Han-Fei-tse (?-233 av. J-C)
Philosophe légiste chinois du IIIème siècle avant l'ère chrétienne, ayant inspiré le premier empereur chinois Ch'in Shi Huangdi (259-221-210).

1
Tout système de domination, pour être accepté durablement par ceux sur qui il s'exerce, doit se revêtir d'un voile, du voile trompeur des mots, à l'abri duquel les supérieurs peuvent opprimer, pressurer et faire trimer leurs peuples à leur guise, en toute bonne conscience, abusés qu'ils sont eux-mêmes par les mensonges d'une propagande où rien n'est jamais désigné par son nom. On dit des esclaves qu'ils sont les maîtres ; on appelle abondance la pénurie, information l'intoxication, liberté l'abrutissement, démocratie le despotisme : comme on parle de "justice à deux vitesses" pour ne pas avoir à employer le qualificatif qui convient, renvoyé, lui, du moment où il dénonce une vérité effective, dans les tréfonds du refoulé. L'évolution du monde actuel, où la domination sur les hommes passe par la fausse dénomination des choses, montre bien qu'en politique il ne faut jamais appeler un chat un chat.
Le Tao du Prince, Seuil, 1999, points sagesses Sa141, p.42
2
Une vue à long terme et un regard pénétrant sont indispensable aux experts de l'art politique, sinon ils ne pourraient découvrir les mobiles cachés ; de même, inflexibilité et droiture sont l'apanage des lettrés férus de droit, leur permettant de redresser l'erreur. Ces deux types de serviteurs de l'Etat, handicapés par des qualités qui les incitent à se conformer aux lois et à s'acquitter de leur tâche, ne pourront jamais devenir des hommes de poids. L'homme de poids est celui qui agit de son propre chef, qui fait fi des lois quand il y va de son intérêt personnel.
Ibidem p.133.
3
Le souverain dispose avec la loi d'un puissant moyen dissuasif contre les atteintes de ses sujets, mais qu'il la laisse pervertir par la compassion et la bienveillance et les voici qui en profitent pour se livrer à toutes sortes de trafics malhonnêtes et de malversations, sous couvert de distributions humanitaires ; c'est de la sorte que l'on ruine l'efficacité des règlements.
Ibidem p.511.
4
Un sage souverain, quand il gouverne, renforce la nation par des mesures préventives et remporte la victoire par un combat anticipé. En devançant le cours des choses, on unifie le coeur du peuple ; en promouvant l'intérêt général, on fait obstacle aux intérêts particuliers ; en récompensant la délation, on décourage la délinquance ; en rendant claires les lois, on supprime les tracasseries administratives.
Ibidem p. 550.

Vers Première Page