Alain Daniélou (1907-1994)

Ecrivain, peintre, musicologue, spécialiste de l'Inde. Frère du cardinal Jean Daniélou (1905-1974), mort en service, rue Saint-Denis à Paris.
Traducteur du Kâma Sûtra, Le Bréviaire de l'Amour, Traité d'érotisme de Vâtsyâyana, Editions du Rocher, Monaco, 1992.
Auteur, notamment, de Les Quatre Sens de la vie, Les structures sociales de l'Inde traditionnelle, Les castes en Inde et l'art de vivre hindou, Editions du Rocher, Monaco, 1992.
Pour de plus amples informations http://www.alaindanielou.org/

1
Le monde occidental, qu'il se prétende capitaliste ou socialiste, est entièrement dominé par la mentalité bourgeoise, c'est-à-dire par l'esprit qui caractérise la troisième caste (classe), celle des marchands, non point tellement par suite de la puissance que donne l'argent que par l'importance attachée aux questions matérielles et surtout par le snobisme, un mot qui, selon certains, viendrait de l'italien snobile, "sans noblesse", qui s'applique à une caste (classe) qui s'intéresse aux valeurs intellectuelles par désir d'avancement social, de puissance ou de profit.
Le Chemin du labyrinthe, Souvenirs d'Orient et d'Occident, Editions du Rocher, Monaco, 1993, pp. 324-325.

2
Qu'il s'agisse des arts, de la littérature, de la philosophie, de la politique, voire des sciences, aucune valeur n'est reconnue, aucun succès accordé si ce n'est au prix d'un conformisme à des préjugés temporaires habilement orchestrés en vue d'intérêts de commerce ou d'ambitions de pouvoir auxquels on sacrifie toutes les autres valeurs... Les snobs prônent des modes artistiques comme s'il s'agissait de valeurs incontestables ... les snobs, qui tiennent, en apparence, dans tous les domaines, le haut du pavé, ne sont en fait que les représentants inconscients du commerce.
Ibidem, p.325

3
Les snobs sont des naïfs vaniteux aisément manipulés par les intérêts des puissances d'argent et des impérialistes. Les prétentus intellectuels font bien souvent partie de ce troupeau.
Ibidem, p.325

4
L'un des aspects les plus surprenants de l'évolution de la société occidentale moderne est l'irresponsabilité et l'anonymat dans ce domaine. Le savoir est devenu collectif. Le savant n'est plus qu'un rouage remplaçable dans la machine du "progrès". ... Les cerveaux les plus aigus sont employés à développer une branche spécialisée de la science et jettent aussitôt les résultats de leurs travaux dans le chaudron commun des apprentis sorciers sans s'inquiéter de l'usage qui en sera fait.
Ibidem, p. 326.

5
Les révolutions, les guerres meurtrières, les génocides ne sont jamais provoqués par des artisans, des paysans, des gens qui depuis leur enfance sont au contact avec les problèmes journaliers de la vie, mais par des oisifs qui n'ont jamais su ce que c'était que de manquer de pain. La plupart des problèmes de l'Occident contemporain sont nés de petits-bourgeois, mal adaptés, qui rêvent au lieu de chercher à savoir.
Ibidem, p. 328

6
Les lettrés hindous se référaient souvent à la théorie de Manu selon laquelle, lorsque l'équilibre social est rompu, quatre tyrannies se succèdent inévitablement : celle des prêtres, celle des guerriers, celle des marchands, celle de la classe ouvrière. Ils considéraient le nazisme comme une révolte des guerriers contre les puissances d'argent et de commerce mais déplacée car elle aurait dû avoir lieu avant la civilisation industrielle. Par contre le communisme représentait bien la quatrième tyrannie qui, après son échec, serait suivie par un retour à la tyrannie religieuse. Aucune de ces tyrannies ne trouve un équilibre entre la défense du groupe, de sa cohérence sociale et culturelle, et la liberté individuelle de ses composantes. Le fascisme et le communisme, comme les intégrismes religieux, broient le dissident, le hors-norme. Le gouvernement des marchands, sous l'aspect de la démocratie, laisse une apparente permissivité mais, par son exploitation des ressources et des hommes, se révèle incapable de conserver l'unité du groupe et s'autodétruit dans un lent processus suicidaire.
Ibidem, pp. 380-381.

Vers Première Page