Patrick Lozès

Pharmacien parisien, fils de Gabriel Lozès, ministre des Affaires étrangères du Dahomey, Bénin (1964-1965), co-fondateur et président du Cran (Conseil représentatif des associations noires de France), sur le modèle du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France).
Auteur du manifeste du Cran, Nous les noirs de France, Editions Danger public, Paris, février 2007.

1
Le CRAN aime la France. Mais nous considérons que la France a un problème vis-à-vis de ses populations noires. On ne peut pas nier qu'il existe une « question noire Il en France, qui est sensiblement différente, par exemple, de la " question maghrébine ". Certes, les Maghrébins subissent des ségrégations ou un racisme comparables à ceux qu'endurent quotidiennement les Noirs. Mais l'histoire coloniale induit entre les anciens colonisés des différences qui ont encore cours aujourd'hui. Aux Noirs, on réserve surtout de la condescendance, de la commisération, une forme de mépris, mais pas nécessairement cette peur que l'on manifeste à l'égard des Maghrébins. Les Noirs ne font pas face à des Il flambées Il ou à des Il pics Il de racisme, mais à une sorte de discrimination ordinaire, quotidienne et continue. Un racisme de tous les jours, un racisme de Il faible intensité Il, qu'on ne perçoit que lorsqu'on est de l'autre côté de la " barrière ".
Nous les noirs de France, p. 35

2
En France, la réglementation interdit de compter les Noirs. Ils sont donc statistiquement invisibles. Aucune étude, aucun rapport ne les figurent en tant que Noirs; or, les discriminations que subissent les Noirs, ils les subissent précisément parce qu'ils sont... Noirs!

Les discriminations dont ils sont l'objet ne pourront donc jamais être montrées dans toute leur ampleur. Et il faudra se contenter d'approximations. Le grand public n'aura aucune connaissance de ce qui se passe réellement. Il n'aura aucune idée des discriminations massives exercées à l'encontre des Noirs. Les pouvoirs publics n'auront aucune pression pour changer d'attitude et lutter activement contre les discriminations qui frappent les Noirs.

Mettre en place des statistiques ethniques, c'est enfin se donner les moyens de savoir contre quoi on veut lutter et où on en est dans cette lutte. C'est un devoir de vérité. Refuser les statistiques, c'est refuser la réalité.
Ibidem, p. 49

3
Il n'y a qu'un " isme " que nous devons faire nôtre: le pragmatisme. Pour que les Noirs deviennent un groupe actif dans le débat public français et reconnu comme tel, il leur manquait une organisation, une stratégie. De ce point de vue, les Juifs de France nous montrent une voie. Aux populations noires de s'organiser, de militer, de se faire entendre, pour faire respecter leurs droits. Il faut nous structurer autour de leaders et d'institutions représentatives sur le plan national. Il faut des revendications claires, cohérentes, reconnues, portées par des interlocuteurs identifiables. Quelle doit être leur couleur politique? Elle me semble évidente: ce sont les couleurs de la France. Ni de droite, ni de gauche, ni du centre, simplement résolus à changer les choses.
Ibidem, p. 157

4
Chapitre 17 Nos propositions

Lobjectif du CRAN est de faire des propositions réalistes, et dont l'efficacité soit évaluable.
Partant du principe que c'est dans le logement, l'emploi et les stages que les discriminations et les injustices sont les plus criantes, nous nous sommes attaqués en priorité à ces domaines autour de 9 propositions.

Le CRAN demande, en premier lieu, à l'État, aux collectivités territoriales et aux acteurs sociaux, de parrainer, sous son contrôle, la création de 1000 entreprises par des chefs d'entreprises noirs.

......
Autre proposition: les stages en entreprises, obligatoires ou non, sont le domaine dans lequel le CRAN reçoit le plus de demandes. Certaines entreprises souhaitent réserver des stages à des candidats issus de la diversité, mais elles ne savent pas comment procéder. Le CRAN propose de les aider, en centralisant leurs offres, afin que les étudiants noirs n'en soient plus à faire leur stage à la supérette d'à côté. Notre objectif est de proposer 1000 stages en entreprises par an, en lançant un " Appel à stages " auprès des entreprises, et en recueillant des " promesses de stages ", qui seront disponibles gratuitement sur un site Internet.

.......
Troisième chantier essentiel pour les Noirs de France: le logement. L'année 2005 a coûté la vie à 24 Noirs qui ont péri carbonisés dans les incendies de taudis parisiens. Les responsables locaux ou nationaux ont promis des mesures, qui ne sont pas venues. Depuis, on a assisté, au contraire, à une dégradation de la situation, symbolisée par l'évacuation policière musclée et télévisée du squat de Cachan, où les conditions sanitaires étaient effroyables.

.......
Quatrième volet de l'action du CRAN: l'éducation. Nous avons constaté qu'un grand nombre de familles noires connaissaient peu, voire pas du tout, le fonctionnement du système scolaire. Elles ignorent, notamment, leurs droits par rapport aux décisions d'orientation ou aux sanctions dont leurs enfants feraient l'objet. Elles ne s'investissent souvent pas assez dans la vie scolaire, où elles ne sont pas nécessairement très bien accueillies. Les enfants noirs ont du mal à se projeter dans une filière, du fait de l'absence de modèles noirs de réussite dans ces filières, et du comportement discriminant de certains acteurs. Le corps enseignant comporte, lui-même, une part trop faible d'instituteurs et de professeurs issus des minorités. On peut aussi mentionner, dans ce constat général, la difficulté qu'ont les professeurs, issus ou non des minorités, à enseigner l'histoire de l'esclavage.

Le CRAN propose d'abord de mettre en place une campagne de sensibilisation auprès des professeurs pour éviter que les jeunes ne soient systématiquement orientés vers les filières techniques ou professionnelles, du seul fait de leur couleur de peau.

Nous souhaitons une réforme de la carte scolaire pour éviter la ghettoïsation, avec pour objectif d'avoir davantage de mixité « ethnique» dans les écoles. Il est scandaleux de constater que nombre de lycées de centre-ville, où sont concentrés les meilleurs enseignants, sont, de fait, réservés aux Blancs.

Nous demandons des cours obligatoires après l'école pour les élèves en difficulté, dans les zones jugées prioritaires.

.......
Cinquième axe, la lutte contre la drépanocytose. Savez-vous que la drépanocytose est la première maladie génétique en France? En avez-vous déjà entendu parler? Non. Est-ce parce qu'elle touche principalement, et dans une très grande majorité, les populations noires?

La drépanocytose est une maladie de l'hémoglobine, qui se traduit par une déformation des globules rouges qui prennent une forme de faucille - on parle donc aussi d'" anémie falciforme ".
Ces globules rouges anormaux perdent leur capacité à transporter de l'oxygène et à se déformer pour passer dans les vaisseaux sanguins, qu'ils bouchent, entraînant des douleurs (surtout au niveau des os), qui peuvent mener à ce qu'on appelle les crises vaso-occlusives (occlusion des vaisseaux). Les globules rouges anormaux sont aussi détruits entraînant une anémie, et une baisse d'oxygénation des organes. La sensibilité aux infections est augmentée chez les drépanocytaires.

........
Le sixième terrain d'actions concerne une série de mesures symboliques fortes. Elles comprennent notamment: la nomination d'un Noir ou d'une Noire à un poste ministériel important (Ministre de l'Intérieur, ministre des Affaires étrangères, ministre de la Justice, ministre de l'Économie et des finances) ; la nomination de 8 % de Noirs dans le prochain gouvernement; un objectif de 8 % de candidats noirs aux prochaines élections législatives et municipales; la nomination "de plusieurs ambassadeurs noirs; la nomination de 8 % de Noirs dans la haute fonction publique; la nomination de 8 % de journalistes et présentateurs noirs au sein de la télévision publique; une politique plus offensive du ministère public pour poursuivre, et faire condamner lourdement, les auteurs de discrimination raciale.

........
Septième axe du programme: l'action culturelle. Des projets traitant de la question de la diversité, ou montrant simplement des Noirs dans des rôles positifs, stagnent en raison d'une absence de financement et à cause de la faible sensibilisation des producteurs. Il est nécessaire d'aider les jeunes qui se destinent à la production et les professionnels déjà en activité à monter leurs sociétés ou à faire aboutir leurs projets de scénarios, pour surmonter les résistances du milieu de la télévision et du cinéma.
De telles pratiques pourront servir de modèles et de repères aux personnes issues des populations noires. Le monde audiovisuel donne l'impression d'être réfractaire au changement, ce qui mine la carrière des professionnels noirs, techniciens y compris, et les décourage.

--------
Le huitième point du programme vise les sociétés étrangères, et notamment américaines, qui respectent la diversité chez elles, mais pas en France, où la législation dans ce domaine est, il est vrai, inexistante. Nous avons pris des contacts avec les homologues américains du CRAN pour faire pression sur les maisons mères de ces sociétés, pour qu'elles rappellent à l'ordre leurs filiales. Elles pourront, ainsi, donner l'exemple aux sociétés françaises. En particulier, si elles font de la promotion de la diversité un atout dans leur communication. Ce que nous encourageons.
Nous encourageons toutes les associations membres du CRAN, et tous les Noirs qui le souhaitent au niveau local, à organiser des campagnes pour sensibiliser les entreprises aux enjeux de la diversité, et à faire très concrètement pression sur elles pour qu'elles engagent des candidats issus des minorités visibles.

-------
Neuvième et dernier point de notre programme: la mise en place de statistiques de la diversité, pour suivre l'évolution des discriminations et l'efficacité des politiques publiques de lutte contre les discriminations. J'ai déjà développé ce point dans les chapitres 6 et 7 de ce livre. Et je n'y reviens pas. Si ce n'est pour rappeler à quel point ces statistiques sont urgentes, et indispensables.

Toutes ces mesures sont concrètes, applicables, et efficaces. Reste maintenant à savoir si ce gouvernement et les suivants auront ce qui a le plus fait défaut à l'ensemble de leurs prédécesseurs, concernant les Noirs de France: une volonté politique.
Nous y veillerons.
Ibidem, pp. 161-169

Vers Première Page