Levene Mark
Mark Levene. Historien britannique, né en 1953, qui a enseigné à l'Université de Warwick en Grande-Bretagne l'histoire des juifs d'Europe et l'histoire des génocides de l'Arménie au Rwanda , et qui enseigne à l'Université de Southampton l'histoire comparée des relations entre juifs et non-juifs. Il est notamment l'auteur avec Penny Roberts de The Massacre in History, Berghahn Books, 1999.

1
Le mot de "génocide" n'a fait son apparition publique qu'en 1944, lorsque le juriste international Raphaël Lemkin l'a forgé. Qu'est-ce qui fait qu'un génocide est un génocide ? Lemkin considérait qu'il s'agissait d'une forme de guerre organisée par l'Etat, mais dirigée exclusivement contre un ou des groupes communautaires plutôt que contre d'autres Etats, et avec l'intention de les annihiler totalement ou en partie. Mark Levene, Le génocide est l'acte de régimes désespérés, Le Monde, 2000-Université de tous les savoirs, 14 novembre 2000, p. 17.
2
Pourquoi des gens - que parfois même on n'aurait pas distingués du reste de la population dominante - se retrouvent étiquetés, non seulement comme différents, mais d'une façon telle que l'Etat, à un certain moment, décide que la seule forme d'action possible est de les éliminer ? Ibidem.
3
Ce n'est pas davantage une coïncidence si les premiers génocides authentiquement modernes remontent aux XVIIè, XVIIIè et XIXè siècles et à des sociétés qui étaient à l'avant-garde du mouvement vers la constitution d'Etats-nations. Ainsi, ce furent la France révolutionnaire en Vendée, la Grande-Bretagne aux Amériques et aux antipodes, les Etats-Unis dans leur élan d'hégémonie transcontinentale qui fournirent les procédures prototypiques du génocide dans leur détermination à ne tolérer aucun obstacle dans leur difficile progression vers la modernité. Et ce qu'ils firent pour s'assurer une puissance à l'échelle mondiale, les bâtisseurs d'Etats et d'Etats-nations plus proches de nous dans le temps s'efforcèrent de l'imiter. Ibidem.
4
Le génocide est l'acte de régimes désespérés dans des sociétés dont la transition vers le monde moderne a été particulièrement difficile, des sociétés qui ont connu un ou plusieurs grands traumatismes collectifs, ou encore qui ressentent quelque frustration ou amertume profonde, généralement partagée par les élites et une part importante du peuple, devant l'inadéquation du monde tel qu'elles le voient et de ce qu'elles pensent qu'il devrait être. Ibidem.

Vers Première Page