Karl Popper (1902-1994)

Philosophe des sciences ayant enseigné de 1945 à 1969 à la London School of Economics. Auteur, notamment, de The Open Society and its enemies, 2 vol., Routledge & Sons Ltd, London, 1945, La Société ouverte et ses ennemis, 2 vol., Le Seuil, Paris, 1979, et d'une autobiographie intellectuelle The Unended Guest, Fontana, 1976, La Quête inachevée, Calmann-Lévy, Paris, 1981.

1

Les acquis de la science demeurent des hypothèses qui, pour avoir été scrupuleusement testées, n'en sont pas pour autant définitivement établies : on ne saurait démontrer qu'elles sont vraies. Assurément, elles peuvent l'être. Mais même à supposer qu'elles ne le soient pas, elles demeurent de splendides conjectures, ouvrant la voie à de meilleures explications. Un Univers de propensions, Editions de l'éclat, 30250 Combas, 1992, p. 26 (A World of Propensities, Thoemmes Press, Bristol, 1990).

2
Or, dans le monde réel, notre monde toujours changeant, la situation, et donc les possibilités objectives, les propensions, changent constamment. Elles peuvent effectivement changer si, comme tout organisme vivant, nous préférons une possibilité à une autre, ou si nous en découvrons une que nous avions jusque là ignorée. Notre compréhension du monde elle-même modifie les caractéristiques de ce monde mouvant. ...
Même les théories fausses changent le monde, bien que les théories correctes puissent, en général, avoir une influence plus durable. Tout cela revient à dire que le déterminisme est tout simplement faux : les arguments traditionnels en sa faveur ont perdu leur vitalité, et désormais l'indéterminisme et le libre-arbitre ne sont plus exclus des sciences physiques et biologiques. Ibidem p. 39.

3
Tout organisme par nature découvre et résout des problèmes. Or une procédure de résolution de problèmes implique des évaluations, et donc des valeurs. Ce n'est qu'avec la vie que les problèmes et les valeurs font leur apparition. Et je ne crois pas quant à moi que les ordinateurs inventeront un jour de nouveaux problèmes d'importance, ou de nouvelles valeurs.
La première de ces valeurs, l'attitude auto-critique, apparut avec les productions objectives du vivant, tels les toiles d'araignée, les nids d'oiseau, les barrages des castors : des produits qui peuvent être réparés et améliorés. Avec l'émergence de cette attitude, on assiste aux balbutiements de quelque chose d'encore plus important, à savoir l'approche critique, une approche qui utlise l'arme de la critique au service de la vérité objective. Vers une théorie évolutionniste de la connaissance in Ibidem p. 76.

Vers Première Page