Silberzahn Claude

Claude Silberzahn. Directeur général de la DGSE (sécurité extérieure) de 1989 à 1995. Un entretien avec le "patron" des services secrets, Le Monde du 31 mars 1993, page 18.

1
En matière de renseignement, le domaine politique prime, sans que soient négligés pour autant les autres champs d'investigation, alors qu'il apparaît plus clairement que jamais que la force des armes n'est plus qu'un facteur de puissance parmi d'autres. Nous sommes interpellés au quotidien par des questions touchant aux ressorts cachés d'une action, aux motivations secrètes des hommes, aux visées lointaines et souterraines d'une politique. Un entretien....

2
Mais nous intéresse aussi le renseignement économique, dont le champ constitue l'une des clés essentielles de l'évolution du monde... Avec en ce domaine une priorité ... l'argent "indésirable", car de provenance politique ou économique douteuse... C'est un secteur sur lequel il faudra beaucoup travailler, car l'intégration croissante des appareils économiques et financiers mondiaux permet aujourd'hui toutes les pénétrations anonymes et illicites des systèmes industriels, financiers et politiques. Idem.

3
La DGSE n'a jamais été en responsabilité globale de cette fonction (le renseignement militaire). Nous sommes en la matière prestataire de services aux armées... Ce sont les raisons pour lesquelles nous avons été des partisans résolus du regroupement du renseignement militaire au sein de la direction du renseignement militaire (DRM). Idem.

4
Concernant les services privés, je remarque que des sociétés françaises ou étrangères se livrent à des activités d'espionnage financier, technologique et scientifique en travaillant pour des clients soucieux de s'assurer le contrôle d'entreprises, de technologies, de marchés, ou d'éviter leur propre prise de contrôle. Ce n'est pas là notre domaine. Idem.

5
... certaines (grandes sociétés en Afrique) ont leur réseau, leurs hommes et les moyens d'agir sur le politique en faveur de leurs intérêts, dont nous aimerions effectivement qu'ils coïncident toujours avec l'intérêt national. On touche là à l'un des problèmes majeurs de notre époque : l'internationalisation des entreprises et l'intégration mondiale des économies qui en est, tout ensemble, cause et conséquence. Idem.

6
Pour notre dernier concours ouvert aux diplômés de l'enseignement supérieur, sans publicité aucune, nous avons eu tant de candidats, que nous avons dû réorganiser l'appareil de sélection. Il n'y a pas un jour sans arrivée de candidatures au service, même si nos critères de sélection sont rudes : intellectuels, moraux et de caractère. Idem.

7
Il n'existe pas à proprement parler une culture du renseignement en France, où le secteur public - et c'est aussi vrai pour le secteur privé - a beaucoup de mal à intégrer cette notion et ses hommes dans le processus décisionnel... la réalité que nous décrivons se fraye souvent difficilement un chemin, car nous sommes tous, en notre pays, un peu "sartriens" : les idées transcendent à tel point les faits que ces derniers ne nous paraissent guère de nature à les infléchir. Idem.

Vers Première Page