Sofija Rostopcina, comtesse Sophie de Ségur (1799-1874).

Auteure classique d'ouvrages pour la jeunesse : notamment Les petites filles modèles, 1858, Les malheurs de Sophie, 1864, Le général Dourakine, 1866.
Elle est également l'auteure moins connue d'une bible, La Bible d'une grand'mère, 2 vol., Ancien Testament, Nouveau Testament, notamment réédit. 1991, Editions Dominique Martin Morin, 53290 Brouère, France.

1
Les Israélites, se trouvant près du peuple de Chanaan, voulurent traverser leur pays, mais les Chananéens leur refusant le passage, le Seigneur dit à Moïse de mener son peuple contre les Chananéens, qu'il serait avec lui. Quand les deux peuples se trouvèrent en présence, ils combattirent, et les Chananéens furent tous exterminés, ce qui satisfit le peuple de Dieu pendant quelques jours. ...

Les Israélites continuèrent leur marche en sortant du désert ; ils traversèrent plusieurs pays fertiles ; quand les habitants refusaient de les laisser passer, ils combattaient et ils exterminaient ces peuples qui adoraient les faux dieux et qui étaient maudits. Ils rencontrèrent enfin un roi géant, nommé Og, roi de Basan. Ils eurent peur à cause de la grande taille de ces guerriers ; mais Dieu leur dit : "Ne craignez rien, je combats avec vous." En effet, les Israélites les combattirent et les tuèrent tous, ainsi que leur roi, sans qu'il en restât un seul ; les femmes et les enfants furent aussi tués d'après l'ordre de Dieu.

Armand.
Comment ! le bon Dieu fait tuer de pauvres enfants ?
Grand'mère.
Oui, ces enfants élevés par de méchants parents devaient devenir, en grandissant, aussi mauvais que leurs pères et mères. Dieu voulut que toute cette race fût détruite comme les autres peuples qui avaient combattu les Israélites, parce que cette terre devait appartenir au peuple de Dieu et qu'il ne fallait pas qu'il se mélangeât avec les adorateurs du démon.
Ancien Testament, p. 165, p. 166-167.

2
A ces paroles Pilate eut peur et chercha à étouffer la voix de sa conscience. Il monta donc sur son tribunal, qui, suivant l'usage des anciens, était situé en plein air et devant le palais. Il se fit apporter de l'eau, et se lavant les mains en présence de la foule :"Je suis innocent, dit-il, du sang de ce juste ! C'est vous qui en répondrez !
- Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants !" s'écria d'une voix ce peuple furieux qui avait été jusque-là le PEUPLE DE DIEU, et qui, depuis ce jour où il devint assassin de son DIEU, fut maudit comme Caïn, et condamné comme lui à errer sur la terre, méprisé et haï par toutes les nations et dans tous les siècles.
Nouveau Testament, p. 236-237.

Vers Première Page