Le discours de haine devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme (Prévention et sanction)

Dieudonné M'bala M'bala

Novembre 2015 : Après les attentats du vendredi 13 novembre M'bala M'bala condamné ferme pour négationnisme
Janvier 2015 : Valls "Nous sommes en guerre" ; Dieudonné en garde à vue pour apologie du terrorisme islamiste

Février 2014 : Le Crif-Marseille manifeste contre ; interdit en Grande-Bretagne ; où Anelka a résisté en nommant Obama
Janvier 2014 : Le bouffon re-attaqué par la ministre de la Justice, l'ultra républicaine Christiane Taubira (ancienne indépendantiste guyanaise reconvertie) ; les amendes doivent être payées ; combats judiciaires en vue : le T.A. de Pau botte en touche ; le T.A. de Nantes autorise ; appel en urgence au juge des référés du Conseil d'Etat qui interdit le spectacle (sensible aux arguments du Conseiller Klarsfeld ?), un revirement (?) de jurisprudence à juger (?) par la CEDH (art. 10 §1, n°122) et la jurisprudence CEDH sur le discours de haine ; nouvelle tentative dérivante de la partie en cause ; la police perquisitionne.

Décembre 2013 : Attaqué par Manuel Valls qui veut l'interdire en France ; Le Président Hollande n'aime pas la quenelle
Novembre 2013 : Versus Licra

Mai 2012 : Interdit au Québec

Mars 2011 : Liberté démocratique, condamnation confirmée en appel
Janvier 2011 : Dieudonné soutient Zemmour

Décembre 2010 : Liberté d'expression démocratique, condamné en France pour être accusé d'avoir dit (ce qu'il nie) que la Licra est "une officine israëlienne, gagnant à Genève où il était interdit pour antisémitisme
17 juin 2010 : Dieudonné de retour dans un spectacle, "Mahmoud", en présence de Joey Starr
07 juin 2010 : Condamné à Reims, pour avoir qualifié la Licra d"officine israélienne"
1er mai 2010 : Interdit en Belgique
26 avril 2010 : Certains escrocs et Zemmour plus que d'autres ?

26 octobre 2009 : 10 000 euros d'amende dans l'affaire Faurisson
22 septembre 2009 : Affaire Faurisson, un an de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende requis
08 mai 2009 : Dieudonné présente sa liste anti-sioniste et remercie l'anti-anti-sioniste Guéant
04 mai 2009 : L'Elysée veut faire interdire les listes anti-sionistes aux Européennes

26 décembre 2008 : Une dernière applaudie par Jean-Marie Le Pen
16 juillet 2008 : Jean-Marie Le Pen parrain d'une fille de Dieudonné
14 mai 2008 : Dieudonné attaque Julien Dray : relaxe demandée par la procureure

19 septembre 2007 : Dieudonné se désiste de son appel contre Arthur
11 septembre 2007 : 7 000 euros pour la Shoah « pornographie mémorielle »
23 mars 2007 : La défense des pygmées avec Jany Le Pen
16 février 2007 : Cassé définitivement par l'assemblée plénière sur saisie du Consistoire central

21 décembre 2006 : Adulé au Québec
11 novembre 2006 : Il s'invite chez Le Pen. Chocs chez les vieux racistes.
13 juin 2006 : Condamné à verser 1 500 euros à Arthur, qu'il accuse de financer l'armée israélienne "cette même armée qui n'hésite pas à tuer des enfants palestiniens".
10 mars 2006 : Condamné pour incitation à la haine raciale en comparant les juifs à des négriers
03 mars 2006 : Dieudonné bien accueilli par les agriculteurs
09 février 2006 : Dieudonné à nouveau relaxé en appel pour des propos présumés antisémites
27 janvier 2006 : Poursuivi pour "incitation à la haine raciale et antisémite"
25 janvier 2006. Dieudonné, candidat présidentiel :"Je ne serai probablement pas invité au prochain dîner du Crif"

02 novembre 2005. Dieudonné obtient, en référé, la censure, pour injures, du livre de Anne-Sophie Mercier "La vérité sur Dieudonné"
12 octobre 2005. Marco renonce, à son appel, pour "calmer le jeux" ...
09 octobre 2005. Marco envahi, et soulagé de ne pas être souillé
29 septembre 2005. Marc-Olivier Fogiel condamné pour injure raciale
07 septembre 2005. Relaxe de Dieudonné
11 mai 2005. En appel devant son public
19 mars 2005. Les agresseurs de Dieudonné condamnés (6 mois dont 1 ferme)
15 mars 2005. Cassation. Dieudonné sera rejugé pour des propos concernant les juifs
1er mars 2005. Dieudonné agressé chez lui en Martinique
24 février 2005. Liberté d'expression démocratique, Dieudonné cesse de faire ses "excuses"
20/22 Février 2005. Tentative d'incendie du "wagon témoin" de Drancy. L'ancien président de l'UEJF et vice-président de SoS-Racisme, Patrick Klugman : Dieudonné est un Le Pen-Bis, plus dangereux que Le Pen (Europe 1, 22/2/2005, 7h47, chez Stéphane Soumier ; "Il a, quelque part, armé la main du ou des jeunes". Ségolène Royal : Calmons le jeux. Dieudonné porte plainte.
16/18 Février 2005. Nouveau dérapage à Alger, ou Dieudonné fait salle comble. François Hollande appelle au boycottage. Le ministre de la justice ordonne une enquête.
Sa défense

Décembre 2004. Relaxe en appel, pour irrecevabilité, pour des propos qualifiés de racistes
Juin 2004. Dieudonné candidat aux Européennes
27 mai 2004. Dieudonné relaxé ... et ... condamné
5 mai 2004. Dieudonné s'excuse ... pour de faux

29 décembre 2003. Dieudonné se dit victime d'une manipulation
CE N'EST PAS demain la veille que Dieudonné et Marc-Olivier Fogiel partiront en vacances ensemble. Lundi 29 décembre (2003), l'humoriste a déposé plainte contre X pour injures publiques et incitation à la haine raciale devant les gendarmes de la brigade de recherches de Boulogne (Hauts-de-Seine). Durant l'émission « On ne peut pas plaire à tout le monde » du 6 décembre sur France 3, des SMS attribués à des téléspectateurs avaient été diffusés en bandeau.

Certains de ces messages faisaient référence au fameux sketch du 1 e r décembre où, sur le même plateau, Dieudonné avait disserté sur « l'axe américano-sioniste » déguisé en juif orthodoxe. Parmi ces SMS, on pouvait notamment lire : « Dieudo, ton cas relève de la psychiatrie », « T'es pas antisémite, t'es juste con », « Dieudo-Le Pen, même combat ? » ou « A force de fantasmer sur les complots, tu vas finir tout seul dans ta cave ». Plus grave encore, un message posait la question suivante : « Ça te ferait rire si on faisait des sketchs sur les odeurs des Blacks ? »

L'affaire est prise au sérieux

Outre la nature même des textes, Dieudonné soupçonne la société productrice Paf Prod, dirigée par Marc-Olivier Fogiel, d'avoir elle-même rédigé certains de ces messages. « Nous avons des éléments laissant présumer qu'il puisse s'agir de SMS fictifs », assurait hier M e François Roux, l'avocat de l'humoriste qui, pour sa part, jure « ne jamais avoir dit Heil Israël » dans son sketch, comme cela lui a été reproché. L'affaire est prise au sérieux, puisque le parquet de Nanterre a diligenté depuis une enquête préliminaire et ordonné aux gendarmes de procéder à diverses vérifications. Plusieurs salariés de Paf Prod ont déjà été entendus comme témoins. L'un d'eux aurait même fait des demi-aveux sur procès-verbal, hier matin, rejetant la responsabilité du problème sur la rédaction en chef de l'émission. « Certains des SMS diffusés ont été réécrits et/ou condensés, nous déclarait hier soir Marc-Olivier Fogiel. Et je tiens les quelque 20 000 messages que nous avons reçus sur Dieudonné à la disposition de la justice. Beaucoup étaient bien plus orduriers que ceux que nous avons passés. Je trouve pathétique qu'il veuille se faire de la pub sur ces SMS. » Quoi qu'il en soit, l'affaire Dieudonné n'a pas fini d'occuper la justice. Le 10 décembre, à la suite du sketch controversé de l'humoriste, le procureur de la République de Paris Yves Bot avait confié une enquête préliminaire pour incitation à la haine raciale à la PJ parisienne. Les résultats de l'enquête ne seront connus que dans quelques semaines, mais l'initiative du magistrat a déjà reçu l'aval de son supérieur, le procureur général Jean-Louis Nadal, ainsi que du ministère de la Justice.

L'affaire opposant Dieudonné à Marc-Olivier Fogiel a connu un nouveau rebondissement avec la plainte déposée contre X par l'humoriste après la diffusion de SMS offensants en bandeau lors de l'émission « On ne peut pas plaire à tout le monde » (AFP/STEPHANE DE SAKUTIN ET FRANCE 3/SYLVAIN LEGRAND.)
François Vignolle et Stéphane Bouchet, Le Parisien, mardi 06 janvier 2004, p. 14

--------

(5 mai 2004) Dieudonné s'excuse ... pour de faux
Le spectacle s'ouvre sur la voix de Marc-Olivier Fogiel dénonçant dans son émission le désastreux sketch du « rabbin nazi » dont la diffusion sur Franœ 3 avait fait scandale en décembre der nier. Puis Dieudonné apparaît dans un coin de la scène, courbant l'échine sous des coups de fouet imaginaires. « Je m'excuse, oh peuple élu! J'ai merdé... » L'humoriste relève la tête et rompt cette courte séance d'autoflagellation d'un vigoureux bras d'honneur. Le ton est donné.

Dans « Mes excuses », le one-man-show inspiré de la polémique qu'il a soulevée avec son sketch jugé antisémite, Dieudonné, devant un public acquis qui remplit chaque soir les 250 places du Théâtre de la Main-d'Or, revient sur l'affaire sans émettre de de vrais regrets.

Le sens de la formule

Il le fait avec talent, déployant les qualités de comédien, le sens de la formule, l'art des mimiques et l'efficacité dans l'humour qu'on lui connaît. Les spectateurs rient beaucoup. Il le fait aussi en allant très loin dans la dérision et la provocation, au risque de conforter ceux qui l'accusent de déraper. Par exemple, lorsqu'il voue aux gémonies ses bêtes noires: BHL, Patrick Bruel, le philosophe Alain Finkelkraut, son ex-compère Elie Semoun, qu'il dépeint comme alliés du sionisme et d'Israël. Ou encore quand il décrit (pour rire) son fameux sketch comme un coup de pub savamment orchestré : « Tu achètes un chapeau mou dans un magasin ~ farces et attrapes, tu sort trois petites vannes un peu pourries à la télé, et là, bingo!»

Dieudonné dénonce le climat de censure qu'il sent monter contre les humoristes et pointe du doigt le ra cisme contre les Noirs. II dit qu'il en a assez d'avoir « toutes les communautés sur le dos ». II crie son ras-le-bol des frontières et des civages religieux. Ceux qui approuvent son combat seront convaincus. Ceux qui s'en méfient resteront sur leur impression.
Hubert Lizé, Le Parisien, 5 mai 2004, p. 32

-------

26 mai 2004. Diffamation raciale : Dieudonné relaxé
Un sketch télévisé de l'humoriste présenté en juif orthodoxe avait entraîné une vive polémique et provoqué l'annulation de plusieurs de ses spectacles.

L'humoriste Dieudonné, poursuivi pour diffamation raciale à la suite d'un sketch le 1er décembre sur France 3, a été relaxé jeudi par le tribunal correctionnel de Paris. Ce sketch, dans lequel il apparaissait déguisé en juif orthodoxe, avait provoqué de nombreuses condamnations et des annulations de spectacles, notamment à l'Olympia. "Le tribunal vient de reconnaître le droit pour un humoriste de critiquer la politique d'un Etat sans être taxé d'antisémitisme lorsque cet Etat est Israël", s'est félicité Dieudonné à la sortie de l'audience.

La présidente de la 17e chambre du tribunal correctionnel a déclaré que "le personnage incarné par le prévenu ne représente pas les personnes de confession juive dans leur ensemble mais une certaine catégorie de personnes uniquement dans l'expression de leurs idées politiques". "Dès lors qu'ils ne s'adressent pas à la communauté juive en général et ne visent pas un individu ou un groupe d'individus à raison de leur appartenance à la religion juive" les propos et le geste reprochés à Dieudonné ne peuvent relever de la diffamation raciale, a expliqué le tribunal.

"Les magistrats n'ont pas vu ce que tous les Français ont vu..."

Les associations comme la Licra et l'Union des étudiants juifs de France, ainsi que le consistoire israélite de France, qui s'étaient portés partie civile, ont annoncé qu'ils allaient faire appel. Leur avocat, Me Alain Jakubowicz, a déploré que "les magistrats n'aient pas vu ce que tous les Français ont vu, c'est-à-dire un sketch sur un Juif et non sur un colon israélien".

(26 mai 2004 Condamné)

Par un hasard de l'actualité, Dieudonné a été condamné mercredi à 5.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel d'Avignon pour des "propos racistes" et des "injures raciales" visant les juifs, rapportés dans Le Monde du 7 janvier. L'humoriste, qui a fait appel, devra en outre verser un euro symbolique de dommages et intérêts aux parties civiles.
tf1.fr, news, Mis en ligne le 27 mai 2004

-------

(Juin 2004) Dieudonné remet ça
Surprise en Ile-de-France avec l'entrée en lice d'une singulière liste baptisée Euro-Palestine où Dieudonné, spécialiste de la provoc, figure en seconde position. Les discours tenus provoquent pas mal de remous.

Dans le maquis des 28 listes présentes en Ile-de-France, celle d'Euro-Palestine se singularise : d'abord, parce que Dieudonné, l'humoriste très controversé (puisque ses interventions sont souvent jugées ouvertement ou insidieusement racistes), y figure en deuxième position. Ensuite, parce que cette liste prétend défendre, dans la campagne des européennes 2004, la Palestine, ou une certaine vision de la Palestine.

Partant du postulat, par ailleurs contesté, que « 60 % des Européens sont inquiets de la politique israélienne » vis-à-vis des Territoires occupés, Euro-Palestine milite, en guise de programme, pour « le retrait de l'armée israélienne », « l'envoi, à l'initiative de l'Europe, d'une force de protection de la population palestinienne », et demande aux gouvernements européens de refuser de « participer aux sales guerres de l'administration américaine, y compris sous prétexte de libération, pacification ou transition ».

La liste en question est conduite par Christophe Oberlin, chirurgien à l'hôpital Bichat, ex-militant socialiste, ex-conseiller du XIXe arrondissement (de 1995 à 2001), en rupture avec le PS depuis le refus socialiste de lui assurer un siège de conseiller de Paris et sensibilisé à la « cause » pour avoir effectué une quinzaine de missions chirurgicales en Palestine.
En quatrième position figure Olivia Zemor, présidente de la CAPJPO, association pro-palestinienne connue pour ses prises de position radicales contre le gouvernement Sharon. « Eux au moins n'ont pas peur de dire qu'Israël est un Etat raciste, qui mène une vraie politique d'apartheid », affirme Oberlin. Qui se défend néanmoins de vouloir mettre de... l'huile sur le feu : « Notre discours n'est pas violent, mais lucide. » CQFD.

Cette initiative électorale provoque des remous, y compris chez les pro-palestiniens. Ainsi l'historien et écrivain Maurice Rajsfus a-t-il annoncé, le 7 mai, qu'il se retirait de la liste (sur laquelle son nom figurait initialement) : « Au lieu de permettre de mieux faire connaître le problème palestinien, elle ne fera que diviser les divers comités qui luttent pour la reconnaissance des droits d'un peuple marginalisé », écrit Rajsfus.
Une explication qu'Oberlin attribue à des « menaces » dont l'historien aurait fait l'objet. « Rajsfus est à 100 % sur notre ligne, mais il a été soumis à une pression considérable pour ne pas être sur notre liste, et il a craqué », assure la tête de liste.

De dérapage en dérapage

En guise de campagne, Oberlin renvoie dos à dos Patrick Gaubert, tête de liste UMP, « qui se ridiculise à la tête de la Licra en intentant des procès à tous ceux qui critiquent Israël », et Harlem Désir, tête de liste PS, « qui s'est décrédibilisé au Parlement européen en refusant de voter des sanctions contre Israël ».

Soufflant sur les braises du conflit israélo-palestinien, les meetings d'Euro-Palestine dérapent immanquablement. Ainsi, le 19 mai, à la fac de Nanterre, une réunion en présence de Dieudonné a-t-elle donné lieu, selon des membres de l'UEJF (Union des étudiants juifs de France) présents dans la salle, à la stigmatisation du « lobby sioniste » et à des insultes du type « barre-toi, sale feujard ».
« Sionistes, fascistes, c'est vous les terroristes » : tel a été ce jour-là l'un des slogans entendus. Des « incidents » niés par Oberlin, qui réfute le « chantage à l'antisémitisme brandi par Israël ». Mardi soir, sa liste prévoit un grand meeting au palais des Sports de Paris, toujours en présence de Dieudonné. Officiellement pour la « paix au Proche-Orient ».
Nathalie Segaunes, Le Parisien, samedi 05 juin 2004, p. 11

------

(Décembre 2004) Poursuivi pour propos racistes, l'humoriste Dieudonné a été relaxé en appel

Dieudonné, déjà relaxé en décembre 2003 pour son sketch controversé du colon sioniste sur France 3, s'est défendu au cours de son procès d'être antisémite, et son avocat a menacé de poursuites "ceux qui l'accuseront".

L'humoriste Dieudonné a été relaxé, vendredi 10 décembre, par la cour d'appel de Nîmes, après avoir été condamné en première instance à 5 000 euros d'amende pour "propos racistes" et "injures raciales" visant les juifs.

Les paroles incriminées étaient tirées d'un article du Monde reprenant des extraits d'une interview au magazine musical The Source, dans laquelle l'artiste dénonçait des "manipulations médiatiques" de la "population juive", ainsi qu'un "lobby très puissant" ayant fait "main basse sur tous les médias".

Dieudonné, qui avait fait appel du jugement prononcé le 26 mai par le tribunal correctionnel d'Avignon, avait été poursuivi sur citation directe de deux Avignonnais, avocats de métier mais agissant à titre personnel après avoir pris connaissance de l'article. La cour d'appel a déclaré irrecevable la constitution de partie civile engagée par les plaignants, qui n'étaient pas personnellement visés dans les propos de l'humoriste. Le juge souligne que, pour prospérer, l'action aurait dû être engagée par voie associative ou par mise en mouvement par le ministère public.

A propos de ces motifs d'irrecevabilité, Michel Dobkine, le procureur général, a exprimé le souhait que la "jurisprudence puisse évoluer". Le parquet général de la cour d'appel de Nîmes a annoncé qu'il formerait un pourvoi en cassation à la suite de cet arrêt afin qu'il "ne constitue pas l'épilogue judiciaire de l'affaire".

"NOUS ATTAQUERONS DÉSORMAIS CEUX QUI L'ACCUSERONT"

L'avocat de l'artiste, Me François Roux, a lancé quant à lui un "appel à l'apaisement", se félicitant que la cour ait "redonné la parole au droit". "Il faut arrêter de dire que Dieudonné est antisémite. D'ailleurs, c'est nous qui attaquerons désormais ceux qui l'accuseront", a-t-il ajouté. De son côté, la plaignante, Hélène Lévy-Leroy, a déclaré que "la justice n'a pas donné un blanc-seing à Dieudonné et ne s'est pas prononcée sur le fond", ironisant sur sa "victoire à la Pyrrhus".

A la barre, Dieudonné M'Bala M'Bala de son vrai nom, s'était défendu de tout antisémitisme, tout en se posant en "victime de lobbies". "Je n'ai aucun problème avec la communauté juive en général. Ces propos ont été sortis de leur contexte. Il n'y a pas d'amalgame dans mon esprit", avait-il notamment déclaré. L'humoriste avait souligné qu'il voulait surtout dénoncer les "groupes de pression" qui avaient contribué à le faire interdire de plusieurs salles de spectacles, après la polémique liée à son sketch controversé du colon sioniste dans l'émission de Marc-Olivier Fogiel sur France 3 en décembre 2003.

Le jugement en première instance d'Avignon constituait la seule condamnation de Dieudonné, qui avait déjà été relaxé cet été pour son sketch télévisé par la cour d'appel de Paris.
LEMONDE.FR : ARTICLE PUBLIÉ LE 10.12.04

------

Dieudonné à Alger
L’humoriste fait salle comble

La salle affichait complet depuis plusieurs jours déjà. L’humoriste français Dieudonné était attendu de pied ferme à Alger et il a mené son spectacle « Mes excuses » devant un parterre déjà conquis. Précédé de « L’affaire Dieudonné » qui l’a mis au ban des salles de spectacle hexagonales, Dieudo est très apprécié par la majorité des Algérois pour ses prises de position et ses critiques à l’encontre de la politique du gouvernement israélien.
Avant même son entrée en scène, un extrait sonore déclenche les cris et les sifflets de la salle : ce sont les excuses, faites en direct à la télévision, par Marc-Olivier Fogiel. C’est dans l’émission de ce dernier, « On ne peut pas plaire à tout le monde », que Dieudonné, coiffé du chapeau noir et des papillotes des juifs ultras, a ponctué son sketch d’un « Heil Israel » qui a choqué la communauté juive de France.

Le public algérois a donc mis d’emblée l’humoriste à l’aise et s’est même permis quelques échanges avec lui pendant le spectacle. Un spectacle bien construit et rudement mené dans lequel Dieudonné fait quelques clins d’œil, comme un hommage à Nougaro ou une réflexion sur le « régime » des intermittents du spectacle. Ses ingénieurs du son et de la lumière travaillent sur scène en tenue de camouflage et en casques (bleus), barricadés derrière un grillage. Symbolisant la guerre livrée par les médias français à Dieudonné, ils s’érigent aussi en censeurs ou en mouches du coche...

Association des racistes anonymes

Le reste du spectacle tourne bien sûr autour du sketch par lequel le scandale est arrivé et du lynchage médiatique qui a suivi. « J’étais l’Axe du Mal à moi tout seul », explique Dieudo. Ou encore : « On m’a soupçonné d’être la branche humoristique d’Al Qaïda ». Ironisant : « Je suis obligé de venir en Afrique pour faire mon métier ! » On peut regretter certains relents de « complot sioniste mondial » qui affleurent dans son discours et Dieudonné se fait parfois un peu trop démago face à un public dont il connaît les codes.

Mais il sait aussi se montrer plus fin. Dans la scène de l’Association des racistes anonymes, ou dans la façon dont il parle de l’auto-censure et de ses personnages qui ont vie propre (« il faudrait les fouiller avant d’entrer sur scène »). Il démontre par le rire à quel point le déchaînement médiatique dont il a été victime a été exagéré. Et combien sa mise à l’écart des salles et les différentes annulations de ses spectacles ont été honteuses. « Moi l’humour, c’est fini, c’est trop dangereux ! Maintenant je vais faire de la musique. Un Noir qui fait du zouk, ça ne dérange personne ! », lance-t-il en préambule. Du zouk ? Pourquoi pas, mais alors aussi acide et grinçant que l’humour déployé dans ce spectacle !
« Mes excuses », Dieudonné, les 16 et 17 février, salle Ibn Khaldoun, Alger-centre.
http://www.afrik.com/article8131.html , jeudi 17 février 2005, par Olivia Marsaud

-------

PARIS - L'humoriste français Dieudonné a provoqué un nouveau tollé en comparant la Shoah à une «pornographie mémorielle». Des propos condamnés par le premier secrétaire du parti socialiste François Hollande.

Lors d'une conférence de presse donnée mercredi à Alger et dont des extraits sont diffusés sur le site Proche-Orient.info, Dieudonné a également reproché au premier ministre Jean-Pierre Raffarin d'être allé samedi dernier au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).
«Raffarin en personne était au CRIF le week-end dernier et il m'accuse parce qu'il faut toujours leur lécher le cul à cette équipe de malfrats, de mafieux qui est en train d'entraîner la République française dans la guerre civile», a-t-il lancé. Il a également fustigé «la soumission totale des dirigeants et responsables français à la volonté du CRIF».
L'humoriste entendait ainsi répondre aux propos de M. Raffarin qui avait dénoncé devant le CRIF les artistes qui cherchent à «faire applaudir la haine et qui font du racisme un fonds de commerce».

Les déclarations de l'humoriste ont immédiatement suscité leur lot de réactions indignées. Ces propos «tombent sous le coup de la loi. Je considère qu'ils sont déshonorants pour celui qui les exprime et je considère qu'il ne peut pas y avoir une comptabilité des tragédies», a ainsi déclaré M. Hollande vendredi sur Europe 1.
Pour M. Hollande, les spectateurs doivent se sentir concernés par les propos de l'humoriste. «Assister aux spectacles de Dieudonné, c'est participer à cette dérive et à ce grave glissement dans des propos qui sont antisémites», affirme-t-il.
24heures.ch, 18.02.2005, 13:45

------

François Hollande lance un appel au public de Dieudonné: "assister à ses spectacles, c'est participer à cette dérive et à ce grave glissement dans des propos antisémites"

AFP – Paris. Le premier secrétaire du PS, François Hollande, a lancé vendredi (18 février 2005) un appel au public de Dieudonné qui, en assistant à ses spectacles, "participe à cette dérive et à ce grave glissement dans des propos antisémites".

M. Hollande était invité à commenter, sur Europe 1, les propos tenus par Dieudonné jeudi à Alger qualifiant la Shoah de "pornographie mémorielle" (information révélée par Proche-Orient.info : lire). "Les propos de Dieudonné sur la Shoah tombent sous le coup de la loi. Ils sont déshonorants pour celui qui les exprime", a déclaré le numéro un du PS.

"Il y a une tragédie du peuple noir lié l'esclavage, elle doit être reconnue. Il y a une tragédie du peuple juif. La minorer, la sous-estimer, la disqualifier en parlant de pornographie mérite non pas simplement l'accusation judiciaire mais l'accusation politique", a-t-il ajouté.

François Hollande a souhaité "lancer un appel à tous ceux qui sont les spectateurs de Dieudonné". "Ils sont aussi concernés par les propos de Dieudonné. Assister aux spectacles de Dieudonné, c'est participer à cette dérive et à ce grave glissement dans des propos antisémites", a-t-il dit.
proche-orient.info, 18 février 2005 / 11 h 31

-------

Dieudonné: Perben demande une enquête
Le ministre de la Justice a demandé vendredi (18 février 2005) l'ouverture d'une enquête sur des propos controversés de l'humoriste

Dieudonné, qui avait comparé la mémoire de la Shoah à "une pornographie mémorielle" lors d'une conférence de presse à Alger mercredi dernier, est soupçonné de "contestation de crime contre l'humanité".
L'humoriste avait aussi fustigé Jean-Pierre Raffarin pour sa "soumission totale à la volonté du Crif", lui-même qualifié "d'organisation sectaire".

Selon Proche-Orient.info, qui a diffusé la conférence de presse de donnée en marge d'un spectacle à Alger, Dieudonné a notamment reproché au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin d'être allé samedi dernier au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France.
"Raffarin en personne était au Crif le week-end dernier et il m'accuse parce qu'il faut toujours leur lécher le cul à cette équipe de malfrats, de mafieux qui est en train d'entraîner la République française dans la guerre civile", a-t-il lancé.
Dieudonné a fustigé "la soumission totale des dirigeants et responsables français à la volonté du Crif", qu'il a qualifié "d'organisation anticonstitutionnelle et sectaire".
L'humoriste voulait répondre aux propos de Jean-Pierre Raffarin qui avait dénoncé devant le Crif les artistes qui cherchent à "faire applaudir la haine et qui font du racisme un fonds de commerce".

L'enquête préliminaire vise à établir les propos précis de Dieudonné mais aussi à déterminer dans quelle mesure ils peuvent être poursuivis puisqu'ils ont été prononcés à l'étranger.
Dieudonné a déjà fait plusieurs fois l'objet de poursuites pour propos antisémites.
Le tribunal correctionnel de Paris lui a reconnu en mai dernier le droit de critiquer la politique du gouvernement d'Ariel Sharon en Israël sans être accusé d'antisémitisme.
Quelques jours plus tôt, le tribunal correctionnel d'Avignon l'avait condamné à 5.000 euros d'amende pour "des propos racistes" et des "injures raciales" visant les juifs.
Dieudonné a été relaxé en appel en juin 2004 après avoir dit préférer le "charisme de Ben Laden à celui de George W.Bush".
france2.fr, Publié le 18/02 2005 à 18:38

------

(19 février 2005) Dieudonné s'enlise dans la confusion
Entouré d'antisionistes radicaux, l'humoriste a tenté d'expliquer ses propos tenus à Alger.

«Je n'ai jamais associé le drame de la Shoah à de la pornographie mémorielle.» Samedi, l'humoriste Dieudonné a tenté de se défendre. Accusé d'avoir tenu de tels propos mercredi à Alger où il se produisait, il risque de un à cinq ans de prison et une forte amende : le garde des Sceaux a demandé, vendredi au parquet de Paris, l'ouverture d'une enquête préliminaire pour contestation de crimes contre l'humanité. Le même jour, Dieudonné affirmait sur LCI n'avoir jamais «qualifié la Shoah de pornographie mémorielle», et convoquait la presse, samedi, au théâtre de La Main-d'Or, pour écouter l'enregistrement de son intervention à Alger.

A l'entrée, les journalistes sont priés, comme souvent, de laisser leurs coordonnées. Mais, surprise, c'est Ginette Skandrani qui tient la liste. Militante propalestinienne et antisioniste radicale, elle est proche des négationnistes Serge Thion et Mondher Sfar. Une trentaine de supporteurs de l'humoriste sont également présents. «Un comité de soutien spontané», lâche une femme. Dieudonné prend la parole : «Je conteste formellement cette phrase, je ne l'ai jamais prononcée.» La Shoah est «un drame que je n'ai jamais remis en cause, qui appartient à l'histoire de l'humanité, qui est terrible», ajoute-t-il. Pour prouver sa bonne foi, l'humoriste lance la cassette vidéo enregistrée à Alger. Le son est difficilement audible, mais on l'entend prononcer distinctement les mots «pornographie mémorielle».

S'il ne parle pas de la Shoah, à quoi fait-il allusion ? Dieudonné botte en touche. L'expression ne vient pas de lui mais d'Idith Zertal, historienne israélienne (1) dont il brandit le livre. Mais quand il reprend l'expression à son compte, que veut-il dire ? La question lui est posée, reposée cent fois. Le débat s'enlise. Dieudonné se dit victime «d'une affaire bis du RER D». Le journal en ligne Proche-Orient Info a médiatisé l'affaire, l'humoriste s'en prend à lui. «Tout est faux», affirme-t-il. Ses supporteurs s'énervent de l'insistance des journalistes. Ambiance tendue. Dans la salle, d'autres antisionistes radicaux : Nouari Khiari, proche du Front national, et Bagdad Maati, dirigeant de la Ligue internationale de défense de l'islam et des musulmans. Dieudonné ne répond toujours pas, une perche lui est tendue : «Est-ce que vous voulez dire qu'on en fait trop sur la Shoah ?» L'humoriste embraie : «Je pense qu'il y a une hypertrophie dans la communication sur la commémoration de la Shoah. Cela devient effectivement pornographique.» Puis, joue l'indigné : «Comment se fait-il qu'il n'y ait pas de commémoration aussi importante des 400 ans d'esclavage ? Pourquoi cette classification, cette différence de traitement dans la mémoire ?»
(1) La Nation et la mort : la Shoah dans le discours et la politique d'Israël, La Découverte (2004).
Par Catherine COROLLER, lundi 21 février 2005 (Liberation - 06:00)

-------

(20 février 2005) Début d'incendie criminel sur le wagon témoin du camp de Drancy

DRANCY (Seine-Saint-Denis) (AFP) - Une cannette incendiaire a été dimanche soir (20 février 2005) à l'origine d'un début d'incendie du wagon témoin du camp de Drancy (banlieue nord de Paris), suscitant une vive indignation de la communauté juive, qui a participé a un rassemblement lundi soir sur place.

Quelque 300 personnes, descendants de déportés, représentants religieux, élus et habitants se sont réunis lundi soir devant le wagon témoin du mémorial de Drancy pour exprimer leur indignation face à cette "profanation" et un acte qualifié d'"odieux", a constaté une journaliste de l'AFP.

Ce début d'incendie criminel, commis avec une cannette de Coca-Cola remplie d'un liquide inflammable, a été maîtrisé dimanche soir par les pompiers. Les enquêteurs ont mis la main sur ce récipient pour analyse et ont aussi récupéré un tract signé "Ben Laden" sur lequel figure une croix gammée renversée, a-t-on précisé de source judiciaire.

Cet unique wagon témoin trône au milieu de la cité de la Muette, formée de trois barres d'immeubles en forme de fer à cheval. Cet ensemble a servi de camp de concentration durant la guerre pour 70.000 à 80.000 juifs qui furent ensuite déportés à Auschwitz.

Installé entre la statue du mémorial et le parking de la cité, le wagon peut être visité sur rendez-vous.

Jean-Christophe Lagarde, député-maire (UDF) de Drancy affirmait lundi matin à la presse avoir vu la cannette incendiaire et le tract. Pour lui, "c'est le fait de jeunes car il n'y avait pas d'écriture d'adulte sur ce tract".

Ce document aurait été installé à côté de la cannette en haut des marches, contre la porte. Il comporterait une autre phrase, en plus du nom "Ben Laden": "groupe d'extrême droite pour la libération de la Palestine", selon M. Lagarde.

De nombreuses organisations et personnalités politiques ont condamné lundi la tentative d'incendie du wagon-témoin.

Le député-maire UMP du Raincy (Seine-Saint-Denis) Eric Raoult a ainsi dénoncé un acte "imbécile et odieux". Les associations antiracistes comme la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) parlent d'"attentat raciste à l'encontre de la mémoire de la Shoah". SOS Racisme et le Mrap ont eux aussi condamné l'incendie, de même que plusieurs hommes politiques de droite et de gauche.

L'Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis s'est également déclarée "profondément choquée". La Fédération des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP) estime pour sa part que "la tentative d'incendier le wagon-musée s'inscrit dans la succession des actes antisémites (...) Les déclarations de Le Pen, Gollnisch et autres Dieudonné, écrit-elle, ne peuvent qu'inciter des esprits faibles ou criminels à commettre de tels forfaits".

Une enquête de flagrance a été ouverte et confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Par ailleurs, une douzaine de croix gammées tracées à l'encre noire, assorties des mots "dégagez" et "SS" ont été découvertes lundi (21 février 2005) sur le mur d'enceinte de la Mosquée de Paris, dans le 5ème arrondissement. Le recteur de la Mosquée Dalil Boubakeur, également président du Conseil français du culte musulman (CFCM), a précisé qu'une "plainte a été déposée au commissariat du Vème arrondissement et à la préfecture de police de Paris".

M. Boubakeur a dénoncé "cet acte intolérable d'islamophobie (...) touchant particulièrement la Mosquée de Paris. Ni son discours ni sa tolérance bien connue ne pouvaient justifier pareille haine et pareille intolérance raciste et islamophobe".

Le PS a exprimé, dans un même communiqué, sa réprobation après les profanations de la mosquée de Paris et du wagon commémorant la déportation à Drancy.

Il a fait part de son "profond dégoût" après l'incription de croix gammées sur les murs de la mosquée de la capitale, et "témoigné de sa solidarité à l'égard des responsables et des fidèles" de ce lieu de culte. Il marque aussi sa "profonde indignation" après la tentative d'incendie contre le wagon témoin de Drancy.
yahoo.fr, actualités, mardi 22 février 2005, 8h03

-------

(22 février 2005) Mme Royal: "Ne pas donner un écho disproportionné" aux propos racistes

PARIS (AFP) - Ségolène Royal, députée PS des Deux-Sèvres, a estimé mardi que les déclarations racistes ou antisémites méritaient "des sanctions exemplaires", tout en invitant médias, responsables politiques et intellectuels à ne pas leur donner "un écho disproportionné".

Interrogée sur l'enquête préliminaire après les propos controversés de Dieudonné concernant la mémoire de la Shoah, Mme Royal a indiqué sur Europe 1 qu'"il fallait des sanctions exemplaires". "En même temps, a-t-elle ajouté, je crois qu'il ne faut pas donner à de tels propos un écho disproportionné".

"Chaque fois que de l'audience a été donnée à Jean-Marie Le Pen, chaque fois il a fait des voix. Il faut garder de l'équilibre dans la façon dont sont repris les propos racistes et antisémites", a-t-elle fait valoir.

Evoquant les actes de xénophobie, l'ancienne ministre a jugé "l'ambiance détestable" et déploré "l'obscurantisme". "On ne peut pas faire de hiérarchie dans les horreurs. On ne peut pas sous prétexte du drame du peuple noir et de l'esclavge occulter les autres abominations de l'Histoire", a-t-elle dit.
yahoo, fr, actualités, mardi 22 février 2005, 12h42

--------

(22 février 2005) Dieudonné porte plainte contre le site Internet qui l'accuse

PARIS (AP) - L'humoriste Dieudonné a annoncé mardi avoir porté plainte "pour diffusion de fausse nouvelle" contre le site Web Proche-orient.info (fondé par Élisabeth Schemla du Nouvel Observateur), qui affirme qu'il a publiquement parlé de "pornographie mémorielle" à propos de la mémoire de la Shoah.

"Nous avons porté plainte avec mon avocat aujourd'hui contre le site proche-orient.info qui a mis en scène cette phrase pour provoquer une vague d'indignation dont je suis victime", a-t-il déclaré sur Europe-1.

L'humoriste a de nouveau nié avoir parlé de "pornographie mémorielle" au sujet de la Shoah, affirmant qu'il avait évoqué "l'instrumentalisation politique de crimes contre l'humanité comme la Shoah" pour dire qu'il trouve ça "obscène", lors d'une conférence de presse la semaine dernière à Alger. Il a accusé le site d'avoir sorti ses déclarations de leur contexte pour en déformer le sens.

Sur son site, proche-orient.info dit attendre "avec sérénité la convocation de la justice" et affirme disposer des enregistrements justifiant de ses accusations conte Dieudonné.

Selon le site Internet, qui a retranscrit des extraits de la conférence de presse de mercredi dernier, Dieudonné avait par ailleurs accusé le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin de "lécher le cul" du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), une "équipe de malfrats, de mafieux, qui est en train d'entraîner la République française dans la guerre civile".

Le parquet de Paris a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête préliminaire afin de déterminer à quel délit se rapportent les propos de l'humoriste. AP
yahoo.fr, actualités, mardi 22 février 2005, 19h56

------

Dieudonné met un terme à son spectacle "Mes excuses"

PARIS (AFP) - L'humoriste Dieudonné, à l'origine d'une nouvelle polémique pour avoir récemment évoqué "une pornographie mémorielle" à propos de la commémoration de la Shoah, a annoncé jeudi qu'il arrêtait son spectacle "Mes excuses" et annulait les représentations prévues dans sa tournée.
"J'arrête le spectacle "Mes excuses" en France", a déclaré Dieudonné dans un entretien téléphonique avec l'AFP. Il a joué cette pièce pour la dernière fois en métropole mercredi et doit la donner une dernière fois le 2 mars à Fort-de-France (Martinique).

Interrogé pour savoir si la récente controverse avait accéléré sa décision de mettre un terme à "Mes excuses", Dieudonné a répondu: "J'aurais peut-être pu la jouer en tournée" sans cette polémique.
Ce spectacle, au titre ironique, avait été écrit après une première polémique consécutive à un sketch joué lors d'une émission de France 3 dans lequel Dieudonné, déguisé en colon israélien, faisait le signe hitlérien.

"J'ai décidé de repartir avec un nouveau spectacle sur la laïcité à partir du 23 mars au théâtre de la Main d'or" dans le XIe arrondissement de Paris, a encore déclaré Dieudonné.

L'humoriste, dont les propos sur la commémoration de la Shoah font l'objet d'une enquête préliminaire au parquet de Paris, s'est refusé à commenter plus avant la dernière polémique: "Maintenant, la justice suit son cours".
Yahoo.fr, actualités, jeudi 24 février 2005, 13h11

-------

(1 mars 2005) Dieudonné : côte "un peu fêlée" après agression "d'extrémistes sionistes"

L'humoriste Dieudonné a attribué à des "extrémistes sionistes" l'agression dont il a été victime la veille à Fort-de-France et qui lui a valu "une côte un petit peu fêlée", a-t-il expliqué mercredi (2 mars 2005) lors d'une conférence de presse.

Le fantaisiste a été attaqué mardi sur un parking d'Antilles Télévision (ATV) où il était attendu au Journal télévisé, à la veille de la dernière de son spectacle controversé "Mes excuses".

"Je me retourne vers les extrémistes sionistes qui m'ont frappé hier et qui me comparent à Hitler : Hitler n'est pas humoriste", a-t-il déclaré. Cette agression, a-t-il dit, "le lie définitivement à cette terre". "Je me suis fait frapper ici, je me suis fait traiter de sale nègre ici. Aujourd'hui, je suis un Martiniquais".

Les quatre personnes interpellées à la suite de cette agression étaient toujours en garde à vue mercredi, a-t-on indiqué de sources proches de l'enquête. Il s'agit, selon ces sources, de quatre agents commerciaux, titulaires de passeports français, habitant Schoelcher, commune limitrophe de Fort-de-France, arrivés en Martinique en octobre 2004.
Sur le passeport de deux d'entre eux, des visas attestent de longs séjours en Israël, selon la même source.

L'humoriste a raconté qu'à 18H00 locales (23H00 mardi à Paris), trois hommes s'étaient jetés sur lui après avoir lancé "sale négro, on va te faire la peau", le frappant "à la mâchoire et à la cage thoracique"."J'ai une côte un petit peu fêlée, mais je pourrai jouer mon spectacle", a-t-il assuré.
Les trois hommes, a raconte Dieudonné, se sont enfuis à bord d'une voiture dans laquelle les attendait un complice. Une patrouille de police qui passait les a pris en chasse. Selon Dieudonné, "une véritable course-poursuite" s'en est suivie, jusqu'à ce que la voiture des agresseurs soit bloquée dans les embouteillages. Les agresseurs, qu'il a reconnus, ont été conduits au commissariat de Fort-de-France.

Dieudonné a dénoncé des faits graves, "une agression en groupe avec préméditation, injures racistes et coups et blessures". Il a vu un symbole dans le fait que les faits aient eu lieu dans une île qui a connu l'esclavage. "On va taper un nègre là où on les a bien tapés...On va taper un nègre en Martinique pour dire, Nègre, tu restes à ta place et tu fermes ta gueule"!. "Moi, je ne fais pas partie de cette catégorie-là".

Cette agression a provoqué de nombreuses réactions en Martinique. Le préfet de Région a "condamné fermement" "cette agression inacceptable et révoltante".
Dans l'archipel voisin de la Guadeloupe, le président (PS) du Conseil régional Victorin Lurel a condamné "les attitudes, propos et actes qui visent à dresser les communautés et les religions les unes contre les autres". "Ces positions radicales engendrent nécessairement des violences inadmissibles et des tensions entre deux communautés qui ont souffert de grandes discriminations dans l'histoire".
lemonde.fr, AFP | 02.03.05 | 21h42

------

-------

(15 mars 2005) Dieudonné va être rejugé pour des propos visant les juifs

PARIS (AFP) - Dieudonné devra être rejugé en appel pour ses propos controversés visant les juifs, après l'annulation mardi par la Cour de cassation de l'arrêt de la cour d'appel de Paris qui avait relaxé l'humoriste.

Dans une interview au magazine Lyon Capitale publiée en novembre 2003, Dieudonné avait notamment affirmé "les juifs, c'est une secte, une escroquerie, c'est une des plus graves parce que c'est la première".
"Le racisme, avait également déclaré Dieudonné, a été inventé par Abraham. +Le peuple élu+, c'est le début du racisme".

Dans un arrêt rendu le 30 juin 2004, la 11ème chambre de la cour d'appel de Paris avait confirmé le jugement de relaxe prononcé à l'encontre de l'humoriste en première instance.
Dans ses motivations, l'arrêt de la cour estimait que si "les termes incriminés, +secte+ et +escroquerie+ rapportés aux juifs, pris en eux-mêmes sont forts et choquants, il convient, comme l'a fait le tribunal, de les replacer dans le contexte de l'article qui fait apparaître à quel point Dieudonné M'Bala M'Bala rejette l'idée du communautarisme et promeut l'universalité de l'être humain".

La chambre criminelle de la Cour de cassation, présidée par Bruno Cotte, n'a pas souscrit à cette analyse.
Pour la plus haute juridiction judiciaire, "les propos litigieux mettaient spécialement en cause la communauté juive, présentée comme +une des plus graves escroqueries+ parce que +la première de toutes+".
De ce fait, "les juges (de la cour d'appel, ndlr) n'ont pas tiré les conséquences légales de leurs propres constatations".

La Cour de cassation a renvoyé le dossier devant la cour d'appel de Paris "autrement composée" qui devra donc de nouveau statuer sur ces propos polémiques.

Pour Frédéric Attali, le directeur du Consistoire central-union des communautés juives de France qui avait formé l'un des deux pourvois contre l'arrêt de la cour d'appel de Paris, la décision de la Cour de cassation est "une satisfaction".

"Enfin ! Enfin, un jugement positif concernant Dieudonné", a-t-il affirmé à l'AFP. "Dieudonné a accumulé déclarations sur déclarations proprement antisémites, il est normal que la justice mette un coup d'arrêt, c'est un premier pas positif, on espère que ça continuera", a-t-il déclaré.

Dieudonné, interrogé par l'AFP, a estimé qu'il s'agissait d'une décision "politique", et a mis en cause des "pressions" exercées par le garde des Sceaux, Dominique Perben, qui a pour "obsession de voir de l'antisémitisme dans tous mes propos".
"J'ai été relaxé deux fois dans cette affaire, nous nous préparerons pour comparaître une troisième fois, laissons la justice faire son travail", a ajouté l'humoriste.
Ce dernier s'est par ailleurs étonné que l'on puisse s'intéresser à une telle décision alors que, selon lui, les médias se sont peu intéressés à l'agression dont il a été victime à Fort-de-France (Martinique).
"Il y a là deux traitements de l'information qui ont étonné beaucoup de gens", a-t-il estimé.
Vendredi, doivent comparaître devant le tribunal correctionnel de Fort-de-France les quatre auteurs présumés de cette agression survenue le 2 mars, alors que l'humoriste s'apprêtait à rejoindre les locaux d'Antilles Télévision (ATV).
yahoo.fr, actualités, mardi 15 mars 2005, 17h23

-------

(19 mars 2005) Six mois de prison dont un mois ferme contre les agresseurs de Dieudonné

Le tribunal correctionnel de Fort-de-France a condamné samedi matin (19 mars 2005) à 6 mois de prison dont 1 mois ferme et à un euro symbolique de dommages et intérêts, les quatre agresseurs de l'humoriste Dieudonné, au terme de douze heures de débat.

Les prévenus étaient poursuivis pour "violences en réunion avec préméditation" après l'agression de l'humoriste, le 1er mars dernier, sur le parking d'Antilles Télévision (ATV) à Fort-de-France (Martinique).

Au cours de l'audience ouverte vendredi à 14 heures (19H00 à Paris), les avocats de Dieudonné ont tenté en vain de faire retenir la qualification d'injures raciales.L'humoriste avait indiqué qu'il s'était fait traiter de "sale négro" avant d'être frappé par ses agresseurs. Les quatre prévenus reconnaissaient pour leur part l'avoir frappé mais contestaient les injures raciales. Lors des débats, deux témoins de l'agression, appartenant à l'entourage de l'humoriste, ont indiqué qu'ils n'avaient pas entendu les propos incriminés.

Dans son réquisitoire, le procureur de la république avait retenu les injures raciales et réclamé une peine de 6 mois de prison dont trois ferme.Le tribunal a estimé qu'il n'y avait pas d'éléments probants dans le dossier accréditant la thèse des injures raciales et que le doute devait bénéficier aux prévenus.

Après l'annonce du jugement, l'humoriste n'a fait aucun commentaire à la presse.A l'appel de plusieurs organisations associatives et politiques, entre cent et deux cents personnes s'étaient réunies devant le palais de justice, durant le procès. A l'énoncé du jugement, des réactions d'hostilités ont été enregistrées dans la foule.
AFP | 19.03.05 | 08h55

-------

(Mai 2005) ANTISÉMITISME Chahut dans les couloirs du palais de justice de Paris
Dieudonné en appel devant son public

L'humoriste Dieudonné, qui a fait à nouveau scandale hier matin dans les colonnes de France Soir en reprochant au gouvernement de se déplacer quand «on brûle deux poubelles dans la rue Popincourt» (NDLR : l'incendie d'un centre social juif à Paris en août 2004) mais pas «quand 22 Noirs périssent dans un hôtel en flammes», était rejugé l'après-midi même à Paris pour «diffamation raciale» dans le cadre d'une émission de France 3 où il était apparu en juif orthodoxe.
Deux mois de prison avec sursis et 20 000 € d'amende ont été requis contre lui.
lefigaro.fr, Patrice Burnat, [12 mai 2005]

-----

MM. Fogiel et Tessier condamnés pour "injure à caractère racial" après une plainte de Dieudonné

Le tribunal correctionnel de Montpellier a donné gain de cause, jeudi 29 septembre, à l'humoriste Dieudonné, qui avait porté plainte contre le contenu d'un SMS pour "injure à caractère racial" : l'animateur Marc-Olivier Fogiel, l'ancien PDG de France Télévisions, Marc Tessier, ainsi que deux responsables de production ont été condamné à des amendes.

Marc-Olivier Fogiel, qui anime l'émission "On ne peut pas plaire à tout le monde" sur France 3, a été condamné à 5 000 euros d'amende, Marc Tessier à 4 000 euros, Laurent Bon, journaliste, à 2 000 euros et Alexandre Gamelin, assistant de production, à 1 000 euros. Le tribunal a ordonné en outre la diffusion de la condamnation dans la prochaine émission de Marc-Olivier Fogiel et sa publication dans plusieurs journaux.

Le SMS qui a mis le feu aux poudres, diffusé en décembre 2003, dans le cadre de l'émission de France 3, était ainsi rédigé : "Dieudo, ça te ferait rire si on faisait des sketches sur les odeurs des blacks ? Té tellement bête que ça me choque même plus."

Dieudonné avait déposé plainte auprès du procureur de Nanterre début 2004, une plainte classée sans suite. L'humoriste avait alors engagé des poursuites, sous forme de citation directe, devant le tribunal de Montpellier, siège du cabinet de son avocat, Me François Roux.

Lors de l'audience du 9 septembre, Dieudonné avait indiqué s'être "senti injurié" par ce SMS. M. Gamelin avait affirmé avoir rédigé lui-même ce SMS, à la demande de son supérieur hiérarchique, Laurent Bon. M. Fogiel avait précisé que ce SMS était un condensé de plusieurs SMS envoyés par les téléspectateurs.

"La vérité éclate aujourd'hui après toutes les relaxes dont j'ai fait l'objet et cette condamnation. Nous attendons maintenant des sanctions exemplaires de France 3 contre Fogiel", a déclaré jeudi soir Dieudonné.
Avec AFP, LEMONDE.FR | 29.09.05 | 21h20 • Mis à jour le 29.09.05 | 22h06

-------

(Octobre 2005) Le plateau de Marc-Olivier Fogiel envahi par des soutiens de Dieudonné

PARIS (AP) - L'émission "On ne peut pas plaire à tout le monde" sur France-3 a commencé dimanche avec une heure de retard et dans un studio annexe, sans public, après que des manifestants répondant à l'appel de Dieudonné, selon le présentateur Marc-Olivier Fogiel, eurent envahi le plateau habituel.

France-3 a rediffusé pendant une heure l'émission de la semaine précédente, avant que Marc-Olivier Fogiel ne reprenne l'antenne vers 21h45 pour présenter l'émission avec ses invités en direct depuis un studio annexe ne voulant pas donner la parole à des gens qui "veulent prendre en otage l'antenne".

Le présentateur a expliqué que quelques minutes avant le début de l'émission des manifestants disant agir à l'appel de Dieudonné avaient envahi le plateau. D'après lui, l'humoriste a appelé à la manifestation mais s'est dit débordé par les événements.

Selon Marc-Olivier Fogiel, les manifestants protestaient contre sa décision de faire appel de sa condamnation pour injure raciale à la suite d'un sms diffusé durant l'émission.

En septembre dernier, la cour d'appel de Paris avait confirmé la relaxe de Dieudonné rejugé pour "diffamation raciale" pour avoir caricaturé un juif extrémiste au cours d'"On ne peut pas plaire à tout le monde" en 2003. AP
yahoo.fr, actualités, dimanche 9 octobre 2005, 22h18

------

Fogiel "soulagé" que l'antenne de France 3 n'ait pas été "souillée"

L'animateur Marc-Olivier Fogiel s'est déclaré "soulagé" que l'antenne de France 3 n'ait pas été "souillée" dimanche soir après l'envahissement du plateau de l'émission "On ne peut pas plaire à tout le monde" ("ONPP"), par des manifestants réunis à l'appel de l'humoriste Dieudonné."

L'antenne a été gérée. Je me sens soulagé que l'antenne de France 3 n'ait pas été une nouvelle fois souillée par des propos qui auraient pu être outrageants", a déclaré l'animateur lundi sur France-Info.

Dieudonné avait appelé à manifester devant le plateau de l'émission pour réclamer la démission de l'animateur, après sa condamnation pour "injure à caractère racial". "La nation noire est en train de se réveiller", avait déclaré l'humoriste à la presse. "J'ai été accusé de racisme et je me suis retiré du paysage audiovisuel alors que j'ai été relaxé. Marc-Olivier Fogiel a été condamné et il n'a pas démissionné. Tant que Fogiel ne se sera pas retiré, que ni France 3 ni le CSA ne se seront excusés, nous continuerons à manifester pacifiquement", a-t-il ajouté.

Dieudonné "essaye de faire monter les enchères", a commenté Marc-Olivier Fogiel. "Il faut surtout ne pas entrer dans l'espèce de provocation à 2 francs dans laquelle il voudrait qu'on rentre", a-t-il ajouté.L'émission avait été interrompue dimanche soir, avant de reprendre vers 21h45, mais sans le public.
yahoo.fr, actualités, AFP 10.10.05 | 09h16

-------

(07 septembre 2005) La justice confirme la relaxe de Dieudonné poursuivi pour diffamation raciale

Extrait : La justice française a confirmé, mercredi 7 septembre (2005) en appel, la relaxe prononcée fin mai contre l'humoriste français Dieudonné, poursuivi pour diffamation raciale à la suite d'un sketch présenté en décembre dernier dans "On ne peut pas plaire à tout le monde", l'émission de Marc-Olivier Fogiel sur France 3.

Dieudonné, présent à l'énoncé de la décision, s'est dit "évidemment satisfait". L'humoriste a affirmé, à l'issue de l'audience, qu'il laissait désormais "à d'autres humoristes le soin de traiter [le] sujet [de la question israélo-palestinienne]"."Je pense que je suis passé à autre chose, il y avait beaucoup de pression et de passion sur ce sujet.
lemonde.fr, Article publié le 07 Septembre 2005

-------

(Janvier 2006) Dieudonné candidat pas pour rire
Le comique s'est comparé au président vénézuélien et a tissé son discours d'allusions sur les juifs.

Son modèle, c'est la «république bolivarienne du Venezuela et de son président, Hugo Chavez».
Hier (24 janvier 2006), l'humoriste Dieudonné a placé sa campagne à l'élection présidentielle de 2007 «sous [l']égide» du dirigeant de cette république sud-américaine.
«Dans cette campagne, Dieudo rimera avec Hugo», a-t-il clamé.
Comme son modèle, Dieudonné combat «la menace néoconservatrice, cette idéologie néolibérale et belliciste, antisociale et réactionnaire», et ceux qui, en France, l'incarnent : Sarkozy, qui «prône le démantèlement de l'Etat, le règne absolu du libéralisme, le communautarisme, la révision du code du travail [...] la modification de la loi de 1905 sur la laïcité». Et le PS qui «s'aligne progressivement sur cette ligne».

Assis derrière une table, sur la scène de son théâtre de la Main d'or, dans le XIe arrondissement de Paris, Dieudonné lit son discours.
Autour de lui, ses soutiens, dont Ginette Skandrani, pasionaria propalestinienne. Les mots de Dieudonné sont ronflants, mais le comédien ne se fait pas tribun, son ton est ironique et désabusé. De programme, guère, à part la promesse de l'avènement d'une «République nouvelle, qui donne sens et crédibilité au triptyque Liberté, Egalité, Fraternité», et l'annonce d'un «plan Marshall pour les classes populaires, en matière d'éducation, d'emploi, de salaires, de culture et de conscientisation politique».

L'obsession est ailleurs.

Tout au long de son discours, Dieudonné y revient. Son nom ? Le «néoconservatisme» ­ faut-il y voir une allusion aux néoconservateurs américains, anciens gauchistes accusés d'avoir retourné leur veste pour servir Bush ?
Ces derniers sont qualifiés d'«axe du bien», en référence à l'axe du mal du Président américain. Arme favorite de ce «néoconservatisme» : «l'accusation d'antisémitisme». «Le président Chavez est le dernier à en avoir fait les frais, à travers un article du journal Libération de monsieur de Rothschild, qui a délibérément travesti les propos du président vénézuélien», accuse-t-il (Libération du 20 janvier).

Puis, Dieudonné prend la défense des autorités iraniennes, «très hostiles à l'Etat d'Israël et à sa politique coloniale et raciste», ce qui «ne signifie nullement qu'elles soient "antisémites"».
Rappelons que le président iranien, Ahmadinejad, a qualifié la Shoah de «mythe». Et appelé à ce qu'Israël soit rayé de la carte.
Selon Dieudonné, les juifs sont également puissants en France. «Je ne serai probablement pas invité au prochain dîner du Crif [Conseil représentatif des institutions juives de France, ndlr], cette organisation sioniste d'extrême droite, qui convoque chaque année nos dirigeants pour leur communiquer leur feuille de route», ironise le «comique».
Bref, les juifs dicteraient la politique du gouvernement. Un bien vieux sketch.
liberation.fr, par Catherine COROLLER, QUOTIDIEN : mercredi 25 janvier 2006, p. 13

------

(27 janvier 2006">Le procureur réclame la condamnation de Dieudonné
L'humoriste est poursuivi pour «incitation à la haine antisémite».

Dieudonné dépassé par Dieudonné ? Hier, le procureur de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris devant lequel comparaissait l'humoriste a réclamé sa condamnation pour «incitation à la haine raciale et antisémite».

Le 8 février 2004, le Journal du dimanche publiait une interview de Dieudonné.
Quelques jours auparavant, celui-ci avait été pris à partie lors d'un spectacle qu'il donnait à Lyon.
Au JDD, l'humoriste aurait tenu les propos suivants : «"Sale nègre", "les juifs auront ta peau", voilà le genre de slogans que j'ai entendus. Ce sont tous ces négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui l'action terroriste qui manifestent leur soutien à la politique d'Ariel Sharon. Ceux qui m'attaquent ont fondé des empires et des fortunes sur la traite des noirs et l'esclavage
La Ligue contre le racisme et l'antisémitisme, rejointe par quatre autres associations, a alors déposé plainte.

Hier, l'humoriste a déclaré avoir été agressé par des militants de la Fédération sioniste de France. «Mes propos visaient ceux qui m'ont attaqué et non pas l'ensemble de la communauté juive.» Ajoutant : «Israël a été créé en grande partie avec l'argent des sionistes sud-africains», un certain «Oppenheimer a fait fortune avec des mines de diamant». Or «les ouvriers chargés d'extraire les diamants de ces mines étaient des Africains».
Les allusions au «spectacle» et à «l'action terroriste» viseraient le comportement des manifestants ce soir-là.
Le procureur a estimé que les termes utilisés relevaient des «stéréotypes et clichés qui désignent la communauté juive». Jugement dans quelques semaines.
libération.fr, par Catherine COROLLER, QUOTIDIEN : samedi 28 janvier 2006, p. 17

--------

(10 février 2006) Dieudonné à nouveau relaxé en appel
Il était poursuivi pour des propos présumés antisémites.

Dans un arrêt rendu hier, la cour d'appel de Paris, appelée à statuer de nouveau sur des propos présumés antisémites de Dieudonné, l'a une nouvelle fois mis hors de cause.

Le 30 juin 2004, la 11e chambre de la cour d'appel de Paris avait relaxé l'humoriste qui avait affirmé dans une interview au magazine Lyon capitale :
«Les juifs, c'est une secte, une escroquerie, c'est une des plus graves parce que c'est la première
La cour avait estimé que ces propos ne constituaient pas une injure raciale, car ils ne visaient pas la communauté mais la religion juive.

La chambre criminelle de la Cour de cassation, sur un pourvoi formé par le Consistoire central (Union des communautés juives de France), avait cependant cassé cette décision, le 15 mars 2005.

De nouveau saisie, mais dans une autre composition, la 11e chambre de la cour d'appel de Paris a confirmé jeudi sa première décision. «Replacée dans son contexte, la phrase ne vise pas la communauté juive en tant que communauté humaine, mais la religion juive [...] Dieudonné M'Bala M'Bala la fustige au même titre que la religion musulmane et la religion catholique, tout en faisant peser sur la religion juive une responsabilité particulière en tant que première religion monothéiste», explique l'arrêt.

«La phrase poursuivie relève d'un débat d'ordre théorique sur l'influence des religions et ne constitue pas une attaque dirigée vers un groupe de personnes en tant que tel», ajoute la cour d'appel. L'avocat du Consistoire, Me Stéphane Lilti, a affiché sa «déception» et annoncé son intention de former un nouveau pourvoi.

Jusqu'à présent, et sous réserve d'une procédure en cours, l'humoriste a gagné les procès qui lui ont été intentés pour racisme, antisémitisme, incitation à la haine raciale, apologie d'acte terroriste.
Il a ainsi bénéficié d'une relaxe confirmée en appel le 2 juin 2004, pour avoir proclamé «Je préfère le charisme de Ben Laden à celui de George Bush.»

Le 29 septembre, Dieudonné a obtenu la condamnation de Marc-Olivier Fogiel pour injure à caractère racial, à propos d'un message «sur les odeurs des Blacks» diffusé dans l'émission «On ne peut pas plaire à tout le monde», en réaction à un sketch douteux de Dieudonné, «Isra-Heil».
Libération, 10 février 2006, p. 13, B.G.,(avec AFP), par Blandine GROSJEAN, QUOTIDIEN : vendredi 10 février 2006

--------

(03 mars 2006) Dieudonné accueilli en candidat sympa au Salon de l'agriculture
L'humoriste a rencontré la vice-présidente de la FNSEA et
José Bové.

Vendredi après-midi, au Salon de l'agriculture, l'humoriste Dieudonné a joué, le plus sérieusement possible, au candidat à l'élection présidentielle. Il a récolté des sourires bienveillants, des encouragements chaleureux et personne n'a eu le mauvais goût de l'ennuyer avec des accusations d'antisémitisme. Il a serré des mains, embrassé des enfants et signé des autographes. Il a même bu un verre avec la vice-présidente de la FNSEA, Christine Lambert, qui, quelques heures plus tôt, avait refusé de recevoir Le Pen. Une vraie visite de vrai candidat.

Bové piégé.
Jugé infréquentable par la plupart des politiques, y compris à la gauche de la gauche, Dieudonné a même piégé José Bové. «Content de te croiser !» lui a lancé le comique, tout sourire, alors qu'il déboulait avec son escorte de journalistes sur le stand de la Confédération paysanne. «Moi de même», a bafouillé le leader altermondialiste, pris de court. Pour faire durer le plaisir et tourner les caméras, les lieutenants de Dieudonné ont habilement interrogé Bové sur son combat pour une agriculture équitable. Encore quelques mots en langue de bois sur la nécessité de faire respecter «le droit» et «la justice» au Proche-Orient, et le tour était joué. Dieudonné avait démontré qu'il n'était pas le dangereux antisémite dénoncé par le porte-parole du PS, Julien Dray, après le meurtre d'Ilan Halimi.

A l'exception d'Elodie, jeune lycéenne pour qui Dieudonné nourrit «le négationnisme», les visiteurs et les exposants du Salon n'ont pas semblé saisir ce qu'on reproche à l'humoriste. «Moi, je lui dis bravo pour tout ce qu'il fait. On lui fait un mauvais procès. En France, on ne peut plus dire ce qu'on pense. Regardez dans l'Est cet homme qui a été séquestre et torturé. Pourquoi il n'a pas eu droit, lui, à une manifestation avec des ministres ?» s'est interrogé un retraité, ex-gérant d'un magasin de sports. Plus loin, Sandrine, adolescente noire, a voulu se faire photographier au bras de son idole : «On l'attaque à cause de sa franchise. Il dit tout haut ce que les gens pensent tous bas.»

Onglet.
Mais le candidat Dieudonné n'est pas venu pour reparler de cette histoire. A un éleveur qui lui présente un énorme boeuf, il pose en rafale les questions de circonstance : «Il a quel âge ? Il pèse combien ? Et c'est quoi le meilleur morceau ?» On lui dit que c'est l'onglet, et il veut encore savoir où se cache ce trésor... Dieudonné adore le terroir. Il s'enthousiasme pour ce «très beau rendez-vous où la France se retrouve. La France des villes et celle des campagnes». Il est venu pour «écouter et comprendre». Et reviendra l'an prochain, promis, «avec des propositions». Marc Robert, son directeur de campagne, confie que «Dieudo» est «très largement d'accord» avec le discours sur la ruralité de Jean Saint-Josse, fondateur de Chasse, pêche, nature et tradition (CPNT) : «On va prendre contact avec lui. Nous, on ne veut rien avoir à faire avec la clique des bobos écolos antichasse.»

Dieudonné-CPNT ?
L'alliance paraît surréaliste. Elle prend plus de sens quand Marc Robert explique qu'il ira recueillir les 500 signatures favorables à son candidat «dans les petites communes dont les élus sont encore indépendants du système politique». A l'évidence, Dieudonné pourra aussi compter sur quelques soutiens outre-mer. Plusieurs exposants des Antilles l'ont traité en héros. «Tu défends la mémoire de notre peuple, tu dois continuer le combat, c'est important», lui a lancé le représentant de la maison d'édition martiniquaise Désormeaux. Un bel après-midi, décidément, pour celui qui prétend «libérer notre nation de la mainmise de lobbies».
Libération, par Alain AUFFRAY, QUOTIDIEN : samedi 04 mars 2006, p. 14

---------

vendredi 10 mars 2006, 15h19 Dieudonné condamné à 5.000 euros d'amende

PARIS (AP) - Le tribunal correctionnel de Paris a condamné vendredi Dieudonné à 5.000 euros d'amende pour provocation et incitation à la haine raciale. En février 2004, l'humoriste avait comparé les juifs à des négriers.

Dans un entretien accordé au "Journal du Dimanche", publié le 8 février 2004, Dieudonné M'Bala M'Bala, avait notamment déclaré à propos des gens qui l'avaient insulté lors de son spectacle du 5 février: "Ceux qui m'attaquent ont fondé des empires et des fortunes sur la traite des noirs et l'esclavage".
Ni Dieudonné ni ses avocats n'étaient présents à la lecture de la décision. L'humoriste a encore la possibilité de faire appel.

La 17e chambre du tribunal correctionnel a estimé que "sous couvert de stigmatiser ses détracteurs, (Dieudonné) désigne à la vindicte les juifs, en les assimilant à des marchands d'esclaves qui auraient bâti des fortunes sur la traite des noirs, ayant ainsi tiré profit d'un crime contre l'humanité".

Dieudonné avait qualifié ses opposants de "négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui l'action terroriste qui manifestent leur soutien à Ariel Sharon".
Des termes que le tribunal considère que l'expression utilisée par Dieudonné, "reconvertis dans la banque et le spectacle", est "directement inspirée de l'imagerie antisémite".
Le tribunal a également jugé que l'humoriste se livrait à des amalgames en "recourant à des stéréotypes antisémites qu'il mélange et n'hésite pas à actualiser de manière singulière -le négrier enrichi, le banquier, le militant sioniste, le terroriste soutenant Ariel Sharon".

"C'est un point d'arrêt à cette démarche de provocation. Dorénavant, il devra prendre garde à l'impact que peut avoir ce genre de déclarations sur des personnes vulnérables. L'humour ne peut pas être un alibi", s'est félicité Me Jean-Claude Cohen, avocat de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF).
Une analyse qui rejoint celle du tribunal pour qui le "prévenu ne saurait sérieusement se prévaloir de l'humour pour justifier les déclarations de telle nature".
"C'est une très très grande victoire, c'est important pour la condamnation du racisme en général", a déclaré Me Patrick Klugman, avocat de SOS-Racisme. "Cette décision est du même ordre que celle rendue contre d'autres leaders racistes", a-t-il ajouté.

Les magistrats ont estimé que les propos tenus par l'humoriste, plusieurs jours après que son spectacle ait été perturbé, "ne sauraient trouver une justification liée à l'émotion du moment".

L'humoriste devra verser un euro de dommages et intérêts à cinq associations, dont la LICRA (Ligue internationale contre la racisme et l'antisémitisme), l'UEJF (Union des étudiants juifs de France), SOS-Racisme, Avocats sans Frontières, et le Consistoire central.
Le tribunal a également ordonné la publication du jugement, au frais de l'artiste, dans quatre quotidiens et un hebdomadaire.
Poursuivis à plusieurs reprises pour ses propos controversés, Dieudonné a (avait) toujours été relaxé, soit en première instance, soit en appel. AP
Yahoo.fr, actualités, vendredi 10 mars 2006, 15h19

---------

mardi 13 juin 2006, 17h18 Dieudonné condamné à 3.000 euros d'amende pour avoir diffamé Arthur

PARIS (AP) - Le tribunal correctionnel de Paris a condamné mardi Dieudonné à 3.000 euros d'amende pour avoir affirmé en 2003 qu'un lobby juif très puissant avait fait main basse sur les médias et que le producteur et animateur Arthur, de son vrai nom Jacques Essebag, "finance de manière très active l'armée israélienne".

L'humoriste doit également verser 1.500 euros de dommages et intérêts à Arthur qui l'a poursuivi en diffamation. Son avocat a annoncé qu'il allait faire appel.

Dans le magazine "The Source" daté de janvier 2004, Dieudonné était revenu sur le boycott de ses spectacles suite à un sketch jugé antisémite par beaucoup de spectateurs présenté dans une émission de Marc-Olivier Fogiel.
"Beaucoup de personnes dans mon métier sont juives. Je sens une vraie pression", a notamment déclaré Dieudonné. Il attribue ces pressions aux "gens que j'accuse d'avoir organisé un lobby très puissant et d'avoir la main basse sur les médias".
Et d'enchaîner: "il faut savoir qu'Arthur avec sa société de production finance de manière très active l'armée israélienne, cette même armée qui n'hésite pas à tuer des enfants palestiniens".

Des propos que le tribunal a jugés diffamatoires car ils impliquent qu'Arthur "ferait prévaloir ses solidarités confessionnelles sur toute autre considération professionnelle ou artistique en abusant du pouvoir qui serait celui du lobby".

Le 10 mars dernier, Dieudonné a déjà été condamné pour provocation et incitation à la haine raciale. En février 2004, l'humoriste avait comparé les juifs à des négriers. Dieudonné avait qualifié ses opposants de "négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui l'action terroriste qui manifestent leur soutien à Ariel Sharon".
Poursuivi à plusieurs reprises pour ses propos controversés, Dieudonné a toujours été relaxé, soit en première instance, soit en appel. AP
Yahoo.fr, actualités, mardi 13 juin 2006, 17h18

-------

samedi 11 novembre 2006, 19h24 Dieudonné, visiteur surprise du FN au Bourget

LE BOURGET (AFP) - Le fantaisiste Dieudonné s'est invité samedi à la fête du FN au Bourget (Seine-Saint-Denis) autour de Jean-Marie Le Pen, provoquant une certaine effervescence et saluant brièvement le président du FN et des dirigeants du parti.

"Je me suis dit que s'il vient, c'est pour manifester sa sympathie", a déclaré Jean-Marie Le Pen après sa brève rencontre avec l'ex-candidat à la présidentielle, qui, de son côté, a expliqué qu'il venait "faire un tour", comme il s'était rendu à la fête de l'Humanité à la Courneuve.

"Je suis pour la réconciliation nationale, il faut apaiser les tensions communautaires", a-t-il dit aux journalistes.

Le numéro 2 du FN, Bruno Gollnisch, et le secrétaire général Louis Aliot sont venus saluer Dieudonné, qui a dit qu'il dirait dimanche sur le site internet "La banlieue s'exprime" ce qu'il était venu chercher au Bourget.
Le fantaisiste est ensuite allé visiter quelques stands, accompagné notamment par Farid Smahi, membre du bureau politique du FN, et bien encadré par des membres du service d'ordre.

Car la venue de Dieudonné n'a pas été appréciée par tous les participants à la fête, qui se sont rappelés sa candidature contre la frontiste Marie-France Stirbois aux régionales de 1998 en Eure-et-Loir, ou lui reprochant d'être "islamo-antisémite".
"Je lui ai demandé +qu'est ce que vous faites là+ et le service d'ordre m'a fait taire", s'est plaint un exposant.

Mais interrogé sur ces réactions hostiles, Jean-Marie Le Pen a répondu que ces militants "n'étaient pas candidat à la présidentielle, eux".
"S'il me manquait une voix pour être élu, je serai bien content que ce soit la voix de Dieudonné qui arrive", a-t-il dit.

Le leader d'extrême droite a croisé Dieudonné alors qu'il se livrait à son traditionnel tour des stands implantés dans un immense hall du parc des expositions du Bourget, embrassant les femmes et les enfants, signant les autographes, ou valsant avec son épouse Janny, sur la musique de l'un des accordéonistes présents.
Jean-Marie Le Pen s'est notamment attardé devant l'immense tableau d'un peintre, le représentant en corsaire de l'âge héroïque de la marine à voile, avec une longue vue, et une hermine sur l'épaule.
"Dans 50 ans il y aura des statues de lui partout", a lancé le peintre, Alexandre Barbera Ivanoff, pourtant désabusé sur les chances de M. Le Pen d'arriver à briser l'image "fantasmatique" que se feraient de lui les Français.

Dans la matinée, Jean-Marie Le Pen était revenu devant la presse sur sa quête des 500 parrainages nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle, en dénonçant les pressions locales dont sont victimes selon lui les maires qui envisagent de le parrainer.
"Sur 10 maires, il y en 5 qui disent à mes envoyés +je voterai pour Le Pen+, et là-dessus, il y en a à peine un qui me donne sa signature", a-t-il déclaré à la presse.
Ce ne sont pas les état-majors politiques qui font pression, selon M. Le Pen, mais des gens agissant au niveau local en "téléphonant la nuit" ou en "menaçant" les maires, suivant la stratégie du "harcèlement démocratique" préconisé par le député socialiste Jean-Christophe Cambadelis.
Et rebondissant sur le coup de pouce du Premier ministre Dominique de Villepin, qui a exprimé son voeu que "ceux qui sont soutenus par une partie du peuple français, puissent trouver les moyens de s'exprimer", Jean Marie Le Pen a réitéré sa demande que les noms des signataires ne soient pas rendus publics.
Il prononcera dimanche un discours devant ses troupes à 16h00, après la messe traditionnelle à 10h00.
Yahoo.fr, actualités, samedi 11 novembre 2006, 19h24, Par Laurent BARTHELEMY

---------

Jeudi 21 décembre 2006 Dieudonné : controversé en France, adulé au Québec, par Osée Kamga, Ph.D, Communication (Université du Québec à Montréal ), M.A., Études littéraires (UQAM), membre de Tolerance.ca® , Osée Kamga est professeur à l’Université d’Ottawa où il enseigne au département de communication.

Objet de vives controverses en France, l’humoriste franco-camerounais est accueilli à bras ouverts au Québec.
Est-ce le signe d’une société tolérante ou une manière de garantir la liberté d’expression par le silence ? Dieudonné questionne-t-il nos préjugés ou les renforce-t-il ? Osée Kamga a analysé le phénomène pour Tolerance.ca et s’est entretenu avec plusieurs observateurs de la scène québécoise.

Dieudonné et la communauté juive québécoise

Le 1er décembre 2003 marque très certainement le point culminant de la rupture entre Dieudonné et les communautés juives.
C’est le jour où l’humoriste, déguisé en colon juif cagoulé, évoque le nouvel « axe du bien » « américano-sioniste » dans une improvisation télévisée et conclut son sketch sur un salut bras levé, accompagné de la proclamation de « Isra-Heil ».
Bien avant ce sketch, Dieudonné s’était déjà commis dans des déclarations fracassantes en avançant, par exemple, que « le racisme a été inventé par Abraham », que le « peuple élu», c'était « le début du racisme ». Ou encore, que « l'idée qu'un Dieu ait confié une mission à un peuple », est « une escroquerie intellectuelle » et qu’il avait « le droit de le penser et de le dire ».

Propos suffisamment provocateurs en eux-mêmes et pour lesquels l’humoriste sera poursuivi en justice en France sous les accusations de « diffamation raciale ». Loin de contribuer au dialogue entre les peuples, le discours de Dieudonné va surtout réussir à lui attirer des ennuis. Il fera en sorte que d’anciens amis se retournent contre lui. Ainsi, notamment, son ancien partenaire juif, Elie Semoun, qui le considère désormais comme un « escroc ».

Il n’est donc pas étonnant que l’homme passe plutôt mal dans la communauté juive québécoise. Mais ici, au-delà des déclarations et du sketch ravageur de l’humoriste, on va surtout décrier son approche. Son discours est perçu comme étant construit sur des stéréotypes et, par conséquent, propre à renforcer les préjugés et accentuer les tensions et les clivages entre les communautés.

M. Bill Surkiss, qui dirige le chapitre québécois de la B'nai Brith, évoque 1905, un des spectacles récents de Dieudonné, et note: « Quand vous vous servez de ce genre d’humour sur une base continuelle, vous commencez à déprécier la personne sur laquelle vous faites des blagues. Et si vous le faites suffisamment longtemps, ce qui va se produire, c’est que vous finirez par vous construire un sens personnel de la réalité acceptable. » Ce que M.Bill Surkiss appréhende, c’est le jeu de l’idéologie, c’est-à-dire, la volonté d’attribuer à une communauté des traits, généralement dépréciatifs, et d’en faire, à force de répétition, son essence.

Madame Leah Berger, coordinatrice au Québec des affaires communautaires et gouvernementales pour B’nai Brith, va dans le même sens et signale qu’il y a discordance entre les moyens de Dieudonné et ses fins présumées : « Il prétend promouvoir les relations entre les groupes ethniques. Pourtant, il attire l’attention sur les différences, sur les faiblesses, ce qui ne peut aboutir à rien de positif. Il se sert de la liberté d’expression pour promouvoir la haine, même s’il le fait en blague, même si certaines personnes le trouvent drôle. » Et l’expérience le montre fort bien, l’ignorance l’emporte souvent quand un humoriste dépasse les frontières de sa propre pratique culturelle pour parler de celle des autres. Par ailleurs, un persistant humour dépréciatif participe, dans sa forme la plus éclairée, à la cristallisation des stéréotypes néfastes pour la cohésion sociale et, dans sa forme la plus dogmatique, au racisme, à l’antisémitisme.

Toutefois, la véritable question demeure : jusqu’où peut-on aller dans le rire puisque ce qui est drôle pour les uns, ne l’est pas forcément pour les autres ? M. Surkiss souligne d’ailleurs cette dernière réalité quand il affirme : « Je ne peux pas dire ce qui est humour ou non, mais je peux dire ce qui est drôle pour moi. » Si on reconnaît à l’humoriste le privilège de repousser les limites du socialement acceptable, a-t-il pour autant le droit de s’aventurer dans une communauté autre que la sienne ? Et s’il le fait, devrait-il avoir le loisir d’explorer les thèmes de son choix ?
En somme, quelles sont les limites à la liberté d’expression ? Les sociétés occidentales, tout en garantissant la liberté de l’individu, reconnaissent qu’elle a des limites. Au Québec comme ailleurs, des mesures sont prises contre l’incitation à la haine. Il existe des lois anti-diffamatoires puisqu’un discours raciste ou antisémite ne peut qu’entraîner une entorse profonde à la liberté des autres composantes sociales et à l’épanouissement de tous.

Certes, le renforcement des restrictions à la liberté d’expression peut sembler rétrograde dans une société libre. Mais il faut toujours se rappeler qu’il y a des spectres hautement plus horrifiants : crimes haineux, génocides, camps de la mort, assassinats ciblés qui réduisent leurs victimes au silence définitif. S’il est tout à fait légitime de rejeter une forme de discours qui, à raison, nous horripile, l’indexer hâtivement comme haineux peut signifier tomber dans le piège d’une simplification risquée, ce que la justice française a, semble-t-il, évité dans le cas Dieudonné.
Tolerance.ca, Jeudi 21 décembre 2006

-------

20 Minutes | édition du 19.12.06

« Dieudonné, en France vous êtes victime d'un boycott médiatique. Alors qu'au Québec, on vous accueille à bras ouverts. »
L'animateur canadien Richard Martineau a parlé trop vite. Il interviewait Dieudonné pour « Les Francs-tireurs », une émission de Télé-Québec. Diffusée le 4 décembre, elle devait être reprogrammée. Mais ses producteurs ont jugé les propos de l'« humoriste » « trop crus » et ont annulé les rediffusions.
Dans cet entretien, Dieudonné qualifiait Patrick Bruel de « militaire israélien » et « de produit du système ultrasioniste ».

Dans Le Journal de Montréal, la prod a bien précisé que ce trappage ne découlait pas d'une intervention du chanteur. Ce qui n'a pas empêché Dieudonné, contacté hier par 20 Minutes d'estimer, à l'inverse, que des pressions ont été exercées. L'occasion de crier, une nouvelle fois, à la « censure ».
A. C., 20 Minutes | édition du 19.12.06

--------

vendredi 16 février 2007, 15h25 La Cour de cassation considère que Dieudonné s'est rendu coupable d'injure raciale

PARIS (AP) - La Cour de cassation a considéré vendredi que les propos de Dieudonné assimilant dans une interview donnée en 2003 les juifs à une "escroquerie" et à une "secte" constituait une injure raciale et a annulé un arrêt de la cour d'appel de Paris qui l'avait relaxé en février 2006.

L'affaire a été renvoyée devant la cour d'appel de Versailles, obligée de se conformer à la décision de la Cour de cassation, réunie en l'assemblée plénière, a-t-on indiqué de source judiciaire.

Dans un entretien accordé au mensuel "Lyon Mag" en novembre 2003, Dieudonné M'Bala M'Bala avait notamment déclaré: "les juifs, c'est une secte, une escroquerie. C'est une des plus graves parce que c'est la première".

En mars 2005, la chambre criminelle de la Cour de cassation avait annulé un arrêt de la cour d'appel de Paris ayant relaxé Dieudonné et renvoyé l'affaire devant la même cour mais dans une autre formation. Celle-ci avait jugé en février 2006 que les propos de Dieudonné ne visaient "pas la communauté juive en tant que telle" mais au contraire manifestaient une "hostilité au principe même du fait religieux". Et l'avait relaxé une nouvelle fois.

Saisie d'un pourvoi du Consistoire central (Union des communautés juives de France), la Cour de cassation, siégeant en assemblée plénière, a censuré vendredi ce second arrêt de la cour d'appel de Paris. Elle a considéré que ces affirmations ne relèvent pas "de la libre critique du fait religieux participant d'un débat d'intérêt général" mais constituent "une injure visant un groupe de personnes en raison de son origine".

Par ailleurs, au regard de la Convention européenne des droits de l'Homme, la Cour de cassation a jugé que la condamnation de tels propos constituait "une restriction nécessaire à la liberté d'expression dans une société démocratique".

"Je suis extrêmement satisfait que la Cour de cassation ait rappelé que l'on ne peut impunément qualifier la communauté juive de France d'escroquerie en invoquant son ignorance des questions religieuses", s'est félicité Me Stéphane Lilti, avocat du Consistoire central. AP
Yahoo.fr, actualités, vendredi 16 février 2007, 15h25

-----

Dieudonné et Jany Le Pen en croisade pour les Pygmées L'acteur et la femme du candidat FN défendent cette peuplade.
Par Christophe FORCARI, Libération, QUOTIDIEN : samedi 24 mars 2007, p. 15

Dieudonné insiste. La présence à ses côtés de Jany Le Pen, l'épouse du président du Front national, sur la scène du théâtre de la Main d'or à Paris, vendredi, n'a rien de «politique». De retour d'un voyage humanitaire au Cameroun, la femme du leader d'extrême droite n'est là que comme présidente d'honneur de Fraternité française, une association caritative satellite du FN.

Le fantaisiste d'origine camerounaise, lui, veut attirer l'attention de l'opinion publique sur le sort réservé aux Pygmées, menacés de génocide par la déforestation. «Dans trois ou quatre décennies, ils ne seront plus là», affirme Dieudonné, qui a prévu de faire venir sept d'entre eux en France afin qu'ils rencontrent les présidentiables.
Dieudonné, propriétaire du théâtre de la Main d'or, déterminera son vote à la présidentielle en fonction des réponses des postulants à l'Elysée sur le sort de cette peuplade. Et, dans ce cadre, le FN et son leader semblent avoir pris une longueur d'avance en s'intéressant avant tous les autres au sort de «ces gardiens de la forêt», comme les désigne Dieudonné.

Dans cette opération très médiatisée, le FN trouve l'occasion de s'offrir de nouvelles défroques «humanitaires». «C'est vrai que nous n'irons pas manifester pour les sans-papiers, souligne Jean-Michel Dubois, directeur des manifestations nationales du FN, présent aux côtés de Jany Le Pen. Des gens pensent que nous sommes un parti xénophobe et raciste, mais nous allons aider à l'extérieur ceux qui sont dans une grande misère et dont le sort ne rencontre que l'indifférence la plus totale.
Tous les responsables politiques étaient au courant de l'initiative de Dieudonné. Nous avons été les seuls à y répondre favorablement.» «Vous pensez que Nicolas Sarkozy sera sensible au sort des Pygmées, dont il est très proche par la taille ?» lâche l'essayiste Alain Soral, désormais hissé au rang de conseiller spécial de Le Pen.

Après la visite de Dieudonné à la fête frontiste Bleu Blanc Rouge, en novembre, puis la venue des caciques du FN à son spectacle en décembre, le flirt se poursuit entre le FN et l'acteur. Il suffit d'un mot de Le Pen sur les Pygmées pour obtenir son suffrage.
Par Christophe FORCARI, Libération, QUOTIDIEN : samedi 24 mars 2007, p. 15

--------

jeudi, 4 octobre, 2007 | 22 Tishrei 5768
Dieudonné se désiste de son appel contre Arthur 16:07 | 19 septembre, 2007

L'humoriste Dieudonné s'est désisté de son appel contre un jugement du tribunal correctionnel de Paris le condamnant à 3 000 euros d'amende pour avoir affirmé en 2003 que le producteur et animateur Arthur, de son vrai nom Jacques Essebag, "finance de manière très active l'armée israélienne", a indiqué mercredi 19 septembre la cour d'appel de Paris qui devait juger l'affaire.

La condamnation de Dieudonné M'Bala M'Bala devient donc définitive, ce qui est une première pour l'humoriste, poursuivi à de nombreuses reprises pour diffamation ou incitation à la haine raciale, mais souvent relaxé en première instance ou en appel.

Dans le magazine The Source daté de janvier 2004, Dieudonné était revenu sur le boycott de ses spectacles suite à un sketch jugé antisémite par beaucoup de spectateurs présenté dans une émission de Marc-Olivier Fogiel.

"Beaucoup de personnes dans mon métier sont juives. Je sens une vraie pression", a notamment déclaré Dieudonné. Il attribue ces pressions aux "gens que j'accuse d'avoir organisé un lobby très puissant et d'avoir la main basse sur les médias". Et d'enchaîner : "il faut savoir qu'Arthur avec sa société de production finance de manière très active l'armée israélienne, cette même armée qui n'hésite pas à tuer des enfants palestiniens".
Jerusalem Post édition française

-------

11 septembre 2007 Dieudonné condamné pour des propos antisémites sur la Shoah Le Monde Article paru dans l'édition du 13.09.07

L'humoriste Dieudonné a été condamné, mardi 11 septembre, à 7 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir qualifié la mémoire de la Shoah de « pornographie mémorielle », lors d'une conférence de presse à Alger, en février 2005. - (AFP.)

-------

mardi 13 mai 2008, mis à jour à 22:17 AFP PARIS Julien Dray devant la justice pour avoir stigmatisé "l'effet Dieudonné"

Deux ans après la mort d'Ilan Halimi, jeune juif torturé à mort dans une cité des Hauts-de-Seine, le porte-parole du PS, Julien Dray, a réaffirmé mardi devant le TGI de Paris que l'humoriste Dieudonné, qui le poursuit en diffamation, avait contribué à créer un climat d'antisémitisme, propice à ce meurtre.

Le parquet a requis la relaxe du député de l'Essonne. Le jugement a été mis en délibéré au 17 juin.

Les propos incriminés remontent à février 2006. Lors de l'émission "Parlons-en", diffusée sur La Chaîne parlementaire et consacrée à la montée de l'antisémitisme en France, M. Dray avait notamment affirmé: "On a les effets différés aujourd'hui de tout ce qu'a fait Dieudonné tout au long de ces mois et de ces années (...) Il y a un effet Dieudonné".

En mai 2006, l'humoriste, de son vrai nom Dieudonné M'Bala M'Bala, avait porté plainte pour diffamation. Il réclame 10.000 euros de dommages et intérêts.

"J'assume, Monsieur le président, ce que j'ai dit. J'aurais pu faire des excuses alambiquées, je ne l'ai pas fait", a déclaré mardi le député socialiste, qui a refusé de "se dérober".

Dieudonné a regretté "l'amalgame odieux" et "douteux" auquel s'est livré selon lui le porte-parole du Parti socialiste.

"La seule chose qui me lie à M. Fofana (le chef présumé du "gang des Barbares", soupçonné d'avoir assassiné Ilan Halimi, ndlr), c'est notre couleur de peau", a-t-il lancé, regrettant le "discours négrophobe" du prévenu.

"Ce qui vous lie à M. Fofana, ce n'est pas votre couleur de peau, c'est les a priori que vous avez partagés", a répondu M. Dray, cofondateur de l'organisation SOS Racisme.

"Jamais M. M'Bala n'a incité à la violence ou au meurtre", a affirmé l'avocate de Dieudonné, Me Lise Bornes, mettant le prévenu au défi de présenter "un semblant de preuve sur un lien entre le Gang des barbares et Dieudonné".

"Il n'y a pas de responsabilité directe, évidemment et heureusement", entre ce meurtre et Dieudonné, a répondu M. Dray, stigmatisant l'influence du fantaisiste "sur des milliers de jeunes", pour qui il est "une référence": "ils donnent foi à vos propos et peuvent réagir au premier degré".

Dieudonné "a participé à la renaissance d'un certain nombre de clichés", a renchéri l'avocat du dirigeant socialiste, Me Léon-Lef Forster.

"Qui nous dit que (les membres du Gang des barbares) s'amusaient de l'humour de M. M'Bala?", a argué Me Bornes, assurant que son client "n'avait aucunement planté ce décor macabre".

"On est là pour parler de responsabilité au sens intellectuel" et non de "responsabilité pénale", a relevé la procureure de la République, Sandrine Alimi-Uzan, pour qui deux hommes publics qui combattent dans "l'arène politique" doivent s'attendre à recevoir des critiques, sans que cela ne dépasse la liberté d'expression.

-------

Le Pen parrain d'un enfant de Dieudonné AFP 16 juillet 2008 13h00

PARIS (AFP) — Le président du Front national Jean-Marie Le Pen est devenu le parrain du quatrième enfant de l'humoriste controversé Dieudonné, lors d'une cérémonie à Bordeaux la semaine dernière, a indiqué une source proche de l'humoriste, confirmant des informations de Libération mercredi.

Selon l'enquête du quotidien, le baptême de l'enfant, une petite fille, a eu lieu à Bordeaux, dans la paroisse traditionaliste de Saint-Eloi, par l'abbé Philippe Laguérie, ancien curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, bastion intégriste parisien.

Ces informations sont "exactes", a déclaré la source interrogée par l'AFP, sans vouloir donner plus de détails.

Une source au Front national a par ailleurs indiqué à l'AFP que M. Le Pen avait déjà évoqué il y a quelques semaines ce projet devant quelques personnes.

Mais le service de presse du FN s'est refusé à tout commentaire, estimant que "s'il y avait quelque chose, ce serait du domaine privé".

Dieudonné avait esquissé un rapprochement avec Jean-Marie Le Pen pendant la campagne présidentielle, se rendant notamment en novembre 2006 à la fête du FN au Bourget, avant qu'une partie de l'état-major du FN ne s'affiche à l'un de ses spectacles à Paris.

Il avait ensuite soutenu aux législatives Patrick Bourson, ami de Jean-Marie Le Pen et candidat FN dans la Marne.

Dieudonné M'Bala M'Bala et Jean-Marie Le Pen ont tous deux été poursuivis par la justice pour des propos sur la mémoire de la Shoah.

--------

Dieudonné applaudi par Le Pen leparisien.fr Azzeddine Ahmed-Chaouch | 28.12.2008, 07h00

Décidément, c’est une amitié qui dure. Jean-Marie Le Pen et Dieudonné, l’humoriste controversé, ont encore marqué leur proximité vendredi soir. Le président-fondateur du Front national a assisté au Zénith de Paris à la dernière représentation de « J’ai fait le con », spectacle du comédien d’origine camerounaise.

L’information, rapportée par un témoin sur place, nous a été confirmée par le conseiller régional du Rhône-Alpes Jacques Vassieux. « Il était dans la salle avec son épouse, Jany, ainsi que de nombreux adhérents du FN », précise cet élu frontiste. Contactés, ni Dieudonné ni Le Pen n’ont souhaité confirmer.

Robert Faurisson acclamé

Vendredi soir sur scène, l’ancien compère d’Elie Semoun a sorti de son chapeau de polémiste une surprise au goût très douteux. Lors de la représentation, Dieudonné M’bala M’bala, de son vrai nom, a invité le public à accueillir sous un « tonnerre d’applaudissements » Robert Faurisson, partisan français le plus connu du discours négationniste.

A plusieurs reprises, cet ancien maître de conférence à l’université Lyon-II a été condamné par la justice pour « négation de la Shoah ». Devant cinq mille spectateurs, ce chantre du révisionnisme s’est vu remettre « le prix de l’infréquentabilité et de l’insolence » par le régisseur de Dieudonné, déguisé en déporté d’un camp de concentration, « dans son habit de lumière », a cru bon d’ajouter le comédien dans ce qu’il croit sans doute être de l’humour.

Propos de Faurisson : « Ecoute, tu nous dis J’ai fait le con. Mais ce soir, tu es vraiment en train de faire le con. » Incroyable séquence, où Faurisson se voit offrir une tribune dans l’une des plus célèbres salles de spectacle française. Une vidéo postée sur la plate-forme vidéo Youtube, l’atteste.

Depuis deux ans, Dieudonné affiche pour le leader du FN une sympathie qu’il justifie par son goût pour la provocation. Au Bourget, en novembre 2006, lors de la fête du FN bleu, blanc, rouge, il se montre aux côtés de Le Pen.

Un an plus tard, il loue le Théâtre de la Main d’Or aux militants du FN pour une formation en vue de la présidentielle. Plus récemment, Dieudonné a défrayé la chronique en choisissant Le Pen comme parrain de sa fille. Certains fans de Dieudonné ancienne manière ont du mal à comprendre son nouveau positionnement. Le Parisien

--------

Politique 04/05/2009 - 09:50 leJDD.fr Dieudonné-Européennes: Guéant confirme

Interrogé sur RTL, le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, a réitéré lundi son souhait de voir les listes européennes de Dieudonné interdites, se demandant si "les citoyens français vont participer au financement de listes qui professent de telles attitudes".

"Une liste peut se présenter si elle est conforme à toutes les spécifications juridiques. Si elle tombait sous le coup de la loi, elle ne pourrait le faire. Une étude est en cours pour voir si une telle liste (...) peut juridiquement se présenter", a-t-il expliqué.

-------

Dieudonné interdit d'européennes ? Christine Ollivier, le lundi 4 mai 2009 à 04:00 France-Soir.fr

« Est-ce qu’on peut se présenter aux élections avec un programme ouvertement antisémite ? » s’est interrogé dimanche Claude Guéant sur radio J, au sujet de l’intention affichée par Dieudonné de présenter des listes « anti-sionistes » aux européennes du 7 juin. Le secrétaire général de l’Elysée a annoncé que les pouvoirs publics étaient « en train de voir si ces initiatives tombent sous le coup de la loi ».

Le bras droit du président Nicolas Sarkozy a dénoncé une « initiative absolument scandaleuse ». Pour autant, Claude Guéant n’était « pas sûr » dimanche de parvenir à interdire les listes de l’humoriste. « Nous ne pouvons interdire que ce que le droit permet d’interdire. »

Le Pen dénonce une « méthode policière »

Jean-Marie Le Pen a aussitôt dénoncé sur Canal + une « méthode policière ». « Les inconvénients de la censure sont plus graves que ceux de la liberté », a prévenu le président du Front national.

L’humoriste Dieudonné avait annoncé fin avril son intention de présenter au moins cinq listes « anti-sionistes » aux élections européennes. « Le clivage droite gauche étant mort de sa belle mort […], le nouveau clivage qui sera proposé aux Français sera un mouvement sioniste ou anti-sioniste », avait-il expliqué, aux côtés de l’ancien membre du FN Alain Soral.

Aux européennes de 2004, la liste Euro-Palestine sur laquelle figurait Dieudonné avait récolté 1,83 % des voix en moyenne en Ile-de-France, avec des pics à plus de 5 % des voix dans certaines villes de banlieue.

Condamné à plusieurs reprises pour des propos sur la Shoah et les juifs, l’humoriste avait provoqué un tollé en décembre dernier en remettant sur scène, lors d’un spectacle à Paris, un « prix de l’infréquentabilité » au négationniste Robert Faurisson. Il a été renvoyé pour ce fait devant le tribunal correctionnel de Paris pour « injures raciales ». Le procès est prévu demain, mais l’audience devrait être renvoyée.

------

Dieudonné remercie Guéant et présente une hétérogène liste "anti-sioniste" 8 mai 2009 21.50 AFP

PARIS (AFP) — L'humoriste controversé Dieudonné a présenté vendredi sa très hétérogène liste "anti-sioniste" pour les européennes en Ile-de-France, remerciant le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant, d'avoir popularisé son initiative en lançant la question de son interdiction.

Très en verve, maniant tour à tour l'ironie et l'insulte, Dieudonné, qui tenait une conférence de presse sur la scène de son théâtre parisien de la Main d'Or devant de nombreux supporteurs, a d'entrée annoncé qu'il entendait "répondre à M. Guéant, notre ami Guéant (...) M. Guéant notre attaché de presse".

Dimanche, le secrétaire général de l'Elysée avait annoncé que les pouvoirs publics étudiaient la possibilité d'interdire les listes "anti-sionistes" que Dieudonné, plusieurs fois condamné pour des propos sur la Shoah et les juifs, veut présenter aux européennes.

En agissant de la sorte, "Guéant nous a placés au coeur du débat sur les élections", s'est félicité Dieudonné, qui s'est déclaré "étonné" par l'écho rencontré par la polémique.

Interrogé sur le fait de savoir si la déclaration de l'Elysée n'était pas en réalité une "stratégie" pour faire diversion dans la campagne, Dieudonné a répondu: "si c'est le cas, c'est jouer avec de la glycérine".

Attablé avec ses deux principaux colistiers, l'écrivain ex-membre du Front national Alain Soral (passé du communisme au nationalisme ) et le président du "Parti anti-sioniste de France", Yahia Gouasmi, Dieudonné a également donné la parole à chacun des autres membres de la liste, venus d'horizons extrêmement différents.

L'un d'eux, Francesco Condemi, s'est présenté comme "cinéaste", "venu de l'extrême gauche", qui a "beaucoup bourlingué avec la LCR". Un autre, Cyrille Ray-Coquet, lui aussi "cinéaste", a affirmé se présenter pour "replacer dieu au centre des préoccupations". Une jeune femme, Emmanuelle Gili, s'est affichée comme une membre du groupuscule ultra-nationaliste "Renouveau français" et un autre comme le "président d'une association d'amitié franco-serbe".

Pour beaucoup issus de l'immigration, nombre d'entre eux ont affirmé avoir milité dans des organisations aussi diverses que les syndicats CGT et Sud, le PCF, les Verts ou le Front national jeunesse (FNJ).

"C'est un mouvement de tous les horizons, de toutes les régions", s'est félicité Dieudonné. "La France black-blanc-beur, elle est là !", a lancé Alain Soral.

Mais malgré la multiplicité des parcours, l'ennemi était bien le même pour tout le monde: le sioniste.

"Le seul ennemi de cette République, c'est le sionisme, qui est là et qui nous divise depuis toujours, qui organise en fait les guerres un peu partout, dans le monde et en France", a-t-il assuré.

Alain Soral, qui a quitté le FN en février après que sa candidature eut été écartée pour conduire la liste en Ile-de-France, s'en est également violemment pris à Claude Guéant.

"Guéant a dit que M. Dieudonné était antisémite tout le temps. Ce n'est même pas français comme phrase. Je rappelle que même Adolf Hitler quand il caressait son chien avait des petites baisses d'antisémitisme", a-t-il lancé sous les rires de ses sympathisants.

Les trois principaux membres de la liste ont annoncé qu'ils déposeraient leur liste mercredi à 11H00 au ministère de l'Intérieur. Ils s'y rendront à bord d'un car, baptisé le "Dieudonné bus", avec lequel ils entendent faire campagne.

--------

Un an de prison avec sursis requis contre Dieudonné pour avoir remis un prix à Robert Faurisson (AFP) – 22 septembre 2009

PARIS — Un an de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende ont été requis à l'encontre de l'humoriste Dieudonné jugé mardi par le tribunal correctionnel de Paris pour "injures raciales" pour avoir remis sur la scène du Zénith "le prix de l'infréquentabilité" à l'historien révisionniste Robert Faurisson.

"En tournant en dérision, en avilissant sciemment, avec une dose de sadisme, les souffrances que la communauté juive a endurées, il m'apparaît que Dieudonné M'Bala M'Bala a blessé, humilié" cette communauté, a estimé le procureur de la République, Anne de Fontette, dans ses réquisitions.

L'humoriste est jugé pour avoir fait remettre par une personne déguisée en déporté juif le 26 décembre sur la scène du Zénith de Paris un "prix de l'infréquentabilité et de l'insolence" à Robert Faurisson.

Sur plainte de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), Dieudonné était également cité à comparaître, tout comme M. Faurisson, pour "contestation de l'existence d'un ou plusieurs crimes contre l'humanité" lors de la même soirée. Le parquet n'avait pas retenu ce motif de poursuite.

A propos de cette soirée, l'humoriste a livré un discours contradictoire oscillant entre revendication de son geste, qu'il a qualifié d'"attentat humoristique", et tentative d'en relativiser la portée.

Invoquant sa "liberté d'expression", il a totalement assumé une démarche décrite comme "système de promotion de (son) humour" destinée à susciter le débat dans la société "lorsqu'on n'a pas les moyens de se faire entendre".

"Je continuerai à faire ce que je fais sur scène", a-t-il assuré.

Il a par ailleurs affirmé qu'il ne connaissait pas les thèses révisionnistes de M. Faurisson, absent à l'audience, concernant l'Holocauste mais uniquement ses propos mettant en doute le rôle du port sénégalais de Gorée dans le système de la traite des Noirs.

"C'est son infréquentabilité que j'ai mise en scène et pas le contenu de son discours (...). Le négationnisme, ça ne me concerne pas (...), je ne sais pas trop ce qu'est le révisionnisme", a-t-il insisté.

Dieudonné a déjà été condamné à plusieurs reprises pour ses provocations. La cour d'appel de Paris avait ainsi confirmé le 26 juin 2008 la condamnation de l'humoriste pour avoir assimilé en 2005 la mémoire de la Shoah à de la "pornographie mémorielle". La cour d'appel l'avait également condamné le 15 novembre 2007 pour avoir tenu en 2004 des propos où il comparait les "juifs" à des "négriers".

Le jugement a été mis en délibéré au 27 octobre.

--------

Dieudonné condamné à 10 000 euros pour "injures" antisémites LE MONDE | 28.10.09 | 14h23 • Mis à jour le 28.10.09 | 14h24

La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné, mardi 27 octobre, Dieudonné Mbala Mbala à 10 000 euros d'amendes.
Le parquet le poursuivait pour "injures" antisémites après qu'il a remis, lors d'un spectacle au Zénith de Paris, le 26 décembre 2008, un prix "d'infréquentabilité et de l'insolence" à l'historien négationniste Robert Faurisson.

Lors de l'audience, M. Mbala Mbala avait invoqué un "attentat humoristique" (Le Monde du 24 septembre). L'argument n'a pas convaincu le tribunal pour qui "les propos tenus par Dieudonné (...) ridiculisant les victimes juives (...) étaient outrageants et méprisants pour les personnes d'origine juive".

Dieudonné Mbala Mbala a par ailleurs été condamné à payer 1 euro de dommages et intérêts à diverses associations (SOS Racisme, le MRAP, la Licra, la LDH...) qui s'étaient constituées parties civiles.

Le tribunal n'a pas retenu l'incrimination de "contestation de crimes contre l'humanité" à son encontre ni à celle de Robert Faurisson.

--------

TF1News 26 avril 2010 15h48 La nouvelle polémique Dieudonné

Des associations comme la Licra, l'Union des étudiants juifs de France ou SOS Racisme ont réclamé jeudi des poursuites pénales contre l'humoriste Dieudonné, qui a notamment déclaré sur une vidéo que "les plus gros escrocs de la planète étaient tous juifs".

Dans une vidéo postée sur Dailymotion le 16 avril, Dieudonné M'Bala M'Bala, déjà condamné à plusieurs reprises pour injures raciales, s'en prend au journaliste Eric Zemmour et affirme que "les plus gros escrocs de la planète sont tous des Juifs". Et à propos d'Eric Zemmour, récemment au coeur d'une polémique pour des propos sur les "Noirs et les Arabes", Dieudonné estime "qu'il faut être juif pour avoir la liberté d'expression en France".

--------

1er mai 2010 Star Tabou Le spectacle de Dieudonné interdit en Belgique

Le comédien humoriste polémiste Dieudonné a encore quelques soucis après ses dernières déclarations très contestées sur les juifs. Alors qu'il devait donner une représentation dans la banlieue de Bruxelles, les autorités locales, peu de temps avant le début du spectacle, ont décidé de l'interdire.

Officiellement il s'agirait d'une mesure de sécurité liée à l'endroit où devait se dérouler le spectacle qui ne répondait pas aux normes selon la police, mais quand on connait les légères tendances à la victimisation du personnage, on peut se douter que cette version "officielle" ne convaincra pas Dieudonné ni ses fans qui y verront une forme de censure cachée....

--------

Dieudonné condamné pour diffamation envers la Licra leparisien.fr 08.06.2010, 18h27 | Mise à jour : 18h45

L'humoriste Dieudonné a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Reims à 5.000 euros d'amende pour des propos jugés diffamatoires envers la Licra, tenus dans le journal l'Union en avril 2009.
Le tribunal l'a également condamné à verser 5.000 euros de dommages et intérêts à l'association.

Dans une interview publiée par le journal régional le 25 avril 2009, Dieudonné --qui devait se produire à Reims quelques jours après-- qualifiait les associations comme la Licra «d'associations mafieuses qui organisent la censure, (. ..) qui nient tous les concepts du racisme, à part celui qui concerne les juifs. En fait, ce ne sont que des officines israéliennes».

La Ligue contre le racisme et l'antisémitisme avait réclamé 10.000 euros de dommages et intérêts lors de l'audience du 9 mars où Dieudonné avait lui-même assuré sa défense, niant avoir tenu de tels propos.

«La Licra se félicite de cette juste décision», a déclaré sans plus de commentaires le service communication de l'association.

Le jugement sera publié dans le Monde, le Figaro et Libération ainsi que dans toutes les éditions du journal régional l'Union.

--------

Dieudonné de retour dans un spectacle qui s'en prend ouvertement aux juifs (AFP) – 19 juin 2010

PARIS — L'humoriste Dieudonné, condamné à plusieurs reprises par la justice française pour ses propos antisémites, a présenté jeudi soir dans son théâtre de la Main d'Or "Mahmoud", son nouveau spectacle, dans lequel il s'en prend aux juifs et à Israël.

Devant un public acquis à sa cause, Dieudonné a construit son "one man show" autour de ses thèmes de prédilection: la Shoah, les juifs, l'esclavagisme et l'histoire dont il conteste "la version officielle".

Avant même l'entrée en scène de l'artiste, la parodie d'un discours nazi menace de déportation les spectateurs qui n'auraient pas éteint leur téléphone portable.

Le récit de sa rencontre en novembre dernier avec le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, - "un guide pour moi" - , qui donne son titre au spectacle, n'occupe que cinq minutes sur près d'une heure et demie.

Dieudonné raconte aussi comment il a rencontré Khaled Mechaal, le chef en exil du mouvement islamiste palestinien Hamas qui contrôle la bande de Gaza. Il le compare au "général de Gaulle de la Palestine, en plus charismatique".

Dès le début du spectacle, Dieudonné annonce s'être converti au judaïsme. "J'ai rejoint la religion du profit", lance-t-il, déclenchant l'hilarité du public.

"Quand tu entends BHL (Bernard Henri-Lévy), tu te dis que si, lui, il est philosophe, peut-être que les chambres à gaz n'ont pas existé", affirme-t-il, réglant au passage ses comptes avec des personnalités du "show business". Dieudonné compare notamment les plateaux d'invités du présentateur Arthur à une "radio communautaire".

"Je ne conteste pas la +shoah+. Je la trouve mal retranscrite. L'Histoire, c'est pour les cons et c'est un nid à problèmes", a-t-il déclaré, faisant allusion à Robert Faurisson.

En octobre 2009, Dieudonné a été condamné à 10.000 euros d'amende pour "injures" antisémites lors de la remise d'un "prix de l'infréquentabilité" à cet historien révisionniste.

"Tout ça pour une histoire de chambre à gaz", ironise-t-il.

Dieudonné met en scène dans plusieurs saynètes des juifs qui dominent des noirs, notamment une scène où un négrier juif parle à son esclave noir.

Il a été condamné le 15 novembre 2007 par la Cour d'appel de Paris à 5.000 euros d'amende pour avoir comparé en 2004 les "juifs" à des "négriers".

La cour d'appel de Paris avait confirmé le 26 juin 2008 sa condamnation à 7.000 euros d'amende pour avoir assimilé en 2005 la mémoire de la Shoah à de la "pornographie mémorielle".

Le rappeur Joey Starr était présent lors de cette première de "Mahmoud".

-------

Dieudonné condamné en appel pour diffamation envers la Licra leparisien.fr 31.12.2010, 16h12 | Mise à jour : 17h43

L'humoriste Dieudonné a été condamné vendredi par la cour d'appel de Reims (Marne) à 10 000 euros de dommages et intérêts au profit de la Licra.
L'association le poursuivait pour des propos jugés diffamatoires tenus dans le journal l'Union en avril 2009, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

La cour, qui a multiplié par deux les dommages et intérêts auxquels l'humoriste avait été condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Reims en juin, a confirmé sa condamnation à 5 000 euros d'amende.

Dans une interview publiée par le journal régional le 25 avril 2009, Dieudonné - qui devait se produire à Reims quelques jours après - qualifiait les associations comme la Licra «d'associations mafieuses qui organisent la censure, (...) qui nient tous les concepts du racisme, à part celui qui concerne les juifs. En fait, ce ne sont que des officines israéliennes».

La Licra (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme) avait réclamé 10 000 euros de dommages et intérêts lors de l'audience du 9 mars 2010 où Dieudonné avait lui-même assuré sa défense, niant avoir tenu de tels propos.

Le jugement sera publié dans l'Union, Le Monde et Le Parisien.

Dieudonné M'Bala M'Bala, d'origine camerounaise, a été condamné à plusieurs reprises par le passé en France pour injures raciales à la suite de propos sur la Shoah et les Juifs. leparisien.fr

--------

Dieudonné interdit de salle à Genève: la justice donne raison à l'humoriste (AFP) – 31 décembre 2010

GENEVE — Le tribunal fédéral suisse a donné raison à l'humoriste français Dieudonné auquel la ville de Genève avait refusé de donner une salle en décembre 2009 au motif que celui-ci était antisémite.

"Que Dieudonné ait à plusieurs reprises, par le passé, eu des attitudes provocatrices et tenu des propos choquants, ne permet pas d'interdire qu'il se produise en public", estime la plus haute juridiction de la Confédération, dans un arrêt publié vendredi.

"Il résulte de ce qui précède que la décision de la ville de Genève consacre une violation de la liberté d'expression", poursuit-il.

En mai 2010, un tribunal administratif suisse avait déjà donné raison à l'humoriste et la ville de Genève avait décidé d'intenter un recours auprès du tribunal fédéral.

Dans son arrêt, le tribunal fédéral explique que les autorités genevoises avaient fait "valoir qu'il n'y a pas eu de violation de la liberté d'opinion et que, de toute façon, le refus de louer la salle à Dieudonné était justifié par le risque important de troubles à l'ordre public et respectait le principe de la proportionnalité".

La ville de Genève avait aussi souligné que le théâtre dans lequel Dieudonné souhaitait se produire était régi par les règles de droit privé et qu'en conséquence elle "ne serait dès lors pas tenue de mettre en oeuvre les droits fondamentaux".

Un argument rejeté par le tribunal fédéral, qui, dans son arrêt publié vendredi, considère que "quiconque assume une tâche de l'Etat est tenu de respecter les droits fondamentaux".

Dieudonné avait finalement présenté son spectacle "Sandrine", qui traite de la violence conjugale, fin mai 2010 dans une salle appartenant à la Fondation de la Cité universitaire de Genève.

Dieudonné M'Bala M'Bala, d'origine camerounaise, a été condamné à plusieurs reprises par le passé en France pour injures raciales à la suite de propos sur la Shoah et les Juifs.

-------

leparisien.fr 22.01.2011, 07h00 La rencontre Zemmour-Dieudonné

Surprise, hier, dans un restaurant du VIe arrondissement de Paris. Alors que le chroniqueur Eric Zemmour recevait le premier prix de la liberté d’expression, décerné par les internautes du site Enquête et débat, l’humoriste controversé Dieudonné a fait son apparition.

Quelques invités ont aussitôt quitté la salle. L’humoriste, condamné en 2009 pour « injures » antisémites, est venu apporter son soutien au journaliste du « Figaro », également poursuivi pour diffamation et incitation à la haine raciale par les associations antiracistes.

« J’espérais obtenir le prix. Dommage », s’est amusé Dieudonné. Avant d’ajouter, « la place d’Eric Zemmour n’est pas dans un tribunal ». Le polémiste a posé devant les photographes avec l’humoriste.

--------

Dieudonné condamné en appel pour son spectacle avec Faurisson ouest-france.com Justice jeudi 17 mars 2011

La cour d’appel de Paris a condamné jeudi l’humoriste Dieudonné à 10.000 euros d’amende pour « injures » à caractère raciste pour des propos tenus lors d’un spectacle où il avait convié sur scène le négationniste Robert Faurisson.

Cette peine est la même que celle prononcée en première instance par le tribunal correctionnel de Paris. Le parquet général de la cour d’appel avait requis contre lui six mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende.

Il a fait le con

Dieudonné M’Bala M’Bala, absent à l’énoncé du jugement, était jugé pour avoir fait remettre à Robert Faurisson, par quelqu’un déguisé en déporté juif, un « prix de l’infréquentabilité », le 26 décembre 2008 sur la scène du Zénith de Paris, lors d’une représentation de son spectacle « J’ai fait le con ».

Lors de l’audience le 3 février, Dieudonné s’était plaint devant la cour d’appel d’être victime de l’acharnement des associations antiracistes. Une douzaine de parties civiles, dont SOS Racisme, le Mrap ou encore la Ligue des droits de l’Homme, poursuivaient l’humoriste dans cette affaire initiée par le ministère public.

Au nom de l’humour

La cour d’appel a en plus de l’amende condamné l’humoriste à verser 500 euros à chacune des associations au titre des frais de justice.

« C’est la première fois qu’un artiste se retrouve devant une cour d’appel pour demander :” Est-ce que j’ai le droit de faire rire mon public ?” », avait regretté le 3 février devant la cour, l’homme de spectacle, en se retranchant derrière le droit à l’humour et la liberté d’expression.

Deux condamnations pour propos antisémites ont déjà été prononcées à l’encontre de l’homme de spectacle, qui a fait également de la politique.

La cour d’appel de Paris avait confirmé le 26 juin 2008 sa condamnation à 7 000 euros d’amende pour avoir assimilé en 2005 la mémoire de la Shoah à de la « pornographie mémorielle ». La cour d’appel l’avait condamné le 15 novembre 2007 à 5 000 euros d’amende pour avoir comparé en 2004 les « Juifs » à des « négriers ».

-------

Dieudonné interdit de spectacle à Montréal Par LEXPRESS.fr, publié le 11/05/2012 à 21:12

L'humoriste très controversé devait présenter de lundi à jeudi prochains quatre représentations du spectacle "Rendez-nous Jésus" au Canada. L'annulation de ses spectacles intervient après la dénonciation de ses "idées haineuses" par une association juive.

Une série de spectacles que l'humoriste français controversé Dieudonné devait donner à Montréal la semaine prochaine a été annulé à la suite notamment de protestations d'une association juive.

Le théâtre Corona, où Dieudonné devait présenter de lundi à jeudi prochains quatre représentations du spectacle "Rendez-nous Jésus", a confirmé l'annulation, évoquant "un différend contractuel".

L'annulation survient après une intervention du Centre consultatif des relations juives et israéliennes de Montréal auprès du théâtre Corona et de son propriétaire, le groupe Evenko. "Nous sommes satisfaits de constater que M. Dieudonné de par ses rodomontades antisémites et ses provocations haineuses continue de se marginaliser non seulement en France et en Belgique mais ici aussi au Québec", a déclaré le directeur adjoint du centre consultatif, David Ouellette.
"Vous savez, en prônant la liberté d'expression, nous croyons aussi que dans une société civilisée comme la nôtre, les idées haineuses comme celles que propage M. Dieudonné devraient être reléguées aux marges de la société", a-t-il ajouté

Virulent agitateur antisémite

Dans ses démarches auprès du Corona et d'Evenko, le centre avait rappelé qu'"il est notoire que cet individu a depuis longtemps cessé d'être un comédien et s'est transformé en un virulent agitateur antisémite, qui non seulement côtoie et promeut des négationnistes de la Shoah, mais est subventionné par le régime antisémite iranien".

Dieudonné n'est pas au bout de ses peines avec son spectacle, qui a été interrompu par la police mercredi soir à Bruxelles, où il risque de nouvelles poursuites judiciaires pour "xénophobie" et "incitation à la haine raciale" en Belgique. En France, une association juive a aussi demandé l'annulation du spectacle qu'il doit présenter samedi au Zénith de Strasbourg.

-------

Dieudonné se vante du soutien de 100 000 personnes contre la Licra Par Xavier Colas Publié le 15 novembre 2013 http://www.terrafemina.com/societe/societe/articles/32993-dieudonne-se-vante-du-soutien-de-100-000-personnes-contre-la-licra.html

Nouvelle passe d'armes entre Dieudonné et la Licra. L'ex-humoriste s'est félicité, vendredi 15 novembre, des 100 000 signatures recueillies par sa pétition réclamant la dissolution de l'organisation antiraciste.

« Un trouble à l'ordre public perpétuel, perfide, et nocif », tels sont les mots employés par Dieudonné M'bala M'bala pour qualifier la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra). L'ex-humoriste a lancé, depuis le début de mois de juillet, une pétition hébergée par le site Change.org. Celle-ci réclame la dissolution pure et simple de l'organisation antiraciste.

« Quenelle de 100 000 »

La Licra est présentée par Dieudonné comme une organisation nuisant « aux valeurs fondamentales de la République », oeuvrant « au profit de l'hégémonie esclavagiste américano-sioniste, imposée au peuple au niveau planétaire sous l'intitulé revendiqué "du nouvel ordre mondial" » (sic).

Alors que le texte vient de franchir le cap des 100 000 signatures, Dieudonné a décidé de poursuivre, sur Twitter, sa diatribe contre le mouvement antiraciste. « Quenelle de 100 000 dans le fion de la Licra ! Merci à vous », a-t-il asséné sur le site de microblogging. « Aucune influence sur l'actualité et l'ardeur de notre combat contre le racisme », a répliqué la Licra, dans un tweet posté ce vendredi.

-------------

Pour Hollande, la caractère antisémite de la quenelle "ne peut pas être nié" Mis à jour : 30-12-2013 19:24 - Créé : 29-12-2013 17:07 http://www.metronews.fr/sport/reactions-pour-hollande-la-caractere-antisemite-de-la-quenelle-ne-peut-pas-etre-nie/mmlC!5X2hZHDmrORw/

POLEMIQUE – Depuis son geste subversif pour fêter ses buts avec West Bromwich samedi, c'est une déferlante de critiques qui s'abat sur l'attaquant français. Représentants religieux ou hommes et femmes politiques, beaucoup de gens ont réagi à la "quenelle" de Nicolas Anelka.

Une condamnation œcuménique. C'est sans doute le seul point positif de la polémique créée par la "quenelle" de Nicolas Anelka : Juifs et Musulmans se sont retrouvés sur la même longueur d'onde afin de critiquer le geste du joueur. Ils ne sont d'ailleurs pas les seuls, puisque beaucoup d'autres personnes ont réagi. Metronews fait le point sur les critiques mais aussi les soutiens dont jouit Nicolas Anelka. Lui qui vient d'affirmer sur son compte Twitter :

François Hollande : Depuis Ryad, où il est en déplacement, le Président de la République s'est exprimé sur la polémique autour du geste de la "quenelle". Dimanche, il a affirmé qu'il convenait "d'approuver et soutenir" le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui étudie les moyens d'interdire les spectacles de l'humoriste Dieudonné, plusieurs fois condamné pour antisémitisme. Ajoutant que "le caractère antisémite ne peut pas être nié"

La Grande Mosquée de Paris : Par la plume de son recteur Dalil Boubakeur, la Grande Mosquée de Paris a condamné "énergiquement" dans un communiqué "le geste ambigu" de Nicolas Anelka. Une "quenelle" considérée comme antisystème et surtout antisémite qui va à l'encontre "des valeurs hautement humanistes et universelles de paix, de convivialité et de fraternité" du sport.

L'Union des étudiants juifs de France : L'association a dénoncé "la lâcheté du soutien de Nicolas Anelka à Dieudonné", assurant "qu'à l'instar de Dieudonné qui se cache sous le masque de l'humour, les personnes qui miment le geste de la 'quenelle' n'assument pas leur antisémitisme".

Valérie Fourneyron, ministre des Sports :
Chantal Jouano, ancienne ministre des Sports : "La quenelle est un geste nazi, clairement antisémite et connu comme tel. Ce n’est pas la peine de tergiverser sur l’interprétation, a estimé la sénatrice UDI de Paris sur Europe 1. Le problème d’Anelka, comme de Dieudonné, c’est qu’ils ne savent que faire parler d’eux en mal. Il (le joueur) doit être sanctionné."

Keith Downing, l'entraîneur d'Anelka : "Ça n'a rien à voir avec ce qui a été dit. C'est dédié à un comique français qu'il connaît très, très bien, a expliqué le coach de West Bromwich au micro de Sky Sports. Je pense que les spéculations peuvent être stoppées, c'est vraiment de la foutaise. Il n'est pas au courant des problèmes ou de ce qui s'est dit autour de cela, il est très surpris".

---------

Taubira : Dieudonné, ce "pitoyable bouffon" Par Fabienne Cosnay Publié le 3 janvier 2014 à 13h12 Mis à jour le 3 janvier 2014 à 19h14 http://www.europe1.fr/Politique/Taubira-Dieudonne-ce-pitoyable-bouffon-1761233/

Dans une tribune, la ministre de la Justice ne ménage pas l'humoriste controversé.

Jamais elle ne cite son nom, comme pour mieux marquer son mépris. Dans une tribune publiée vendredi sur le Huffington Post et intitulée Ébranler les hommes, Christiane Taubira prend à son tour la parole pour s'exprimer sur l'affaire Dieudonné, alors que son collègue à l'Intérieur, Manuel Valls, est monté au front pour demander l'interdiction a priori des spectacles de l'humoriste.

"Faut-il frayer avec les monstres ?" Sans le nommer donc, Christiane Taubira se livre à une attaque sans concession de Dieudonné. "Il est triste, infiniment triste, d'achever une année sur les pitreries obscènes d'un antisémite multirécidiviste", regrette la ministre de la Justice. "Faut-il frayer avec les monstres pour trouver quelque plaisir à se faire complice, après coup, de ce crime contre l'humanité ? Faut-il avoir rompu avec les hommes pour ne pas être saisi d'effroi à l'évocation de la machination démente qui a organisé le discrédit, la cabale, les rafles, le transport surencombré, la promiscuité, le tri à l'arrivée, l'entassement dans les camps, le rituel macabre de la procession jusqu'aux chambres à gaz ?", s'interroge Christiane Taubira.

La garde des Sceaux a choisi d'intituler sa tribune Ebranler les hommes, en référence à la citation de l'économiste Albert Hirschman : "Au nombre des choses capables d'ébranler les hommes, il y a le souci des autres". Christiane Taubira fustige aussi le public de Dieudonné. "Faut-il que son talent soit stérile pour qu'il n'ait d'autres motifs pour faire s'esclaffer des esprits irresponsables ou incultes ou pervers, qu'une tragédie, un génocide, un indicible drame ?", se demande t-elle.

"Ces ignominies sont des délits". Pour la ministre de la Justice, le cas Dieudonné ne relève pas du débat sur la liberté d'expression. "La liberté d'expression doit demeurer le principe. Ce principe ne peut servir de paravent à des ignominies. Ce qui relève du débat public doit être débattu. Ce qui relève de la Justice doit être sanctionné. Ces ignominies sont des délits. Elles sont matière pour la Justice", écrit Christiane Taubira. Alors que Manuel Valls propose l'interdiction des spectacles de l'humoriste controversé, Christiane Taubira se penche sur les sanctions et défend les magistrats. "La Justice n'a pas failli". Les procureurs ont poursuivi, les juges ont jugé. Les condamnations sont multiples. Il appartient aux magistrats d'apprécier le degré de gravité qu'induit la multirécidive. Mais il revient aussi à la Justice de veiller à l'exécution de ses décisions", souligne la garde des Sceaux. Dieudonné rattrapé par la police belge

La question de l'insolvabilité. Condamné à huit reprises, notamment pour antisémitisme ou injure raciale, Dieudonné doit plus de 65.000 euros d'amendes au Trésor public. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a affirmé vendredi sur Europe 1 que "tous les services de l'Etat" allaient se mobiliser pour le contraindre à payer. "Il a été condamné, il faut que la loi passe. Les services de l'Etat, qui savent ce qu'il en est, iront jusqu'au bout", a affirmé le ministre, estimant que l'humoriste tentait d'organiser son insolvabilité pour éviter d'avoir à payer. "L'organisation frauduleuse d'insolvabilité est punie par la loi", a rappelé vendredi Christiane Taubira. Si l'organisation d'insolvabilité, passible de trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende, "est avérée, elle doit faire l'objet des diligences nécessaires", écrit la ministre.

"Descendre dans l'arène et résister". Si la sanction est nécessaire, elle ne sera pas suffisante, estime Christiane Taubira. "Pas lorsqu'un pitoyable bouffon spécule davantage sur les dividendes d'un scandale que sur les risques judiciaires", assène la ministre de la Justice. Pour lutter contre ces "provocations putrides [qui] testent la société", la garde des Sceaux demande à chacun de résister, de "descendre dans l'arène" afin de "faire reculer cette barbarie ricanante".

Taubira, cible de Dieudonné. Christiane Taubira a fait les frais des "pitreries obscènes" de l'humoriste. Dans une vidéo postée sur YouTube en novembre, visionnée à ce jour par plus de 1,3 million d'internautes, Dieudonné revenait sur les propos tenus par une candidate FN, qui, face caméra, avait assumé un photomontage comparant la garde des Sceaux à un singe. "Je suis vraiment choqué. En tant que mâle chimpanzé originaire du Golfe de Guinée, comparer Christiane Taubira a une femelle chimpanzé, c’est insultant. Cela représente même une injure à l’égard des chimpanzés. Car aucun d’entre nous n’a jamais fait la promotion du mariage pour tous, non. Non, ce sont les bonobos dans la forêt qui suggèrent par leurs pratiques ce type de fonctionnement. Que vous la traitiez de bonobo, bon, à la limite…", avait commenté Dieudonné.

-----------

Amendes : Valls et Taubira déterminés à faire payer Dieudonné Par Laure Daussy le 03/01/2014 http://www.arretsurimages.net/breves/2014-01-03/Amendes-Valls-et-Taubira-determines-a-faire-payer-Dieudonne-id16643

Condamné à de multiples reprises, notamment pour incitation à la haine raciale, Dieudonné n'a jamais payé ses amendes au Trésor public. Personne ne s'en était soucié jusqu'à ce qu'il revienne sous les feux de l'actualité. Christiane Taubira et Manuel Valls s'assurent aujourd'hui déterminés à ce qu'il paye.

Avec ses multiples condamnations, 10 au total que nous résumions ici, Dieudonné doit au total 65 000 euros au Trésor Public selon le Parquet de Paris (un peu plus de 37 000 euros pour les amendes déjà mises à exécution, plus 28 000 euros pour deux dernières condamnations, notamment pour "Shoah-nanas" pas encore "mise à exécution", mais "c'est une question de jours", selon le Parquet).

Plus de dix ans de procès et de condamnations se sont succédés sans que le condamné ne paye ses amendes, donc. Désormais, les politiques assurent que tout sera mis en oeuvre pour le faire acquitter le montant de ses condamnations. Dans une interview vendredi 3 janvier sur Europe 1 le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls accuse Dieudonné de "tenter d’organiser son insolvabilité pour s’affranchir de sanctions pénales et ne pas payer les amendes". Il affirme : "Tous les services de l’Etat doivent être très déterminés. Je ne sais pas s’il y a eu des défaillances. En tout cas, le simple citoyen qui ne paye pas une amende, on lui réclame avec des majorations, donc personne ne doit être au-dessus des lois."

Même tonalité pour la ministre de la Justice Christine Taubira, dans une tribune publiée sur Le HuffPost : "La Justice n'a pas failli. Les procureurs ont poursuivi, les juges ont jugé. Les condamnations sont multiples. Il appartient aux magistrats d'apprécier le degré de gravité qu'induit la multirécidive. Mais il revient aussi à la Justice de veiller à l'exécution de ses décisions. (...) L'organisation frauduleuse d'insolvabilité est punie par la loi, aux termes de l'article 314-7 du code pénal ; et si elle est avérée, elle doit faire l'objet des diligences nécessaires. Au titre de l'unité de l'Etat, le Trésor public doit être en mesure de procéder, par tous moyens de droit, au recouvrement des sommes dues au regard des décisions de justice."

La ministre ajoute : "Sanctionner avec efficacité est indispensable mais ne suffira pas. (...) Il faut donc descendre dans l'arène, disputer pied à pied, pouce par pouce l'espace de vie commune, faire reculer cette barbarie ricanante, la refouler, occuper le terrain par l'exigence et la convivialité."

Comment fait Dieudonné pour organiser son insolvabilité ? Une enquête du Monde détaille les montages financiers et les "astuces" de l'humoriste. "Depuis 2006, on court après l'argent qu'il nous doit. On a tout essayé. On a demandé à toutes les structures pour les artistes qui devraient détenir des fonds pour lui", raconte Alain Jakubowicz, avocat et président de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme. "On a aussi tenté de saisir ses parts sociales, les recettes de ses spectacles… sans succès. Il a instauré un système d'écrans pour se déclarer insolvable".

Il est impossible de saisir les revenus de Dieudonné car il a démissionné de la Sacem, (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de musique), ce qui empêche de facto de bloquer ses droits, précise Le Monde. Par ailleurs, Dieudonné n'est ni salarié ni associé en capital dans les sociétés qui gèrent ses spectacles et son image, explique le quotidien. Et comme ce sont ces sociétés qui perçoivent les recettes, lui-même ne touche rien de manière directe. "C'est la compagne de Dieudonné, Noémie Montagne, qui est au cœur de ce montage. Elle détient la moitié des parts sociales des Productions de la plume, la SARL qui produit les spectacles de Dieudonné, dont elle est par ailleurs la gérante. L'autre associée, depuis octobre 2011, est la mère de M. M'bala M'bala. Tout se passe donc en famille", raconte Le Monde. Et ce sont des sociétés prospères : entre fin 2010 et fin 2012, le résultat net a pratiquement quadruplé, atteignant 230 290 euros en 2012 contre 62 000 en 2010 selon les chiffres du quotidien. Noémie Montagne veille aussi sur le business de la quenelle : c'est elle qui a déposé à l'Institut national de la propriété industrielle les marques "Quenelle +" et "Quenelle", comme nous le précisions dans cet article.

----------

Dieudonné contestera toute interdiction Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 06/01/2014 à 18:17 Publié le 06/01/2014 à 18:00 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/01/06/97001-20140106FILWWW00488-dieudonne-contestera-toute-interdiction-de-son-spectacle-en-justice.php

Dieudonné contestera devant la justice administrative toute décision d'interdiction de son spectacle, a indiqué aujourd'hui l'avocat du polémiste, Jacques Verdier.

"Bien sûr il y aura un référé et mon client agira immédiatement contre cette décision qui est visiblement déjà prise", a dit l'avocat, après la publication d'une circulaire du ministre de l'Intérieur Manuel Valls appelant les préfets à interdire la tenue des spectacles de Dieudonné, qui doit entamer jeudi à Nantes une tournée.

----------

Action en justice de Dieudonné : le tribunal administratif de Pau se déclare incompétent Par La rédaction de RTL.fr , Avec AFP | Publié le 08/01/2014 à 17h41 http://www.rtl.fr/actualites/info/article/action-en-justice-de-dieudonne-le-tribunal-administratif-de-pau-se-declare-incompetent-7768632458

La première action judiciaire initiée par Dieudonné a été étudiée ce mercredi par le tribunal administratif de Pau, qui s'est déclaré incompétent en la matière.

Le tribunal administratif de Pau a rejeté le référé-liberté présenté par l'humoriste Dieudonné contre l'annulation de son spectacle à Biarritz, estimant que sa demande relevait du juge judiciaire et non de la justice administrative.

La mairie de Biarritz a annulé la représentation en raison de "travaux d'urgence" dans la Gare du Midi, la salle louée pour le spectacle de l'humoriste le 14 mars. Il s'agit du tout premier référé, avant Nantes et Bordeaux, à être examiné par la justice.

Le contrat de location de la salle "est un contrat de droit privé qui ne relève pas de la compétence des tribunaux administratifs mais des tribunaux judiciaires", précise le tribunal, saisi lundi par l'humoriste.

---------

Dieudonné : le spectacle autorisé à Nantes le Jeudi 9 Janvier 2014 à 14:21 mis à jour à 14:58 Par Guillaume Gaven http://www.franceinfo.fr/justice/nantes-le-spectacle-de-dieudonne-aura-lieu-ce-soir-l-arrete-d-interdiction-1275535-2014-01-09

Dieudonné jouera bien ce soir à Nantes : le tribunal administratif a suspendu, en référé, l'arrêté préfectoral qui interdisait son spectacle. Il a estimé que celui-ci ne pouvait "être regardé comme ayant pour objet essentiel de porter atteinte à la dignité humaine". Le ministre de l'Intérieur a immédiatement saisi le Conseil d'Etat, qui se réunira dès 17h. Décision attendue avant le début du spectacle.

La première étape de la tournée de Dieudonné aura bien lieu. Son spectacle, Le mur, sera joué ce soir au Zénith de Nantes. Le tribunal administratif de la ville, saisi en référé, a suspendu l'arrêté préfectoral qui interdisait sa tenue.

Selon le communiqué du tribunal, ce spectacle "ne peut être regardé comme ayant pour objet essentiel de porter atteinte à la dignité humaine". De plus, selon lui "le risque de troubles publics causés par cette manifestation pour lesquels il n'est pas établi que le préfet ne disposait pas des moyens nécessaires au maintien de l'ordre public ne pouvait fonder une mesure aussi radicale que l'interdiction de ce spectacle". Le Conseil d'Etat saisi

Juste après cette annonce, l'avocat de l'humoriste a fait part de sa "grande satisfaction". Et Me Jacques Verdier a ajouté que, selon lui, les arrêtés d'interdiction pris à Tours (pour le spectacle de vendredi) et Orléans (pour samedi), qui ont été pris dans les mêmes termes, devraient connaître le même sort. "C'est la défaite de M. Valls, c'est la défaite de M. Ayrault", a-t-il conclu.

La réponse des autorités n'a pas tardé : le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a "immédiatement" saisi le Conseil d'Etat pour faire appel de ce jugement. Selon lui, la décision du tribunal "n'éteint pas les voies de droit" car il a tout de même "confirmé la thèse qui fait du respect de la dignité de la personne humaine une composante fondamentale de l'ordre public". Le Conseil d'Etat se réunira dès la fin d'après-midi, à 17h, pour statuer très rapidement - avant le début du spectacle.

Mercredi matin, 90% des 6.300 places étaient déjà vendues (à 43€ pièce), selon le responsable du Zénith de Nantes.

--------

Dieudonné veut jouer un nouveau spectacle dans la journée à Paris Publié le 11/01/2014 à 10:40, Mis à jour le 11/01/2014 à 10:40 http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/11/1792439-dieudonne-veut-jouer-nouveau-spectacle-journee-paris.html

Le polémiste Dieudonné, dont le spectacle "Le Mur" a déjà été interdit à deux reprises par la justice, veut donner samedi en début d'après-midi à Paris une nouvelle version de son one man show que le préfet de police a d'ores et déjà interdit.

Sur sa page Facebook visible samedi matin, Dieudonné annonce une première séance à 14h00 au théâtre de la Main d'Or (XIe). Selon le site de réservation du spectacle, trois autres séances sont prévues à 16h00, 19h30 et 22h00.

Après la confirmation par le Conseil d'Etat de l'interdiction des séances du "Mur" à Nantes jeudi puis à Tours vendredi, le tribunal administratif d'Orléans doit rendre samedi à 11H00 sa décision sur le recours de Dieudonné contre l'arrêté du maire d'Orléans qui interdit son spectacle le soir même au Zénith de la ville.

L'un des avocats de Dieudonné, Me Sanjay Mirabeau, a prévenu vendredi : "A chaque fois que nous aurons une décision d'interdiction en première instance, nous irons au Conseil d'Etat".

Quant au préfet de police de Paris, il a interdit vendredi en fin de soirée par arrêté les prochains spectacles de Dieudonné au Théâtre de la Main d'Or, samedi, dimanche, lundi, mardi et mercredi programmés au tout dernier moment par l'artiste. Initialement, la prochaine représentation du "Mur" à Paris était prévue pour jeudi et le préfet de police avait déjà engagé une procédure d'interdiction.

Parallèlement à cette programmation surprise, Dieudonné a annoncé sur une vidéo de deux minutes un "nouveau spectacle de danse et de musique, de mime et même de quelques mouvements de taï-chi". L'affiche de ce spectacle, "écrit en trois nuits qui s'inspire de mythes ancestraux et de croyances primitives" et intitulé "Asu Zoa", représente un éléphant dans la savane.

"Valls m'a déclaré la guerre", affirme Dieudonné, ajoutant dans cette vidéo qu'il y a eu une "non violence extraordinaire à Nantes" et qu'il "était clair que l'Etat, Manuel Valls, avaient l'intention qu'il y ait des troubles".

Le polémiste propose par ailleurs à son public d'acheter "de manière massive" le DVD de son spectacle : "Plus vous serez nombreux et plus je pourrai continuer le combat". Il demande d'envoyer un chèque de 43 euros à l'ordre des Productions de la Plume ou le ticket du spectacle annulé de la tournée.

En attendant, Dieudonné ne précise pas les termes qui seraient employés dans son nouveau spectacle "Asu Zoa". Me Mirabeau a dit vendredi que Dieudonné pourrait proposer au maire de Tours Jean Germain (PS), de jouer un autre spectacle, assurant que son client "réfléchit fortement à la solution".

Au cours de précédentes représentations de son spectacle "Le Mur", Dieudonné s'est notamment livré à des attaques contre des personnalités juives, notamment le journaliste de France Inter Patrick Cohen. "Il pourrait, par exemple, faire un spectacle uniquement sur la communauté noire", a assuré Me Mirabeau.

Comme en écho, Arno Klarsfeld, de l'Association des fils et filles des déportés juifs de France (FFDJF), a annoncé vendredi à l'AFP que la FFDJF ne voyait pas d'opposition à ce que Dieudonné fasse un spectacle si celui-ci s'engageait à ne plus tenir de propos antisémites.

"Puisque Dieudonné est un multirécidiviste de l'incitation à la haine raciale, des propos antisémites et négationnistes, s'il s'engage par écrit devant un juge à ne plus tenir de tels propos, l'Association des fils et filles des déportés juifs de France ne voit pas d'opposition à ce qu'il fasse un spectacle".

"Ce spectacle", a ajouté Arno Klarsfeld, "ne serait dès lors plus un meeting anti-Juifs et cet engagement mettrait fin à un trouble de l'ordre public", argument du Conseil d'Etat pour confirmer l'interdiction du spectacle.

Dieudonné a de toute façon appelé ses partisans vendredi après-midi sur sa page Facebook à manifester le 26 janvier à la Bastille à Paris.

---------

La police perquisitionne les propriétés de Dieudonné Mis à jour le 28.01.2014 http://www.tdg.ch/monde/europe/police-perquisitionne-proprietes-dieudonne/story/25092722

Ces perquisitions, auxquelles s'ajoute celle du théâtre parisien dans lequel se produit le polémiste, se déroulent dans le cadre d'une enquête préliminaire du parquet de Paris. La police a perquisitionné mardi les propriétés et le théâtre parisien de Dieudonné, a-t-on appris de source judiciaire. Ces perquisitions se déroulent dans le cadre d'une enquête préliminaire du parquet de Paris pour organisation frauduleuse d'insolvabilité, blanchiment et abus de biens sociaux.

La justice cherche notamment à vérifier la régularité des appels aux dons lancés par Dieudonné pour payer ses amendes pénales ou le rachat, par sa compagne, de sa propriété qui avait été saisie par le fisc. Le polémiste doit au Trésor public plus de 65'000 euros d'amendes liées à ses condamnations pour propos antisémites.

Lors des perquisitions de mardi, des documents comptables ont été saisis par les enquêteurs de l'office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales et de la Direction centrale de la police judiciaire, a indiqué une de ces sources.

Plusieurs enquêtes en cours

Dieudonné, dont un récent spectacle a été interdit en raison de sa tonalité jugée antisémite, est visé par plusieurs enquêtes sur ses finances. Dans celle qui lui a valu les perquisitions, les enquêteurs veulent se pencher sur son patrimoine et des mouvements de fonds, notamment plus de 400'000 euros expédiés au Cameroun depuis 2009, alors que le polémiste n'avait acquitté le montant d'aucune de ses amendes début janvier.

L'enquête pourrait aussi porter sur les conditions dans lesquelles la boîte de production gérée par sa compagne, Noémie Montagne, a racheté pour 550'000 euros une propriété de Dieudonné, mise aux enchères publiques forcées en raison d'une dette fiscale de près de 900'000 euros.

Parallèlement, une information judiciaire est ouverte au pôle financier à Paris pour "organisation frauduleuse d'insolvabilité" après une plainte avec constitution de partie civile de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), qui a fait condamner le polémiste à des dommages et intérêts pour injures raciales mais affirme n'avoir jamais pu récupérer les sommes.

Une enquête préliminaire a également été ouverte par le parquet de Paris sur les appels aux dons lancés par Dieudonné sur internet pour payer ses amendes, ce que la loi interdit.

L'humoriste avait par ailleurs été placé en garde à vue la semaine dernière, puis relâché, à la suite d'une plainte d'un huissier l'accusant d'avoir tiré dans sa direction alors qu'il venait lui signifier un commandement à payer. (afp/Newsnet) Créé: 28.01.2014, 12h31

----------

Dieudonné à Marseille : une manifestation et des forces de police Marseille / Publié le Dimanche 02/02/2014 à 16H57 http://www.laprovence.com/article/actualites/2734193/dieudonne-a-marseille-une-manifestation-et-des-forces-de-police.html Fred Guilledoux

Un millier de personnes ont manifesté en ce début d'après-midi à La Joliette contre Dieudonné qui se produit ce dimanche au Silo à Marseille. Organisé par des instances représentant la communauté juive, ce rassemblement a été marqué par la présence d'élus de droite, comme Roland Blum, Caroline Pozmentier et Daniel Sperling, et de gauche, notamment Christophe Masse, Pascal Chamassian et le député Avi Assouly.

Sur place, plusieurs véhicules de police stationnaient afin de parer à une éventuelle contre-manifestation. Un important service d'ordre s'était également déployé : gants en kevlar, cagoules, tentative de contrôle d'identité, autant de signes qui ont nui à la dignité de ce rassemblement.

Présidente du CRIF-Marseille, Michèle Touboul a salué "la réaction et l'efficacité du ministre de l'Intérieur Manuel Valls" dans l'affaire Dieudonné. Elle a en revanche mis en cause les dérapages de la manifestation "Jour de colère" : "La haine s'est répandue sur la place publique. Le combat du CRIF, c'est de participer au maintien d'un équilibre fragile. Aidés de nos frères chrétiens et musulmans, nous nous battrons".

Présent lors de la manifestation, Roland Blum (UMP) a justifié la non-interdiction par la mairie du spectacle qui se tient au Silo, une salle municipale : "Nous protestons contre les propos de cet individu, néanmoins les salles lui sont ouvertes à Marseille comme un peu partout en France parce qu'il s'agit d'un spectacle différent. Bien évidemment, s'il avait maintenu le spectacle immonde pour lequel il a été condamné, la Ville s'y serait opposée".

Ancien député et actuel premier adjoint du maire de la ville Jean-Claude Gaudin, Roland Blum explique qu'il aurait été "inacceptable que des propos antisémites et négationnistes soient tenus, particulièrement à Marseille, une ville où existe une unité qu'il importe de préserver". L'élu a laissé entendre que des policiers seraient présents dans la salle : "Si les propos sont tenus, le spectacle sera arrêté." Une information dont il n'a pas été possible d'obtenir confirmation.

A quelques centaines de mètres de là, le public de Dieudonné est arrivé très en avance au Silo. Il est entré dans la salle dans le calme. Sans surprise, la "quenelle" servait toutefois de signe de salut. Un spectateur est également arrivé avec un ananas, une référence à un sketch pour lequel Dieudonné a été condamné en appel en novembre dernier.

------------

Quenelle d'Anelka : Dieudonné indésirable en Grande-Bretagne

Le Point.fr - Publié le 03/02/2014 à 15:05 - Modifié le 03/02/2014 à 17:50 http://www.lepoint.fr/societe/quenelle-d-anelka-dieudonne-indesirable-en-grande-bretagne-03-02-2014-1787443_23.php Le comédien comptait soutenir le footballeur, qui pourrait être sanctionné pour sa quenelle du 28 décembre.

Il a été interdit d'entrée sur le territoire.

Dieudonné a été interdit lundi d'entrée au Royaume-Uni, une mesure administrative rarissime prise par les autorités britanniques alors que le polémiste français avait apporté son soutien au footballeur Nicolas Anelka, auteur d'un geste controversé surnommé la quenelle. "Nous pouvons confirmer que M. Dieudonné fait l'objet d'une mesure d'interdiction d'entrée", a déclaré un porte-parole du Home Office. La ministre de l'Intérieur, Theresa May, "cherchera à interdire d'entrée au Royaume-Uni toute personne si elle considère qu'il y a des raisons politiques ou de sécurité publique nécessitant de le faire", a ajouté le porte-parole.

L'interdiction d'entrer au Royaume-Uni est une mesure rarissime, appliquée ces dernières années notamment au pasteur extrémiste américain Terry Jones et à deux militants américains anti-islam, Pamela Geller et Robert Spencer. Londres avait estimé que leur présence porterait atteinte au bien public. La décision à l'encontre de Dieudonné a été prise alors que l'humoriste, au coeur d'une très vive polémique en France et condamné à plusieurs reprises dans ce pays notamment pour antisémitisme ou injures raciales, "devait se rendre au Royaume-Uni", a précisé une source gouvernementale britannique.

Selon le journal Daily Mail, il devait se produire dans ce pays et tenir une conférence de presse en soutien au Français Nicolas Anelka. Le site officiel de Dieudonné ne mentionne toutefois pas de date de spectacle au Royaume-Uni. Et interrogé par l'AFP, l'un de ses avocats, Me Jacques Verdier, a assuré lundi ne pas savoir si son client avait l'intention de se rendre à Londres pour soutenir Nicolas Anelka. Pour Me Verdier, l'annonce du gouvernement britannique traduit "une crispation anglaise liée à la quenelle d'Anelka". "C'est navrant, mais plus rien nous étonne dans le contexte", a-t-il ajouté.

Nicolas Anelka, attaquant dans l'équipe anglaise de football West Bromwich Albion (WBA), a réalisé une quenelle après avoir marqué le 28 décembre contre West Ham, un geste popularisé par Dieudonné et qui pourrait valoir au sportif une suspension d'au moins cinq matches. La quenelle - un bras tendu vers le bas, l'autre bras replié touchant l'épaule - a été qualifiée de "salut nazi inversé" par le président de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra). Une "dédicace"

Dieudonné avait publiquement réitéré son "soutien" à Nicolas Anelka le 23 janvier dans une interview à la chaîne britannique Sky News. "Je le considère comme un frère en humanité. C'est-à-dire c'est quelqu'un de très courageux, pour qui nous avons beaucoup de respect et d'admiration. On est tous solidaires, on est tous derrière lui. On est surtout très fiers de lui, il a une posture très noble, c'est un prince pour nous", avait-il ajouté lors de cette interview réalisée en France à bord de son "Dieudobus". Nicolas Anelka affirme de son côté n'être "ni antisémite ni raciste", expliquant que sa "quenelle" était une "dédicace" anti-système à son ami Dieudonné. Il ne s'était pas exprimé lundi après-midi sur la mesure administrative britannique visant Dieudonné.

Ce dernier devait se produire lundi soir en Suisse à Nyon, sous haute surveillance policière. Les autorités de la ville comptent enregistrer la représentation avec "l'assentiment" des organisateurs du spectacle, selon un conseiller municipal, Olivier Mayor. Les polices cantonale et municipale seront, elles, mobilisées pour éviter tout dérapage dans les rues de la ville en cas d'affrontements entre pro et anti-Dieudonné. Dieudonné est actuellement en tournée pour son spectacle Asu Zoa, présenté comme nouveau après l'interdiction dans plusieurs villes françaises de son show Le mur, en raison de sa tonalité antisémite. Asu Zoa reprend cependant entièrement la trame du précédent spectacle en l'expurgeant des attaques les plus frontales contre les Juifs. L'humoriste accumule par ailleurs les difficultés judiciaires : dans le cadre d'une enquête sur son patrimoine et des mouvements de fonds, la police française a saisi la semaine dernière à son domicile 650 000 euros et 15 000 dollars en liquide.

-----------

VIDÉO. Anelka prend Jay-Z pour une quenelle Le Point.fr - Publié le 30/12/2013 à 11:12 http://www.lepoint.fr/societe/video-anelka-prend-jay-z-pour-une-quenelle-30-12-2013-1775347_23.php

Le footballeur a posté une photo où Obama et Jay-Z semblent faire une quenelle. Une photo authentique, mais qui n'a aucun rapport avec Dieudonné !

Vous ne rêvez pas : c'est bien Barack Obama et Jay-Z qui, sur cette photo, effectuent ce geste de la main vers l'épaule, ce bras d'honneur et/ou salut nazi inversé, rendu célèbre par Dieudonné et devenu l'objet d'un débat acharné. La photo a été postée dimanche par le footballeur Nicolas Anelka sur son compte twitter. Peu avant, il avait effectué une quenelle à la suite d'un but en dédicace à "son ami Dieudonné".

Le footballeur risque des sanctions de la part des instances du football britannique. Mais il n'en a cure et a passé le reste de son dimanche à assumer son geste sur Twitter. Jusqu'à poster donc cette photo où Obama et le rappeur Jay-Z posent le bras bien haut sur l'épaule. Un faux ? Pas du tout. Mais une manipulation grossière, oui.

Car le président américain est en train de se brosser l'épaule. Il reprend en effet un geste effectué par le rappeur Jay-Z dans le clip de sa chanson "Dirt off your shoulder" (brosse-toi l'épaule). Le morceau date de 2003. Durant la campagne des primaires en 2008, le candidat Obama s'était ainsi brossé l'épaule pour balayer les critiques de sa challenger démocrate Hillary Clinton.

----------

Apologie du terrorisme : Dieudonné placé en garde à vue Le Monde.fr | 14.01.2015 à 09h08 • Mis à jour le 14.01.2015 à 10h00 http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/14/apologie-du-terrorisme-dieudonne-place-en-garde-a-vue_4555652_3224.html#LAJgTV7xtJvCbS7V.99

Dieudonné M'Bala M'Bala a été placé en garde à vue à Paris, mercredi 14 janvier. Le parquet avait ouvert, lundi 12 janvier, une enquête pour « apologie du terrorisme » visant les propos tenus par l'humoriste sur sa page Facebook, dans lesquels il affirmait se sentir « Charlie Coulibaly ». Des propos tenus dans la foulée des attaques contre Charlie Hebdo et un supermarché casher, où Amédy Coulibaly avait pris des clients en otages. Quatre d'entre eux ont été tués.

Cette enquête pour apologie du terrorisme est la deuxième du genre à frapper le polémiste. En septembre 2014, le parquet de Paris avait été saisi après la diffusion d'une vidéo où Dieudonné ironisait sur la décapitation du journaliste américain James Foley par l'Etat islamique.

SPECTACLE DÉPROGRAMMÉ

« Il ne faut pas confondre la liberté d'opinion et l'antisémitisme, le racisme et le négationnisme », a réagi, lundi, le premier ministre, Manuel Valls. De son côté, Marc Ladreit de Lacharrière, l'actionnaire de plusieurs salles de spectacle Zénith en France, a donné pour instruction, lundi, à ses équipes de « ne pas programmer le spectacle de Dieudonné », intitulé La Bête humaine.

---------

Belgique: Dieudonné condamné à deux mois de prison (ferme) et 9.000 euros d'amende http://www.20minutes.fr/culture/1737627-20151125-belgique-dieudonne-condamne-deux-mois-prison-9000-euros-amende

JUSTICE Le tribunal correctionnel de Liège a condamné l'humoriste français à de la prison ferme et à 9.000 euros d'amende pour incitation à la haine...

Une nouvelle condamnation pour Dieudonné Mbala Mbala. Mercredi, l’humoriste français a été condamné par le tribunal correctionnel de Liège (Belgique) à deux mois de prison ferme et 9.000 euros d’amende pour incitation à la haine. Il est aussi contraint de publier, à ses frais, la décision du tribunal dans les quotidiens belges Le Soir et La Libre Belgique.

Dieudonné Mbala Mbala était poursuivi pour des propos tenus lors d’un spectacle en mars 2012 devant un millier de spectateurs à Herstal, près de Liège. La police en avait fait un enregistrement vidéo.

« Infraction de négationnisme »

Le jugement « considère que toutes les infractions reprochées à Dieudonné sont établies : à la fois l’incitation à la haine et diffusion de propos haineux mais aussi l’infraction de négationnisme, a expliqué à Eric Lemmens, l’avocat qui représentait les organisations juives de Belgique et le Foyer culturel juif de Liège (notedt, c'est nous qui soulignons). Pour moi c’est un jugement plus que satisfaisant, une grande victoire. »

Six mois de prison ferme avaient été requis à l’encontre de l’humoriste. Dieudonné Mbala Mbala, qui était absent lors du procès, a la possibilité de faire appel.

--------

Retour Première page