité est encore plus brutale : pour l'enfant, la question c'est être adopté ou rester abandonné.

Sur l'adoption par un couple homosexuel, c'est oui ou peut-être ?

Posé comme cela, pour moi c'est oui. C'est oui, car il faut aller au bout de la lutte contre les discriminations. Néanmoins, il est indispensable de préparer la société par le débat. Cela ne veut pas dire qu'il faille obligatoirement suivre la société et attendre qu'il y ait une majorité. On n'aurait jamais aboli la peine de mort dans ces conditions.

Faire de la politique ce n'est pas suivre ce que veut l'opinion et en faire son programme ; c'est au contraire identifier l'intérêt général et travailler à le faire partager par l'opinion. C'est pour cela que je souhaite que le PS et la gauche prennent rapidement position.
En attendant, j'ai créé sur ces questions au sein de mon club «A gauche en Europe» un groupe de travail, présidé par Christophe Girard (adjoint vert à la mairie de Paris) qui comprend des pédopsychiatres, des juristes, des sociologues, des représentants des parents d'élèves... Ces travaux seront présentés dans le cadre d'un colloque, le 24 juin (2004).

Etes-vous prêt à célébrer un mariage homosexuel en mairie?

Noël Mamère et moi partageons le même objectif : l'égalité de tous les citoyens de la République. Simplement, pour changer la loi, je préfère la confrontation démocratique à la provocation juridique. Un grand débat sera plus utile qu'un coup d'éclat.

La question des droits des homosexuels est-elle une question à part pour vous ?

Non, elle est indissociable de l'avancée des libertés dans notre société. Les pays du Nord sont en avance. L'exemple espagnol, avec l'annonce de Zapatero sur le mariage des couples homosexuels, apporte la preuve que mêmes dans les pays du Sud plus traditionalistes, quand la gauche est au pouvoir, elle peut faire avancer les choses.

Selon vous, la différence entre droite et gauche ne se joue donc plus sur le terrain économique et social...

Aujourd'hui, tout le monde voit bien qu'il y a une différence entre la droite et la gauche dans le domaine social. La droite veut libérer le marché, alors que nous, nous voulons libérer l'homme et la femme, les mettre au coeur des préoccupations politiques. Ce clivage est tout aussi pertinent sur les questions de société. Nul n'oublie que la majorité de la droite se prononça contre l'avortement, le Pacs ou la pénalisation des propos homophobes. La droite se prononce aujourd'hui contre le mariage des couples homosexuels.

Il y a au PS un courant de pensée hostile au mariage en général, hétéro et homo...

Faire en sorte que les homosexuels puissent se marier, c'est aussi leur donner le droit de ne pas se marier.
Libération, Par Charlotte ROTMAN et Blandine GROSJEAN, mardi 11 mai 2004, p. 14

------

Strauss-Kahn, l'outsider tapi sous le oui
L'ancien ministre mise sur l'usure de Hollande et Fabius dans leur duel au PS sur la Constitution européenne.

Dans son costume gris, ce mardi 19 octobre (2004) à l'Assemblée nationale, Dominique Strauss-Kahn ressemble à un matou tapi au bout de la table. A ses côtés, quatre de ses collègues députés rivalisent en longueur pour torpiller le budget de Nicolas Sarkozy. Quand arrive son tour, l'ancien ministre des Finances de Lionel Jospin se contente de quelques phrases assassines. Il se réserve pour la motion de renvoi du budget en commission qu'il doit défendre, deux jours plus tard, pendant une heure et demie dans l'hémicycle. Le dos rond le mardi, le torse bombé le jeudi : tout le DSK, version automne 2004, est là. Entre patience et impatience. Entre frein qu'il faut ronger et volonté d'en découdre.

Dominique Strauss-Kahn sait que la bagarre en cours entre partisans du oui et du non au traité constitutionnel européen lui impose une cure d'ombre. Depuis qu'ils ont pris chacun la tête d'un camp, François Hollande et Laurent Fabius en sont les héros. Résultat, avant l'été, DSK était déjà dans la position de l'outsider dans la course présidentielle interne au PS. Derrière Fabius et Hollande. Il l'est toujours. Mais il veut profiter du combat sans merci que se livrent les numéros 1 et 2 du PS pour se retrouver en position de challenger. Son pari est le suivant : il pense que ses deux rivaux laisseront nécessairement des plumes dans la bagarre. Si le non l'emporte, Fabius sera affaibli. Si le oui gagne, Hollande, certes renforcé, aura écorné son image de leader consensuel. Et le premier secrétaire devra dès lors assumer davantage la ligne «réformiste» définie au congrès de Dijon en mai 2003.

«Grande famille».
La semaine dernière à Lyon, lors d'un meeting, Strauss-Kahn a donc insisté sur le vrai «débat» qui sous-tend la campagne référendaire : «La question est de savoir si nous serons définitivement un parti réformiste. (...) Le PS est resté le seul grand parti torturé par ses démons du passé. Si le oui l'emporte, il rejoindra la grande famille sociale-démocrate.» Juste avant le meeting, le député du Val-d'Oise avait été encore plus clair : la consultation sur le traité constitutionnel est l'occasion de «refermer la fameuse parenthèse» gestionnaire ouverte en 1983 par la gauche au pouvoir. «Si le oui l'emporte, les choses seront claires. Nous ne serons plus obligés de nous cacher quand un communiste ou un gauchiste nous traitera de sociaux-traîtres.» Pour formaliser cette «étape décisive» qui fixera les lignes «pour des décennies», l'ancien ministre des Finances est d'ailleurs le seul à réclamer l'organisation d'un congrès après le référendum interne. «Le oui n'est pas anecdotique. On ne recommencera pas après comme avant», explique Bernard Soulage, vice-président de la région Rhône-Alpes.

Le projet 2007.
Si DSK solennise cet enjeu, c'est qu'il estime, une fois Fabius marginalisé, être le mieux placé pour incarner ce «réformisme de gauche». Jean-Christophe Cambadélis, député de Paris, se rassure : DSK «mise sur son point fort, son image de producteur d'idées. On se retrouvera après la victoire du oui sur nos bases, pas sur celle des autres». DSK et ses amis soulignent, au passage, qu'ils squattent les équipes chargées d'animer le débat sur le projet pour 2007 (lire ci-contre). Et après avoir rédigé le rapport Prodi dans lequel il formule 50 propositions pour l'Europe, puis explicité sept exigences pour le projet socialiste, DSK publiera un plaidoyer pour le oui sous forme de «Lettre aux enfants d'Europe», au cours de la première quinzaine de novembre.

Cette stratégie n'empêche pas les atermoiements. Dans un premier temps, le député du Val-d'Oise a voulu obliger Hollande à «mutualiser le oui». Pour mieux partager les dividendes d'un succès après le 1er décembre. Depuis, DSK s'est fait une raison : la personnalisation étant inévitable, il fait contre mauvaise fortune bon coeur. Sa nouvelle ligne de conduite : jouer au bon élève du oui, en multipliant les déplacements de campagne. Quitte à supporter qu'Hollande tire la couverture à lui. Ce qui ne va pas sans accroc : DSK n'a pas apprécié que le premier secrétaire, qui avait promis de ne pas en être, ait pointé son nez à un meeting organisé à Paris, le 13 octobre, en présence de Poul Rasmussen, patron du Parti socialiste européen (PSE). Comme des prémices de la bagarre Hollande-DSK qui suivrait une victoire du oui.

C'est là qu'intervient la stratégie vis-à-vis de Fabius. Pendant cette campagne, DSK ne ménage pas son successeur à Bercy. A Lyon, il a ironisé sur «la sincérité» de certains partisans du non. Il a parlé de leurs arguments «infantiles de séances» : «C'est bon de dire non. Mon fils disait non. Ça lui a passé quand il a grandi.» Plus sérieusement mais tout aussi vachard, son entourage explique en petit comité que les tenants du non sont «fondamentalement opposés à la construction européenne».

Union et division.
Pourtant, après le 1er décembre, les amis de DSK assurent vouloir «tendre la main» à tous ceux qui se reconnaîtront dans la ligne réformiste qui se dégagera en cas de victoire du oui. Et donc à des fabiusiens libérés du corset de la posture tactique de leur mentor. Dans le Rhône, l'ancien ministre a évoqué le «talisman de l'union». «Attention à la division durable», prévient Cambadélis. Si «le oui change l'eau du bain», les trois mêmes bébés s'y retrouveront. Mais Hollande et Fabius auront davantage de savon sous les pieds pour en sortir les premiers.
Par Paul QUINIO, lundi 25 octobre 2004 (Liberation - 06:00), Libération, 25 octobre 2004, p.14

-------

(Novembre 2004) Le combat DSK-Fabius

Le 1er décembre (2004), les militants PS vont-ils dire oui ou non à la Constitution européenne ? Le suspense reste entier et la bataille fait rage.
La preuve : la publication de deux livres coups de poing. Les auteurs ne se font aucun cadeau.

AVOCAT DU NON, Laurent Fabius, après avoir hésité, avait décidé de reporter au printemps 2005 la parution du livre auquel il avait commencé de travailler en réunissant un certain nombre de ses discours. Un de ses thèmes-clés : évidemment l'Europe.
Et puis, il y a peu, l'ancien Premier ministre apprend, semble-t-il par une indiscrétion, que son rival Dominique Strauss-Kahn, avocat du oui, s'apprête à publier un essai pugnace, passionné et pédagogique pour plaider sa cause auprès d'une gauche rétive.

Le choc de deux livres

Aussitôt, Fabius décrète le branle-bas de combat, change son fusil d'épaule et, avec l'aide de quelques proches, entreprend de « boucler » au sprint un bouquin aussi enlevé et fiévreux que celui de DSK. Et, cette fois-ci, totalement centré sur l'Europe.

A l'arrivée, le résultat est, d'abord, amusant. Sous le titre « Oui. Lettre ouverte aux enfants d'Europe », Strauss-Kahn publie chez Grasset, sur 174 pages et pour 9 euros, un livre qui dit « oui au oui » et, pour qu'on le comprenne bien, « non au non ».
Il est dédié, notamment, à Léon Blum, « le socialiste qui, face à la pression communiste, exhortait les siens à être eux-mêmes ».
François Mitterrand y est présenté (page 163), comme un « homme d'exception ». Et, tandis qu'il est dit pis que pendre du discours gauchiste et des pratiques droitières de Guy Mollet (qui est visé ?), le bouquin démarre sur une formule digne de Pierre Mendès France : « Puisque nous voulons gouverner, il faut choisir. »
Les socialistes qui hésitent aujourd'hui sont priés de rester fidèles à eux-mêmes, donc à l'Europe.

Au même moment, sous un titre un tantinet gaullien (« Une certaine idée de l'Europe »), Fabius propose chez Plon, sur 125 pages (mais c'est en plus petits caractères) et pour 8 euros seulement, une philippique pas moins passionnée contre une Europe qui, « à force d'être molle », tourne le dos, nous dit-on, au projet des « pères fondateurs » (page 15), et où il n'est plus question (ou presque) que de « marché » et de « concurrence ».
Bref, on glisserait tout droit, si le oui devait l'emporter, vers une « Europe diluée, libérale et atlantique ». Ce faisant, Fabius affirme obéir à ses convictions (qui « ne datent pas d'hier ») et rester fidèle à la « grande figure de François Mitterrand » (page 65). Comme DSK, il invoque, après Hugo et Jaurès, l'héritage de... Blum.

Le choc des deux livres - Fabius répliquant à Strauss-Kahn - est passionnant et instructif.

1.
Plus la campagne avance, plus les positions, ce qui est logique, se radicalisent. DSK est désormais pour le oui à... 120 %. Et Fabius a oublié qu'il avait dit un moment « non, sauf si... ».
2.
La preuve est faite qu'un même texte peut nourrir deux analyses strictement contradictoires. Car, au-delà du « traité Giscard », c'est une vision globale de l'Europe que Fabius invite à sanctionner « la dilution, la division et la démission » tandis que DSK parie, lui, sur les dynamiques de l'Europe.
3.
Au terme du combat et quel qu'en soit le résultat, les deux protagonistes parviendront-ils à se retrouver, puis à se rassembler ? Les coups, aujourd'hui, pleuvent si dru qu'on peut - au moins - s'interroger. Même si les deux hommes, récusant le souverainisme, entendent tous les deux être classés dans la catégorie des européens... authentiques.
Dominique de Montvalon, Le Parisien, 5 novembre 2004, p. 6

------

(12 février 2005) DSK chante l'international pour diriger le choeur du PS
Strauss-Kahn veut préempter la bataille du oui et attaque Chirac sur sa vision du monde.

Doubler Hollande, égaler Chirac.
Dans une mise en scène parfaitement orchestrée, Dominique Strauss-Kahn a tenté d'apparaître, samedi (12 février 2005), à la fois comme le dirigeant socialiste le plus en pointe pour prôner le oui à la Constitution européenne, et comme le prétendant le plus sérieux pour la présidentielle de 2007.

A l'occasion d'un colloque de son club «A gauche, en Europe» consacré aux «relations transatlantiques», il a réuni à Paris le gratin de la gauche internationale. Pour échanger des points de vue. Mais aussi pour une «photo de famille», devant une enfilade de drapeaux, aux côtés des Italiens Romano Prodi et Massimo D'Alema, du Grec Georges Papandréou, du Portugais Antonio Guterres, du Polonais Bronislaw Geremek et de l'Américain John Nye, ex-conseiller de Clinton.
Le tout au lendemain du meeting commun de Chirac et Zapatero, vendredi à Barcelone, en faveur du oui au traité européen (Libération des 12 et 13 février). Et, juste avant le lancement officiel de la campagne du PS en faveur du même traité, programmé par François Hollande pour aujourd'hui. Le premier secrétaire doit présenter le slogan ­ «Franchement oui !» ­ et les visuels qui l'accompagneront jusqu'au référendum de juin. Comme pour chercher à étouffer le non de gauche audible jusque dans les rangs du PS.

Samedi, DSK a voulu brûler la politesse au patron du PS en lançant un «appel aux Français de gauche». Selon lui, si le non devait l'emporter dans le pays «l'existence même de l'Europe» serait en jeu. Son entourage récuse toute «intention maligne» mais reconnaît une «volonté de montrer qu'on peut compter sur Dominique. Plus que jamais». Sa participation, jeudi, à son second Cent minutes pour convaincre, sur France 2, en deux ans, sera une autre occasion de le prouver. Comme de démontrer que son «oui de gauche n'est pas le même que le oui de Jacques Chirac».

«Avatar».
Plus atlantiste que la moyenne des dirigeants PS, DSK s'est aussi efforcé, samedi, d'aller chercher le président de la République sur son «domaine réservé» : les relations internationales. «Isolée sur la scène européenne, la France de Jacques Chirac est aussi un obstacle dans la réinvention du partenariat transatlantique», a affirmé l'ex-ministre de l'Economie. Il a ensuite moqué «la perpétuation illusoire d'une attitude gaullienne» sur la scène internationale, puis dénoncé «le monde multipolaire» version Chirac. Selon lui, un «avatar contemporain de l'équilibre des puissances», une «approche gravement erronée».

Silence.
En attaquant Chirac sur sa vision du monde, DSK mouche évidemment Hollande et tous les prétendants socialistes à l'Elysée. Car le silence collectif du PS sur les questions internationales est éloquent. La semaine dernière, aucun éléphant n'a daigné commenter l'amorce de rapprochement franco-américain. Ni l'opération séduction conduite à Paris par Condoleezza Rice.
Par Didier HASSOUX, lundi 14 février 2005 (Liberation - 06:00), p. 12

------

(17 février 2005) Le face-à-face DSK - Gaymard

L'AMBIANCE se tend soudainement. Il est 22 heures hier soir (17 février 2005) sur France 2. Hervé Gaymard vient de s'installer face à Dominique Strauss-Kahn sur le plateau de « 100 minutes pour convaincre ».
Le ministre de l'Economie est aussitôt interrogé sur son fameux appartement. Après les explications embarrassées de Gaymard, DSK lui lance : « Comment se fait-il que vous ayez accepté d'entrer dans cet appartement, qu'il ne vous soit pas apparu que c'était un scandale, alors que le loyer mensuel est de 14 000 € ? »

« Moi j'habitais chez moi »

« Avec d'autres ministres, nous louons des logements de fonction dans Paris et c'était aussi le cas dans le gouvernement Jospin », tente de se défendre Gaymard. « Moi j'habitais chez moi », rétorque l'ex-ministre des Finances socialiste, qui revient à la charge : « Comment ne vous êtes-vous pas rendu compte que prendre un appartement dont le loyer équivaut à dix fois le Smic était inacceptable ? » « Je vais vous dire une chose, je ne savais pas le prix quand j'y suis entré, reconnaît alors Gaymard. Dès que je l'ai su, je me suis dit que je n'allais pas y rester. »
Puis les deux hommes s'affrontent sur l'économie, la croissance, le pouvoir d'achat. Gaymard plaide pour une « relance de l'intéressement ». Strauss-Kahn veut un « Grenelle des revenus ». Face à un DSK pugnace, Gaymard, toujours tendu, peine à argumenter.

Strauss-Kahn, qui a également ferraillé avec Jean-Pierre Chevènement sur l'Europe, aura cherché hier soir à affirmer son image de présidentiable. D'emblée, Olivier Mazerolle cite d'ailleurs un de ses proches, Jean-Christophe Cambadélis, qui affirme : « Non seulement Dominique sera candidat en 2007, mais il sera élu. »
« Jean-Christophe est un bon analyste de la vie politique, mais il aime un peu trop les paris, sourit l'intéressé. La question, c'est que faut-il faire pour que la gauche gagne dans deux ans ? »
Dans le public, au côté d'Anne Sinclair et de Pierre Mauroy, Jack Lang est attentif. « L'important aujourd'hui, poursuit Strauss-Kahn, c'est de savoir ce que nous voulons dire aux Français. C'est le projet. Si le jour venu il apparaît que je suis le mieux placé, je n'hésiterais pas à y aller. Si c'est un autre, je n'hésiterais pas à le soutenir... »
Didier Micoine, Le Parisien, vendredi 18 février 2005, p. 4

------

vendredi 17 mars 2006, 16h55 Dominique Strauss-Kahn appelle Jacques Chirac à suspendre le CPE

PARIS (AFP) - L'ancien ministre socialiste Dominique Strauss-Kahn a lancé vendredi un appel au président Jacques Chirac, lui demandant de mettre "fin aux violences en suspendant le CPE et en ramenant les différentes parties à la table de négociations".

Dans une lettre ouverte au président de la République, le candidat à l'investiture présidentielle de son parti (en concurrence avec Laurent Fabius, et notamment Ségolène Royal) estime que "la crise créée par le CPE doit maintenant connaître son dénouement".

"Attendre le pourrissement de la situation est une tentation indigne de notre pays", écrit M. Strauss-Kahn, en soulignant que "déjà des policiers ont été blessés, des commerces saccagés, les facultés sont occupées ou libérées par la force" et que "la situation est lourde de menaces".

"Aucune loi ne mérite de mettre la France dans cet état, ni de faire prendre à notre pays de tels risques", écrit encore le député du Val d'Oise.

Pour lui, "un nouveau texte, négocié avec les partenaires sociaux, pourrait se substituer au CPE et la France sortirait de l'impasse dans laquelle cette loi contestée l'a plongée".

"Vous connaissez le risque de l'entêtement et le danger de la rue", écrit encore l'ancien ministre, qui demande au président de la République de prendre "la mesure de la gravité de la situation".
Yahoo.fr, actualités, vendredi 17 mars 2006, 16h55

--------

(23 mai 2006) DSK a moins de 365 jours pour convaincre

L'ancien ministre de l'Economie, candidat à la candidature socialiste pour la présidentielle, publie un livre, chronique de l'année écoulée, pour se mettre «en situation».

LE COMPTE à rebours de Dominique Strauss-Kahn a commencé. A un peu moins d'un an de l'élection présidentielle, celui qui se verrait bien candidat du PS, publie aujourd'hui 365 jours (éditions Grasset). Ni «essai» ni «programme», ce journal de l'année écoulée se présente comme une «mise en situation». «Gouverner c'est aussi cela : être capable d'avoir un avis sur les affaires du monde sans pouvoir attendre la rédaction d'une note, l'avis d'un expert ou la création d'une commission», écrit-il, décidé à prouver qu'il a le bon profil pour le rôle.

Le candidat Jack Lang «devenu improbable»

DSK commente donc l'actualité, petite ou grande, et livre ses «solutions» : le référendum sur la Constitution européenne, le congrès du PS, l'embrasement des banlieues, la délocalisation de l'entreprise HP de Grenoble, la crise nucléaire en Iran, l'essor des nouvelles technologies, les élections en Allemagne ou en Italie, etc. Qu'aurait-il fait à la place des gouvernants ? Les réponses se trouvent dans autant de notes plus ou moins longues. Celles-ci ont-elles été rédigées à chaud ou avec recul ? Impossible de le savoir.

Dans la course à l'investiture, DSK fait figure d'éternel outsider. Depuis qu'il a fait part de ses ambitions, l'ancien ministre de l'Economie n'a jamais fait la course en tête : Fabius était toujours «plus haut gradé», Royal «plus populaire»... Longtemps, il a été victime de sa réputation de «dilettante» ou d'un soupçon : il préparerait le retour de son mentor, Lionel Jospin. Au congrès du Mans, l'année dernière, il choisit de soutenir François Hollande à la tête du parti. Aujourd'hui, Strauss-Kahn se dit déterminé à être candidat. Mais le doute est toujours présent : aurait-il laissé passer sa chance ? Avec son livre, prévu de longue date, il espère relancer sa campagne.

En filigrane, le livre dresse le portrait du président idéal selon Strauss-Kahn. «Le président ne saurait varier au gré des ressacs de l'opinion publique, écrit-il. Il ne pourrait être un président-ectoplasme qui ne s'enquerrait des sondages que pour s'y conformer. Il lui faut savoir ce qu'il veut pour la France.» Il prône la «compétence» pour exercer des responsabilités, car elle est «la condition de l'indépendance».

Contre le «renoncement», Dominique Strauss-Kahn veut proposer un «projet» aux Français, qui concilie «justice» et «efficacité» économique. «Seul l'avènement d'une gauche débarrassée tant de ses oripeaux révolutionnaires que des scories du XXe siècle peut permettre de sauver le modèle de société que nous offrons au monde», estime-t-il. La menace, pour DSK, c'est Nicolas Sarkozy, qui veut «incarner la rupture libérale».

La chronique de l'actualité politique lui permet aussi de régler des comptes avec ses camarades socialistes. Tout d'abord, le premier secrétaire François Hollande, épinglé plusieurs fois. Ainsi, lorsqu'il raconte son entretien en vue du congrès du Mans : «Dans ces moments, François Hollande est toujours sincère et agréable, astucieux, caustique avec les autres. Malheureusement, je sais d'expérience qu'ils ne durent guère.» Le plus populaire des candidats, Ségolène Royal, n'est pas épargné : «Les circonstances des sondages ne sont pas celles des élections.»

Quant aux autres ? Laurent Fabius est présenté comme un candidat possible «devenu improbable». Jack Lang n'est pas cité sur la ligne de départ. Enfin, si Lionel Jospin est souvent évoqué en exemple politique, Dominique Strauss-Kahn se permet néanmoins de corriger son analyse «trop classique» de la mondialisation.
Nicolas Barotte, lefigaro.fr, 23 mai 2006, (Rubrique France)

--------

(28 juin 2006) Strauss-Kahn attaque à tout-va
Tenant meeting, DSK a critiqué le bilan de la gauche au pouvoir.

DSK a frappé hier soir là où cela fait mal. Mal à Lionel Jospin.
Au moment où l'ancien Premier ministre entrouvrait la porte de sa candidature à la présidentielle, Dominique Strauss-Kahn rappelait l'échec de 2002 : «Après cinq ans au pouvoir, nos électeurs nous ont rejetés. Nous avons été élus en 1981, battus en 1986. Elus en 1988, battus en 1993. Elus en 1997, battus en 2002. Par ceux-là mêmes pour lesquels la gauche pensait avoir travaillé. Trois fois de suite, c'est inacceptable !»
«Si on nous rejette au bout de cinq ans, c'est qu'on n'a pas rempli le contrat. Ceux qui ne sont pas capables de garder le pouvoir ne sont pas la vraie gauche !» a tonné l'ancien proche de Jospin sous les applaudissements des militants parisiens.

Dans la salle, le député Jean-Christophe Cambadélis, proche de DSK, minimisait les propos de Lionel Jospin, sur le thème : il n'a pas dit qu'il était candidat mais il a seulement parlé des conditions politiques d'un éventuel retour.

Dominique Strauss-Kahn tenait hier soir son premier meeting de campagne. Marchant sur une estrade au milieu de plusieurs centaines de ses supporteurs, au gymnase Japy (Paris XIe), l'ancien ministre s'est exclamé : «2007 n'est pas 1997 ! J'entends dire qu'en 2007, on pourra faire comme en 1997. Mais la situation n'est plus la même. Des économistes en culottes courtes, il y en a partout, même au sein du parti socialiste...»

«Nous ne construirons rien sur le mensonge», a affirmé DSK, pronostiquant que «le débat de la présidentielle tournera autour de l'exigence de vérité». «Ils nous mentent, ceux qui accumulent les promesses les plus inimaginables.»

A l'exigence de vérité, DSK ajoute la «générosité». «La France, ma France est généreuse», dit-il. Et d'évoquer le cas de «ces deux petits prématurés dans leur couveuse. Il y a quelques années ou dans d'autres pays, on ne les aurait sans doute pas sauvés. Mais en les voyant, j'étais fier. Fier de mon pays et fier parce que ce sont mes petits-enfants».

Mais DSK n'a pas fait que dans le sentimental, surtout avec la droite. S'en prenant «aux patrons qui partent les poches pleines quand les caisses de l'entreprise sont vides», l'ancien ministre des Finances tonne : «Le modèle est donné au sommet de l'Etat : on peut faire n'importe quoi et ne jamais être puni de rien !»
Libération, par Jean-Dominique MERCHET, QUOTIDIEN : jeudi 29 juin 2006, p. 8

-------

Paru le : 04/07/2006 DSK invente un nouveau meeting

INNOVER à tout prix pour sortir la tête de l'eau.

Malmené dans les sondages, irrité par l'offensive de Lionel Jospin (qui le prive de certains soutiens dans la bataille des présidentiables PS), Dominique Strauss-Kahn a inauguré, hier au Théâtre Dejazet (Paris IIIe), une nouvelle forme de meeting politique : le meet-up.
Traduction : la rencontre en chair et en os entre un candidat et ceux qui lui écrivent régulièrement sur le Net.
Une idée lancée par le candidat démocrate John Kerry lors de la dernière présidentielle aux Etats-Unis.

Mais, hier, les blogueurs n'étaient pas très nombreux au rendez-vous : deux cents personnes tout au plus. « Ce sont les plus motivés qui comptent, argumente-t-on dans l'entourage de DSK. On souhaite qu'ils deviennent nos sergents recruteurs sur la Toile. Négliger cette forme de communication serait une grave erreur : le Web touchera entre trois et cinq millions de personnes lors de la prochaine présidentielle. »

« Plusieurs névroses dans ma vie »

Pendant près de deux heures, DSK s'est livré au jeu des questions-réponses. En répondant même aux plus indiscrètes.
Ainsi Bubu 74 lui demande où « il partira en vacances » avec Anne Sinclair, présente hier soir à ses côtés.
Réponse de l'intéressé : « J'ai plusieurs névroses dans la vie. Il y a les gadgets électroniques qu'on me reproche souvent de tripoter. Le jeu d'échecs. Et aussi le Maroc. J'ai besoin d'y aller régulièrement, de m'y retrouver.
On partira donc avec Anne dans notre maison de Marrakech. Mais quand ? Ça, ce n'est pas encore très net. »

Plus sérieusement, DSK est longuement revenu sur le débat européen et la campagne référendaire. Un tournant, selon lui, dans l'utilisation des nouvelles technologies : « On s'est aperçu que la campagne officielle pour le oui s'était déroulée dans les médias traditionnels.
Et la campagne populaire, celle plutôt en faveur du non, sur les blogs. Il y a de quoi faire réfléchir. J'ai la conviction absolue qu'une partie de la bataille s'est jouée là. »
Frédéric Gerschel, Le Parisien, 4 juillet 2006, p. 10

-------

Vendredi 14 juillet 2006 - 14:55 Jacques Chirac condamne l'intervention israélienne au Liban

PARIS (Reuters) - Jacques Chirac a vivement condamné vendredi l'intervention armée israélienne au Liban et proposé l'envoi dans la région d'une mission de l'Onu pour favoriser un règlement du conflit entre les parties.

"Je suis tout à fait consterné par ce qui se passe actuellement au Proche-Orient", a déclaré le président français lors de son traditionnel entretien télévisé du 14-Juillet.

"Dans une affaire de cette nature, tout le monde est responsable", a-t-il dit.

Toutefois, "on peut se demander s'il n'y a pas aujourd'hui une certaine volonté de détruire le Liban, ses équipements, ses routes, ses communications, son énergie, son aérodrome", a estimé Jacques Chirac, qui a jugé "tout à fait disproportionnées" les réactions d'Israël aux attaques du Hezbollah libanais.

L'Etat juif a déclenché des raids aériens au Liban et a renforcé son blocus aérien, maritime et terrestre après l'enlèvement de deux soldats israéliens par des membres de l'organisation chiite pro-iranienne qui ont aussi tué huit autres militaires.

Le Hezbollah a riposté en tirant des dizaines de roquettes sur le nord d'Israël. Les affrontements ont causé la mort de plus de 60 civils côté libanais et de deux personnes en Israël.

ENVOI D'UNE MISSION DE L'ONU

A la question de savoir si le Hamas et le Hezbollah avaient agi avec l'assentiment de la Syrie et de l'Iran, Jacques Chirac a estimé qu'ils ne pouvaient pas, selon lui, "avoir pris ces initiatives seuls".

Face à cette escalade sans précédent depuis dix ans au Proche-Orient, le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir d'urgence vendredi à la demande du Liban.

Face à ce qu'il présente comme "une vraie situation dangereuse", Jacques Chirac prône l'envoi "de toute urgence" d'une mission de l'Onu dans la région, qui pourrait notamment se rendre en Israël, dans les territoires palestiniens et en Syrie.

Selon le chef de l'Etat français, les priorités sont aujourd'hui d'obtenir la libération des prisonniers israéliens, puis un cessez-le-feu. Il suggère en outre d'étudier les modalités de l'envoi d'une force internationale à la frontière entre Israël et le Liban.

Sur un autre sujet de tension de l'actualité internationale, Jacques Chirac s'est également dit très préoccupé par le dossier du nucléaire iranien.

"Je souhaite que l'on arrive à un accord mais je suis, là aussi, extrêmement inquiet", a-t-il dit.

"La main tendue du groupe des Six", qui ont fait des propositions à l'Iran pour l'inciter à abandonner son programme d'enrichissement de l'uranium, "n'a pas été rejetée par l'Iran. Elle a fait l'objet d'un peut-être", a fait remarquer le président français. Mais cette "main ne sera pas indéfiniment tendue", a-t-il ajouté.

A la demande du groupe des Six (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France et Allemagne), le Conseil de sécurité de l'Onu doit examiner une résolution rendant obligatoire la suspension des activités nucléaires sensibles de l'Iran, soupçonné de dissimuler un programme militaire.

Si Téhéran ne respecte pas la volonté du Conseil, celui-ci pourrait alors envisager des sanctions.

Les dossiers libanais et iranien seront au menu des discussions du sommet du G8 ce week-end à Saint-Pétersbourg, en Russie, où Jacques Chirac retrouvera, pour la dernière fois de son mandat, les dirigeants des autres plus grands pays industrialisés.
liberation.fr, REUTERS : Vendredi 14 juillet 2006 - 14:55

------

13/07/2006 12:39 Jacques Chirac «n'a pas été à la hauteur de sa fonction», pour Dominique Strauss-Kahn

PARIS (AP) -- Le président Jacques Chirac «n'a été à la hauteur ni de sa fonction ni des défis immenses que notre pays doit relever», assène jeudi le candidat socialiste à la candidature Dominique Strauss-Kahn dans «Le Parisien-Aujourd'hui en France».

«Le bilan» de Jacques Chirac, «c'est celui d'une République défaite par le marché et l'argent sur le plan social, par la démission de la volonté sur le plan politique, par le cynisme et le clanisme sur le plan moral», estime «DSK» à la veille des festivités du 14 juillet.

Le chef de l'Etat «n'a jamais été capable de proposer des réponses» à la mondialisation, «se contentant d'épouser les angoisses du pays».
«Produit de l'ENA», «il n'a pas de conviction et moins encore d'imagination», affirme M. Strauss-Kahn.

Quant au président de l'UMP Nicolas Sarkozy, avec lui «c'est marche ou crève et c'est toujours moins: moins de social, moins de libertés, moins de droits».

Pour autant, «la gauche n'en profite pas», déplore «DSK», qui s'en prend au Premier secrétaire du PS François Hollande. «Depuis quatre ans, la direction du PS a failli. Elle n'a été capable ni de proposer une véritable alternative ni de dégager un leader».
«Le parti a été dirigé de manière telle que nous avons tardé à produire notre projet qui, en plus, ne provoque aucun enthousiasme», car «il s'agit plus d'un catalogue de mesures que d'un projet», déplore-t-il. AP
Yahoo.fr, actualités, 13/07/2006 12:39

-------

(30 juillet 2006) DSK avec sandwichs et sans-papiers
Le député socialiste a organisé à Sarcelles (Val-d'Oise) une «grande fête de la fraternité».

Massés sous les tentes pour échapper aux trombes d'eau, les participants de la «grande fête de la fraternité» organisée hier à Sarcelles (Val-d'Oise) avalent merguez, taboulé et poulet grillé en attendant la star de la journée. Ils en sont à la tarte aux pommes quand Dominique Strauss-Kahn, député (PS) de la circonscription et initiateur de cette fête, débarque au stade Léo-Lagrange.
Il évacue tout de suite la question de la récupération : «Je préfère être taxé de récupération politique que de chasseur d'enfants de la République.» Sur ce thème, Jean-Michel Delarbre, un responsable de Réseau éducation sans frontières (RESF, lire page 27), partenaire de la manifestation, est clair : «Nous ne sommes pas en campagne pour DSK. Pour les combats immédiats, nous acceptons tous les soutiens, sans regarder la couleur politique.»

Parrain d'une famille togolaise, Vincent, militant RESF dans le Val-d'Oise, approuve l'initiative de DSK : «C'est toujours positif qu'un élu se mobilise pour les sans-papiers, surtout en plein été. Si la gauche arrive au pouvoir, il faudra qu'elle soit cohérente avec ses prises de position actuelles.»

Une sandwich merguez à la main, Strauss-Kahn se faufile entre les tables et écoute les doléances de sans-papiers. A Mona, adolescente angolaise arrivée en 1999 avec un visa de tourisme, il promet : «Donnez-moi vos coordonnées, on va s'occuper de votre histoire !» A Sarcelles, 40 % des habitants sont étrangers ou viennent de recevoir la nationalité française, selon le maire (PS) François Pupponi.

DSK interpelle ensuite les participants, parrains et parrainés, regroupés devant lui sous la pluie : «Il reste treize jours avant la date butoir de dépôt des dossiers, c'est court mais on peut les utiliser pour inverser l'ordre des choses. Nous allons tout faire pour que ces familles restent sur le territoire.»
Avant de lancer un couplet anti-Sarkozy bien rodé : «Au lieu d'être ferme et juste, il est brutal et autoritaire. Il est fort avec les victimes et faible avec les passeurs et les logeurs.»

Jean-Michel Delarbre prend le micro à son tour : «Il faut changer le regard sur l'immigration : ceux qui émigrent de leur pays ne le font pas par plaisir mais par contrainte économique, sociale ou politique.» Le responsable RESF espère du prochain gouvernement qu'il prenne trois mesures : «Des décisions plus justes au niveau des préfectures», «l'abrogation des lois Sarkozy» et «le vote des étrangers aux élections locales».
Pour lui, le combat ne se limite pas aux parents d'enfants scolarisés. Il attire l'attention sur les jeunes mineurs. Surtout après l'expulsion, vendredi soir, d'Aminata Sambou, une Malienne de 20 ans, scolarisée en Seine-Saint-Denis (Libération de samedi-dimanche).

Point final de la fête : la cérémonie de parrainages. Tour à tour, les familles parrainées par des élus montent sur une estrade. DSK embrasse ses deux nouveaux filleuls algériens, un frère et une soeur de 6 et 3 ans. Leur famille s'est installée à Franconville (Val-d'Oise) en 2001. «Ma femme et moi n'avons pas de papiers, explique Kamel, le père. J'espère que ce parrainage va nous aider à débloquer la situation.»
A priori, les nouveaux protégés de DSK entrent dans les critères de la circulaire Sarkozy. Ils ont quand même peur d'un échec, de «faire partie de la statistique». Comprendre : des 70 % de dossiers recalés, annoncés d'office par Sarkozy la semaine dernière.
Libération, Par Guillemette ECHALIER, QUOTIDIEN : Lundi 31 juillet 2006 - 06:00

-------

dimanche 30 juillet 2006, 10h42 Liban: au moins 51 tués dans le bombardement israélien de Cana

CANA (AFP) - Au moins 51 civils, dont 22 enfants, ont été tués dimanche dans le pilonnage du village de Cana, au Liban sud, notamment dans un abri qui s'est effondré, a indiqué le responsable de la Défense civile pour la région, Salam Daher.

Dans le seul abri, 12 enfants, cinq femmes et quatre hommes ont été dégagés, a-t-il précisé. "Il reste encore entre 15 et vingt personnes bloquées dans les décombres. La majorité d'entre elles sont présumées mortes mais nous avons entendu quelques gémissements", a ajouté M. Daher.

Les opérations de secours se poursuivaient dans la matinée pour tenter de dégager d'autres victimes de ce qui est déjà la frappe la plus meurtrière depuis le début de l'offensive lancée le 12 juillet par Israël contre le Liban. Dans le même temps, l'aviation israélienne a continué à bombarder les abords de Cana, et un missile est tombé sur la route, à quelques centaines de mètres de ce village de l'est de la ville côtière de Tyr.

Le bilan devrait s'alourdir, 63 personnes se trouvant dans l'abri lors du bombardement selon un survivant, et des dizaines de bâtiments ayant été détruits lors du pilonnage opéré pendant deux heures dimanche avant l'aube. Les secouristes travaillaient à mains nues pour dégager les corps et des femmes ont été vues enlaçant leurs enfants en pyjamas quand ils ont été surpris par la mort.

Un porte-parole de l'armée israélienne a rejeté l'entière responsabilité des morts sur le Hezbollah chiite, qu'il accuse d'utiliser Cana comme base de tirs de roquettes contre Israël. "C'est lui qui est responsable si le secteur est devenu une zone de combats", a déclaré le capitaine Jacob Dalal. Depuis la capture le 12 juillet de deux soldats israéliens par le Hezbollah, l'armée tente sans succès de neutraliser les combattants intégristes.

Déjà, le 18 avril 1996, 105 civils avaient été tués dans le bombardement israélien d'une position du contingent fidjien des casques bleus de la Force intérimaire de l'Onu au Liban (Finul), où ils avaient trouvé refuge pour échapper aux violences de l'opération israélienne "les Raisins de la colère".

Cana a été totalement dévasté par les frappes israéliennes qui ont commencé avant l'aube dimanche, et le pilonnage, par air, mer et terre, a duré deux heures, a indiqué la police. Les bombes ont visé trois zones, à l'entrée, au centre et sur un flanc du village. Des dizaines de bâtiments sont effondrés, éventrés ou détruits. L'abri frappé se trouve sous un immeuble de trois étages, bâti sur un flanc de colline. "Il y a eu un premier bombardement à 01h00 du matin (samedi 22H00 GMT)", raconte Ghazi Aïdibi, un survivant.

"Quelques personnes sont sorties de l'abri et une dizaine de minutes plus tard, un deuxième bombardement l'a réduit en ruines", ajoute-t-il. "Après le bombardement, il y avait de la poussière partout", a déclaré un autre habitant, complètement hagard. "Nous ne voyions plus rien. J'ai réussi à sortir et tout s'est effondré. J'ai plusieurs membres de ma famille à l'intérieur, je pense qu'il n'y a plus aucun survivant".

"Le pilonnage était tellement intense que personne ne pouvait bouger. Les secours n'ont commencé que ce matin", ajoute-t-il. "J'ai sorti mon fils et mon mari, cheikh Mohammad, qui avait le genou cassé. Mais quand je suis venue pour sortir ma fille qui était restée dans l'abri, il était trop tard, l'immeuble s'est effondré", raconte, éplorée, Rabab. Naïm Rakka, chef de l'équipe de secours de la Défense civile sur les lieux, âgé d'une cinquantaine d'années, qui venait de retirer le corps de deux enfants morts dans ses bras, a laissé éclater sa colère:

"Je ne veux plus que vous me demandiez des chiffres. C'est bien connu, nous servons de cobayes à leurs armes, les bombes à implosion, on ne voit plus que ça", dit-il en pleurs. Le bombardement de Cana est intervenu alors qu'une dizaine de villages de la région de Tyr, essentiellement du sud de la ville portuaire, étaient soumis à un pilonnage de la marine, de l'aviation et de l'artillerie postée en territoire israélien, a indiqué la police.
Yahoo.fr, actualités, Par Béatrice KHADIGE

-------

Vendredi 29 septembre 2006 - 19:08 Dominique Strauss-Kahn lance les dés à Sarcelles

SARCELLES, Val-d'Oise (Reuters) - "Les dés sont jetés!", a résumé un proche de Dominique Strauss-Kahn après l'annonce par l'ancien ministre de sa candidature à l'investiture du Parti socialiste pour la présidentielle de 2007.

"DSK", 57 ans, avait choisi de confirmer la nouvelle dans son fief de Sarcelles, après l'avoir annoncée quelques heures auparavant dans les colonnes du journal Ouest France.
Journalistes, élus locaux et sympathisants se sont bousculés dans l'enceinte de l'hôtel de ville, un coquet manoir du XVIIIe siècle où Dominique Strauss-Kahn dispose depuis plusieurs années d'un quartier général.

Le député du Val-d'Oise avait choisi d'y sabler le champagne avec ses compagnons "de combat" et de mettre sous les projecteurs cette ville de banlieue de 60.000 habitants où se côtoient 83 nationalités et 300 ethnies et dont il fut maire.

Détendu, tout sourire, l'ancien ministre de l'Economie vêtu d'un costume bleu nuit, s'est présenté, micro en main, comme le rassembleur de la gauche, le meilleur rempart contre la droite ou encore le défenseur des couches défavorisées.

"C'est ici que j'ai appris à mener campagne", a dit le natif de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), s'adressant à ses collaborateurs, Gaston, Linda, Fernand ou encore Janine.

"J'ai acquis ici une expérience, et ailleurs une expérience (d'homme) d'Etat", a-t-il assuré. "C'est ici que ma politique s'est formée", a-t-il dit dans un bref discours où il a mis l'accent sur toutes les composantes de la gauche qui travaillent "à changer la vie des autres".

"Quel lien entre les grands problèmes de géopolitique et l'expérience à Sarcelles ?", a demandé Dominique Strauss-Kahn, présentant son fief comme "un laboratoire qui vaut pour le reste".

Il a insisté sur les "grands problèmes" qui préoccupent les Français, citant notamment l'éducation, la laïcité, la justice et la place des Français dans le monde.

"Les jeux ne sont pas faits", a-t-il répondu aux journalistes qui l'interrogeaient sur les sondages favorables à Ségolène Royal.

Rose rouge à la main, des militantes l'ont accompagné jusqu'à à sa voiture aux cris de "DSK président! DSK président!". "Je le vois président. Il a une stature d'homme d'Etat", a assuré Annick Morin, 3e maire adjointe.

Le maire de Sarcelles, François Pupponi, rêve lui aussi d'un président de "terrain" avec lequel il a eu "le bonheur d'avoir fait les cages d'escalier dans les HLM de Sarcelles".
Yahoo.fr, actualités, 29 septembre 2006 - 19:08

-----------

15.10.06 | 21:46 Robert Badinter préfère Dominique Strauss-Kahn

PARIS (AP) -- Ami de longue date de Laurent Fabius, l'ancien président du Conseil constitutionnel Robert Badinter révèle dans un entretien au "Parisien/Aujourd'hui en France" de lundi sa préférence pour Dominique Strauss-Kahn dans la primaire qui se déroule actuellement entre candidats à l'investiture socialiste.

"Ma préférence va à Dominique Strauss-Kahn. D'abord parce qu'il a été un très bon ministre de l'Economie et des Finances pendant trois ans (...) ensuite parce que Strauss-Kahn a une grande expérience internationale", explique le sénateur PS des Hauts-de-Seine.

"DSK a d'autre part des convictions profondément européennes et est apprécié par tous les leaders socialistes européens", fait encore valoir le mitterrandiste Robert Badinter. "Enfin, Dominique Strauss-Kahn est un social-démocrate: ses vues sur la gestion de la société française (...) rejoignent les miennes."

M. Badinter, qui n'a pas souhaité parler de Ségolène Royal dans cet entretien, reconnaît à Laurent Fabius "un grand talent, le caractère et l'expérience requis pour assumer la fonction présidentielle", mais il "ne partage pas ses vues sur l'Union européenne et sa vision du socialisme à la française".

"Ces divergences d'opinions n'altèrent pas pour autant notre amitié", tient-il toutefois à préciser. AP
Yahoo.fr, actualités, AP | 15.10.06 | 21:46

-------

jeudi 19 octobre 2006, 9h17 Strauss-Kahn marque quelques points, selon un sondage

PARIS (AFP) - Dominique Strauss-Khan s'est montré le plus performant des trois candidats socialistes lors du débat télévisé mardi soir, même si les sympathisants socialistes lui préfère toujours nettement Ségolène Royal pour représenter le PS à la présidentielle, selon une enquête OpinionWay publiée par Le Figaro parue jeudi.

Créditée de 66% avant le débat, la présidente de la région Poitou-Charentes a perdu quelques points (63%) tandis que le député du Val d'Oise comblait quelque peu son handicap par rapport à sa rivale, grappillant 5 points (27% avant, et 32% après), selon les sympathisants socialistes interrogés.

Quant à Laurent Fabius, il perd 2 points, passant de 7% à 5%. Parmi les trois candidats à l'investiture, Ségolène Royal (53%) a été jugée la plus convaincante devançant Dominique Strauss Kahn (37%) et Laurent Fabius (10%). Une étude quantitative réalisée auprès d'un échantillon de 401 sympathisants socialistes à partir d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées les 17 et 18 après le débat.

Pierre Moscovici, partisan de Dominique Strauss-Kahn, a estimé jeudi que Laurent Fabius semblait "exclu du jeu" de la primaire socialiste.

Selon le député européen, invité de Canal+, le premier débat télévisé entre les trois présidentiables socialistes, mardi soir, "a installé un nouveau paysage".

"Pour les Français, à l'évidence, c'est un duel entre Ségolène Royal, qui est en pole position, et Dominique Strauss-Kahn, qui est un challenger, plutôt à l'offensive et plutôt en train de monter", a-t-il jugé.

En revanche, "Laurent Fabius paraît exclu du jeu", a ajouté Pierre Moscovici. Il a expliqué que l'ancien Premier ministre "a une structure d'impopularité ancienne" et "donne l'impression d'être la gauche très classique, très traditionnelle, un peu étatiste".

Dominique Strauss-Kahn a estimé pour sa part mercredi à Villeurbanne (Rhône) que le premier débat télévisé qui l'a opposé la veille aux deux autres candidats à l'investiture PS pour la présidentielle de 2007 devait être "une source de fierté" pour le parti. "Le débat d'hier (mardi) était une bonne chose. Bien sûr, ça ne ressemblait pas vraiment à un débat, c'était tellement +corseté+ que c'était plus une suite de monologues. Mais que le PS ait été capable de l'organiser est pour le parti une source de fierté", a affirmé le député du Val d'Oise, devant près de 600 militants et élus PS de la région Rhône-Alpes.

"Les jugements n'ont pas l'air négatifs et je m'en réjouis. Ces débats doivent être sereins et hier (mardi), on a tous joué le jeu", a-t-il ajouté.

Dominique Strauss-Kahn a toutefois regretté que la question agricole n'ait "pas du tout été évoquée": "nous étions dans le cadre d'un débat économique et social et nous n'avons pas du tout parlé d'une partie de la France. Il y a une frustration. Mais nous devrions avoir l'occasion d'en reparler". En outre, selon l'ancien ministre de l'Economie, les prochains débats TV "devraient être plus vivants". "La gêne à se frotter les uns aux autres devrait se dissiper", a-t-il pronostiqué.

Pour le reste, M. Strauss-Kahn a tenu à répliquer "à ceux qui ont déclaré n'avoir pas vu d'énormes différences" entre les trois candidats. "Quelque part, ce n'est pas anormal, nous sommes tous socialistes", a-t-il clamé. "Ce n'est pas comme dans un face-à-face avec Nicolas Sarkozy, par exemple, où on n'a qu'une envie c'est de lui faire poser les épaules à terre", a-t-il poursuivi.

Dominique Strauss-Kahn, interrogé sur la possibilité pour lui d'être Premier ministre en cas de succès de Mme Royal, a simplement rétorqué "qu'il ferait tout pour l'aider à gagner", si elle était la candidate PS et si elle le lui demandait, s'attirant une salve d'applaudissements Il a toutefois réaffirmé sa conviction d'avoir toutes ses chances de remporter la compétition interne du PS. "En politique, rien n'est jamais plié jusqu'au matin de l'élection", a-t-il souligné.

Interrogé au préalable par la presse sur sa légère remontée dans les sondages, il avait répondu s'y "intéresser assez peu". "Je m'y intéressais assez peu avant, je ne m'y intéresse pas plus maintenant".
Yahoo.fr, actualités, jeudi 19 octobre 2006, 9h17

-------

Dépêches de l'Education du Dimanche 12 novembre 2006 : Strauss-Kahn: "on ne peut rien faire à l'école contre les enseignants"

Dominique Strauss-Kahn, a déclaré vendredi soir (10 novembre 2006) qu'"on ne peut rien faire à l'école si c'est contre les enseignants" tout en affirmant n'avoir "pas vu" la vidéo où Ségolène Royal propose que les enseignants de collège associent cours et soutien scolaire.

"Ce qui est sûr c'est qu'il y a besoin de soutien scolaire à l'école, ça c'est vrai", mais "on ne peut rien faire à l'école si c'est contre les enseignants. Il faut faire avec les enseignants qui se consacrent déjà beaucoup à leur travail. Il faut les convaincre, les inciter, trouver les moyens de les rémunérer pour faire en sorte que si on veut améliorer le soutien scolaire ce soient les enseignants qui le pratiquent", a affirmé M. Strauss-Kahn, candidat à l'investiture socialiste pour la présidentielle sur I-télé.

"Je ne veux pas faire de commentaires sur cette vidéo parce que je ne l'ai pas vue", mais "la méthode ne me paraît pas obligatoirement la bonne" a-t-il poursuivi.

"Moi ce que je voudrais c'est qu'on trouve à l'intérieur de l'école tous les éléments qui permettent aux enfants de trouver le soutien dont ils ont besoin, sinon" et "cela suppose de mener une discussion avec l'ensemble" des parties prenantes, a-t-il expliqué.

Interrogé sur l'impact négatif éventuel de cette vidéo pour Mme Royal, M. Strauss-Kahn a répondu: "je pense que ce sont des pratiques qui sont condamnables". "Je ne pense pas que ce genre de manoeuvres puisse avoir beaucoup avoir beaucoup d'influence", a-t-il dit.
NousVousIls.fr, Dépêches de l'Education du Dimanche 12 novembre 2006

--------

vendredi 17 novembre 2006, 15h58 DSK sonne la "mobilisation totale contre la droite"

PARIS (Reuters) - Après la victoire de Ségolène Royal dans la primaire du Parti socialiste, Dominique Strauss-Kahn s'est dit vendredi "plus que jamais" disponible pour aider le PS à conquérir l'Elysée aux dépens de la droite.

"L'heure est à la mobilisation contre la droite. La mienne est totale", a assuré l'ancien ministre de l'Economie lors d'une brève déclaration à la presse dans les locaux de son QG de campagne, à Paris.

"Plus que jamais, je me sens à la disposition du Parti socialiste, de la gauche et de la France", a-t-il ajouté, lançant un appel indirect à la candidate fraîchement investie.

Les militants socialistes, jeudi, ont élu massivement Ségolène Royal pour les représenter lors de l'élection du printemps prochain. Avec près de 21% des voix, 40 points derrière la présidente de la région Poitou-Charentes, Dominique Strauss-Kahn est arrivé deuxième, devant Laurent Fabius.

Le député du Val-d'Oise a plaidé une fois encore pour la "social-démocratie", le projet politique qu'il a défendu pendant la campagne interne, en évoquant ses partisans.

"Leur engagement est à la fois une reconnaissance et un encouragement à continuer à faire valoir une orientation sociale-démocrate qui n'a jamais été portée dans le Parti socialiste avec autant de force et autant d'honnêteté", a-t-il déclaré.

"Je suis persuadé que ces idées - la priorité sociale, l'engagement européen, la recherche de la confiance, l'internationalisme - ont une audience encore plus grande encore et qu'elles sont nécessaires au succès de la gauche dans l'élection présidentielle", a-t-il ajouté.

"Le combat que j'ai mené, je le poursuivrai à l'avenir avec beaucoup d'autres qui participent du renouvellement du Parti socialiste que, visiblement, les militants appellent de leurs voeux", a promis Dominique Strauss-Kahn.
Yahoo.fr, actualités, vendredi 17 novembre 2006, 15h58

-------

-Kahn propose à Royal la création d'un "impôt citoyen" NOUVELOBS.COM | 09.02.2007 | 19:00

Afin d'éviter l'exil fiscal, Dominique Strauss-Kahn prône un impôt qui serait payé par "tous les Français", y compris ceux qui "délocalisent leur argent à l'extérieur".

Dans son "avis" sur la fiscalité remis officiellement jeudi 8 février à Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn prône la création d'un "impôt citoyen" que paieraient "tous les Français", y compris ceux qui "délocalisent tout leur argent à l'extérieur". Une idée qui intervient après l'exil fiscal de Johnny Hallyday, soutien de Nicolas Sarkozy.

Il faut "mettre en place un impôt citoyen pour ceux qui se disent Français mais finalement n'ont plus de Français que le nom parce qu'ils quittent le pays et qu'ils quittent l'ensemble de la vie collective", a expliqué l'ancien ministre de l'Economie après sa rencontre avec Mme Royal au siège de la garde rapprochée de la candidate du PS, à Paris.

Sous la forme d'une clé USB

L'idée est de "mettre en place un impôt citoyen que paieraient tous les Français même lorsqu'ils ont décidé de délocaliser tout leur argent à l'extérieur" et de "lutter contre cette manière de se désintéresser de ce qu'est la France quand on est Français", a-t-il ajouté.

Dans cet "avis" d'une quinzaine de pages remis à la candidate sous la forme d'une clé USB, DSK préconise aussi de revenir sur les baisses d'impôt dont ont bénéficié les 1% de contribuables "tout en haut de la hiérarchie". "Ça conduit à revenir sur le bouclier fiscal et ça conduit à revenir sur ce qui est prévu comme baisses pour 2007", a-t-il dit.

"Nous faisons un certain nombre de propositions assez précises", a ajouté l'ancien rival de Ségolène Royal dans la primaire interne au PS. "Je crois qu'elle en reprendra un certain nombre", a-t-il assuré. (AP)

--------

dimanche 6 mai 2007, 20h24 "Très grave défaite", selon DSK, "disponible" pour la suite

PARIS (Reuters) - Dominique Strauss-Kahn s'est déclaré "disponible" pour lancer la "rénovation social-démocrate" de la gauche française après la "très grave défaite" de Ségolène Royal. "Je pense que Ségolène Royal a mené un combat courageux mais je pense aussi à ces millions de Françaises et de Français qui dès le premier tour n'ont pas porté leurs suffrages sur la gauche parce qu'il n'ont pas vu dans la gauche la possibilité de porter leur espoir de changement", a déclaré l'ancien ministre de l'Economie sur France 2.

"Jamais la gauche n'a été aussi faible et pourquoi la gauche était aussi faible? Parce que la gauche française n'a toujours pas fait sa rénovation", a-t-il poursuivi. "Les Français ne veulent plus de solutions qui ont vingt ans".

"La rénovation social-démocrate que j'ai initiée ne l'a pas encore emporté dans le camp socialiste. Il faut maintenant mettre en oeuvre ce renouveau, c'est la condition de l'espoir et moi je suis disponible pour cela", a conclu "DSK", qui avait été battu par Ségolène Royal lors de la bataille pour l'investiture socialiste.
dimanche 6 mai 2007, 20h24, Yahoo.fr, actualités

-------

10 juillet 2007. L'Union européenne soutient DSK pour prendre la tête du FMI
Reuters - L'Union européenne apporte son soutien à la candidature de Dominique Strauss-Kahn au poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI), annonce la présidence portugaise de l'UE.

"Les ministres des Finances de l'UE soutiennent la candidature de Strauss-Kahn", a déclaré un porte-parole du ministre portugais des Finances, Fernando Teixeira dos Santos, en marge d'une réunion avec ses homologues des Vingt-Sept.

Le Portugal a pris acte de ce soutien à la candidature de l'ancien ministre français de l'Economie et des Finances à la succession de l'Espagnol Rodrigo Rato, qui cessera ses fonctions en octobre prochain après avoir démissionné.

La Pologne a défendu la candidature de son ancien Premier ministre Marek Belka, mais n'a pas obtenu de soutien.

Le poste revient traditionnellement à un Européen, la Banque mondiale étant selon un accord tacite une "chasse-gardée" américaine, mais les pays émergents veulent remettre en cause ce partage des plus hautes fonctions internationales.

A Washington, le conseil d'administration du FMI a indiqué lundi que n'importe quel pays pouvait présenter une candidature.

"Toute les candidatures peuvent être posées, sans conditions de nationalité" dit le FMI dans un communiqué de presse.

Au nom de sa politique d'ouverture, le président français, Nicolas Sarkozy, a proposé le nom de Dominique Strauss-Kahn mais les Français ont présidé aux destinées du FMI pendant 32 des 52 années d'existence de cette institution financière.

Le Français Michel Camdessus, qui a dirigé le FMI pendant 12 ans, avait clairement pris en compte ce nouveau rapport des forces dans son discours d'adieu en 2000.

"Une telle répartition se justifiait en 1950, quand le reste du monde n'était pas représenté ici (à Washington), à part quelques pays d'Amérique latine. Aujourd'hui, les pays émergents sont sur le devant de la scène, aujourd'hui les pays les plus pauvres doivent avoir leur mot à dire", déclarait-il.
Yahoo.fr, actualités, 10 juillet 2007

------

Pourquoi la Russie lance une torpille contre DSK La Tribune de Genève, ÉLISABETH ECKERT | 24 Août 2007 | 00h05
FMI | 00h05 «Russia is back», constatent les médias américains. En proposant le Tchèque Josef Tosovsky à la présidence du Fonds monétaire international, Poutine a plusieurs idées en tête. Dont une qui concerne la Suisse.

En tant que telle, lacontre-torpille russe n’est pas vraiment une surprise. Certes, le socialiste français Dominique Strauss-Kahn a reçu le soutien des vingt-sept pays membres de l’Union européenne pour reprendre la présidence du FMI, historiquement dévolue à l’Europe. Et ce après avoir été adoubé par Nicolas Sarkozy.
Mais DSK, qui fit un bref passage à Moscou début août pour convaincre les élus russes, y a laissé tout sauf un souvenir impérissable.

Mais on aurait évidemment tort de penser que la présentation d’un deuxième candidat à la tête du FMI l’ex-président de la Banque centrale tchèque, Josef Tosovsky relève uniquementde cette insatisfaction russe.

Il y a tout d’abord la volonté de Vladimir Poutine de «faire respecter le principe de la concurrence», selon les termes de son ministre des Finances Alexis Koudrine.
Et pour cause: Moscou se faisant le porte-parole des nouvelles puissances émergentes (Inde, Brésil, Russie et Chine) a voulu clairement remettre en cause cette règle tacite d’une présidence de l’UE au FMI, alors que les Etats-Unis s’octroient celle de la Banque mondiale.
«Vu le manque de succès du FMI dans la résolution des crises affectant certains pays, assène ainsi Alexis Koudrine, le prestige de l’institution doit être rehaussé».

«Le FMI n’a pas besoin d’un gauchiste»

Evgueni Iassine, directeur scientifique du Haut Collège d’économie russe, va encore plus loin: «A mon avis, tout simplement, la Russie a décidé de proposer une alternative au Français désigné par les Européens qui est certes honorable, mais qui est aussi un socialiste de gauche.
L’objectif du FMI est d’assurer avant tout une nouvelle architecture financière internationale. Cet objectif doit être atteint, mais probablement pas par un homme de gauche»
Oubliant, par la même occasion que Josef Tosovsky fut en son temps un membre éminent du Parti communiste tchèque. (...)

------

Le PS donne au monde un grand argentier
Dominique Strauss-Kahn, dont l'élection témoigne du chemin parcouru par les socialistes vers l'économie de marché, affiche sa volonté de réformer le Fonds monétaire international.
Par David Revault d’Allonnes, Libération, QUOTIDIEN : samedi 29 septembre 2007, pp.2-3

L’équation DSK résolue ? Adoubé vendredi par le conseil d’administration du FMI, le deuxième socialiste à régner sur une institution financière planétaire, après Pascal Lamy à l’OMC (lire page 3), a une occasion inespérée de traiter, par l’international, le problème qui a entravé sa carrière politique nationale: l’image de dilettantisme qui lui a toujours collé au costume.
Economiste brillant, mais politique nonchalant. Gestionnaire appliqué, mais épicurien assumé. Un socialiste résume: «Strauss-Kahn, c’est Julio Iglesias qui aurait le Nobel d’économie…»

A l’issue d’une campagne de 100 000 kilomètres dans plus de 20 pays, le nouveau directeur du FMI, 58 ans, devrait donc «tordre le cou à l’idée du brillant dilettante», selon un proche. Et porter, à l’échelle internationale cette fois, sa thématique du «réformisme par la preuve». Alors que les socialistes débattent encore de leur rapport au marché, voilà le héraut de la social-démocratie à la française chargé d’ «exercer une responsabilité au sein d’une instance de régulation du capitalisme, résume Laurent Baumel, proche de DSK. Certains, au PS, ont expliqué que la place d’un socialiste n’était pas au FMI. Mais c’est une occasion pratique d’illustrer un rapport positif à la mondialisation».

Le FMI et DSK, c’est simple comme un coup de fil. Celui, fin juin, de son ami Jean-Claude Juncker, Premier ministre luxembourgeois, qui évoque avec lui, alors qu’il marie sa fille, la succession de Rodrigo Rato. Sans tarder, DSK plonge. Alors en pleine opération de démolition du PS à coups d’ouverture, Nicolas Sarkozy ne lui ménage pas un soutien forcené. Le Président s’est d’ailleurs félicité de cette «grande victoire pour la diplomatie française». Mais peu importe : le job, au fond, lui va bien. «ça le passionne davantage de convaincre à Rio ou à Pékin que de faire le tour des fédérations du PS, résume un socialiste. DSK, c’est un économiste en politique…» Et même plus : «C’est un matheux, qui s’amuse à faire des équations sur un petit carnet», raconte son lieutenant, le député Jean-Christophe Cambadélis. Qui joue aussi volontiers aux échecs sur son ordinateur de poche. Même pendant les réunions du bureau national du PS, tout en commentant tout bas les interventions de Jean-Luc Mélenchon, un des «gauchistes» du parti : «Quelle connerie !»

Comme beaucoup au PS, DSK a démarré en politique sur l’aile gauche. Pas longtemps. Militant à l’UEC, entré au PS par le Ceres de Chevènement, l’agrégé d’économie y rejoint le courant Jospin. Elu député de Haute-Savoie en 1986, puis du Val-d’Oise en 1988, il se voit confier la même année le ministère de l’Industrie. Et, après la déroute législative de 1993, se rapproche des milieux patronaux. Il crée le Cercle de l’industrie, devient avocat d’affaires, gagne pas mal d’argent. Et épouse la journaliste Anne Sinclair, qui n’en manque pas. «Dominique, depuis qu’il vit dans un grand appartement du XVIe et dans un ryad à Marrakech, n’a pas le train de vie du socialiste moyen. Il aime l’argent, et s’en cache à peine. C’est un point faible», commente un ex-ministre de l’équipe Jospin. Une «dream team» dont il est, dès 1997, une des stars. Mais qu’il sera contraint de quitter après sa mise en examen dans l’affaire Mnef. Avant de bénéficier d’un non-lieu en 2001.

De son passage à Bercy, «Strauss» conservera une image d’efficacité, porté par une croissance inespérée. Et une stature pas franchement gauchiste. «Comme beaucoup de ministres PS de l’Economie, il s’est fait le chantre d’une certain social-libéralisme, estime Jean Glavany, ex-ministre de l’Agriculture de Jospin. Mais à la différence de Fabius, lui a assumé ce qu’il avait fait à Bercy.» Christophe Borgel, proche conseiller, résume : «Il ne fait pas de théologie.» Un certain sens de la realpolitik économique, sur lequel DSK va construire son écurie, Socialisme et Démocratie. Soigner ses réseaux. Et s’éloigner de Jospin, refusant de se désister en sa faveur lors des primaires. Battu par Ségolène Royal, snobé puis exhibé comme premier ministrable, DSK manifeste une lassitude quant au parti. Et annonce qu’au FMI, il finira son mandat : cinq ans ferme. La présidentielle de 2012 ? «Pour revenir, il faut qu’il le veuille, qu’il n’ait plus rien à prouver et qu’en France, Sarkozy soit challengeable », résume un proche. Autant d’inconnues pour sa dernière équation.

-------

Un job bien payé

Le directeur général du FMI est élu pour cinq ans par le conseil d'administration.
Il perçoit 325 000 euros, net d'impôt, et une retraite annuelle, garantie après tois ans de service, avoisinant les 60 000 euros.
Libération, 29/30 septembre 2007, p. 3

-------

DSK se rappelle au bon souvenir du PS
Surprise hier au forum du PS sur la rénovation :la présence du directeur du FMI. De quoi relancer les spéculations sur ses ambitions hexagonales.
DAVID REVAULT D’ALLONNES Libération QUOTIDIEN : lundi 21 janvier 2008

Il est arrivé à pied, un peu après 11 heures. En toute simplicité.
«Ça me fait plaisir de vous voir», a lâché hier matin Dominique Strauss-Kahn à la haie de caméras qui l’attendait de pied ferme devant le Palais de la Mutualité, à Paris.
Et le patron du Fonds monétaire international (FMI) d’en faire des tonnes dans le registre de l’humilité pour justifier son passage pour le moins inattendu au troisième des «forums de la rénovation» organisés par le PS, consacré… au rapport entre «les socialistes et l’individu» : «C’est celui d’un militant socialiste, qui vient comme n’importe quel militant. Je viens surtout écouter.»
Mais aussi se rappeler au bon souvenir de ses camarades en cette période où la préparation de la bataille des municipales n’est pas dénuée d’arrière-pensées, préparation du prochain congrès oblige. «Un jour, je reviendrai en France», lâche DSK, qui en remet une petite couche : «Je suis de très près ce qui se passe…»

Dire que la surprise du chef du FMI a fait son petit effet relève de l’euphémisme. François Hollande n’avait été prévenu que le matin même, «parce qu’on n’est jamais à l’abri d’un coup de Trafalgar», glisse un membre de l’équipe DSK.
Décidée la veille, la visite de Dominique Strauss-Kahn, entre Washington, une rencontre avec Nicolas Sarkozy aujourd’hui, un déplacement à Bruxelles puis un passage à Davos jeudi, a contribué à élargir le champ des possibles, alors que le match annoncé entre Ségolène Royal et Bertrand Delanoë, tous deux présents hier (lire page 4), se profile de plus en plus nettement à l’horizon socialiste.
«Sa visite a deux objectifs, décrypte un de ses proches. Le premier, c’est de ne pas être instrumentalisé lundi par Sarkozy, qui a déjà fait le coup avec Tony Blair. Et le second, c’est de dire : n’oubliez pas qu’en 2011 vous avez le choix…»

Presque parfait.

Un retour pour renforcer l’idée d’un recours, donc. Parfaitement calibré. Ou presque.
DSK, qui devait rentrer dans la salle au moment de l’intervention d’Alain Bergounioux, un de ses proches, débarque avec dix minutes de retard, entouré d’une cohorte de caméras, en plein discours de l’économiste fabiusien Jacques Généreux. Lequel, alors que le fond de scène affiche l’interrogation du jour («quelle place pour l’individu dans le collectif ?»), ne se prive pas de lui adresser un tacle sur la «personnalisation du débat public»…
Et l’ancien patron de Bercy de filer s’asseoir au milieu des militants. Mais, aux yeux de ses partisans, le coup est presque parfait. Alain Bergounioux : «Quand les socialistes réfléchissent, DSK est là. C’est le signe qu’il est présent. Et pas seulement en esprit.»
Jean-Christophe Cambadélis, son lieutenant : «En 2012, on ne pourra pas s’en passer. Il sera très haut dans les sondages, et il aura réussi, on l’espère, au FMI, alors que la question sera essentiellement économique.»

«Marquage à la culotte».

Mais le bénéfice politique de l’opération n’est pas qu’à long terme. Elle permet aussi de perturber le retour de Ségolène Royal dans un grand raout du parti, où elle n’avait pas mis les pieds depuis le mois de juin.
«Il a volé la vedette à Ségolène», glisse un parlementaire. «Royal accélère, cherche à emballer le match et à rendre sa candidature irrésistible. Strauss, c’est le gars frais qu’on fait rentrer à ce moment-là sur le terrain», dit un proche du directeur général du FMI.
«C’est du marquage à la culotte, ajoute le député Jean-Jacques Urvoas, partisan de DSK. Il montre qu’il n’est pas sur le banc de touche.»
Une forme d’obstruction politique, donc, qui n’a pas échappé aux proches de l’ex-candidate. Dont certains, afin de préserver la course vers le but de leur championne, n’ont pas manqué de délivrer des tacles : «Je ne sais pas si DSK rend vraiment service au parti, estime Dominique Bertinotti, maire du IVe arrondissement de Paris. On ne va peut-être pas faire la rénovation du parti à l’aune de celle du FMI…»

-------

Le parachutage doré du frère de DSK à Washington
Catherine Gasté-Peclers et Aline Gérard jeudi 03 avril 2008 | Le Parisien

L'affaire provoque des remous au sein de la Banque de France et dans les couloirs de Bercy. Marc-Olivier Strauss-Kahn a obtenu un titre sur-mesure et l'assurance d'un poste en or dans une organisation internationale. L'intéressé s'explique.

LE GROS LOT ! 250 000 $ (160 000 €) d'émoluments annuels, environ 150 000 € d'indemnité d'expatriation, une confortable enveloppe de frais de représentation, le tout entièrement défiscalisé. Un futur poste d'administrateur à la Banque interaméricaine de développement (BID), une discrète organisation internationale basée à Washington, et un titre de « représentant de la Banque de France en Amérique ». Et ce, en toute légalité.

C'est, selon nos informations, « le mercato en or » décroché par Marc-Olivier Strauss-Kahn, le numéro quatre de la Banque de France (BDF), pour rejoindre Isabelle, son épouse, partie en mai 2007 à Washington à la Banque mondiale. L'affaire fait scandale dans les couloirs de la Banque de France et de Bercy, où le dossier est classé top secret.

Une opération opaque

« Cet arrangement a été négocié en direct entre l'état-major de la BDF, le cabinet de Lagarde, la direction du Trésor, sous l'oeil bienveillant de l'Elysée », explique une source proche du dossier, choquée « par l'extravagance et l'opacité de cette opération ».

Frère cadet du socialiste Dominique Strauss-Kahn, envolé fin septembre à Washington pour piloter le Fonds monétaire international (FMI) sur proposition de Nicolas Sarkozy, Marc-Olivier, 53 ans, dit Mosk, a fait toute sa carrière à la Banque de France. Depuis six ans, il en était le directeur général des études et des relations internationales. Un poste important, « l'équivalent du Quai d'Orsay de la Banque », explique un économiste. Pourtant, Marc-Olivier, haut fonctionnaire réputé pour son habileté à défendre ses intérêts et sa carrière, n'y brille guère. « Très perso, ondoyant, il a fini par agacer tout le monde. Quand il a demandé à rejoindre son épouse, cela a été un soulagement au siège de la BDF », raconte un connaisseur du dossier.

Cap sur Washington

Restait à trouver un point de chute à l'impatient candidat au départ. Gros hic : la Banque de France n'a pas de poste disponible aux Etats-Unis. Un émissaire officie déjà à New York, à proximité de Wall Street. Logique. Qu'à cela ne tienne, la BDF décide de créer un poste sur-mesure, avec le feu vert du cabinet de Christine Lagarde et de la direction du Trésor. Mosk sera représentant aux côtés du fonctionnaire « junior » de New York. Seulement voilà, il veut son bureau à Washington. Il a repéré qu'un siège d'administrateur se libérerait à l'automne 2008 à la Banque interaméricaine de développement. Une institution internationale où la France fait de la figuration. Mais autre hic : un candidat a été adoubé de longue date par Bercy, sachant que c'est Christine Lagarde, en tant que l'un des 47 gouverneurs de cette banque, qui décide.

A l'étage des sous-gouverneurs de la BDF, on redouble alors d'effort ; on fait jouer contacts, réseaux, à Bercy, au Trésor. Finalement, le candidat désigné pour la BID est évincé. Priorité à Mosk. « La consigne est tombée sur ordre de Bercy avec l'appui de l'Elysée : on ne refuse rien à un Strauss-Kahn », explique une source du dossier.

En février 2008, Marc-Olivier Strauss-Kahn tient sa victoire. Il sera nommé « représentant en Amérique de la BDF, localisé comme visiting senior adviser » à la FED « à Washington ». Il a eu l'assurance de décrocher la BID, très bien rémunéré. Cerise sur le gâteau, il aura aussi un strapontin au conseil d'administration de l'Iedom et de l'Ieom*, deux instituts dépendant de la Banque de France. Comme il est désormais représentant « aux Amériques », comme il dit, il estime qu'il a aussi le droit d'arpenter les Antilles et Tahiti.

Net d'impôt

Sur le plan financier aussi, le dossier est calé. Il pourra cumuler plusieurs sources de revenus : un salaire de base voisin de 250 000 $ (160 000 € ). La rituelle indemnité d'expatriation, égale, pour lui, à un an de son ancien salaire de base, soit environ 150 000 €. Et non dégressive au fil du temps ! En prime, il a négocié une enveloppe de frais de représentation. Son exigence : 50 000 € par an. Le tout net d'impôt. Le 24 février, dans un courriel adressé à ses collègues, il écrit : « Je pars dans huit jours (...) Trop vite, le gouverneur m'ayant donné consigne de ne pas faire état de ma date de départ le lundi 3 mars. » Et d'expliquer qu'en tant que « représentant en Amérique », il y sera chargé « notamment de renforcer les liens avec l'hémisphère occidental ». La BDF a-t-elle réservé un traitement de faveur à Mosk ? « Pas de commentaires », répondait-on hier soir au siège de la banque.
* Institut d'émission des départements d'outre-mer et Institut d'émission des territoires d'outre-mer.

------

DSK prône une "réponse multilatérale" à la crise financière
Reuters - Lundi 6 octobre, 13h23 Estelle Shirbon, édité par Laure Bretton et Gilles Trequesser

PARIS (Reuters) - Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international (FMI), prône une réforme des institutions multilatérales une fois que la crise financière actuelle sera calmée.

En préambule d'un discours à Paris sur la crise alimentaire, il s'est prononcé pour une "simplification du système multilatéral dans le domaine financier et du développement".
"C'est la réponse multilatérale qui est la bonne" dans les crises, a-t-il souligné.

"Le principal risque que je vois, une fois que l'incendie sera éteint, c'est que fatigués d'avoir éteint l'incendie les principaux dirigeants se reposent sur leurs lauriers et oublient que la tâche qui sera devant nous" consiste à "reconstruire un système différent (...) pour éviter que la même crise se reproduise (...) et pour éviter les crises analogues", a-t-il ajouté.

Le but est de "simplifier l'architecture du système multilatéral pour arriver à une meilleure gouvernance", a expliqué Dominique Strauss-Kahn.

Sur le plan européen, les réponses apportées samedi par les membres du G4 réunis à Paris sont "bienvenues", a ajouté l'ancien ministre des Finances socialiste.

"L'Europe doit se préparer à mettre en place une ligne de défense collective", a-t-il souligné. Selon lui, il ne faut pas que les décisions soient prises "aux quatre coins de l'Europe" sans concertation.

Aujourd'hui, "la stabilité de l'économie mondiale est en cause" parce que la crise a des conséquences sur la croissance, les marchés et les liquidités, a fait valoir Dominique Strauss-Kahn.

Dans ces conditions, il y a un risque que les pays pauvres se voient infliger une sorte de double peine : crise alimentaire et énergétique d'une part et réduction de l'aide en provenance de pays riches affectés par la crise financière d'autre part.

"Les contraintes vont se multiplier sur les budgets des pays avancés (...) Il importe que ces pays ne réagissent pas à la crise en coupant l'aide, laquelle profite aux populations les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète", a dit le directeur général du FMI.

Il a expliqué que, malgré une "relative accalmie", les prix de l'énergie et des produits alimentaires restaient "nettement supérieurs" à ceux enregistrés avant la dernière flambée des cours.

L'impact en termes de développement "loin de s'être atténué n'a fait que s'accentuer" depuis juin dernier, a-t-il dit.

-------

Le FMI appelle à une coopération mondiale face à la crise Xinhua 2008-10-10 07:49:08

WASHINGTON, 9 octobre (Xinhua) -- Le monde est sur le point d'une récession globale, mais si les pays agissent ensemble, l'économie mondiale se redressera, a affirmé le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn.

Les problèmes auxquels sont confrontés les marchés financiers et l'économie mondiale peuvent être résolus "si nous agissons rapdiement, avec fermeté et en coopération", a-t-il indiqué.

Il a tenu ces propos lors d'un point de presse avant les réunions annuelles du FMI-Banque mondiale.

L'architecture financière internationale n'a pas pu s'adapter à la mondialisation des marchés financiers, a relevé M. Strauss-Kahn.

La crise financière mondiale est marquée par d'importantes failles en matière de régulation et de supervision chez les économies avancées, dans les cadres de gestion de risque des principales institutions financières privées, et dans les mécanismes disciplinaires du marché, a-t-il signalé.

Les autorités économiques et financières du monde se réunissent à Washington pour les réunions annuelles de lundi après des semaines de turbulences que les marchés financiers mondiaux ont connues. Elles discuteront de possibles nouvelles mesures pour résoudre la crise.

--------

liberation.fr, 18 oct. 8h30 Strauss-Kahn sous le coup d'une enquête

Le directeur du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, fait l'objet d'une enquête sur un possible abus de pouvoir dans le cadre de relations intimes avec une subordonnée, a révélé ce samedi le Wall Street Journal.

Selon le journal d'affaires américain, la société Morgan, Lewis & Bockius LLP a été chargée de mener l'enquête et devrait rendre ses conclusions fin octobre.

L'enquête porte au départ sur des relations intimes que Strauss-Kahn, ancien ministre français de l'Economie âgé de 59 ans, aurait entretenues avec Piroska Nagy, une ancienne haute responsable d'origine hongroise du département Afrique du FMI. Tous deux auraient échangé des courriels laissant supposer une relation concrétisée cette année lors d'une conférence en Europe, poursuit le Wall Street Journal. Les courriels ont été découverts par l'époux de Piroska Nagy, un économiste argentin renommé, Mario Blejer, autrefois employé au FMI, selon la même source.

Mais ce qui intéresse les enquêteurs, c'est de savoir si Strauss-Kahn a fait preuve de favoritisme à l'égard de Piroska Nagy au FMI, ou au contraire aurait tenté de se venger. Ils voudraient aussi savoir si les émoluments touchés par l'économiste hongroise à son départ de l'institution étaient ou non excessifs par rapport à sa position hiérarchique.

Dans un communiqué cité par le quotidien économique new-yorkais, Strauss-Kahn indique qu'il coopère avec l'enquête. «L'incident qui s'est produit dans ma vie privée» a eu lieu en janvier 2008, a-t-il déclaré dans ce texte cité par le journal. A aucun moment, je n'ai abusé de ma position de directeur du Fonds», affirme-t-il

Selon le quotidien américain, le conseil de Piroska Nagy, Robert Litt, assure qu'elle n'a subi aucun pression pour quitter le FMI et qu'elle a touché une prime de départ semblable aux autres salariés de son rang.

L'enquête a été réclamée par Shakour Shaalan – qui représente l'Egypte et d'autres pays arabes au conseil d'administration du FMI – sous les conseils de représentants de la Russie et des Etats-Unis, indique encore le journal.

-------

Affaire DSK "Il y a des choses qu'on peut faire à Paris, pas à Washington" lexpress.fr
Par Laura Raim, mis à jour le 20/10/2008 17:48:53 - publié le 20/10/2008 15:37

Alors que les médias du monde entier s'emparent de l'affaire DSK, d'autres s'interrogent sur l'intérêt de la faire éclater au grand jour. Le directeur du FMI est-il tombé dans le piège médiatique anglo-saxon?

Alors que Dominique Strauss-Kahn, directeur du Fond monétaire international (FMI), est accusé de népotisme dans le cadre de relations intimes avec une subordonnée, l'affaire, révélée par le Wall Street Journal, soulève plusieurs questions éthiques.

En attendant la résolution de l'enquête, "si les accusions ne sont pas fondées, le fait d'avoir fait peser des soupçons sur Dominique Strauss Kahn est en soit éthiquement problématique...", explique Jean Luc Castro, professeur d'éthique à Audencia, l'ancienne école supérieure de commerce de Nantes.

Quel intérêt alors de faire éclater l'affaire au grand jour? En France, on s'interroge. La réponse est peut-être culturelle. "Chez nous, lorsqu'on se sert des histoires de coeur en politique, ce n'est pas par voie de presse. On n'est pas dans la réprobation populaire pour ce type d'affaire, analyse Christophe Deloire, directeur du CFPJ et co-auteur de Sexus Politicus (1), qui met en avant le barrage légal: "En France, il y a trop de règles à respecter en termes de vie privée".

Un individu face à sa conscience

Les Américains sont plus préoccupés que les Français par l'intégrité morale d'une figure publique dans sa vie privée, soit. Mais pour Jean-Luc Castro, "seule la question du favoritisme soulève un problème d'éthique, c'est à dire de l'affrontement d'un individu à sa propre conscience", le volet sentimental étant, quant à lui, "hors sujet".

Mais dans ce domaine également, "les Français sont moins sensibles que les Américains. Les questions de conflit d'intérêt ne les intéressent pas, ils ne voient pas malice aux bénéfices qu'on obtient de ses influences directes", affirme Christophe Deloire.

Dominique Strauss-Kahn est prévenu: "Il y a des choses qu'on peut faire à Paris mais qu'on ne fait pas à Washington."
1. Sexus Politicus, co-écrit par Christophe Dubois et Christophe Deloire, est réédité en version Poche depuis mais 2008, aux éditions "j'ai lu"

-------

L'affaire DSK en cinq points
Par Marie Simon, mis à jour le 20/10/2008 17:02:31 - publié le 20/10/2008 14:37

Au-delà de la "love affair", de quelle affaire Dominique Strauss-Kahn est-il soupçonné? Que risque-t-il? Y a-t-il eu manipulation? LEXPRESS.fr fait le point.

De la "love affair"...

Dominique Strauss Kahn, directeur général du FMI depuis un an, reconnaît qu'il y a eu "un incident dans sa vie privée", en janvier 2008. Sa femme, Anne Sinclair, évoque aussi cette "aventure d'un soir" sur son blog.

Plus précisément, révélait le Wall Street Journal ce week-end, l'ancien ministre français des Finances a entretenu cette relation extraconjugale avec Piroska Nagy, une collaboratrice hongroise de l'institution monétaire. Elle était alors membre de département chargé de l'Afrique et chargée de mission sur le Ghana (lire ici le rapport rendu en juin 2008 sur cette mission, en .pdf).

Après avoir approché cette femme, également mariée, en décembre 2007, et échangé quelques emails de plus en plus intimes, DSK a noué cette liaison lors d'une conférence en Europe, au début de l'année 2008, explique le quotidien américain.

Jusque là, il ne s'agit "que" d'une affaire privée. Et admettre les faits pourrait même désamorcer l'affaire dans un pays où "l'adultère est beaucoup moins grave que le mensonge", explique au JDD.fr Judith Warner, éditorialiste au New York Times.

... à l'abus de pouvoir?

Le véritable problème pourrait résider dans le fait que cette liaison ait débouché sur un abus de pouvoir. C'est en tout cas l'objet d'une enquête privée, lancée en août 2008 par plusieurs membres du conseil d'administration du FMI et confiée à un cabinet juridique de Washington DC, Morgan Lewis & Bockius LLP.

Son rapport doit être rendu à la fin du mois. DSK qui affirme "qu'à aucun moment il n'a abusé de sa position de chef du FMI", dit l'attendre impatiemment.

DSK le 12 octobre dernier pendant une conférence du presse du FMI qu'il dirige depuis un an.

En quoi aurait pu consister cet abus de pouvoir? L'enquête doit notamment déterminer si Piroska Nagy a profité de cette liaison pour bénéficier de conditions financières avantageuses lors de son départ du FMI, en août 2008.

L'institution a en effet récemment mis en oeuvre un plan d'économies qui a poussé 600 employés vers la sortie, soit 10% de ses effectifs, rappelle le Washington Post. La maîtresse "d'un soir" de DSK, qui travaille désormais comme économiste à la Banque européenne de Reconstruction et de Développement à Londres, serait-elle partie avec une enveloppe plus épaisse que ne le justifiaient son poste et son expérience ? Son avocat, cité par le New York Times, affirme qu'elle n'a reçu "aucun traitement spécial".

Autre abus possible: cet adultère aurait-il été mis dans la balance pour "pousser" Piroska Nagy, devenue gênante, à quitter ses fonctions lors de ce plan d'économies? "Non", selon elle, rappelle le Washington Post. "Après deux décennies au FMI, elle a déclaré être partie dans des conditions normales".

Qui a intérêt à rendre cette affaire publique?

L'enquête au sujet de cette relation datée de janvier-février 2008 a été lancée en août dernier... et rendue véritablement publique en fin de semaine dernière. Pourquoi si tard, pourquoi maintenant?

Mario Blejer, l'économiste argentin marié à Piroska Nagy, aurait soufflé cette histoire aux membres du Comité éthique du FMI en juillet 2008. Mais est-ce une simple revanche de mari trompé? Plusieurs thèses font surface.

Il y a ceux qui évoquent une revanche, un an après, des déçus de la nomination de DSK pour succéder à l'Espagnol Rodrigo Rato à la tête du FMI. Le délégué russe membre du conseil d'administration, par exemple, n'aurait jamais accepté que le Français l'emporte aux dépens du candidat tchèque Josef Tosovky, soutenu par le Kremlin. Or, c'est sur les conseils des représentants russes et américains, prévenus en juillet par le mari trompé, que A. Shakour Shaalan, le doyen du conseil qui représente l'Egypte et d'autre pays arabes, aurait lancé cette enquête, comme le rappelle le WSJ.

D'autres pensent, comme Jean-Marie Le Guen, député de Paris proche de DSK, que cette enquête fait les affaires des ultralibéraux qui, en pleine crise financière internationale, n'apprécieraient guère "l'idée d'avoir Dominique Strauss-Kahn" à la tête du FMI, un homme "qui a des idées précises sur la nécessité de régulation du monde financier". Il a jugé dimanche sur RTL qu'il pouvait y avoir une "volonté de déstabilisation" de ce dernier dans ce contexte.

"Je pense qu'il y a quelque malice, mais oublions-la vite pour que le travail puisse se faire", a estimé le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner sur France 2, en soulignant qu'il s'agit "d'une affaire privée, sans victime, sans préjudice et sans plainte apparemment". "Il y a une enquête interne: attendons les résultats".

Une affaire dans l'affaire?

Le soupçon de manipulation se nourrit également du relatif secret qui a entouré les (longs) débuts de l'enquête. Si les représentants de la Russie, des Etats-Unis ou de l'Allemagne étaient au courant du processus en cours, l'administrateur français Ambroise Fayolle a été mis à l'écart. Tout comme la plupart de 24 membres du conseil (voir ici l'organigramme précis), qui ont découvert l'intégralité de cette histoire ce vendredi.

Possible affaire dans l'affaire, glisse le WSJ: "des critiques internes accusent les membres qui étaient au courant d'avoir pu exercé des pressions sur Strauss-Kahn grâce à cette information". Réponse de Shaalan: il était nécessaire de ne pas répandre des rumeurs susceptibles de salir l'image du directeur avant que les faits soient avérés, ou non.

Que risque-t-il? Voir le précédent Wolfowitz...

S'il a commis un abus de pouvoir, il semble que Dominique Strauss-Kahn soit poussé vers la sortie. "Il sera obligé de démissionner, mais ça me paraît complètement exclu", selon l 'ex-Premier ministre PS Michel Rocard.

Et s'il n'y a pas eu abus de pouvoir? Après cet adultère, l'image de DSK pourrait tout de même en sortir écornée. En effet, l'article 6 du Code éthique du FMI est très clair, écrit Le Figaro: "Vous devez vous efforcer d'éviter que l'apparence même de votre conduite paraisse inappropriée". Au Comité éthique, désormais, de décider si sa conduite viole cet article.

Le FMI, en lançant cette enquête rapidement, semble en tout cas vouloir éviter de tomber dans la situation que la Banque mondiale a traversée il y a 15 mois. Paul Wolwowitz, président de la Banque mondiale, avait alors dû démissionner, soupçonné d'avoir favorisé, financièrement parlant, une employée avec laquelle il avait entretenu une longue relation.

-------

Le gouvernement français vante les mérites de "DSK"Publié le 20/10/2008 à 17:55 Reuters Yves Clarisse

Après ses proches et son épouse, le gouvernement français est monté lundi au créneau pour vanter les mérites de Dominique Strauss-Kahn, qui est sous le coup d'une enquête interne sur un éventuel abus de pouvoir.

Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) a reconnu avoir eu une liaison en 2008 avec une de ses subordonnées après la révélation de l'affaire par le Wall Street Journal, en pleine crise financière internationale.

L'enquête porte sur un éventuel abus de pouvoir dont "DSK" se serait rendu coupable, soit en accordant des indemnités de départ trop importantes à Piroska Nagy, une économiste d'origine hongroise qui occupait à l'époque un poste important au FMI, soit en manoeuvrant pour l'envoyer à Londres.

Dominique Strauss-Kahn dément tout abus de pouvoir et son ancienne maîtresse "d'un soir" est exactement sur la même ligne.

Le Premier ministre français, François Fillon, s'est refusé à commenter "une affaire totalement privée" et a mis en avant le rôle du FMI dans la crise financière.

"Le FMI fonctionne, nous appelons au renforcement de son rôle parce que nous pensons que, dans la gouvernance mondiale, le FMI doit avoir un rôle plus important", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. "Le FMI nous paraît être la bonne structure pour servir de tour de contrôle à ces nouvelles institutions financières".

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a tressé des lauriers au directeur général du FMI.

"Moi, je considère que la vie privée on en prive les autres et ce que j'espère, c'est que dans cette affaire, il conservera tout son talent, toute son aura, toute sa réputation parce qu'il est tout simplement indispensable qu'à la tête du FMI on ait quelqu'un de fort et de solide, et de reconnu comme il est", a-t-elle déclaré sur Europe 1.

Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, s'est quant à lui interrogé sur le moment auquel cette affaire est portée sur la place publique.

"L'affaire tombe mal, je me demande d'ailleurs pourquoi elle tombe si bien au moment où on a tant besoin de DSK", a-t-il dit sur France 2. "Il s'agit d'une affaire privée sans victime, sans préjudice et sans plainte apparemment", a-t-il ajouté.

"CONFIANCE"

"Je garde entièrement ma confiance à DSK et nous avons besoin de lui dans un FMI rénové", a-t-il poursuivi.

"Il est nécessaire qu'un homme comme celui-là, à la tête d'une institution qui justement devait jouer un rôle particulier dans la remise en ordre de notre système économique, puisse jouer son rôle pleinement, c'est essentiel."

Dimanche, Anne Sinclair, l'épouse de Dominique Strauss-Kahn, avait fait corps avec son mari sur son blog où elle affirmait que "cette aventure d'un soir est désormais derrière nous".

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, est lui aussi entré dans l'arène en se déclarant dimanche "persuadé que l'enquête démontrera que Dominique Strauss-Kahn n'a pas abusé de son pouvoir".

Les proches de Strauss-Kahn étaient immédiatement montés au front pour défendre le patron du FMI.

Jean-Christophe Cambadélis, député socialiste de Paris, a estimé que la progression de Strauss-Kahn dans les sondages avant le Congrès socialiste de Reims et la crise financière pourraient ne pas être étrangères à la révélation de l'affaire.

L'ancien ministre français a été élu en septembre 2007 à la tête de l'organisation internationale qui fournit une expertise et dans certains cas, des prêts, à ses 185 pays membres.

Sa candidature, soutenue par l'Union européenne et les Etats-Unis, avait été avancée par le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, puis reprise par Nicolas Sarkozy dans le cadre de sa politique d'ouverture.

"DSK" avait été battu par Ségolène Royal dans la course à l'investiture socialiste pour l'élection présidentielle de 2007.

En juin 2007, le président de l'époque de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz, avait été contraint à la démission après être intervenu dans le processus de promotion de sa compagne, également salariée de l'organisation.

------

Le FMI enquête sur un possible autre abus de pouvoir de DSK liberation.fr politiques 21 oct. 11h13

C'est de nouveau une information du «Wall Street Journal» : l'institution cherche à savoir si son président a «pistonné» une jeune Française de sa connaissance pour un stage très prisé.

Acharnement ou nouvelle casserole pour DSK ? Selon le Wall Street Journal, le FMI enquête sur un éventuel abus de pouvoir de son président. Les regards se tournent cette fois vers une jeune Française qui aurait bénéficié d’un stage dans un secteur prestigieux de l’institution. Or, selon un porte-parole personnel du Français, la jeune femme et ses parents sont des amis de Dominique Strauss-Kahn et de sa femme Anne Sinclair.

Contrairement à «l’affaire» Piroska Nagy, il n’est nullement question d’une éventuelle liaison entre lui et cette jeune femme. Agée de 26 ans et étudiante à Sciences-Po, celle-ci aurait été proche de Strauss-Kahn durant sa campagne lors des «primaires» socialistes pour l’élection présidentielle de 2007, se montrant notamment fréquemment à La Planche, le QG de campagne de l’ancien ministre. Après l’échec de DSK et sa nomination au FMI, elle aurait bénéficié en février 2008 d’un stage au département Recherche qui s’est achevé au mois d’août. D’après le Wall Street Journal, son nom aurait été le seul proposé par la direction des ressources humaines alors qu’une liste d’une dizaine de personnes est usuellement envoyée.

Un porte-parole du FMI assure cependant qu’«il n’y a pas de preuve d’une implication directe» de Dominique Strauss-Kahn dans ce processus ni «aucune preuve de favoritisme dans cette affaire».

Cet été, des membres du conseil d’administration du FMI se sont pourtant interrogés sur la nature des liens entre la jeune stagiaire et DSK suite à des plaintes d’employés de l’organisation. Mais ils n’ont pas porté l’affaire devant l’ensemble du conseil, préférant la transmettre au département juridique, qui n’a pas donné suite.

-------

FMI Strauss-Kahn présente ses excuses au personnel du FMI NOUVELOBS.COM | 21.10.2008 | 10:59

"Je crois fermement ne pas avoir abusé de ma position", a expliqué le directeur du Fonds monétaire international dans un courriel adressé aux services de l'institution internationale.

Le directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn (DSK) a présenté lundi 20 octobre ses excuses au personnel du Fonds monétaire international (FMI), pour avoir eu une relation extraconjugale avec une ancienne employée de l'institution.
"L'incident constitue une erreur de jugement de ma part, dont je prends l'entière responsabilité", a écrit le directeur général du fonds, dans un courriel adressé aux services du FMI, tout en ajoutant: "je crois fermement ne pas avoir abusé de ma position".

Dominique Strauss-Kahn a été reçu lundi par le conseil exécutif du FMI et il a pleinement collaboré à l'enquête, selon le doyen du conseil, Shakour Shaalan.

Dans son courrier électronique, Dominique Strauss-Kahn a également présenté ses excuses à sa famille et à sa femme, qu'il décrit comme une économiste de talent.

Il y a quinze mois, Paul Wolfowitz avait dû démissionner de la présidence de la Banque mondiale, impliqué dans une controverse sur la rémunération et les indemnités de départ de sa petite amie, aujourd'hui salariée du FMI. (AP)

--------

Mardi 21 Octobre 2008 DSK: Une deuxième affaire tuée dans l'oeuf Par Ivan PORSPODER le JDD.fr

Objet d'une enquête au sein du FMI en raison d'une liaison avec une subordonnée qui pourrait avoir donné lieu à un abus de pouvoir, Dominique Strauss-Kahn a vu surgir ce mardi dans le Wall Street Journal une nouvelle affaire concernant le recrutement d'une stagiaire française pour laquelle il aurait fait preuve de favoritisme. Une accusation balayée par le FMI.

Dominique Strauss-Kahn pensait avoir passé le plus dur. Non pas concernant la crise financière mondiale mais bien à propos de la crise bien plus personnelle qu'il traverse. Coupable d'un écart de conduite conjugal avec une économiste hongroise du FMI en janvier dernier, le directeur général de l'institution financière internationale sise à Washington, on le sait, fait l'objet d'une enquête interne. Le Wall Street Journal, décidément très pointilleux, révélait mardi que DSK devait faire face à une deuxième enquête pour favoritisme concernant le recrutement d'une stagiaire française au département recherche.

Selon le WSJ, la jeune fille, outre qu'elle n'avait pas le profil exigé pour ce type de poste, était issue d'une famille proche du couple Strauss-Kahn-Sinclair. Dès lors, il n'y avait plus qu'un pas à franchir pour taxer l'ancien ministre de l'Economie de favoritisme. Sauf que, si ce recrutement pour un stage de deux mois a bien généré quelques réticences au sein du FMI au moment où 500 postes étaient supprimés, le service juridique qui avait été saisi, a classé l'affaire sans suite.

Acharnement

Du coup le FMI a réagi vigoureusement ce mardi pour expliquer que le recrutement en question a bien été réalisé dans les règles. "Il n'y a pas de preuve de favoritisme dans cette affaire et l'enquête a prouvé que les procédures habituelles du FMI ont été suivies concernant ce stage de deux mois. (...) Aucune découverte significative n'a été faite pendant l'enquête interne menée en juillet et achevée en septembre", a fait savoir un porte-parole qui souligne par ailleurs que la stagiaire était parfaitement qualifiée pour sa mission.

Cette deuxième affaire serait donc close. Mais la première est toujours en suspens. Et l'enquête, qui doit s'achever à la fin du mois, doit déterminer si, du fait de cette relation "inapropriée", DSK a abusé de son pouvoir pour limoger indûment la jeune femme qui travaille aujourd'hui à Londres pour la Berd, ou si, au contraire, celle-ci a été favorisée notamment au travers d'indemnités de départ excessives.

Contraint de reconnaître son "erreur de jugement" et de présenter des excuses publiques concernant sa liaison extra-conjugale aux salariés du FMI ainsi qu'à son épouse Anne Sinclair (par ailleurs collaboratrice du JDD), Dominique Strauss-Kahn fait désormais le dos rond en attendant les conclusions de l'enquête. Le socialiste peut en tout cas compter sur le soutien unanime de la classe politique française où on souligne que ces affaires surgissent fort opportunément au moment où l'idée que le FMI puisse devenir un acteur majeur de la régulation des systèmes financiers se fait jour. De là à parler d'acharnement contre un homme porteur d'idées un peu trop audacieuses...

-------

Le FMI blanchit DSK et le garde à son poste 26.10.2008, 07h22 | Mise à jour : 07h32 Leparisien.fr avec AFP

Le directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn a été blanchi samedi de toute accusation d'abus de pouvoir dans l'affaire d'une liaison extra-conjugale par un conseil d'administration décidé à le garder à son poste.

Le conseil d'administration du FMI, qui avait mandaté l'été dernier un cabinet d'avocats privé pour enquêter sur la liaison de l'ancien ministre français avec une subordonnée ayant depuis quitté l'institution, s'est contenté de pointer du doigt une «grave erreur de jugement».

Le doyen du conseil Shakour Shaalan, un Egyptien représentant plusieurs pays arabes à l'institution, a précisé que l'organe dirigeant, réuni «dans une ambiance très, très positive» était parvenu à la conclusion que cette affaire, révélée au public le 18 octobre, «n'affecte en rien l'efficacité» de M. Strauss-Kahn.

«Nous continuerons à travailler avec lui», a-t-il ajouté, soulignant que «le directeur général est très compétent dans l'exercice de ses fonctions».

«S'il y a une part de confiance qui a été perdue, il la retrouvera très bientôt», a-t-il précisé, en indiquant toutefois que «certains membres du personnel, surtout des femmes, ne sont pas du tout contents» de l'incident.

Mais, a-t-il précisé, M. Strauss-Kahn a déjà présenté lundi ses excuses au personnel, et «je ne crois pas qu'on puisse lui demander d'en faire plus».

L'institution, qui est l'un des acteurs de premier plan ces dernières semaines avec l'explosion de la crise financière, avait révélé le 18 octobre l'ouverture d'une enquête sur son directeur, à la suite d'une relation extra-conjugale entre M. Strauss-Kahn, 59 ans, et une ancienne haute responsable d'origine hongroise du département Afrique du FMI, mariée.

M. Strauss-Kahn, ancien ministre français des Finances, est considéré comme l'une des plus éminentes figures politiques européennes en matière d'économie.

Il a été nommé en septembre 2007 à la tête du FMI pour le réformer en profondeur, quelques mois après le scandale provoqué par la révélation que la compagne du patron de la Banque mondiale Paul Wolfowitz avait bénéficié de conditions très généreuses de l'institution.

L'affaire concernant la vie privée de M. Strauss-Kahn tombait particulièrement mal alors que le FMI, qui réunit 185 pays, multiplie les interventions pour contenir les retombées de la crise financière mondiale actuelle.

L'enquête établit notamment que M. Strauss-Kahn et Piroska Nagy, dont le nom n'est cité nulle part mais dont l'identité a été dévoilée la semaine dernière par le Wall Street Journal, ont tous deux «consenti et se sont activement engagés» dans leur liaison.

La jeune femme, dont le mari avait découvert la liaison, a quitté le FMI l'été dernier pour prendre un poste à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

L'enquête a établi qu'elle n'avait bénéficié d'aucun traitement de faveur, alors qu'elle participait au programme de départs volontaires mis en place par le Fonds, qui a touché quelque 600 personnes.

De quoi conclure, comme l'a fait le conseil d'administration du FMI, qu'«il n'y a pas eu de harcèlement, ni de favoritisme ni aucun autre abus de pouvoir (commis) par le directeur général».

Pour autant, interrogé sur ce qui pouvait être reproché à M. Strauss-Kahn, M. Shaalan a souligné que «le comportement personnel du directeur général (du FMI) donne le ton pour l'institution, il doit être au-dessus de tout reproche».

M. Strauss-Kahn s'est marié en 1991 en troisièmes noces avec la journaliste française Anne Sinclair, qui dimanche dernier avait expliqué que le couple avait «tourné la page» sur «une aventure d'un soir».

M. Strauss-Kahn avait pour sa part annoncé mercredi qu'il avait l'intention de «poursuivre judiciairement avec détermination» ceux qui relaieraient «des rumeurs malveillantes» à son encontre.

Le Premier ministre français François Fillon avait qualifié lundi l'enquête visant M. Strauss-Kahn d'«affaire totalement privée».

--------

Les "démineurs" qui ont sauvé DSK Le Parisien, 28 octobre 2008 p. 6 AZZEDDINE AHMED-CHAOUCH

C'EST UN CONSEIL très rapproché de trois personnes qui a pris l'avion le 18 octobre pour Washington. Un voyage organisé en urgence pour une opération spéciale: gérer la communication de Dominique Strauss-Kahn, soupçonné d'abus de pouvoir par rapport à une ex-collaboratrice au Fonds monétaire international (FMI) avec qui il avait eu une relation extraconjugale.

Une affaire pour laquelle le patron du FMI a été finalement blanchi ce week-end à l'issue d'une très sérieuse enquête interne.

Mais entre le moment où le scandale est révélé par le «Wall Street Journal» et la publication de l'enquête, dix jours se sont écoulés. Un délai qui a laissé le temps aux médias d'exposer largement l'affaire.

Pour DST, communiquer sans faire aucune faute dans cet univers anglo­saxon impitoyable était une question cruciale. Il en allait de son maintien à ce poste envié dans une des plus importantes institutions financières internationales.

"Faire cesser les spéculations"

« Lorsque Dominique Strauss-Kahn nous a sollicités, nous n'avons pas hésité une seconde », explique Stéphane Fouks, patron d'Euro RSCG, la grande agence française de publicité qui a envoyé trois personnes qui connaissent depuis longtemps l'ancien ministre socialiste.
Anne Hommel, ex-attachée de presse de DST, Ramzy Khiroun, conseiller en communication et ancien collaborateur du député de Sarcelles, et Gilles Finchelstein, qui fut notamment la « plume » de DST, se sont activés pendant cinq jours sur place à Washington pour« faire face à la crise ».

Sans dévoiler « pour raison de confidentialité », le contenu exact de leur mission, ils assurent cependant « avoir travaillé pour faire cesser les spéculations autour de l'affaire ».
Ont-ils conseillé à Anne Sinclair de rédiger un billet pour affirmer que « cette aventure d'un soir est désormais derrière» eux ? « Non, non », certifie Fouks, sans s'étaler sur le blog de la journaliste.

Autre question encore plus sensible : qui a payé cette prestation? je peux vous l'assurer, poursuit Fouks, c'est bien DSK qui a payé personnellement il y a une facture à son nom. » Sous-entendu: le FMI n'a rien à voir dans le règlement de cette mission.
Une am­biguïté née de la double casquette d'Anne Hommel : elle gère également certaines opérations de communication du FMI.
« AMO, un réseau d'agence de communication auquel appartient Euro RSCG, a remporté un appel d'offres en 2008 pour gérer une partie de la communication du FMI, détaille-t-elle.
Euro RSCG est notamment chargé de s'occuper des actions en France et en Afrique. »

Ramzy Khiroun appartient aussi à la garde très rapprochée de DSK. Les deux hommes se sont connus il y a dix ans à Paris. Khiroun est alors chargé de la communication du candidat aux législatives à Sarcelles, puis plus tard lors de la primaire du PS pour la présidentielle de 2007, perdue par DSK. Cest lui, enfin, qui pilotera fin 2007 la campagne pour prendre les rênes du FMI.
L'homme possède un précieux carnet d'adresses dans le monde politique, très utile pour ses clients.
« Cest un secret pour personne que je travaille pour la communication du groupe Lagardère », lâche-t-il.
En pleine tempête, DSK était donc loin d'être seul. AZZEDDINE AHMED-CHAOUCH

--------

Parti socialiste: une direction à peine resserrée et bien verrouillée AP | 06.12.2008 | 17:33

Présenté samedi par Martine Aubry, le nouveau secrétariat national du PS, constitué des seuls amis de Martine Aubry, Bertrand Delanoë et Benoît Hamon, fait une large place aux alliés de la Première secrétaire.

Contrairement aux promesses de la nouvelle Première secrétaire, le nouveau gouvernement du PS, constitué de deux pôles (secrétaires thématiques et de responsables de l'organisation), est à peine resserré, puisqu'il compte 38 membres, contre une quarantaine à l'époque de François Hollande. Une vingtaine de secrétaires nationaux adjoints s'y ajouteront dans les prochaines semaines, a précisé Martine Aubry. Le total sera donc largement inférieur aux 160 membres de la pléthorique direction sortante, mais loin des promesses des aubrystes d'un gouvernement d'une vingtaine de membres.

Le nouveau secrétariat national respecte en revanche totalement la parité hommes-femmes, et compte 20% de représentants des "minorités visibles". Il comporte "60% de nouveaux visages et 40% de moins de 40 ans", a calculé la Première secrétaire.

Symbole de ce renouvellement, le jeune député européen Benoît Hamon, révélation du congrès de Reims, sera le porte-parole du parti. L'ancien leader étudiant Bruno Julliard s'occupera de l'éducation, l'ex porte-parole de "Sauvons la recherche" Bertrand Monthubert suivra les questions de recherche.

Parmi les responsables issus de l'immigration, Farida Bouadaoud suivra le mouvement associatif, Cécile Ha Minh Tu les transports, Sibeth N'Diaye la petite enfance. La socialistes hongroise Zita Gurmai veillera aux droits des femmes.

Mais derrière ce message de rénovation, les caciques de la rue de Solférino contrôlent les postes-clés. Bras droit de Martine Aubry, François Lamy sera conseiller politique auprès de la Première secrétaire, chargé de la communication. Le fabiusien Claude Bartolone et le strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis, les deux artisans du rassemblement des "reconstructeurs", premiers soutiens de la nouvelle Première secrétaire, s'occuperont des relations extérieures et de l'international. Le delanoïste Harlem Désir est chargé de la coordination, le strauss-kahnien Christophe Borgel des secteurs-clés des fédérations et des élections.

Arnaud Montebourg, autre membre fondateur des reconstructeurs, sera chargé d'organiser les assises de la rénovation promise par Martine Aubry. Son ami Christian Paul présidera le "laboratoire des idées" nouvellement créé. Marylise Lebranchu, amie personnelle de la Première secrétaire, s'occupera du Forum des territoires, autre création de la nouvelle Première secrétaire. Elisabeth Guigou suivra la réforme de l'Etat.

Les aubrystes représentent la moitié du secrétariat national, les amis de Bertrand Delanoë et de Benoît Hamon se partageant les autres postes. AP

-------

France Inter s’excuse auprès de DSK… mais félicite Guillon! Marianne2.fr 18 février 2009

Interrogé par Canal +, le directeur délégué de France Inter s’est excusé de la chronique de Stéphane Guillon qui revenait sur les aventures extra-conjugales de DSK… mais selon l’humoriste, la direction l’aurait félicité en lui envoyant du champagne!

------

Publié le 18/02/2009 à 11:26 Le Point.fr Cette lettre qui met en cause DSK Par Clément Daniez

L'affaire refait surface. Quatre mois après la révélation d'une relation extra-conjugale avec une subordonnée du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn fait l'objet d'une nouvelle révélation. Lexpress.fr dévoile des extraits d'une lettre de l'économiste hongroise Piroska Nagy avec qui il aurait entretenu une relation. Dans ce courrier envoyé le 20 octobre dernier aux enquêteurs mandatés par le FMI, elle affirme : "M. Strauss-Kahn a abusé de sa position pour entrer en relation avec moi. (...) Je n'étais pas préparée aux avances du directeur général du FMI. (...) J'avais le sentiment que j'étais perdante si j'acceptais, et perdante si je refusais."

La mise en cause ne figurerait pas dans le rapport final rendu par les enquêteurs. "Il n'y a aucun harcèlement, aucun favoritisme, ni quelque abus d'autorité que ce soit de sa part", avait ainsi conclu le conseil d'administration du FMI, qui a blanchi DSK. "Pour nous, il n'y a pas d'affaire, c'est un faux scoop car les enquêteurs connaissent cette lettre", a déclaré au Parisien/Aujourd'hui en France le pdg d'Euro RSCG Stéphane Fouks, chargé de la communication de crise de l'ancien ministre de l'Économie. Selon un membre de son entourage, ces extraits ont été "tirés de leur contexte".

Le sujet reste néanmoins périlleux à aborder. Invité de France Inter mardi matin, DSK n'a pas du tout apprécié la chronique humoristique de Stéphane Guillon, qui s'est amusé de la réputation "libertine" du patron du FMI quelques minutes avant son interview. "Les responsables politiques (...) ont le droit ou même le devoir d'être critiqués par les humoristes. Mais l'humour, c'est pas drôle quand c'est principalement de la méchanceté", a-t-il réagi. Tout en rappelant la "liberté de cet exercice" (le sketch de Guillon), le directeur délégué de la radio dit lui avoir "présenté au nom de France Inter" des excuses.

-------

Strauss-Kahn l'emporterait face à Sarkozy en 2012, selon CSA Par Reuters, publié le 04/02/2010 à 21:31

PARIS - Dominique Strauss-Kahn l'emporterait au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2012 face à Nicolas Sarkozy, selon un sondage CSA pour l'hebdomadaire Marianne rendu public jeudi.

L'actuel directeur général du Fonds monétaire international (FMI) est crédité de 52% des intentions de vote contre 49% pour le chef de l'Etat.

Cette étude envisage deux hypothèses de candidatures présidentielles pour le Parti socialiste: Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn.

Le premier secrétaire du Parti socialiste serait battue par Nicolas Sarkozy au deuxième tour: elle recueille 48% des intentions de vote contre 52% pour le président sortant.

Au premier tour, Nicolas Sarkozy est crédité de 32% des voix face à la maire de Lille et de 29% si c'est Dominique Strauss-Kahn qui se présente sous les couleurs du PS.

Jeudi, Dominique Strauss-Kahn, dont le mandat au FMI court jusqu'à l'automne 2012, a déclaré qu'il pourrait se "reposer la question" d'une éventuelle candidature "dans certaines circonstances".

Le sondage a été réalisé par téléphone les 2 et 3 février auprès d'un échantillon de 802 personnes.

--------

--------

actu-match | Mercredi 23 Février 2011 DSK et Anne Sinclair : la tentation de Paris

Offensive médiatique à Paris Dominique Strauss-Kahn au 20 heures de France 2 le 20 février, interrogé par Laurent Delahousse
« Quoique je fasse à l’avenir, l’avis de ma femme comptera »
A propos de Jacques Delors
L.D. On se souvient qu’il y a quelques années [...], il s’interrogeait, parce qu’il était l’homme le plus populaire en France à l’époque [...], il envisageait peut-être d’être candidat et à cette interview, faite par une intervieweuse de qualité, Anne Sinclair, il avait répondu : “Finalement je n’y vais pas”... Qu’est-ce que vous évoque, par exemple, cette histoire-là, de Jacques Delors ?
D.S.-K. J’avais regretté qu’il n’y aille pas.
L.D. Ça ne vous suscite pas plus de...
D.S.-K. C’est de l’Histoire.

A propos d’Anne Sinclair
L.D. Votre épouse a eu une idée, en tout cas elle l’a émise, c’est qu’elle ne souhaite pas, elle, que vous fassiez un deuxième mandat au FMI. Vous êtes un homme qui écoute parfois son épouse ?
D.S.-K.Toujours ! D’abord on en discute, c’est bien normal, ce qu’elle dit a beaucoup d’importance pour moi. Quand elle a quitté “7 sur 7” [...], on en a discuté. Lorsque j’ai choisi, j’ai pensé, venir au FMI, à Washington, on en a parlé ensemble. Quoi que je fasse à l’avenir, évidemment on en parlera ensemble et son avis comptera.
Paru dans Match Par Sylvie Santini et Olivier O’Mahony - Paris Match

Quand tout le monde se demande si DSK se lancera dans la présidentielle de 2012, sa femme sait déjà que leur vie est en France.

Jeudi 17 février, DSK vient d’arriver à Paris pour le G20 tandis qu’à 6 000 kilomètres de là, un drôle de manège s’observe dans sa résidence du quartier so british de Georgetown, à Washington... Un solide gaillard transporte cartons de déménagement et tableaux grand format d’une petite maison jaune à une autre – la sienne, avec ses murs caractéristiques de brique rouge. Parfois, il entrepose une toile dans la Jeep Grand Cherokee noire garée en face. Un déménagement se préparerait-il ? La voisine n’en sait rien, elle n’a guère adressé « que deux ou trois fois la parole » aux propriétaires, « toujours très courtois et qui ont souvent du monde chez eux ». Après le « caillou blanc » de la petite phrase de madame souhaitant que monsieur ne rempile pas pour un second mandat, les cartons de Georgetown seraient-ils un autre indice d’un probable retour à la maison ? Le managing director du FMI n’a-t-il pas confié aux lecteurs du « Parisien » qui l’interrogeaient que la France lui manquait, « comme à tous les expatriés » ?

Voilà que de menus faits, peut-être sans conséquences, et des bribes de propos anodins sont auscultés comme les entrailles d’un lama lors d’un sacrifice inca. Rançon du silence imposé à DSK, par ses fonctions internationales autant que par l’amicale camarilla de pros de la communication qui gère son image de candidat virtuel.Pendant ce temps, l’ex-diva de « 7 sur 7 » fait « mamita » place des Vosges. Elle adore ses petits-enfants, et ne laisse guère passer un mois sans venir les voir à Paris. Samuel, Etienne, Mathias, Lucie et Emilie, échelonnés de 6 à 2 ans, sont en fait les enfants des deux aînés de la première union de Dominique Strauss-Kahn. Mais Anne Sinclair a l’âme d’un chef de tribu. C’est elle qui, en 2007, a choisi la robe de mariée de Marine, la benjamine de Dominique. Pour l’anecdote, c’est en ce jour de noces que l’aubaine d’une candidature au FMI s’est profilée pour lui en un coup de fil de routine à son ami Jean-Claude Juncker... La famille est recomposée et Ivan ­Levaï, premier mari de ­madame, est souvent vu à ses côtés à Marrakech, lorsqu’elle séjourne dans son riad de la médina, en même temps que David Levaï, un de leurs deux fils. David travaille à Washington, et vient souvent à Georgetown, d’un coup de vélo, dans la grande maison victorienne avec jardin où les époux vivent, selon Anne, une « vie de jeune couple » depuis leur arrivée à l’automne 2007. Anne Sinclair a acheté ce bien immobilier estimé 4 millions de dollars, qui complète un patrimoine béton. Le mètre carré dans les immeubles Louis XIII de la place des Vosges avoisine les 20 000 euros et la propriété marocaine ressemblerait, selon un invité occasionnel, à un « palais de maharadjah ».

C’est sans doute pour cette raison, extrapolent les mauvaises langues, que Mme Strauss-Kahn travaille à une biographie de son grand-père Paul Rosenberg, un des galeristes les plus avisés du XXe siècle, marchand de Picasso et Matisse, dont elle tient sa fortune. Ecrire sur lui serait une manière de légitimer l’argent. Une allégation qui, parmi d’autres, a le don d’exaspérer Anne Hommel, ­gardienne du temple strauss-kahnien dans l’agence de communication Euro RSCG, qui a noué au fil des ans une relation quasi filiale avec le couple : « Elle le fait parce que c’est son envie et, d’ailleurs, ce n’est pas près d’être fini ! » Auparavant, la journaliste qu’elle n’a jamais cessé d’être ­réfléchissait à un essai sur les relations comparées du pouvoir et de la presse en France et aux Etats-Unis. Un sujet que l’actualité risquait cette fois de rendre un peu chaud !

La fine mouche politique de « 7 sur 7 », celle qui, de 1984 à 1997, a scotché la France cathodique et dominicale devant ses pulls mohair et ses yeux myosotis, est sur ses gardes. Dans son blog « Deux ou trois choses vues d’Amérique », elle ne cesse d’éluder les commentaires sur « la personne qui m’est proche ». Récemment, elle ­acquiesçait toutefois aux propos d’un de ses bloggeurs, qui qualifiaient son époux de « génie politique » et ­rappelaient que les grands présidents de la Ve s’étaient bien gardés de faire trop tôt acte de candidature... Une citation du général de Gaulle relevée par son correspondant lui plaisait particulièrement : « Comme tout ce qui vient du chef est au plus haut point contagieux, il crée le calme et l’attention pourvu qu’il se taise. »

« Mais que fout mon mec ? »

Anne Sinclair travaille. Dans la maison de Georgetown, elle partage avec son mari un bureau chargé de ­livres. On les y voit, chacun derrière son ordinateur, de part et d’autre d’une grande table carrée, dans un film qu’un journaliste de Canal+, Nicolas Escoulan, a consacré au ­directeur du FMI (diffusion le 13 mars). Dans leur cuisine immaculée, il grille les steaks, elle prépare la salade en l’interrogeant sur sa journée. Une réelle complicité, ­malgré les turbulences de 2008, unit ceux que Nicolas ­Escoulan définit comme « une équipe ». « Elle participe à la maïeutique strauss-kahnienne. Il discute en permanence avec elle », assure l’ami et conseiller Gilles Finchelstein dans l’enquête fouillée, « DSK au FMI » (éd. du Seuil), de Stéphanie Antoine, parue le jour de l’ouverture du G20. A Stéphanie Antoine, il avait glissé : « Si elle m’avait dit “jamais” [pour Washington], je n’y serais pas allé. » Au bout de trois ans, délai qu’elle s’était prescrit pour un « bilan », elle semble avoir dit « stop ».

« Mais que fout mon mec ? » La Marianne de la République, cru 1989, attend dans un « dinner » de Pennsylvania Avenue, non loin du FMI. Ils s’y retrouvent parfois pour déjeuner d’un turkey sandwich, lorsqu’elle ne le rejoint pas à la cantine de l’institution. Dans le vaste bureau du « MD », au 12e étage du bunker de la 19e Rue, une photo d’elle, tout de blanc vêtue, trône en bonne place, aux ­côtés de celles de Dominique et Bill, Dominique et Barack, etc. Dans ses missions planétaires de gendarme de la finance, elle l’accompagne souvent. Pour les voyages lointains, surtout. « Je fais mes reportages dans mon coin et je lui raconte, après, des choses qu’il sait souvent déjà, mais je ne peux m’empêcher de rester journaliste. Cela nourrit mon blog », a-t-elle confié à Paris Match. Parfois, ses initiatives personnelles intéressent tellement les collaborateurs du directeur qu’ils les mettent au programme officiel, comme cette visite du township de Soweto. A l’aise avec tous les grands de ce monde qu’elle a eu l’occasion, comme Hillary ou Bill Clinton – rencontrés en Ukraine –, d’inviter sur son plateau dans une vie antérieure, la première dame du FMI ne se satisferait pas, de toute évidence, d’une vocation de collectrice de pièces jaunes et autres fonds humanitaires.

Service minimum dans les réceptions : « On les voit peu, même chez l’ambassadeur de France », s’étonne Kevin Chaffee, le chroniqueur des « socialites » locales au « Washington Life ». Quelques dîners amicaux avec des collaborateurs du « board » du Fonds monétaire, des récitals à l’Opéra, dont le couple est friand. Les petits clubs de jazz sont aussi, selon Anne, « très sympas », comme les bistrots du coin. L’un d’eux, sur M Street, véritable institution dans leur quartier de Georgetown, est tenu par le chef français Gérard Cabrol. Il les compte parmi ses clients : « Ils viennent sans réserver, en tête à tête. La dernière fois, c’était il y a deux ou trois mois, repas léger et vin rouge, mais pas beaucoup. » Dîner d’amoureux donc, et de sexagénaires luttant contre l’embonpoint. Dans « DSK au FMI », Stéphanie Antoine relate une soirée officielle à ­Varsovie, où l’épouse du managing director aurait fondu à temps sur le gourmet pour lui interdire un bortsch trop calorique. Une préoccupation pas si futile si l’on en croit un commentaire posté le 20 février sur un blog déci­dément très instructif : « Si DSK veut y aller, il doit FAIRE UN RÉGIME ! » intime un correspondant, tandis qu’une Nicole – et non Thérèse – de Lisieux implore : « Je vous en supplie, devenez le président de la République de la France. Avec Anne Saint Clair [sic] vous formerez le véritable couple présidentiel. »

La course d’obstacles paraît lancée. Et nul doute qu’Anne Sinclair en sera la précieuse coéquipière. Reste au candidat subliminal à se déclarer. A trop tarder, il lasse l’opinion et permet à ses rivaux potentiels à la primaire socialiste d’avancer leurs pions. A devancer en revanche l’appel du 13 juillet, date butoir pour le dépôt des candidatures de son parti, il dévoile son jeu et use prématurément son image dans une probable guerre intestine au PS. Donnant de surcroît à l’actuel hôte de l’Elysée, Nicolas Sarkozy, probable candidat sortant, un avantage déterminant : celui de cibler l’adversaire... S’il ne restait qu’eux en lice, un autre duel se jouerait alors, celui de leurs dames de cœur. Et d’influence.

--------

Un présumé innocent livré au pilori médiatique mondial par la Justice démocratique américaine :

-------

Affaire Strauss Kahn. DSK démissionne du FMI et clame son innocence 19 mai 2011 à 08h08 - letelegramme.fr

Alors que la justice américaine va se pencher ce jeudi sur une nouvelle demande de remise en liberté sous caution de Dominique Strauss-Kahn, le FMI vient d'annoncer la démission de son directeur.
Dans un courrier adressé à l'institution internationale, DSK donne démission mais réaffirme également haut et fort qu'il est innocent et qu'il compte bien se battre pour le prouver.

-------

21.05.2011 | 01:13 Challenges.fr Après avoir envoyé sa lettre de démission au FMI jeudi, Dominique Strauss-Kahn devrait toucher un golden parachute et une retraite calculée sur son salaire annuel, qui était en 2007 de 420.930 dollars.

D'après ABC News, qui a épluché le contrat d'embauche de Dominique Strauss-Kahn sur le site du FMI, l'ancien directeur général de l'institution devrait toucher entre 318.000 et 349.000 dollars après sa démission, au titre de ce que l'on appelle familièrement un "golden parachute".

Dans le contrat, il est présenté comme une "separation allowance", due après un minimum de deux années de service, qui équivaut à un pourcentage calculé en fonction du nombre d'années passées au FMI.

Il est également prévu une retraite que ABC News évalue à 318.000 dollars annuel au minimum, à vie, "qu'il soit ou non en prison" précise le site d'information.
"Les termes de l'accord ne semblent pas prévoir le retrait de ces dispositions pour quelque raison que ce soit - y compris le fait d'être accusé ou reconnu coupable d'agression sexuelle", écrit ABC News. (Challenges.fr)

------

Article publié par le 7 juin 2011 à 10h54 Stéphanie Fontenoy Source : La Libre 07/06/201

L'affaire Strauss-Kahn: "Not guilty", comme on le prévoyait

Hué par des femmes de chambre devant le tribunal, Dominique Strauss-Kahn a plaidé non coupable. La prochaine audience a été fixée au 18 juillet.

Un peu avant neuf heures du matin, lundi, au 100 Centre Street, l'adresse de la cour criminelle de Manhattan. Dominique Strauss-Kahn passe le portillon de sécurité du tribunal, en costume bleu marine impeccable, les mains dans les poches, visiblement reposé, le regard assuré pour quelqu'un qui va faire face à la justice.

Il est très loin de l'image de l'homme déchu lors de son arrestation il y a trois semaines par l'unité spéciale des crimes sexuels de la police de New York. Son épouse Anne Sinclair le suit, portant un tailleur, veste noire et jupe marine, assorti à celui de son mari et des talons hauts. Dans la salle d'audience 51, au 13e étage de l'édifice, tout va très vite. Anne Sinclair arrive par l'avant de la salle et vient s'asseoir au premier rang, avec le public composé majoritairement de journalistes. Camille, la fille de Dominique Strauss-Kahn, est présente également.

L'accusé rentre, le visage plus fermé qu'auparavant. Il s'assied alors qu'un policier lui avance courtoisement son siège. A sa droite, son avocat, Benjamin Brafman se penche vers lui et lui murmure quelques mots. L'ancien directeur du Fonds monétaire international hoche la tête. Une femme lit l'acte de d'accusation. "Not guilty", non coupable, répond l'inculpé aux sept chefs d'inculpation à son encontre, dont crimes sexuels, tentative de viol et séquestration.

Un échange technique sur la procédure s'ensuit entre le deuxième avocat de la défense, William Taylor, le juge et l'équipe du procureur. Très calmement, le juge, Michael Obus, accepte la requête de la défense : un délai de six semaines pour la période dite de "discovery", pendant laquelle les deux bords vont mener l'enquête à charge et à décharge et s'échanger des informations sur l'accusé et la victime. La prochaine audience est fixée au 18 juillet à 14h, sans qu'on sache exactement quelle en sera la nature.
La séance est levée, le tout aura duré moins de cinq minutes.

Les caméras de télévision et les reporters se rassemblent devant l'entrée du tribunal, où sont attendus les avocats de la défense et de l'accusation. La bataille des mots et de l'opinion publique est lancée. Confiant, Me Benjamin Brafman réfute la thèse de l'agression et s'en tient à sa ligne de défense. Pour lui, il n'y a eu aucun usage de la contrainte entre l'accusé et la victime présumée. "Je ne veux pas entrer pour l'instant dans le détail de cette affaire, mais je suis confiant, je ne pense pas du tout que M. Strauss-Kahn soit coupable des faits qu'on lui reproche, et je peux vous prédire qu'il sera relaxé. Nous prouverons qu'il n'y a pas eu d'agression ni d'acte forcé", a-t-il déclaré à la presse, sans prendre de questions.

Puis vient le tour de Me Kenneth Thompson, l'avocat de la plaignante, Nafissatou Diallo , qui confirme qu'elle sera bien présente au procès et témoignera contre Dominique Strauss-Kahn. "Elle est dévastée, elle souffre, elle est traumatisée par ce que DSK lui a fait. Elle va venir devant cette cour et témoignera à la barre et dira au monde entier ce que DSK lui a fait. Tout est prévu pour la discréditer, mais elle montrera le contraire. Nous ferons en sorte que DSK ne s'en sorte pas indemne", a prévenu l'avocat.

Plus de 200 femmes de ménage, accompagnées de quelques-uns de leurs collègues masculins, s'étaient rassemblées devant le tribunal de Manhattan pour montrer leur solidarité à Nafissatou Diallo, l'immigrée guinéenne qui accuse l'ancien homme fort du Parti socialiste français d'agression sexuelle dans une chambre du Sofitel de New York le 14 mai.

"Shame on you" ("Honte à toi"), ont-elles scandé à l'arrivée et à la sortie du tribunal de DSK, ainsi que pendant sa comparution, une clameur qui montait jusqu'aux fenêtres du 13e étage. Vêtues de leurs uniformes, la plupart du temps d'origine étrangère, elles appartiennent au syndicat des employés d'hôtel de New York, fort de 29 000 membres.
Prenant la relève des féministes qui manifestent en France contre le machisme dans les institutions, les femmes de ménage de New York veulent aussi briser le silence, comme en témoigne Doris, employée d'un grand hôtel new-yorkais : "Quand vous travaillez dans l'industrie hôtelière, vous devez toujours être polie et respecter les clients. Vous dites "Bonjour Monsieur", "Bonjour Madame", et vous faites ce que vous avez à faire. Mais certaines personnes en profitent pour être désagréables avec nous, ils nous parlent comme à des moins que rien. Ces gens-là parfois ont de l'argent et ils vous traitent mal parce qu'ils pensent que vous êtes seulement là pour nettoyer leur merde, excusez mon langage. Ça dure depuis longtemps, mais les gens ne nous prennent pas au sérieux. Si vous portez plainte, le client a de l'argent, il va se retourner contre l'hôtel et vous allez perdre votre boulot. Les femmes de ménage ont peur et ne disent rien. Mais, maintenant, c'est fini. Même si je dois perdre mon travail, je vais parler. Nous sommes toutes ensemble, nous ne faisons qu'une avec la victime."

---------

La classe politique entre stupeur et questionnement

LEMONDE.FR | 01.07.11 | 11h00

L'article du New York Times annonçant, jeudi 30 juin, que les accusations de crimes sexuelles contre Dominique Strauss-Kahn pourraient s'effondrer à la suite de nouvelles informations sur le passé de Nafissatou Diallo, son accusatrice, a évidemment provoqué une tempête de réactions politiques en France.

Et particulièrement à gauche où l'on oscille entre incrédulité, espoir et prudence. "C'est un coup de tonnerre qui se produit, cette fois-ci pas dans le même sens. Si les charges portées contre Dominique Strauss-Kahn tombent, il aura quand même été donné en pâture par le fonctionnement du système", a estimé l'ancien premier ministre socilaiste Lionel Jospin sur RTL.

Chez les strauss-kahniens, qui venaient de se résoudre pour les uns à soutenir François Hollande, pour les autres Martine Aubry, l'enthousiasme prend souvent le pas sur la prudence. C'est ainsi que pour le député de Paris Jean-Marie Le Guen, "la réhabilitation de Dominique Strauss-Kahn, le fait que les accusations terribles qui ont été portées contre lui s'effondrent prouvent que tous ceux qui ont spéculé sur sa disparition politique maintenant devront compter sur une personne (...) qui sera bientôt libre de ses mouvements et qui pourra regarder les Français les yeux dans les yeux".

Le député-maire de Sarcelles et successeur de M. Strauss-Kahn à la tête de cette ville, François Pupponi, n'hésite pas lui non plus à évoquer le retour de l'ex-patron du Fonds monétaire international (FMI) sur la scène politique française. "Il était le meilleur candidat pour tout le monde avant le 15 mai. Il est accusé de choses terribles. Et si effectivement il était blanchi, pourquoi n'aurait-il pas le droit d'être candidat à la présidentielle ?, s'est-il interrogé sur LCI. Il a le droit de rebondir politiquement. Après, il faut voir s'il en a envie, c'est une autre question."

Michèle Sabban, qui n'a jamais cessé d'évoquer la thèse d'un "complot", va plus loin encore. Pour la conseillère régionale d'Ile-de-France, "que ces informations sortent au lendemain" de la désignation de Christine Lagarde à la succession de M. Strauss-Kahn à la tête du FMI "confirme que l'idée d'une manipulation devient plausible".

Jean-Christophe Cambadélis, "premier lieutenant" de DSK et député de Paris, qui vient d'annoncer son ralliement à Martine Aubry, se montre plus prudent. Sur son blog, il indique simplement: "Si les informations de New York sont confirmées par l'audience de ce jour, il y a de quoi retrouver le sourire. Mais laissons la justice américaine agir et DSK dire sa vérité."

Autre rallié, mais lui à François Hollande, le sénateur PS François Patriat se montre lui aussi plus prudent. "Le premier soulagement est humain, pour Dominique, pour sa famille et ses amis. Ensuite c'est pour le Parti socialiste une forme d'honneur retrouvé qui nous permettra, je pense, de nous exprimer avec beaucoup plus de fermeté dans les jours qui viennent, a-t-il expliqué sur BFM TV. On pensait ces jours derniers qu'il n'y aurait qu'une vérité juridique et jamais une vraie vérité. J'espère maintenant que la vérité réelle va éclater".

Toujours dans le camp Hollande, le député du Doubs Pierre Moscovici, nommé hier "coordinateur de la campagne" de l'ancien premier secrétaire du PS, a parlé sur France Info d'une "nouvelle incroyable", tout en restant prudent sur ses conséquences éventuelles. "Ma première réaction est une réaction de prudence. J'attends la décision de la justice. C'est une réaction d'espoir (...) que son innocence soit démontrée, son honneur retrouvé", a-t-il poursuivi, avant d'ajouter : "A l'heure où je parle (...), la politique est aussi loin de mon esprit, s'agissant de lui, qu'elle est aussi loin de son propre esprit."

Plus offensif, le fabusien Claude Bartolone, soutien de Martine Aubry, s'en est pris à la droite : "Il y a un seul truc qui me fait plaisir - en dehors de cette espérance qui réapparaît dans la vie de Dominique Strauss-Kahn, d'Anne Sinclair et de toute leur famille -, c'est la tête que doit faire Sarkozy aujourd'hui et toute la droite qui a voulu, avec cette affaire, éliminer le Parti socialiste au niveau moral", juge le président du conseil général de Seine-Saint-Denis. Une allusion à François Fillon, qui avait raillé dans un discours le 28 mai dernier des socialistes contraints de "ravaler" leurs "leçons de morale".

Les candidats à la primaire socialiste eux-mêmes sont plus prudent. François Hollande, qui a le plus bénéficié, d'après les sondages, du retrait forcé de M. Strauss-Kahn de la compétition, a expliqué à l'AFP qu'il souhaitait "que les éléments nouveaux qui viennent d'être révélés cette nuit dans le cabinet du procureur de New York permettent de lever toutes les accusations à l'encontre de Dominique Strauss-Kahn. Ce serait pour lui, pour sa famille, pour ses proches une délivrance", ajoute-t-il, sans évoquer les conséquences politiques d'une telle hypothèse.

A droite, le silence est pour le moment de mise. Seule réaction, celle de Jean-Louis Borloo, lui-même candidat potentiel pour 2012. Le patron du Parti radical juge que DSK peut revenir. J'ignore totalement son état d'esprit mais je ne vois pas, s'il le souhaitait, ce qui l'en empêcherait", estime-t-il. "Si ça se déroule comme on le suppose, un retrait de l'accusation (...) qu'est-ce qui l'empêche de revenir s'il en a la force et l'envie ?"' Le Monde.fr

--------

DSK savoure sa liberté de mouvement retrouvée Publié le 02.07.2011, 22h23 | Mise à jour : 03.07.2011, 00h19 leparisien.fr

Pour sa première soirée de liberté, Dominique Strauss-Kahn a choisi de dîner vendredi soir avec son épouse Anne Sinclair dans un restaurant italien chic de New York, après que la justice américaine a libéré sur parole l'ancien patron du FMI accusé de crimes sexuels à l'encontre d'une femme de ménage du Sofitel de New York.

Dominique Strauss-Kahn et son épouse se sont rendus au «Scalinatella», un restaurant situé dans l'Upper East Side, un quartier de Manhattan, où la star Madonna a ses habitudes. Ils étaient accompagné de deux amis, un homme et une femme.
Un couple qui se trouvait à une table non loin est allé leur serrer la main pour les féliciter, a rapporté une Canadienne interrogée à sa sortie de l'établissement, devant lequel se trouvait une vingtaine de journalistes.

«Je l'ai vu à la télévision donc je l'ai tout de suite reconnu. Ils sont installés dans un coin, lui, tournant le dos au reste de la salle», a-t-elle raconté. «Il avait l'air de très bonne humeur. Sa femme, très belle, rigolait; elle a l'air très drôle. Le sourire sur son visage m'a remplie de joie. Quand ils sont arrivés, un couple les a reconnus et s'est levé pour les saluer et leur souhaiter bonne chance», dit-elle.

Des pâtes aux truffes et du vin rouge Brunello Di Montalcino

Après des hors d'oeuvre à base de prosciutto, melon et antipasti, Dominique Strauss-Kahn a mangé des pâtes pappardelle aux truffes, qui sont affichées à 100 dollars sur la carte du restaurant. «Ce n'est pas le plat le plus cher, les pâtes aux truffes blanches sont à 180 dollars», précise le propriétaire du restaurant qui n'a pas souhaité donner son nom.

La tablée a bu du vin rouge Brunello Di Montalcino (116 dollars) sous le regard de plusieurs gardes du corps, avec oreillettes, qui se trouvaient debout aux abords de la table. L'ancien chef du FMI a fini par un «cheese cake» et un espresso. L'adition tournait autour de 600 dollars, selon le propriétaire.

«Ma fille a pris des photos de lui. Quand le flash s'est enclenché, il s'est tourné pour regarder d'où ça venait», raconte Silvia Grottola, alors que sa fille fait défiler ses photos floues sur son appareil numérique.
D'autres couples venus dîner au Scalinatella, et qui n'ont pas reconnu Dominique Strauss-Kahn, tentaient de comprendre pourquoi une vingtaine de journalistes étaient postés devant le restaurant situé en sous-sol, en cette fin de soirée estivale.

Les quatre convives sont sortis par une porte dérobée du restaurant, sans se cacher, pour accéder plus facilement à leur voiture avec chauffeur. Mitraillé par les flashs des photographes postés derrière des barrières de chantier de part et d'autre de l'ancien ministre, DSK, le pas léger, affichait un large sourire. Anne Sinclair, en veste blanche, était tout aussi souriante. LeParisien.fr

--------

10.07.2011 lenouvelobs.com Affaire DSK, les noirs montent à l’assaut du procureur Cyrus Vance

Dominique Strauss-Kahn est-il représentatif d’un WASP à abattre ?

Au départ c’était une simple association noire qui demandait le remplacement de Cyrus Vance :

« Une association noire américaine a demandé mercredi que le procureur de Manhattan Cyrus Vance soit dessaisi du dossier Strauss-Kahn, l'accusant de participer à "une campagne de diffamation" de la victime présumée de l'ancien patron du FMI.

Quatre membres de l'association "100 Blacks in law enforcement who care" (100 Noirs du système judiciaire qui s'engagent) ont fait une déclaration devant le tribunal pénal de Manhattan, où des dizaines de journalistes attendaient une réunion du procureur et des avocats de Dominique Strauss-Kahn. "Nous demandons au gouverneur de l'Etat de New York ou à son ministre de la Justice de nommer un procureur spécial pour enquêter et poursuivre cette affaire", a déclaré Noel Leader, un des fondateurs de l'association.

L'association accuse Cyrus Vance de "participer à l'assassinat de la réputation" de la victime présumée de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international, une femme de chambre guinéenne âgée de 32 ans. Selon l'association "100 Noirs...", en libérant DSK sur parole, le procureur a "renoncé à sa responsabilité en décidant de ne pas poursuivre le milliardaire Dominique Strauss-Kahn". En enquêtant sur la personnalité de l'accusatrice de DSK, la justice "fait d'elle une deuxième fois une victime", a dénoncé Noel Leader. » AFP 6 juillet 2011

Puis l'organisation United African Congress.

Et maintenant c’est le sénateur démocrate Bill Perkins qui s’y colle : DSK : un sénateur démocrate réclame un procès

« "C'est une véritable coalition qui est en train de se monter pour exiger que la victime ait droit à un procès", a expliqué l'entourage du sénateur Perkins »

Dans ladite coalition : plusieurs leaders associatifs et responsables religieux comme l'imam de la grande mosquée de Harlem, Souleimane Konate, le révérend Curtis, de l'église baptiste, ainsi qu'un représentant de la communauté guinéenne.
Mais pas de rabbin ?

--------

Un abandon des poursuites contre Strauss-Kahn semble imminent publié le 21/08/2011 à 07:18, mis à jour le 21/08/2011 à 18:02 lexpress.fr

NEW YORK - Après trois mois d'un incroyable feuilleton judiciaire, un abandon des poursuites semble imminent dans l'affaire DSK, alors que le procureur new-yorkais a demandé à revoir lundi l'accusatrice de l'ancien patron du FMI.

Dimanche, le tabloïde New York Post affirmait que le procureur Cyrus Vance allait demander, lors d'une audience prévue mardi, l'abandon de toutes les charges contre Dominique Strauss-Kahn, poursuivi pour agression sexuelle et tentative de viol.

M. Vance s'apprête à déposer une motion de recommandation de rejet. Cette motion fera valoir que les charges retenues contre l'ancien ministre français, accusé par une femme de chambre guinéenne de l'avoir agressée et contrainte à une fellation le 14 mai au Sofitel de New York, ne peuvent être prouvées "au delà d'un doute raisonnable", en raison de doutes sur la crédibilité de l'accusatrice, ajoutait le quotidien citant des sources proches du procureur.

Contacté par l'AFP, celui-ci s'est refusé à tout commentaire.

Samedi, l'avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson avait été dans le même sens : le procureur lui ayant demandé par courrier à revoir lundi Mme Diallo, Me Thompson l'a interprété comme le signe que les poursuites allaient être abandonnées.

"S'ils ne s'apprêtaient pas à abandonner les poursuites, ils n'auraient pas besoin de la rencontrer", a-t-il déclaré au New York Times. "Ils iraient juste au tribunal le lendemain et diraient +nous allons poursuivre l'affaire+".

Le courrier du bureau du procureur se résume à deux paragraphes lapidaires: "Je voudrais inviter votre cliente à assister à une rencontre dans les bureaux du procureur (...) le 22 août à 15H00 (19H00 GMT), afin de lui expliquer ce qui, je pense, va se passer au tribunal le jour suivant" écrit le procureur-adjoint John McConnell. Il précise que ni la date ni l'heure de cette rencontre ne peuvent être modifiées.

Les motions de recommandation de rejet sont généralement immédiatement acceptées par les juges, selon les experts, et si c'est le cas, Dominique Strauss-Kahn pourrait être libre de retourner en France immédiatement.

L'ancien directeur général du Fonds monétaire international, 62 ans, est sous le coup de sept chefs d'accusation, dont agression sexuelle, tentative de viol et séquestration. Son passeport a été retenu par la justice afin d'éviter tout risque de fuite à l'étranger.

Il a plaidé non coupable le 6 juin, trois semaines après son arrestation spectaculaire dans un avion qui s'apprêtait à décoller pour la France.

L'audience de mardi pourrait ainsi mettre fin à une saga judiciaire qui oppose depuis trois mois une modeste femme de chambre du Bronx à l'ex-patron du FMI, ancien favori pour l'élection présidentielle française de 2012.

Depuis des semaines, le procureur ne cache pas ses doutes sur la crédiblité de Nafissatou Diallo, 32 ans.

Il a fait savoir qu'elle avait menti à plusieurs reprises sous serment, notamment pour obtenir l'asile aux Etats-Unis en 2004. Dans le cadre de l'affaire DSK, elle aurait menti en relatant ce qu'elle avait fait après l'agression présumée.

Les relations sont extrêmement tendues entre le procureur et les avocats de la femme de chambre, qui ont, parallèlement à la procédure pénale, engagé une action civile le 8 août, pour obtenir de DSK des dommages et intérêts.

Pour tenter de restaurer sa crédibilité, la jeune femme illettrée avait donné fin juillet une longue interview télévisée, racontant les larmes aux yeux, avec force détails et mimiques, la brutalité de ce qui se serait passé dans la suite 2806 du Sofitel.

Mais vendredi, une nouvelle information avait encore ajouté au trouble: elle faisait était d'une rencontre secrète fin juin, à l'initiative des avocats de Mme Diallo, pour essayer de parvenir à un règlement financier amiable avec les défenseurs de l'ancien ministre français.

Les avocats de la femme de chambre ont démenti.

---------

Affaire DSK: soulagement au PS, l'avenir politique de DSK reste flou > De Karine PERRET (AFP) – 23 août 2011

PARIS — L'abandon des poursuites pénales contre Dominique Strauss-Kahn mardi à New York a été accueilli avec un grand soulagement par les socialistes, candidats à la primaire y compris, mais son avenir politique en France reste incertain.

"J'ai hâte de rentrer dans mon pays mais j'ai encore quelques petites choses à faire avant de pouvoir partir et je m'exprimerai plus longuement quand je serai de retour en France", a déclaré l'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI), dans ses premiers mots à la presse depuis sa mise en cause le 14 mai dans une affaire de violence sexuelle présumée.

La décision du juge Michael Obus de classer l'affaire a provoqué le soulagement des dirigeants PS, réunis au même moment à Paris en Bureau national consacré à la crise de la dette, à trois jours de l'ouverture de l'université d'été de La Rochelle.

"Je suis très heureuse pour Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair", a déclaré mardi Martine Aubry, candidate à la primaire PS. Autre candidate, Ségolène Royal, a estimé qu'une "page importante se tourn(ait)" pour DSK et qu'il fallait que "les socialistes continuent d'être au travail".

Le strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis s'est déclaré "très heureux mais aussi furieux": "Heureux car la justice américaine a reconnu l'innocence de Dominique. Furieux car sur la base d'une seule déclaration, on a piétiné l'honneur d'un homme".

Dans la majorité, même le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, se disait mardi matin sur France Info "heureux pour M. Strauss-Kahn car il a subi une épreuve judiciaire particulièrement lourde".

Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a qualifié d'"énorme gâchis" l'affaire DSK: "Tant de compétence, de culture, de savoir-faire, de séduction méritaient mieux que cette très pénible affaire.

A l'inverse, deux députées de camps opposés ont regretté l'abandon des poursuites. "Une mauvaise nouvelle pour les femmes", a déploré Marie-George Buffet (PCF), tandis que Françoise Hostalier (UMP) a fustigé "un individu indigne de toute représentation démocratique".

L'ex-directeur général du FMI, 62 ans, peut-il rebondir sur la scène politique française, alors que ses amis soutiennent désormais Martine Aubry (Cambadélis...) ou François Hollande (Pierre Moscovici)? "Lui seul à la réponse ! En tant qu'ami, je n'ai qu'une chose à lui dire: l'heure est à l'introspection, à la reconstruction", affirme M. Cambadélis. Pierre Moscovici a appelé à "laisser en paix" son ancien mentor.

"Il faut le temps de la décence, de la dignité, de la reconstruction, du retour dans son pays", disait lundi soir M. Valls, candidat à la primaire, ajoutant mardi que "l'analyse et l'expertise de Dominique Strauss-Kahn seront nécessaires, utiles et bienvenues pour la gauche et la France".

Pour le politologue Gérard Grunberg (Sciences-Po), DSK "ne pourra plus prétendre à un rôle de premier plan dans la politique française". Pour lui, "son image dans l'opinion est très détériorée".

"Les Français ne veulent rien savoir de la vie privée, notamment en matière de sexualité, des hommes politiques, mais lorsque elle est étalée comme elle l'a été, de facto, la présidentiabilité de l'homme politique s'en trouve affectée", a fait valoir Stéphane Rozès (CAP).

De son côté, Frédéric Dabi (Ifop), à la veille de l'université d'été du PS à La Rochelle (de vendredi à dimanche), "a du mal à imaginer un changement de calendrier" dans la primaire, qui aura lieu les 9 et 16 octobre.

Mais "à un moment donné, il interviendra dans la campagne, au titre de sa légitimité d'ancien patron à la tête du FMI", prédit Rémi Lefebvre, qui enseigne les sciences politiques à Lille II.

Ses "analyses" sur la crise économique sont "attendues", a dit Mme Guigou.

--------

« Une mauvaise nouvelle » pour Marie-George Buffet http://www.dna.fr/fr/infos-generales/monde/info/5584642-Une-decision-critiquee-Une-mauvaise-nouvelle-pour-Marie-George-Buffet DNA.fr 24 août 2011

La députée et ancienne ministre communiste Marie-George Buffet a qualifié de « mauvaise nouvelle pour la justice » et « pour les femmes » l’abandon des poursuites pénales contre Dominique Strauss-Kahn, car « la vérité n’est pas dite ».

« La décision du procureur fait courir de grands risques au droit des femmes en revenant au temps où les victimes de viols étaient a priori coupables, au temps où le viol n’était pas considéré comme un crime », écrit l’ancienne secrétaire nationale du PCF, élue de Seine-Saint-Denis.

Anne Mansouret (PS) « scandalisée »

La mère de Tristane Banon, la vice-présidente PS du conseil général de l’Eure Anne Mansouret s’est dite « scandalisée » par la réaction de son parti et elle redoute que cela ne fasse le jeu de Marine Le Pen.

« Je suis indignée, matin midi et soir. Ce qui me révulse c’est vraiment la réaction des élus socialistes », a indiqué l’élue.

« Ils sont tous à répéter que Dominique Strauss-Kahn sort blanchi. Non il ne sort pas blanchi ».

Pour Mme Mansouret, l’expertise médicale montre que le rapport sexuel entre DSK et la femme de chambre du Sofitel de New York n’était pas consenti.

F. Hostalier : « Un individu indigne »

Françoise Hostalier, députée UMP du Nord et ancien ministre, trouve « étonnant et très choquant » l’abandon des charges qui pesaient contre DSK et juge que « la politique française a été débarrassée d’un individu indigne de toute représentation démocratique ».

«Indécence crasse»,dit l’avocat de Tristane Banon

L’avocat de Tristane Banon, M e David Koubbi, a estimé que l’annonce donnait lieu à « une séance d’autocongratulations des amis de DSK » d’une « indécence crasse ». « Je regrette cette issue. Je le regrette pour Nafissatou Diallo car je la crois ».
« L’affaire DSK en France ne fait que commencer », assure l’avocat.

--------

DSK fête son non-lieu au restaurant italien La Rédaction et C. Mier | RMC.fr | 24/08/2011

INFO RMC/BFMTV - Peu après avoir quitté la Cour suprême de New-York, qui a prononcé mardi un non-lieu en sa faveur, Dominique Strauss-Kahn a passé ses premières heures d'homme innocent avec ses proches dans un restaurant italien de New-York. Il pourrait ensuite se rendre à Washington.

Le restaurant "L'Artusi", à Manatthan, où DSK a dîné mardi entouré de ses proches. Hier mardi, le juge Obus a prononcé l'abandon définitif des poursuites pénales à l'encontre de Dominique Strauss-Kahn, qui est donc ressorti de la Cour suprême de New-York officiellement innocent.
Quelques instants plus tard, il s'adressait devant son domicile aux journalistes pour la première fois depuis son inculpation: « J'ai hâte de rentrer dans mon pays. J'ai encore quelques petites choses à faire avant de pouvoir partir. Je m'exprimerai plus longuement quand je serai de retour ».
L'un de ses avocats avait indiqué précédemment que l'ancien directeur général du FMI se rendrait prochainement à Washington pour aller saluer ses anciens collègues du FMI, dont il avait été contraint de démissionner au moment de son incarcération.

Après cette brève déclaration, DSK s'est engouffré dans son immeuble pour se retrouver dans l'intimité. Mais selon nos informations, l'ancien probable candidat à la présidentielle a décidé de passer sa première soirée d'homme innocent au restaurant.

En fin de journée, il s'est rendu chez un Italien de Manatthan, « L'Artusi », situé au 228 West 10th Street. Il y était notamment accompagné de son épouse Anne Sinclair, de sa fille et de l'un de ses avocats William Taylor. Au total, une dizaine de proches se sont retrouvés attablés dans cet établissement, cosy et raffiné, mais ne présentant rien de foncièrement luxueux.

On y propose par exemple à la carte du dîner du carpaccio à 15$, des champignons grillés à 16$, des spaghettis à 17$ ou encore un poulet roti à 22$.

En revanche, le lieu est réputé pour sa cave ostentatoire et richement pourvue, où l'on peut y déguster du vin rouge du Piémot à 800$ la bouteille.

---------

À Sarcelles, le père de l'ex-maîtresse de DSK parle Par Laurence De Charette Mis à jour le 31/08/2011 à 21:13 | publié le 31/08/2011 à 21:06 Figaro.fr

André M'Bissa, le père de Marie-Victorine, a été contacté par l'avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson.

Quand il évoque Dominique Strauss-Kahn, qu'il a connu lors de ses années de militantisme à la mairie de Sarcelles, André M'Bissa, père de Marie-Victorine, la jeune femme qui a publiquement expliqué cet été avoir eu une «liaison» avec l'homme politique, prononce du bout des lèvres: «ce monsieur».

L'homme, âgé de près de 65 ans, qui vient de porter plainte pour «subornation de témoin», visant un adjoint du maire de Sarcelles, jette un regard amer sur l'ensemble des années écoulées depuis ce 10 février 1998, le jour où sa fille aînée a effectué une tentative de suicide.
André M'Bissa est alors veuf, depuis près de deux ans. En rentrant chez lui un peu avant 13 heures, il trouve sur la table une lettre de sa fille, l'aînée de ses trois enfants. «Cher Papa, écrit alors Marie-Victorine, quand tu liras cette lettre je serai partie. Je vais connaître enfin la paix de l'esprit. Je tiens à te dire que tu n'es pas responsable de mon départ. En tant que père, je crois que tu as fait ce que tu as pu pour me protéger, alors ne te reproche rien.»
De son écriture régulière et soignée, la jeune fille âgée de près de 22 ans tente d'expliquer à son père son choix, «celui de cesser de vivre et je te demande de le respecter et d'essayer de le comprendre (…) Je suis épuisée de faire semblant d'être heureuse alors qu'à l'intérieur de moi, je me sens comme un oiseau mort.»
Marie-Victorine raconte à son père sa rencontre avec DSK lors d'une cérémonie de vœux un an auparavant, puis sa souffrance depuis «le silence» entre eux. «Je crois qu'il me déteste», confie-t-elle, expliquant ne pas en comprendre la raison. «J'aurais tout accepté de cet homme, le silence, la clandestinité, tout. Oui, je l'ai accepté, et si c'était à refaire, je recommencerai.» «Je souhaite que tu me rendes un dernier service, demande la jeune fille à son père: je veux que tu dises à Dominique qu'il m'a rendue très heureuse et que je lui souhaite d'être heureux, que la vie soit généreuse avec lui.»

À la fin de cette missive figurait un numéro de téléphone, raconte le père. André M'Bissa raconte qu'après avoir alerté les secours il a composé le numéro… et serait tombé sur DSK. «Il m'a écouté quelques instants, puis m'a raccroché au nez», détaille André M'Bissa. «Quand je suis arrivé à l'hôpital, tout le gratin de la mairie était là, le premier adjoint du maire, son chef de cabinet… mais pas lui. »
«Plus tard, quand elle est sortie de l'hôpital, j'ai tenté de lui demander: pourquoi? Elle m'a seulement répondu: “Il m'a menti.” «À l'époque, poursuit André M'Bissa, j'ai fait exactement comme la mère de Tristane Banon, j'étais militant socialiste de longue date, ma fille suivait de bonnes études, je ne voulais pas de scandale. Sans l'épisode américain, tout cela serait encore derrière moi. L'histoire était finie pour moi.»

5 millions d'euros

Mais depuis, le retraité a été contacté par les équipes de Kenneth Thompson, l'avocat de Nafissatou Diallo, qui étaient à la recherche de Marie-Victorine, partie vivre près de deux ans après ce drame aux États-Unis. Puis, affirme André M'Bissa, qui est passé depuis du PS à l'UMP, est apparu à son tour, courant août, l'un des adjoints du maire de Sarcelles.
«Tonton, ta fille parle trop, m'a-t-il expliqué. Il voulait ses coordonnées pour ses chefs.» Lors d'un second rendez-vous, le 11 août, selon la déposition d'André M'Bissa, Youri Mazou-Sacko lui aurait proposé une monnaie d'échange. André M'Bissa avance un chiffre: 5 millions d'euros. Selon lui, l'homme écrit le chiffre sur un papier, puis s'en va. Il ne donnera plus de nouvelles.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Pontoise pour subornation de témoin et Mazou-Sacko devait être entendu dans la semaine. François Pupponi, le maire de Sarcelles a démenti ces accusations.
Mais André M'Bissa est allé plus loin : aux enquêteurs de la police judiciaire, il a raconté ses déboires des dix dernières années : la vente, qu'il estime irrégulière, de son pavillon (il a déposé une autre plainte), les refus de la mairie de lui attribuer un logement social. «Depuis l'histoire de ma fille, j'étais devenu indésirable à Sarcelles.»

--------

DSK, le retour C'est tout vu ! | | 05.09.11 | 13h16 lemonde.fr par Isabelle Talès (C'est tout vu !)

Et dire que le 23 août un juge new-yorkais a prononcé l'abandon des poursuites contre Dominique Strauss-Kahn, accusé du viol d'une femme de chambre dans un Sofitel de Manhattan... A voir les cameramen courir après l'ex-directeur général du FMI à l'aéroport de Roissy, sauter sur une moto pour suivre sa voiture, se bousculer devant la porte de son domicile place des Vosges, on s'est dit, dimanche 4 septembre, que la poursuite médiatique, elle, n'était pas du tout abandonnée.

Il s'agissait d'abord de savoir par quelle porte apparaîtrait le couple Strauss-Kahn, à sa sortie de l'avion qui le ramenait de New York. Après une demi-heure d'attente, on distingue DSK et Anne Sinclair, souriants, loin là-bas. A peine le temps de les reconnaître qu'ils se sont engouffrés dans une voiture. L'envoyée spéciale d'i-Télé semble vexée : "Le jeu du chat et de la souris a bien fonctionné, il est sorti par une porte qui ne s'ouvre jamais...""On les attendait ici, ils sont arrivés par là", explique celle de LCI, dépitée.

Il est temps de passer le relais à ceux qui attendent place des Vosges, et se posent une autre question : DSK leur parlera-t-il ? Le reporter de LCI espère tout haut : "Peut-être fera-t-il le choix de monter dans son appartement, de se mettre au chaud, de se calmer et de descendre voir les journalistes. C'est bien pour ça qu'on va rester." Celle d'i-Télé n'est pas dupe : "La communication est chronométrée au millimètre." Mais la présentatrice, qui voit la voiture de DSK arriver sur son écran de contrôle, la met sous pression : "Restez bien en place." Quand vient le moment de se lancer dans la cohue, la journaliste d'i-Télé, qu'on a bien vue pas très costaude et portant des lunettes, avoue que "c'est très compliqué" pour elle. Vers 10 heures, la conseillère en communication de DSK vient dire aux journalistes de rentrer chez eux, qu'il n'y aura plus rien à voir. Mais, dans les journaux de 13 heures puis de 20 heures, ils sont encore là, toujours aussi nombreux, au point que leurs confrères, dans les comptes rendus de cette matinée, se sentent obligés de les qualifier : une "foule" (encore des humains), une "nuée" (déjà des insectes), une "meute" (carrément des chiens), une "horde" (finalement des barbares). Entre 13 heures et 20 heures, Claire Chazal passera d'ailleurs de la "meute" à la "horde". On reconnaît bien là son sens de la précision.

--------

Lang : "DSK apportera ses compétences" (E1) Par Europe1.fr Publié le 5 septembre 2011 à 08h11 Mis à jour le 5 septembre 2011 à 08h22

L'ancien ministre de la Culture Jack Lang apporte, depuis le début de l'affaire DSK, un soutien sans faille à Dominique Strauss-Kahn. Dimanche, il s'était félicité du retour de ses "amis" et voisins place des Vosges à Paris. Interrogé sur Europe 1, lundi matin, Jack Lang, qui s'est entretenu au téléphone avec l'ancien président du FMI dimanche, assure que ce dernier "va bien".

Alors que ses camarades socialistes prennent de plus en plus de distance avec DSK, et se montrent gênés par son retour, Jack Lang, lui, ne cache pas son enthousiasme. "Depuis quatre mois, je soutiens Dominique avec conviction. Je traverse les villes à pied, j'aime marcher, je vais à Boulogne-sur-Mer, à Paris, ou ailleurs et pas une femme ne m'a reproché quoi que ce soit."

"Je voudrais surtout dire : bravo Dominique et Anne pour le courage moral et la force de caractère dont vous avez fait preuve au cours des derniers mois. Le jour venu, Dominique apportera, quand il le voudra, sa grande compétence internationale à la vie publique française et européenne", a certifié Jack Lang.

--------

Aubry refuse l'étiquette de candidate par défaut Rosalie Lucas | Publié le 20.09.2011, 07h00 leparisien.fr

« Est-ce que j’ai l’air d’une candidate de substitution? » Sous le soleil niçois, Martine Aubry joue la décontraction. Mais une fois de plus, elle est obligée de faire des pirouettes pour se sortir du mauvais pas dans lequel son ancien allié DSK l’a placée.
En déclarant dimanche soir sur TF1 qu’avant l’affaire du Sofitel il « voulait être candidat » et qu’il y avait bien eu « un pacte » entre lui et la maire de Lille, l’ancien directeur général du FMI a accrédité l’idée que la candidature d’Aubry n’était qu’un « plan B ».

DSK revient sans cesse comme un boomerang

Les proches du député de Corrèze ne se sont en effet pas gênés pour entretenir le doute. « J’ai noté que Dominique avait dit lui-même qu’il allait être candidat alors qu’elle nous disait il y a quelque temps qu’il n’y avait rien de fait », a ainsi ironisé Pierre Moscovici, le coordinateur de la campagne de Hollande, sur i>télé.

Un peu plus tôt, sur le réseau Twitter, le député Bruno Leroux avait été encore plus cinglant. « Au moins, on sait qui devait et voulait être candidat dans le pacte, a-t-il raillé. La volonté, l’envie, ça ne s’improvise pas après un empêchement. » « DSK a confirmé ce qu’on savait tous, confie encore Stéphane Le Foll, le bras droit de Hollande. Maintenant, on ne va pas faire campagne là-dessus. »

Reste que l’actuel favori des sondages en a toujours joué, rappelant régulièrement qu’Aubry était là en « remplacement » de DSK. « Ce sont eux qui alimentent cette petite musique », lâche David Assouline, membre de l’équipe d’Aubry.

Hier encore, comme à chacun de ses déplacements, Aubry a donc dû répéter sa « détermination ». Car DSK revient sans cesse comme un boomerang et son actualité parasite la campagne d’Aubry depuis son lancement. Quant au « pacte » avec DSK qu’elle a toujours nié, elle assure avoir dit la « vérité ». « Tout dépend de ce qu’on appelle un pacte, s’est-elle expliquée. J’ai toujours dit la même chose, si on parle de pacte pour dire que nous avons travaillé ensemble, d’accord! Si c’est pour dire que la décision de savoir qui serait candidat était prise, non! »

Depuis sa candidature le 28 juin, la maire de Lille jure que DSK et elle n’avaient pas tranché. Aubry ne voudrait plus avoir à parler de cela et n’a vu aucun coup de pied de l’âne de la part de son « ami Dominique ». « C’est tordu », s’agace-t-elle. « Il n’y avait pas de sous-entendu, promet aussi le strauss-kahnien François Kalfon, qui soutient la candidate. Le reste, c’est de l’interprétation politicienne. »

Hier soir à Nice, « laboratoire de la droite », Aubry s’est dite sûre devant quelque 500 supporteurs de « gagner la primaire et la présidentielle ». « C’est tout ce qui compte pour moi », souffle-t-elle, pressée de pouvoir tourner la page DSK.

Réagissant aux déclarations de DSK, Ségolène Royal a affirmé hier son envie de « tourner la page, de permettre aux Français de passer à autre chose, d’élever le débat politique ». Pourrait-il siéger dans son gouvernement si elle accédait à l’Elysée? « Je pense que ce n’est plus d’actualité, a répondu la présidente de Poitou-Charentes. C’est non. »

--------

18 septembre 2011 JDD.fr DSK : "J'ai du respect pour les femmes"

Interrogé sur le plateau du 20 heures de TF1, Dominique Strauss-Kahn a refusé "l'image"de séducteur, qu'il "n'aime pas" et que les médias et politiques ont brossé de lui après son arrestation. Il a nié toute violence ou agression lors de sa rencontre avec Tristane Banon.

Pendant plus de 15 minutes, Dominique Strauss-Kahn s'est défendu, dimanche soir, face aux accusations de Nafissatou Diallo, lors du 20 heures de TF1. Mais l'ancien patron du FMI a été moins bavard sur l'affaire Banon. S'il avait concédé, lors de son audition lundi dernier devant la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP), avoir "fait des avances" à Tristane Banon, DSK n'a ni confirmé, ni infirmé devant Claire Chazal.

"J'ai été entendu comme témoin. J'ai dit la vérité. Dans cette rencontre, il n'y avait eu aucun acte d'agression, aucune violence, je n'en dirai pas plus", a-t-il lancé, accompagnant son propos d'un geste de la main afin de clore la discussion. La journaliste a insisté. Dominique Strauss-Kahn s'est montré encore plus sévère : "La version qui a été présentée est une version imaginaire, une version calomnieuse".

En réaction à cette interview, Anne Mansouret, la mère de Tristane Banon, s'est déclarée "un peu perdue" sur BFM-TV. Évoquant l'audition de DSK de la semaine dernière, elle a assuré qu'il a "fait marche arrière". "Moi, je sais comment j'ai retrouvé ma fille. Et ça, cela ne peut pas s'expliquer par une tentative de baiser volé", a-t-elle encore déclaré. Une cinquantaine de personnes s'étaient rassemblées devant le siège de TF1 pour protester contre la prise de parole de DSK. "Dominique Strauss-Kahn, les femmes t'abhorrent", pouvait-on lire sur une banderole brandie par les manifestants, notamment des militantes féministes.

"Je l'ai payé lourdement. Je le paie toujours"

Devant les caméras, l'ancien favori des sondages a tenté un mea culpa à l'adresse du genre féminin : "J'ai du respect pour les femmes, je comprends leur réaction". Il est alors revenu sur l'image, "fausse" assure-t-il, qu'on a brossé de lui après son arrestation à New York. "Toute ma vie était présentée comme si (...) les relations avec les autres, homme ou femme, devaient toujours passer par des relations de pouvoir. Or c'est tout le contraire de moi", a-t-il déclaré. Reconnaissant une "légèreté" qu'il a parfois eu, il a assuré "avoir vu, ces quatre derniers mois, le mal [qu'il a] fait autour de [lui]". "Cette légèreté, je l'ai perdu pour toujours", a-t-il alors lâché, visage fermé et grave.

Claire Chazal a ensuite évoqué le rôle joué par Anne Sinclair. DSK a qualifié son épouse de "femme exceptionnelle" sans laquelle il n'aurait "pas résisté". "J'ai eu une chance folle de l'avoir à mes côtés", a-t-il déclaré. "Je lui ai fait du mal, je le sais, je m'en veux", mais "elle n'aurait pas été comme cela à mes côtés, elle ne m'aurait pas soutenu comme cela, si, dès la première seconde, elle n'avait pas su que j'étais innocent", a-t-il ajouté. Et de répéter, tel un mantra : "Je comprends que [mon attitude] ait choqué. (...) Je l'ai payé lourdement. Je le paie toujours."

--------

Ses avocats évoquent une immunité Avec Jean-Marc Ducos | Publié le 26.09.2011, 22h43 | Mise à jour : 27.09.2011, 13h12 leparisien.fr

L'immunité judiciaire va t-elle permettre à DSK de faire sauter la plainte au civil déposée contre lui à New York ?
Son avocat a demandé lundi, in-extremis, le classement de cette plainte déposée en août dernier par Nafissatou Diallo, qui accuse l'ancien patron du FMI de crimes sexuels. Sa requête est parvenue lundi au juge du tribunal du Bronx qui suit la procédure.

Le juge Douglas McKeon va devoir maintenant se prononcer sur cette demande.

Les avocats de DSK devaient répondre au plus tard lundi à la plainte au civil déposée le 8 août par Nafissatou Diallo. A leur demande, le juge McKeon leur avait accordé 18 jours de plus par rapport à la date initiale du 8 septembre, expliquant que lorsque la plainte au civil avait été déposée, l'ancien patron du FMI «faisait l'objet d'une procédure pénale et se concentrait logiquement» sur cette procédure. Dans la plainte au civil, les avocats de Nafissatou Diallo demandent des dommages et intérêts au montant non précisé, pour l'agression «sadique et violente» de la femme de chambre dans la suite du Sofitel de New York occupée par Dominique Strauss-Kahn le 14 mai.

L'hypothèse d'une immunité judiciaire

Dans leur requête, les défenseurs de DSK expliquent que leur client bénéficiait d'une «totale» immunité judiciaire en matière civile en tant que directeur général du FMI. Cette immunité civile était valable «non seulement lorsqu'il était patron du FMI», mais également après sa démission en mai, «durant la période où il a dû rester aux Etats-Unis dans le cadre de la procédure pénale». Il était donc protégé lorsque la plainte de Nafissatou Diallo a été déposée le 8 août.

De par sa fonction à la tête du FMI, comme tous les dirigeants des grandes institutions internationales, DSK bénéficie effectivement d’une immunité diplomatique, mais elle est limitée aux actes accomplis dans l'exercice de ses fonctions. Le porte-parole du FMI, William Murray, avait affirmé peu après l'arrestation de DSK que «l'immunité du directeur général était limitée et non applicable dans cette affaire.» Les faits pour lesquels Dominique Strauss-Kahn a été poursuivi au pénal ne seraient, selon lui, pas susceptibles de s'être déroulés «dans l'exercice officiel de sa fonction», mais dans un cadre privé.

Une manoeuvre «désespérée» selon les avocats de Nafissatou Diallo

Les avocats de la victime supposée, Kenneth P. Thompson et Douglas H. Wigdor, ont réagi en dénonçant une nouvelle manoeuvre «désespérée» de l'ex-patron du FMI pour «ne pas avoir à répondre de ses actes déplorables à l'encontre de Mme Diallo». Ils réfutent l'argument de l'immunité diplomatique car, selon eux, DSK était en déplacement privé ce jour-là et ce n'est pas le FMI qui a réglé la note de la chambre d'hôtel mais bien DSK sur ses deniers personnels.

En France, Dominique Strauss-Kahn fait face à une autre plainte pour tentative de viol survenue en 2003, déposée par Tristane Banon. Il doit d'ailleurs être confronté à la romancière jeudi prochain.

--------

DSK ne présente pas d'excuses Le 29/09/2011 à 15:01 planet.fr

Selon BFMTV, Dominique Strauss-Kahn et Tristane Banon ont tous les deux maintenu leur version des faits.

Selon Me Henri Leclerc, avocat de DSK, ce dernier n'a pas présenté d'excuses car «il n'a aucune raison de s'excuser».

-------

Publié le 26.11.2011, 14h40 | Mise à jour : 15h52 Complot contre DSK. «La ficelle est très grosse», juge Copé

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a déclaré samedi se méfier des "rumeurs" sur une éventuelle "entreprise délibérée" impliquant l'UMP qui aurait visé à "détruire politiquement" Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire du Sofitel, jugeant "la ficelle très, très grosse".

«Imaginer que ce qui serait arrivé à M. Strauss-Kahn serait l'objet de je ne sais quelle complicité de l'UMP (...) c'est quand même un peu gros comme ficelle», a lancé Jean-François Copé. Interrogé par la presse en marge d'une réunion des cadres de l'UMP à Paris sur l'enquête d'un journaliste américain faisant état de de zones d'ombres dans l'affaire dans l'affaire du Sofitel de New York, le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a dit se méfier des «rumeurs» d'une «entreprise délibérée» visant à «détruire politiquement» l'ancien directeur du Fonds monétaire international.

SUR LE MÊME SUJET Une enquête relance la thèse d'un complot contre DSK

«Le moins que l'on puisse dire, c'est que la ficelle est très, très grosse», a encore lancé en souriant le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne). «Tout cela est absolument ridicule. Moi je veux bien voir des preuves et des faits s'il en y en a (...) Aujourd'hui, on essaie de recoller des bouts d'éléments pour faire croire à cette thèse du complot qui n'a aucun sens», a-t-il ajouté un peu plus tard sur TF1.

«Une certaine responsabilité de l'UMP dans l'assassinat de Kennedy» ?

«On n'est dupe de rien. Le petit numéro sur le complot à six mois de la présidentielle, on commence à nous le servir sur tous les sujets (...) Ce ne sont que des leurres pour faire diversion. Au rythme où ça va, je me demande si on ne devrait pas voir, pour le même prix, une certaine responsabilité de l'UMP dans l'assassinat de Kennedy, puisque ce journaliste est spécialiste de l'analyse du complot concernant (cet assassinat)», a-t-il ironisé.

Dans son enquête, le journaliste américain écrit que le téléphone BlackBerry de Dominique Strauss-Kahn aurait pu avoir été piraté. D'après «plusieurs sources proches de DSK», une «amie» travaillant à l'UMP aurait annoncé le matin même du 14 mai à l'ancien ministre qu'un courriel qu'il avait envoyé à son épouse Anne Sinclair avait été lu avant l'affaire du Sofitel dans les bureaux du parti du président Nicolas Sarkozy. Le journaliste affirme le téléphone n'a jamais été retrouvé. L'un des avocats américains de M. Strauss-Kahn a aussitôt déclaré ne pas exclure que son client ait été victime d'une «entreprise délibérée visant à le détruire politiquement». LeParisien.fr

--------

Affaire DSK: son biographe crie au complot et accable Diallo liberation.fr 1er décembre 2011 10.33

Dans son livre, Taubmann tente de démonter les accusations contre DSK, pour soutenir la thèse d'une relation sexuelle consentie, voire provoquée par Nafissatou Diallo qui pourrait, explique-t-il, être l'auteur du vol du téléphone portable disparu de l'ex-patron du FMI.

PARIS (AFP) - Après le journaliste américain Edward Epstein, Michel Taubmann, biographe et ardent défenseur de Dominique Strauss-Kahn, défend la thèse d'un complot contre l'ex-favori à la présidentielle française, dont la femme de chambre américaine Nafissatou Diallo aurait été un maillon.

Dans un livre intitulé "Affaires DSK, la contre-enquête" (Editions du Moment), dans certaines librairies jeudi, Dominique Strauss-Kahn regrette une "relation consentie mais stupide avec Nafissatou Diallo. Ce jour là, j'ai ouvert la porte à toutes les autres affaires", admet-il.

Ces affirmations ont été qualifiées de "délire total" par les avocats de la femme de chambre guinéenne, qui accuse DSK de l'avoir contrainte à une fellation dans une suite du Sofitel de New York le 14 mai dernier.

A propos de l'affaire du Carlton de Lille, DSK juge "insupportable" que son nom soit associé à la prostitution mais reconnaît avoir "participé à des soirées libertines". "Mais d'habitude, les participantes à ces soirées ne sont pas des prostituées" et "quand on vous invite à une soirée, vous ne demandez pas à voir la facture", dit-il.

"La prostitution, le proxénétisme, je les ai en horreur", ajoute DSK, qui, à propos de son mode de vie, dit avoir "décidé de rompre avec tout cela. C'est fini".

Dans son livre, Taubmann tente de démonter les accusations contre DSK, pour soutenir la thèse d'une relation sexuelle consentie, voire provoquée par Nafissatou Diallo qui pourrait, explique-t-il, être l'auteur du vol du téléphone portable disparu de l'ex-patron du FMI.

"Dominique Strauss-Kahn a été piégé. Cet homme là n'a violé personne ni à New York, ni à Paris ni nulle part", a affirmé Taubmann mercredi sur Canal+. Pour lui, "c'est une affaire politique, ce n'est pas une affaire de moeurs" et elle soulève "des questions qui concernent les services secrets".

Parmi ses soupçons: la veille de l'affaire du Sofitel, le 13 mai, DSK se rend compte "que sa messagerie internet a été piratée et que des informations confidentielles le concernant sont maintenant en possession des plus hauts dirigeants de l'UMP".

C'est le commissaire Jean-Christophe Lagarde, mis en examen dans l'affaire du Carlton de Lille, qui informe DSK que des mails se trouveraient au siège de l'UMP, selon Taubmann.

"Lois de la physique"

Revenant sur l'affaire de New York, où la responsabilité pénale de DSK a été écartée, mais où une procédure civile est toujours en cours, le biographe reprend la version de l'ex-patron du FMI.Revenant sur l'affaire de New York, où la responsabilité pénale de DSK a été écartée, mais où une procédure civile est toujours en cours, le biographe reprend la version de l'ex-patron du FMI

"La scène racontée par Nafissatou Diallo est invraisemblable, elle n'a pas eu lieu", écrit-il, évoquant "les lois de la physique" pour démontrer que cette femme, plutôt grande et forte, n'a pu être maintenue, agenouillée, par DSK.

M. Taubmann décrit la scène d'un DSK "sortant de la salle de bains en tenue d'Adam". Nafissatou lui lance "un regard suggestif". DSK, selon lui, "a vu une proposition".

Relation consentie et "non payée", selon DSK cité par l'auteur, qui en conclut que le mobile de la présence "anormale" de la femme de chambre est ailleurs. Et pourquoi pas dans le vol d'un des sept portables de DSK, celui du FMI qui comporte des informations économiques importantes.

"Le portable a très vraisemblablement disparu dans la suite 2806 du Sofitel", écrit l'auteur, en donnant un détail des appels téléphoniques. Le dernier est passé à la fille de DSK, après "sa relation" avec la femme de chambre qui est alors encore dans la chambre, d'après Taubmann.

Quelques minutes plus tard, DSK "n'est peut être plus en possession de son portable du FMI". Or, selon lui, "deux personnes sont en mesure de l'avoir volé: Nafissatou Diallo et un inconnu, peut-être un ingénieur chargé de la vidéosurveillance", arrivé avant la police.

L'auteur retient alors "deux choses sûres: la disparition du téléphone et la fausse accusation de tentative de viol".

"L'affirmation absurde de Strauss-Kahn, selon laquelle on aurait dit à Mme Diallo de voler son blackberry, de le regarder de façon suggestive et d'accepter son comportement sexuel violent et abusif, relève du délire total", ont riposté les avocats de Mme Diallo, Kenneth Thompson et Douglas Wigdor, dans un communiqué.

M. Taubman mentionne un épisode jamais rapporté jusqu'alors: en sortant de sa chambre, pour quitter l'hôtel, DSK croise Nafissatou Diallo dans le couloir, à l'étage. "+Hello+ lui lance-t-il tout en faisant un geste de la main. Elle lui répond du regard", écrit le narrateur selon lequel la femme de chambre, comme en témoignent les vidéos qu'il a vues, a ensuite un comportement "décontracté".

Enfin, parmi les confidences, Anne Sinclair s'en prend à François Hollande, "seul de tous les dirigeants socialistes qui ne nous a ni téléphoné ni écrit".

"Heureusement que les évènements du Sofitel se sont produits à temps pour que nous puissions ouvrir les yeux", a déclaré mercredi le député PS Arnaud Montebourg.

--------

Belgique : Dodo la Saumure rend des comptes à la justice pour ses maisons closes le Mercredi 30 Novembre 2011 à 10:16 franceinfo.fr mis à jour le Jeudi 1 Décembre 2011 à 05:50

Il tient sa notoriété de l'affaire du Carlton de Lille, où son nom est cité au côté de celui de DSK.

Mais c'est pour ses maisons de débauche en Belgique que Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", est jugé à partir d'aujourd'hui à Tournai (note dt, procès reporté en mars 2012). Il encourt 5 à 10 ans de prison. Pourtant, cela fait bien longtemps que la justice belge ne poursuivait plus ses travailleurs(euses) du sexe.

C'est une petite maison de briques rouges, située juste en face du commissariat de police de Tournai, avenue de Maire, à une vingtaine de kilomètres de la frontière française (photo ci-dessous). Une lanterne allumée ne laisse aucun doute sur la nature du lieu : c'est une maison de passe.
Il y a quelques semaines encore, elle était tenue par Béatrice, la compagne de "Dodo la Saumure". Aujourd'hui, le couple est en prison, mais l'établissement continue son activité, et les clients défilent.

Dans ces "bars montants", tous situés à deux pas de la frontière, les prostituées reverseraient la moitié de leurs émoluments à leur proxénète. "Dodo" aurait ainsi gagné quelque 600.000 euros l'an dernier grâce à ses petits commerces belges.
Un paradoxe : si le code pénal belge interdit la prostitution et le proxénétisme, cela fait des décennies que la justice n'engage plus de poursuites contre les travailleuses du sexe et leurs patrons. Mieux, la police judiciaire fédérale vérifie auprès de ces établissements que les prostituées sont bien à jour de leurs cotisations sociales.

Son avocat plaidera "la tolérance" pour les maisons de débauche

Alors, pourquoi "Dodo la Saumure" se retrouve-t-il pris aujourd'hui dans les filets de la justice belge, aux côtés de sept autres prévenus ? Peut-être pour avoir trop attiré l'attention sur lui, lorsqu'il a accordé des interviews à TF1 et M6.
C'est d'ailleurs "l'égalité de traitement", que plaidera son avocat au cours du procès qui s'ouvre aujourd'hui devant le tribunal de Tournai. Une première audience pour fixer le calendrier des débats : le vrai procès devrait se tenir au début de l'année 2012. Dominique Alderweireld encourt 5 à 10 ans de prison pour avoir profité de la "situation vulnérable" de plusieurs prostituées, mais aussi pour avoir été en possession ou vendu de la cocaïne.

En France aussi, "Dodo la Saumure" pourrait avoir maille à partir avec la justice, dans l'affaire dite du Carlton de Lille. Deux de ses "filles" auraient participé à des soirées tarifées avec un commissaire de police lillois, deux chefs d'entreprise ainsi que Dominique Strauss-Kahn.
Dans ce dossier, Alderweireld n'a pas encore été mis en examen, ni même entendu par les enquêteurs.

---------

En Chine, DSK sévère avec la politique économique européenne Publié le 19.12.2011, 08h22 | Mise à jour : 08h23 leparisien.fr

C'est son grand retour à la vie publique et c'est en Chine qu'il a choisi de le faire. Dominique Strauss-Kahn s'est exprimé pendant 45 minutes lors d'un forum économique à Pékin où il était l'invité du groupe NetEase, l'un des géants de l'internet en Chine.

Endossant son costume d'expert en économie, l'ancien patron du FMI (fonds monétaire international) a notamment donné son avis sur les mesures prises par l'Europe pour faire face à la crise. DSK s'est montré pessimiste sur la zone euro et très critique sur les mesures de sauvetage prises à Bruxelles, en évoquant un «radeau semblant sur le point de sombrer».

«Nous voyons les pays européens passer d'un plan (de sauvetage) à un autre, d'un sommet de la dernière chance à un autre, toujours sans admettre les pertes, toujours sans permettre une reprise de la croissance et toujours en échouant à restaurer la confiance», a déclaré M. Strauss-Kahn.
«Avec la récente tempête, le radeau semble ne plus être assez résistant, a-t-il affirmé en parlant de l'eurozone. Le fait que l'euro soit encore au milieu de la rivière et que l'union budgétaire ne soit pas réalisée le rend très très vulnérable et le radeau semble sur le point de sombrer».

Après son discours en anglais, il a répondu à des interrogations d'internautes transmises par le biais d'un animateur du forum.

Aux journalistes étrangers qui lui posaient des questions plus personnelles, sur son actualité judiciaire, sur son état d'esprit ou sur son choix de la Chine pour revenir sur le devant de la scène, il a systématiquement opposé la même réponse: «Aucun commentaire».
L'ex-chef du FMI, après avoir été accusé, il y a sept mois, de tentative de viol par la femme de chambre Nafissatou Diallo - et avoir bénéficié de l'abandon des poursuites concernant ces faits présumés -, s'est mis en retrait de la vie publique.

--------

ACTUALITÉ Société lefigaro.fr Accusé de corruption, DSK porte plainte pour diffamation Par Fabrice Amedeo Mis à jour le 19/01/2012 à 10:32 | publié le 19/01/2012 à 09:13

L'homme d'affaire Marcel Campion accuse Dominique Strauss-Kahn de l'avoir sollicité pour un pot-de-vin de 5 millions de francs. L'intéressé a riposté en portant plainte pour diffamation contre VSD.

Une rumeur de plus ou de nouveaux ennuis judiciaires à venir? Si l'on en croit nos confrères de VSD, Dominique Strauss-Kahn, qui doit être entendu dans l'affaire du Carlton de Lille, aurait proposé des pots-de-vin au sulfureux forain Marcel Campion.

L'homme d'affaires français raconte ainsi que DSK, alors député du Val-d'Oise et président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, lui aurait proposé en 1990 d'intercéder en sa faveur dans le dossier de reprise du parc de loisirs Mirapolis moyennant le versement de 5 millions de francs (environ 762.000 euros).

La reprise du parc Mirapolis, ouvert trois ans plus tôt, a été entérinée par le tribunal de commerce de Paris en 1990. Le parc alors en faillite devait revenir à Campion et à ses associés qui avaient déjà installé leurs attractions. Mais le 26 avril 1990, coup de théâtre, l'État fait appel de la décision du tribunal de commerce. «Ça devenait politique», raconte toujours dans VSD, Marcel Campion connu pour avoir installé la Grande roue sur le jardin des Tuileries entre 1999 et 2000.

«Vous voulez 50.000 francs ? Non, 5 millions»

C'est alors que l'homme d'affaires prend contact avec DSK, sur les conseils de son avocat Me Schuman. Une rencontre est organisée en mai 1990 avec l'homme politique au Fouquet's. «Je lui ai expliqué que, durant deux ans, mes associés et moi avions déjà relancé le parc de Mirapolis en y installant nos manèges et que nous voulions continuer à défendre les emplois, raconte Campion dans VSD. Strauss-Kahn m'a coupé tout de suite. Le blabla, ça ne l'intéressait pas. Il m'a répondu:'j'interviens, mais pas pour rien'».

L'homme politique aurait alors levé la main et fait un signe avec ses cinq doigts. «J'ai dit:'Quoi? Vous voulez 50.000 francs?', raconte Marcel Campion.'Non, 5 millions. Voilà ce qu'il m'a répondu'».

Marcel Campion dit avoir refusé la proposition et en avoir parlé à de nombreuses reprises dans les milieux politiques et journalistiques sans que l'information ne soit reprise ou que l'affaire ne soit creusée. C'est finalement l'offre concurrente de celle de Marcel Campion sur Mirapolis qui sera retenue en appel et le parc fermera définitivement ses portes en 1992.

«Ce sont de nouvelles insanités très douteuses»

L'avocat de DSK à cette époque, Me Francis Terquem, a confirmé l'existence de cette rencontre. «Oui j'ai assisté à cette rencontre, a-t-il indiqué à VSD. Ce qu'ils se sont dit ce jour-là est couvert par le secret professionnel. Mais quand Marcel Campion m'a remémoré cette entrevue récemment, je n'avais aucune légitimité à l'inciter à se taire».

De son côté, DSK a annoncé dès mercredi soir qu'il portait plainte contre l'hebdomadaire à l'origine de ces troublantes révélations à son égard.

«Ce sont de nouvelles insanités très douteuses de VSD que nous avons déjà poursuivi à deux reprises et que nous allons poursuivre une troisième fois», a écrit mercredi soir dans un communiqué Me Richard Malka, un des avocats de DSK, en charge justement de ses nombreuses plaintes en diffamation. L'avocat a également indiqué que des poursuites allaient être engagés contre Marcel Campion «s'il a vraiment formulé ces inepties, dont il faudrait croire qu'il les auraient gardées secrètes pendant 22 ans».

Contacté jeudi matin par Le Figaro, VSD persiste et signe.

«Marcel Campion a bien tenu ces propos et il les assume, explique la journaliste à l'origine des révélations. J'ai recoupé l'ensemble de ses affirmations auprès de Me Francis Terquem (avocat de DSK à l'époque) qui a confirmé cette rencontre mais ne s'est pas exprimé sur la teneur de la conversation, et auprès de Me Schuman (avocat de M.Campion) qui m'a confirmé le contexte de blocage politique sur le dossier Mirapolis à cette époque». Par Fabrice Amedeo.

--------

Anne Sinclair brise le silence : le grand retour d'une ''femme libre'' ! News publiée Hier, Le Jeudi 19 Janvier 2012 à 14:02 purepeople.com

Ni une sainte, ni une victime, une femme libre." Anne Sinclair brise le silence dans une longue interview pour le magazine ELLE. Sa motivation n'est pas d'évoquer les multiples affaires dans lesquelles son époux Dominique Strauss-Kahn est cité : "Je parle parce je vais reprendre mon métier de journaliste..." Après des semaines de bruits de couloir, la nouvelle est enfin confirmée : Anne Sinclair est la directrice éditoriale de la déclinaison française du site Internet américain The Huffington Post.

Anne Sinclair est apparue à New York, comme depuis leur retour à Paris, au plus près de son mari. Elle l'a soutenu, dans la plus grande discrétion et dignité. Comment a-t-elle intimement vécu ces derniers mois ? Nous n'en saurons rien : "Ce n'est pas aujourd'hui que j'y répondrai", prévient-elle. "Un jour, peut-être, je parlerai des événements qui se sont passés, mais si j'ai envie, quand j'aurai envie et comme j'en aurai envie." Anne Sinclair répète à l'envi qu'elle est "une femme libre" et ne supporte pas qu'on puisse insinuer le contraire. À commencer par les féministes, dont certaines l'ont accusée de légitimer la violence envers les femmes : "C'est inacceptable pour moi d'entendre cela parce qu'il n'y a pas eu de violence. S'il y en avait eu, les procureurs auraient poursuivi. Ils ne l'ont pas fait. C'est donc un terme que je refuse absolument. La violence me fait horreur. La violence verbale aussi (...) Être féministe, c'est combattre tout cela, ce n'est pas s'immiscer dans la vie privée des autres femmes pour décider à leur place ce qui leur semble moral ou pas."

Ce qu'en pensent les femmes...

En septembre, le magazine ELLE publiait un sondage exclusif dont ressortaient deux chiffres : 54% des femmes approuvaient le soutien d'Anne Sinclair à son mari, mais 74% auraient, à sa place, fini par partir. Anne Sinclair ne manque pas de souligner "l'ambivalence" de ces deux chiffres : "Eh bien, quittez votre mari si vous avez envie de le quitter ! C'est votre problème. Encore une fois je suis pour la liberté de chacun", répond la journaliste. Souhaitant aller plus loin, nos consoeurs du magazine ELLE se retrouvent face à un mur. Anne Sinclair est-elle toujours amoureuse de son mari ? La réponse est inévitable : "Ça ne vous regarde pas !"

La nomination d'Anne Sinclair à la tête du Huffington Post français sonne comme l'enterrement de la carrière politique de DSK. Strauss-Kahn président n'avait, de toute façon, jamais été l'ambition d'Anne Sinclair : "Au contraire, l'idée d'une candidature ne m'emballait pas.... Le pouvoir ? Je l'ai vu de trop près pour qu'il me fascine. Quant au rôle de Première dame, il n'existe pas en France (...) Tout cela me laisse extrêmement froide." À 63 ans, Anne Sinclair se dit très heureuse de retravailler. C'est pour elle une "vraie joie" bien que la télé ne lui manque pas : "Je n'ai jamais regretté d'avoir quitté 7 sur 7, il y a treize ans. Cela peut vous sembler étrange comparé à tous ces gens de télé qui n'arrivent pas à quitter l'antenne (...) Quand mon mari a été nommé ministre des Finances [en 1997, ndr], j'ai pensé que partir allait de soi, mais je ne veux donner de leçon à personne. Pour ce qui me concerne, il s'agissait d'un simple conflit d'intérêts évident (...) Je ne voulais pas que les téléspectateurs se demandent s'ils avaient la femme de Strauss-Kahn en face d'eux au moment où j'aurais interviewé Sarkozy sur la politique économique de la France. J'y aurais perdu ma liberté." DSK était tout de même ministre délégué à l'Industrie entre 1991 et 1992. Les fameuses liaisons dangereuses entre politiques et journalistes... Elle confie cependant que si DSK était resté au FMI ou s'il avait choisi de se relancer dans la bataille politique, elle n'est pas sûre qu'elle aurait pu se rendre disponible...

De fait, comment le Huffington Post traitera-t-il des sujets relatifs aux affaires du Carlton et New York, dans lesquelles Dominique Strauss-Kahn doit être entendu ? Anne Sinclair répond simplement : "Il va de soi que nous traiterons les sujets d'information qui se présenteront quels qu'ils soient. Je ne vous dis pas que, dans ce cas, c'est moi qui ferai le papier... mais ce sera traité, et ce, de la manière la plus professionnelle possible." Anne Sinclair croit pouvoir "encore apporter à ce métier" et reconnaît que "la lumière professionnelle est toujours plus plaisante..."

La version française du Huffington Post sera lancée lundi 23 janvier. À 9h30, Anne Sinclair rejoindra Arianna Huffington, David Kessler, directeur de la publication de la version française, et Paul Ackermann, rédacteur en chef, pour présenter cet Huff Post français à la presse.

Tandis qu'Anne Sinclair fait son retour dans le monde du travail, son époux ne quitte décidément plus les colonnes judiciaires. Dans VSD, le roi des forains Marcel Campion accuse DSK de lui avoir réclamé 5 millions de francs pour appuyer sa candidature de reprise du parc d'attractions Mirapolis en 1990. Dominique Strauss-Kahn porte plainte pour diffamation.
L'intégralité de cette interview d'Anne Sinclair est à découvrir dans ELLE, en kiosques le 19 janvier 2011.

--------

9 avril 2012 06h00 | Mise à jour : 09h08 sud-ouest.fr Sinclair choisit BFM TV

Alors que radios et télés entrent dans la dernière ligne droite avant le premier tour, Anne Sinclair revient sur le petit écran pour la présidentielle.

C'est à titre de directrice éditoriale du site d'information Huffington Post qu'Anne Sinclair va faire, pour la première fois en France depuis l'émission « Le Choc des cultures » sur France 3 en 2003, son retour à la télévision sur la chaîne BFM TV à l'occasion de la présidentielle.

L'ex-présentatrice de « 7 sur 7 », donnée jusqu'à l'affaire DSK comme future première dame de France, tourne donc une page en participant, à sa demande, en tant que journaliste, aux soirées électorales des 22 avril et 6 mai aux côtés des signatures de BFM TV, Alain Marschall, Ruth Elkrief et Olivier Mazerolle, et de débatteurs comme Jean-François Kahn, Alain Madelin, Luc Ferry, Renaud Dély, Éric Brunet, Jacques Séguéla, Caroline Fourest et Christophe Jakubyszyn et Bernard Sananès, président de l'institut de sondages CSA.

Dix jours, dix candidats

S'il est celui qui fait le plus jaser, cet événement s'inscrit dans le cadre d'une actualité politique qui prend une nouvelle importance à partir d'aujourd'hui dans les médias audiovisuels. À partir de ce lundi, le Conseil supérieur de l'audiovisuel ne se contente plus d'utiliser le chronomètre. Il vérifie que l'égalité de traitement entre les postulants est bien respectée. Plus question de glisser le résumé d'un meeting de Philippe Poutou à 2 heures du matin pour compenser la retransmission en direct de celui de Nicolas Sarkozy ou François Hollande. Ce qui explique que, chaque matin ou soir jusqu'au premier tour, plusieurs médias, en particulier chacune des grandes stations de radio ou encore « Le Grand Journal » de Canal+, annoncent dans leurs studios la présence d'un des dix candidats.

Sur le petit écran, c'est France 2 qui propose les rendez-vous les plus marquants jusqu'au premier tour. Après beaucoup de discussions avec les états-majors, la direction de la chaîne a arrêté trois grands rendez-vous politiques. Dès cette semaine, une formule inédite avec, mercredi 11 et jeudi 12 à 20 h 50, « Des paroles et des actes », avec chaque fois cinq candidats qui s'exprimeront sans débattre - temps de parole oblige : François Hollande, Marine Le Pen, Eva Joly, Nicolas Dupont-Aignan et Philippe Poutou mercredi ; Nicolas Sarkozy, Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou, Nathalie Arthaud et Jacques Cheminade jeudi.

En revanche, le « Mots croisés » de lundi prochain 16 avril, à 23 heures, avec les 10 candidats ou leurs représentants, se déroulera sans les deux favoris des sondages. L'émission animée par Yves Calvi sera aussi marquée - une première en Europe, prévient la chaîne - par les fruits d'un partenariat entre le réseau social Facebook et « Mots croisés » : les téléspectateurs qui le souhaitent pourront soumettre leurs questions aux candidats ou à leurs soutiens et réagir en direct pendant l'émission. L'expérience interactive permettra aussi aux téléspectateurs connectés de dialoguer entre eux.

--------

Affaire Carlton-DSK: enquête préliminaire sur des faits présumés de viol en réunion à Washington Publié le 21.05.2012, 10h26 leparisien.fr

Le parquet de Lille a ordonné lundi une enquête préliminaire sur des faits "susceptibles d'être qualifiés de viol en réunion" qui se seraient déroulés à Washington entre le 15 et le 18 décembre 2010, dans le cadre de l'affaire dite du Carlton, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Les faits supposés ont été relevés par les juges d'instruction en charge de cette affaire de proxénétisme aggravé et auraient été commis lors d'une soirée dans la capitale américaine, à laquelle participait notamment Dominique Strauss-Kahn.

Le parquet indique avoir ordonné une enquête, "conformément à l'usage", qu'il a confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire de Lille.
"Je ne connais pas l'usage consistant à ouvrir des enquêtes préliminaires pour viol en réunion, alors que la personne concernée, qui a été longuement entendue, n'a pas déposé plainte pour viol", a réagi l'un des avocats de Dominique Strauss-Kahn, Me Richard Malka.
Selon lui, "ça démontre un acharnement invraisemblable" contre son client.

Le parquet avait été saisi le 28 mars - soit deux jours après la mise en examen de Dominique Strauss-Kahn pour "proxénétisme aggravé en bande organisée - par les juges d'instruction, "d'une ordonnance de soit-communiqué à toutes fins utiles, pour des faits de viol en réunion".

Ces faits sont relatifs aux témoignages de deux prostituées belges ayant participé à un séjour à Washington en décembre 2010 en compagnie de Dominique Strauss-Kahn, Fabrice Paszkowski, David Roquet, et du commissaire Lagarde.

Ces témoignages avaient été recueillis par les policiers belges en décembre dernier, dans le cadre d'un accord avec la justice française.
L'une d'entre elles - qui n'a toutefois pas porté plainte - indique y avoir subi lors d'une soirée, le 16 décembre 2010, certains actes sexuels de manière non consentie. "Je n'ai pas hurlé mais j'ai clairement dit à haute voix que je ne voulais pas", avait déclaré sur PV la jeune femme.

L'autre escort-girl belge, présente dans la même chambre et qui était interrogée par le quotidien Le Parisien le 13 mai, a déclaré de son côté que si sa collègue "avait vraiment et clairement dit non", elle serait "intervenue, bien sûr".

--------

Le couple DSK-Sinclair attaque « Closer » Philippe Martinat | 30.06.2012, 10h06 http://www.leparisien.fr/laparisienne/actu-people/le-couple-dsk-sinclair-attaque-closer-30-06-2012-2072156.php

Interminable feuilleton DSK-Sinclair. Devenu, depuis un an, le couple le plus médiatique de France — le livre que viennent de lui consacrer Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin a dépassé les 100000 exemplaires —, il est épié, scruté et fait l’objet de toutes les attentions des magazines people. Depuis des mois, la rumeur d’un divorce court les rédactions.

Dans son dernier numéro, le magazine « Closer » affirme ainsi à sa une que Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair vivraient désormais séparés. Dans la foulée, l’agence de presse Reuters fait remonter la séparation à un mois environ.

Hier, l’entourage du couple DSK-Sinclair se refusait à confirmer « ni dans un sens ni dans un autre » cette information. L’épouse de l’ancien directeur du FMI était pour sa part injoignable. Tout comme DSK, qui séjourne actuellement au Brésil, chez sa fille Camille, et n’avait prévu de rentrer à Paris qu’en fin de semaine prochaine.

Néanmoins, le couple n’a pas tardé à réagir. Ses avocats, Mes Frédérique Baulieu, Richard Malka et Henri Leclerc, ont publié un communiqué très sec : « Ayant pris connaissance de la une et du contenu du magazine people Closer, Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair ont décidé de poursuivre cette publication pour atteinte à la vie privée. Une assignation sera donc prochainement délivrée devant le tribunal de grande instance de Paris. » Une réaction qui a valeur d’avertissement : quels que soient les aléas de leur vie privée, ils entendent ne pas les voir exposer publiquement.

Mariés depuis vingt ans, DSK et Anne Sinclair traversent depuis le 14 mai 2011 et l’incident du Sofitel de New York des zones de fortes turbulences. A l’
affaire Nafissatou Diallo s’est ajoutée en France celle du Carlton de Lille. Entre les deux tours de l’élection présidentielle, l’anniversaire de Julien Dray, qui avait invité le couple dans un restaurant branché de la rue Saint-Denis à Paris, avait provoqué un véritable psychodrame politique. François Hollande avait vivement reproché à son ami Dray de ne pas avoir prévenu les invités de la présence du couple.
Quelques jours plus tard, Valérie Trierweiler avait expulsé manu militari l’ex-député de l’Essonne de la fête au QG, marquant la fin de la campagne. DSK et Sinclair avaient, eux, très mal vécu l’incident de l’anniversaire, qui les avaient fait passer pour des « pestiférés ».
Anne Sinclair avait particulièrement accusé le coup, elle qui dirige aujourd’hui la version française du site Huffingtonpost et qui a dû, pour l’occasion, interrompre une collaboration ponctuelle avec BFMTV pour les soirées électorales.

---------

DSK veut protéger sa vie privée LePoint.fr – 10 septembre 2012 http://fr.news.yahoo.com/dsk-veut-prot%C3%A9ger-vie-priv%C3%A9e-125100615.html

L'ex-patron du FMI porte plainte après la publication de photos de lui et de sa nouvelle compagne présumée.

L'ex-patron du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, et une femme présentée comme sa nouvelle compagne, vont poursuivre pour "atteinte à la vie privée" les hebdomadaires français VSD, Closer et Voici après la diffusion de photos les montrant ensemble, a-t-on appris lundi auprès de leurs avocats. Il va déposer une plainte "dans les jours qui viennent" contre ces trois magazines qui "font commerce de la vie privée d'autrui", a précisé Me Richard Malka, conseil de DSK. Ce qu'il subit s'apparente à une "véritable chasse à l'homme, c'est insupportable", a-t-il estimé.

La femme qui apparaît sur ces "photos volées" va également poursuivre, peut-être via une procédure conjointe, les trois magazines et "quiconque" fera état "de près ou de loin de faits relatifs à ma cliente", a déclaré son avocat Me Laurent Jourdan. Il a jugé "ignoble" de livrer "des gens en pâture", ironisant sur le fait que ces magazines se montrent "agressifs", car "leurs tirages diminuent". Plusieurs photos dans VSD montrent l'ex-patron du FMI enlaçant une femme qui se prénomme Myriam, "pétillante quadragénaire", "célibataire", "occupant un poste à responsabilités dans une grande chaîne de télévision", selon le magazine.

Dans un entretien au quotidien Parisien/Aujourd'hui en France daté du 31 août, Anne Sinclair, directrice éditoriale de l'édition française du site d'informations Huffington Post, avait confirmé implicitement une rumeur la disant séparée de Dominique Strauss-Kahn. DSK avait démissionné le 18 mai 2011 de ses fonctions au FMI, quatre jours après qu'une femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York, Nafissatou Diallo, l'avait accusé d'agression sexuelle. Il a depuis (...) Lire la suite sur LePoint.fr

---------

Créé le 21-09-2012 à 17h45 - Mis à jour à 18h45 Strauss-Kahn se verrait bien contribuer à la lutte contre la crise http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20120921.REU6526/strauss-kahn-se-verrait-bien-contribuer-a-la-lutte-contre-la-crise.html

PARIS (Reuters) - Dominique Strauss-Kahn se verrait bien jouer un rôle dans la résolution de la crise en fournissant des idées que l'ancien directeur général du Fonds monétaire international présente comme nouvelles.

"La critique peut être positive. Je ne conçois pas mon rôle comme étant une sorte de poil à gratter, je pense qu'il faut fournir des idées nouvelles", dit-il dans un entretien diffusé par i>TELE vendredi et accordé au Maroc en marge d'une conférence à Marrakech.

"Il n'y en a pas beaucoup sur la table. J'en propose certaines, elles sont bonnes, elles sont moins bonnes, chacun jugera, mais nous avons besoin d'idées nouvelles pour avancer et la période les réclame", ajoute-t-il.

L'ancien ministre socialiste dit craindre "plusieurs années de croissance faible" en Europe. Il dit penser à une réforme de l'organisation du G20, "machine très formelle et moins efficace qu'elle était avant". Mais, précise-t-il, il n'entend pas "surestimer (son) rôle personnel".

Il pose un regard d'observateur critique. "La volonté de travailler ensemble est plus faible, chacun a combattu les idées du voisin, le multilatéralisme a moins la cote, je crois que c'est assez dangereux".

Il regrette surtout ce qu'il voit comme "l'impulsion qui avait été donnée au coeur de la crise et qui a permis d'éviter qu'elle ne devienne plus catastrophique encore qu'elle l'a été", à l'époque où il était encore sur la scène publique.

Cette interview est son premier entretien accordé à la presse depuis que la cour d'appel de Douai l'a autorisé à reparler aux journalistes le 30 mai dernier, une décision modifiant le contrôle judiciaire dans l'affaire criminelle où il est suspect.

Soupçonné d'avoir contribué à animer un réseau de prostitution à son profit avec des proches, dont un commissaire de police, quand il était directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn est mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée", des faits passibles des assises et de vingt ans de réclusion.

L'ancien ministre est sous contrôle judiciaire et a dû verser une caution de 100.000 euros. Une enquête préliminaire séparée pour viol est également ouverte. Selon i>TELE, il s'est refusé à tout commentaire sur ces affaires dans son entretien.

Dominique Strauss-Kahn était rentré des Etats-Unis il y a un an après l'abandon de poursuites engagées par le parquet de New York dans une affaire d'agression sexuelle présumée sur une femme de chambre dans un hôtel de New York en mai. Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser

-------

DSK se confie au "Point" : comment l'ancien directeur du FMI prépare son come-back
Modifié le 11-10-2012 à 08h24 Par Philippe Moreau Chevrolet Édité par Sébastien Billard Auteur parrainé par Aude Baron

DSK prépare t-il son retour ? Après des mois de silence, l'ancien directeur du FMI se confie longuement au sein de l'hebdomadaire "Le Point" cette semaine. Il concède quelques erreurs, revendique une "part d'intimité", mais cherche surtout à reconstruire son image politique, selon notre chroniqueur Philippe Moreau-Chevrolet.

"DSK parle". C'est le titre choc qui fait la une du "Point" cette semaine. En couverture, l'ancien directeur général du FMI se prend la tête dans les mains et fixe le lecteur, d'un air sombre. Dans le dossier de 8 pages qui lui est consacré, on le voit allongé sur un divan — qui rappelle celui d'un psychanalyste.

DSK est photographié de haut, comme écrasé par les événements. Deux pages plus loin, on le voit revenir de ses courses, "son iPad sous le bras", seul et la mine triste, un sac Monoprix à la main. Au final, un traitement très émotionnel qui fait immédiatement penser qu'on a ici affaire à un plan com'. Un pur travail d'image orchestré par les communicants de DSK.

D'agresseur présumé à victime

Le contenu de l'interview ne dément pas cette impression. Que dit DSK ? Que dit-il vraiment ? D'abord, il se plaint de subir une véritable "chasse à l'homme". Il revendique une "part d'intimité" et dénonce les "abus" qui seraient commis contre lui. Autrement dit, il renverse la situation. Il n'est plus un agresseur présumé mais une victime. C'est un premier pas dans la reconstruction d'image.

Ensuite, DSK explique qu'il n'est "plus un politique" ni un "people". Je n'ai pas de bracelet électronique, semble dire DSK. Je n'ai jamais été condamné. Alors pourquoi m'imposer un "bracelet médiatique" ? Il veut qu'on le laisse tranquille.

Mais attention, il ne veut pas arrêter de parler d'économie. Tout un encadré est consacré à "Son idée pour sauver l'Euro". La présence de cet encadré très sérieux dans un dossier à 100% psychologique peut surprendre. Mais il s'agit de marquer un territoire.

DSK veut bien renoncer, du moins pour le moment, à peser sur la vie politique intérieure française. Il ne pèse plus au PS mais il veut pouvoir s'exprimer sur la crise, il veut pouvoir retrouver sa position d'expert sur l'économie internationale. Il a perdu le titre de directeur général du FMI mais il espère en retrouver l'influence.

Un nouveau mea culpa

Si, à terme, DSK parvient à renverser la situation, si un magazine finit par lui consacrer un grand dossier économique, avec un tout petit encadré psychologique et judiciaire, ce jour-là, il aura réussi son pari. Un pari extraordinaire pour un homme qui, il y a un an seulement, défilait menotté sous les caméras du monde entier, encadré par deux policiers.

Enfin, comme le résume la journaliste du "Point" Anna Cabana, qui a réalisé l'interview, DSK "ne se contente pas de s'indigner, il s'excuse". Il fait son mea culpa. Ou plutôt, il le refait.

C'est sa deuxième tentative. La première, on s'en souvient, n'avait pas marché. Face à Claire Chazal sur le plateau de TF1 le 18 septembre 2011, il n'avait pas convaincu. Trop guindé, trop froid, il donnait l'impression de réciter un texte. Là, il s'en sort mieux. Il s'en sort même beaucoup mieux.

"J'ai causé une double déception aux Français et je le regrette, reconnaît-il. À ceux qui ont été choqués d'apprendre des choses qu'ils ne soupçonnaient pas sur ma vie privée ; et à ceux qui ont été déçus qu'à cause de ce comportement je n'ai pas été en situation de faire mon devoir".

Plus loin, il ajoute qu'il aurait dû mener une "vie personnelle" plus conforme aux attentes de la "société française" – qui a pourtant l'esprit large. "J'ai été naïf, pour ne pas dire plus, explique-t-il. Ce qui est valable pour un chef d'entreprise, un sportif ou un artiste ne l'est pas d'un homme politique".

Une reconstruction politique

DSK admet – enfin – que sa vie personnelle constitue un problème. Mais il nuance aussitôt son affirmation. Si son comportement ne correspond pas à la norme de la "société française" dans son ensemble, dit DSK, il correspond en revanche à la norme de l'élite française : "chefs d'entreprise, sportifs, artistes". Autrement dit, DSK serait un dirigeant "normal". La ficelle est un peu grosse mais la démarche est habile.

Plus important, DSK introduit dans son discours la notion de "devoir". C'est loin d'être anodin, dans le contexte actuel. Car si DSK est compétent, s'il a une solution ou des solutions pour sortir de la crise, son "devoir" n'est-il pas de le dire, et de revenir dans le débat public ? Ici, la notion de "devoir" ne renvoie pas uniquement à son passé de "présidentiable". Elle éclaire aussi l'avenir. C'est un outil, un levier de reconstruction politique.

DSK parviendra-t-il à revenir ? Ce n'est pas à exclure. S'il réussit, il posera un vrai problème à François Hollande. Déjà flanqué du "vice-président" Manuel Valls, François Hollande devra également composer avec un "président bis", DSK.

Un DSK qui se sent pousser des ailes puisqu'il se permet déjà de "tacler" François Hollande sur ses compétences économiques, quand il donne des conférences à l'étranger. La crise lui offre un boulevard pour faire son "come back". Il entend bien en profiter. "DSK parle", titre "Le Point". Il n'a pas fini de parler.

--------

VSD et Closer condamnés à verser 38 000 euros à DSK et une femme présentée comme sa compagne Par LEXPRESS.fr, publié le 30/10/2012 à 18:37, mis à jour à 18:39 Les deux magazines avaient publié des photos montrant Dominique Strauss-Kahn et Myriam L'Aouffir enlacés.

Les magazines VSD et Closer ont été condamnés ce mardi par le tribunal de Paris à verser au total 38 000 euros de dommages et intérêts à Dominique Strauss-Kahn et une femme présentée comme sa nouvelle compagne, pour avoir publié début septembre des photos les montrant enlacés.

Statuant en référé (procédure d'urgence), la juge Anne-Marie Sauteraud a condamné VSD à verser 8 000 euros de dommages et intérêts provisionnels à DSK et 15 000 euros à Myriam L'Aouffir. De la même manière, Closer a été condamné à verser 5 000 euros à DSK et 10 000 euros à Mme L'Aouffir. La justice a ainsi reconnu l'atteinte à la vie privée et au droit à l'image des deux plaignants.

Pour la magistrate, VSD a "manifestement dépassé les limites autorisées de la liberté d'expression". Si le magazine ne saurait être tenu de "réparer le préjudice résultant de la reprise des informations litigieuses par de très nombreux médias et sur les réseaux sociaux", elle souligne qu'il s'agit du "premier organe de presse à en avoir fait état".

Si la juge ne retient pas, comme le soutient VSD, que Mme L'Aouffir et DSK ne "pouvaient ignorer que cette relation serait révélée au public", ils ont néanmoins "manifestement pris le risque" que ces photos puissent être réalisées, estime-t-elle.

A l'audience du 16 octobre, l'avocat de VSD avait soutenu qu'il s'agissait de répondre à l'interview de DSK au 20 heures de TF1 après l'affaire du Sofitel, lors de laquelle il avait expliqué avoir perdu sa "légèreté" dans son comportement avec les femmes, et de mettre en évidence ses "contradictions".

En allouant une somme plus importante à Mme L'Aouffir, ces décisions ont tenu compte de la "spécificité et de l'ampleur de la situation" la concernant, dans la mesure où elle n'était pas connue du grand public, a dit son avocat, Me Laurent Jourdan, soulignant que sa vie privée est "dévastée". Selon lui, ces décisions "font partie des condamnations les plus importantes dans ce genre de situation".

L'avocat envisage néanmoins d'aller au-delà et de porter l'affaire devant les juges du fond.

Sa cliente demandait 100 000 euros à chacun des deux magazines, tandis que DSK demandait 80 000 euros à VSD et 50.000 euros à Closer. Avec AFP.

--------

Strauss-Kahn et Diallo aurait conclu un accord financier d'un montant de 6 millions de dollars Créé le 30/11/2012 à 00h49 -- Mis à jour le 30/11/2012 à 13h09 http://www.20minutes.fr/societe/1052974-strauss-kahn-diallo-conclu-accord-financier-montant-6-millions-dollars

JUSTICE - La somme, révélée par «Le Monde» a été qualifiée d'information «erronée et fantaisiste» par les avocats de DSK...

DSK en a presque fini avec la justice américaine. L'ancien patron du FMI et Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel qui l'accusait d’agression sexuelle, auraient trouvé un accord pour régler la procédure civile à l'amiable, selon des sources judiciaires du New York Times et de l'agence AP.

Selon les information du Monde, les deux parties se seraient entendues sur le versement par Dominique Strauss-Kahn de 6 millions d'euros (4,6 millions d'euros) dans le cadre de cet accord financier. Le quotidien précise que la moitié de la somme devrait être empruntée par DSK à son ex-compagne Anne Sinclair, et l'autre moitié viendrait d'un emprunt bancaire.

Démenti des avocats de DSK

Les avocats de l'ancien chef du FMI ont réagi à ces révélations, les qualifiant d'«erronées et fantaisistes».

Les détails ne sont pas connus et l'accord n'a pas encore été signé, selon les médias américains. Strauss-Kahn et Diallo devaient comparaître devant une cour du Bronx la semaine prochaine.

Compensation financière

Aux Etats-Unis, dans de telles affaires, un règlement à l'amiable implique en général une compensation financière versée contre une interdiction de parler aux médias.

Diallo accusait Strauss-Kahn de l'avoir agressée dans sa chambre d'hôtel. Ce dernier avait reconnu un rapport sexuel, mais a toujours affirmé qu'il avait été consenti. Au pénal, le procureur avait décidé de laisser tomber la procédure car la femme de chambre avait menti à plusieurs reprises, notamment lors de son arrivée sur le territoire américain, en inventant un viol pour décrocher l'asile politique. Son avocat avait alors enclenché une procédure au civil, cherchant à obtenir des dommages financiers.

---------

DSK a versé 1,5 million de dollars à Nafissatou Dialo http://www.la-croix.com/Actualite/France/DSK-a-verse-1-5-million-de-dollars-a-Nafissatou-Dialo-_NG_-2013-01-20-901526 20/1/13 - Mis à jour le 20/1/13 - 18 H 31

L'ancien président du FMI Dominique Straus-Kahn a versé 1,5 million de dollars à Nafissatou Dialo, la femme de chambre qui l'accusait d'agression sexuelle, au terme de l'accord financier conclu en décembre entre les deux parties, affirme le Journal du Dimanche.

Un accord financier au montant confidentiel avait été annoncé le 10 décembre par le juge Douglas McKeon au tribunal du Bronx lors d'une audience mettant fin à la saga judiciaire.

L'hebdomadaire français fait état d'un "dédommagement d'un million et demi de dollars, un montant confirmé dans l'entourage de DSK".

La femme de chambre guinéenne "a en réalité reçu un chèque d'un peu plus de 1 million de dollars, 30% du chèque de DSK ayant été reversé à ses avocats Thompson et Wigdor", précise le JDD.

"A cette somme, il faut ajouter les indemnités que lui a versées le New York Post, tabloïd du groupe Murdoch", précise encore le journal. Nafissatou Diallo a poursuivi au civil le quotidien américain après qu'il l'a traitée de prostituée.

Le JDD indique encore que les discussions entre avocats "ont réellement commencé le 8 août 2012, après le rejet de la demande d'immunité présentée par l'ancien patron du FMI".

Avec cet accord, DSK s'est définitivement débarrassé de l'affaire Diallo, 19 mois après le scandale planétaire qui l'avait contraint à démissionner du FMI et mis fin à ses ambitions présidentielles en France. Il n'aura jamais à expliquer ce qui s'était passé le 14 mai 2011 dans sa suite de l'hôtel Sofitel de New York.

--------

EXCLUSIF - Le «dégoût» de DSK après la parution du livre d’ une ex-maîtresse Par Marie-Amélie Lombard Mis à jour le 21/02/2013 à 10:24 | publié le 21/02/2013 à 09:46 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/02/21/97001-20130221FILWWW00447--exclusif-le-degout-de-dsk-apres-la-parution-du-livre-dune-ex-maitresse.php

Dominique Strauss-Kahn réagit vivement après la publication par Le Nouvel Observateur des extraits du livre de la chroniqueuse Marcela Iacub sur la liaison qu’elle a entretenue avec lui en 2012.. Dans une lettre au fondateur de l'hebdomadaire, Jean Daniel, DSK se dit «saisi d’un double dégoût». A commencer par « celui que provoque le comportement d’une femme qui séduit pour écrire un livre, se prévalant de sentiments amoureux pour les exploiter financièrement».

Il critique le «caractère fantasmatique et donc inexact du récit», fustigeant «une atteinte méprisable à (sa) vie privée et la dignité humaine». L’ancien ministre dénonce «une opération qui donne la nausée» de la part de «l’ancien grand journal de la conscience de gauche» et demande à ses avocats d’ «étudier toutes les voies légales pour combattre cette abomination».

--------

EXCLUSIF. DSK par Marcela Iacub : "Un être double, mi-homme mi-cochon" Créé le 20-02-2013 à 20h19 - Mis à jour le 21-02-2013 à 09h27 http://tempsreel.nouvelobs.com/l-affaire-dsk/20130220.OBS9474/exclusif-dsk-par-marcela-iacub-un-etre-double-mi-homme-mi-cochon.html

Ecrit magnifiquement, jamais exhibitionniste, à la fois récit intime et expérience intellectuelle : dans "Belle et Bête", Marcela Iacub raconte sa liaison avec Dominique Strauss-Kahn. Juriste et spécialiste de la philosophie des mœurs, chroniqueuse à "Libération", Marcela Iacub avait publié en janvier 2012 "Une société de violeurs ?", un ouvrage qui prenait la défense de DSK. C'est à ce moment-là qu'a débuté leur histoire. "Belle et Bête" paraîtra le 27 février chez Stock. En exclusivité, "Le Nouvel Observateur", en kiosque ce jeudi, en publie des morceaux choisis, ainsi qu’un long entretien avec l’auteur. Premiers extraits.

"Belle et Bête" raconte votre liaison avec Dominique Strauss-Kahn. Que s’est-il vraiment passé entre vous et lui ?

- Nous avons eu une liaison de la fin janvier 2012 au mois d’août de la même année. […] Quelle est la part du vrai, quel est le rôle de la fiction ?

- Les étapes de la liaison, les lieux, les propos rapportés, tout est vrai. Pour les scènes sexuelles, j’ai été obligée de faire appel au merveilleux. Mais si elles sont fausses sur un plan factuel, elles sont vraies sur un plan psychique, émotif, intellectuel.[…]

Le personnage principal est un être double, mi-homme mi-cochon […]. Ce qu’il y a de créatif, d’artistique chez Dominique Strauss-Kahn, de beau, appartient au cochon et non pas à l’homme. L’homme est affreux, le cochon est merveilleux même s’il est un cochon. C’est un artiste des égouts, un poète de l’abjection et de la saleté.

Et vous construisez alors une théorie du cochon…

- Le cochon, c’est la vie qui veut s’imposer sans aucune morale, qui prend sans demander ni calculer, sans se soucier des conséquences. […] Le cochon, c’est le présent, le plaisir, l’immédiat, c’est la plus belle chose qui soit, la plus belle part de l’homme. Et en même temps le cochon est un être dégueulasse, incapable d’aucune forme de morale, de parole, de sociabilité. […]

L’idéal du cochon, c’est la partouze : personne n’est exclu de la fête, ni les vieux, ni les moches, ni les petits. […] Alors que DSK m’a toujours semblé être franchement à droite, ce communisme sexuel auquel il aspire en tant que cochon me réjouit. […]

---------

"Anne Sinclair pense appartenir à la caste des maîtres du monde" Créé le 21-02-2013 à 09h22 - Mis à jour à 10h44 Par Eric Aeschimann http://tempsreel.nouvelobs.com/l-affaire-dsk/20130221.OBS9621/anne-sinclair-pense-appartenir-a-la-caste-des-maitres-du-monde.html

Auteur d'un livre sur sa liaison avec DSK, Marcela Iacub a rencontré Anne Sinclair. Qui lui a confié ne voir "aucun mal" dans l'épisode de la "femme de ménage" du Sofitel.

Une semaine avant la parution de son livre "Belle et Bête" (Stock), dans lequel elle raconte sa liaison avec Dominique Strauss-Kahn, l'essayiste Marcela Iacub donne une interview exclusive au "Nouvel Observateur", en kiosque ce jeudi. Pendant la rédaction de son livre, elle a rencontré l'ex-épouse de DSK, Anne Sinclair. Extraits.

"Je suis allée rendre visite [à Anne Sinclair] pendant que j’écrivais le livre, sous un prétexte quelconque. Ce n’est pas un procédé très loyal mais il y avait des choses que je n’arrivais pas à comprendre de la psychologie de Dominique Strauss-Kahn. Celui-ci ment beaucoup et tout le temps, jamais je n’ai rencontré un individu qui mente comme lui, parce qu’avant tout il se ment à lui-même.

La conversation avec Anne Sinclair a été fondamentale. Elle a été très gentille, mais j’ai compris à quel point elle est convaincue qu’elle et son mari – car je rappelle qu’ils n’ont toujours pas divorcé – appartiennent à la caste des maîtres du monde.

Elle m’a dit la phrase que je rapporte dans le livre : "Il n’y a aucun mal à se faire sucer par une femme de ménage." J’ai failli lui répondre que sucer, ce n’est pas le travail d’une femme de ménage comme passer l’aspirateur, qu’il faut demander ce genre de choses à une pute, etc.

Mais, pour elle, le monde est séparé entre les maîtres et les serviteurs, entre les dominants et les dominés et c’est normal. Cela m’a un peu effrayée. Comme si on vivait dans la société de l’Ancien Régime.

--------

Strauss-Kahn attaque en justice l'auteur de "Belle et Bête" http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/topnews/20130225.REU8244/strauss-kahn-attaque-en-justice-l-auteur-de-belle-et-bete.html Créé le 25-02-2013 à 15h50 - Mis à jour à 15h50

PARIS (Reuters) - Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont assigné lundi en justice l'éditeur et l'auteur de "Belle et Bête", pour obtenir l'insertion d'un encart dans ce livre, dans lequel une ancienne maîtresse raconte leur liaison sulfureuse de sept mois.

Si le juge n'accède pas à cette demande, ils réclament l'interdiction du livre, a dit lundi à Reuters Me Henri Leclerc, l'un des défenseurs de l'ancien président du Fonds monétaire international (FMI).

Des bonnes feuilles de ce livre écrit par Marcela Iacub, juriste et chercheuse d'origine argentine, et qui doit paraître mercredi prochain aux éditions Stock, ont été publiées jeudi par le Nouvel Observateur.

En conséquence, l'hebdomadaire est également assigné, a précisé Me Leclerc.

La liaison de Marcela Iacub avec "DSK" a débuté fin janvier 2012, peu avant la mise en cause de l'ancien ministre pour proxénétisme aggravé dans l'affaire du Carlton de Lille, et s'est poursuivie après sa mise en examen jusqu'au mois d'août, selon Marcela Iacub.

La juriste affirme avoir rencontré Dominique Strauss-Kahn après la publication de son livre "Une société de violeurs" et y décrit l'ancien ministre des Finances en termes peu amènes.

Dans une lettre au fondateur du Nouvel Observateur, Jean Daniel, publiée par Le Figaro.fr, Dominique Strauss-Kahn se disait saisi "d'un double dégoût" et critiquait le "caractère fantasmatique et donc inexact du récit".

Son épouse Anne Sinclair, dont il est séparé, reprochait pour sa part au directeur de la rédaction du Nouvel Observateur "d'accréditer la manoeuvre d'une femme perverse et malhonnête, animée par la fascination du sensationnel, et l'appât du gain." Chine Labbé, édité par Gérard Bon

--------

La "morale" de DSK a gagné ! Le Point.fr - Publié le 27/02/2013 à 07:58 Dans "Politique première" sur BFM TV, Anna Cabana affirme que l'ex-patron du FMI a remporté une victoire judiciaire contre le livre de Marcel Iacub.

BFM TV : Vous voulez nous parler de Dominique Strauss-Kahn. Hier soir, le tribunal de grande instance de Paris a rendu sa décision : le livre de Marcela Iacub n'est pas interdit. Et pourtant, ce matin, vous nous dites que c'est une victoire pour DSK.

Anna Cabana : Si DSK n'avait pas demandé l'interdiction du livre, on aurait dit qu'il avait gagné. Et c'est vrai, il a gagné. Parce qu'il faut bien voir une chose : ses avocats avaient pris soin de présenter une demande d'interdiction "à titre subsidiaire", afin de montrer que l'essentiel, pour eux, n'était pas là. DSK n'a pas lancé contre Marcela Iacub un référé dont le seul objectif était l'interdiction du livre, contrairement à ce qu'avait fait par exemple Cécilia Sarkozy en 2008 au moment de la sortie de mon livre sur elle. La demande principale des avocats de DSK, c'était l'insertion d'un encart dans chacun des exemplaires de l'ouvrage. Et la publication d'un communiqué judiciaire recouvrant l'intégralité de la une du Nouvel Observateur. Hé bien ces deux demandes ont été satisfaites. La première totalement. Aucun exemplaire du livre ne pourra être diffusé ou vendu sans que soit inséré un encart à l'intérieur, ce qui est extrêmement contraignant pour l'éditeur, "matériellement impossible", a même dit l'avocat de Stock lors de l'audience. Car le livre - qui est en vente à partir d'aujourd'hui - est déjà chez les libraires. Hé bien la juge a condamné l'éditeur à le faire quand même.

Ça veut dire quoi ?

Ça veut dire que l'éditeur va devoir envoyer en urgence chez chaque libraire des gens pour insérer l'encart, faute de quoi, en cas d'infraction, Stock devra payer 50 euros par exemplaire. Ça promet d'être rock'n'roll... Je peux vous dire une chose : dès ce matin, les avocats de DSK vont mandater des huissiers dans toutes les librairies de France pour constater les infractions. Ça risque de coûter beaucoup d'argent à l'éditeur... Mais ce qui réjouissait encore davantage DSK hier soir, c'est la décision concernant Le Nouvel Observateur. La une de l'hebdomadaire va être défigurée par la publication d'un communiqué, certes pas sur la totalité de la couverture, mais sur la moitié, ce qui est déjà une mesure franchement humiliante pour le grand journal de l'intelligentsia de gauche. Si ça arrive très souvent à un magazine people comme Voici, ça ne s'est tout simplement jamais vu dans l'histoire du Nouvel Obs. Morale : ce n'est pas parce qu'il s'agit des moeurs sexuelles amorales du paria du Sofitel et du Carlton que les journalistes et les écrivains ont le droit de tout écrire - et vous savez quoi ? C'est rassurant !

Vous parlez de morale. Hier, au tribunal, DSK a réclamé de la morale devant les caméras...

"Où est la morale là-dedans ?", a-t-il osé dire. C'est assez piquant, dans sa bouche. Presque hallucinant. Mais en même temps, il fait front. C'était physiquement courageux, de venir au tribunal. À son arrivée, une meute de journalistes s'est jetée sur lui, et comme la porte de la salle d'audience était encore fermée - ce que n'avaient pas anticipé ses avocats -, DSK n'a pas su où aller, il lui a fallu se réfugier aux greffes. Lesquels greffes communiquent avec la salle d'audience, par l'entrée des magistrats. DSK est donc entré dans la salle d'audience par l'entrée des magistrats - ce qui est amusant. En sortant, il s'est réfugié dans le vestiaire des avocats et il a été exfiltré par les gendarmes via une sortie secrète. Mais ça valait la peine : il a réclamé de la "morale" et sa "morale" a gagné. Alors...

Chaque matin, à 6 h 50 et à 7 h 50, Anna Cabana, grand reporter au Point, décrypte sur BFM TV les coulisses de la politique.

--------

DSK : la sortie du livre de Marcela Iacub retardée Publié le 27.02.2013, 08h33 | Mise à jour : 08h55 http://www.leparisien.fr/imprimerOld.php?url=http%3A//www.leparisien.fr/dsk-la-chute/dsk-la-sortie-du-livre-de-marcela-iacub-retardee-27-02-2013-2602743.php

C'est aujourd'hui que devait initialement paraître en librairie «Belle et Bête», le livre de Marcela Iacub aux éditions Stock, où l'auteure raconte de manière très imagée et provocatrice sa liaison - réelle - avec Dominique Strauss-Kahn. Une sortie que les poursuites engagées par l'ex directeur du FMI et la décision de justice qui s'en est suivie risquent de retarder.

Saisie dans le cadre d'une procédure d'urgence pour «atteinte à l'intimité de la vie privée», la juge Anne-Marie Sauteraud, du tribunal de grande instance de Paris, n'a pas interdit la publication. En revanche, elle a ordonné, mardi, que soit inséré dans chaque exemplaire, «avant toute diffusion», un encart mentionnant que le livre porte atteinte à la vie privée de DSK.

Les éditions Stock ont relancé l'impression de l'ouvrage une heure à peine après que la justice ait rendu cette décision. Mais l'avocat de l'éditeur (filiale de Lagardère Publishing) a souligné à l'audience qu'il est «matériellement impossibl"» d'insérer un encart dans les 40.000 premiers exemplaires déjà mis en place dans les librairies.

L'essayiste Marcela Iacub et les éditions Stock ont également été condamnés à verser solidairement 50.000 euros de dommages et intérêts à Dominique Strauss-Kahn, tandis que l'hebdomadaire le Nouvel Observateur, qui a publié des extraits du livre, devra lui verser 25.000 euros de dommages et intérêts.
Une décision que son directeur a qualifiée mercredi d'«extravagante et injuste». «C'est injuste eu égard à la presse, car nous avons publié les bonnes feuilles d'un livre qui n'est pas interdit», a déclaré Laurent Joffin au lendemain de la condamnation.

«J'en ai assez qu'on se serve de moi et je demande une seule chose, c'est qu'on me laisse en paix», avait déclaré DSK à sa sortie de la salle d'audience, mardi matin, avant d'être suivi, dans une bousculade, par des dizaines de journalistes.

---------

Cannes 2013, un palmarès à bout de soufre Home CULTURE Cinéma Par Eric Neuhoff Mis à jour le 26/05/2013 à 21:33 Publié le 26/05/2013 à 21:11 http://www.lefigaro.fr/cinema/2013/05/26/03002-20130526ARTFIG00239-cannes-un-palmares-a-bout-de-soufre.php

Président du jury, Steven Spielberg était soupçonné de puritanisme. Sa palme d'or érotico-passionnelle déjoue les pronostics.

Cannes est un endroit dont il est très difficile de revenir les mains vides. Trop de prix. Ils se marchent sur les pieds. En annonçant les résultats, Steven Spielberg ressemblait à un boa constrictor qui aurait englouti un hippopotame. Tous ces films à avaler en si peu de jours! Surtout quand ils durent trois heures.

La métaphore culinaire est de rigueur. Dans La Vie d'Adèle , qui vient d'obtenir la palme d'or, il y a à boire et à manger. Chez les bourgeois, on sert un vin blanc dont vous me direz des nouvelles. Les gens simples ont des goûts qui le sont aussi: ils préparent des spaghettis. Bolognaise ou carbonara? La recette nous a échappé, de même que les positions qu'adoptent parfois les héroïnes au lit. Kechiche filme longuement les ébats et les repas. On se souvient du temps que mettait le couscous à arriver dans La Graine et le mulet.

Une couronne réchauffée

Léa Seydoux a les cheveux bleus. À ce détail, on aura deviné qu'elle est artiste. Adèle Exarchopoulos - renversante de naturel, alternant roulements de mécanique et sanglots inextinguibles - est lycéenne. Elle a 15 ans, ne comprend rien à rien, elle commence par coucher avec un garçon. L'aînée ne tarde pas à la remettre dans le droit chemin. À Lille, où ces choses se passent, on ne doit pas en revenir. Au début, l'élève lit La Vie de Marianne.

À la fin, c'est elle qui enseigne en maternelle. Pendant ce temps, son ex-amante expose ses œuvres. Ce ne sont pas leurs sentiments qui s'oxydent, c'est la lutte des classes qui les séparent. Le refrain n'est pas très nouveau. Ça n'est pas que Kechiche soit dénué de talent. Le problème est qu'il ne sait pas quoi en faire. On ne voudrait pas avoir l'air de ronchonner, mais l'art consiste quand même à choisir. Le réalisateur met sur un plan égal des scènes sans intérêt (les huîtres dont on doit vérifier qu'elles sont vivantes avant de les gober, que vient faire cette leçon de sciences au milieu de cette tempête sensuelle?) et d'autres qui brûlent de l'intérieur (les retrouvailles dans un café). Il fait penser à ces journalistes auxquels on commande trois feuillets et qui en balancent dix en poussant des hauts cris si on leur demande de couper. Que font les producteurs? La Vie d'Adèle est deux fois trop long. C'est dommage. C'est agaçant.

Ennui ministériel

Cette récompense permet de vérifier que les Californiens aussi sont perméables à la mode. On ignorait que Spielberg écoutait les gazettes parisiennes et spécialisées. Son geste est assez symbolique. Il marque de bien faibles convictions, confirme les pronostics les plus paresseux. Alors comme ça, l'érotisme le plus précis, le saphisme n'effraient pas le créateur d'E.T. Nous en voilà ravis. On nous permettra de constater qu'il n'est pas très bon camarade avec ses concitoyens. Rien pour Soderbergh. Michael Douglas et Matt Damon bredouilles. Alexander Payne remarqué seulement à travers son acteur.

Une couronne réchauffée pour les frères Coen. Derrière une caméra, Spielberg est sans doute un génie. Autour d'une table de délibération, ça n'est pas ça. Ça faisait des lustres qu'on n'avait pas vu un palmarès aussi tristounet. Ha la la, comme l'avait soupiré deux fois Audrey Tautou. À côté de Gilles Jacob, Aurélie Filippetti faisait la tête. La ministre s'ennuyait. Elle avait des excuses.

---------

Dominique Strauss-Kahn sur le tapis rouge de Cannes
Home CULTURE Festival de Cannes Par Constance Jamet, François Aubel Mis à jour le 25/05/2013 à 23:32 Publié le 25/05/2013 à 23:29 http://www.lefigaro.fr/festival-de-cannes/2013/05/25/03011-20130525ARTFIG00499-dominique-strauss-kahn-sur-le-tapis-rouge-de-cannes.php

Une rumeur l'annonçait sur la Croisette. L'ex-président du Fonds monétaire international a bien monté les marches à l'occasion de la projection du classique du cinéma français, Plein soleil, le film de René Clément avec Alain Delon.

Il y a deux ans, la nouvelle de son arrestation à New York et l'éclatement de l'affaire Nafissatou Diallo avait complètement phagocyté la 64e édition du Festival de Cannes. On n'avait plus que trois lettres à la bouche, DSK. Ce samedi soir, Dominique Strauss-Kahn était à nouveau l'objet de tous les regards sur la Croisette. L'ex-président du Fonds monétaire international a effectué, avec un grand sourire, la traditionnelle montée des marches, vers 21h15. Avec à son bras sa nouvelle compagne, Myriam L'Aouffir, toute de noir vêtue.

Des films présentés aujourd'hui, DSK n'a pas choisi La Vénus à la fourrure de Roman Polanski -dont les propos anti-pilule et contre l'égalité des sexes ont fourni au festival sa nouvelle polémique. Non, il a gravi les marches pour la projection de Plein soleil, de René Clément, présenté dans le cadre de Cannes Classics 2013, dans une version restaurée inédite. Une projection qui était l'occasion de rendre hommage à l'un des acteurs principaux de ce film de 1960, Alain Delon. Deux ans après l'hommage rendu à Belmondo, Gilles Jacob et Thierry Frémaux souhaitaient honorer en effet la carrière de Delon dont la dernière visite au Festival remonte à 2010.

On est d'autant plus surpris de la présence de Dominique Strauss-Kahn que, cette année aussi (encore), il a été au centre des conversations sur la Croisette. Durant tout le Festival, l'affiche de Welcome to New York d'Abel Ferrara, qui retrace l'affaire Diallo, flottait sur Cannes et provoquait de nombreux commentaires. Le réalisateur américain est d'ailleurs venu présenter des extraits de son long-métrage dont le rôle-titre est tenu par Gérard Depardieu (au côté de Jacqueline Bisset) au marché du film. Et l'on a même évoqué une possible présentation de ce biopic (sexpic?) lors de la prochaine édition du Festival. Pas sûr que l'ancien favori à l'Elysée ait alors envie de gravir les marches cannoises…

------------

L'antisémitisme nauséabond de Welcome To New York Festival de Cannes Par Sorin Etienne Mis à jour le 19/05/2014 à 10:19 Publié le 18/05/2014 à 15:07 http://www.lefigaro.fr/festival-de-cannes/2014/05/18/03011-20140518ARTFIG00107--l-antisemitisme-nauseabond-de-welcome-to-new-york.php

Le Figaro a vu le film d'Abel Ferrara inspiré de l'affaire DSK divulgué samedi soir sur la plage cannoise du Nikki Beach. Hésitant entre le documentaire animalier sur la vie sexuelle des bêtes et le film porno cheap, ce brulôt ajoute à la misogynie des relents antisémites douteux.

Pour ceux qui l'ignorent encore, Welcome to New York, s'inspire de la chute de l'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Khan. Gérard Depardieu joue DSK, renommé Georges Devereaux. Il joue d'abord son propre rôle dans un prologue qui le montre répondant à des faux journalistes lors d'une fausse interview. «Je ne considère pas que je joue, je suis le personnage», explique l'acteur, précisant qu'il n'aime pas les gens qui font de la politique: «Je les hais». Et dès la première scène, on ne sait pas si on voit Depardieu ou DSK.

Toujours est-il que Devereaux n'a pas le temps de tomber le masque puisqu'il n'en porte pas. Dans son bureau cossu, il écoute à peine son chef de la sécurité lui expliquer le protocole qui l'attend en tant que candidat à l'élection présidentielle. Devereaux préfère se distraire en tripotant des prostituées. C'est le prélude d'un enchaînement de scènes de sexe avec des call-girls dans lesquelles Depardieu n'a peur de rien.

Il est nu, énorme, monstrueux, dans toutes les positions. La suite du Carlton est un lupanar où l'ogre insatiable dévore la chair fraîche. Le room service est impeccable: l'orgie avec option crème chantilly sur les seins et les fesses est possible. C'est glauque et grotesque. Les orgasmes de Devereaux sont des grognements porcins. Après Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese, voici Le cochon de Manhattan d'Abel Ferrara. On hésite entre le documentaire animalier sur la vie sexuelle des bêtes et le film porno cheap.

Le lendemain matin, une femme de chambre noire entre dans la suite quand Obélix sort de la douche. Il l'agresse sexuellement puis retrouve sa fille et son petit ami dans un restaurant. Devereaux commande du porc et n'a qu'un sujet de conversation. «Et la baise? Fucking? ça va? Moi j'ai baisé toute la nuit, ça s'est bien passé.»

Prédateur sexuel

On connaît la suite, racontée ici sans grande inspiration. JFK, FBI et DSK (pardon, Devereaux) qui doit en plus surmonter la barrière de la langue. Ses gardiens de prison ont un accent à couper au couteau ; il finit tout de même par comprendre qu'il doit leur montrer la raie de ses fesses. Ce sera la dernière fois que Depardieu fait un strip-tease intégral, malgré deux flash-backs rappelant que la bête politique a toujours été un obsédé. L'un évoque l'histoire de Tristane Banon, venu interviewer DSK et tombant sur un prédateur sexuel.

Anne Sinclair, rebaptisée Simone et interprétée par Jacqueline Bisset, n'apparaît qu'à la moitié du film. La nouvelle de l'arrestation de son mari tombe alors qu'elle est à un dîner où on la salue comme une amie d'Israël. C'est la première d'une suite d'allusions qui confondent juifs, pouvoir et argent. D'autres avant nous ont relevé cet amalgame. La dernière partie, qui réunit le couple dans l'appartement même qu'avait loué Anne Sinclair à New York, dédouane DSK, humain, trop, humain, incapable de contrôler ses pulsions.

Simone Sinclair, une femme manipulatrice et ivre de pouvoir

Simone Sinclair, elle, apparaît comme une femme manipulatrice et ivre de pouvoir: «Il a détruit tout ce que j'ai construit.» Devereaux la renvoie à sa fortune, et aux raisons de cette fortune. «Tout le monde sait ce que ta famille a fait pendant la guerre», insinue t-il. «1945, une très bonne année!» Une interprétation d'un goût d'autant plus douteux qu'Anne Sinclair est la petite fille du collectionneur d'art Paul Rozenberg, dont les tableaux ont été spoliés et qui a fui le nazisme. Que l'ancien drogué Abel Ferrara et l'autodestructeur Depardieu se reconnaissent en DSK, homme «suicidaire», c'est leur droit. Mais ils le font sur le dos d'Anne Sinclair, ajoutant à la misogynie un antisémitisme nauséabond.

---------------

Welcome to New York : Anne Sinclair exprime son "dégoût" http://www.europe1.fr/Cinema/Welcome-to-New-York-Anne-Sinclair-exprime-son-degout-2124949/# Par Claire Rainfroy avec AFP Publié le 18 mai 2014 à 15h06 Mis à jour le 18 mai 2014 à 18h37

La journaliste précise qu'elle ne donnera pas de suites judiciaires : "je n'attaque pas la saleté, je la vomis"

Anne Sinclair dénonce des "attaques antisémites" après la sortie du film Welcome to New York, inspiré de l'affaire DSK.

Tribune. Du "dégoût" : c'est ce qu'a exprimé Anne Sinclair, ex-épouse de Dominique Strauss-Kahn, au sujet du film Welcome to New York, inspiré de l'affaire du Sofitel. "Cela étant, je ne ferai pas à Messieurs Ferrara et (Vincent) Maraval (le co-producteur du film) le plaisir de les attaquer en justice. Ils l'ont dit, ils n'attendent que cela. Je n'attaque pas la saleté, je la vomis", précise toutefois Anne Sinclair, dans une texte publié sur le site d'informations Le Huffington Post, dont elle est la directrice éditoriale.

"Haut le cœur". "Comme le personnage de Simone dans le film Welcome to New York prétend me représenter, je veux seulement dire ici mon dégoût (...). Précisant qu'elle n'a "pas l'habitude" d'exprimer ses "sentiments personnels" dans ces colonnes, Anne Sinclair exprime, dans une anaphore, son "dégoût" d'un film "où l'exhibition permanente du corps de Gérard Depardieu, présentée comme une audace, donne en fait le haut le cœur".

"Attaques antisémites". "Dégoût" aussi "des dialogues minables et grotesques", "de la façon dont" le réalisateur Abel Ferrara "représente les femmes, ce qui doit illustrer ses propres pulsions", et "enfin et surtout du soi-disant face-à-face des deux personnages principaux, où les auteurs et producteurs du film projettent leurs fantasmes sur l'argent et les juifs", ajoute-t-elle. "Les allusions à ma famille pendant la guerre sont proprement dégradantes et diffamatoires. Elles disent le contraire de ce qui fut. Mon grand-père a dû fuir les nazis et a été déchu de sa nationalité française par le gouvernement de Vichy. Mon père a rejoint la France Libre et a combattu jusqu'à la Libération. Dire autre chose relève de la calomnie. Je ne pensais pas avoir à défendre aujourd'hui leur mémoire devant des attaques aussi clairement antisémites, motivées chez le réalisateur sans doute par ses propres problèmes et chez le producteur par son goût du profit", dénonce Anne Sinclair.

"Je ne suis pas antisémite". Interrogé par l'AFP, Abel Ferrara se défend d'avoir sali la mémoire du père d'Anne Sinclair. Le réalisateur américain de Welcome to New York, a rejeté dimanche les accusations d'antisémitisme : "Je ne suis pas antisémite. J'espère que non. J'ai été élevé par des femmes juives", a affirmé Abel Ferrara.

---------

Le Point - Publié le 01/02/2015 à 12:35 - Modifié le 01/02/2015 à 12:44 Procès du Carlton : "Je pense qu'on veut se faire DSK" http://www.lepoint.fr/justice/proces-du-carlton-je-pense-qu-on-veut-se-faire-dsk-01-02-2015-1901438_2386.php
Éric Dupond-Moretti, avocat de l'un des accusés au procès du Carlton de Lille, dénonce l'extension "de la notion de client à celle de proxénète".

La ligne de défense est trouvée. Dans l'affaire de l'hôtel Carlton de Lille, Éric Dupond-Moretti défend à partir de lundi David Roquet, ancien patron d'une filiale d'Eiffage poursuivi pour proxénétisme aggravé, escroquerie et abus de confiance, avec treize autres personnes dont Dominique Strauss-Kahn.

Connu pour son franc-parler, le ténor du barreau a présenté dans une interview au Journal du dimanche ces hommes accusés d'avoir trempé dans un réseau de prostitution, comme "des clients", des "copains qui s'offrent du bon temps", victimes du "retour du puritanisme le plus abject". "Si l'on veut pénaliser le client, qu'on le fasse"

"On a étendu la notion de client à celle de proxénète, dénonce l'avocat. C'est une première en France ! (...) Ils auraient ainsi favorisé, aidé, protégé la prostitution d'autrui... Ils risqueraient jusqu'à dix ans de prison. Il faut aller jusqu'au bout de cette logique : la patronne du café qui prépare un chocolat chaud tous les matins à une prostituée est donc une proxénète ? Puisqu'elle permet à la dame d'exercer son métier dans de bonnes conditions... (...) Si l'on veut pénaliser le client en France, qu'on le fasse. Il y a des pays où c'est le cas. Mais pas la France."

Pour Éric Dupond-Moretti, l'explication à cette surenchère judiciaire est évidente : "Tout ça parce qu'il s'agit de Dominique Strauss-Kahn. (...) Les juges avaient dans l'une des armoires de leur bureau la caricature de Dominique Strauss-Kahn. Mon client l'avait en ligne de mire pendant un de ses interrogatoires. On avait oublié de fermer la porte. Cela donne une idée de l'esprit dans lequel ont travaillé les magistrats. Oui, je pense qu'on veut se faire DSK."

L'avocat se lance ensuite dans une comparaison avec "Marcel, routier de son état", qui "s'arrête sur un parking d'autoroute", "fait venir deux jeunes femmes qu'il rémunère et invite son copain Gaston". "Quel juge va le mettre en examen pour proxénétisme ? Aucun."

En conclusion, Éric Dupond-Moretti explique son refus de faire du procès du Carlton celui de la victimisation de la prostitution : "Je fréquente suffisamment le malheur et la misère pour savoir que la prostitution n'est jamais un choix. On ne rêve pas de devenir prostitué. En revanche, je connais aussi des femmes, et je pense à l'une d'entre elles en particulier, une de mes clientes, qui à d'autres métiers ingrats et payés au lance-pierre préfère vendre son corps. Nous sommes dans l'ère du victimaire et du compassionnel où l'on mélange tout."

---------

31 janvier 2015 | Mise à jour le 1 février 2015 Yves Charpenel : "DSK est passible de poursuites pour proxénétisme aggravé" http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Yves-Charpenel-DSK-est-passible-de-poursuites-pour-proxenetisme-aggrave-715534

Vice-président d'une association de lutte contre le proxénétisme, le haut magistrat Yves Charpenel parle au JDD alors que le procès du Carlton de Lille s'ouvre lundi. Il estime que Dominique Strauss-Kahn "encourt de la prison ferme" dans cette affaire.

Vous êtes vice-président de l'association Équipes d'action contre le proxénétisme, partie civile au procès lillois. Quelle vision d'ensemble avez-vous de la prostitution?

Il y a trois grandes catégories de prostitution en France aujourd'hui. Celle de rue (ou de forêt), qui regroupe de l'ordre de 3 000 à 4.000 personnes ; la prostitution dans les établissements type bars montants ou salons de massage ; et enfin, une prostitution en plein essor, sur Internet.
Pour donner une idée des sommes en jeu, on estime que la prostitution génère 150 milliards de dollars de profits annuels dans le monde et un milliard d'euros annuels en France.
Aux Pays-Bas, où les maisons de prostitution sont légales, elle représente 6% du PIB.
C'est donc une activité rentable pour les proxénètes puisque la plupart des prostituées, étrangères, payent leur voyage, leur séjour, s'endettent... Et travaillent pour rembourser. Et puis peu de gens déposent plainte...

Que vient faire DSK dans cet univers ?

Les juges lui reprochent d'avoir décidé et assisté la prostitution d'autrui, le premier cas de figure, notamment en mettant un appartement à disposition à plusieurs reprises.
Il lui est aussi reproché, deuxième cas de figure, d'avoir tiré profit de la prostitution d'autrui. En l'occurrence, son profit à lui, c'était justement de ne jamais payer.
La plupart des gens se disent, en ayant en tête la seule image du "Julot casse-croûte", que "DSK n'est pas un proxénète"...
En droit, pourtant, si la démonstration des juges d'instruction est retenue par le tribunal, DSK est passible de poursuites pour proxénétisme aggravé. Il encourt à ce titre de la prison ferme.

Au dossier, les juges s'intéressent à ses pratiques sexuelles, est-ce du droit ou de la morale ?

Les juges d'instruction entendent démontrer, c'est tout l'enjeu de ce procès, que DSK savait, ne pouvait pas de ne pas savoir, qu'il avait affaire à des prostituées. Pour cela, ils veulent montrer que les échanges hard de ces soirées ne sont possibles qu'avec des "professionnelles". Entre autres, les juges estiment faire la démonstration que DSK savait qu'il avait affaire à des prostituées et que certaines de ses pratiques n'étaient possibles qu'avec ce type de partenaire.

-------

Procès DSK : quand le choix des mots employés dresse un portrait sexuel de la France http://www.atlantico.fr/decryptage/proces-dsk-quand-choix-mots-employes-dresse-portrait-sexuel-france-christophe-colera-2002929.html
La plupart des médias français jouent sur l’ambiguïté des mots dans leur retranscription du procès DSK. "Parties fines, actes sexuels tarifés", remplacent les mots crus des débats. Une spécificité de notre culture, attachée à l'art de l'amour, en opposition à un puritanisme américain qui n'hésita pas à évoquer les détails de la relation entre Clinton et Lewinsky, comme une douloureuse séance d'exorcisme collectif.

Atlantico : Que nous apprend du rapport des Français au sexe et à la morale le traitement timide dans les termes mais intensif en terme de couverture médiatique ? Comment expliquer cet apparent paradoxe ?

Christophe Coléra : Le traitement de l'affaire du Carlton est très topique parce qu'il met en scène un conflit entre deux tendances de la société française. D'une part l'héritage du libertinage qui pare de lettres de noblesse les "parties fines" et d'autre part le féminisme qui se charge de dénoncer la violence masculine concrète qui s'est exercée dans cette affaire (et dont les prostituées ont toujours été victimes dans le libertinage).
Il n'est pas étonnant que DSK dans ses interventions cherche sans cesse à trouver sa justification aristocratique dans l'invocation du XVIIème et du XVIIIème siècle (et ait même fait implicitement référence hier au très aristocratique "de minimis praetor non curat" pour expliquer qu'il n'était pas l'organisateur), tandis qu'un journal très sensible à la théorie du genre et aux revendications féministes comme Libération soit plus dans le registre de la "boucherie".
Plus on veut que dans la sexualité quelque chose de beau, de raffiné, de spirituel se joue, plus on refuse le vocabulaire de la boucherie. Et la volonté de préserver cette dignité aux pratiques peut aller jusqu'à s'appliquer à des situations de viols ou quasi-viols. Le même dilemme se pose aux commentateurs de Sade lorsque ceux-ci veulent trouver encore quelque chose de "raffiné" non seulement à son œuvre, mais aussi à sa vie, alors pourtant que son œuvre décrit des tortures, et qu'il a été accusé de crucifier des prostituées. Et cela se constate aussi dans les conversations de tous les jours. On n'appelle "un chat un chat" en matière de sexualité que lorsqu'on veut en rire ou la dénigrer. Beaucoup de gens ont le sentiment de s'abaisser eux-mêmes en employant un langage grivois, et la périphrase ou le silence pur et simple restent plus appréciés. Il n'y a que dans le registre judiciaire ou médical, lorsque la précision sur les faits est requise, que le vocabulaire peut être plus métaphorique.

Ces mots sont employés spécifiquement par des journalistes politiques. Qu'est-ce que cela nous apprend sur le rapport entre le sexe, la politique, et ceux qui sont chargés d'en parler ? Qu'est-ce qui se cache derrière cette pudibonderie des journalistes ?

Dans le champ politique, l'héritage du libertinage aristocratique se double d'une constante anthropologique : les pouvoirs centralisés favorisent une conception machiste du droit de cuissage au sommet de la pyramide, mais aussi aux échelons subalternes, par effet d'imitation du roi. La tradition patriarcale veut que les femmes soient un signe extérieur du pouvoir, à l'image des multiples conquêtes de Jupiter.
Les pharaons, les potentats du Proche-Orient et d'Extrême-Orient ont tous eu des harems, et la cour de Louis XIV fonctionnait sur ce modèle, et la monarchie républicaine en a gardé quelques restes. Le livre "Sexus politicus" en 2006 avait un peu levé le voile sur ce sujet. Les tabous du vocabulaire journalistique sont une survivance de ce consensus machiste autour de la mise en équation de la centralisation des pouvoirs et de la multiplication des femmes.

Est-ce une spécificité française ? Pourquoi la France, dont les mœurs et les lois sont loin d'être puritaines, exprime-t-elle de manière ambiguë les termes sexuelles, là où le monde anglo-saxon, et ses médias, font plus volontiers dans le très explicite ?

Le souci de parler en des termes choisis de la sexualité est très français, il est lié à l'art de l'amour que nous avons développé à la grande époque, un peu comme l'ont fait en d'autres temps l'Inde, la Chine et le Japon. L'auteur polonais W. Gombrowicz écrivait dans les années 1950 dans son journal qu'une femme française n'est jamais naturellement nue mais était toujours très artificiellement "dévêtue", et parée de son parfum, de ses bijoux etc, à la différence par exemple de la nudité plus bucolique et sauvage des Allemandes ou des femmes d'Europe centrale.
Parce que le corps en France est saturé d'enjeux de séduction, qui sont des enjeux de civilisation. Aussi la pudeur du langage autour de la sexualité, la volonté de ne pas verser dans le "trash" peut être une façon de garder à ce domaine une forme d'élégance, voire de préciosité. Et c'est le contraire du puritanisme : parler de la sexualité en choisissant soigneusement son vocabulaire, c'est une façon de la laisser se développer librement sans la soumettre à l'inquisition des regards extérieurs.
N'oublions pas que nous avons évité de devenir un pays protestant et puritain seulement au prix d'une guerre civile atroce. Notre regard bienveillant et délicat sur la sexualité fait partie de notre "Edit de Nantes" en quelque sorte (et Henri IV en était une bonne illustration). Au contraire aux Etats-Unis, fondés par les puritains les plus radicaux, la sexualité reste le lieu non pas d'une élaboration artistique, mais d'une chute fascinante et morbide. Aussi, braquer les lumières les plus crues sur la fellation de Bill Clinton par Monica Lewinsky était-il une façon à la fois de faire jouer les contre-pouvoirs (à la différence du centralisme français), mais aussi de s'adonner collectivement à de douloureuses séances à la fois de voyeurisme et d'exorcisme collectif.

L'un des mots qui pose le plus le dilemme sur le "en parler/ne pas en parler" est celui de "sodomie" dont il est beaucoup question dans les débats, alors qu'il n'est en rien le sujet du procès. Alors que cette pratique n'est, en principe, plus guère jugée déviante et n'entraîne aucun enjeu pénal, pourquoi a-t-on le sentiment que son évocation peut constituer un facteur aggravant à l'affaire ?

En effet la pratique est relativement entrée dans les mœurs. Tout comme les Français n'ont jamais regardé autant de pornographie que de nos jours, ils n'ont jamais autant pratiqué dans leur vie de couple cet acte, si l'on en croit les sondages. Mais la sodomie semble incarner aujourd'hui le meilleur et le pire de la sexualité. Il paraît pour certaines femmes représenter le summum du dévouement sexuel et, à ce titre, représenter une sorte d'apothéose dans la fusion amoureuse qu'elles choisissent d'offrir librement à leur partenaire.
Mais à l'opposé, lorsqu'elle est subie, elle peut passer pour une sorte d'outrage suprême (une version qui alors rejoint la plus ancienne tradition), à cause des douleurs extrêmes qu'elle peut impliquer, à cause de "l'animalisation" de l'autre, sa réduction à son appareil digestif, à sa partie moralement la plus basse, malodorante, l'absence totale de lien avec l'horizon maternel que la copulation avec des organes génitaux féminins implique d'ordinaire etc.
La sodomie est le lieu d'affirmation du rapport de pouvoir, en fonction de celui ou celle qui la propose ou qui l'impose. Elle cristallise donc au plus haut point toutes les controverses sur la domination masculine.

---------

Quand DSK jouait les «M. Bons Offices» de Hollande auprès de Merkel Home ACTUALITE Société Par Marie-Amélie Lombard Mis à jour le 09/02/2015 à 11:09 Publié le 08/02/2015 à 21:58 http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/02/08/01016-20150208ARTFIG00234-quand-dsk-jouait-les-m-bons-offices-de-hollande-aupres-de-merkel.php

Le visiteur est entré par la porte de service.

C'est François Hollande, alors en campagne présidentielle en ce début d'année 2012, qui lui a demandé de venir chez un ami commun. Ce jour-là, Dominique Strauss-Kahn a rendez-vous avec le futur président de la République. Pestiféré, discrédité depuis les scandales du Sofitel et du Carlton (1), l'ex-directeur général du FMI dispense pourtant ses conseils au candidat socialiste: «Tu devras agir vite et fort. Voir Merkel tout de suite.»
À son interlocuteur, François Hollande demande d'aller lui-même «sonder les Allemands». Les sujets ne manquent pas: le pacte de croissance européen et la volonté française d'en desserrer l'étau, les futures législatives outre-Rhin et la perspective d'un gouvernement de coalition avec le SPD pour la chancelière, la dette grecque déjà… DSK accepte de jouer l'émissaire de Hollande auprès d'Angela Merkel, de Martin Schulz (SPD), le président du Parlement européen, et du Luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

Un «bon deal» est alors vendu par Strauss-Kahn à Merkel, comme plusieurs sources de l'entourage de DSK l'ont confirmé au Figaro. Mais, la présidentielle française passée, il sera finalement peu traduit en actes.

---------

Procès du Carlton : DSK et Dodo la Saumure relaxés http://www.metronews.fr/info/proces-du-carlton-dsk-relaxe-dodo-la-saumure-aussi-seul-rene-kojfer-est-condamne/mofl!fltRpTPbbu9wQ/

Au terme de trois semaines de procès en février, les 14 prévenus dans l'affaire dite du Carlton ont été fixés sur leur sort ce vendredi. Le procureur avait requis la "relaxe pure et simple" pour DSK et un an de prison ferme contre Dodo la Saumure. Le tribunal a prononcé une relaxe quasi générale.

DSK relaxé

Sans surprise, la justice a prononcé la relaxe en faveur de l'ancien patron du FMI. "Le prévenu qui se revendique libertin n'a pas participé à leur recrutement (des prostituées, ndlr) et à leur rémunération", a motivé le tribunal. L'ex-favori du PS pour l'élection présidentielle est resté impassible durant la lecture de son jugement, se contentant de hocher la tête lorsque le président Bernard Lemaire lui a signifié sa relaxe. La mise en examen reposait uniquement sur "des critères moraux" ont commenté ses avocats au sortir du tribunal. "Nous avons fait confiance au débat contradictoire. Il a montré le vide du dossier (...) le jugement rendu vient de mettre à néant l'ordonnance idéologique" des juges d'instruction, a asséné Me Henri Leclerc.

Dodo la Saumure libre

Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", était le seul des 14 prévenus contre lequel le procureur avait requis un an de prison ferme. Même lui s'attendait à être condamné (lire ici). Contre toute attente, le tenancier de maisons closes belges, soupçonné d'avoir envoyé depuis la Belgique des prostituées dans la région lilloise, ainsi qu'à Paris et aux Etats-Unis au profit de Dominique Strauss-Kahn, a été relaxé.

Le tribunal a estimé que rien ne prouvait qu'il avait poussé les filles qui travaillaient chez lui à participer aux rencontres et que les témoignages le concernant étaient trop vagues. Sa compagne Béatrice Legrain a également été relaxée.

René Kojfer, seul condamné

Le président a été moins clément avec René Kojfer, ex-directeur des relations publiques de l’hôtel Carlton, présenté comme l'"intermédiaire" et le "testeur" de filles.
L'homme par qui le scandale est arrivé été condamné à un an de prison avec sursis. C'est au cours d'une de ses conversations téléphoniques avec Dodo la Saumure, écoutées par la police, que René Kojfer avait lâché le nom de DSK. Ses amis l'avaient décrit comme "un pied nickelé", "une pièce de théâtre à lui tout seul". Le portrait d'un "bon copain" qui n'a pas vraiment convaincu le tribunal. René Kojfer, 74 ans, a été condamné vendredi pour proxénétisme mais n'a néanmoins pas été reconnu coupable de proxénétisme aggravé.

Relaxe générale pour les dirigeants du Carlton

Deux relaxes ont par ailleurs été prononcées en faveur de Hervé Franchois, le propriétaire du Carlton, et Francis Henrion, son ex-gérant. David Roquet et Fabrice Pazkowski, accusés d'avoir joué les "entremetteurs" pour Dominique Strauss-Kahn notamment lors de voyages à Washington, n'ont pas non plus été condamnés.

-------

Grèce : DSK propose ses solutions Le Point - Publié le 27/06/2015 à 21:45 http://www.lepoint.fr/economie/grece-dsk-propose-ses-solutions-27-06-2015-1940512_28.php

L'ancien directeur du FMI est sorti samedi de son silence pour appeler les Européens à accepter une suspension temporaire des paiements d'Athènes.

L'ancien directeur du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, qui était aux commandes au début de la crise grecque est sorti samedi de son silence pour appeler les Européens à accepter une suspension temporaire des paiements d'Athènes. L'ancien ministre des Finances fait cette proposition dans une déclaration de trois pages en anglais et en français, intitulée "Apprendre de ses erreurs" et postée par l'intermédiaire de son compte twitter, alors que la Grèce n'a jamais été aussi proche du défaut de paiement depuis la rupture des négociations samedi avec ses partenaires de la zone euro.

Il suggère que "la Grèce ne reçoive plus aucun financement nouveau de la part de l'Union européenne comme du FMI mais qu'elle bénéficie d'une très large extension de la maturité et même d'une réduction nominale massive de sa dette à l'égard des institutions publiques". Les pays européens se sont toujours opposés à un tel allègement de la dette grecque qu'ils détiennent.

"Cela libérera la Grèce de toutes ses obligations envers le secteur officiel (institutions officielles) pour les deux prochaines années", poursuit celui qui avait participé aux premières discussions sur les risques liés à la colossale dette grecque (180 % du PIB aujourd'hui) à partir de 2010. "Cela laissera le pays dans une contrainte budgétaire difficile puisqu'il ne pourra pas emprunter sur les marchés, ne recevra plus de ressources de l'UE ou du FMI et devra donc équilibrer son budget tout seul", argumente encore Dominique Strauss-Kahn.

"Un précédent tragique pour la démocratie"

Evoquant des "choix budgétaires difficiles" pour les Grecs, il cite la réforme fiscale, une bataille "contre l'oligarchie, les intérêts privés et la lourdeur de l'appareil de l'Etat". Ils feront ces choix "eux-mêmes", sans contrainte venue de l'extérieur, insiste-t-il. Si cette idée fonctionne, la Grèce pourrait alors devenir "eligible à des effacements progressifs de sa dette", précise l'ancien dirceteur du FMI pour qui "seule la dizaine de milliards prévus pour la recapitalisation du système bancaire devraient être versée pour permettre à la banque centrale européenne" de poursuivre son programme d'aide d'urgence. "Il n'est pas sûr que cela marche", reconnaît M. Strauss-Kahn, appelant les autorités grecques au courage et à l'indépendance.

Dans son texte, il critique à plusieurs reprises le caractère "inepte" ou "désastreux" des "ajustements budgétaires sévères" qui ont été la règle dans la zone euro dans la foulée de la crise. Pour lui, "nous nous complaisons à répéter les mêmes erreurs". "Forcer le gouvernement grec à céder créerait un précédent tragique pour la démocratie européenne et pourrait mettre en marche une réaction en chaîne incontrôlable", estime-t-il.

---------------

DSK dénonce le "diktat" allemand dans la gestion de la crise grecque par Rédaction de France Info dimanche 19 juillet 2015 08:49

C'est une sortie remarquée de l'ancien directeur général du FMI. Dans une lettre ouverte sur les réseaux sociaux, DSK déplore les conditions de l'accord conclu avec Athènes, "profondément néfaste, presque mortifère", et accuse l'Allemagne d'imposer un "diktat" qui pourrait mener l'Union européenne à sa perte.

C'est une charge violente. Même si Dominique Strauss-Kahn prend la peine d’épargner au début de son texte François Hollande et Angela Merkel, c’est pour mieux critiquer l’accord qu’ils ont trouvé pour la Grèce. DSK évoquent des conditions "proprement effrayantes" pour ceux qui croient encore à l’avenir de l’Europe. "Ce qui s'est passé pendant le week-end dernier est pour moi fondamentalement néfaste, presque mortifère", écrit DSK. L'ex-ministre français des Finances dit s'adresser à ses "amis allemands" qui comme lui "croient en l'Europe que nous avons voulu ensemble naguère", et à sa culture qui "incarne et revendique (...) une solidarité citoyenne".

Encore une fois, l’ancien patron du Fonds monnétaire international recommande un effacement d’une partie de la dette grecque. Pour Dominique Strauss-Kahn, l’Europe est trop petite pour perdre l’un de ses pays et risque de se retrouver sous la coupe des Etats-Unis.

---------

Retour Première page