Mai 68. La déconstruction d'une société française encore traditionnelle pour la construction d'une société libertarienne ultralibérale, et la fin du général De Gaulle.

Au début des années 60 le rapatriement d'Algérie vers la métropole des pieds-noirs, notamment sepharades, a permis de renforcer les milieux anarchistes et/ou d'ultra gauche (trotskistes) existant dejà, et de renforcer, notamment, la communauté juive ashkenase.

Cela a permis le passage à l'acte révolutionnaire, à la fin des années 60, d'un certain nombre de jeunes ultra politisés et très admirateurs de l'ultra-gauche américaine influencée par les philosophes marxo-freudiens Herbert Marcuse et Wilhem Reich, notamment.

L'ennemi à abattre était évidemment le général Charles De Gaulle, parfaitement représentatif, lui et son épouse, dite "Tante Yvonne", catholiques pratiquants traditionnels, de cette société française non encore ultra-libérale, qu'il fallait détruire.

Par ailleurs :
- Le général De gaulle avait "expulsé" en 1966 les troupes américaines stationnant, dans le cadre de l'Otan, sur le territoire national, après avoir libérer la France des troupes allemandes en 1944-45.
- Le général De Gaulle avait, lors de la guerre des six jours en juin 1967, qualifié le Peuple Elu de "peuple d'Elite, sûr de lui et dominateur", ce qui avait fortement déplu à la Communauté Juive de France.

Retour Première page