Humanité
L'Humanité, Le Journal du Parti communiste Français.

1

L'agence Tass a annoncé hier soir que Staline a été élu à l'unanimité au Soviet Suprême de la République fédérale russe, dans la circonscription électorale "Kirov" de la ville de Léningrad.
Selon l'AFP, Staline a été aussi élu à l'unanimité dans les républiques d'Azerbaïdjan, de Moldavie et de Tartarie. Staline, précise l'AFP qui retransmet la nouvelle, a obtenu 100% des suffrages exprimés. Les électeurs soviétiques ont ainsi montré leur accord total avec leur dirigeant aimé, avec le guide des travailleurs du monde entier, avec celui dont la politique pacifique est une lumière éclatante et un appel vers la vie pour chaque homme, pour chaque femme, à travers l'univers. L'Humanité, 20 février 1951.
2
La presse soviétique a publié hier matin le résultat des élections de dimanche dernier pour la ville de Moscou. Ont pris part au scrutin : 99,99% du nombre total des inscrits. 99,79% des votants ont donné leurs voix aux candidats du bloc des communistes et des sans-partis. 0,21% du nombre total des votants s'est prononcé contre les candidats. 15 bulletins n'étaient pas valables. L'Humanité, 20 décembre 1951.
3
Pourquoi une telle unanimité se manifeste-t-elle à chaque élection ? Pourquoi le pourcentage des votes favorables oscille généralement entre 94 et 100% ?
La réponse est évidente : tout simplement parce que les électeurs soviétiques sont gens fort sensés !
Depuis plus de trente ans, les électeurs soviétiques ont régulièrement constaté que les bolcheviks tiennent leurs promesses : depuis plus de trente ans, ils constatent que la politique du Parti Bolchevik a transformé leur immense pays. De pays attardé, quasi médiéval pour certaines régions, il est devenu un pays d'avant-garde. Et vous ne voudriez pas qu'ils ratifient, eux, travailleurs, une politique qui a apporté aux travailleurs toujours plus de bien-être, toujours plus de bonheur ? L'Humanité, 6 mars 1950.
4
Comment un pays qui a fait sienne la devise de Staline :"L'Homme est le capital le plus précieux", pourrait-il ne pas avoir un système pénitentiaire profondément humain et démocratique ? A la vérité, la justice au pays du socialisme, où l'exploitation de l'homme par l'homme a disparu, est de beaucoup la plus humaine et la plus démocratique du monde :
1) En Urss, la justice est sous le contrôle du peuple. Elle est rendue par des juges venant du peuple, et ELUS par lui ;
2) En Urss, la peine n'est pas une fin, mais un moyen. La justice n'a pas pour but essentiel de châtier, mais le travail qui est au centre du système ;
3) La torture, le "passage à tabac", si courant en France, sont absolument interdits (article 9 du code pénal). Toute humiliation, toute atteinte à la dignité humaine sont sévèrement proscrites. L'Humanité, La justice la plus humaine du monde, 29/30 mai, 1er juin 1951.
5
Parler du "Code pénal soviétique" est presque un abus de mot. C'est plutôt "Code de défense sociale" qu'il faut dire. En effet, le but essentiel de la justice au pays du socialisme, est à la fois de DEFENDRE les droits du peuple et de REEDUQUER ceux qui violent ces droits. ...
Basé sur la conviction, et non sur la contrainte, ce système a permis de rééduquer des dizaines de milliers d'épaves du tzarisme : prostituées, voleurs, assassins même, qui sont devenus des citoyens soviétiques, gràce au travail collectif, et grâce à la patience des éducateurs. Idem.
6
Jdanov (Andreï, Alexandrovitch (1896-1948), stalinien dogmatique, contribue à la création du Kominform, note dt) constatait :"Nous ne sommes pas ce que nous étions hier et nous ne serons plus demain ce que nous sommes aujourd'hui. Nous ne sommes plus les Russes de 1917. La Russie n'est plus la même et notre caractère est différent. Nous avons changé et grandi à la mesure des transformations gigantesques qui onr modifié le visage de notre pays".
Oui, en Union soviétique les hommes se transforment, deviennent meilleur au fur et à mesure qu'ils construisent la société communiste. Comment ces hommes nouveaux, parfaitement conscients des changements qui s'opèrent en eux, n'essaieraient-ils pas de "guérir" ceux qui s'éloignent du droit chemin ?
L'Union soviétique ne cache pas ses méthodes de rééducation des délinquants. Elle n'a aucune raison de le faire puisqu'elles sont vraiment les plus humaines du monde. Idem.

Vers Première Page