Juillet 2005 : Bio
Avril 2007 : Parcours express

Daniel Cohn-Bendit

"Juif allemand" gauchiste soixante-huitard (mai 1968), dit "Dany le Rouge", "reconverti" en vert social-européen "créatif", français en mai 2015 par la gràce Hollandaise

-------

Février 2017. POUR MACRON, après Attali, Minc, Bergé ...
Janvier 2017. VERSUS TRUMP ; pour Emmanuel Macron contre Fillon et Le Pen

27 juin 2016. Candidat à la Présidence de la Commission européenne ; contestations

Décembre 2015. Le binational récent très inquiet pour les terroristes
Mai 2015. Le vilain Poutine ne veut pas voir en Russie les gentils agitateurs cosmos

Septembre 2011. Essaie de survivre en attaquant Le Pen
Mai 2011. Cocufié par Duflot il abandonne la France (???)

Octobre 2010. Le fouteur de merde insulte la dépouille mortelle de Georges Frèche, l'ancien maoïste reconverti en socialo-réaliste
Août 2010. Violemment contre la politique anti-délinquance de Nicolas Sarkozy
Février 2010. Le gauchiste reconverti qualifie le maoïste reconverti Georges Frêche de fasciste

Septembre/Octobre 2009. Contre le pédophile Polanski mais pour l'homo Mitterrand
Juin 2009. Contre Bayrou, tutoyé et qualifié de "pote" "trop minable", qui fait allusion aux révélations de 2001
Mai 2009. Nicolas Sarkozy est contre l'"angélisme" : Dany est contre Sarkozy ..., qu'il juge "très berlusconien"
Avril 2009. Sainte Alliance européenne avec Eva Joly et José Bové : "Les séquestrations (des patrons et cadres supérieurs des entreprises capitalistes) ce n'est pas la mort"
Mars 2009. Consterné par le pape catholique romain Benoît XVI Daniel le dit :"Il y en a assez maintenant de ce pape".

Décembre 2008. D'accord avec Valery Giscard d'Estaing, sauf pour les éoliennes ; attaque violemment Nicolas Sarkozy après avoir déjeuné à l'Elysée
Octobre 2008. Le Vert Daniel défie la Chine, à la veille du septième sommet de l'ASEM (Asia-Europe meeting), comme son ami Ménard avant les J.O.
Septembre 2008. Recommande à N.S. l'ancien terroriste allemand Hans-Joachim Klein
Août 2008. Prêt à être candidat ... en France ...
Juillet 2008. Dany le Rouge/Vert avec les moines du Thibet théocratique
Avril 2008. Dany Le Rouge/Vert donne des conseils au Président de la République Française

Avril 2007. Daniel Cohn-Bendit Monsieur Bons Offices de Madame Royal

Août 2006. La défense de Günter Grass, l'ancien "jeune hitlérien"
Mars 2006. Tariq fait échec à Daniel

Avril 2005. l'ancien "gauchiste" attaque "les gauchistes"

Novembre 2004. Cohn-Bendit contre Fabius

Février 2001. Texte de jeunesse. Cohn-Bendit et Fischer sur la sellette. July, Castro, Goupil, Sollers.

En 1968

Après l'exhumation d'un texte de jeunesse, le député européen réagit aux accusations de pédophilie. L'affaire Cohn-Bendit ou le procès de Mai 68

Il admet la provocation mais, comme Joschka Fischer, dénonce la chasse à l'homme. Par PAUL QUINIO, Libération, 23 fevrier 2001, p. 2 et 3.

Daniel Cohn-Bendit a peut-être parlé trop vite. «Je viens de passer les six pires semaines de ma vie», déclarait-il le 7 février. Manifestement épuisé, le député européen, venu à Paris soutenir les Verts pendant la campagne des municipales, faisait alors référence à ses semaines passées en Allemagne auprès du ministre des Affaires étrangères, son ami Joschka Fischer, attaqué sur son passé d'extrême gauche (lire ci-dessous). Depuis hier, c'est Cohn-Bendit lui-même, en France, qui est mis en cause. Et les pires semaines de sa vie viennent peut-être seulement de commencer. «On a sorti tous nos textes, toute notre histoire. Elle n'est pas simplement jolie, on y trouve des pages noires et aussi des pages dont nous pouvons avoir honte», expliquait l'ancien leader de Mai 68 début février dans un amphithéâtre de la Sorbonne, à l'occasion d'un débat public sur «l'engagement en politique». Depuis hier, ce sont ses propres pages qui ressortent.

L'Express a publié, dans le cadre d'un dossier sur l'omerta, un article intitulé «Les remords de Cohn-Bendit», à propos d'un passage de son livre, le Grand bazar (publié en 1975 chez Belfond), où il parle de son activité d'éducateur dans un jardin d'enfants «alternatif» à Francfort. «Il m'était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais: "Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m'avez-vous choisi, moi, et pas les autres gosses?" Mais s'ils insistaient, je les caressais quand même», écrivait-il.

«C'est dégueulasse
Le voilà vingt-cinq ans plus tard obligé de se défendre d'actes pédophiles. «C'est dégueulasse, déclarait Daniel Cohn-Bendit hier à Libération. Prétendre que j'étais pédophile est une insanité. La pédophilie est un crime. L'abus sexuel est quelque chose contre lequel il faut se battre. Il n'y a eu de ma part aucun acte de pédophilie.» Des parents de ces «crèches alternatives» ont d'ailleurs apporté leur soutien au leader écologiste dès le 31 janvier, soit trois jours après la publication d'une pleine page sur le sujet dans le journal anglais The Observer. «Nous savons qu'il n'a jamais porté atteinte à nos enfants», écrivent-ils. Les enfants eux-mêmes rejettent dans cette lettre «toute tentative de rapprochement entre Daniel Cohn-Bendit et des personnes coupables d'abus sexuels sur enfants».

Reste les écrits. «On peut discuter du texte», dit Daniel Cohn-Bendit en reconnaissant que ces lignes «sont aujourd'hui inaudibles, mal écrites». Il parle de son «insoutenable légèreté». Mais «sans chercher à me justifier, c'était le débat de l'époque. Dans l'introduction du livre, je précise que je suis le carrefour du gauchisme. Je reprends tous les débats du gauchisme, sur le communisme, la violence, l'éducation, la sexualité, en choisissant de le faire à la première personne. C'est un livre qui part de notre anti-autoritarisme en récapitulant les débats du moment. Et aujourd'hui, on fait comme si on révélait une pédophilie qui n'a jamais existé en se servant d'un livre sur la place publique depuis vingt-cinq ans et qui, à l'époque, n'avait suscité aucune réaction», s'indigne le député européen.

Une «revanche».
Joschka Fischer en Allemagne, Daniel Cohn-Bendit en France: pour ce dernier, «la revanche sur 68» est en marche. «C'est dans l'air du temps. Des gens attendaient ce moment depuis longtemps. Quand Hans Joachim Klein a été arrêté (1), il y a déjà eu une campagne contre moi. Elle a échoué. Là, c'est reparti comme en 14

Le 8 février à la Sorbonne, l'ancien leader étudiant avait déclaré: «C'est humain d'essayer d'embellir son histoire. Mais pour des hommes politiques, ce n'est pas juste. L'engagement en politique, c'est s'engager publiquement à essayer d'extirper sa vérité et la mettre en discussion.» Le voilà servi: «Cohn-Bendit a-t-il eu un passé pédophile?», se demandait hier TF1 sur son site web. Sans craindre d'appeler les internautes à voter sur la crédibilité de ses explications.

Le hasard a voulu que l'élu écologiste soit justement l'invité hier soir du journal de 20 heures de TF1. Un rendez-vous calé il y a trois semaines que Daniel Cohn-Bendit, en déplacement en Savoie dans le cadre de la campagne municipale, a tenu à honorer. «Ce que l'on peut me reprocher, c'est mon désir de provocation. Mais de grâce, arrêtons la chasse à l'homme. Je ne me laisserai pas assassiner en public, ni par TF1, ni par un journal», a-t-il conclu au terme d'un échange très vif. A la question posée par Philippe de Villiers, président du MPF (relayée par le présentateur télévisé Jean-Claude Narcy), de savoir s'il allait démissionner de son mandat de député européen, Daniel Cohn-Bendit a répondu : «Pourquoi?».

(1) Hans-Joachim Klein, ancien terroriste, a été arrêté en France en septembre 1998. Il était recherché pour avoir participé à l'opération commando menée par Carlos, à Vienne en 1975, contre un sommet des ministres de l'Opep. Daniel Cohn-Bendit ne s'est jamais caché de l'avoir soutenu. Il avait également tenté de le convaincre de se rendre. Jugé en Allemagne, Klein vient d'être condamné à neuf ans de prison.

---------

Des «révélations» bien intéressées. La fille de la terroriste Meinhof a ressorti les informations. Par LORRAINE MILLOT, Libération, 23 fevrier 2001, p. 2.

Au téléphone, mi-janvier, la voix était engageante: «Et Cohn-Bendit, il vous intéresse?» Bettina Röhl, la fille de la terroriste Ulrike Meinhof, partie en campagne contre la «génération 68» allemande, venait tout juste d'accepter un rendez-vous et proposait d'emblée du «matériel» sur le cas Dany. Auparavant, elle avait prévenu qu'en tant que «journaliste indépendante», elle a coutume de demander 500 marks (250 euros) d'honoraires pour les entretiens qu'elle accorde, puis cédait devant la règle de Libération, qui refuse de payer pour ses informations: «Bon, d'accord pour un entretien quand même. Libération c'est important.»

Enveloppe. Le jour convenu, dans un grand hôtel de Hambourg, après deux bonnes heures d'entretien consacrées à elle et ses attaques contre Fischer, Bettina Röhl nous remet une grande enveloppe. A l'intérieur, elle a pris soin de placer non seulement le texte où Cohn-Bendit relate son expérience au jardin d'enfants de l'université de Francfort, mais aussi une photocopie couleur de la couverture du magazine Das da où l'article est paru, en août 1976. S'y étale une fille demi-nue, un sein dépassant d'un débardeur rouge, le sexe exposé, jambes écartées. Dirigée par le propre père de Bettina Röhl, l'ancien mari d'Ulrike Meinhof, la revue mêlait pornographie et textes gauchistes.

Bettina Röhl a accompagné le tout d'un texte de sa plume, titré «Danni (sic), le grand tacticien», où elle accuse Cohn-Bendit d'avoir rédigé cet article juste après la manifestation qui suivit la mort de sa mère, le 10 mai 1976, à Francfort. «Parce qu'un peu de massage d'âme en public était considéré comme une diversion nécessaire à cause de la tache honteuse que représentait la manifestation Meinhof», où un policier avait été grièvement brûlé. Par cet écrit, Cohn-Bendit aurait voulu «faire doucement et pieusement oublier la violence de la démonstration Meinhof», poursuit Bettina Röhl. Ceci au milieu d'une bordée d'insultes sur «Danni, qui lui-même n'est guère plus grand qu'une grande fille de 5 ans», ou encore «Cohn-Bendit, le ministre de la propagande du milieu», «l'attiseur de violences qui, lui-même, se tenait à l'abri du front».

Ecrits réchauffés. Juste avant de rencontrer Libération, Bettina Röhl avait reçu ce jour-là une journaliste de l'hebdomadaire britannique The Observer. Lequel «révélait» quelques jours plus tard le «passé pédophile» de Cohn-Bendit. Libération n'avait pas cru alors devoir en parler, ces écrits étant déjà dans le domaine public depuis longtemps, aucun fait nouveau, plainte d'enfant ou de parents, n'étant survenu pour ces faits, qui sont de toute façon prescrits depuis longtemps, disait hier le parquet de Francfort.

En Allemagne, le réchauffé de ces écrits de Cohn-Bendit des années 70 n'a pas fait grand bruit jusqu'à présent. Le quotidien populaire Bild a certes repris l'article de The Observer, mais assorti aussi des remords de Cohn-Bendit, où il explique combien il regrettait ces lignes. Et l'affaire n'a pas fait davantage de vagues. «Je ne vois pas bien la nécessité d'aller creuser dans le passé de Cohn-Bendit», explique Günther Nonnenmacher, l'un des quatre éditeurs du Frankfurter Allgemeine Zeitung, grand quotidien conservateur publié à Francfort. «Cohn-Bendit est marié et père. S'il avait commis des choses répréhensibles pénalement, cela se saurait.»

Les comptes d'une génération. En Allemagne, Bettina Röhl a eu à ce jour davantage de succès avec ses publications sur le passé de Joschka Fischer, qu'elle accuse de tentative de meurtre du policier blessé lors de la manifestation Meinhof de 1976. Depuis qu'en janvier, elle a réussi à faire publier dans le magazine Stern les photos montrant Fischer casqué, le bras levé pour frapper un policier, plus une semaine ne se passe sans une nouvelle «révélation» sur le passé du ministre. Là, l'éditeur du FAZ, Günther Nonnenmacher, se montre plus compréhensif: «Cette génération 68 parvenue aujourd'hui au pouvoir s'est affirmée en fouillant et condamnant le passé de la génération précédente (celle de ses parents sous le régime nazi, ndlr). Il n'est pas aberrant qu'on lui demande aujourd'hui des comptes sur son propre passé.».

--------

«Libé» en écho d'un vertige commun. A la fin des années 70, la pédophilie est une déviance écoutée. Par SORJ CHALANDON, Libération, 23 fevrier 2001, p. 3 et 4.

Dimanche, dans son éditorial, Jean-Claude Guillebaud, journaliste à Sud-Ouest (et au Nouvel Observateur), écrivait à propos des années 70 et de la pédophilie: «Des crétins dans le vent allaient jusqu'à vanter la permissivité en ce domaine, sans que cela ne suscite beaucoup de protestations. Je pense à ces écrivains qui exaltaient dans les colonnes de Libération ce qu'ils appelaient "l'aventure pédophile".»

"Je faisais un cunnilingus à une amie. Sa fille, âgée de cinq ans, paraissait dormir dans son petit lit mitoyen. Quand j'ai eu fini, la petite s'est placée sur le dos en écartant les cuisses et, très sérieusement, me dit "à mon tour, maintenant". Elle était adorable. Nos rapports se sont poursuivis pendant trois ans.» C'est un homme qui parle. Il s'appelle Benoît. Son interview, titrée «câlins enfantins», est précédée d'une phrase du journaliste: «Quand Benoît parle des enfants, ses yeux sombres de pâtre grec s'embrasent de tendresse.» C'est terrible, illisible, glaçant. Et publié dans Libération le 20 juin 1981.

Une autre fois, en 1979, défendant à pleines brassées de mots et de pages un moniteur d'éducation physique condamné pour détournement de mineur, Libé titre «baudruche» une affaire qu'il estime se dégonfler. Des journaux avaient mis en scène des accusations de «prostitution enfantine», de «traites d'enfants». Tout cela était faux. Ce qui était vrai, en revanche, c'est que cet homme mêlait des enfants à ses saloperies d'adulte. Le journaliste de Libération interroge le juge d'instruction chargé de l'enquête. «Cet homme était-il violent avec les enfants?» «Non, répond le juge, mais il les faisait pisser et chier dans les partouzes.» «Mais y a-t-il proxénétisme?», continue le journaliste. «Non, mais il leur faisait faire des horreurs, jouer avec leurs excréments, ils en mangeaient.» Presque victorieusement, l'article estime avoir démonté la machination parce qu'aucune violence n'avait été exercée sur les enfants. Voilà. Alors «lâchez-nous les baskets», grondait l'article juste à côté, pour lequel cette «baudruche dégonflée» n'est rien de plus que l'expression d'«une campagne d'ordre moral».

Laboratoire.
L'ordre moral. Voilà l'ennemi. Et Libération de cette époque n'est rien d'autre que l'écho particulier du vertige commun. Nous sommes à la fin des années 70. Les traces du mai des barricades traînent sur les murs et dans les têtes. «Interdit d'interdire», «contestons toute forme d'autorité». C'est plus qu'une période, c'est un laboratoire. Accoucheur d'espoirs, de rêves, de combats insensés. Et de monstres. A Libération comme ailleurs, l'affrontement fait rage sur tout. Une page de courrier pédophile déclenche la polémique. Mais est néanmoins publiée. Il y a panique à revêtir les oripeaux du censeur. Mais dans les locaux, des coups sont échangés. Des coups encore, lorsqu'un chroniqueur de la nuit arbore une croix de fer allemande au comité de rédaction. Celui qui frappe est conspué par de nombreux présents. L'interdiction, n'importe laquelle, est ressentie comme appartenant au vieux monde, à celui des aigris, des oppresseurs, des milices patronales, des policiers matraqueurs, des corrompus. La pensée est en confusion. La violence politique est un autre moyen de la politique. On a raison de séquestrer les patrons, on a raison de traquer les possédants, on a raison de se révolter et de jouir sans entrave. On a raison de soutenir les prisonniers, les homosexuels, les fous, les drogués. Les femmes se révoltent, et les hommes cherchent une nouvelle place. Dans ce tumulte, ce retournement des sens, cet ancrage de repères nouveaux, dans cette nouvelle préhension de la morale et du droit, cette fragilité et cette urgence, tout ce qui se dresse sur le chemin de toutes les libertés est à abattre.

A Libération même, soucieux de traquer en chaque mot l'ordre établi, la déviance libérale ou gauchiste, des journalistes ont pour tâche de contester tout établissement d'une ligne figée. C'est la fièvre. Un homme en jupe, inconnu, ivre, couvert de pisse et de morve, hurlant et pleurant s'invite au comité de rédaction pour dénoncer le reste du monde. Il n'est pas mis à la porte. Les journalistes l'écoutent jusqu'à ce qu'il parte. Il ne faut mépriser personne, entendre toute minorité. Respecter le droit à la différence. La pédophilie, qui ne dit pas son nom, est un simple élément de cette tourmente. Sauf pour ceux qui la revendiquent comme un acte «d'éducation militante», elle ne vient que rarement sur le devant de la scène. Le mot est terrible aujourd'hui. Mais elle n'est pas le problème d'alors. D'elle-même, et seulement, elle s'inscrit dans un bouillonnement chaviré, où chacun puise ce qu'il croit salvateur. C'est ainsi, c'est hier. C'est comme ça.

Pétitions.
En janvier 1977, trois hommes comparaissent devant la cour d'assises de Versailles pour «attentats à la pudeur sans violence sur mineurs de moins de 15 ans». Leurs trois années de détention préventive déclenchent une pétition relayée par Libération. Le texte ne laisse aucune place à l'ambiguïté. Une fois encore, il affirme que les enfants n'ont subi «aucune violence», qu'ils étaient «consentants». «Si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c'est pour quoi faire?», demande la pétition. Le texte estime qu'il n'y a pas «crime» et que «trois ans pour des baisers et des caresses, ça suffit». Qui signe? Aragon, Bernard Kouchner, André Glucksmann, François Chatelet, Jack Lang et bien d'autres encore, de Félix Guattari à Patrice Chéreau ou Daniel Guérin. Un peu plus tard, une lettre ouverte à la commission de révision du code pénal exigeait que soient «abrogés ou profondément modifiés» les articles de loi concernant «le détournement de mineur», dans le sens «d'une reconnaissance du droit de l'enfant et de l'adolescent à entretenir des relations avec les personnes de son choix». Qui signe? Jean-Paul Sartre, Michel Foucault, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Alain Robbe-Grillet, Françoise Dolto, Jacques Derrida. Interrogé aujourd'hui, Philippe Sollers, signataire lui aussi de cette supplique, ne se souvient pas. Mais il a une formidable phrase de ce temps: «Il y avait tellement de pétitions. On signait presque automatiquement.»

Du plaisir à la souffrance.
Sollers exagère à peine. En cette époque de violence extrême, sociale, politique, humaine, certains ont publié des textes, signé des manifestes, sont descendus dans la rue même, pour soutenir des actes que parfois ils n'approuvaient pas. D'autres, comme ces pétitionnaires qui demandent la modification de la loi, associent sans malice, sans calcul, sans démagogie le texte protégeant les mineurs aux textes - tout juste abrogés - réprimant «l'adultère, l'interruption de grossesse et les pratiques anticonceptionnelles». Coucher avec un enfant? Une liberté comme les autres. Sous toutes les plumes, toujours, d'articles en tracts et de prises de parole en tribunes libres, les mêmes mots reviennent : «l'évolution de notre société». «Il faut changer la vie», écrit en 1979 dans Libération, un pédophile emprisonné. «Nos lois sur la sexualité des mineurs ne sont plus en adéquation avec cette époque», écrivent d'autres pétitionnaires. Ils estiment que l'on doit aborder autrement tout le système éducatif. Que nier sa sexualité à l'enfant, c'est nier qu'il est un être à part entière. Et que la société leur donnera bientôt raison. Ils ont eu tort.

«Elle gazouille quand elle éprouve du plaisir», écrit encore Benoît le malade, racontant la petite fille de cinq ans. Et il aura fallu du temps, tout ce temps, pour que le gazouillement ou le silence des enfants souillés se transforment en mots. Puis en colère. En accusation, enfin. Et que les voix d'adultes prétendant que l'enfant trouve du plaisir à ces jeux soient recouvertes par les voix d'enfants qui disent que tout cela n'est que souffrance.

--------

Trois soixante-huitards dénoncent un «procès stalinien»

Trente ans après, par SERGE JULY, ancien maoïste reconverti, PDG de Libération ("remercié" par Edouard de Rothschild en juin 2006, embauché grassement par RTL en septembre 2006), Libération,23 février 2001, p. 3.

Il y a une différence entre l'Allemagne et la France, et cette différence saute aux yeux.

La génération 68 a, aujourd'hui, entre 50 et 60 ans. Mais les «militants» du Mai français ne sont pas devenus des leaders politiques, alors qu'en Allemagne ils ont accédé au gouvernement dans le sillage de Gerhard Schröder. Une partie du gouvernement, et pas seulement Joschka Fischer, revendique son appartenance à cette génération née de la «contestation antiautoritaire».

La mise en cause de l'homme Fischer vise évidemment le vice-chancelier d'Allemagne, et, à ce titre, elle le met sur le terrain de l'éthique politique: faux ou vrai témoignage. Le ministre des Affaires étrangères n'est pas mis en cause pour ce qu'il a fait, mais sur ce qu'il aurait pu éventuellement taire au regard de ses fonctions actuelles. C'est le débat politique démocratique normal, même s'il n'est pas exempt d'arrière-pensées.

Le Franco-Allemand Dany Cohn-Bendit, du fait de sa double appartenance, passe pour l'exception en France qui confirmerait la règle. En France, cette génération a investi massivement la société civile, qu'elle a contribué à émanciper. Elle s'est investie dans le social, dans la culture, la communication et même les affaires, mais elle s'est tenue éloignée de la politique d'Etat.

Tous les responsables politiques français, à droite évidemment, mais aussi à gauche, sont des hommes et des femmes qui sont passés à côté de Mai 68. Le Parti socialiste de François Mitterrand a veillé à ce qu'il en aille ainsi. Michel Rocard fut l'un des seuls politiques à pouvoir revendiquer sa participation très politique à la contestation; mais elle contribuera à lui donner un statut de paria dans l'univers socialiste, dont il n'est jamais véritablement sorti, même lorsqu'il fut Premier ministre. La génération Jospin fut totalement étrangère à ce social jaillissant. Certes, les uns et les autres ont baigné dans l'atmosphère des années 60 et 70, mais ils n'ont jamais pris part à la révolte contre la religion de l'autorité qui constituait le cœur de l'idéologie française dans les années 60, lorsque le couple de Gaulle-PCF régnait sur le pays et y faisait régner un accablant puritanisme provincial, fait de refoulement et de discipline paramilitaire.

Derrière cette mise en cause, qui rattrape Cohn-Bendit par raccroc, puisque c'est Fischer qui est visé, il y a évidemment le procès intenté à la subversion démocratique des années 60. Là encore, il faut distinguer entre une mise en cause qui n'a jamais cessé depuis plus de trente ans et le travail historique, dont il est normal qu'il réévalue les lumières, les ombres, les réussites et les impasses de cette séquence effervescente dans tous les sens du terme. Il n'y a aucune raison pour que cette période y échappe. Et, d'une certaine manière, il serait heureux que les historiens s'y mettent enfin.

Le procès de la révolution culturelle des années 60 n'a jamais véritablement cessé. Il est proportionnel en ampleur à son triomphe social: le développement autonome de la société civile dans un pays qui l'ignorait.

Les excès de permissivité, de transgressions, de jouissances, d'insolences et d'utopies de ces années-là auraient précipité le déclin français et occidental. Ce procès est connu, mais il trouve toujours de nouveaux procureurs. Il y a une haine de Mai qui n'a jamais abdiqué et qui finit par perdre de vue les lignes de force. L'émancipation des femmes, par exemple, qui est sans doute l'événement majeur du dernier quart de siècle et qui rejaillit sur l'ensemble des rapports sociaux, ne s'est pas faite par décret. Il a fallu beaucoup d'excès, de provocations, d'ardeurs, de délires aussi pour y parvenir dans les années 70. C'est toujours comme ça. De la même manière que cette période «désirante» n'a évidemment pas inventé la pédophilie. Mais le discours sur la libération de la sexualité des enfants a malheureusement servi à légitimer des pratiques parfois criminelles. Jusque dans Libération.

Cohn-Bendit fut aussi l'un de ces provocateurs. Il est rattrapé pour des écrits de «rappeur» qui contiennent évidemment leur part de conneries sur la sexualité enfantine. Il le reconnaît. Il n'y a aucune raison de sanctifier Mai 68.

Il n'y a aucune révolution, fût-elle culturelle, qui ne soit qu'un bloc de vertus cristallines.

-------

Philippe Sollers - Ecrivain, «Il y a des abîmes entre 7 ans et 13 ans», Recueilli par MARIE GUICHOUX, Libération,23 fevrier 2001, p. 4.

Je dois vous avouer que j'ai été assez tôt "adultophile" et que mes premières aventures sexuelles datant de l'âge de 13-14 ans avec une femme bien plus âgée que moi me faisaient tomber sous le coup de la loi... Evidemment qu'il y a des abîmes entre 7 ans ou 9 ans - l'âge de la Lolita de Nabokov - et 13-14 ans. Dans le texte que j'ai signé (lire ci-contre) et qui doit dater des années 1974-75, considérer que «l'entière liberté des partenaires d'une relation sexuelle est la condition nécessaire et suffisante de la licéité de cette relation» est effectivement extraordinairement naïf - car qui juge de l'entière liberté des partenaires? C'est ne pas envisager qu'il peut y avoir un rapport de force ou de pouvoir.

«Ce qui me frappe le plus est que le problème des violences exercées sur des enfants n'était pas un problème de société à l'époque. Ça l'est devenu. Probablement à cause d'une extension sans précédent de la prostitution enfantine et du tourisme sexuel à haute dose. A l'époque où je signe ce texte sans vraiment le lire, parce que ça fait partie des revendications libertaires, je suis au courant de Freud et je vais écouter Lacan. Il est impossible d'avoir une conscience un peu éveillée sans s'apercevoir que les enfants prépubères ne parlent pas le même langage que les adultes. Quant à la mise en cause du gauchisme- les soixante-huitards ont détruit l'école, la famille... - nous entrons dans l'hypocrisie politique, dans une offensive qu'il faut bien appeler de droite ou réactionnaire. Aller chercher le Fischer et le Cohn-Bendit d'il y a trente ans, c'est énorme!».

---------

Roland Castro, architecte, ancien dirigeant du groupe maoïste "Vive la Révolution", socialiste, "Dany a fait un boulot énorme avec les enfants», Recueilli par MICHEL HOLTZ.

Je suis absolument scandalisé par la façon dont les choses se passent en ce moment. Si ça continue, on va en arriver à brûler les écrits de Freud. Ce qui est grave, c'est que pour Dany, le mal est fait. Des esprits simples vont faire une déduction simple: Cohn-Bendit = pédophile. C'est totalement absurde. On sait le boulot énorme qu'il a fait avec les enfants de Francfort dans les années 70. Il reste des tonnes de témoignages de parents pour l'attester.

«Evidemment, l'époque était naïve. On disait tout et son contraire, très vite, sans réflexion. A force de bousculer les vieux repères, on a fini par tous les perdre. Ce qui d'ailleurs m'a fait m'éloigner du gauchisme.

«Mais quand même, on n'a pas le droit de tout jeter. Sexuellement, l'apport de 68 est énorme, malgré les excès de ces années-là, peut-être même à cause d'eux. Evidemment, tout ce qui s'est passé au cours de cette période peut être controversé et débattu.

«Mais aujourd'hui, on a juste droit à un procès stalinien, véhiculé par les médias qui font de la délation sans vérification, sans recul et sans débat. Ce fut le cas lors de la découverte du carnet d'Alfred Sirven dont les noms ont été cités, même par Libération. C'est aujourd'hui le cas des écrits de Dany rapportés hors contexte par l'Express. Je n'achèterai plus ce journal qui confond débat et procès. Mais même dans un procès, il y a un débat. Ici, il n'y a qu'un jugement.».

---------

Romain Goupil - Cinéaste, socialiste, ancien membre de la Ligue communiste révolutionnaire. «J'ai envie de dire: oui, je suis pédophile!», Recueilli par MICHEL HOLTZ.

Rien n'a changé, les attaques sont toujours les mêmes, lancées par le même genre de mecs qu'il y a trente ans. Moi, ça me donne envie de dire aux réactionnaires qui nous tombent dessus en ce moment: oui je suis pédophile, oui je suis gay, oui je suis lesbienne. Evidemment, toute cette affaire est dégueulasse pour Dany Cohn-Bendit, comme pour Joschka Fischer. Et je les soutiens. Le seul reproche que je puisse faire à Joschka, c'est de s'excuser d'avoir tabassé un flic. Bientôt, on devra s'excuser d'avoir participé à des manifs pendant les événements de Mai et durant les années qui ont suivi. Un jour de juin 1973, à la Mutualité à Paris, on a blessé 150 flics. J'étais là, je le revendique et je ne suis pas près de m'en excuser.

«Les procès intentés en ce moment à cette génération ne m'étonnent pas du tout. Ça couve depuis longtemps. A force de répéter que les soixante-huitards détiennent les rênes du pouvoir, de l'économie et des médias, ça devait dégénérer en chasse aux sorcières. Et ça finit par exploser.

«L'inquiétude, c'est pour la suite des événements. De José Bové à Bourdieu en passant par Technikart, il y a des mouvances diverses qui sont en train de créer, parfois sans le savoir, une nouvelle forme de souverainisme. Ce sont eux les réactionnaires. Il faut absolument entamer le débat avec ceux qui nous traitent de "vieux cons" avant qu'il ne soit trop tard. Vieux et cons, nous le sommes peut-être, mais, sur bien des points, on a raison.».

---------

Quand Fischer se disait «chef de guerre», Le ministre vert allemand est attaqué sur son passé de «militant» gauchiste. Par LORRAINE MILLOT, Libération, 23 fevrier 2001, p. 5.

"J'étais militant.» Début janvier encore, dans une interview au magazine Stern, Joschka Fischer tentait de résumer ainsi ses années 1968 à 1976 à Francfort-sur-le-Main. Vague et teintée d'héroïsme, la formule a l'avantage de ne pas entrer dans le détail. L'ancien militant devenu ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier de l'Allemagne en serait volontiers resté à ce degré de précision si photos, témoignages et accusations ne cessaient, depuis quelques semaines, de l'obliger à se justifier. «Il restera toujours une part d'ombre, comme quand on fait une analyse», prévient Daniel Cohn-Bendit, inquiet que ces coups de projecteurs ne déstabilisent son vieil ami. En rassemblant les bribes connues, on parvient pourtant à reconstituer un peu le puzzle de ces années, qui risquent de lui causer encore pas mal de tracas dans les semaines à venir.

Joschka Fischer arrive à Francfort (Hesse) à Pâques 1968, tout juste âgé de 21 ans. Ayant grandi en Bade-Wurtemberg dans un milieu catholique conservateur où il s'est vite senti à l'étroit, il a déjà derrière lui quelques mois d'escapades et de bohème, en France notamment. Quelques chocs aussi. Son père et sa jeune sœur sont morts la même semaine, en 1966, d'une attaque d'apoplexie et d'une maladie rénale. A Stuttgart, il a reçu aussi les premiers coups dont il se souvient: lors d'une manifestation contre la guerre du Viêt-nam, il est embarqué et, semble-t-il, malmené par la police. Accusé de résistance aux forces de l'ordre, il est condamné à six semaines de prison ferme, peine ensuite amnistiée, mais doit purger six jours.

La «réappropriation sociale»
C'est fort de cette rage contre «l'Etat policier» de l'époque, mais aussi attiré par le rayonnement intellectuel de Francfort, que Joschka et sa première femme, Edeltraud, s'y installent en 1968. Elle aurait préféré Berlin et ses espaces de contre-culture alternative; Fischer a imposé Francfort, pour suivre les séminaires d'Adorno, d'Habermas ou d'Oskar Negt. Il a quitté le lycée à 16 ans, tenté un apprentissage de photographie vite abandonné, mais a gardé une fureur de lecture qui accapare une bonne partie de ses nuits. A Francfort, il dévore les classiques: Marx, Hegel, Marcuse... Les livres s'accumulent chez lui, pas forcément de façon toujours légale: «On appelait cela la réappropriation sociale», se souvient un ami, pour évoquer ses rapines.

A Francfort, Fischer vit d'expédients. Il peint et vend, difficilement, quelques tableaux, écoule des livres à l'université ou s'échine à traduire des romans pornographiques anglais. L'essentiel est ailleurs: dans le bouillonnement révolutionnaire de 1968 qui, à Francfort, se prolonge sur plusieurs années. Daniel Cohn-Bendit, le héros du Mai 68 parisien, interdit de séjour en France, vient de débarquer et imprime sa marque, enjouée et «spontanéiste», à la révolte locale. Le jeune Joschka, très impressionné par «Dany le Rouge», de trois ans son aîné, va trouver une famille dans ce mouvement baptisé «Sponti».

Fischer rejoint le groupe Combat révolutionnaire, animé par Dany, et participe à son premier projet: porter la révolution dans la classe ouvrière. Avec une quinzaine d'autres militants, il se fait embaucher chez Opel à Rüsselsheim, une trentaine de kilomètres au sud de Francfort, pour tenter de soulever les ouvriers. L'expérience tourne court: Fischer est viré au bout de quelques mois, à la suite d'une assemblée générale qui a dégénéré en émeute.

Le «Putzgruppe»
En mal de relais dans la classe ouvrière, les «spontis» rejoignent en marche le mouvement d'occupation des maisons bourgeoises du Westend, quartier de Francfort, menacées de démolition par les spéculateurs immobiliers. C'est là que Fischer, le féru de lecture, retrouve la violence et les batailles de rue avec la police. Pour défendre les maisons squattées, les «spontis» les plus portés sur le combat physique ont formé un Putzgruppe, littéralement «troupe de nettoyage», fort d'une vingtaine de militants. Les «nettoyeurs» s'arment de casques, de bâtons, de matraques ou de boucliers saisis au combat sur les policiers. Des entraînements sont organisés le dimanche dans les bois des environs de Francfort pour s'exercer au lancer de pierres ou à la libération de prisonniers.

Là, les versions sur le rôle exact de Fischer diffèrent. Cohn-Bendit, lui-même déjà davantage porté sur le combat rhétorique et non-membre du Putzgruppe, assure, badin: «S'il est allé s'entraîner trois ou quatre fois dans les bois, c'est bien le maximum! Il avait besoin de casser son image d'intellectuel toujours plongé dans ses bouquins. Il avait un besoin machiste d'affirmer sa virilité.» L'intéressé confirme cette version, dans sa récente interview à Stern: «Au moment où vous frappez, c'est comme un mécanisme qui s'enclenche. On éprouve un pouvoir, et cela séduit, surtout quand on est jeune homme.»

Christian Schmidt, auteur d'un livre sur «Fischer et son gang de Francfort», ouvrage polémique mais à ce jour le mieux documenté sur l'époque, le soupçonne d'avoir joué un «rôle de leader» au sein du Putzgruppe. «Des témoins m'ont dit que Fischer était celui qui organisait les actions du groupe: lors des batailles de rue, on le voyait plan de ville à la main, pour coordonner les actions, rapporte Christian Schmidt. D'autres disent que le Putzgruppe avait plusieurs leaders.» Fischer, lui-même, a toutefois avoué avoir joué un rôle dirigeant, se qualifiant de «chef de guerre», tandis que Dany était «chef de paix».

De cette période datent les photos réapparues en janvier, où l'on voit Fischer, casqué, le bras levé contre un flic. Des clichés pris dans la débandade d'une manifestation pour la défense d'un squat, en avril 1973. De cette époque datent aussi deux événements qui menacent aujourd'hui la sérénité du ministre. Le 19 septembre 1975, quelque 200 militants, masqués et parfaitement organisés, prennent d'assaut le consulat d'Espagne, représentant du régime de Franco, qu'ils bombardent de peinture, de pierres, puis de cocktails Molotov. Un rapport d'un indic des renseignements généraux accuserait Fischer d'avoir joué un rôle clé dans la préparation du raid: le parquet de Francfort et les conservateurs locaux viennent de demander à le consulter.

Les cocktails Molotov
L'autre haut fait remonte au 10 mai 1976, après la découverte du corps de la terroriste Ulrike Meinhof, retrouvée pendue dans sa cellule. A Francfort, une manifestation «spontanée» tourne à l'émeute, un policier est grièvement brûlé par des cocktails Molotov jetés dans sa voiture. Fischer est arrêté peu après, avec treize autres camarades, mais vite relâché, sans que jamais les préparatifs de cette manifestation n'aient été élucidés. Vingt-cinq ans plus tard, des témoins cités par Christian Schmidt ou Bettina Röhl, la fille d'Ulrike Meinhof qui veut la peau du ministre, assurent que Fischer a animé une assemblée le soir du 9 mai, où fut discuté l'emploi de cocktails Molotov. «Il s'est lui-même prononcé pour l'arme miracle avec laquelle avait été remportée une victoire historique sur le consulat d'Espagne», écrit Christian Schmidt.

«Je n'ai jamais eu à faire ni aux armes ni aux cocktails Molotov», dément Fischer dans une interview publiée par Der Spiegel en janvier. Il y explique que cette manifestation du 10 mai 1976 «fut pour nous tous un signal clair d'arrêt», tout en ajoutant que le déclic décisif pour lui fut le détournement de l'avion d'Air France à Entebbe en 1976, où les terroristes allemands «sélectionnèrent» les passagers juifs et non juifs. Pour Fischer, le choc a été d'autant plus fort qu'il connaissait l'un des terroristes, Wilfried Böse, originaire de Francfort.

Durant toutes ces années, «Spontis» et partisans de la lutte armée se sont maintes fois croisés, séduits et affrontés. En 1969, Fischer fait connaissance d'Andreas Baader et Gudrun Ensslin, futurs fondateurs de la Fraction armée rouge (RAF), venus recruter à Francfort. Il fréquente aussi Hans-Joachim Klein, mécanicien amateur qui lui répare sa voiture et en profite pour y transporter des armes qui ont, semble-t-il, servi plus tard, en 1981, à l'assassinat d'un homme politique libéral. En 1975, le même Klein se laisse recruter par le groupe Carlos et participe à l'attentat contre le sommet de l'Opep à Vienne, pour lequel il vient d'être condamné à neuf ans de prison. En 1973, une sympathisante de la RAF, Margrit Schiller, passe quelques nuits dans la maison alors habitée par Fischer, Cohn-Bendit et d'autres militants, nuitées qui causent aujourd'hui d'autres soucis au ministre. Au procès de Klein, en janvier, il a assuré n'avoir jamais habité avec Margrit Schiller, ce qui lui vaut une information judiciaire pour «faux témoignage».

«Les chats» et «la souris»
Depuis longtemps déjà, Joschka Fischer assure avoir toujours résisté aux sirènes du terrorisme et combattu ses partisans lors de maints débats publics. «Très tôt, en 1972 déjà, après les premiers gros attentats de la RAF, il dénonçait le chemin du terrorisme, se souvient Thomas Schmid, un autre ancien compagnon, devenu journaliste au quotidien conservateur FAZ (Frankfurter Allgemeine Zeitung). Il prônait le militantisme de rue, qui relevait plutôt du jeu du chat et de la souris avec la police: c'était une sorte de rituels de jeunes garçons, fascinés de voir tout ce déploiement de police pour eux.»

D'anciens propos de Fischer, exhumés aujourd'hui par ses détracteurs, donnent pourtant l'impression que la démarcation n'a pas toujours été si nette. A la Pentecôte 1976, devant un «congrès contre la répression», il exhorte: «Justement, parce que notre solidarité va aux camarades dans la clandestinité, parce que nous nous sentons si étroitement liés à eux, nous les appelons ici à mettre fin à ce trip mortel, à revenir de leur "auto-isolement armé", à mettre les bombes de côté, pour reprendre les pierres et une résistance qui signifie une autre vie.» Cohn-Bendit, son ami, excuse ce langage ambigu: «S'il avait parlé comme un jeune chrétien-démocrate, personne ne l'aurait écouté! Vous ne pouvez pas juger les propos de l'époque, avec vos critères d'aujourd'hui.»

Rendu à l'évidence de l'échec, vers 1976-1977, Joschka Fischer décroche de la violence, devient chauffeur de taxi, de 1976 à 1981, puis rejoint le mouvement vert, en 1981. Là, débute une nouvelle carrière politique fulgurante... Jusqu'à ce que, soudain, depuis janvier, ce passé lui remonte à la gorge.

--------

Cohn-Bendit défend vertement un oui du PS au traité européen
Il exhorte Fabius à renoncer au non, afin de sauver «son intégrité».

C'est en France que va se gagner ­ ou se perdre ­ la bataille pour la ratification du traité européen. L'eurodéputé allemand Daniel Cohn-Bendit en est convaincu. Et puisque la décision française dépend en grande partie des militants socialistes, consultés le 1er décembre par référendum, ce défenseur acharné de la Constitution a décidé de s'inviter dans le débat du PS.
Hier soir (_ novembre 2004), il était à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), invité par le député socialiste Julien Dray à plaider pour le oui devant les militants et électeurs de sa circonscription. «C'est intéressant de faire entendre le point de vue des Verts. J'aime bien Dany, il a des choses à dire», explique Julien Dray. Surtout, il a, quand il s'agit de critiquer les partisans du non, une liberté de ton qu'on ne peut pas se permettre entre camarades socialistes : le mois dernier, il avait fustigé la «lâcheté» et la «bassesse» de Laurent Fabius dont le calcul lui paraissait «complètement idiot».

Une louche.
Le député vert en a remis une louche hier, conseillant à Fabius d'abandonner la partie : «A défaut de sauver sa carrière politique, il sauverait au moins son intégrité.» Au-delà de la question européenne, Cohn-Bendit ne doute pas que le oui du PS soit une condition nécessaire pour la victoire de la gauche française en 2007.
C'est aussi l'avis des Français interrogés par Louis Harris pour Libération, AOL et i-télé (1) : 42 % pensent que le PS a plus de chances de revenir au pouvoir si les adhérents se prononcent pour le oui (21 % pensent le contraire).

Jack Lang a lui aussi l'intention de faire appel aux services du tribun européen dans un prochain meeting. Avec «Dany» à ses côtés, l'ex-ministre est déterminé à combattre le «rétrécissement poujadiste et chauvin» à l'oeuvre, selon lui, chez certains partisans du non : «Cohn-Bendit a son style, il a aussi son tempérament. Mais il est d'abord et surtout profondément européen. Pour lui, c'est une mission, pas une affaire politicienne. Un européen de coeur, avec du souffle, ce n'est pas si fréquent.»

«Etriquée».
Paradoxalement, Cohn-Bendit se montre plus prudent quand il s'agit du débat interne aux Verts français qui auront, le 21 novembre, à se prononcer pour ou contre le traité. Plusieurs leaders, dont le secrétaire national Gilles Lemaire, appellent à l'abstention sur la motion pour le oui soutenue par les amis de Dominique Voynet. Cohn-Bendit plaide pour un oui vert qui «vivifiera le débat européen». De fait, les écologistes se prononceront huit jours avant le PS.

Le non du PCF étant ferme et définitif, les socialistes pourraient se trouver en situation de devoir choisir : le non avec Buffet et Fabius, ou le oui avec Hollande et Voynet.

Cohn-Bendit résume l'alternative sans s'embarrasser de nuances : on a le choix entre «une gauche européenne et une gauche étriquée sous l'influence morbide d'un parti en voie de disparition».
(1) Réalisé par téléphone les 5 et 6 novembre auprès de 1 001 personnes.
Par Alain AUFFRAY, mardi 09 novembre 2004 (Liberation - 06:00), p. 14

-------

(Avril 2005) Dany l'ex-rouge dénonce le «mirage du non»
Il accuse les «gauchistes» anti-traité de faire le jeu de Sarkozy et de Bush.

Il a fait une apparition remarquée à Paris, jeudi (07 avril 2005), sur le thème : «De l'utopie révolutionnaire à la Constitution européenne», lors d'un colloque de l'association Confrontations Europe, fondée par l'ex-communiste Philippe Herzog.
Ambiance solennelle, l'Hymne à la joie à l'entrée des invités. Quand arrive le tour du député européen, l'animatrice prévient l'auditoire : «C'est la première fois qu'on invite Daniel Cohn-Bendit, on avait peur qu'il ne prenne trop de place
Elle ne sera pas déçue. Devant les micros, bras en l'air, le Vert allemand lance un cinglant «Camarades !». Applaudissements, rires étouffés.

D'emblée, son intervention est placée sous le signe de l'ironie. Une ironie à charge contre le non de gauche.
Contre l'utopie révolutionnaire, «Dany» voit rouge : «Ceux qui se réfèrent à l'histoire bolchevique refusent la Constitution.» Il enchaîne les citations anachroniques. Congrès du Parti communiste soviétique de 1920, dictature du prolétariat, discours de Trotski : «Non, tout cela n'est pas dans la Constitution», tranche-t-il.
Avant d'ajouter : «La vérité, la voilà : qui dit oui à cette Constitution dit non au traité de Nice, véritable garant d'une zone de libre-échange libérale. Derrière un oui, il y a un non, tandis que derrière un non, il y a un oui.»
Pour l'eurodéputé, il faut admettre que cette Constitution est un compromis historique. Comment ? En dénonçant le «mirage du non». «Vous croyez que Marie-George Buffet, Fabius, Besancenot ou Bové seront élus Président et pourront renégocier une nouvelle Constitution ? Non, Sarkozy sera président ! Et, ce soir-là, c'est Bush qui sablera le champagne. Vive les révolutionnaires qui auront réussi à faire sabler le champagne par Bush. Finalement, c'est un exploit en soi, c'est ça aujourd'hui la révolution !»
Par Laurent JEANNEAU, samedi 09 avril 2005 (Liberation - 06:00), p. 14

-----

Ich liebe dich, moi non plus...

Le rêve d'un retour de Daniel Cohn-Bendit sur le devant de la scène politique française s'est fracassé sur le non au référendum. Le dernier épisode d'un long malentendu entre le «patriote européen» et le pays qui l'a vu naître.

Oui, Marie-George, je sais : je suis un juif allemand.» C'était son dernier débat, trois jours avant le non. Daniel Cohn-Bendit n'y croyait plus. Sur le plateau de France 2, il s'enfonçait dans son fauteuil, se prenait la tête dans les mains, ébouriffait sa tignasse rousse. Face à lui, les ténors du non, Villiers, Le Pen, Buffet et Besancenot, canardaient sans retenue le projet de Constitution européenne. Une si belle idée, lancée par son vieux pote Joschka Fischer, ministre des Affaires étrangères allemand... Près de quarante ans après ses célèbres aventures au Quartier latin, cet affrontement politique avait, pour l'ex-anar, un goût de déjà vu. Il retrouvait, à Paris, ses adversaires de toujours. La droite chauvine et xénophobe, bien sûr. Mais aussi la vieille gauche française, celle qui ne renonce pas à se dire communiste. Alors, quand la secrétaire nationale du PCF lui a suggéré de s'abstenir de faire campagne dans cette France qu'il comprend si mal, l'eurodéputé allemand a craqué : «Oui, Marie-George, je sais...»

Allemand, il l'est infiniment plus aujourd'hui qu'il ne l'était jadis quand de Gaulle l'expédia de l'autre côté du Rhin. Il a posé ses valises à Francfort fin mai 1968. Il y est resté. Sa vie est là : des souvenirs à tous les coins de rue, des vieux amis, le foot du samedi et les joggings au jardin botanique. Une épouse et un fils, pour qui le français est une langue étrangère. Francfort, c'est aussi la ville où son père avait vainement tenté de reprendre pied après-guerre. Avocat, juif et militant de gauche, il avait fui le Reich nazi pour la France. Peu avant sa mort en 1958, son amie la philosophe Hannah Arendt s'était désolée de le voir se détruire par l'alcool. Au jeune Daniel, devenu porte-parole d'une jeunesse révoltée, elle écrira, dix ans plus tard, que ce père aurait été fier de lui.

Conçu en France

Cohn-Bendit et la France, c'est l'histoire d'un coup de foudre, d'une séparation et d'impossibles retrouvailles. Il a été enfant en France, adolescent en Allemagne, révolutionnaire à Paris, alternatif puis réformiste à Francfort. Naviguant sans cesse entre les langues et les cultures. Conçu en France quelques semaines après le débarquement, il se dit «enfant de la liberté». En le mettant au monde, ses parents sortaient de douze années de clandestinité. Juif errant dans l'Europe d'après-guerre, il a donc fini à l'orée de la soixantaine par trouver sa place à Bruxelles. Patriote européen : c'est son meilleur rôle, mais il se sent un peu seul. «Le problème, se désole-t-il, c'est que l'Europe n'a pas de militants.»

Il n'a jamais pu, sans doute jamais voulu, être Français en France ni Allemand en Allemagne. C'est plus fort que lui : à Francfort, il soutient les Bleus, à Paris il défend la Mannschaft. Il devient Français au plus fort de la crise bosniaque quand il combat, contre son ami Fischer, le pacifisme des Grünen. Et Allemand quand il dénonce, à Paris, les archaïsmes d'une gauche arc-boutée sur ses vieux principes jacobins. Il s'est construit dans ce va-et-vient. Jusqu'à en faire sa marque de fabrique : «Je suis toujours un peu dehors, jamais tout à fait dedans.»

C'était déjà vrai au temps de sa gloire, en 1968 : à Paris, il voulait faire entendre la position des étudiants socialistes allemands, nourris, comme Rudi Dutschke, aux théories d'Adorno et Marcuse. Mais, à Francfort, il était d'abord un anarchiste français assez étranger à la pensée des philosophes de la gauche radicale allemande. Foot ou politique, l'agitateur finit toujours par provoquer. Le mois dernier, il s'est trouvé une nouvelle occasion d'exaspérer ses compatriotes en prenant position contre la candidature de Franz Beckenbauer à la présidence de l'Union européenne de football (UEFA). A l'intouchable Kaiser, trop impliqué dans le business du ballon rond, il préfère le français Michel Platini. L'inénarrable Bild Zeitung a réagi au quart de tour : «Traître à la patrie».

S'il avait pu avoir une patrie, ç'aurait été la France, pays du footballeur de son enfance, Raymond Kopa, géant du stade de Reims. Mais il en a été séparé à l'âge de 13 ans, quand sa mère l'a emmené outre-Rhin, auprès de son père mourant. Il fera ses études secondaires près de Francfort à la Odenwaldschule, un internat antiautoritaire fréquenté par les enfants de la bourgeoisie éclairée. Avec sa charmante pointe d'accent français, le petit apatride né à Montauban (ses parents ne l'avaient pas déclaré), deviendra vite la mascotte de l'école. Orphelin de 16 ans, il fait des étincelles sur la scène du théâtre scolaire et se fait élire secrétaire du parlement des élèves. Après le bac, il décide, naturellement, d'aller étudier en France, pays de sa seule famille : son frère Gaby, de 9 ans son aîné. Mais avant de retrouver Paris, en 1966, Dany choisit la nationalité allemande. Car la RFA dispense de service militaire les fils de persécutés.

«Son narcissisme joyeux»

Tout droit sorti de son internat mixte, il sera, sur le campus de Nanterre, l'un de meneurs du combat contre la séparation entre garçons et filles à la cité universitaire. Mai 68, c'était aussi cela : l'irruption dans une France pudibonde et étriquée d'un rouquin culotté qui avait appris l'impertinence en Allemagne. «J'ai eu une enfance très heureuse ; ce sentiment d'être la mascotte, au centre d'un rayonnement de vie, c'est le souvenir que j'en garde», confiera-t-il à son vieil ami, le journaliste Jean Marcel Bouguereau.

Cohn-Bendit prétend, sans rire, que de Gaulle l'a «sauvé». En lui interdisant le territoire français, on lui aurait permis de se «forger une identité», de s'épanouir loin de son étouffante notoriété hexagonale. A Francfort, il ne lui faudra que quelques semaines pour se placer au centre d'un autre «rayonnement de vie». Auréolé de sa gloire de révolutionnaire parisien, il devient une figure incontournable du gauchisme spontanéiste allemand. C'est le début d'un parcours improbable, mais cohérent, des squats de Francfort aux sommets des pouvoirs, à Bruxelles ou à Berlin. Pour l'ex- «sponti» Jutta Ebeling, aujourd'hui maire adjointe de Francfort, «la force de Dany, c'est son narcissisme joyeux».

Mais, dans l'imaginaire des Français, Cohn-Bendit ne bougera pas. Il est, définitivement, ce célèbre cliché : un adolescent anarchiste souriant effrontément à un CRS casqué. Et c'est pourquoi, quand il fait campagne en France, le libéral-libertaire centriste se fait régulièrement traiter de «Dany le jaune». Début mai, à Lille c'est sous escorte et par une porte dérobée qu'il s'est rendu jusqu'à l'amphi archicomble qui l'attendait pour un meeting : sur le campus, des militants d'extrême gauche préparaient un accueil glacial au traître. «Dany le rouge», ce monument historique, ne peut pas se dire «libéral», entretenir de solides amitiés centristes et rendre hommage à Giscard d'Estaing. Quarante ans après, ceux qui le reconnaissent dans les rues de Paris voient toujours passer, nostalgiques, les barricades et la «chienlit» de mai.

Rien de tel à Francfort. Aux bords du Main, on sourit sans émotion au voisin sympathique, au compatriote familier. On a vu grandir le squatter, l'alternatif adepte de la vie communautaire, le libraire de la Karl-Marx Buchhandlung, l'élu local, le député européen et le père de famille. Il y a, bien sûr, des ennemis. L'ex-leader des Grünen, Jutta Ditfurth, le juge «égocentrique, opportuniste», et ajoute qu'il n'a jamais eu «la moindre pensée personnelle». Au début des années 80, c'est lui qui a entraîné chez les Verts les «spontis» de Francfort, y compris son ami Joschka, ex-chauffeur de taxi, adepte d'une opposition extraparlementaire musclée. Ensemble, ils ont mis en minorité la tendance écolo-fondamentaliste de Ditfurth, provoquant le virage «réalo» des Grünen. «Fischer devint député. Cohn-Bendit, maire adjoint de Francfort. Sans Dany, nous n'aurions jamais envisagé d'adhérer à un parti, et moins encore de nous faire élire», se souvient Jutta Ebeling.

Le retour en France «le démange»

Mais tandis qu'il fait sa vie en Allemagne, Cohn-Bendit ne peut s'empêcher de laisser entendre qu'il se pourrait qu'un jour il revienne en France. «Ça me démange», fait-il régulièrement savoir. En France, le retour de Dany excite. Une campagne d'intellectuels, André Glucksmann en tête, va permettre en 1978 la levée de son interdiction du territoire. Vingt ans après, beaucoup de ces intellectuels soutiendront sa candidature aux élections européennes de 1999.

Mais, pour Cohn-Bendit, cette histoire de retour tient surtout du fantasme. Son pays natal l'a chassé, il rêve d'une revanche. Mais il est aussi amoureux d'une belle de Francfort. Et pas une seconde il n'envisage sérieusement de quitter la contre-culture dans laquelle se sont réfugiés les alternatifs allemands des années 70 et 80. A la fin des années 80, après son élection municipale, il confiera, en blaguant, qu'il se verrait bien ministre des Affaires étrangères allemand, rien que pour avoir droit à une Marseillaise et un tapis rouge sur un aéroport parisien. Entre 1978 et 2004, la question du retour ne sera sérieusement posée qu'une seule fois, à l'occasion des européennes de 1999. La loi lui permet d'être candidat en France sans renoncer à sa nationalité allemande. Cohn-Bendit vivra cette campagne électorale, puissamment relayée par des médias enthousiastes, comme quelque chose d'«extrêmement jouissif». Avec 10 % des voix, les Verts s'offraient devant le PCF l'un des meilleurs scores de leur histoire.

Le fiasco de la «troisième gauche»

Après ce triomphe, ses amis français voulaient croire qu'il se déciderait enfin à prendre racine en France. Certains le voyaient déjà à la conquête de la mairie de Paris. Autour du polititogue Zaki Laïdi, un petit groupe d'intellectuels peaufinait le texte fondateur de ce qui devait devenir la troisième gauche verte, une ambitieuse refondation que seul Cohn-Bendit paraissait en mesure d'incarner : «Il s'agissait de clarifier notre rapport à l'économie de marché et notre conception du service public. Il fallait aussi expliquer ce je voulais dire quand je me disais "libéral-libertaire".» Ce grand projet, c'était en quelque sorte le Bad-Godesberg (1) des écolos. Mais aux journées d'été de Lorient, en 1999, le lancement de la troisième gauche verte sera un fiasco total. L'orateur Cohn-Bendit aura rarement été aussi peu convaincant. Il ne se voyait pas en père refondateur : «Prendre le contrôle d'un parti, ça ne m'intéresse pas.»

Elu par la France après l'avoir été, en 1994, par l'Allemagne, il travaille pour l'Europe, qui lui donne les moyens de recoller les morceaux d'une identité éclatée. Chaque progrès de l'intégration européenne, chaque recul de l'Etat-nation est une victoire personnelle. C'est pourquoi il s'est passionnément investi dans la défense de la Constitution : le 29 mai, un oui aurait été une revanche «jouissive» sur cette République jacobine, une claque à cette prétendue «grande nation» que l'on moque gentiment outre-Rhin, en français dans le texte. Raté. La «grande nation» a de beaux restes. Longtemps méfiante vis-à-vis de cet encombrant rival, Dominique Voynet veut rendre hommage au patriote européen, honteusement maltraité selon elle, dans la campagne référendaire française : «Dany a voulu soulever une montagne. Elle lui est retombée sur les pieds.»
(1) Congrès au cours duquel le SPD, en 1959, a abandonné toute référence au marxisme.
Par Alain AUFFRAY, vendredi 01 juillet 2005 (Liberation - 06:00), p. 34-35

-------

Paru le : 14/06/2006 Serge July quitte « Libération »

Crise

HIER MATIN, rue Béranger à Paris, au siège de « Libération ». Lors de la réunion de rédaction quotidienne, Serge July, 63 ans, cofondateur et PDG du journal, annonce que le principal actionnaire, Edouard de Rothschild, le contraint à quitter son poste.

En interne, la nouvelle fait l'effet d'une bombe, même si July ne fait plus l'unanimité depuis longtemps. « C'est un peu comme le départ de Pierre Lescure de Canal + mais sans les applaudissements », réagit un journaliste. « Serge est le garant de notre indépendance, glisse un autre. Il faut le défendre, il est encore temps. »

« Une page se tourne ».

A la tête de « Libé » depuis plus de trente ans, Serge July laisserait donc un poste particulièrement exposé. « Il n'a jamais répercuté les pressions qu'il subissait sur les affaires sensibles, nous avons toujours travaillé dans la sérénité », rappelle un reporter.

Dans l'entourage d'Edouard de Rothschild, on laisse entendre qu'il n'y a pas, à ce jour, de successeur désigné. Une rumeur insistante livre le nom d'Edwy Plenel, ancien directeur de la rédaction du « Monde ». « Je n'ai eu aucun contact officieux ou officiel avec l'actionnaire de Libération, nous a assuré ce dernier hier.

Mais l'indépendance de Libé ne peut laisser indifférent aucun journaliste dans une époque où la marchandisation est à l'oeuvre. On connaît mes positions là-dessus. » Le personnel s'inquiète, d'autant que le départ du directeur de la rédaction, Antoine de Gaudemar, n'est pas exclu dans un proche avenir, soit par conviction personnelle, soit du fait de l'actionnaire. La crise, longtemps masquée par un chef charismatique, est le résultat de la conjugaison de plusieurs facteurs.

Le chef de guerre.

Militant maoïste passionné par le journalisme, Serge July avait rejoint « Libération », créé par Jean-Paul Sartre, en 1973. Bien avant ses prestations télévisées au côté de Christine Ockrent et l'intronisation populaire par le biais de sa marionnette des Guignols, il incarnait le titre.
Il avait une excellente image à l'extérieur, mais une moins bonne en interne. Il n'empêche, il a permis à « Libé » de voir ses ventes progresser en prônant l'éclosion de nouvelles libertés en France. Gros avantage pour ses équipes : July a été constamment « une garantie de l'indépendance de la rédaction », relève François Weinz-Dumas, délégué SNJ.

La grande époque.

A la fin des années 1970, « Libé » était le journal où il fallait être, qu'il fallait lire. Arrive 1981. La parution est suspendue à la suite d'une refonte interne. Elle reprend deux mois plus tard, quelques jours après l'élection de François Mitterrand à l'Elysée.
July mène alors sa première grande réforme, avec l'arrivée de la publicité et la professionnalisation de la rédaction. Très à la mode, « Libération » se vend aux alentours de 200 000 exemplaires, grosso modo 100 000 de moins que « le Parisien libéré », deux à trois fois moins que « France Soir ».

Le contrecoup de la folie des grandeurs.

Viennent la guerre du Golfe et la crise économique. Serge July décide de relancer l'offre éditoriale avec un « Libé 3 ». L'impression et la distribution ont des ratées, les lecteurs n'ont que faire de ces 80 pages encyclopédiques, les ventes retombent. Le jeune lectorat, qui prise l'info zapping et les médias radio-télé, ne se renouvelle pas.
L'Internet accélère la concurrence et la version gratuite de « Libé » sur le Web cannibalise la version papier. Avec les quotidiens gratuits, les ventes se tassent, les recettes publicitaires aussi. De 2001 à 2005, la diffusion payée France OJD passe de 163 000 à près de 137 000 exemplaires. Il faut recapitaliser.

L'espoir Edouard de Rothschild.

Les journalistes préfèrent Edouard de Rothschild à Vincent Bolloré. 20 M sont investis. Un plan social est mis en oeuvre (52 suppressions d'emplois), en novembre 2005.
A la différence des paris du « Figaro » ou du « Monde », le journal ne change pas de formule. Les ventes continuent de décliner. Et la relance tarde (le supplément « Ecrans » n'existe que depuis la fin mai). Mais comment reconstruire quand les bases ne sont pas encore solidifiées ?
Julien Dumond et Marc Pellerin, Le Parisien, 14 juin 2006, p. 37

-------

(Mars 2006) Cohn-Bendit se frotte au controversé Tariq Ramadan
A Bruxelles, le leader Vert a partagé pour la première fois une tribune avec l'intellectuel musulman.

«Prenons-le au mot ! Qu'est-ce qu'on risque ?» Après deux heures de débat public, Daniel Cohn-Bendit s'est senti conforté dans sa décision de rencontrer Tariq Ramadan, le plus controversé des intellectuels musulmans.

Ce face-à-face a eu lieu mercredi soir (29 mars 2006) à Bruxelles dans le cadre d'une conférence internationale sur l'«islam en Europe» organisée par les Verts des Pays-Bas, traumatisés par les tensions intercommunautaires.

Cohn-Bendit avait reçu de nombreuses mises en garde. «Comment peux-tu, toi, discuter avec le "prédicateur" d'un islam radical ? Ramadan, c'est un artiste du double langage», lui ont déclaré en substance des compagnons de route.
Elevé en Suisse où il enseigne la philosophie, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans égyptiens, a été parfois empêché de réunions publiques en France. Dans le même temps, en Grande-Bretagne, le gouvernement Blair l'associait à sa réflexion sur l'extrémisme musulman.

Mercredi soir , au Parlement européen, on se bousculait pour assister à la confrontation entre le soixante-huitard libéral-libertaire et le quadragénaire musulman altermondialiste.
Beaucoup de femmes, presque toutes voilées, dans un public essentiellement composé de musulmans belges, français et hollandais.

Face à un Cohn-Bendit qui s'était juré de ne tolérer aucune ambiguïté, l'élégant Ramadan a déroulé un discours irréprochable.
Il «refuse» l'interdiction faite au musulman, sous peine de mort, de quitter sa religion. Il conteste le fondement théologique de cet interdit.
Pour en finir avec les mariages forcés, les répudiations et les violences faites aux femmes, il faut, dit-il, «changer l'islam de l'intérieur».

Ramadan demande une «désislamisation» des problèmes sociaux qui s'expriment en France à travers la crise des banlieues.
Le vrai communautarisme, selon lui, c'est celui qui parque dans des ghettos «une jeunesse musulmane de la troisième, voire de la quatrième génération pour qui la question n'est plus celle de l'intégration mais de l'accès à la citoyenneté».

Et quand le président du groupe Vert objecte que, sans «islamiser» les problèmes, on peut «s'interroger sur ce qui se passe aujourd'hui en France dans des quartiers où des enfants juifs ont peur d'aller à l'école», Tariq Ramadan rappelle solennellement qu'il a toujours été «parfaitement clair» dans sa dénonciation de l'antisémitisme.
Il annonce l'avènement d'un islam qui n'a «aucun problème avec aucune législation européenne» et qui s'accommode parfaitement de la «sécularisation comme espace de gestion du religieux».

«Je ne sais pas ce que dit Tariq Ramadan ailleurs, mais ce qu'il dit ici a sa cohérence», a lâché Cohn-Bendit, pour conclure.

C'est alors seulement que le débat s'est échauffé avec une théâtrale colère de Ramadan : «Dire cela, c'est rendre impossible notre dialogue. Il faut arrêter de fantasmer.
On parle de double discours, de double appartenance, on tient sur nous le discours qu'on a tenu sur les juifs. Ta responsabilité c'est de savoir ce que je dis ailleurs !»

«Tu ne vas tout de même pas m'obliger à lire tout Tariq Ramadan !» a fait remarquer son interlocuteur. «Alors, a répondu l'autre, si tu n'as pas la preuve de mon double discours, tu dois me faire confiance.»

Cohn-Bendit y est prêt. Hier, alors que s'achevait à Bruxelles la conférence sur «l'islam en Europe», le leader écologiste proposait de poursuivre, dans de nouveaux débats publics, la «clarification» engagée.
Libération, 31 mars 2006, p. 13, par Alain AUFFRAY

-------

Daniel Cohn-Bendit Monsieur Bons Offices de Madame Royal LE MONDE | 25.04.07 | 14h58 • Mis à jour le 25.04.07 | 15h05

C 'était le 10 décembre 2000, au premier étage du restaurant La Cuillère à Pot, à Strasbourg. Daniel Cohn-Bendit fêtait ses 55 ans au milieu de ses amis. Il y avait là le remuant europhile Jean-Louis Bourlanges, le général Philippe Morillon, l'ancien président international de Greenpeace, José-Maria Mendiluce, le spécialiste de droit constitutionnel Olivier Duhamel, et les députés européens... Marielle de Sarnez et François Bayrou.
Pour cadeau d'anniversaire, le président de l'UDF a apporté Henri IV, le roi libre, la biographie qu'il a écrite six ans plus tôt. Il l'a dédicacée : "Pour Dany, cet autre roi libre". L'hôte remercie et plaisante, amusé. "On peut être réac et sympa !"

Bayrou et Cohn-Bendit sont camarades.
Camarades en Parlement. "J'ai toujours entendu Dany dire de Bayrou qu'il était le plus intelligemment européen", raconte l'ami Romain Goupil, le réalisateur de Mourir à trente ans. En juin 2000, les deux hommes lancent ensemble l'appel de Strasbourg, pour réclamer une Constitution européenne et de nouvelles méthodes gouvernementales.

Malgré les cris d'effroi des Verts français, ils montent ensuite ensemble sur un tréteau pour défendre le oui au référendum, en mai 2005. Sans que personne ne s'en émeuve. Car Bruxelles fonctionne comme un club où, libérés des frontières et de leurs étiquettes nationales, la communauté des députés s'affranchit des codes de bonnes manières et des clivages de bon goût pour faire l'Europe et parler politique à la cantine ou dans les couloirs.

Daniel Cohn-Bendit a toujours raffolé de ces tablées où la France se retrouve au menu. Il a toujours quelque chose à dire.
Pas un jour en effet où, après la Repubblica, le Financial Times et L'Equipe, il ne jette un oeil sur Libé et Le Monde. Aucune chance qu'un accident de la campagne présidentielle 2007 lui ait échappé. "Il est quarante fois plus intéressé par la politique française que par l'allemande, bien qu'il soit élu là-bas", confirme Olivier Duhamel. De Francfort, Daniel Cohn-Bendit observe ainsi depuis de longs mois monter la cote de Ségolène Royal, et s'engage très tôt en sa faveur, laissant ses amis Bernard Kouchner et Michel Rocard à leurs états d'âme.

En mars 2006, six mois avant sa désignation officielle, il invite l'ancienne ministre de l'environnement au sommet Vert européen qui se tient à Vienne.
Le contact se noue. Puis il dîne avec la candidate quelques jours après l'université d'été du PS, fin août. "C'est pour moi la projection d'un nouveau possible", explique sur LCI le coprésident du groupe Vert au Parlement européen, à quelques jours de l'investiture de la candidate par les militants socialistes. Et de saluer au passage, provocateur comme à son habitude, cette manière "pas fréquente en politique de revenir en arrière et de corriger ce qu'on a dit...". Une allusion à l'accueil mitigé qu'il avait reçu, quelques années auparavant, de la part des socialistes français.

Cohn-Bendit est d'abord fasciné par le hold-up que la candidate a organisé sur le PS.
"Il a adoré sa manière de s'opposer à l'appareil et n'a pas apprécié les violentes insultes dont elle a été victime de la part des éléphants, confirme Romain Goupil. Et côté insultes, il s'y connaît." Effectivement. En 1999, la France avait fort mal reçu l'ancien leader étudiant de mai 1968, chargé par les Verts français de mener leur campagne européenne. "Il est le représentant des élites mondialisées", avait lâché Jean-Pierre Chevènement. Des communistes à l'hebdomadaire Marianne, des fédérations de chasseurs au Monde diplomatique, une France hétéroclite - "moisie", avait accusé Philippe Sollers dans une tribune du Monde - s'était liguée contre lui. François Hollande, tête de liste socialiste, n'avait pas résisté : "Il prend un tel plaisir à occuper l'espace médiatique qu'il serait cruel de l'en empêcher..."

Hélas, la rancune n'est pas le fort de Daniel Cohn-Bendit. Il aime trop la politique et la France qui l'avait pourtant jugé indésirable, en 1968, pendant dix ans. Dimanche 22 avril, il s'invite sur les plateaux de télé. Puis, sur le coup de minuit, quand il s'avère que Ségolène Royal va devoir séduire une bonne partie des électeurs de François Bayrou pour gagner, il s'invite chez François Hollande et son directeur de cabinet, Stéphane Le Foll, avec son ami "mao" de toujours, Jean-Marc Salmon, qui a travaillé naguère avec François Hollande à l'Elysée, puis chez Ségolène Royal au ministère de l'environnement. "C'est moi qui capte le mieux l'électorat urbain et celui des villes, explique l'eurodéputé du haut de ses 9,72 % de voix aux européennes. Je peux vous apporter quelque chose."

François Hollande remercie, mais raccompagne.
"Dans ces périodes difficiles, où rien n'est joué, il faut pas mal de doigté, ce qui n'est pas toujours le cas de Dany Cohn-Bendit, traduit un rien agacé Stéphane Le Foll, qui le fréquente au Parlement de Strasbourg. Il faudrait éviter qu'il se lance dans des grandes stratégies de recomposition de la gauche." Ségolène Royal n'a pas ces prudences. Elle courait les estrades avec Jean-Pierre Chevènement avant le premier tour ? Même si l'air libertaire de Mai 68 n'a jamais été sa tasse de thé, elle peut s'afficher avec Dany au second.

L'oeil rond de Daniel Cohn-Bendit brille donc à nouveau sur les écrans de télévision.
"Il est en campagne. Il pressent que la France est en recomposition politique, et ça l'aimante", observe Jean-Marc Salmon. La candidate socialiste vient de l'investir dans son rôle préféré : celui de "M. Bons Offices" de la politique française. Il était mardi soir à Montpellier où Ségolène Royal a lancé un appel à François Bayrou et à ses électeurs.

"Je suis celui qui libère l'audace de Ségolène, qui lui dit : "Sois toi-même, vas-y, ne te laisse pas enfermer dans ton parti, car la majorité, c'est aussi le centre"", préfère dire l'eurodéputé allemand. "Je suis aussi celui qui dit : "François, souviens-toi que tu as été sur une estrade soutenir Prodi et même l'extrême gauche pour contrer Berlusconi. Fais la même chose contre Sarkozy"", ajoute l'ingénieur des coalitions.

"Du Cohn-Bendit, sourit Olivier Duhamel. Au fond, les Français n'ont jamais vraiment bien compris qui il était. En 1968, trois personnages ont émergé : Alain Geismar, le président des profs du SNE-Sup, Jacques Sauvageot, le patron de l'UNEF et un petit anar déconnant propulsé en avant parce qu'il était le symbole du bazar ambiant. Mais Dany n'était pas destructeur. Il aime réconcilier les gens, comme un enfant aime construire des Lego, et avec plus de conscience que, souvent, on ne le croit."
Ariane Chemin, Le Monde, Article paru dans l'édition du 26.04.07. Elections 2007

--------

PARCOURS

1945 : Naissance à Montauban (Tarn- et- Garonne).
1986 : Publie "Nous l'avons tant aimée, la Révolution".
1999 : Tête de liste des Verts français aux européennes, il obtient 9,72 % des voix.
2000 : Cosigne avec François Bayrou l'appel de Strasbourg.
2004 : Coprésident du groupe des Verts allemands au Parlement européen.
2006 : Invite Ségolène Royal au sommet Vert européen à Vienne.
LE MONDE | 25.04.07 | 14h58 • Mis à jour le 25.04.07 | 15h05

-------

Paru dans le JDD Dimanche 06 Avril 2008 Cohn-Bendit: "A genoux devant les Chinois"
Propos recueillis par Christel de TADDEO Le Journal du Dimanche

Le groupe des Verts au Parlement européen avait proposé le dissident chinois Hu Jia comme Prix Sakharov "pour la liberté de l'esprit" il y a six mois.
"On a perdu parce que les parlementaires européens n'avaient pas compris qu'on était exactement dans l'espace olympique", explique Daniel Cohn-Bendit. Alors que l'activiste bouddhiste vient d'être condamné à trois ans et demi de prison, le député européen appelle à "foutre le bordel" à Pékin...

Le député européen Daniel Cohn-Bendit encourage à manifester lundi au passage de la flamme olympique. (Reuters) ...et à manifester à l'occasion du passage de la flamme à Paris. "Ce que vous allez voir, prédit l'ancien leader étudiant, ce sera - comme sur les murs de Paris en 1968 - l'imagination au pouvoir."

Que vous inspire le volte-face de Rama Yade, qui a assuré que la France posait des "conditions" à la présence de Nicolas Sarkozy à la cérémonie d'ouverture, avant de démentir?

En langage maoïste, on dirait que c'est la lutte de plusieurs lignes à l'intérieur du gouvernement. Il y a visiblement une ligne Rama Yade-Bernard Kouchner et une autre qui est celle de Sarkozy. Compte tenu de la hiérarchie politique en France, si Sarkozy a décidé de rester fidèle aux Chinois, le gouvernement restera fidèle aux Chinois, quoiqu'il arrive.

Que préconisez-vous de faire à l'occasion du passage de la flamme à Paris?

Il faut que tout le monde entoure la flamme pour rappeler que les Droits de l'homme ne sont pas un jeu. Il ne s'agit pas d'empêcher la flamme de circuler. On peut être adepte des Jeux olympiques et demander le respect des Droits de l'Homme. Je trouve incroyable que la Ville de Paris n'ait pas accepté qu'il y ait un coureur pour la flamme et un coureur pour les Droits de l'Homme. Cela aurait été une image formidable: Paris pour les Jeux olympiques et pour les Droits de l'Homme. Voilà ce que j'attends d'un gouvernement de rupture et d'un maire de gauche.

Bertrand Delanoë a annoncé qu'il ferait mettre une banderole "Paris pour les Droits de l'Homme partout dans le monde" sur la façade de l'Hôtel de Ville.

Le message n'est pas clair. "Paris demande les Droits de l'Homme à Pékin": voilà ce qu'il faut mettre sur les murs de Paris. Si on se met à genoux à Paris, on fera quoi à Pékin? C'est l'hypocrisie totale. On est la patrie des Droits de l'homme, sauf quand on peut vendre nos centrales nucléaires, nos TGV et nos Airbus. Voilà ce que dit le gouvernement. Voilà ce que dit Bertrand Delanoë. Si c'est pour aller aux Jeux sous l'effigie de Mao et du Parti communiste chinois, je ne vois pas pourquoi le camarade Sarkozy fustige mai 1968.

Que pensez-vous de l'initiative des athlètes français qui ont créé un badge avec les anneaux olympiques et le message "Pour un monde meilleur"?

C'est un premier signe. On part "pour un monde meilleur". On pourra arriver à Pékin "pour le respect des Droits de l'Homme et des libertés". Le rêve serait que tous les athlètes portent des T-shirts avec la photo des dissidents durant les Jeux. On a des athlètes très courageux. Je veux que Yohann Diniz ou Romain Mesnil gagne une médaille d'or. Je suis sûr qu'ils feront quelque chose.

"Camarade Sarkozy"

Le Comité international olympique ne donnerait jamais son accord pour un message plus engagé. Le CIO est scandaleux. En 1936, il n'avait déjà pas voulu qu'on fasse quoi que ce soit contre Hitler. On se met à genoux devant les Chinois. Devant les Russes aussi. On a donné les Jeux d'hiver à Sotchi. C'est un scandale écologique. On va détruire un parc naturel pour les Jeux alors que la charte olympique défend l'idée du développement durable.

Face à la puissance économique de la Chine, les manifestations symboliques peuvent paraître dérisoires.

Il vaut mieux être dérisoire que ridicule et hypocrite. Il y a des choses dérisoires qui pèsent dans l'Histoire. Quand Alexandre Soljenitsyne écrit L'Archipel du Goulag, c'est dérisoire. Ce n'est qu'un livre. Cela n'empêchera pas les camps soviétiques. Mais c'est quand même important. Le poing des athlètes noirs dans le ciel de Mexico, c'est dérisoire. Quarante-cinq ans après, qu'un Noir américain puisse devenir président, c'est extraordinaire. Il y aura l'équivalent de ces poings levés dans le ciel de Pékin, j'en suis sûr.

Vous pensez que la communauté internationale peut amener la Chine à revoir sa politique de répression?

Non. mais il faut lui dire qu'on n'est pas d'accord. Cela me rappelle la fameuse phrase de Rosa Luxembourg: "L'ordre règne à Berlin." Les Chinois, c'est l'ordre règne à Pékin. Et tout le monde dit bravo. Ils sont les grands vainqueurs. Partout. On massacre au Darfour? Ce n'est rien. Du moment qu'on peut faire des affaires avec eux. Les gouvernements sont tous scandaleux.

La France, qui prendra la présidence de l'Union Européenne en juillet, aura de lourdes responsabilités...

Le camarade Sarkozy devra choisir entre la démocratie et les Chinois. Et vous allez voir la pression qu'on va lui mettre au Parlement européen! On va s'amuser. Les représentants politiques doivent boycotter la cérémonie d'ouverture des Jeux. C'est le minimum. A moins que, dans la délégation de l'Union européenne, on intègre le dalaï-lama. Ce serait drôle.

-------

Sarkozy à l'ouverture des JO : "un scandale", selon Cohn-Bendit 09.07.08 | 11h35 Monde.fr

Le coprésident du groupe des Verts au Parlement européen, Daniel Cohn-Bendit, a jugé mercredi "scandaleuse" la décision du président français Nicolas Sarkozy de se rendre à la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Pékin le 8 août.

"C'est un scandale de ne pas boycotter l'ouverture des Jeux", a déclaré Daniel Cohn-Bendit lors d'un point presse au Parlement européen à Strasbourg, où le président Sarkozy, qui exerce la présidence tournante de l'UE, interviendra jeudi en plénière.

"Aller à l'ouverture des Jeux comme le font Bush et Sarkozy, c'est faire allégeance au Parti communiste chinois", a ajouté le leader des Verts, car "l'ouverture sera une mise en scène du parti communiste chinois et de toute l'histoire du parti".

Il a jugé la décision du président français d'autant plus déplorable qu'il "n'y a rien de nouveau au Tibet", "les Chinois ont au contraire mis en demeure les Tibétains, en leur disant, +s'il se passe quelque chose pendant les Jeux, il n'y aura plus de négociations+".

M. Cohn-Bendit a accusé le président français d'avoir pris sa décision pour sauvegarder les intérêts économiques de son pays.

"La France veut vendre des centrales nucléaires et il y a un pays qui veut en acheter, c'est la Chine. Si vous voulez vendre des centrales nucléaires, vous ne pouvez pas boycotter la cérémonie d'ouverture", a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy a confirmé mercredi sa participation attendue à la cérémonie d'ouverture, après une rencontre avec son homologue chinois Hu Jintao au matin de la journée de clôture du sommet du G8 à Toyako.

Daniel Cohn-Bendit a cependant reconnu que les Verts étaient minoritaires face à l'accord passé entre les deux grands groupes politiques du Parlement, conservateurs et socialistes, sur une position beaucoup plus conciliante envers Pékin.

Dans un projet de résolution qui sera soumis au vote des eurodéputés jeudi matin, juste avant l'intervention de M. Sarkozy, les deux grands partis, soutenus par les communistes, se gardent d'appeler au boycott de la cérémonie.

Ils demandent simplement à la Chine de "respecter les engagements publics qu'elle a pris en ce qui concerne les droits de l'homme et des minorités, la démocratie et l'Etat de droit" lorsqu'elle a obtenu l'organisation des Jeux.

Ils l'invitent aussi "à saisir cette occasion historique de montrer au monde que le fait d'avoir autorisé l'organisation des Jeux olympiques à Pékin a fourni une chance unique de renforcer le respect des droits de l'homme dans ce pays, en accordant la grâce à tous les prisonniers politiques et défenseurs des droits de l'homme qui se trouvent en prison, y compris ceux emprisonnés au Tibet à la suite de l'émeute de mars 2008".

--------

Cohn-Bendit: «Je suis prêt à être candidat en France»
Propos recueillis par Rosalie Lucas | 10.08.2008, 07h00 Le Parisien

Nicolas Sarkozy, lors de sa courte visite en Chine, a remis une liste de noms de dissidents chinois au président Hu Jintao. Selon vous, cela ne suffit pas ?

Daniel Cohn-Bendit. Nicolas Sarkozy avait dit qu’il le ferait et il l’a fait. Mais cela ne change rien à la nature symbolique de son voyage à Pékin.
Je le répète : il aurait fallu boycotter la cérémonie d’ouverture qui a été une mise en scène du pouvoir communiste chinois.

La seule chose que retient la Chine, c’est que Poutine, Bush, Sarkozy, quels que soient leurs propos avant ou après, tous étaient là. Que voulez-vous de mieux pour les autorités chinoises ? Tout le monde courbe l’échine devant le pouvoir du Parti communiste chinois, qui est reconnu comme étant un pion décisif sur l’échiquier mondial. Pour lui, c’est un sans-faute.

Le chef de l’Etat, avant son départ, vous a dit qu’il avait « une stratégie ». Vous n’y croyez pas ?

Nicolas Sarkozy a la stratégie du petit prince charmant avec une baguette magique. Si sa remise d’une liste de dissidents chinois au président Hu Jintao sert à quelque chose, si tout ce qui se passe autour des JO aussi, je serai le premier à dire bravo. Mais je n’y crois pas. Sarkozy m’a effectivement dit : « J’ai une stratégie. » J’attends. Il doit me recontacter à son retour. Ce que je demande aux représentants officiels, français et européens, c’est, une fois à Pékin, de rendre visite aux dissidents. Qu’ils fassent un geste fort en allant rencontrer la femme de Hu Jia (NDLR : dissident condamné en avril à trois ans et demi de prison pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat »), qui n’a pas le droit de quitter son appartement, avec son enfant*.

« Je n’ai pas regardé la cérémonie d’ouverture, je suis allé au cinéma »

Patrick Devedjian vous a reproché de faire un parallèle, qu’il qualifie « d’énormité », entre les JO de Pékin et ceux de Berlin en 1936…

Je suis prêt à débattre avec lui sur la nature du totalitarisme chinois en 2008. Pour savoir si c’est totalement énorme de le comparer au totalitarisme de l’Allemagne de 1936, sur le parti unique, l’interdiction des syndicats, l’internement des opposants politiques.

Encore une fois, j’insiste sur cette année 1936. A ce moment-là, l’Allemagne n’est pas encore celle des années suivantes. La nuit de Cristal, c’est en 1938. Je connais mon histoire et suis persuadé que mon analyse de la nature des totalitarismes est juste.

Nicolas Sarkozy ne rencontrera pas le dalaï-lama, mais son épouse assistera à l’une de ses cérémonies religieuses. Quelle est la portée de ce geste ?

Si elle a envie d’assister à une cérémonie du dalaï-lama, c’est son droit. Mais effectivement, cela fait encore une fois partie de la stratégie de Nicolas Sarkozy. Il recevra le dalaï-lama, mais après les Jeux olympiques.

Malgré ce contexte politique, vous regarderez des épreuves sportives ?

Je n’ai pas regardé la cérémonie d’ouverture, je suis allé au cinéma. En revanche, je regarderai les épreuves. Même si tout le monde sait hélas que la Chine, qui veut à tout prix être la première nation des Jeux, utilise de manière systématique le dopage. Comme l’Union soviétique ou l’Allemagne de l’Est naguère. On va s’émerveiller devant leurs médailles d’or, tout en sachant qu’en plus du dopage ils instrumentalisent des enfants, en gymnastique, en plongeon…

« Comme il n’y a pas de porte, les gens rentrent par la fenêtre »

On a compris que l’attitude de Nicolas Sarkozy, en tant que président de l’Union européenne, vis-à-vis de la Chine ne vous satisfait pas. Qu’attendez-vous de cette présidence française ?

J’attends qu’elle boucle le paquet énergétique. Ce sont des mesures nécessaires pour combattre la dégradation climatique : il s’agit d’économiser l’énergie, de développer des énergies renouvelables et de tenir tête au lobby de l’automobile pour que cette industrie réduise la production de CO2 de moitié.

La France fait du dossier de l’immigration une des priorités. Comment jugez-vous le pacte défendu par le ministre Brice Hortefeux ?

C’est un pacte de l’immigration des ministres de l’Intérieur, ce n’est pas un pacte qui essaie de trouver une solution pour ouvrir les portes à une immigration légale. On a fait une erreur fondamentale en laissant la maison européenne se construire sans portes, qui s’ouvrent et qui se ferment. Comme il n’y a pas de porte, les gens rentrent par la fenêtre. On peut renforcer les fenêtres, tant qu’il n’y a pas de porte, cela ne sert à rien. Sur le même plan, la politique de l’immigration du gouvernement français me paraît injuste et fausse.

Qu’avez-vous pensé de la décision de Brice Hortefeux d’interdire une manifestation devant un centre de rétention administrative après qu’un membre d’une association a appelé « à les brûler » ?

La situation dans ces centres est catastrophique et inhumaine. Mettre le feu, c’est complètement idiot. Interdire des manifestations également.

On a appris cette semaine qu’il y avait eu un nouvel incident en juillet à la centrale nucléaire du Tricastin…

Il faut qu’en France on accepte l’idée que la technologie nucléaire est une technologie du passé, qu’on maîtrise plus ou moins, souvent moins que plus d’ailleurs. Et le Tricastin n’est qu’un exemple. Il est temps de trouver une technologie, par exemple l’hydrogène lié à l’énergie renouvelable, pour sortir du nucléaire.

Vous avez proposé aux Verts français de participer à une liste aux européennes de 2009 avec des représentants d’ONG environnementales et de la société civile…

Il ne faut plus se regarder le nombril et se regrouper pour créer une vraie force de l’écologie politique. Il s’agit de proposer une nouvelle offre politique, dans laquelle les Verts ont un rôle à jouer, qui répond à trois urgences : l’écologie, la solidarité avec les plus pauvres et la démocratie.

José Bové a l’air prêt à participer à ce projet. Vous regrettez que Nicolas Hulot, lui, ne franchisse pas le pas ?

Chaque personne a son rythme. Pour l’instant, des proches de Nicolas Hulot participent à notre opération que j’appelle Europe écologie. Lui verra en temps voulu quel peut être son rôle. Il sait qu’il est le bienvenu et qu’on a besoin de lui.

Vous pourriez vous-même être candidat en France ?

Je suis très prudent. J’irai m’expliquer à l’université d’été des Verts (NDLR : du 21 au 23 août, à Toulouse). Si les conditions politiques sont réunies, je serai prêt à être candidat en France. En Ile-de-France, vraisemblablement.
* L’épouse de Hu Jia a disparu jeudi à la veille de l’ouverture des Jeux olympiques de Pékin, a-t-on appris hier par l’organisation Défenseurs chinois des droits de l’homme, qui craint qu’elle ait été arrêtée pour éviter tout contact avec la presse étrangère pendant les JO.

-------

Terrorisme Un ex-proche de Carlos naturalisé? Lexpress.fr Par Eric Mandonnet et Eric Pelletier, mis à jour le 02/09/2008 à 17:45 - publié le 02/09/2008

Fils RSS Widgets Hans-Joachim Klein, qui participa avec Carlos en 1975 à la prise d'otage des ministres de l'Opep, devrait obtenir la nationalité française. Grâce à l'appui de Daniel Cohn-Bendit.

Le gouvernement devrait donner son accord à la naturalisation de Hans-Joachim Klein, un ancien sympathisant de la bande à Baader, qui fut aussi un proche du terroriste Carlos dans les années 1970.

Son ami, le député européen Daniel Cohn-Bendit, a plaidé sa cause dans une lettre adressée à Nicolas Sarkozy. C'est Brice Hortefeux qui lui a répondu. Le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, d'abord réticent, a fini par entendre les arguments de Cohn-Bendit, relayés par le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.

Klein, aujourd'hui âgé de 60 ans et père de deux enfants français, a notamment participé à une prise d'otages, pendant une réunion de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), qui fit trois morts le 21 décembre 1975 à Vienne, en Autriche.

Deux ans plus tard, dans une lettre au journal Der Spiegel, il annonce rompre avec la violence politique et gagne la confiance d'intellectuels de gauche, qui l'aident dans sa cavale en France. Il est arrêté en 1998, à Sainte-Honorine-la-Guillaume (Orne), le village où il réside.

Jugé en Allemagne, il est condamné à neuf ans de prison, puis gracié en 2003. L'ex-activiste est ensuite revenu vivre en Normandie.?Il apparaît dans L'Avocat de la terreur, le film, réalisé en 2007 par Barbet Schroeder, qui retrace le parcours de Jacques Vergès, l'avocat de Carlos.

--------

L'attribution du prix Sakharov à Hu Jia irrite Pékin LE MONDE | 24.10.08 | 15h36 • Mis à jour le 24.10.08 | 15h36 PÉKIN CORRESPONDANT Bruno Philip

A la veille du septième sommet de l'ASEM (Asia-Europe meeting), qui se tient à Pékin les vendredi 24 et samedi 25 octobre, le Parlement européen a décerné son prix Sakharov pour les droits de l'homme au plus célèbre dissident chinois emprisonné, Hu Jia.

Ces derniers jours, alors que des rumeurs insistantes circulaient à propos de l'attribution de ce prix prestigieux au jeune homme de 35 ans - qui comptait parmi les possibles récipiendaires du prix Nobel de la paix -, la diplomatie chinoise faisait le forcing pour dissuader les parlementaires européens de prendre une telle décision.

Dans une lettre adressée au président du Parlement de Strasbourg, Hans-Gert Poettering, l'ambassadeur chinois auprès de l'Union européenne, Song Zhe, avait ainsi prévenu que si ce prix devait être attribué à Hu Jia, "cela blesserait les sentiments du peuple chinois et aurait de sérieuses conséquences pour les relations Chine-Union européenne".

Ignorant les pressions de la diplomatie pékinoise, les parlementaires européens ont voté en faveur de ce militant des droits de l'homme qui a été arrêté fin 2007 avant d'être condamné à trois ans et demi de prison pour "subversion". M. Poettering lui-même a tenu à souligner, jeudi, sous les applaudissements de ses collègues, qu'"en décernant le prix Sakharov à Hu Jia, le Parlement européen envoie un signal clair de soutien à tous ceux qui défendent les droits de l'homme en Chine".

Pékin a réagi avec aigreur à la nouvelle, comme l'on pouvait s'y attendre au vu des efforts de lobbying - par e-mail, par courrier et par téléphone - déployés ces derniers jours par ses représentants en Europe.

"UNE GRAVE INTERFÉRENCE"

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, Liu Jianchao, a déclaré que la récompense donnée "à un criminel emprisonné en Chine" représentait une "grave interférence dans les affaires chinoises". Il a cependant pris la précaution d'ajouter, en réponse aux questions des journalistes lors d'une réunion consacrée à la tenue de l'ASEM à Pékin, que le prix donné à Hu Jia "ne devrait pas avoir de conséquences sur le sommet".

Il est vrai que ce 7e sommet réunissant 45 pays asiatiques et européens, qui s'est tenu la première fois en 1996, a vu son agenda initial bouleversé pour cause de crise financière mondiale. Créé à l'origine pour favoriser une meilleure coopération entre les pays des deux continents, ce sommet ne pouvait pas, cette année, limiter son agenda au développement durable et au changement climatique...

Le ministre chinois des affaires étrangères, Yang Jiechi, a prévenu que "la crise financière globale (serait) la première des priorités durant l'ASEM". "Il est très important que nous dégagions un consensus pour surmonter les difficultés", a-t-il espéré.

Le vice-président chinois Xi Jinping, dauphin pressenti de Hu Jintao, actuel chef de l'Etat et patron du Parti communiste chinois (PCC), avait de son côté souligné, mercredi 22 octobre, devant 800 hommes d'affaires asiatiques et européens réunis à Pékin en préparation de l'ASEM, qu'il était crucial de "trouver les moyens d'instaurer un dialogue et une coopération plus solides (...) et de promouvoir les réformes des institutions financières internationales afin de diminuer les risques financiers". "Il est crucial, avait ajouté le vice-président, d'établir un mécanisme d'alerte financière et de trouver un équilibre entre les produits financiers innovants et l'établissement d'une supervision des institutions financières."

Toutes ces questions, Nicolas Sarkozy ne manquera pas de les aborder devant ses interlocuteurs chinois en tant que président du Conseil européen, lui qui s'est interrogé récemment sur les façons dont les grands pays émergents d'Asie, l'Inde et la Chine, voient l'établissement d'une monnaie internationale, la réforme du Fonds monétaire internationale (FMI), l'utilisation des paradis fiscaux et la constitution des fonds souverains.

A Pékin, des analystes économiques remarquent que la Chine, dont le système financier reste pour l'instant encore assez encadré et relativement peu internationalisé, devrait se sentir plus en phase avec les positions européennes en faveur d'une stricte réglementation des marchés financiers.

--------------------------------------------------------------------------------

Les Etats-Unis saluent la décision du Parlement européen Article paru dans l'édition du 25.10.08

Les Etats-Unis ont salué, jeudi 23 octobre, l'attribution du prix Sakharov au militant chinois des droits de l'homme Hu Jia, actuellement emprisonné, qui montre "l'énorme estime que la communauté internationale porte" à son travail, et ont appelé à sa libération, tout comme le ministre allemand des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, et la secrétaire d'Etat française aux droits de l'homme, Rama Yade.

Dans un communiqué séparé, le département d'Etat américain a par ailleurs appelé le gouvernement chinois à libérer un pasteur protestant de Pékin, Zhang Mingxuan, qui a été arrêté à de nombreuses reprises par les autorités chinoises.

La femme de Hu Jia, Zeng Jinyan, a exprimé de son côté sa joie après l'attribution à son mari du prix Sakharov, estimant qu'il s'agit d'une "reconnaissance". Zeng, 25 ans, actuellement sous étroite surveillance dans son appartement de Pékin où elle vit avec sa fille de 11 mois, espère que cette récompense améliore le sort de Hu Jia. - (AFP.)

--------

23 oct. 11h12 AFP Le Prix Sakharov 2008 décerné au dissident chinois Hu Jia

Selon le groupe des Verts du Parlement européen, la Chine a exercé des pressions pour éviter que le Prix Sakharov 2008 ne lui soit décerné

Le Prix Sakharov 2008 du Parlement européen pour la liberté de pensée a été décerné au dissident chinois Hu Jia, en dépit des pressions exercées par Pékin sur les eurodéputés, a annoncé jeudi le groupe des Verts.

« Le groupe se félicite que Hu Jia ait reçu le prix », ont indiqué les deux co-présidents de ce groupe politique, Daniel Cohn-Bendit et Monica Frassoni dans un communiqué.

« Accorder le Sakharov à Hu Jia reflète l'esprit même de ce prix, qui soutient la liberté de pensée et honore les défenseurs des droits de l'homme qui luttent contre la répression ».

Des représentants du gouvernement chinois ont exercé de nombreuses pressions sur les eurodéputés pour éviter que le Prix Sakharov 2008 ne soit décerné au dissident, avaient indiqué auparavant plusieurs hauts responsables du Parlement.

Outre Hu Jia, l'opposant bélarusse Alexandre Kozouline et l'abbé congolais Abbot Apollinaire Malu Malu étaient en lice pour le prix Sakharov 2008.

Ce prix, décerné par le Parlement européen, récompense depuis 20 ans des personnalités ayant marqué de leur empreinte le combat en faveur des droits de l'Homme. (AFP)

------------

Europe Giscard - Cohn-Bendit, même combat
Béatrice Houchard leparisien.fr 10.12.2008, 07h00

ILS SONT D’ACCORD sur tout… sauf sur les éoliennes.

Valéry Giscard d’Estaing est farouchement contre ; Daniel Cohn-Bendit, en bon écolo, est à fond pour. Ce n’était pas le débat, mais les deux hommes n’ont pas résisté, hier matin, face à plusieurs centaines d’étudiants réunis dans un amphi de Paris-Dauphine, à une réjouissante passe d’armes sur le sujet.

L’ancien président de la République, 82 ans, et l’ex-révolutionnaire devenu eurodéputé, 63 ans, ont débattu deux heures durant sur le thème : « Sous les pavés, l’Europe ». Petit clin d’oeil au slogan de Mai 68 (« Sous les pavés, la plage »), année de naissance de l’université de Paris-Dauphine.

Les étudiants étaient venus pour voir « en vrai » des hommes qui figurent déjà dans les livres d’histoire. Ils croyaient entendre deux retraités de la politique. Ils ont découvert deux passionnés de l’Europe, qui ont dispensé leurs constats et leurs recettes, saupoudrant le débat de touches d’humour qui leur ont permis de mettre la salle dans leur poche : « C’est quand même lui qui a levé mon interdiction de séjour ! » (en 1978), a lancé Dany en échangeant avec VGE un regard complice, et les deux hommes se sont serré la main sous les applaudissements…

«18/20 » à la BCE

Pour l’essentiel, ils sont donc d’accord sur tout. Sur la crise que traverse l’Union européenne : « Un piétinement, au minimum », selon VGE. Sur le manque de réponses apportées : « Beaucoup de parlotte, pas de pensée », dit Cohn-Bendit. « Un brouhaha d’idées et de formules », renchérit Giscard, sans jamais citer Nicolas Sarkozy.
D’accord pour dire que ni les dirigeants ni les peuples n’ont compris que seule l’Europe peut répondre à la crise : « Et après, on ira crier : Papa, maman ! » lance Dany.

D’accord pour juger que « le traité de Lisbonne est incompréhensible », tout en espérant qu’il sera appliqué pour mettre un vrai président à la tête de l’Union. Qui ? Cohn-Bendit plaide pour son ami Joschka Fischer, ancien ministre allemand des Affaires étrangères.
Giscard n’a pas de favori. Il en a rêvé, mais il sait que son heure est passée. Alors, il distribue les bons et les mauvais points : « 18/20 » à la Banque centrale européenne et aux gouvernements dans la gestion de la crise financière ; un bon point à la présidence française dans la crise géorgienne. Un zéro pointé pour la Commission européenne dont il feuillette les textes en soupirant : « Je me demande qui a écrit ça… »
Chacun a convaincu l’autre d’une proposition forte : des listes transnationales aux élections européennes pour Cohn-Bendit ; un grand congrès des peuples d’Europe pour Giscard.
Puis Dany a quitté Giscard pour un déjeuner avec Nicolas Sarkozy, à l’Elysée. Ça ne s’invente pas.

------

16 déc. 17h01 liberation.fr Vifs échanges entre Cohn-Bendit et Sarkozy au Parlement européen

L’écologiste a reproché au Président d’avoir été une «girouette» à la tête de l’Union européenne. Sarkozy lui renvoie le fossé entre le Cohn-Bendit des dîners à l’Elysée et la «caricature» qu’il donne de lui en public.

Le leader des Verts au Parlement européen Daniel Cohn-Bendit a dénoncé avec véhémence aujourd’hui la «girouette» Nicolas Sarkozy à la tête de l’UE, lequel s’est étonné en retour de découvrir un Cohn-Bendit différent de celui des déjeuners à l’Elysée.

«La présidence française, c’est une girouette qui dit à un moment une chose qui est vraie, et a un moment dit une chose qui est fausse», a attaqué l’ancien leader de Mai 68. Sur le plan européen de protection du climat comme sur le plan de relance économique, la présidence française a «calé» contre le «nationalisme économique allemand» qui aurait empêché à l’Europe d’être plus ambitieuse, a accusé Daniel Cohn-Bendit.

«Sur le paquet climatique, nous étions forts, mais on est passé du trois fois 20 à la légitimité de l’économie 4x4», a-t-il notamment critiqué, en référence au triple objectif de l’UE sur le climat (-20% de CO2, 20% d’énergies renouvelables et 20% d’économies d’énergie).

«Vous réduisez le Parlement européen à un viagra pour gouvernements»

«Vous réduisez le Parlement européen à un Viagra pour gouvernements. Ce n’est pas notre rôle d’être utilisés pour que les autres fassent ce qu’ils ne veulent pas faire», a encore souligné Daniel Cohn-Bendit.

Il s’exprimait après des propos tenus un peu plus tôt par le chef de l’Etat qui avait reconnu avoir «utilisé» la pression exercée par les eurodéputés dans les négociations sur le climat pour convaincre les 27 Etats membres de l’UE d’y souscrire.

Enfin, alors que Nicolas Sarkozy n’a rencontré récemment le dalaï lama qu’en «catimini» après l’avoir une première fois évité lors de sa venue en France, «vous n’avez pas humilié les Chinois, c’est les Chinois qui vous ont humilié», critiqué Daniel Cohn-Bendit.

Face aux Chinois «qui quotidiennement mettent en taule, torturent, l’UE ne dit rien comme l’UE n’a rien dit quand (le président russe Vladimir) Poutine vient d’arrêter des tas de manifestants qui demandaient l’égalité sociale», a souligné Cohn-Bendit.

«On a l’impression que vous devenez comme fou»

En retour, le président français a tourné en ridicule le fossé qui existe selon lui entre le leader écologiste lors des dîners et déjeuners en privé et la «caricature» qu’il donne de lui en public.

«Vous êtes une personne courtoise, tolérante, sympathique lorsqu’on vous invite à dîner, lorsqu’on vous invite à déjeuner, mais dès qu’il y a une caméra de télévision sous votre nez, on a l’impression que vous devenez comme fou», a-t-il souligné.

«Je vous connais depuis longtemps, on se téléphone souvent, vous êtes venus trois fois à l’Elysée», a-t-il rappelé, soulignant qu’il n’avait «pas refusé» l’escorte de motards la dernière fois, «ce qui montre une certaine capacité à se mettre dans l’ordre républicain».

Auparavant, le président du groupe socialiste Martin Schulz avait déjà tourné en ridicule le fait que la présidence française ait «changé» l’ancien leader de Mai 68, escorté par des policiers lors d’un déjeuner à l’Elysée. «Regarde comme les temps changent: en 68 c’était la police qui courait derrière toi, maintenant c’est toi qui cours derrière la police», a lancé Martin Schulz à l’intention de Daniel Cohn-Bendit. (Source AFP)

-------

Cohn-Bendit: "il y en a assez maintenant de ce pape" AFP 18 mars 2009, 13h08

"Il y en a assez maintenant de ce pape", a déclaré mercredi Daniel Cohn-Bendit, estimant que les derniers propos controversés de Benoît XVI sur l'usage du préservatif relevaient "presque du meurtre prémédité".

"Il y en a assez maintenant de ce pape. Il y a Williamson, il y a eu l'excommunication de la petite Brésilienne qui avait été acceptée par le Vatican et maintenant il a l'histoire des préservatifs et du sida", a déclaré le chef de file du rassemblement Europe-Ecologie aux européennes à l'émission Questions d'Info LCP-France Info-AFP.

Outre les propos du pape qui a estimé à l'orée d'une tournée en Afrique que l'on ne pouvait "pas régler le problème du sida (...) avec la distribution de préservatifs" et que, "au contraire, (leur) utilisation aggrave le problème", l'eurodéputé écologiste faisait référence aux polémiques sur la levée de l'excommunication d'un évêque intégriste ayant tenu des propos négationnistes et l'excommunication d'une mère ayant fait avorter sa fillette violée au Brésil.

Relevant que "tout le monde sait l'immensité du problème du sida en Afrique", M. Cohn-Bendit a estimé que les propos du pape constituaient "presque un meurtre prémédité".

"Est-ce que les papes savent ce que c'est, un préservatif? Est-ce que les papes savent pourquoi on utilise des préservatifs? Non, puisqu'ils ont dit la sexualité, ça nous intéresse pas", a-t-il conclu appelant "toutes les bonnes âmes qui ont fait l'éloge du pape quand il était en France à dire maintenant que trop c'est trop".

--------

« Les séquestrations, ce n’est pas la mise à mort »
L’ancien leader de Mai 68, Daniel Cohn-Bendit, et la juge Eva Joly conduisent la liste Europe Ecologie en Ile-de-France pour les élections européennes du 7 juin.
Le Parisien Propos recueillis par Eric Hacquemand et Rosalie Lucas | 28.04.2009, 07h00

Alors que l’UMP lance aujourd’hui sa campagne des européennes, Europe Ecologie multiplie les réunions depuis plusieurs semaines. Dans ce rassemblement allant des Verts à José Bové, Daniel Cohn-Bendit, tête de liste en Ile-de-France, a choisi une colistière « novice » en politique : l’ancienne magistrate franco-norvégienne Eva Joly.

Créditée dans les derniers sondages d’un score se situant entre 7 % et 10 %, la liste Europe Ecologie devra dépasser 12 % en Ile-de-France pour que l’ancienne juge de l’affaire Elf (numéro deux sur la liste) soit élue. Cohn-Bendit espère « mordre sur l’électorat du PS, du MoDem et d’une partie de l’extrême gauche » et appelle à « un vote utile pour l’Europe ».

Craignez-vous, comme l’indiquent les sondages, un fort taux d’abstention au scrutin européen ?

Eva Joly. Je ne perçois pas du tout de dédain pour ce scrutin, mais au contraire un grand intérêt des Français et un espoir pour ce que l’Europe peut faire pour eux.

Daniel Cohn-Bendit. Je ne sais pas ce que l’UMP et le PS font, mais pour l’instant on ne les voit pas. Ni l’un ni l’autre ne disent voilà ce que la crise a changé, voilà comment nous voyons le rôle de l’Europe. Ils auraient pu faire la même campagne il y a cinq ans, il y a dix ans…

L’un de vos thèmes est la lutte contre les paradis fiscaux. Le sommet du G 20 ne vous a pas convaincue ?

E.J. Non, des listes noires de paradis fiscaux, il y en a déjà eu et cela ne les a pas empêchés de se développer, notamment en Europe. A Jersey, par exemple. La seule mesure efficace serait un échange de renseignements automatique…

D.C.-B. …de sorte qu’une personne qui dépose de l’argent doive le déclarer et Jersey, par exemple, soit aussi obligé de le déclarer. Il faut une obligation de transparence avec cette double déclaration. Nous défendrons cette proposition au Parlement européen et on verra qui nous suit. Nous demanderons aussi une commission d’enquête que pourra présider Eva Joly sur les paradis fiscaux, le blanchiment de l’argent sale.

En France, le climat social se durcit. Comprenez-vous les séquestrations ?

D.C.-B. Les séquestrations, ce n’est pas la mise à mort… Quand un manageur quitte une entreprise, même après une mauvaise gestion, il touche plusieurs millions. Quand une usine ferme, les salariés ne reçoivent quasiment rien. Symboliquement, c’est dévastateur. Le dialogue social n’existe pas dans ce pays. Ou alors dans la crise, quand il est trop tard. La France, c’est le pays de l’arrogance PP : présidentielle et patronale.

Vous avancez l’idée d’un salaire maximum…

E.J. Nous proposons qu’un patron ne gagne pas plus de quarante fois le salaire minimum (NDLR : 1 321 € brut en France) . Et s’il dépasse ce plafond fixé, le prélèvement fiscal devra augmenter fortement. Il faut ramener un peu de rationalité.

Certains Verts ont rejoint le MoDem. Qu’est-ce qui vous différencie de François Bayrou ?

D.C.-B. Nous, on fait campagne sur l’Europe. Bayrou, lui, sort un livre sur Nicolas Sarkozy à cinq semaines du scrutin : pour lui, la présidentielle 2012 est une obsession. Comme le PS, Bayrou détourne le scrutin européen vers un vote sanction contre Sarkozy. Nous préférons nous différencier en parlant plutôt de vote utile pour l’Europe.

Pourtant, Eva Joly, vous avez failli rejoindre le MoDem…

E.V. Je n’ai rien fait d’autre qu’un discours lors de leur dernier congrès. A l’époque, Europe Ecologie n’existait pas. Or, la lutte contre les paradis fiscaux, c’est la clé de tout : ils servent à blanchir les fonds issus de la pêche illicite, de la déforestation, du pillage de l’Afrique… Europe Ecologie est donc ma famille. Et je suis ravie d’avoir Dany comme mentor : malgré mes 65 ans, je suis totalement inexpérimentée en politique.

-------

LE 09/04/2009 04:38 - MODIFIÉ LE 09/04/2009 À 15:40 | LADEPECHE.FR Européennes : "Europe Écologie" dévoile son programme Hier soir à Toulouse.

José Bové, Eva Joly et Dany Cohn-Bendit hier à Toulouse.

Le rassemblement Europe-Ecologie de Daniel Cohn-Bendit, premier parti en campagne dès l'automne, a dévoilé son projet lors de son premier grand meeting, prônant la "relance verte" face à la crise, à tout juste deux mois des élections européennes.

"Notre programme, c'est un programme de transformation du capitalisme" avec les idées écologistes, a déclaré M. Cohn-Bendit, devant plus de 1.500 personnes réunies à Toulouse où l'altermondialiste José Bové, tête de liste dans le Sud-Ouest, a également demandé une "Europe sans OGM ni dans les champs, ni dans les assiettes".

« On peut changer, arriver à une autre société ». Daniel Cohn-Bendit, tête de liste pour l'Ile-de- France aux élections européennes, a lancé la campagne nationale d'Europe Écologie par ces mots de rupture, hier soir devant quelque 1 500 militants, à la Halle aux Grains, à Toulouse.

« Le modèle libéral qui a amené l'Europe et le monde dans le mur, on veut le changer », a complété José Bové, tête de liste Sud-Ouest. Le leader altermondialiste fait partie du grand rassemblement qui va au-delà des Verts pour ce scrutin du 7 juin 2009. « Pour la première fois depuis longtemps, toute la famille écologiste est rassemblée », a résumé Noël Mamère, le député-maire de Bègles qui animait la soirée.

Un rassemblement qui veut aller au-delà de ses divisions : « On a eu des positions différentes sur le traité européen », a rappelé José Bové, « nous ne regarderons plus dans le rétroviseur mais devant nous ». Un rassemblement qui va jusque dans la société civile, avec l'ex juge Eva Joly, n° 2 en Ile-de-France : « J'espère apporter au mouvement écologiste le dessous des cartes, comment ça marche dans la vraie vie ». Ph.E.

-------

DELINQUANCE Les réactions aux mesures annoncées par Sarkozy contre l'insécurité NOUVELOBS.COM | 28.05.2009 | 16:20

- Daniel Cohn-Bendit (Verts), chef de file d'Europe Ecologie pour les européennes en Ile-de-France : "Ces propositions n'ont ni queue, ni tête" et elles ont "mauvais goût".
Dans la campagne UMP, "il y deux chiffons rouges : la Turquie et la délinquance. Et on veut faire des voix avec ça, c'est le degré zéro de la politique".

Selon lui, "la seule solution contre la violence à l'école, c'est de donner plus d'enseignants, de réduire le nombre d'élèves dans les classes, de faire des écoles des lieux d'enseignement et de convivialité, d'auto-responsabilisation des jeunes". "Ca, c'est un plan de prévention, le reste, c'est mentir".
"Les jeunes vont se faire plaisir à se faire fouiller puisque ça va retarder l'entrée en classe".
"Je mets au défi Darcos : reprends ton tablier, fais directeur d'école, et contrôle tous les matins les cartables". "On verra "au bout de combien de temps il va dire : 'je me suis trompé, on retourne en arrière'". (Déclaration, jeudi 28 mai 2009)

-------

RMC / Info / Politique Daniel Cohn-Bendit juge Nicolas Sarkozy "très berlusconien"Le 24/05/2009 à 16h05 GMT

PARIS (Reuters) - Daniel Cohn-Bendit dénonce le style "très berlusconien" de Nicolas Sarkozy mais ne voit toujours pas qui pourra le battre en 2012 à la présidentielle française.

Invité dimanche sur radio J, le chef de file de la liste Europe Ecologie s'est défendu de toute bienveillance envers le chef de l'Etat, reprochant au président du MoDem François Bayrou, d'avoir lancé cette rumeur."Bayrou déraille", a-t-il dit.
"J'ai dit il y a un an, autour d'une table, que vu la situation de la gauche et vu la situation de François Bayrou, je ne vois pas qui peut battre Sarkozy. Entre un débat autour d'une table et le fait qu'aujourd'hui on me dise, 'il a dit cela', c'est complètement malade", a-t-il expliqué.

Pour Daniel Cohn-Bendit, "c'est l'histoire du traître."
"En 68, j'ai déjà été l'agent de la droite, c'est le Parti communiste qui disait cela, je faisais le jeu de de Gaulle. Visiblement je suis né pour être traître. J'ai été l'agent du parti de l'étranger, l'agent du Mossad".

Prié de dire s'il pensait toujours que Nicolas Sarkozy ne pouvait pas être battu, le député européen a confirmé : Pour l'instant (...) je ne vois pas qui peut battre Sarkozy et je trouve ça dramatique, c'est pas que je trouve ça bien."

Il a répété qu'il reconnaissait au chef de l'Etat une certaine énergie mais que son style "désintègre tout." "Il avance d'un pas et sa manière de faire le fait reculer de trois", a-t-il avancé.

Pour Daniel Cohn-Bendit, "Sarkozy est admiratif" du président du Conseil italien Silvio Berlusconi."Le style de Sarkozy c'est un style très berlusconien. Cette histoire, par exemple de mettre sur son facebook, sa rencontre avec 'Carla chouchou mama' tu vois moi j'ai fait ceci, j'ai vu le Premier irakien, ah c'est génial lui dit Carla'", se moque-t-il. "On est quand même au degré zéro de la politique." Gérard Bon

-------

Européennes Empoignade Cohn-Bendit - Bayrou sur France 2 Béatrice Houchard | 05.06.2009, 07h00 leparisien.fr

L’émission a commencé depuis vingt minutes sur France 2. Daniel Cohn-Bendit (Europe Ecologie) et François Bayrou (MoDem) sont face à face. Il y a de l’électricité dans l’air. Bayrou accuse (en le vouvoyant) Cohn-Bendit (qui le tutoie) de rouler pour Nicolas Sarkozy. Cohn-Bendit, très relax : « Je n’oserais jamais dire que tu roules pour autre chose que pour toi-même ! Reviens sur terre, François ! »

Bayrou rappelle que, dans un discours à Strasbourg, Sarkozy lui-même avait noté leur proximité, en citant notamment trois déjeuners de Cohn-Bendit à l’Elysée. Cohn-Bendit : « C’est ignoble de ta part de dire ça (…) Mon pote, tu ne seras jamais président de la République, car tu es trop minable. »

Bayrou, et là on sent qu’on va frôler l’incident : « Puisque vous parlez d’ignominie, je trouve ignoble, moi, d’avoir poussé et justifié des actes à l’égard des enfants que je ne peux pas accepter. »

« Il m’a cherché »

Sur le plateau, les autres invités (Xavier Bertrand, Martine Aubry, Olivier Besancenot, Philippe de Villiers, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon) sont sidérés. Bayrou fait allusion à une polémique suscitée en 2001 par des écrits de l’ex-leader de Mai 68 sur la sexualité des enfants, écrits datant de 1975. Cohn-Bendit ne répond pas. Après l’émission (enregistrée hier après-midi), il affirme qu’il s’attendait à ce que Bayrou, « qui a pété les plombs », ne recule devant rien. Une attaque préméditée ? A la sortie du studio, Bayrou répond simplement : « Il m’a cherché. »

Hier soir à Strasbourg, Bayrou a enfoncé le clou en appelant Cohn-Bendit à « assumer ses écrits » des années 1970 sur la sexualité des enfants. « Pour ma part, dit-il, je n’ai prononcé aucune injure. J’ai rappelé un livre dans lequel il raconte des pratiques qui sont pour moi insupportables », précisant qu’en découvrant récemment le texte il avait été « blessé ».

Xavier Bertrand, dès sa sortie du studio, avait exprimé son « écoeurement » en jugeant que, « décidément, Bayrou est prêt à tout ». Il l’a redit hier soir lors du grand meeting parisien de l’UMP. La secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, parle de « raclure de fond de bidet ».

« On voulait donner envie de voter, pas sûr qu’on ait réussi »

France 2 a donc hier soir fait son travail de chaîne de service public, en organisant un débat de deux heures et quarante minutes, souvent tendu et parfois, hélas, incompréhensible, sur les européennes. Arlette Chabot, en concluant, n’était elle-même pas convaincue : « On voulait donner envie de voter, pas sûr qu’on ait réussi », dit-elle… Chacun a joué son rôle et fait passer son message. Xavier Bertrand (UMP) salue le travail de Nicolas Sarkozy.

Martine Aubry (PS) souhaite que l’Europe sociale succède à l’Europe libérale. Marine Le Pen répète que l’Europe est « une arnaque ». Philippe de Villiers martèle que « le référendum pour ou contre la Turquie, c’est dimanche ». Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon sont d’accord pour un salaire minimum partout en Europe.

Quand il est question du vin rosé, Besancenot propose de servir à boire à tout le monde « pour détendre l’atmosphère ». Mélenchon lance « Allez au diable » à Chabot. Les « Vous mentez » fusent de toutes parts. Sur la Turquie, chacun exprime clairement sa position. Sur les autres sujets, c’est plus confus. Bayrou fustige à nouveau les sondages et accuse le service public de manquer à la neutralité. Marine Le Pen veut d’ailleurs savoir combien a coûté le sondage de France 2. Arlette Chabot promet qu’on le saura. Le Parisien

---------

Polanski: "un problème de justice" car "il y a eu viol", selon Cohn-Bendit (AFP) – 29 sept. 2009

PARIS — L'eurodéputé Vert Daniel Cohn-Bendit a estimé mardi que l'affaire Polanski était un "problème de justice" dans la mesure "où il y a eu viol sur une jeune fille de 13 ans", en critiquant le soutien du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand au réalisateur.

"C'est une des histoires les plus dures puisque c'est vrai qu'il y a eu viol sur une jeune fille de 13 ans qui elle-même dit : +j'ai pas porté plainte+ et à un moment elle dit +j'ai reçu beaucoup d'argent+", a déclaré M. Cohn-Bendit sur Europe 1.

"C'est un problème de justice et je trouve qu'un ministre de la Culture, même s'il s'appelle Mitterrand, devrait dire : j'attends de voir les dossiers", a ajouté l'ancien leader de mai 68 prenant le contre-pied des nombreux soutiens en France apportés au réalisateur, y compris au sein du gouvernement et de la majorité.

Frédéric Mitterrand avait jugé dimanche "absolument épouvantable" l'arrestation de Roman Polanski "pour une histoire ancienne qui n'a pas vraiment de sens".

M. Cohn-Bendit a été mis en cause, pendant la campagne des élections européennes, par le président du MoDem François Bayrou pour des écrits controversés sur la sexualité des enfants dans un ouvrage paru en 1975.

------------

Politique Affaire Mitterrand: Cohn-Bendit demande la démission de... Hamon AP | 08.10.2009 | 16:44

Daniel Cohn-Bendit a demandé jeudi la démission de Benoît Hamon, jugeant "minables" les propos du porte-parole du Parti socialiste, qui s'était dit "choqué" par le contenu du livre du ministre de la Culture, "La mauvaise vie", évoquant le tourisme sexuel en Thaïlande.

"Je trouve absolument minable l'attaque de Hamon contre Mitterrand.
D'ailleurs, je demande la démission de Hamon et qu'il se taise pendant deux mois", a grondé le député vert européen au micro d'i>télé.

"Autant je trouve qu'était discutable, je l'ai dit, la position de Mitterrand et de (Bernard) Kouchner sur (Roman) Polanski, autant je trouve son livre, publié il y a quatre ans, d'une douleur insoutenable", a-t-il ajouté.
"L'attaquer comme ça, je crois que c'est contraire aux valeurs de gauche, aux valeurs d'humanisme et de respect de quelqu'un qui a le courage de publiquement se remettre en question".

Daniel Cohn-Bendit avait critiqué les réactions de soutien de Frédéric Mitterrand du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner après l'arrestation de Roman Polanski en Suisse pour une affaire de relations sexuelles avec mineur datant de plus de trente ans aux Etats-Unis. AP

---------

19/02/2010 à 10:36 Le Point.fr ÉLECTIONS RÉGIONALES Cohn-Bendit : "le fréchisme, c'est du Mussolini" AFP

L'eurodéputé Vert Daniel Cohn-Bendit a estimé vendredi que "ce qui se passe dans les sections socialistes" en Languedoc-Roussillon est "à pleurer", jugeant que "le fréchisme, c'est du Mussolini".

Constituer un Front républicain contre le président sortant et candidat Georges Frêche (divers gauche) aux régionales en Languedoc-Roussillon ne voudrait "rien dire parce que la droite," dans cette région, "c'est la même chose que le fréchisme, c'est le système Blanc", a estimé le chef de file d'Europe Ecologie sur LCI, en allusion à l'ancien président du conseil régional Jacques Blanc (UMP) qui avait fait alliance avec le FN.

Il faut, dans cette région, "appeler et créer une nouvelle culture politique", a-t-il dit, affirmant que "ce qui se passe dans les sections socialistes du Languedoc, c'est à pleurer".

"Le fréchisme, c'est du Mussolini, a lancé Daniel Cohn-Bendit. C'est incroyable, vous allez voir, Georges Frêche va mettre des statues de Lénine et de Mao dans le Languedoc-Roussillon. Ce type a complètement dérapé."

La liste socialiste lancée contre Georges Frêche après ses propos sur la "tronche pas catholique" de Laurent Fabius , est créditée de seulement 6 % au premier tour dans un récent sondage. Elle est largement devancée par celle du président sortant de la région (31 %), soutenu par de nombreux socialistes localement, mais aussi par celle d'Europe Ecologie associée à Cap 21 conduite par Jean-Louis Roumégas (12 %).

--------

----------

"Stupidité et malveillance sont les mamelles du sarkozysme" (Cohn-Bendit) France Info Gilles Halais, avec agences - 15:48 La charge est violente.

En plein débat sur la politique sécuritaire du président Sarkozy, le leader écologiste accuse le chef de l’Etat de "prendre les Français pour des cons". Dans cet entretien au quotidien Le Monde, "Dany le rouge" n’est pas beaucoup plus tendre avec la gauche…

Dans un entretien au quotidien Le Monde date du 17 août, daniel Cohn-Bendit s'en prend violemment à la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy

Le dirigeant d’Europe Ecologie monte au créneau pour s’attaquer sévèrement aux dernières annonces de Nicolas Sarkozy en matière de lutte contre l’insécurité. Dans Le Monde daté de mardi, Daniel Cohn-Bendit déclare que "tout le monde sait que quelqu’un qui tue un policier est déjà condamné à la perpétuité. Croit-on vraiment que son problème, avant de passer à l’acte, sera de savoir s’il sera déchu ou pas de la nationalité française", demande-t-il.

D’ailleurs, s’il n’est que français, la perte de sa nationalité le transformerait en apatride à sa sortie de prison. "Comme il y a une convention internationale qui interdit de créer des apatrides, c’est irréalisable juridiquement", analyse le leader écologiste.

"Si je suis poli, je dis que Nicolas Sarkozy prend les Français pour des imbéciles. Le fond de ma pensée est qu’il les prend pour des cons", s’emporte Cohn-Bendit. Et Cohn-Bendit de s’en prendre à la politique sécuritaire du chef de l’Etat, politique "malveillante parce qu’elle produit en permanence de l’exclusion (…) C’est un populisme de l’exclusion pour rassembler la droite dure, la France profonde, sur le dos des minorités", affirme-t-il.

"Stupidité et malveillance sont les deux nouvelles mamelles du sarkozysme", résume le député européen.

Guère plus tendre avec la gauche qui se contente de se réfugier "dans sa posture de vierge outragée", Daniel Cohn-Bendit appelle l’opposition à ne pas fuir les débats qui s’imposent : "Oui, la question de l’échec de l’intégration doit être abordée", assure-t-il.

"Notre réponse devra être sociale, éducative et répressive", suggère le député européen, qui propose un "New Deal" pour les banlieues, un plan d’investissements sur 10 ou 15 ans.

-------

--------

Congrès EELV : Duflot surclasse Cohn-Bendit - Publié le 29/05/2011 à 20:30 lepoint.fr

Cécile Duflot est assurée d'être réélue secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts au prochain congrès de La Rochelle (3-5 juin), grâce à un vote très net dimanche des militants en sa faveur (50,6%), la plaçant loin devant Daniel Cohn-Bendit (26,3%). Cécile Duflot est assurée d'être réélue secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts au prochain congrès de La Rochelle (3-5 juin), grâce à un vote très net dimanche des militants en sa faveur (50,6%), la plaçant loin devant Daniel Cohn-Bendit (26,3%).

Sur les quelque 15.000 adhérents d'EELV appelés aux urnes (deux fois plus qu'il y a deux ans), environ 40% dont beaucoup par procuration, ont voté dans une vingtaine de villes pour départager les quatre motions concurrentes.

"60% des gens n'ont pas participé, c'est notre échec collectif", a réagi l'eurodéputé Yannick Jadot, signataire de la motion Cohn-Bendit, ne voyant "pas une bonne nouvelle" dans le fait qu'"une partie de ceux qui ont construit Europe Ecologie se retrouvent dans la minorité".

Alors que les partisans de "Dany" pestaient contre le refus du vote électronique et des assemblées générales à parfois 150 km de chez soi, les militants ont donc voté tout l'après-midi dans des files interminables, comme à Paris-La Villette.

"Quelqu'un de normal fuit en courant!", grognait le maire de Sevran, Stéphane Gatignon, dénonçant un "bordel organisé pour décourager les militants pas aguerris".

Au final, la motion "Maintenant! L'écologie!" de la secrétaire nationale sortante obtient 50,6%, laissant "Construire l'écologie pour toutes et tous!" du coprésident des Verts au Parlement européen à 26,3%. Suivent les motions Envie (18,7%) et Objectif Terre (4,4%%).

En Ile-de-France (plus du quart du total des militants), Mme Duflot obtient 50,2% là où le vote Cohn-Bendit était attendu. 53% en Rhône-Alpes, 47% en Pays de Loire. Consolation pour "Dany" : la première place en Alsace (38%) et un total de 100% des voix en Guyane.

"C'est une victoire pour l'écologie politique radicale et autonome", a estimé Jean-Vincent Placé, satisfait du "hat-trick" (coup du chapeau) de Mme Duflot qui sera donc élue pour la troisième fois d'affilée secrétaire nationale du parti à La Rochelle samedi prochain. "Du jamais vu", glisse ce proche, tout en essayant d'afficher "modestie, dignité et refus du triomphalisme".

Pour lui, il s'agit désormais de "tendre la main à Dany" : "Nous allons sûrement proposer la fusion à l'ensemble des listes pour une équipe forte autour de Cécile".

Cette option a les faveurs de M. Jadot. "La responsabilité de Cécile est d'avoir l'ensemble du mouvement rassemblé", a-t-il dit. Sur le fond, les motions semblent en effet d'accord sur l'essentiel, entre accord électoral et programmatique exigeant avec le PS, présentation d'un candidat écologiste à la présidentielle et structuration d'un mouvement coopératif.

En début d'après-midi, devant plus de 1.000 militants franciliens, la patronne des Verts depuis décembre 2006, très applaudie, avait défendu un "bilan porteur d'avenir pour l'écologie politique", appelant à ne pas céder aux "vieux démons" de la division. "Ni plébiscite, ni référendum", c'est un choix" pour "une stratégie, une cohérence et un rêve", a-t-elle dit.

Et d'en appeler à développer la "coopérative" pour les sympathisants non adhérents. Un thème cher à son concurrent Daniel Cohn-Bendit qui a voté par procuration. Lui et sa seconde de liste, Marie Bové, fille de José, entendaient "débureaucratiser" le mouvement qui n'est "pas à la hauteur de l'espoir" né des européennes de 2009, et plaidaient pour une "direction bi ou tricéphale".

Pour Yves Contassot (motion "Maintenant!"), "les moyens tellement énormes déployés (côté Cohn-Bendit) ont pu faire illusion" sur un vote serré. Mais en fait c'était "un coup de bluff", juge l'élu parisien

--------

La charge de Dany le Rouge contre Le Pen Avec Jean-Marie Le Pen et Gilbert Collard, le parti est renvoyé à ses démons. http://www.sudouest.fr/2011/09/16/la-charge-de-dany-le-rouge-contre-le-pen-500675-706.php Dominique de Laage, Rédaction parisienne.

Le coup de sang de Jean-Marie Le Pen provoqué par Daniel Cohn-Bendit mercredi au Parlement européen et la levée de boucliers consécutive aux propos de Me Gilbert Collard sur les enfants d'Izieu le week-end dernier, à Nice, démontrent que la candidate Marine Le Pen est loin d'en avoir fini avec son entreprise de « dédiabolisation » du Front national.

Le député européen d'Europe Écologie-Les Verts, au terme d'une vibrante défense du multiculturalisme à l'européenne, s'en est directement pris au président d'honneur du FN mercredi à Strasbourg.

Évoquant la manière dont celui-ci avait qualifié d'« accident » la tuerie norvégienne, Daniel Cohn-Bendit s'est enflammé : « Il est intolérable que le Parlement européen abrite en son sein un parlementaire qui tient des propos aussi racistes et abjects. C'est inacceptable ! » a-t-il lancé, déclenchant les applaudissements.

Côte à côte sur leur banc d'eurodéputés, Le Pen père et fille sont blêmes. Et Jean-Marie Le Pen demande la parole : « J'ai dit que le gouvernement norvégien était naïf parce qu'il n'avait pas pris des mesures de sécurité. Il a fallu une heure et demie à la police pour arriver sur les lieux du crime. Je dis que c'est normal qu'un député européen exprime son opinion sur un gouvernement qui fait partie de l'Europe », riposte-t-il, soucieux de garder son calme et d'argumenter au fond.

« Le pédophile »

Mais le naturel revient au galop : « J'ai été mis en cause par le pédophile Cohn-Bendit […]. J'ai le droit de rappeler qu'il a été mis en cause ici pour avoir hébergé un terroriste de la Fraction armée rouge ! J'ai le droit de défendre mon honneur ! » clame-t-il.

Le président du Parlement, Jerzy Buzek, lui coupe alors la parole. Jean-Marie Le Pen, furieux d'être ainsi prié de se taire alors que Daniel Cohn-Bendit a pu le fustiger sous les vivats, conclut : « On se croirait chez les bolcheviques, ici ! » La séance est levée.

Daniel Cohn-Bendit a l'œil qui frise de Dany le Rouge, celui de ses 20 ans. Il a visiblement l'air satisfait d'avoir fait sortir de ses gonds le président d'honneur du FN.

Solidaire de son père, Marine Le Pen a assisté, le regard sombre, à la passe d'armes.

La veille de son université d'été à Nice, elle avait pris soin de trier sur le volet les jeunes militants du FNJ (Front national des jeunes) lors de leur rencontre commune devant la presse. Les profils trop « extrême droite » avaient été écartés. Mais entre les dérapages contrôlés et les incontrôlés, la voie est étroite pour la candidate du Front national.

D'ailleurs, en début de semaine, ce sont les propos du président de son comité de soutien à Nice, Me Gilbert Collard, censés lui conférer une sorte de caution morale, qui se sont retournés contre elle.

« L'avocat d'Izieu »

Lors de son discours à Nice, Me Gilbert Collard s'était présenté comme « l'avocat d'un des enfants d'Izieu » au procès de Klaus Barbie. Il a dit se souvenir « du petit Antoine, parti pour les camps de la mort en chantant "Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine" ». Et d'ajouter : « C'est depuis cela que je ne supporte plus que l'on siffle "La Marseillaise" et, quand on se torche avec le drapeau français, j'ai l'impression qu'on essuie les larmes de ce gosse avec de la merde ! »

À Nice, ces propos visant à faire oublier les relents antisémites et le qualificatif de « détail de la Seconde Guerre mondiale » apposé aux chambres à gaz par Jean-Marie Le Pen avaient produit leur effet. Mais les retours de bâton n'ont pas tardé.

« Me Collard n'a pas participé au procès Barbie, sinon par une présence à caractère médiatique », a objecté Roland Rappaport, l'un des principaux avocats à ce procès. « Il a plaidé très brièvement, et il est parti. Depuis, il ne s'est jamais intéressé à l'association qui a créé le mémorial », dénonce-t-il.

Son confrère Alain Jakubowicz, par ailleurs administrateur de la Maison d'Izieu, a également eu un haut-le-cœur : « C'est une ignominie, c'est objectivement faux ! Il n'y a pas d'avocat des enfants d'Izieu. Jamais je n'oserais me prévaloir d'une telle qualité. » Et Serge Klarsfeld a conclu : « Rapprocher les enfants d'Izieu du FN, c'est abject. Tenons-les à l'écart du FN ! »

« Je déteste le racisme et l'antisémitisme », s'est défendu Me Collard, ancien avocat de SOS Racisme. « J'ai dit ça non pour rapprocher les enfants d'Izieu du FN, mais pour qu'on comprenne que le président du comité de soutien de Marine Le Pen condamnera le racisme et l'antisémitisme. » Il a encore du chemin à faire.

________________________________

Note sur "Dany le Rouge" : A ne pas confondre avec "Rosa la Rouge", Rozalia Lukzenburg, née dans une famille bourgeoise juive polonaise, brillante et volontaire [1,50 mètre, une jambe plus courte que l'autre (psy ?)] (Rosa Luxembourg, 1871-1919), soeur ... social-démocrate puis violente agitatrice marxiste-léniniste, avec son concubin Karl Liebknecht fondatrice du parti communiste allemand, assassinés à Berlin le 15 janvier 1919 par l'ultra-droite sur ordre des sociaux-démocrates au pouvoir.

Soeur Rosa ...

--------

Liste noire de Poutine : pourquoi BHL et Cohn-Bendit sont persona non grata en Russie Timothée Vilars http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20150531.OBS9883/liste-noire-de-poutine-pourquoi-bhl-et-cohn-bendit-sont-interdits-de-russie.html

Les réactions des personnalités concernées par la "liste noire" du Kremlin interdisant à 89 ressortissants européens d'entrer sur le territoire russe oscillent ce dimanche entre fierté... et franche indignation. L'existence de cette liste noire est pourtant tout sauf une surprise : plusieurs personnalités européennes n'avaient pas pu entrer en Russie ces derniers mois, tel le député conservateur allemand Karl-Georg Wellmann qui avait traité les Russes de "fauteurs de guerre".

L'Union européenne, par la voix d'un de ses porte-parole, a dénoncé samedi la mesure en la qualifiant de "totalement arbitraire et injustifiée". L'UE avait elle-même allongé l'an dernier sa propre "liste noire", qui compte désormais quelque 150 noms et une quarantaine d'entités, et pris des mesures plus sévères contre la Russie, visant des pans entiers de l'économie.

Qui figure sur la liste ?

89 noms, dont ceux d'anciens chefs de gouvernement, de hauts responsables de la défense et de parlementaires, tous plus ou moins détracteurs de la politique de la Russie, figurent sur cette liste que Moscou a transmise vendredi à plusieurs ambassades. Un exemplaire en allemand de cette liste noire a commencé à circuler sur internet au cours du week-end.

Si 17 nationalités sont représentées, certains pays sont plus touchés que d'autres. Avec 18 "blacklistés", la Pologne est surreprésentée dans la liste, loin devant le Royaume-Uni (9 ressortissants), la Suède, l'Estonie (8), la Lituanie et l'Allemagne (7). Comme le pointe le "Financial Times", plus de la moitié des noms de la liste appartiennent à la Pologne et aux pays baltes, qui ont adopté une attitude très offensive envers la Russie pendant la crise ukrainienne.

----------

Daniel Cohn-Bendit : "François Hollande est le parfait président de droite !" http://www.europe1.fr/politique/decheance-de-nationalite-francois-hollande-est-le-parfait-president-de-droite-2640815 Publié à 09h40, le 24 décembre 2015, Modifié à 09h55, le 24 décembre 2015

Daniel Cohn-Bendit était très en colère jeudi matin sur Europe 1 après le maintien de la déchéance de nationalité dans la réforme constitutionnelle. Pour lui, "c'est une faute morale, une faute terrible".

"Toute l'idée de la République s'effondre". En maintenant la déchéance de nationalité pour acte terroriste ou atteinte à la nation, François Hollande a dans le même temps désavoué une partie du Parti socialiste et la garde des Sceaux Christiane Taubira, qui affirmait la veille que la mesure ne serait pas conservée. Mais pour Manuel Valls, qui est intervenu mercredi soir au journal de TF1, cette décision "n'est pas un désaveu, c'est un débat", selon lui, "chacun a le droit à ses doutes, ses interrogations et ses questionnements".

Sauf que pour les verts, cette mesure ne passe pas du tout. Eva Joly, qui était l'invitée d'Europe 1 jeudi matin affirme en effet que, "c'est une mesure qui n'a aucune portée pratique et qui ne va pas combattre le terrorisme. C'est purement symbolique, c'est purement politicard". Un point de vue que partage également Daniel Cohn-Bendit dans "L'humeur de Dany". Selon lui, la déchéance de nationalité est "une erreur morale, une faute terrible". Il craint la démolition de l'un des grands principes de la République, la légalité : "Une Constitution n'est pas une boîte à outils pour lutter contre le terrorisme. C'est là pour définir les valeurs du vivre ensemble et ses modalités. Aujourd'hui en introduisant la déchéance et bien vous introduisez la suspicion ! Tous les Français sont égaux mais il y en a qui le sont un peu moins.Toute l'idée de la République s'effondre avec cette déchéance".

Christiane Taubira doit se distinguer de cette mesure. Alors qu'Eva Joly a jugé ce matin sur notre antenne que si elle était à la place de la garde des Sceaux, "elle démissionnerait", Daniel Cohn-Bendit appelle lui la ministre de la Justice à prendre les bonnes décisions. "C'est à Christiane Taubira de décider aujourd'hui et elle ne l'a pas fait. Mais Noël peut porter conseil. Imaginez demain que le Front National se radicalise et que Madame Le Pen devienne présidente de la France et bien vous verrez que les déchéances de nationalité vont s'accumuler" a-t-il en effet affirmé avant de s'en prendre à François Hollande directement qui est, selon lui, "le parfait président de la droite, qu'il le dise, qu'il l'affirme et puis on saura maintenant où on en est !".

---------

Présidence Commission européenne: Daniel Cohn-Bendit prêt à être candidat Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 27/06/2016 à 09:51 Publié le 27/06/2016 à 09:30 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/06/27/97001-20160627FILWWW00060-president-commission-europeenne-daniel-cohn-bendit-pret-a-candidater.php

L'ancien eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit s'est déclaré aujourd'hui prêt à être candidat à la présidence de la Commission européenne, à condition que les candidats soient les têtes de "listes transeuropéennes", élus lors des élections des députés européens.

"Arrêtons de parler pour l'instant de référendum, ça n'a aucun sens. Nous avons des élections européennes (en mai 2019). Eh bien innovons", a plaidé sur Europe 1 Daniel Cohn-Bendit, quatre jours après le vote des Britanniques pour sortir de l'Union européenne. Il a ainsi proposé qu'aux "27 élections nationales" qui permettent d'élire les eurodéputés dans chaque pays de l'UE, "en même temps, on rajoute une quarantaine de députés qui seraient sur des listes transeuropéennes".

"C'est-à-dire que vous auriez une deuxième voie où vous votez pour les socialistes européens, les verts européens, les fascistes européens, les je-ne-sais-quoi européens".

"Et les têtes de listes de ces listes transeuropéennes seraient les candidats à la présidence de la Commission", a-t-il poursuivi. Dans cette configuration, pourrait-il lui-même être candidat sur ces listes comme candidat à la présidence de la Commission européenne ? "Oui. Dans ces cas là, j'y vais", a-t-il répondu.

Selon lui, cette proposition "peut être adoptée par le Conseil européen en deux mois". "Si M. Hollande, Mme Merkel, M. Renzi veulent booster l'Europe, ils décident cette réforme des élections et on y va comme en 14 et on voit ce que ça donne".

--------

Daniel Cohn-Bendit se dit prêt à présider la Commission européenne en tant que "transeuropéen" https://www.egaliteetreconciliation.fr/Daniel-Cohn-Bendit-pret-a-candidater-a-la-presidence-de-la-Commission-europeenne-en-tant-que-40137.html Publié le : lundi 27 juin

Invité d’Europe 1, l’ancien eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit s’est déclaré ce lundi prêt à être candidat à la présidence de la Commission européenne, à condition que les candidats soient les têtes de « listes transeuropéennes », élus lors des élections des députés européens.

Au Conseil européen de réformer

« Arrêtons de parler pour l’instant de référendum, ça n’a aucun sens. Nous avons des élections européennes (en mai 2019). Eh bien innovons », a plaidé Daniel Cohn-Bendit, quatre jours après le vote des Britanniques pour sortir de l’Union européenne.

Il a ainsi proposé qu’aux « 27 élections nationales » qui permettent d’élire les eurodéputés dans chaque pays de l’UE, « en même temps, on rajoute une quarantaine de députés qui seraient sur des listes transeuropéennes ». « C’est-à-dire que vous auriez une deuxième voie où vous votez pour les socialistes européens, les verts européens, les fascistes européens, les je-ne-sais-quoi européens ». « Et les têtes de listes de ces listes transeuropéennes seraient les candidats à la présidence de la Commission », a-t-il poursuivi.

Dans cette configuration, pourrait-il lui-même être candidat sur ces listes comme candidat à la présidence de la Commission européenne ? « Oui. Dans ces cas-là, j’y vais », a-t-il répondu. Selon lui, cette proposition « peut être adoptée par le Conseil européen en deux mois ». « Si M. Hollande, Mme Merkel, M. Renzi veulent booster l’Europe, ils décident cette réforme des élections et on y va comme en 14 et on voit ce que ça donne ».

Les dernières faits d’armes de Daniel Cohn-Bendit, sur E&R : RDP | 10 juin |58 Communautés Cohn-Bendit exhorte le Président à souhaiter un bon ramadan aux musulmans Qui a intérêt au communautarisme en France ?

Au micro de Thomas Sotto sur Europe 1 le 7 juin 2016, l’européiste allemand Daniel Cohn-Bendit explique que François Hollande devrait s’inspirer du modèle communautariste anglo-saxon et souhaiter un (...)

E&R | 27 mars |33 ÉcologiePolitique Daniel Cohn-Bendit, vieux pavé sioniste fêlé de Mai 68 Il raconte n’importe quoi, les médias dominants adorent

Laurent Ruquier frôle la subversion intégrale en invitant la vieille baderne soixante-huitarde, qui a visiblement perdu une roue : il voit en Nicolas Hulot le candidat idéal pour les présidentielles (...)

E&R | 18 mars |80 Médias Il évoque la pédophilie de Daniel Cohn-Bendit à la télévision et se fait "recadrer" C’est court, mais ça ne manque pas de courage. Au détour d’une discussion sur Canal+ et les Guignols,
Martial, jeune chroniqueur de la chaîne NRJ12, a fait remarquer que Daniel Cohn-Bendit, qui a (...)

---------

Face au FN, Daniel Cohn-Bendit soutient Macron 26/02/2017 à 19h46 Cohn-Bendit : Macron, « seul à pouvoir éviter un duel Fillon-Le Pen » Modifié le 26/01/2017 à 22:20 | Publié le 26/01/2017 à 21:03 http://www.ouest-france.fr/politique/daniel-cohn-bendit/cohn-bendit-juge-macron-seul-pouvoir-eviter-un-duel-fillon-le-pen-4761060

---------

Retour Première page