Jean-Claude Barreau

Est né dans la bonne bourgeoisie "parisienne", son grand-père paternel étant un trésorier payeur général très "républicain", et son grand père maternel étant un juif ashkénase également athée.

Jean-Claude Barreau se convertit au catholicisme, devient prêtre, puis défroque pour se marier. Il se médiatise, devient éditeur, journaliste, "conseiller" du Président François Mitterrand, président de l'Office de l'immigration, écrivain, essayiste populaire (23 essais), romancier (5 romans), homme assez représentatif d'une certaine la pensée chrétienne, qui s'inquiète de l'évolution de la France et du monde ...

1
Qu'il se veuille athée ou croyant, l'homme est accompagné par Dieu comme, au soleil, par son ombre portée : "Le Dieu qui partout ... suit... la main sur l'épaule." La question de Dieu s'impose à l'individu en même temps que celle de la mort personnelle, d'où le moment choisi par l'artiste dans le titre de la chanson, celui de l'approche de la mort, celui du testament. Je ratifie absolument les vers du chanteur, j'éprouve les mêmes sensations que lui.
Tous les dieux ne sont pas égaux, JC Lattès, Paris 2001, p. 9

2
Aujourd'hui, Dieu est le grand oublié, dans le divertissement des hommes modernes qui éteignent en eux le désir, non pas comme le fit un Bouddha, mais par la "consommation" ou les tranquillisants ; ou la consommation des tranquillisants ! Craignons le "retour du refoulé", dont Freud n'a cessé de dénoncer le risque. Dès 1844, Soëren Kierkegaard a diagnostiqué que Dieu était le grand refoulé et le désir religieux, le premier refoulement (bien avant la sexualité, aujourd'hui fort "défoulée") de la culture moderne !
Ibidem p. 125

3
Frédéric Nietzsche était en train de s'ouvrir au mystère du monde, à l'existence possible des dieux quand, en 1889, son esprit génial sombra dans une folie qui le maintiendra dans sa camisole jusqu'à sa mort en 1900.
Après l'holocauste et les horreurs nazies, nous avons la chance de mieux apprécier qu'il ne le pouvait faire l'importance de la compassion évangélique.
...Pour moi, Jésus est le meilleur porte-parole dans l'ordre religieux et je voudrais prononcer les mots que lui prête le livre de l'Apocalypse en en inversant la direction ; non plus l'Absolu qui s'adresse à l'homme, mais l'homme en face du mystère :
"Voilà : je me tiens à la porte et je frappe."
Ibidem p. 178

Vers Première Page