Vel'd'Hiv 1995, Chirac reconnaît la légalité de Vichy

Eric Zemmour

Juin 2017. Encore une Juste condamnation républicaine, laïc et démocratique

Octobre 2016. Errare ... sed ... Encore une vérité républicainement condamnable ...

Décembre 2015. Condamné par la Justice Républicaine pour avoir dénoncé le danger communautariste hard oriental (Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie et chargé de cours aux HEC à Montréal)
Juin 2015. Selon Zemmour des méchants et des gentils, en géopolitique
Mars 2015. Départementales, la peur républicaine : L'homo "parisien" le plus médiatisé de France stigmatise enfin le petit juif berbère, un "nationaliste" dangereux ? ...
Janvier 2015. "Liberté j'écris ton nom"

Décembre 2014. 1962, 10% des habitants de l'Algérie expulsés ; 2014, les chrétiens d'Orient chassés par les islamistes ... donc c'est possible ; au nom de la République laïque et exemplaire, de l'Etat de droit et de la liberté d'expression, le ministre de l'Intérieur condamne Eric Zemmour, qui répond
Novembre 2014. Violente attaque injustifiée contre le Pape François
Octobre 2014. Cohn-Bendit versus Zemmour, qui lui préfère Poutine (quelle horreur !) et le proclame Roi du monde occidental décadent.
Janvier 2014. Stigmatisé par un Nouvel-Obs vendu au Monde

Janvier 2013. Condamné par la Justice Républicaine, satisfaction communiste

Mai 2012. Présidence normale Hollande, menacé d'être non-reconduit par RTL. Poursuivi par les assoc. social. ; défendu par Bilger

Mai 2011. Virés de France 2 par Ruquier et Barma , censure démocratique déguisée ?
Mars 2011. Ovationné par l'UMP à propos de la loi Fabius(PS)-Gayssot (PCF) ; protestation de la Licra (ps-pc) ; Rémy Pflimlin (France-Télévision) ne désavoue pas Éric Zemmour ; Serge Klarsfeld indigné
Février 2011. Condamné par la Justice démocratique pour avoir, notamment, dit une vérité sociologique ; des socialistes demandent sa mort économique
Janvier 2011. Le procès des censeurs démocratiques, sur un fait sociologique

Août 2010. Un mal-aimé, notamment, du Président
Juin 2010. Le prolo-gay socialiste est un anti-zemmour "par excellence"
Mai 2010. Violemment attaqué par le "socialiste" Georges-Marc Benamou qui le qualifie de "fasciste" ...
Avril 2010. Attaqué par Dieudonné ; Qualifié de "néfaste" chez Ruquier en janvier 2009 le censeur démocratique SOS-racisme veut la tête de Zemmour
Mars 2010. Poursuivi par les associations de la censure démocratique pour avoir constaté que "la plupart des trafiquants (de drogues) sont noirs et arabes" ; menace de licenciement du Figaro ; L'acharnement de SOS Racisme pour un fait certain ; excuses de Zemmour et attaque d'Ardisson ; après le soutien du procureur Bilger le Figaro abandonne le licenciement ; le procureur convoqué chez le procureur général

Juin 2009. Cohn-Bendit le bobo triomphant
Mai 2009. Victime des "bien-pensants" ?
Mars 2009. Primé "pour l'ensemble de son oeuvre" par les féministes et I.C. d'ultra-gauche ? NON mais les autres OUI

Janvier 2008. Va-t-on interdire le roman d'Eric Zemmour?

Bio Express
Le méchant portrait d'une féministe ennemie ...(avril 2006)

Remarquable journaliste au Figaro (droite libérale), et romancier. Juif Berbère "intégré". Courageux critique des bien-pensants "idéologiquement corrects" de la gauche caviar, et idéaliste, comme de la droite imbécile.
Remarquable portraitiste. Provocateur plus ou moins "subtil", il suscite régulièrement de mini-controverses médiatiques qui "amusent", plus ou moins, le "bon peuple de Gauche" et les humanitaristes de tout poil.
Auteur notamment de Balladur, immobile à grands pas, Grasset, Paris 1995, Le livre noir de la droite, Grasset, Paris 1998 ; Chirac, L'homme qui ne s'aimait pas, Balland, Paris, 2002 ; mais également d'un ouvrage qui révulse les "féministes" : Le premier sexe, Denoël, Paris, 2006 ; et un très remarquable "Mélancolie Française", Fayard, Paris, mars 2010.

La question juive de Chirac

1
Il s'en fout. Il est « libre ». Il s'en fout. C'est la vérité. Il s'en fout. La vérité historique, il vous dit.
Que son discours ait culbuté le mythe inventé le 18 juin 40, confirmé en 1944, de l'illégitimité du régime de Pétain, «nul et non avenu », incapable d'incarner la France parce que soumis à l'envahisseur allemand, il s'en fout.
Qu'il ait renvoyé de Gaulle à son statut sous Vichy de soldat félon, ruiné définitivement la légende d'une France résistante, il s'en fout.
Qu'il ait ravalé notre pays au rang des vaincus de l'Allemagne, et détruit la savante construction politico-juridique élaborée par le général de Gaulle et René Cassin, qui légitima l'entrée inattendue de la France dans le camp des pays vainqueurs de la guerre, avec tous ses attributs, zone d'occupation allemande, siège permanent du Conseil de sécurité, etc., il s'en fout.

Qu'il donne raison posthume à Roosevelt d'avoir jusqu'au bout privilégié les rapports avec la France de Pétain, il s'en fout.
Que Pierre Juillet et Marie-France Garaud le tancent dans Le Monde, il s'en fout.
Que Philippe Séguin pique une colère noire en mémoire de son père, mort les armes à la main en 1944, il s'en fout.
Que Pierre Messmer, Maurice Schumann lui lavent la tête à l'Elysée, il s'en fout. Qu'il contredise ainsi tous ses prédécesseurs, même son cher Pompidou, il s'en fout. Il s'en fout, il s'en fout, il s'en fout.
La question juive de Chirac in Chirac, L'homme qui ne s'aimait pas, Balland, Paris 2002, p. 185.

2
Le Président est un homme d'habitudes; d'ordre, jusqu'à la manie. Peu de choses, de gens, le mettent en rage; il en a trop vu, trop subi.
Mais que l'on déplace l'impeccable rangée de ses marqueurs de couleur alignés sur son bureau comme à une parade militaire de 14 Juillet, prêts à souligner, annoter, avaler leur lot de notes et de parapheurs quotidiens, et voilà un homme aimable, affable même, qui voit rouge, vert, jaune. Mais peu de ses interlocuteurs sont assez facétieux pour oser pareille insolence.

Alors, tout est en place, la journée peut commencer. Une journée de président de la République comme une autre. Avec les amicales, les cérémonieuses, les sans intérêt, les diplomatiques, les froides, les chaleureuses, les in english, les officielles, les officieuses, les officines, les tendues, les entre- deux-portes, les rigolardes, les par-derrière, les par le jardin, les avec monsieur le Premier ministre chaque mercredi, les téléphoniques, les journalistiques, par fournées en cas de besoin, comme les parlementaires qui se pressent dans son bureau, les où il ne dit rien, les où il en dit trop, les où il parle d'autre chose, les plus fréquentes où il « écoute », les autres où il abreuve son interlocuteur de propos enchaînés les uns aux autres pour ne pas lui laisser en placer une, les silencieuses lourdes d'arrière-pensées, les anodines sans réelle consistance.

Autant de Chirac que d'audiences, autant de Chirac que d'interlocuteurs.
Chirac s'adapte, Chirac se dissimule, Chirac vert-de-gris, Chirac caméléon, Chirac Arlequin. Quand il est gêné, embarrassé ou que l'orage gronde, il reçoit avenant, décontracté, les pieds sur le bureau. Quand Chirac déteste un livre, ou un film, il se force à 1 'hyperbole laudative:
- Superbe! Superbissime !
Quand il n'a pas ouvert l'ouvrage de son hôte, il le laisse traîner sur son bureau, parsemé de Post-it jaunes, marquant les pages les plus intéressantes. Quand Chirac s'ennuie, il pose ses deux mains sous son menton, fixe son interlocuteur d'un regard concentré, pendant que ses mains jouent une drôle de sarabande, tordant la bouche, le nez, tout le visage. Chirac déteste les conflits, les cris, les heurts :
- Ce n'est pas convenable.

Chirac ne se livre jamais, c'est pourquoi il parle peu, flattant la vanité de celui qu'il « écoute » religieusement; mais il se livre encore moins quand il parle d'abondance.
C'est alors un disque qui tourne tout seul, et qu'il regarde tourner avec un air de triste ironie. Chirac observe avec goguenardise ce grand échalas impérieux qui parle pour ne rien dire, tient des propos dont il se moque à un interlocuteur qui fait des efforts surhumains pour paraître s'y intéresser mais s'ennuie presque autant que lui.
Un homme fait de tous les hommes, qui les vaut tous et qui vaut n'importe qui in Ibidem, pp. 233-234.

-------------

3
Privé de ses propres mots, l'homme (mâle) a été peu à peu privé d'une pensée propre.
La machine est rodée. Implacable. D'abord, on ne lui parle que de grands principes, d'universel, d'humanité: il n'y a plus d'hommes, il n'y a plus de femmes, rien que des êtres humains égaux, forcément égaux, mieux qu'égaux, identiques, indifférenciés, interchangeables. Le discours qui confond ses propres valeurs avec celles de l'humanité est celui de toutes les puissances dominantes, de l'Empire romain jusqu'à la grande nation, du bon temps des colonies jusqu'à l'american way of life.
Des hommes avec ou sans majuscule au temps d'une société patriarcale. Et puis, dans un second temps, on suggère la supériorité évidente des « valeurs » féminines, la douceur sur la force, le dialogue sur l'autorité, la paix sur la guerre, l'écoute sur l'ordre, la tolérance sur la violence, la précaution sur le risque. Et tous, hommes et femmes, surtout les hommes, de communier dans cette nouvelle quête du Graal. La société unanime somme les hommes de révéler la « féminité» qui est en eux. Avec une bonne volonté confondante, suspecte, malsaine, les hommes font tout ce qu'ils peuvent pour réaliser ce programme ambitieux: devenir une femme comme les autres. Pour surmonter enfIn leurs archaïques instincts. La femme n'est plus un sexe mais un idéal.
Le premier sexe, pp. 10-11

4
Jadis, Madame Bovary prenait un amant pour connaître la vie rêvée des Parisiennes dont elle lisait les aventures dans la littérature de gare.
Aujourd'hui, les jeunes filles, toujours au bord de l'anorexie, se fabriquent un corps de garçonnet pour plaire à des créateurs homosexuels qui n'aiment pas les femmes, qui les considèrent comme de simples « portemanteaux , et les terrorisent pour quelques grammes de trop, quelques onces de rondeur, de douceur, de féminité qu'ils ne veulent pas voir. Le snobisme mimétique des hommes - avoir la femme qui prouvera aux yeux des autres hommes qu'ils ont réussi, comme une belle voiture de sport - les pousse à désirer ces femmes. La bataille de l'élite est donc gagnée. En revanche, comme le remarque Lagerfeld, toujours très fin, l'homme de la rue résiste. Lui continue à désirer «le gros derrière» de Jennifer Lopez, les rondeurs de Sophie Marceau ou Monica Belluci, la «beauté grecque» de Laetitia Casta. Et reste insensible aux charmes androgynes des mannequins russes.
Ibidem, p. 21

5
Les mêmes mots, les mêmes rejets, les mêmes engouements se retrouvent ainsi chez les militants homosexuels et les féministes, au point que l'on peut parler d'alliance objective. Les rares hommes politiques qui assument ou revendiquent leur homosexualité sont aussi les féministes les plus ostentatoires. Il y a une rencontre sociologique, au cœur des grandes villes, entre homosexuels, militants ou pas, et femmes modernes, pour la plupart célibataires ou divorcées.
Le cœur de cible de ce fameux électorat bobo. Mêmes revenus, mêmes modes de vie, même idéologie «moderniste», « tolérante », multiculturelle. À Berlin, Hambourg et Paris, ces populations ont élu comme édiles trois maires homosexuels - et fiers de l'être - qui ont la conviction de porter un nouvel art de vivre, une nouvelle renaissance. Peu à peu, la production, l'activité industrielle, toute activité productive ou même du négoce de marchandises ont été expulsées de ce villes transformées en musée pour touristes ou casino virtuel pour prédateurs de la finance - l'industrie c'est sale, c'est noir, c'est un travail d'hommes aux mains calleuses et aux mœurs rudes. Peu à peu, les ouvriers puis les classes moyennes ont été expulsé de ces paradis par la spéculation immobilière, il ne reste plus que les gens très aisés, les fameux bobos et les familles immigrées, avec ou sans papiers mono ou polygames, peu importe, puisque leur rôle est de servir - à bas prix - les nouveaux maîtres de la culture et de la fête.
Ibidem, pp. 24-25

6
On dira, c'est l'Amérique, le puritanisme américain.
Ou, comme Élisabeth Badinter, le féminisme radical, américain lui aussi, inspiré de groupes de lesbiennes. Ainsi les communistes ont-ils un temps distingué Staline - ses erreurs et ses crimes - de Lénine - qui aurait vu juste. Le distinguo a fini par s'écrouler. Le stalinisme était déjà dans le léninisme. De même, le féminisme est un bloc. C'est une vision du monde, une volonté de changer la femme et l'homme. Une ambition prométhéenne. "Effacer cinq mille ans de distinction des rôles et des univers", comme l'a très bien écrit Élisabeth Badinter. En somme, détruire l'héritage judéo-chrétien. C'est justement en cela que le féminisme est un "-isme" du xx' siècle qui ne peut échapper à ses démons totalitaires. En France, la "campagne" contre la prostitution en est l'exemple le plus récent.
Ibidem, pp. 53-54

7
Deux siècles pour ça.
Ces chiffres ne sont pas sans conséquence sur le destin de nos pays.
Les plus grands démographes nous alarment quant au devenir de l'Allemagne ou de l'Italie, le peuplement de ce dernier pays devant tomber à vingt millions de personnes d'ici quelques décennies seulement. Depuis trente ans, on s'extasie sur la maîtrise parfaite, entre contraception et avortement, de la fécondité par les femmes. On ne dit jamais que la fin de cette histoire est funeste, qu'elle se conjugue justement avec la fin de l'histoire, avec la disparition programmée des peuples européens. Comme si un spectre hantait cette féminisation des sociétés occidentales, qui commença sous de si riants auspices, comme si cet appel à la vie, à l'amour, make love not war, devait finir tragiquement par la disparition collective. Comme si le mâle était maudit, et retrouvait in fine cette mort qu'il ne voulait plus donner.

Symboliquement, tout s'est passé comme si les vieux peuples fatigués renonçaient à se reproduire eux-mêmes et appelaient à la rescousse des plus vigoureux, plus juvéniles. Tout s'est passé comme si les hommes français et européens, ayant posé leur phallus à terre, ne pouvant ou ne voulant plus féconder leurs femmes devenues rétives, avaient appelé au secours leurs anciens « domestiques » qu'ils avaient émancipés. Tout s'était passé comme si la France, et l'Europe, devenue uniformément femme s'était déclarée terre ouverte, attendant d'être fécondée par une virilité venue du dehors.
Ibidem, pp. 106-107-108

8
Le cas des jeunes Juifs des quartiers populaires, dans Paris ou en banlieue, est fort instructif.
Ils ont eux aussi trouvé une virilité par procuration. Ils sont sionistes. Israël et son armée, et ses chars, ses avions, tous ces phallus de fer et d'acier, son mépris des organisations internationales, les coups de menton virils d'Ariel Sharon.
Ils ne se trompent pas. Le sionisme est d'abord une tentative historique d'en finir avec l'image « féminisée» du Juif européen, ce Juif aux mains fines et de santé fragile, ce Juif du ghetto, étudiant en théologie, fouetté par des cosaques brutaux et avinés, ce Juif intellectuel des pays d'Occident, amateur de livres et d'objets rares, ce Juif qui n'abîme pas ses mains dans la terre ni à la guerre, ce Juif religieux qui refuse toute activité sportive.
Ce Juif honni, le sionisme veut s'en débarrasser, il veut le régénérer par le travail de la terre (les kibboutz) et la guerre. Le soldat-paysan est le modèle du sionisme, pour enterrer définitivement le Juif féminisé de l'exil. Cette régénération explique que les dirigeants israéliens comme Sharon restent sourds aux appels de ceux qui les somment de cesser leur politique brutale à l'égard des Palestinens au nom des « valeurs juives ».
Cette régénération explique aussi l'irréductible opposition du monde arabe à Israël. Dans l'imaginaire millénaire des Arabes, le Juif a toujours vécu à côté d'eux, pacifiquement, mais il ne pouvait pas porter d'arme, il avait un statut juridique et fiscal inférieur. ils acceptaient volontiers que les Juifs les plus doués, les plus intelligents, les plus instruits, devinssent conseillers du roi, financiers ou écrivains. Des esprits raffinés et délicats comme les femmes, que l'on vénère tout en les tenant dans un statut second, inférieur, soumis. Mais une "femme" qui fait pousser des oranges dans le désert et gagne toutes les guerres contre des soldats arabes, des vrais hommes. ils ne s'en sont jamais remis.
Ibidem, pp. 111-112

9
Comme tous les petits mâles depuis le début de l'Humanité, les jeunes Arabes ont peur des femmes.
Peur de ces machines à castrer, peur de ne pas être à la hauteur de leur appétit qu'ils espèrent et craignent insatiable. Autour de la Méditerranée, on règle depuis toujours cette peur de la féminité en exprimant une virilité exacerbée, surjouée, et en dissimulant les attraits de la sensualité féminine, cheveux et chevilles, poitrines et hanches, sous des vêtements amples, informes. Nos Arabes réagissent ainsi. Les plus religieux obligent leurs sœurs à se voiler; les autres exigent des filles qu'elles portent les mêmes vêtements qu'eux, survêtements, tennis. Ainsi, grimées en garçons, elles leur font moins peur.
Si elles persistent à se vouloir féminines, à vouloir leur faire peur, à mettre au défi leur virilité incertaine et fragile, alors, pour pouvoir les désirer, pour être sûr de bander, ils appliquent l'autre méthode masculine, le plan B des hommes depuis l' Homo sapiens, l'irrespect militant, d'autant plus furieux, violent même, qu'il est inquiet. Seules la « salope », la « pute» peuvent réveiller le désir fragile du mâle.
Ibidem, pp. 113-114

10
En 1974, lors de la crise pétrolière, les autorités françaises ont hésité entre le renvoi dans leur pays de ceux dont on n'avait plus besoin dans nos usines et l'accueil de ces futurs chômeurs.
Nous avons choisi la solution « humaniste ».

Notre société féminine ne supportait pas la cruauté de la rupture.
Nous avons refusé la solution d'hommes, qui renvoient ceux qu'ils considèrent inconsciemment comme des rivaux dans la compétition pour la conquête des femmes. Nous avons préféré la douceur d'une solution féminine, l'accueil, l'intégration. Ce mot devint incantation, religion, conjuration. Il remplaça le modèle traditionnel français de l'assimilation. Renoncer à assimiler les immigrés et leurs enfants, c'était renoncer à leur imposer - virilement - notre culture.

Devant cette ultime preuve de faiblesse française, si féminine, les enfants de ces immigrés préféreront renouer avec la loi de leur père idéalisé, les venger. Leur mère les approuvait. Ils seraient leur revanche. Pour cela, ils transgresseront allégrement la loi française, cette marâtre qu'ils haïssent. Ils seront, eux, des hommes, dans cette société de « zessegon ». Ils vont « niquer la France ». La France, cette femme, cette « salope », cette « putain ».
Eux, les hommes. Ils vont brûler, détruire, immoler les symboles de sa douce protection maternante, les écoles, les transports en commun, les pompiers. Ils vont caillasser les seuls hommes qu'elle leur envoie pour la défendre: les policiers. Ces flics qu'ils « haïssent ». Les seuls qui osent les affronter encore dans un combat entre hommes. Un combat où est en jeu la domination virile. Un combat qui ne peut être qu'à mort.
Ibidem, pp. 116-117

11
C'est tout le paradoxe féminin.
Les femmes conduisent quand la vitesse est limitée ; elles fument quand le tabac tue ; elles obtiennent la parité quand la politique ne sert plus à grand-chose; elles votent à gauche quand la Révolution est finie; elles deviennent un argument de marketing littéraire quand la littérature se meurt ; elles découvrent le football quand la magie de mon enfance est devenue un tiroir-caisse.

Il y a une malédiction féminine qui est l'envers d'une bénédiction. Elles ne détruisent pas, elles protègent. Elles ne créent pas, elles entretiennent. Elles n'inventent pas, elles conservent. Elles ne forcent pas, elles préservent. Elles ne transgressent pas, elles civilisent. Elles ne règnent pas, elles régentent. En se féminisant, les hommes se stérilisent, ils s'interdisent toute audace, toute innovation, toute transgression. ils se contentent de conserver.

On explique en général la stagnation intellectuelle et économique de l'Europe par le vieillissement de sa population. Mais Cervantes écrivit Don Quichotte à soixante-quinze ans; de Gaulle revint au pouvoir à soixante-huit, et le chancelier allemand Adenauer à plus de soixante-dix.
On ne songe jamais - ou on n'ose jamais songer - à sa féminisation.
Ibidem, pp. 128-129

--------

Bio Express

Né le 31 Août 1958.
Diplômé de l’I.E.P. Paris
Journaliste politique au Quotidien de Paris,(1986-94)
Editorialiste à Info Matin (1994-95)
Grand reporter au Figaro ( depuis 1996)
Journaliste à Marianne (depuis 1997)

--------

(Avril 2006) Eric Zemmour, 47 ans, journaliste. Volontiers provocateur, il est l'auteur d'un pamphlet contre le féminisme triomphant, tout à la gloire du macho à l'ancienne.
Bite génération

A mes grands-pères, Mon père, Mes fils».
Dans le Premier Sexe, court pamphlet sur la féminisation de notre société, titre et dédicace résument efficacement la thèse. Il y a aussi des phrases provocantes, calibrées pour la renommée de la télé. En publiant, il y a deux mois, un essai déplorant la fin des hommes virils, le journaliste Eric Zemmour a eu les honneurs de tous les médias.
Qui n'a pas vu, chez Ruquier ou Ardisson, le petit homme, physique chafouin, arrogance de premier de la classe, endosser le rôle du «macho» tradi face aux féministes de toujours, Isabelle Alonso ou Clémentine Autain? «Les hommes sont sommés de devenir des femmes comme les autres. Ils n'ont plus le droit de désirer, de séduire ou de draguer. Ils ne doivent plus qu'aimer.» Ténacité de roquet accroché au bas des jupes, Zemmour est le client en or des ardissonneries du samedi : «J'essaie de mordre les mollets du politiquement correct, dit-il. J'ose dire ce qui ne se dit plus dans notre société dominée par le fémininement correct. Si on ne fait pas du rentre-dedans, on n'est pas entendu.»
Avec 40 000 exemplaires vendus, il rejoint la cohorte des croisés de la masculinité. Comme l'écrivain Alain Soral, il réhabilite le droit divin du dragueur : hétérosexuel et masculin exclusivement. Comme le pédiatre Aldo Naouri, dont il dit «partager les idées à 2000 %», il veut restaurer la monarchie paternelle : le père, seul et unique dépositaire de l'autorité.

> Mais qui est donc Eric Zemmour pour asséner des certitudes pareilles ?
Une curiosité surannée. Grand reporter au Figaro, il ausculte depuis vingt ans le monde politique, son aile droite exclusivement. Chirac, Bayrou, Sarko, il aime ce monde d'hommes, une des dernières forteresses avec le football, la chasse et les finances, à rester imperméables à la mixité. Il exècre une Ségolène Royal, symbole de «l'égalitarisme féministe et du néo-puritanisme». Tout en exécutant l'homme politique, il se régale du Chirac des années 70, surnommé «deux minutes, douche comprise», qui ouvrait les banquets d'un : «A nos femmes, à nos chevaux, et à ceux qui les montent !»

Tous les matins, Eric Zemmour a la goutte au nez comme les jeunes enfants ­ il ne sait pas d'où ça lui vient.
Dans le glaçant ordonnancement des nouveaux locaux du Figaro, boulevard Haussmann, il vibrionne, indécis sur l'endroit où boire un café, courtois, sympathique, terriblement bavard. D'une maigreur quasi anorexique, il ressemble plus, malgré ses 47 ans, à un ado monté en graine qu'à un manager à la virilité assumée. Pas de costume à solides rayures mais une chemise à petits carreaux de grand garçon, une montre de premier communiant.
Quand l'éditrice, Clara Dupont-Monod, lui propose d'écrire un livre sur les rapports hommes-femmes dans un style «indigne» ­ c'est le nom de la collection chez Denoël ­, il ne peut résister. Car Zemmour a un péché mignon : échafauder des théories sur tout. Aucun sujet ne lui fait peur. «J'aime mettre en système, dit-il. Mes copains disent que je suis dogmatique.» Il est aussi doté d'un vilain défaut : la prétention de croire qu'il peut laisser trace dans le monde des idées. «"Souviens-toi, je l'ai écrit en premier" est sa phrase fétiche. L'autre étant "tu connais ma grande théorie...", rapporte un confrère journaliste. Sauf qu'il part en vrille toujours sur les mêmes thèmes : Louis XIV, Louis XVI, la France en déclin... C'est un bouffon médiatique. Comment voulez-vous qu'il existe autrement ?»

Pour monter son petit mécano théorique personnel sur la différence des sexes, Zemmour est allé piocher dans sa cour de récré favorite, peuplée des héros de son enfance : Bonaparte d'abord, pour son génie politique. Le football, ensuite. Pas celui de Beckham, étiqueté, avec ses breloques, «incarnation des nouveaux hommes féminisés». Son idole à lui est le mythique Hollandais des années 70, Johan Cruyff, troublante beauté androgyne et premier footballeur à porter les cheveux longs.
Enfin, il y a la littérature : il se délecte des confidences de comtesses et d'ingénus de Point de lendemain de Vivant Denon (1777). D'où sa passion pour le marivaudage, style qui convient à son hystérique besoin de parler et de briller. «Quand j'étais petit, dit-il, je lisais tout le temps. Ma mère qui m'adorait me défendait quand mon père voulait que je reste en famille.»

D'origine juive pied-noir, la famille vit à Drancy (Seine-Saint-Denis), résidence Faidherbe.
Sa mère, femme au foyer, le couve, son père, ambulancier, est d'une sévérité extrême. «Quand nous restions dans le verbe, j'avais le dessus sur lui. Quand il m'attrapait, cela se terminait par la ceinture.» Eric est élevé dans le culte de l'école ­ son grand-père, cordonnier, se saoule au champagne à son admission à Sciences-Po ­ et l'amour de la France. «Tant que j'étais premier de la classe, ma mère me laissait tout faire. Si j'étais deuxième, elle me comparait à Poulidor. Elle m'a donné une incroyable confiance en moi. Elle était le genre de femme à dire : "Mon fils est un demi-dieu. Il peut mieux faire."» A 14 ans, il lit le Monde, découpe les articles, les classe dans des dossiers sur la table de la salle à manger familiale.
Il n'oublie pas aussi d'être un adolescent de son époque : «Biberonné à la culture 68, je lisais Charlie Hebdo, écoutais les Rolling Stones, portais les cheveux longs et bouclés. On m'appelait Rocheteau.» De la liberté sexuelle, il avoue n'avoir pas trop profité. «Je ne suis pas très doué pour la drague en boîte de nuit», dit celui qui vante aujourd'hui la sexualité débridée des hommes.

En 1980, il rate l'Ena, traumatisme évident de son existence ­ il a l'honnêteté de le reconnaître.
Il se rêvait éminence grise refourguant ses théories aux grands de ce monde. Il sera simple polémiste. En 1981, il vote Mitterrand. Et encore à gauche en 2002, pour Chevènement. En 1982, il rencontre sa femme. Mère de ses trois enfants, elle est administratrice judiciaire, pas du genre effacé, «un fort caractère», dit-il. Ils vivent dans le VIIIe arrondissement, à l'ombre de saint Augustin, les enfants vont à l'école dans un cours privé, prisé pour son niveau de grammaire. «Celui des années 50», précise Zemmour, «effaré par l'effondrement de l'école d'aujourd'hui».

Ce partisan de «la sélection et de l'excellence» se vit comme une espèce menacée. En tant qu'homme, blanc et Français. Car outre les féministes et les gays, il honnit aussi la banlieue d'aujourd'hui, apprécie exclusivement «les Noirs et les Arabes qui aiment la France et le français». Les autres participent au déclin généralisé, vision catastrophiste qu'il partage avec un Finkielkraut admiré.
De la culture 68, il n'a retenu qu'une seule chose : «Tout est politique.»
En premier lieu, la division des genres. Il défend mordicus la distinction des sexes, affirme que le même tue le désir, avoue ne pas savoir où ranger l'attirance homosexuelle. Lui, élevé dans un univers féminin, entend «retrouver [sa] part virile». Refusant la psychanalyse, il se rééduque par lui-même, s'efforce d'être un père autoritaire, au moins pour ses fils de 9 et 8 ans ­ il a également une fille de 2 ans. «Quand on affronte son père, on devient un homme. Aujourd'hui, les jeunes n'ont plus de père à tuer. En me confrontant au mien, je me suis endurci, c'est pour cela que j'aime la bagarre.»

Zemmour jubile d'être catalogué «réactionnaire et antiféministe» ­ ce sont ses propres mots.
Il se vante aussi de recevoir un nombreux courrier féminin ­ un piège à filles ? ­, et savoure son éphémère coup médiatique. Fierté comme une autre. Mais quand on tape machinalement son nom sur Google, l'Internet n'affiche pas en haut de page le dernier défenseur des mâles mais un certain Eric Zemmour «coiffeur ambassadeur pour l'Oréal» (notedt, et ensuite http://denistouret.net/textes/Zemmour.html)
Libération, par Cécile DAUMAS, QUOTIDIEN : samedi 22 avril 2006, p. 44

---------

lexpress.fr mardi 15 janvier 2008, mis à jour à 17:55 Louise Pothier

Polémique Va-t-on interdire le roman d'Eric Zemmour?

Petit Frère, le roman d'Eric Zemmour inspiré d'un fait divers sanglant, fait l'objet d'une requête ce mardi visant son interdiction pour cause de diffamation. L'éditeur nous confirme que l'affaire est en délibéré jusqu'à jeudi. Lorsqu’un écrivain se risque à transformer un fait divers en roman, la polémique n’est jamais loin. C’est Eric Zemmour qui, cette fois, s’est risqué au genre. Son roman Petit Frère, fraîchement publié par les éditions Denoël, fait l’objet ce mardi d’un référé visant à obtenir son interdiction, pour diffamation.

Le chroniqueur politique déjà souvent sujet à controverses s’est essayé à la fiction pour la première fois. Fiction? L’ouvrage relate l’histoire d’un jeune juif, Simon Sitruk, sauvagement assassiné sur un parking par son voisin de toujours, un jeune maghrébin.

Sous couvert de l’observation des conflits judéo-musulmans, l’auteur ne nie pas avoir librement puisé son inspiration dans un fait divers bien réel, lui. En 2006, Adel bénéficie d’un non-lieu après avoir brutalement mutilé Sébastien Selam, jeune DJ d’obédiance juive. La justice a estimé qu’il était irresponsable au moment des faits.

L’ouvrage a d’abord été remarqué pour son cynisme face à la prétendue naïveté des autorités quant aux conflits entre communautés. Il est maintenant attaqué par la famille de la victime. Leur avocat, Me Axel Metzker, affirme dans les colonnes du Parisien que ses clients sont "injuriés", "traînés dans la boue" et "accusés des pires maux". Réponse jeudi.

Récurrence des polémiques

Jusqu’où peut aller le romancier dans son inspiration? S’attaquer à de cruels faits divers en en adaptant le propos est pourtant chose courante. Déjà, en 1965, Truman Capote expose dans De Sang Froid la description exhaustive de meurtres perpétrés au sein d’une famille du Kansas et bénéficie rapidement d’un succès immense. Le droit au nom et à l’image n’était certes pas, à l’époque, aussi protégés et l’auteur américain n’est pas poursuivi.

Plus récemment, Philippe Besson, en 2006, s’attaque à l’affaire du petit Grégory dans son roman L’Enfant d’octobre. La polémique éclate mais Christine Villemin, la principale intéréssée, renonce à porter plainte, alors qu'elle aurait pu invoquer une atteinte à sa vie privée.

En 2007, c’est le tour de Mazarine Pingeot. Son roman, Le Cimetière des poupées, serait largement inspiré de l’histoire de Véronique Courjault, mise en examen pour le triple infanticide de ses enfants. Des proches de la famille font circuler une pétition dans la région de Chinon demandant le report de la publication du roman. Mais cela ne suffit pas. L’auteur se défend de l’accusation de diffamation et le livre sort à la date prévue. Et il connaît un certain succès, grâce à la formidable publicité engendrée par le scandale...

--------

Y'a Bon Awards le 17 mars 11:13 mer 11 mars 2009

La cérémonie des «Y’a bon Awards» récompensera les personnalités qui, cette année, ont le plus contribué à la vulgarisation d’aprioris xénophobes.

Instituée par l'association "Les Indivisibles", cette remise des prix placée sous le signe de l’ironie, tient à pointer du doigt les plus mauvais élèves. Le 17 mars prochain, un jury déterminera donc quels sont le ou les vainqueurs de ce concours peu flatteur parmi une liste d’hommes politiques, journalistes et penseurs de notre temps.

Cette initiative parodique s’inscrit dans le cadre de la semaine internationale contre le racisme et se veut très sérieuse. Après tout, il n’y a pas de raisons pour que les propos abusifs de ces penseurs médiatiques ne soient pas dénoncés ou passés au crible au même titre que les autres. Le petit favori de cette prochaine cérémonie est le provocateur Eric Zemmour qui risque bien de recevoir le plus important trophée : le "Prix pour l’ensemble de son œuvre". Une récompense qui ne fera certainement pas plaisir au chroniqueur de l’équipe de Laurent Ruquier !

-------

Erice Zemmour est le grand "perdant" Letsmotiv 18 mars 2009

Les premiers "Y'a bon Awards", parodie des César destinée à tourner en dérision les préjugés ethno-raciaux, ont été décernés ce mardi 17 mars 2009 soir à Paris à l'occasion de la semaine internationale d'action contre le racisme.

Sous les éclats de rire et en présence du footballeur Lilian Thuram, qui faisait partie du jury, le député-maire UMP du Raincy (Seine-Saint-Denis) Eric Raoult a été décoré "pour l'ensemble de son oeuvre", Luc Ferry, ancien ministre de l'Education nationale, a reçu le prix "Le bruit et l'odeur" pour des propos sur les violences conjugales, qui seraient des "traditions importées" des pays arabes. Yvan Rioufol, éditorialiste au Figaro, a remporté le prix littéraire "de l'Académie bien française" pour s'être inquiété du risque de "défrancisation" dans une France métisse et plurielle. Sylvie Noachovitch, avocate et candidate UMP aux législatives de 2008 dans le Val-d'Oise, a quant à elle reçu le prix des "Envahisseurs". L'intellectuel et écrivain Alain Finkielkraut celui de "Tu l'aimes ou tu la quittes" et l'animateur de télévision Pascal Sevran décoré à titre posthume. Eric Zemmour qui figurait pourtant parmi les favoris n'a reçu aucun prix.

Animée par la comédienne Aïssa Maïga et l'humoriste Blanche, la soirée était organisée à l'espace Barbara (Paris, XVIIIe) par "Les Indivisibles". Présidée par Rokhaya Dialloune, cette association qui réunit une centaine de membres, a été fondée en janvier 2007 en référence au premier article de la Constitution affirmant le principe d'une République "indivisible".

Avec les "Y'a bon Awards", clin d'oeil à l'imagerie coloniale du tirailleur africain véhiculée par une célèbre marque de boisson chocolatée, l'association entend "responsabiliser les personnalités médiatiques et publiques dans leurs propos" et "susciter un débat citoyen". Lors de notre entretien en février dernier Rokhaya Dialloune nous précisait : « On ne dénonce pas, on souligne. On montre qu’il faut faire attention, bien choisir ses mots parce qu’ils peuvent blesser ou stigmatiser. Qu’il faut réfléchir à pourquoi on dit certaines choses ». Et elle invitait les lauréats à faire preuve d’autocritique.

Pourtant, aucune personnalité nommée n'est venue chercher son trophée, une sculpture dorée représentant une peau de banane. Dimanche, lors des premières Assises nationales de la lutte contre les préjugés, organisées à Paris par SOS Racisme et l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), ces deux organisations ont affirmé, sondage à l'appui, que pour lutter contre le racisme la pédagogie était plus efficace que les statistiques ethniques.

--------

20 minutes.fr 26.05.09; 12:55 Suite aux polémiques… Eric Zemmour n’est pas certain de continuer

Après une pique du rappeur Youssoupha et un site lui demandant de se taire, le chroniqueur de Laurent Ruquier en aurait marre des attaques à son encontre.

Eric Zemmour est vivement critiqué ces derniers temps. Interrogé samedi dernier sur France 5, Eric Zemmour a fait part de sa démotivation en matière de petit écran, suite aux nombreuses prises de position récentes critiquant sa façon de «casser» systématiquement les artistes invités sur le plateau d’«On n’est pas couché».

«On veut me faire taire au nom de la liberté d'expression», a déclaré le chroniqueur se plaignant que selon lui, «la télévision est devenue une machine à consensus idéologique».

Dans le magazine Télé Loisirs, Zemmour confirme son scepticisme actuel expliquant que l’année écoulée a été «à la fois formidable et exaspérante» et qu’il doute de son avenir professionnel. «Je ne sais pas si je vais re-signer l’année prochaine, il faut que je réfléchisse», a-t-il conclu.

Et ce ne sont sans doute pas les propos de son patron qui vont le remotiver. Laurent Ruquier a en effet déclaré également dans Télé Loisirs: «Quand Zemmour n'a pas été là, on a fait l'émission sans lui, comme on peut la faire sans Naulleau. Or, je ne suis pas sûr qu'on puisse la faire sans moi! Je n'ai jamais eu peur que mes chroniqueurs me fassent de l'ombre parce que... je n'ai pas besoin d'eux, j'ai toujours su les remplacer..». Auteur: fab

-------

Cohn-Bendit, nouvelle «institution» médiatique Éric Zemmour 11/06/2009 | Mise à jour : 09:35 | lefigaro.fr

Daniel Cohn-Bendit, lundi à Paris, commentant, devant la presse, le succès électoral de la liste Europe Écologie. À 64 ans, le chef de file des écologistes a prouvé sa maîtrise des rouages de la politique française.

Daniel Cohn-Bendit est un amoureux averti du football. L'autre soir, sur France 2, alors que François Bayrou le tançait pour ses impudicités avouées jadis à l'égard des enfants, il n'a pas pu ne pas songer au «coup de boule de Zidane», lors de la finale de la Coupe du monde de 2006.
Car Cohn-Bendit avait jusque-là joué parfaitement le rôle du joueur italien Materazzi. Celui qui insulte, exaspère, irrite tant l'adversaire qu'il en devient fou de rage. Et perd ses nerfs et la coupe du monde.

La rouerie, jusqu'au cynisme ; la décontraction jusqu'à la séduction ; le tutoiement chaleureux jusqu'au mépris.

Cohn-Bendit est tout cela à la fois. Quand on observe son parcours depuis quarante ans, on songe que les «enragés de Mai 1968» ne se sont pas trompés en le choisissant comme incarnation de leur révolte. Icône médiatique de leur génération. Avec ses talents et travers. Ses contradictions, et apostasies. Sa réalité sans fard.

Libertaire dans les années 1970, libéral dans les années 1980. Français et Allemand selon les moments. Pacifiste, mais pour la guerre contre la Serbie. Au nom des «droits de l'homme». De la Révolution jusqu'au Marché, mais toujours internationaliste. Sa vision inspirée de «l'Europe du Rhin au Bosphore» qui inclurait la Turquie correspond exactement aux frontières de l'Otan et aux desiderata de l'Administration américaine, de Bush à Obama. Un hasard sans doute.

Un rebelle devenu bourgeois

Finalement, une seule constante idéologique, cette hostilité sourde à l'État-nation, le français, surtout, comme matrice de tous les autres, coupables d'enrégimenter les individus dans des carcans à la fois sociaux et patriotiques. «Le nationalisme, c'est la guerre», comme disait Mitterrand.

Cohn-Bendit est cet enfant de la guerre qui ne voudra jamais voir que l'Allemagne nazie combattait elle aussi au nom de l'Europe.

Au fil des années, le rouquin a perdu des cheveux, mais arbore des lunettes rondes, derrière lesquelles vibrionne son sempiternel regard bleu. À 64 ans, l'héritier rebelle est devenu un bourgeois respecté, dans lequel se reconnaissent les fameux bobos. L'insolent trublion souriant à la face d'un «CRS-SS,» s'est transformé en politicien habile et retors.

Le référendum de 2005 sur la Constitution européenne fut son chemin de Damas. Il fait campagne pour le oui, mais s'abouche très vite avec les partisans du non. Son alliance avec José Bové est le mariage de la carpe et du lapin, du «grand marché» et de l'altermondialisme. Mais les électeurs ne sont pas trop regardants.

Cohn-Bendit fait de José Manuel Barroso un parfait bouc émissaire, dont il soutenait pourtant naguère les choix «européens». Il brocarde sans vergogne son ancien «copain» de Strasbourg, François Bayrou, «touché par la Vierge» et obsédé par la présidentielle. Lui qui appela, au lendemain du premier tour de la présidentielle de 2007 son cher «François» à rejoindre «Ségolène», se fait désormais l'allié objectif de Nicolas Sarkozy.

Il savoure sa revanche

Le résultat du 7 juin valide ses choix tactiques. Le soir, à la télévision, il jubile, plastronne, entre narcissisme et savoir-faire médiatique. Il savoure sa revanche. Les Verts, qui le détestaient pour son vedettariat et son libéralisme, sont contraints de l'acclamer ; en une campagne, il a redonné vie au plus vieux fantasme politique des écologistes, mais auquel ils avaient fini par renoncer : remplacer le PS comme celui-ci s'est substitué au PCF. Au nom du sens de l'Histoire.

Mais Cohn-Bendit n'est pas Mitterrand. Il ne rêve pas d'être président de la République ni «faiseur» de parti. Trop de contraintes, de responsabilités. Séduire, convaincre, combattre, détruire : tout cela est dans ses cordes. Mais pas diriger, façonner, construire. Être l'homme d'influence, le parrain, l'oncle, qui conseille, oriente, catalyse. Mais surtout pas incarner la figure honnie du pater familias. Jusqu'au bout, une certaine incarnation de sa génération.

--------

La Licra va poursuivre en justice Eric Zemmour 16 mars 2010, 17h35 LeMonde.fr avec AFP

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémtisme (Licra) a décidé de poursuivre en justice le journaliste Eric Zemmour pour ses propos concernant les Noirs et les Arabes tenus sur Canal+.

Le président de l'association, Alain Jakubowicz, a annoncé cette décision, mardi 16 mars, lors d'un point presse. 'La Licra va poursuivre Eric Zemmour devant le tribunal correctionnel pour les propos qu'il a tenus sur Canal+', a déclaré Me Jakubowicz, accusant le journaliste d'avoir 'franchi un cran'.

Jeudi, la Licra déplorait le fait que M. Zemmour 'recycle les vieilles lunes de l'extrême droite' et l'enjoignait de 'se souvenir de cette époque pas si lointaine d'avant-guerre où, dans notre pays, pour les tenants de cette rhétorique il ne faisait pas bon s'appeler... Zemmour'.

Lors de l'émission 'Salut les Terriens', présentée par Thierry Ardisson le 6 mars et diffusée en clair, le journaliste chroniqueur Eric Zemmour a déclaré que 'les Français issus de l'immigration étaient plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes... C'est un fait' (à la fin de la vidéo ci-dessous).

'Comment un animateur de débat peut-il rester neutre et impassible devant ces propos', s'est aussi demandé Me Jakubowicz en annonçant sa décision de saisir le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) à ce sujet. 'Quand Eric Zemmour dit que que la discrimination est un fait, l'animateur doit fixer des limites et dire que c'est un délit', a-t-il argumenté en se défendant de critiquer les journalistes. Déjà saisi par le MRAP Club Averroès pour des propos du même Eric Zemmour, le CSA a dit, par la voix du conseiller Rachid Arhab, invité de l'émission 'Médias' de France 5, qu'il étudiait la question 'de très près'.

-------

Eric Zemmour pourrait être licencié du "Figaro" LEMONDE.FR | 23.03.10 | 13h21 Guy Dutheil

Le journaliste Eric Zemmour sera reçu lundi 29 mars, par Francis Morel et Etienne Mougeotte, respectivement directeur général et directeur des rédactions du Figaro, pour un "entretien préalable au licenciement".

Cette procédure fait suite aux propos tenus par le chroniqueur lors de l'émission "Salut les terriens", diffusé samedi 6 mars en clair sur Canal+. Lors de ce magazine, animé par Thierry Ardisson , Eric Zemmour avait déclaré : "Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes... C'est un fait".

"Nous allons entendre Eric Zemmour lundi, nous prendrons une décision après !", a déclaré au Monde Etienne Mougeotte. Selon le directeur des rédactions, "ce n'est pas la ligne du Figaro que de tenir des propos racistes".

De nombreuses associations dont le Mrap, la Licra ou encore le Club Averroes, qui milite pour la promotion de la diversité dans les médias, s'étaient émues des propos d'Eric Zemmour. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel pourrait lui examiner une procédure de mise en demeure à l'encontre de Canal+ pour avoir diffusé les propos du chroniqueur.

-------

Publié le 24/03/2010 à 14:42 - Modifié le 24/03/2010 à 14:48 Le Point.fr DÉSACCORD Thierry Ardisson attaque Éric Zemmour en diffamation Par Emmanuel Berretta

Selon nos informations, Thierry Ardisson a décidé d'attaquer Éric Zemmour en diffamation.
L'animateur-producteur de Canal+ a découvert la lettre d'excuses que Zemmour a envoyée à la LICRA et dans laquelle le journaliste du Figaro se dit victime d'une forme de trucage de la part d'Ardisson. L'animateur s'inscrit en faux contre les assertions de Zemmour et s'apprête à saisir la justice.

Loin d'éteindre l'incendie qu'ont fait naître ses propos sur la délinquance des "Noirs" et des "Arabes", la missive de Zemmour dénonce "la mise en scène toute de gouaille cynique d'un Ardisson sur Canal+, qui prévient d'avance par un panneau, comme dans les dessins animés de Tex Avery : Attention, Zemmour dérape , et qui mime un effarement scandalisé d'autant plus surjoué qu'il est enregistré et inséré a posteriori".

Selon le journaliste du Figaro , Ardisson aurait, au contraire, pendant l'émission, pris "un air patelin, pour (lui) glisser à l'oreille" : "Tu as un rôle très important dans la société, [celui] de dire les vérités qui dérangent... Ne t'inquiète pas, je te protégerai au montage." "Car si mes propos étaient si infâmes à ses yeux, que ne les a-t-il coupés au montage ?", rajoute Zemmour.

Les rushs de l'émission à disposition de la presse

L'équipe de Thierry Ardisson entend jouer la transparence totale. "Nous mettons à disposition de la presse tous les rushs de l'émission. Aucun plan n'a été ajouté", conteste Stéphane Simon, patron de Télé Paris, la société de production à laquelle Ardisson est associé. "Éric Zemmour n'a été ni piégé ni trahi au montage dans ses propos dans Salut les Terriens. Il n'a jamais demandé à ce que ses propos soient coupés au montage et personne ne lui a dit qu'ils le seraient. D'ailleurs, Éric Zemmour n'a fait, depuis, que confirmer ses propos tant dans Le Parisien du 8 mars dernier ("Ce n'est pas un dérapage, c'est une vérité. Demandez à n'importe quel policier !"), dans L'Objet du scandale sur France 2 que sur France Ô."

Stéphane Simon relève que la mise en cause de Thierry Ardisson par Zemmour survient bien tardivement, trois semaines après l'émission du 6 mars par laquelle le scandale est arrivé. "Quant au synthé (inscription au bas de l'écran) Immigration : Zemmour dérape !, rajouté en postproduction, il traduit exactement le sentiment que ses propos provoquaient sur le plateau pendant le tournage et dans le débat public aujourd'hui," ajoute le partenaire d'Ardisson. Canal+ soutient la position de son animateur-producteur.
En raison de ses propos sur Canal+, Éric Zemmour est convoqué lundi prochain à un entretien préalable à son licenciement au Figaro , ainsi que lepoint.fr l'a révélé mardi matin.

--------

Le Figaro annule la convocation de Zemmour après ses regrets sur ses propos Par AFP, publié le 25/03/2010 à 08:21 - mis à jour le 25/03/2010 à 08:20

PARIS - Le Figaro a annulé la convocation d'Eric Zemmour, préalable à un licenciement, à la suite des regrets exprimés par l'éditorialiste pour ses propos controversés sur les trafiquants, a annoncé jeudi le quotidien.

Le directeur des rédactions du Figaro Etienne Mougeotte (G) et le directeur général adjoint administration et Finances Christophe Victor, le 18 septembre 2009 à Paris "Nous avons bien reçu votre lettre dans laquelle vous regrettez que vos propos dans l'émission de Thierry Ardisson sur Canal + aient pu heurter", écrit la direction du quotidien dans une lettre à l'éditorialiste, dont le texte a été adressé à l'AFP.

"Nous prenons acte que vous n'avez jamais eu l'intention de stigmatiser certains de nos compatriotes (...) Du fait de ces mises au point, nous n'avons donc plus de raison de vous convoquer pour un entretien. Notre réunion du lundi 29 mars est donc annulée", ajoute la lettre qui est notamment signée d'Etienne Mougeotte, le directeur des publications du Figaro.

Le journaliste Eric Zemmour, le 18 janvier 2002 à Paris, après la sortie de son ouvrage "l'Homme qui ne s'aimait pas" L'éditorialiste du Figaro et de RTL avait déclaré le 6 mars dans l'émission animée par Thierry Ardisson "Salut les terriens" sur Canal+: "Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes... C'est un fait".

La Ligue internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme (Licra) avait alors annoncé son intention de poursuivre le journaliste devant la justice. Une semaine plus tard, M. Zemmour, dans une longue lettre, a exprimé ses regrets au président de la Ligue tout en présentant des arguments à l'appui de sa prise de position.

-------

Affaire Zemmour : Bilger convoqué par le procureur général LEMONDE.FR avec AFP | 25.03.10 | 14h01

Si Eric Zemmour s'en sort a priori sans dommage, l'avocat général près la cour d'appel de Paris, Philippe Bilger, qui l'a soutenu sur son blog, est, quant à lui, convoqué par le procureur général de Paris, François Falletti, afin qu'il lui "donne des explications sur cette opération", selon les termes de la ministre de la justice, Michèle Alliot-Marie. "Je suis convoqué [vendredi] à 16 heures. J'ai reçu simplement un coup de fil disant que le procureur général voulait me voir. Apparemment, il avait lu un extrait de mon blog", a expliqué M. Bilger, joint par l'AFP.

Dans sa note datée du 17 mars, Philippe Bilger écrit notamment : "Tous les Noirs et tous les Arabes ne sont pas des trafiquants, mais beaucoup de ceux-ci sont noirs et arabes." Il parle de statistiques destinées à "masquer ce qui crève les yeux et l'esprit" et de "la censure qui [interdit] d'aborder clairement un tel sujet".

ZEMMOUR "S'ÉCOUTE PLUS QU'IL N'ÉCOUTE"

M. Bilger n'est cependant pas complaisant avec M. Zemmour, expliquant que "la liberté de pensée qu'heureusement il s'octroie ne va plus tout à fait jusqu'à supporter celle des autres. Dorénavant, il s'écoute plus qu'il n'écoute, trop facilement ravi par sa propre mécanique".

"Je ne viole aucune obligation de réserve, je défends la liberté d'expression, celle de Zemmour, comme j'aurais pu défendre celle d'un homme de gauche", assure M. Bilger à l'AFP. "Je ne défends pas Eric Zemmour, je défends sa liberté d'expression, ce qui est très différent", poursuit le magistrat, avant d'affirmer : "C'est ce que je dirai demain, et je dirai aussi qu'on me foute la paix."

----------

Le 31/03/2010 à 13:17 tvmag.com

Éric Zemmour a été assigné en justice aujourd'hui par SOS Racisme, pour le 29 juin 2010, nous annonce le site de Télé 2 Semaines.

Le chroniqueur d'On n'est pas couché est poursuivi par l'association pour « diffamation à caractère racial » et « incitation à la haine raciale ». C'est sa lettre adressée à la LICRA, dans laquelle il présentait ses excuses pour ses propos tenus lors de l'émission Salut les terriens sur Canal+ qui a envenimé l'affaire.

« Les prétendues excuses de Monsieur Zemmour ne sauraient faire ici illusion. En effet, tout en prétendant s'"excuser", monsieur Zemmour réitérait ses propos et niait tout dérapage de sa part », lit-on sur le site d'SOS Racisme.

--------

(Nouvelobs.com 19/04/10 12:54) Dieudonné évoque l'affaire Zemmour en s'en prenant aux Juifs
Au prétexte de revenir sur l'affaire Zemmour, l'humoriste déclare, dans une vidéo circulant sur internet, qu'"il faut être Juif pour avoir la liberté d'expression en France".

Dans une vidéo mise en ligne samedi 17 avril, vidéo dont Le Post se fait l'écho, Dieudonné revient sur les récents propos d'Eric Zemmour, avant de se lancer dans une violente diatribe contre les Juifs.

Sur le même sujet Antisémitisme : des associations portent plainte contre Dieudonné

"Les gros escrocs de la planète sont tous des Juifs", déclare l'humoriste, répondant à Eric Zemmour, qui avait affirmé que "la plupart des trafiquants (étaient) noirs et arabes". Citant Bernard Madoff, l'humoriste lance alors à son interlocuteur : "Tu ne crois pas que c'est aux Juifs qu'il faut s'en prendre, plutôt qu'à ceux qui volent des miettes ?"

"Il faut être Juif pour avoir la liberté d'expression en France"

Dieudonné s'en prend ensuite directement à Eric Zemmour. "Regarde ta gueule, on dirait un dromadaire", ironise-t-il sur les racines du journaliste politique, issu d'une famille française juive d'Algérie. "Vous avez trahi le Maghreb et tu continues à le faire", lance-t-il indirectement à Eric Zemmour, appelant le journaliste à avoir une conversation avec lui.

"Il faut être Juif pour avoir la liberté d'expression en France. C'est une réalité", ajoute ensuite Dieudonné, pointant du doigt le fait qu'Eric Zemmour continue à travailler "sur le service public" après la polémique autour de ses propos jugés racistes. "Et dire le contraire, c'est avoir peur", poursuit l'humoriste. "Mais on n'a plus peur. Ils nous ont tout fait. Ils nous ont trainés dans la boue, ils nous ont mis à l'état d'esclaves. Ils nous ont colonisés." Et de conclure : "La mort sera plus confortable que la soumission à ces chiens".

--------

Par zap-tele.comsuite fermer Chaîne : Actu et PolitiqueDate d'envoi : 12/01/09

Invité sur le plateau de Laurent Ruquier samedi soir, Harlem Désir, actuel député européen et membre dirigeant du parti socialiste, a du affronter Eric Zemmour lors d'un débat sur SOS-Racisme.

Selon Eric Zemmour, SOS Racisme est "néfaste". Instrumentalisé par la gauche pour faire monter le FN et déstabiliser la droite, SOS Racisme serait selon lui responsable de la montée de l'extrêmisme en France. Un point de vue qui n'est pas partagé par tout le monde...

--------

SOS Racisme déclare la guerre à Eric Zemmour
Par La rédaction du Post le 27/04/2010 à 15:29, vu 9752 fois

Ce qu'il faut bien qualifier d' "affaire Zemmour" rebondit à nouveau. Suite à ses propos sur "les noirs et les arabes", le journaliste avait déjà eu maille à partir avec la LICRA, à laquelle il avait présenté des excuses, ce qui n'avait pas empêché l'association de l'attaquer par la suite.

Eric Zemmour avait même failli être convoqué à la rédaction du Figaro, journal où il travaille, pour répondre de ses propos. L'histoire s'était depuis un peu tassée mais SOS Racisme a visiblement décidé de ne pas en rester là.

L'association, sous la plume de son président, Dominique Sopo, a envoyé une lettre à Patrick de Carolis, patron de France Télévisions, dans laquelle elle demande "quelles sont les mesures envisagées à l'endroit de Monsieur Zemmour?", apprend-on sur le nouvelobs.com.

Ci-dessous, des extraits de la lettre en question, tels qu'ils sont reporduits sur le site du Nouvel Observateur:

“Je me concentrerai ici sur l'incompatibilité manifeste qui existe entre l'esprit du service public et les propos stigmatisants de Monsieur Zemmour. Ce que je me serais bien gardé de faire s'il n'y avait ici qu'un dérapage. Mais de dérapage il n'y a point puisque Monsieur Zemmour semble s'être spécialisé dans la parole haineuse à l'endroit des femmes, des homosexuels et des personnes d'origine immigrée avec, depuis plusieurs mois, une " spécialisation " envers cette dernière catégorie.

Or, de tels propos sont manifestement contraires à l'esprit du service public qui se doit de porter des valeurs contraires au racisme. C'est pourquoi, m'appuyant sur la lettre que vient de me transmettre le CSA, je m'étonnerais que le service public poursuive sa collaboration avec Monsieur Zemmour dans la mesure où une partie des propos incriminés ont été tenus sur une chaîne du service public (...)

Si le groupe France Télévision ne pouvait pas forcément agir a priori, il le peut a posteriori, ne pouvant en outre ignorer plus longtemps que Monsieur Zemmour s'est fait une spécialité de la parole stigmatisante lors de ses passages hebdomadaires sur France 2 dans l'émission “On n'est pas couchés”, parole dont vous admettrez sans doute qu'elle s'éclaire d'un jour nouveau et dénué de toute ambiguïté suite à cette glorification de la pratique de la discrimination raciale

Dans la mesure où Monsieur Zemmour n'intervient pas dans ces émissions en tant que simple invité mais en tant que chroniqueur (ce qui lui donne de facto une parole d'autorité s'autant plus forte qu'elle émane du service public), cela n'implique pas simplement les émissions où il intervient mais bien la direction de ces chaînes et donc du groupe France Télévision dont je sais que, sous votre impulsion, il a à cœur de développer une ligne éditoriale qui évite de confondre la liberté et la pluralité des expressions avec un cirque où le racisme serait une partie du spectacle.

C'est pourquoi je vous demande quelles sont les mesures que vous avez envisagé de prendre à l'endroit de Monsieur Zemmour.

Dans l'attente d'une réponse de votre part et connaissant votre attachement aux valeurs du service public ainsi qu'à celles défendues par l'association que je préside, je vous prie, Monsieur le Président, de recevoir mes salutations distinguées.”

-------

Pour Benamou, Zemmour est "fasciste" Publié le 30 Mai 2010 à 21h27 Mis à jour le 31 Mai 2010 à 09h25 europe1.fr

C'est lors de l'émission On n'est pas couché que le journaliste Georges-Marc Benamou a dérapé.

L'échange a été d'une violence extrême. Le plateau de l'émission de Laurent Ruquier On n'est pas couché sur France 2 s'est transformé en champ de bataille samedi soir. Les belligérants avaient pour noms Georges-Marc Benamou et Eric Zemmour.

Venu promouvoir sur dernier ouvrage sur la France libre Les Rebelles de l'an 40, le journaliste Georges-Marc Benamou le débat dans un premier temps très cordial a dérapé sur la question de l'identité nationale.

"Je pense qu'aujourd'hui, à l'heure où des gens malsains diffusent des idées de haine et de discrimination sur des arabes et des noirs délinquants et sur les sept millions d'avortement qui font un génocide, quand on dit ça M. Zemmour, on est à la droite du maréchal Pétain (...) Vous êtes un fasciste", a lancé Georges-Marc Benamou en faisant allusion à ses propos sur le plateau de Salut les terriens et à une chronique consacrée à l'avortement sur RTL.

"Vous êtes un fasciste", a lancé Georges-Marc Benamou :

Le chroniqueur de Laurent Ruquier lui rétorque alors : " Le De Gaulle que vous admirez tant, les gens de gauche l'ont traité de fasciste, comme vous venez de le faire avec moi aujourd'hui. C'est toujours la même chose, c'est toujours la même méthode (...) C'est vous les antiracistes qui reprenez les mêmes méthodes que les communistes".

Cet échange stérile ou plutôt ce règlement de comptes ne restera sans doute pas dans les annales des débats télévisés.

--------

Le Café/Laurent Ruquier : “Je suis l’anti Zemmour” 25 juin 2010 lesinfos.com

L’animateur télé et radio Laurent Ruquier est l’invité cette semaine de notre web émission, Le Café, présentée par Mazarine Pingeot et en partenariat avec Starbucks, Dailymotion et Lesinfos.com.

Laurent Ruquier se définit avant tout comme un homme de spectacle, qui aime brasser des gens différents et n’aime pas trop les secouer. “Je suis l’anti-Zemmour” dit-il pour résumer, en ajoutant qu’il est souvent en désaccord avec le chroniqueur Eric Zemmour, présent dans son émission On n’est pas couchés.

La télévision et la radio ont fait de Ruquier une figure médiatique incontournable en France, mais il a démarré sur les planches. Dans deux one-man shows d’abord. Il y a fait d’ailleurs son coming out, un acte libérateur selon lui. Plus récemment, il s’est mis à écrire des pièces de théâtre qui ont rencontré un franc succès. Mais il révèle qu’il a encore du mal à trouver un producteur pour ses pièces et qu’il les envoie incognito pour avoir plus de chances qu’elles soient lues….

Surtout, Laurent Ruquier n’a pas peur des nouvelles expériences, comme lorsqu’il s’est lancé dans une émission culturelle en remplaçant Michel Field sur Paris Première dans Ça balance. Alors pourquoi pas un jour aller prendre la place de Michel Denisot sur Canal +?

Sa passion pour les médias et l’humour étaient présents dès son adolescence. Sur les bancs du lycée déjà, il rédigeait quelques papiers satiriques pour le journal des élèves et, très vite, il a animé sur une radio locale une émission baptisée Les petites têtes… Cela ne s’invente pas.

Malgré le succès et une carrière déjà longue dans le milieu des médias, Laurent Ruquier espère être resté le même: travailleur et rigoureux, comme l’était son père chaudronnier au Havre. Et il avoue autant de naïveté que d’optimisme!

--------

13:48 jeanmarcmorandini.com France Télé: Nicolas Sarkozy a-t-il dressé une liste noire ?

Selon le site Internet du Point, le Président de la République aurait demandé à ce qu'un certain nombre d'animateurs quittent l'antenne lors d'un tête à tête avec Patrick de Carolis, alors Président de France Télévisions en juin dernier.

Ainsi, toujours selon le Point, Nicolas Sarkozy trouverait indésirable deux stars de France 2: Laurent Ruquier et Patrick Sébastien.

Le chroniqueur Eric Zemmour ne serait pas non plus bien considéré par l'hôte de l'Elysée tout comme Guillaume Durand, "trop proche de Dominique de Villepin" ou encore Franz Olivier Giesbert, patron du Point.

En revanche, Patrick Sabatier (ami de longue date du chef de l'Etat), Daniela Lumbroso, Didier Barbelivien (associé au producteur Rémy Grumbach) ou encore les frères Bogdanoff plaisent au Président.

-------

Le Point.fr - Publié le 11/01/2011 à 18:04 - Modifié le 12/01/2011 à 08:55 Source Reuters

Eric Zemmour devant la justice. Le journaliste est poursuivi pour diffamation et discrimination raciale. À l'audience, il a dénoncé une "logique de l'Inquisition".

Le chroniqueur Éric Zemmour a dénoncé, mardi, une forme d'inquisition digne du Moyen Âge, devant le tribunal de Paris, où il est poursuivi pour diffamation et discrimination raciale.

Il a répété à l'audience que les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres "parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes", comme il l'avait dit le 6 mars 2010 sur l'antenne de Canal+.
Sur France Ô, il avait déjà assuré que les employeurs "ont le droit" de refuser des postulants arabes ou noirs.

SOS racisme avait lancé des poursuites, jugeant que le polémiste ciblait certaines populations.

"En gros, il considère que les Noirs et les Arabes devraient être suspectés en tant que tels", dit l'avocat de l'association, Patrick Klugman.

D'autres mouvements antiracistes, comme le Mrap, la Licra et l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), se sont portés partie civile devant le 17e chambre correctionnelle, où le procès doit durer trois jours.

"Nous sommes au Moyen Âge" (Zemmour)

Pour les associations, les propos du journaliste sont d'autant plus graves qu'Éric Zemmour participe à ou anime plusieurs émissions de radio et de télévision qui ont une forte audience."Je ne vois pas un seul instant qu'un tribunal qui a commencé à condamner le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux (pour injure raciale) puisse se déjuger", a dit à Reuters Pierre Mairat, avocat du Mrap.

Accueilli au tribunal par une nuée de caméras, Éric Zemmour a réfuté devant la cour être un provocateur cherchant à attirer l'attention et s'en est pris aux parties civiles. "Moi, j'essaie de décrire la vérité telle qu'elle est et la vérité n'existe pas pour ces gens-là (...) C'est la logique de l'Inquisition, nous sommes au Moyen Âge", a-t-il dit. Seules une dizaine de personnes, sur les 30 espérées par la défense, ont accepté de témoigner en faveur du chroniqueur, qui a reçu le soutien de quelques personnalités, dont certaines de gauche, au nom de la liberté d'expression.

L'avocat de SOS Racisme a tenté, sans succès, de faire écarter des débats une lettre de l'ex-ministre de l'Intérieur de gauche Jean-Pierre Chevènement, sollicité par la défense. Renonçant à témoigner, celui-ci écrit néanmoins au tribunal qu'il suffisait de compulser les listings de la délinquance pour constater que 50 % des noms des jeunes y ont une consonance maghrébine ou africaine.

Éric Zemmour a vu dans cette tentative pour "faire taire" un ancien ministre de l'Intérieur la preuve de la "logique inquisitoriale" des associations, qui "utilisent un vocabulaire qu'elles imposent à la société". Il avait auparavant dénoncé dans la presse une "ambiance de maccarthysme, de politiquement correct".

Liberté d'expression

"C'est ridicule", a répliqué Dominique Sopo, président de SOS Racisme, soulignant que le journaliste avait de multiples occasions de se défendre lors de ses chroniques. "La liberté d'expression, nous y sommes très attachés. Mais ce n'est pas vouer à la vindicte publique des groupes de personnes", a-t-il dit aux journalistes.

Dans une lettre au président de la Licra, Éric Zemmour avait regretté que ses propos aient "pu heurter", tout en les maintenant. Il a dit à la barre qu'il ne s'agissait pas d'une lettre d'excuses, mais d'une lettre d'explication.

Les statistiques ethniques sont interdites en France.

Le journaliste a cependant évoqué à l'appui de sa démonstration des enquêtes de journaux, celle d'une commission du Sénat, les propos d'un sociologue visitant les prisons ou une étude du ministère de la Justice.

Le chroniqueur a souligné qu'il s'appelait Zemmour, "le nom d'une bande juifs pieds-noirs" célèbre dans le milieu du banditisme parisien des années 60, ce qui lui aurait valu bien des contrôles dans les aéroports.

Selon lui, le fait que la plupart des trafiquants soient issus de "l'immigration la plus récente" est une réalité policière incontournable.

"Je trouve scandaleux qu'on mette en cause la police républicaine", a-t-il dit, soulignant être intervenu sur Canal+ parce que son interlocuteur affirmait que certains immigrés étaient contrôlés 17 fois par jour.

---------

La Tribune de Genève 12 janvier 2011 http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/01/12/eric-zemmour-a-dit-la-verite.html Eric Zemmour a dit la vérité

Eric Zemmour risque fort d’être condamné à l’issue de son procès qui se déroule actuellement à Paris. Pas à cause du contenu de ses propos puisqu’il a dit la vérité.
Mais pour avoir osé parler d’un sujet devenu tabou dans la France moderne.

Zemmour a dit la vérité

Avoir dit que « Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes… C'est un fait. » lui vaut d’être voué au gémonies.
Pourtant il a dit la vérité. Une vérité confirmée par l’ancien ministre de l’Intérieur socialiste Jean-Pierre Chevènement.

Quel est donc le problème? Le problème est qu’en France la libre parole est une denrée qui devient rare. La loi, les associations pour ceci ou contre cela, les réflexes grégaires, les partis politiques, la peur du qu’en dira-t-on, le suivisme, le manque de courage personnel et politique, les clivages, contraignent la pensée et la libre expression.
On dirait presque que pour certains citoyens de l’hexagone, penser c’est répéter ce qui est déjà admis.

Cela n’a pas à voir avec une appartenance nationale mais avec les lois et l’état d’esprit que les maîtres-penseurs font régner. Au point où dire la vérité est devenu une pratique à risque, qui au mieux vaut le déni, au pire le tribunal.

Le soviétisme de l’Etat et le terrorisme intellectuel d’une certaine intelligentsia sont connus de longue date. On se souvient du nuage de Tchernobyl qui avait contourné la frontière française.
L’Europe avait bien rigolé ce jour-là!

Aujourd’hui, au prétexte d’éviter toute tentation de racisme, parler d’une origine nationale ou ethnique est devenu non seulement un tabou mais criminel. Je note cependant que cela ne concerne que les personnes originaires du maghreb ou d’Afrique noire, puisque l’on peut continuer à parler de la mafia slave sans s’attirer les foudres de SOS Racisme. Ce qui est de toute évidence une discrimination ethnique.

L’égalité de traitement voudrait que l’on parle des dealers africains autant que des proxénètes d’Europe de l’est. Mais non. Les africains et maghrébins n’ont pas d’existence, pas d’origine, pas de racine. Ils sont transparents. Inexistant. Morts culturellement. La loi les a privés d’identité. Ils sont déjà morts.

Les slaves (ethnie d’Europe de l’est) existent, eux, et l’on peut parler de leurs voyous qui viennent dépenser l’argent de la corruption, du racket et du crime organisé dans les palaces de la côte d’Azur.
Mais parler du crime organisé des dealers africains, niet! Police, tribunal, prison.

Comment va-t-on arriver à le condamner?

L’ennui est que le fait cité par Eric Zemmour est validé, confirmé par un ancien ministre de l’Intérieur, qui a consulté les fichiers de la délinquance. Comment va-t-on faire pour condamner Zemmour? Uniquement en lui refusant de citer une origine ethnique? Trop tard, même M. Chevènement y fait référence. Le site Rue89 aussi, dans un billet fort intéressant.

Depuis que Zemmour a mis les pieds dans le plat de la délinquance et de son origine presque tout le monde en parle ouvertement. Alors on va le charger. On va lui faire dire ce qu’il n’a pas dit, histoire d’influencer les juges, et surtout de soumettre le journaliste à la vindicte populaire. Ainsi cette petite phrase: ««En gros, il considère que les noirs et les arabes devraient être suspectés en tant que tels», a dit l'avocat de l'association SOS Racisme, Patrick Klugman.»

Non, Eric Zemmour n’a jamais dit cela. Que l’on soit pour ou contre Zemmour, un peu d’honnêteté, que diable! Il a constaté et relayé le fait, mais il n’a pas dit que les noirs et les arabes «devraient être suspectés».

Mandaté par SOS Racisme, cet avocat donne l’exacte image de cette organisation: une secte idéologique ouvertement malhonnête et partiale, et noyautée par une gauche sans plus aucun intérêt pour la vérité ni la justice. Un mouvement qui n’a pas levé le petit doigt pour faire traduire en justice Houria Bouteldja à la suite de ses très violents propos anti-blancs l’an dernier.
Une association totalement décrédibilisée.

Le biais sociologique

Je citais plus haut Rue89, qui va plus loin que le simple constat de Zemmour. L’article cite des sociologues qui montrent que la précarité sociale et la pauvreté qui touchent en premier les enfants d’immigrés dans les cités sont des facteurs criminogènes. Bien sûr! La pauvreté était déjà cause de criminalité au Moyen-Âge. Mais il faut aussi parler des origines ethniques. Car en taisant ces origines, on cache le problème et on ne lui cherche aucune solution.

Le déni n’a jamais été un moyen de résoudre les problèmes. C’est l’inconvénient de l’esprit soviétique: on fait dire à la réalité ce qui nous arrange plutôt que de la regarder objectivement. On s’économise ainsi la remise en question de l’idéal anti-raciste dans son application actuelle, qui n’est qu’un prétexte à une mondialisation culturelle débridée et indifférenciée.
Une sorte de nivellement culturel total.

Rue89 cite aussi une autre étude sociologique réalisée à Grenoble, selon laquelle un enfant d’immigré sur 5 devient délinquant - soit proportionnellement plus que les enfants des français de souche - et cela même dans les milieux aisés. Ce qui contredit l’étude précédente: la pauvreté n’est pas le facteur le plus déterminant de la délinquance des enfants d’immigrés.

On parle alors de sentiment d’exclusion. C’est possible. Mais je me demande pourquoi on ne mentionne pas les manques éducatifs et la démission de certains parents, ou l’absence du père dans trop de familles. On ne dit pas non plus pourquoi toutes les familles ne sont pas touchées mais seulement une sur cinq. Les 80% autres ne se sentiraient pas exclues? Les enfants y seraient mieux éduqués?

Pourquoi donc les sociologues évacuent-ils systématiquement les valeurs morales ou familiales de type "responsabilisation" pour ne privilégier que des critères extérieurs de type "victimisation"? Est-ce un biais normal, admis de la sociologie, ou est-ce un parti-pris politique?

Je crois que l’on n’en a pas fini avec la question. Il serait bon qu’une prochaine étude se penche sur les enfants d’immigrés qui ne sont pas délinquants: pourquoi y en a-t-il? Quelles sont leurs valeurs, leur intégration, comment sont leurs familles? Bref, que l’on cesse de faire l’autruche. Et que l’on cesse d’être à la limite de la justification en parlant de la pauvreté à une époque où il existe diverses aides sociales (contrairement au Moyen-Âge).

A quand une mise en avant des enfants d’immigrés non-délinquants?

On pourrait faire de même avec les enfants issus de familles de souche et non-délinquants: pourquoi ne le sont-ils pas?

--------

Propos sur «les Noirs et les Arabes» : amende avec sursis pour Zemmour Publié le 18.02.2011, 14h06 | Mise à jour : 17h03 LeParisien.fr

Eric Zemmour a été condamné à 2.000 euros d'amende avec sursis vendredi par le Tribunal correctionnel de Paris pour ses déclarations controversées sur «les Noirs et les Arabes» à l'antenne.
Le chroniqueur TV et journaliste avait été cité en justice par plusieurs associations anti-racistes pour des propos tenus le 6 mars 2010 sur Canal+ et France Ô.

Dans l'émission de Thierry Ardisson «Salut les terriens», diffusée sur la chaîne cryptée, il s'était indigné après une intervention sur les contrôles au faciès: «Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait».
Le même jour, sur France Ô, il avait estimé, en réponse à une question qui lui était posée, que les employeurs «ont le droit» de refuser des Arabes ou des Noirs.

Condamné pour avoir justifié la discrimination à l'embauche...

Dans un premier jugement, la 17e chambre du tribunal a statué sur les poursuites engagées par SOS Racisme, la Licra et le Mrap, qui poursuivaient les propos sur les trafiquants en diffamation à caractère racial et ceux sur les employeurs pour provocation à la discrimination raciale.

Le tribunal a relaxé Eric Zemmour du délit de diffamation pour les propos sur les trafiquants. Ces propos sont peut-être «choquants», écrit le tribunal, mais ils ne sont pas «diffamatoires». En revanche, il a condamné Eric Zemmour à 1.000 euros d'amende avec sursis pour avoir, sur France Ô, «justifié une pratique discriminatoire illégale - la discrimation à l'embauche - en la présentant comme licite».

Par ailleurs, le chroniqueur devra verser 1.000 euros de dommages et intérêts à chacune des trois associations, plus 2.000 euros de frais de justice, soit un total de 9.000 euros.

... et pour provocation à la haine raciale

Le tribunal a rendu un second jugement, à la suite des poursuites engagées par les associations UEJF et J'accuse. Ces dernières poursuivaient uniquement les propos diffusés sur Canal+ concernant les trafiquants, mais tant en diffamation qu'en provocation à la discrimination raciale.

Dans ce dossier, la 17e chambre n'a retenu que le délit de provocation à la discrimination raciale et a condamné Eric Zemmour à 1.000 euros d'amende avec sursis. Il devra également verser 1 euro à chacune des parties civiles, plus 750 euros de frais de justice, soit un total de 1.502 euros.

Les deux jugements devront faire l'objet d'une publication dans la presse.

En substance, le tribunal a jugé qu'Eric Zemmour avait «dépassé les limites autorisées de la liberté d'expression». Mettant en avant «le crédit qui peut être accordé aux paroles» du prévenu, «un homme de médias, un polémiste reconnu, un trublion parfois», le procureur de la République, Anne de Fontette, avait requis à l'audience du 14 janvier une condamnation «de principe». Eric Zemmour s'était défendu avec vigueur, assurant ne pas être un «provocateur», mais un observateur qui refuse le «politiquement correct».
Pour ces différents délits, il pouvait encourir jusqu'à un an de prison et 45.000 euros d'amende. LeParisien.fr

-------

18 fév 2011 Pascale BOISTARD et Mehdi OURAOUI, Secrétaires Nationaux du Parti Socialiste liberation.fr Rédigé le 18 fév 2011 à 23:28 dans Actualité

Incitation à la discrimination:l'impunité audiovisuelle de Zemmour ne doit pas s'ajouter à l'impunité gouvernementale d'Hortefeux

Eric Zemmour vient d'être comdamné pour provocation à la discrimination raciale pour des propos dont le tribunal correctionnel de Paris a relevé qu'ils dépassaient les limites de la liberté d'expression.

Nous demandons à France Télévision comme à RTL de tirer toutes les conclusions de cette décision de justice qui ne peut rester sans suite. En effet, nous refusons l'impunité dont jouissent certaines personnalités qui incitent aux discriminations raciales.

L'impunité audiosuelle d'Eric Zemmour ne doit pas s'ajouter à l'impunité gouvernementale de Brice Hortefeux. Les propos insupportables de ces personnalités banalisent le racisme au quotidien. Les Français de toutes origines méritent que les personnalités publiques les respectent et que ces personnalités respectent en toutes circonstances les valeurs fondamentales de la République. Pascale BOISTARD et Mehdi OURAOUI, Secrétaires Nationaux du Parti Socialiste

-------

Zapping : Zemmour ovationné par les députés UMP Publié par Julien Bellver Ozap.com Jeudi 3 Mars 2011 | 11h34

Journalistes et photographes étaient très nombreux hier à l'Assemblée Nationale pour suivre Eric Zemmour, invité à un débat sur « le trop-plein de normes » organisé par le club des réformateurs de l'UMP.
Une invitation qui a fait polémique, seulement dix jours après la condamnation du journaliste pour ses propos sur « les Noirs et les Arabes ».

Ovation

Zemmour a fait son entrée sous les applaudissements trés marqués des députés UMP. « On m'a invité, j'ai dit ce que j'avais à dire » s'est contenté de commenter Eric Zemmour à la sortie du débat.

Un débat où il s'est posé en victime de l'arsenal juridique sur la liberté d'expression : « Je me suis retrouvé bien malgré moi dans une arène médiatique, judiciaire pour une corrida endiablée où je fus un taureau plus très jeune (...) La liberté d'expression, c'est la liberté d'avoir tort ».

Zemmour suggère même de « supprimer l'action pénale pour les associations antiracistes et (...) supprimer leurs subventions ».

Plus tôt dans la journée hier, le PS s'était indigné, rappelant que « le racisme n'est pas une opinion, mais un délit ».

-------

Zemmour invité à l'UMP: la Licra écrit à Copé Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 03/03/2011 à 19:55

Le secrétaire général de la Licra Alain Jakubowicz a écrit à Jean-François Copé après la tribune offerte à Eric Zemmour par l'UMP.

Mercredi, Jean-François Copé a exprimé son indignation face à la polémique soulevée par la venue du journaliste Eric Zemmour au débat organisé par le club de Réformateurs d'Hervé Novelli, le think tank de l'UMP.

"Il me paraît non seulement souhaitable mais véritablement indispensable qu'ils puissent entendre un autre avis que celui qui leur a été exposé, pour forger leur opinion", écrit Alain Jakubowicz dans sa lettre adressée à Jean-François Copé.

Alain Jakubowicz ne peut "imaginer que les parlementaires UMP se satisfassent d'un seul point de vue", celui d'Eric Zemmour, fraîchement condamné à 2000 euros d'amende avec sursis pour provocation à la discrimination raciale.

Alain Jakubowicz regrette que les intervenants aient évoqué durant le débat la suppression des lois mémorielles, du délit d'incitation à la haine raciale ou en encore des subventions allouées aux associations antiracistes".

"Je voudrais bien qu'on m'explique"

De son côté, Alain Juppé s'étonne de la polémique provoquée par l'invitation faite au journaliste politique Eric Zemmour : "Je voudrais bien qu'on m'explique un jour pourquoi (le fait) qu'Eric Zemmour soit invité, alors qu'il est condamné, vous pose un problème".

"Il est, je crois, dans l'Histoire, des journalistes qui ont été condamnés pour des propos (...) qui étaient sans doute peut-être politiquement plus corrects, malgré leur condamnation, et qui n'ont pas donné lieu à un tel acharnement", avait ajouté Jean-François Copé.

-------

Le Point.fr - Publié le 04/03/2011 à 16:29 - Modifié le 04/03/2011 à 16:30 Rémy Pflimlin ne désavoue pas Éric Zemmour

Le président de France Télévisions n'a pas l'intention d'exclure le chroniqueur de France 2 malgré ses déclarations devant les libéraux de l'UMP.

Par Emmanuel Berretta Les récents propos d'Éric Zemmour devant un club parlementaire UMP relancent la polémique sur la place du polémiste sur France Télévisions. Éric Zemmour, récemment condamné pour provocation à la discrimination, a appelé les parlementaires UMP à supprimer la Halde (la Haute Autorité de lutte contre les discriminations), les lois sur la discrimination raciale, les lois mémorielles et les subventions aux associations antiracistes. Une prise de position politique vécue comme une nouvelle provocation par ses adversaires.

"Je suis pour la liberté d'expression, mais, là, il en rajoute au lieu de s'excuser. C'est quand même très ennuyeux", relève Hervé Bourges, l'ancien président de France Télévisions en charge des questions de diversité. Interrogé par lepoint.fr, Rémy Pflimlin "se refuse à porter une appréciation sur les propos d'Éric Zemmour dans d'autres enceintes que France Télévisions". "Le service public est attaché aux valeurs humanistes et républicaines, mais c'est aussi le lieu où s'exprime la diversité des opinions dans le cadre légal", rappelle-t-il à ceux qui, autour de lui, le pressent de suspendre la collaboration d'Éric Zemmour avec France 2.

À la demande de Rémy Pflimlin, France Ô a diffusé la publication de la condamnation d'Éric Zemmour. C'est sur cette antenne que le polémiste avait justifié les discriminations à l'embauche dans les entreprises, à l'origine de sa condamnation.

-------

Serge Klarsfeld indigné par les nouveaux dérapages d’Eric Zemmour France Info - 4 mars 2011 11:28

Au surlendemain des propos tenus par Eric Zemmour dans un colloque à l’Assemblée organisé par les libéraux de l’UMP, Serge Klarsfeld, fondateur de l’Association des fils et filles de déportés de France, était l’invité ce matin de France Info.
Interrogé par Marc Fauvelle, l’historien et avocat regrette les dérapages du chroniqueur, reflet selon lui d’une dérive au sein de la majorité.

-------

26/05/11 à 16:40 lenouvelobs.com Grégoire Leménager Comment Zemmour et Naulleau ont été virés d’ «On n’est pas couché"

Fin d’une époque, sur France 2. Les deux chroniqueurs vedettes de l’émission de Laurent Ruquier ont appris, hier soir, qu’ils ne seront plus sur le plateau à la rentrée. Explications.

Eric Zemmour et Eric Naulleau l'ont appris hier soir, en dînant avec Laurent Ruquier et Catherine Barma: ils ne reviendront pas en septembre, sur le plateau d'"On n'est pas couché", dire ce qu'ils pensent des livres des invités.

RéagirOn était d’accord ou pas avec leur petit numéro hebdomadaire, mais il avait au moins le mérite de casser un peu la belle monotonie promotionnelle qui domine les émissions culturelles à la télévision (demandez donc un peu à Jacques Attali ou Francis Lalanne, au hasard, leur avis sur la question). C’est terminé. Et après le sort fait à Frédéric Taddéi, puis les évictions de Franz-Olivier Giesbert et Daniel Picouly, on doute que ce soit pour faire place à des débats intellectuels franchement plus élevés.

Eric Naulleau et Eric Zemmour l’ont appris hier soir, dans l’intimité d’un dîner avec Laurent Ruquier, l’animateur d’«On n’est pas couché», et la productrice de l’émission Catherine Barma: ils ne feront plus partie de l’équipe à la rentrée prochaine. Ca leur apprendra à dire du mal des livres qu'ils n'aiment pas.

Les esprits les plus méfiants (et paranos?) y verront peut-être le signe que la campagne électorale pour la présidentielle est bien lancée. Sans doute fallait-il surtout pour la chaîne se débarrasser de Zemmour, dont les provocations xénophobes commençaient en effet à bien faire. Mais le moyen de le dire haut et fort? Et donc d’épargner Naulleau dans ce coup de balai?

Résultat, les raisons officiellement invoquées ont été très simples, comme toujours à la télévision quand on est à cours d’arguments: «usure de la formule», «besoin de renouvellement». C’est qu’on fait ce qu’on peut avec des mots, lorsque les chiffres manquent d’éloquence: avec environ 2 millions de téléspectateurs (soit près d’un quart de l’audience), ceux de cette émission lancée en 2006 étaient singulièrement stables; et il n’est pas absurde de penser que l’agaçante présente de ses deux chroniqueurs n’était pas étrangère à son impressionnant succès populaire.

Au cours du dîner, qu’on imagine assez animé, des motifs plus profonds ont donc fini par apparaître. Les invités «importants» se dérobent, ils en ont marre de subir les oukases de deux énergumènes si peu respectueux à l’égard de leurs œuvres. Donc la production et l’animateur en ont marre aussi. Ils ont enfin pris des mesures, tout rentre dans l’ordre sur le service public. Francis Lalanne va pouvoir revenir réciter ses alexandrins. Grégoire Leménager

--------

Zemmour débarqué de la matinale d'RTL ? Créé le 27-05-2012 à 08h39 - Mis à jour à 11h41 Par Le Nouvel Observateur

Le polémiste ne serait plus à l'antenne de la radio en septembre prochain, selon l'"Express".

-------

Propos sur Christiane Taubira : Eric Zemmour réplique le 28 mai 2012 à 08h55 , mis à jour le 28 mai 2012 à 08h57 tf1.fr

Face aux accusations de propos "racistes" et "machistes" envers la ministre de la Justice, le chroniqueur dénonce les "professionnels du choquage, de l'indignation tarifée", qui "essaient de me brûler en place de Grève régulièrement".

Face à la polémique, comme à son habitude, Eric Zemmour réplique... de manière plutôt acide.

Accusé par le Mrap et SOS Racisme d'avoir tenu sur RTL des propos "racistes" et "machistes" à l'encontre de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, le chroniqueur a réagi lundi sur la même antenne. "Vous savez, il y a dans ce pays des professionnels du choquage, de l'indignation tarifée", a déclaré Eric Zemmour au début de sa chronique matinale Z comme Zemmour, dans ce qui a été présenté comme "une mise au point nécessaire" par le journaliste Vincent Parizot.

Pour Cambadélis, les attaques de l'UMP contre Taubira "assez limite"
Taubira : "mon action et mes résultats parleront pour moi"
Vallaud-Belkacem en défense de Taubira, le FN se moque de Copé

Eric Zemmour a dénoncé des "Torquemadas de café du commerce qui essaient de me brûler en place de Grève régulièrement". "Ils passent leur temps à vous faire des procès d'inquisition, non seulement sur les mots que vous employez, c'est même pas les mots, parce que derrière les mots il y a vos pensées et derrière vos pensées, il y a vos arrière-pensées", a-t-il dit.

"Une analyse politique, idéologique"

"Vous savez, quand j'attaque Taubira, c'est ni la femme que j'attaque, ni encore moins évidemment la femme noire que j'attaque", a-t-il assuré, ajoutant : "Je fais une analyse politique, idéologique, et les personnes ne sont pas en cause". "Je pense que ce n'est plus aujourd'hui, comme au XIXe siècle, la femme qui est diabolisée, mais l'homme. On peut ne pas être d'accord avec moi, ça ne me dérange pas. C'est en tout cas ce que je défends, depuis très longtemps", a encore dit le chroniqueur avant d'entamer sa chronique du jour, sur l'Egypte.

Mercredi dernier, Eric Zemmour s'en était pris dans sa chronique à Christine Taubira, fustigeant sa volonté de faire voter rapidement une nouvelle loi réprimant le harcèlement sexuel et disant son intention de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs. "En quelques jours, avait-il dit, Taubira a choisi ses victimes, ses bourreaux. Les femmes, les jeunes des banlieues, sont dans le bon camp à protéger, les hommes blancs dans le mauvais". le 28 mai 2012 à 08:55

--------

Zemmour condamné, l’UMP consternée janvier 22nd, 2013 Europe-Israel.org http://www.europe-israel.org/2013/01/zemmour-condamne-lump-consternee/

De la »consternation » de Thierry Mariani à la satisfaction du PCF en passant par le sentiment de « dérive judiciaire » d’une soixantaine de députés UMP, le point sur les réactions à la condamnation vendredi d’Eric Zemmour pour ses propos sur les »Noirs et les Arabes ».

Lionnel Luca, député UMP des Alpes-Maritimes, dans un communiqué signé par 58 députés UMP du « Collectif pour la Liberté d’expression »: « La condamnation (avec sursis!) d’Eric Zemmour illustre la dérive judiciaire contre la liberté d’expression dans notre pays qui interdit à un journaliste de parler ». »Dans le même temps, certains rappeurs qui insultent la France et les Français et appellent au meurtre des forces de l’ordre ne sont pas condamnés au nom de la création culturelle. Cherchez l’erreur. Cette dérive judicaire qui précède la dérive totalitaire impose désormais la révision des lois qui la permettent ».

Le PCF se »réjouit de la condamnation du multi-récidiviste Eric Zemmour » « Le fait que des journalistes ou des hommes politiques fassent de ces propos nauséabonds un fond de commerce, est scandaleux ».« Les chroniques répugnantes du multi-récidiviste Eric Zemmour sur l’immigration ou encore sur le droit à l’IVG et les violences faites au femmes sont ignobles ».

Thierry Mariani, secrétaire d’Etat aux transports et conseiller politique de l’UMP, dans un communiqué:
« C’est avec consternation que j’ai pris connaissance de la condamnation du chroniqueur Eric Zemmour par le tribunal correctionnel de Paris, pour ‘provocation et incitation à la haine raciale’ ». « J’observe que les professionnels de l’antiracisme préfèrent se constituer partie civile, plutôt que d’assumer un débat public à la loyale sur les sujets qui préoccupent nos concitoyens, qu’il s’agisse de la délinquance, du fondamentalisme islamiste, des prières de rue, ou de la gangstérisation de certains quartiers sensibles », ajoute-t-il. Thierry Mariani juge que la condamnation« est d’autant plus regrettable qu’elle risque d’inciter une gauche morale durablement discréditée, à imposer un climat permanent de chasse aux sorcières ». »Je suis convaincu que la liberté de pensée, la liberté de parler du réel tel qu’il est trouveront dans ce pays une majorité de Françaises et de Français pour les défendre et l’illustrer », indique-t-il encore.

Dominique Sopo, président de SOS Racisme, sur Europe 1 Soir:
Invité d’Europe 1 vendredi soir, Dominique Sopo, président de SOS Racisme, s’est dit « satisfait » de la condamnation d’Eric Zemmour.« On est totalement satisfait, puisque les deux phrases qui ont été attaquées au tribunal ont fait l’objet d’une condamnation », a-t-il estimé. « Ce qui est important, c’est qu’il y ait une reconnaissance que ces propos étaient bien une incitation à la haine raciale (…) C’est le peuple qui dit cette sentence », a-t-il ajouté. Réagissant aux propos de ceux qui disent Eric Zemmour »courageux » de proclamer« des vérités », Dominique Sopo a lancé : « passer son temps à taper sur les noirs, sur les femmes, sur les homosexuels, en disant que c’est du courage, je n’ai pas remarqué que ces catégories de population ont le pouvoir dans ce pays (…) Ce qui est malsain, c’est que des personnes qui ont un accès très large aux médias puissent repeindre la lâcheté, la petitesse, en courage ». lejdd.fr

---------

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140109.OBS1837/dieudonne-soral-zemmour-et-la-haine-des-autres.html Dieudonné, Soral, Zemmour et la haine des autres Publié le 09-01-2014 à 13h23 Renaud Dély

"Le Nouvel Observateur" du 9 janvier. (Le Nouvel Observateur)
Renaud Dély

La une du "Nouvel Observateur" de cette semaine suscite de nombreuses réactions, ce qui est bien normal. Dénoncer avec force toutes les formes de xénophobie qui gangrènent la France de 2014, d’où qu’elles viennent et quelles qu’en soient les cibles, suscite la colère de certains. Logique. Comme le démontre la longue et remarquable enquête de Doan Bui et Isabelle Monnin, l’antisémitisme et le racisme se portent bien, hélas, dans notre pays. On pouvait s’attendre à ce que ceux qui les prônent s’insurgent en tentant, comme toujours, de se victimiser au nom de la défense d’une prétendue "liberté d’expression" dont ils sont les fossoyeurs.

On ne peut en revanche laisser se répandre un faux procès à l’endroit de notre journal. Certains s’indignent de la présence sur notre couverture du journaliste Eric Zemmour au motif qu’il est issu de la communauté juive et qu’il se retrouve aux côtés de deux antisémites notoires, le
pamphlétaire Alain Soral et le polémiste Dieudonné. Soyons clairs, ce choix, sans rapport avec les origines des intéressés, se justifie pour plusieurs raisons qu’il convient de rappeler.

D’abord, ces trois individus ont été condamnés par la justice française pour incitation ou provocation à la haine raciale. "Haine", ce même mot qui barre notre une de cette semaine et que nous nous employons à combattre. Alain Soral et Dieudonné collectionnent les condamnations. Eric Zemmour l’a été, lui, en 2011, pour avoir justifié les contrôles au faciès et la discrimination à l’embauche à l’endroit des Noirs et des Arabes.

Ensuite, chacun de ces trois personnages use du même stratagème pernicieux pour mener à bien leurs projets respectifs. Chacun cherche à dresser au sein de notre pays une communauté contre une autre. L’antisémitisme d’Alain Soral et de Dieudonné vise à monter, notamment, les Musulmans contre les Juifs en professant un négationnisme qui doit être combattu sans faiblesse par les lois de de la République. Nul ne peut tolérer que dans la France de 2014, sur le net ou sur scène, certains continuent de nier la tragédie de la Shoah et le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a raison de se montrer intraitable. Mais Eric Zemmour s’applique, de son côté, dans d’innombrables écrits ou prises de paroles médiatiques, à attiser une autre forme de haine au sein d’une autre communauté, celle de ceux qu’il appelle "les petits Blancs" ou les "Français de souche". Il s’agit de la haine des immigrés en général, et des musulmans en particulier, qu’il accuse, à longueur de colonnes et de micros, de vouloir nous "envahir" pour mieux nous "occuper", vocabulaire lourd de références historiques. Cette mécanique dangereuse doit être combattue sans faille. L’ignorer, fermer les yeux, tourner la tête, serait servir ces mêmes pyromanes qui prétendent pratiquer une concurrence victimaire en hiérarchisant les racismes selon les communautés visées.

Il serait plus dangereux encore de tomber dans le piège que ces propagateurs de haine nous tendent en se grimant en représentants de la communauté dont ils sont issus. Non, fort heureusement, Dieudonné n’est pas le porte-parole des Noirs, pas plus qu’Alain Soral ne serait celui des Blancs ou Eric Zemmour celui des Juifs.

La communautarisation des haines que ces trois-là, parmi d’autres, attisent est un grave péril qui menace aujourd’hui la France. Notre République une et indivisible prône l’égalité entre tous les citoyens, quelles que soient leurs origines ethniques, leurs croyances religieuses ou leurs convictions spirituelles. Pour la conforter, il convient de lutter contre toutes les formes d’antisémitisme, de racisme et de xénophobie sans exception. Il s’agit d’un combat que "le Nouvel Observateur", fidèle aux idéaux des Lumières, mène depuis 50 ans. Il continuera de le mener demain sans relâche. Renaud Dély - Le Nouvel Observateur

Sur le même sujet » Soral à son tour visé pour ses propos sur les chambres à gaz » Voyage dans la France raciste » Comment Dieudonné prospère sur YouTube

-----------

8 janvier 2014 Le Nouvel Observateur racheté par le trio Niel-Bergé-Pigasse Le HuffPost/AFP | Publication: 08/01/2014 08h52 CET | Mis à jour: 08/01/2014 13h04 CET

------------

Mardi 07 Octobre 2014 Dispute judaïque entre le petit juif berbère et le grand (?) juif allemand :

"On n'est pas couché" - Cohn-Bendit à Zemmour : "Tu es un crétin !" Le polémiste venait de déclarer : "Je préfère Poutine à Cohn-Bendit !"
www.atlantico.fr/pepitesvideo/on-est-pas-couche-cohn-bendit-zemmour-es-cretin-1791393.html#xLyAGigbRzKtutXc.99

-------------

27 novembre 2014. Violente attaque injustifiée

------------

Eric Zemmour songe à déporter 5 millions de musulmans français Grégory Marin L'Humanité Lundi, 15 Décembre, 2014 http://www.humanite.fr/eric-zemmour-songe-deporter-5-millions-de-musulmans-francais-560255

Déporter 5 millions de musulmans français ? Réponse de Zemmour, nostalgique : "Je sais, c'est irréaliste mais l'Histoire est surprenante."

Dans un entretien passé inaperçu en France au "Corriere della Sera", le « polémiste » de droite extrême envisage une manière radicale de stopper un « grand remplacement » fantasmé.

Le député européen Jean-Luc Mélenchon n’entend visiblement pas laisser le dernier mot au « polémiste » de droite extrême Eric Zemmour. Suite au vif débat qui les a opposés vendredi dernier sur RTL, Zemmour s’est arrangé avec les faits pour prouver, disait-il, la mainmise musulmane sur les villes de banlieue parisienne. Il s’est fait contrer, confondant bêtement (pour facile qu’il soit, le métier de journaliste implique de vérifier ses sources) Front de gauche et Parti socialiste.

Poussant son avantage, l’élu européen est allé plus loin, exhumant un document plus que troublant qui était passé inaperçu à sa sortie outre-Alpes. Le 30 octobre, interrogé par le Corriere della Sera, Eric Zemmour « se lâche » en laissant entendre que les musulmans de France peuvent être déportés, écrit Jean-Luc Mélenchon sur son blog, qui pour l’occasion traduit l’entretien.

Zemmour commence fort, suggérant un « remplacement de population » dans les « périphéries », comme il l’avait fait sur RTL pour Bagnolet (Seine-Saint-Denis) : « Les musulmans ont leur code civil, c'est le Coran. Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été obligés de s'en aller. » A ce stade, le journaliste sursaute : « Mais alors que suggérez-vous de faire ? Déporter 5 millions de musulmans français ? » Réponse de Zemmour, nostalgique : « Je sais, c'est irréaliste mais l'Histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 que un million de pieds-noirs, vingt ans plus tard, seraient partis d'Algérie pour revenir en France ? Ou bien qu'après la guerre, 5 ou 6 millions d'Allemands auraient abandonné l'Europe centrale et orientale où ils vivaient depuis des siècles ? »

Pour Éric zemmour : "Vivre à la française ? C'est donner à ses enfants des prénoms français, être monogame, s’habiller à la française, manger à la française, du fromage par exemple."

L’évocation d’Eric Zemmour, qui prend bien garde de ne pas reprendre lui-même le terme de « déportation » mais ne nie pas l’expression, prend place dans son imaginaire personnel développé dans son succès (dans les milieux réactionnaires) de librairie Un suicide français. Car la France se dirige « vers le chaos », dit-il au journaliste italien. « Cette situation d’un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile. Des millions de personnes vivent ici, en France, mais ne veulent vivre à la française. »
C’est bien la théorie du « grand remplacement » chère à l’écrivain Renaud Camus et reprise depuis par les ténors de l’extrême droite qui est ici mise en avant. Suffira-t-il de « vivre à la française » pour éviter la « guerre civile », semble se questionner Zemmour ? Et d’ailleurs, lui demande son intervieweur, « que signifie : vivre à la française ? » Le polémiste BBR est catégorique : « donner à ses enfants des prénoms français, être monogame, s’habiller à la française, manger à la française, du fromage par exemple. Blaguer au café, faire la cour aux filles. Aimer l’Histoire de France et se sentir dépositaire de cette Histoire et vouloir la continuer, je cite ici Renan. »

Rien à voir avec le Front national, promet Zemmour.
Mais sur des paroles et une musique de Marine Le Pen, le même petit refrain lancinant chanté par l’omniprésente voie de la vraie droite nostalgique. Il accomplit là non pas une tâche d’idéologue – puisqu’il réfute le terme -, mais de répétiteur.
Dernière pirouette, histoire de placer une référence italienne de gauche : « Je mène une guerre culturelle, comme le dirait Gramsci. » La guerre, on l’a vu, il la prévoit. Pour la culture, on repassera.

--------

Publié le 18/12/2014 à 10:17 Propos sur les musulmans: Zemmour dénonce une "manipulation" http://www.lepoint.fr/societe/propos-sur-les-musulmans-zemmour-denonce-une-manipulation-18-12-2014-1890741_23.php

Le polémiste Eric Zemmour a dénoncé jeudi sur RTL "une manipulation fantastique" à propos de la polémique suscitée par son interview à un quotidien italien sur les musulmans de France, s'indignant notamment de la réaction du gouvernement.

Eric Zemmour a réaffirmé que le mot "déporter" (cinq millions de musulmans français) écrit dans le Corriere della Sera n'avait pas été prononcé pendant l'interview.

"On m'a accusé d'avoir dit un mot que je n'ai pas prononcé, on m'a accusé ensuite de ne pas avoir contredit un mot qui n'a même pas été prononcé, c'est une histoire extraordinaire, on a là une manipulation fantastique", a ajouté le chroniqueur, qui intervient régulièrement sur RTL.

Eric Zemmour a souligné que le mot "n'a même pas été prononcé par le journaliste italien", qui a reconnu sur le site du Figaro l'avoir ajouté dans une de ses questions en retranscrivant l'entretien.

Au journaliste Yves Calvi qui lui demandait de dire clairement s'il souhaitait le départ de France des musulmans, il a répondu: "Je ne souhaite, ni ne demande rien du tout. C'est ridicule. Il y a des citoyens français, on ne va pas faire partir des citoyens français, il y a des étrangers, un Etat a le droit de dire aux étrangers +maintenant vous rentrez chez vous+".

Mercredi, la Société des journalistes de RTL s'était "désolidarisée" des propos du polémiste, estimant que ses prises de positions "ternissaient les valeurs défendues" par la station.

L'auteur du livre à succès "Le Suicide français" a aussi mis en cause la réaction des autorités à l'interview.

"On a un Premier ministre qui a déjà dit que mon livre n'était pas digne d'être lu, on a maintenant un ministre de l'Intérieur qui appelle à manifester contre moi, mais la prochaine fois qu'est-ce qu'ils vont faire? Ils vont envoyer mes lecteurs en prison?", a lancé le polémiste.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait affirmé mardi "son soutien aux musulmans de France odieusement attaqués" et appelé "tous les républicains à réagir et à manifester leur solidarité".

"Il n'y a aucune incitation à la haine, j'essaie d'analyser rationnellement une situation", s'est défendu Eric Zemmour, alors que la Licra et SOS Racisme ont annoncé le dépôt d'une plainte à son encontre.

Il a répété ses craintes d'une éventuelle guerre civile: "la situation actuelle qui fait que les communautés se figent, se durcissent, se séparent sur le territoire de la France est une situation dramatique qui va conduire à la libanisation de la France, avec en perspective une guerre civile entre des communautés", a-t-il dit.

"Vous savez qu'il y a des idées qui font mal", lui a lancé Yves Calvi. "Les idées font toujours mal", a répondu Eric Zemmour. "Décidément, on n'est pas forcément d'accord", a conclu le présentateur. 18/12/2014 10:16:35 - Paris (AFP) - © 2014 AFP

----------

Liberté j'écris ton nom. Le Figaro Magazine - 16 janvier 2015 p. 26

----------

Laurent Ruquier regrette d'avoir offert une tribune à Eric Zemmour Le Monde.fr | 15.03.2015 à 22h01 http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2015/03/15/laurent-ruquier-regrette-d-avoir-offert-une-tribune-a-eric-zemmour_4593930_3236.html

Laurent Ruquier regrette-t-il d'avoir donné tribune ouverte à Eric Zemmour pendant les cinq ans où ce dernier fut chroniqueur dans son émission « On n'est pas couché » ? La réponse est oui, a-t-il dit samedi 14 mars sur le plateau de ladite émission, qui recevait ce soir-là le journaliste et écrivain François de Closets.

« On ne va pas dire que si le livre d'Eric Zemmour a eu ce succès, c'est parce que tout le monde soutient les thèses d'Eric Zemmour ! », s'est exclamé l'invité. « Vous savez mieux que moi que si ce livre suscite un tel succès c'est parce que ce qu'il dit, on ne l'entend pas (dans les médias), et c'est ce qui intéresse les gens ».

Un argument qui a fait bondir Laurent Ruquier, et qui l'a amené à avouer qu'il regrettait d'avoir été « un de ceux qui a donné la parole toutes les semaines pendant cinq ans » à l'écrivain polémiste. « Oui je le regrette, car je suis en train de me rendre compte que j'ai participé à la banalisation de ces idées là », a-t-il martelé, applaudi par le public de l'émission.

« Je ne veux pas qu'on me dise que les gens de gauche ont diabolisé et caché les sujets et que c'est ça qui a fait monter le Front National, a-t-il continué. Il n'y a pas plus médiatisé qu'Eric Zemmour ! Comment osez-vous dire qu'aujourd'hui on n'entend pas ces thèses ? »

----------

"Liste noire" du Kremlin : "Le pire pour un gentil serait de se transformer en méchant", dit Éric Zemmour.
Le journaliste revient sur la diffusion d'une liste de personnalités européennes interdites d'entrée en Russie (notedt, dont BHL et Daniel Cohn-Bendit). Il la met en perspective avec les sanctions de l'UE contre Moscou.

"Vladimir Poutine n'est pas gentil : il n'aime pas tout le monde et ne laisse pas entrer qui veut dans son pays", lance un brin narquois Éric Zemmour. "L'Union européenne, elle, est gentille. Jean-Claude Juncker est gentil, Angela Merkel est gentille, François Hollande et Barack Obama sont gentils : ils font tous une farandole pour montrer qu'ils aiment tout le monde", s'amuse le journaliste;

"Tout est beaucoup plus simple quand on sait d'avance qui sont les gentils et les méchants", concède-t-il. "Le méchant voit en secret des troupes russes pour soutenir les rebelles ukrainiens ; les gentils ont aidé en secret au reversement du précédent pouvoir ukrainien. Mais cela ne s'appelle pas un coup d'état, seulement une révolution", constate-t-il.

Mais un jour, les gentils découvrent qu'il y a "un méchant encore plus méchant"... http://www.rtl.fr/auteur/eric-zemmour

--------

Eric Zemmour condamné à 3 000 euros d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans Le Monde.fr avec AFP | 17.12.2015 à 14h24 • Mis à jour le 17.12.2015 à 15h59 En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2015/12/17/eric-zemmour-condamne-a-3-000-euros-d-amende-pour-provocation-a-la-haine-envers-les-musulmans_4834063_3236.html#Ks3jWJfEwGYej3U7.99

Le chroniqueur et animateur Eric Zemmour a été condamné jeudi 17 décembre à 3 000 euros d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans, pour des propos au journal italien Corriere della sera en octobre 2014.

Il y déclarait notamment que les musulmans « ont leur code civil, c’est le Coran », qu’ils « vivent entre eux, dans les banlieues. Les Français ont été obligés de s’en aller ». Le parquet avait requis 10 000 euros d’amende.

« Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Cette situation de peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile », ajoutait-il. « Des millions de personnes vivent ici, en France, mais ne veulent pas vivre à la française. » Il faisait alors la promotion de son livre Le Suicide français. La polémique ayant suivi ces propos avait conduit i-Télé à arrêter sa collaboration avec le chroniqueur il y a un an.

« Récidiviste »

Dans son réquisitoire, la procureure Annabelle Philippe a estimé que ces propos « stigmatisants », « sans nuance », visaient « l’ensemble de la communauté musulmane ». Les propos de M. Zemmour, « récidiviste », « très écouté, très entendu », a souligné la magistrate, ont « pour objet principal d’opposer les musulmans et les Français ». « On peut se demander » s’il n’a pas « pour but de la mettre en place, cette guerre civile » qu’il prophétise, « de mettre en place tout ce qu’il faut pour y arriver », a-t-elle ajouté.

Devant le tribunal correctionnel de Paris, M. Zemmour a soutenu qu’il parlait de « musulmans en banlieue qui s’organisent et qui », selon lui, « sont en voie de sécession ». L’animateur a en outre été condamné à verser, selon les cas, 1 ou 1 000 euros de dommages et intérêts à des associations partie civile, comme SOS-Racisme ou la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), auxquels s’ajoutent les frais de justice.

Pour Me Sabrina Goldman, avocate de la Licra, ce jugement « reconnaît une nouvelle fois qu’Eric Zemmour est un propagateur de haine » :

« Son discours est d’autant plus dangereux qu’il se fait le chantre du “parler vrai”, il prétend dire la vérité alors qu’il ne fait que dire la haine. »

Dominique Sopo, le président de SOS-Racisme, s’est félicité que la justice ait rappelé que « la liberté d’expression » n’est pas « la liberté de propager la haine » :

« On peut se demander une fois de plus comment il peut avoir une telle position d’autorité dans les médias. »

M. Zemmour n’en est pas à sa première condamnation, en 2011 deux amendes de 1 000 euros avec sursis lui avaient été infligées pour provocation à la haine, pour avoir déclaré à la télévision que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait ».

Poursuivi pour incitation à la haine raciale et diffamation raciale pour avoir évoqué sur RTL, en mai 2014, « les bandes » d’étrangers « qui dévalisent, violentent ou dépouillent », il a été relaxé, à la fin de septembre, mais le parquet a fait appel.

--------

Éric Zemmour condamné ou la tentation autoritaire du multiculturalisme Home FIGARO VOX Vox Societe Par Mathieu Bock-Côté Mis à jour le 21/12/2015 à 11:52 Publié le 21/12/2015 à 11:41

Éric Zemmour a été condamné à 3000 euros d'amende pour incitation à la haine raciale et religieuse. Mathieu Bock-Côté se demande s'il est devenu interdit d'être pessimiste quant à l'avenir des sociétés occidentales.

Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie et chargé de cours aux HEC à Montréal. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (VLB éditeur, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) et de La dénationalisation tranquille: mémoire, identité et multiculturalisme dans le Québec post-référendaire (Boréal, 2007). Mathieu Bock-Côté est aussi chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada.

Éric Zemmour vient de se faire condamner pour incitation à la haine raciale et religieuse. Immédiatement, ses nombreux ennemis ont célébré: enfin, le vilain essayiste sera reconnu à la manière d'un délinquant dangereux par les Français. Ce sera à nouveau l'occasion de chercher à le congédier de l'espace public, en accusant ses employeurs d'avoir à leur service un propagateur de haine, un polémiste ignoble qui ne devrait pas avoir accès à de grandes tribunes. Ce ne sera pas la première fois, ni la dernière. L'occasion est belle pour tenter d'en finir avec celui qui est devenu le diable de la gauche multiculturaliste française.

Revenons sur les propos sanctionnés de Zemmour. Ils se résument aisément: il craint que la France ne bascule, tôt ou tard, dans la guerre civile. Cette dernière est peut-être même déjà commencée, sans qu'on n'ose la nommer. On se contente de traiter comme des faits divers ou comme des événements isolés les tensions intercommunautaires qui témoignent d'une implosion du pays. L'immigration massive a créé un nouveau peuple et qu'on le veuille ou non, le continent européen sera probablement témoin d'affrontements significatifs dans les années à venir. En fait, l'immigration massive aura représenté un suicide identitaire pour l'Europe.

En quoi les propos de Zemmour devraient-ils tomber sous le coup de la loi ? En quoi devrait-il être interdit d'être pessimiste quant à l'avenir des sociétés occidentales ?

Posons les choses simplement: on peut être en accord avec Zemmour et le voir comme un homme éclairé et courageux, tout comme on peut être en désaccord avec lui et l'accuser de catastrophisme et dans ce cas, on lui répondra vertement. Mais en quoi ses propos devraient-ils tomber sous le coup de la loi? En quoi devrait-il être interdit d'être pessimiste quant à l'avenir des sociétés occidentales? Le pessimisme devrait-il tomber juridiquement interdit? Redouter un péril et l'annoncer, est-ce le souhaiter? À moins qu'il ne faille prophétiser un avenir radieux pour être le bienvenu dans l'espace public et mériter le titre d'interlocuteur respectable?

Bizarrement, c'est peut-être de cela dont il s'agit. L'idéologie multiculturaliste au pouvoir dans toutes les sociétés occidentales a quelque chose d'une religion politique qui suscite un fanatisme idéologique inquiétant chez ses promoteurs: elle distingue le monde d'avant la révélation diversitaire et celui d'après. Avant, le monde était marqué par des discriminations nombreuses et des exclusions détestables. C'était l'époque de la grande noirceur identitaire, où l'identité nationale justifiait une homogénéité autoritaire au service exclusif de l'homme blanc hétérosexuel. La conscience collective officielle en Occident est traversée par ce fantasme, d'autant qu'il est souvent au cœur des programmes historiques scolaires.

Le monde d'après la révélation diversitaire serait tout autre. Elle prophétise une société nouvelle, fondée sur la reconnaissance mutuelle des différences sous le signe d'un vivre-ensemble harmonieux. La condition pour que ce monde advienne, toutefois, c'est que les nations occidentales renoncent à se placer chacune au cœur de leur propre pays, et à se proposer comme norme identitaire et culturelle. Il ne doit plus y avoir de distinction entre le citoyen et l'étranger, ce qui du coup, aboli la nécessité pour le second de s'assimiler au premier. C'est l'idée d'un monde enraciné qui doit périr. L'homme nouveau, sans préjugés, verra son règne arriver.

Évidemment, les choses ne se passent pas comme le voudrait la prophétie multiculturelle. Les sociétés européennes éclatent. Une crise majeure se laisse deviner. La contagion islamiste de certaines cités n'en est qu'une facette. L'idéologie multiculturaliste doit traduire ces oppositions dans son logiciel sociologique. On y verra en général une crispation des populations «de souche» qui tarderaient à se convertir à la révélation diversitaire. En un mot, la France serait coupable de ses malheurs. Son crime? Ne pas se considérer comme une page blanche et vouloir conserver son héritage historique et sa culture. Cette crispation engendrerait différentes phobies qu'il faudrait combattre politiquement et peut-être même pénaliser juridiquement.

La formule revient souvent: la liberté d'expression ne devrait pas être celle de prêcher la haine, de stigmatiser certaines communautés ou de critiquer certaines religions. Mais la définition de la haine et des phobies est aussi imprécise qu'étendue. D'ailleurs, on assiste à une extension du domaine de l'interdit. C'est peut-être inévitable: au rythme où le nouveau monde s'installe, il tolère de moins en moins ce qui lui rappelle le monde ancien et ceux qui persistent à s'y vouloir fidèles. C'est le paradoxe progressiste: plus il suscite des résistances dans la population, plus il croit devoir se radicaliser. Plus la dissidence idéologique sera forte, et plus il faudra la réprimer.

On en arrive à la condamnation de Zemmour qui nous en dit beaucoup sur le sort réservé à l'opposition idéologique en régime multiculturaliste. Elle est tout simplement inadmissible. On ne saurait tolérer au cœur de l'espace public un homme contestant ouvertement les assises du multiculturalisme et proposant conséquemment de restaurer les fondements du régime ancien, dont on ne doit penser que du mal. Zemmour trouve manifestement un écho chez ceux qui se réjouissent de voir leur malaise politique et culturel exprimé clairement au cœur de l'espace public. Il devient le porte-parole médiatique d'une dissidence populaire profonde, d'autant que les partis «de droite» ont longtemps refusé de la traduire politiquement.

Mais la gauche multiculturaliste peine à croire qu'on ne veuille pas vraiment de l'avenir radieux qu'elle promet. Elle doit donc trouver un grand coupable accusé de manipuler des masses égarées traversées par des pulsions mauvaises. On les accuse aussi de flatter la plus mauvaise part de l'homme, celle que la civilisation devrait justement proscrire et refouler dans les marges de la vie sociale. Zemmour devient alors la cible publique. Leur émergence médiatique témoigne plutôt d'une rupture de digue: certains constats qui étaient interdits, ou du moins, certains sentiments, sont désormais au cœur de la vie civique.

Ceux qui accusent Zemmour d'avoir engendré la protestation populaire avec quelques camarades intellectuels et médiatiques lui prêtent une toute puissance démoniaque, comme s'ils avaient le pouvoir de créer les choses simplement en les nommant.

Mais ceux qui accusent Zemmour d'avoir engendré la protestation populaire avec quelques camarades intellectuels et médiatiques lui prêtent une toute puissance démoniaque, comme s'ils avaient le pouvoir de créer les choses simplement en les nommant. On comprend pourquoi il faut les censurer de toutes les manières possibles. Surtout, il faut alors un message clair pour exécuter publiquement ceux qui annoncent la mauvaise nouvelle. Il s'agira d'abord de jeter sur eux la mauvaise réputation, par exemple en les accusant de faire le jeu du Front national ou en les accusant de droitiser le pays.

Le prix à payer pour rompre avec les codes de la respectabilité diversitaire doit être de plus en plus élevé. Mais les injures ne suffisent plus et l'intimidation progressiste est de moins en moins efficace. La sanction doit alors être clairement établie aux yeux de tous: les condamnations pour propos haineux permettent alors de rejeter hors de la cité et de l'humanité ceux qui en sont reconnus coupables. Le régime multiculturaliste réinvente l'ostracisme et le droit doit participer à une reconstruction de l'espace public à la lumière des nouveaux interdits moraux et idéologiques prescrits par l'idéologie diversitaire.

On s'exaspérera avec raison du pouvoir incroyable des différents lobbies qui parviennent ainsi à baliser de manière toujours plus étroite la liberté d'expression. Mais cette exaspération serait incomplète si on ne dénonçait pas le zèle idéologique des juges et les lois liberticides sur lesquelles s'appuie leur action. Le multiculturalisme est un régime politique qui se défend contre le désaveu populaire en devenant de plus en plus autoritaire. On voit mal comment chaque nation parviendra à en sortir sans abolir ces lois liberticides et sans restaurer les conditions d'une liberté d'expression authentique, émancipée de la censure idéologique et juridique.

--------

Zemmour accusé de faire l'apologie du terrorisme Par lefigaro.fr avec Reuters Mis à jour le 07/10/2016 à 13:22 Publié le 07/10/2016 à 13:22

Des familles de victimes des attentats du 13 novembre ont saisi le parquet de Paris pour apologie du terrorisme après les propos du polémiste Eric Zemmour, qui dit "respecter les djihadistes prêts à mourir pour ce en quoi ils croient", a-t-on appris aujourd’hui auprès de leur avocate.

Me Samia Maktouf considère que ces propos "glorifient l'action des terroristes" et demande au parquet d'engager des poursuites pénales et le retrait immédiat de ces déclarations "où elles viendraient à se trouver sur internet".
Dans un communiqué, SOS Racisme indique avoir également saisi le parquet de Paris pour des propos "intolérables en ce qu'ils justifient l'injustifiable et blessent les victimes du terrorisme et leurs proches".
Dans une interview donnée au mensuel Causeur, paru hier, l'écrivain estime qu'entre la France et l'islam, "les musulmans doivent choisir" et prône le rétablissement "des règles assimilationnistes qui prévalaient jusqu'aux années 1960". Mais il réfute la qualification "d'esprits faibles" des terroristes de Daech que donne le journaliste qui l'interroge. "Quelle condescendance ! Moi, je prends l'islam au sérieux, je ne le méprise pas !", dit-il. "Et je respecte des gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient, ce dont nous ne sommes plus capables".
Quand le journaliste de Causeur lui demande s'il respecte "des gens qui roulent en camion sur des enfants", par référence à l'attentat de Nice, il répond : "Pardon de vous chagriner, mais l'Histoire c'est ainsi. Des innocents meurent parce qu'ils sont dans le mauvais camp ou au mauvais endroit au mauvais moment".

Olivier Pardo, l'avocat d'Eric Zemmour, estime qu'il y a une erreur d'interprétation de ces propos. "Il voulait dire que les membres de l'Etat islamique ne sont pas des faibles d'esprit, c'est une organisation forte. L'amalgame avec ceux qui soutiennent les terroristes, c'est stupéfiant, idiot et dangereux", a-t-il dit à BFM TV. SOS Racisme écrit que "malgré plusieurs condamnations pour incitation à la haine raciale, en février 2011 et en décembre 2015, Eric Zemmour se voit toujours offrir la possibilité de déverser sa haine sur les antennes et à l'écrit". "La parole de haine n'a pas sa place dans l'espace public et nul ne peut désormais ignorer l'aspect nocif des propos d'Eric Zemmour", ajoute l'association.

--------

Vers Première Page