Charles Marie Photius Maurras (1868-1952)

L'ordre social par la Monarchie traditionnelle

++++++

- La vie et l'oeuvre

Charles Maurras est né à Martigues, dans les Bouches du Rhône, le 20 avril 1868. Son père est percepteur.
Il fait des études secondaires classiques, sanctionnees par le baccalauréat, au Collège catholique d'Aix en-Provence.
Atteint soudainement de surdité alors qu'il est en quatrième le désespoir l'amène à perdre la foi chrétienne.

A l'automne 1886 il "monte" à Paris et débute dans le journalisme, avec succès.
Ses fréquentations parisiennes le conduisent à subir l'influence de Renan (1823-1892) et de Taine (1828-1893), puis d'Anatole France (1844-1924), Barrès (1862-1923) et Auguste Comte (1798-1857) qui le confirment dans son paganisme indo-européen.

Maurras fait en 1895 un séjour en Grèce qui le marque profondément.

Mais 1895 c'est également le début de l'Affaire Dreyfus. Maurras est convaincu de la culpabilité du capitaine juif et de la nécessité nationa1e de donner à l'Etat et donc à l'Armée la primauté sur les individus.
Il faut restaurer l'Etat par l'autorité et la durée, c'est-à-dire par la monarchie héréditaire ("L'Enquête sur la Monarchie", 1900).

En janvier 1905 la ligue d'Action Française est créée en réaction contre la démocratie parlementaire "judéo-maçonnique" et anticléricale des radicaux et républicains, Dreyfusards et pour la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

En 1908 Maurras fonde le quotidien "L'Action Française" qui prend la suite de la Revue de l'Action Française créée en 1899, et qui paraîtra jusqu'en 1944.

Maurras est pour la guerre contre l'Allemagne (1913), contre le Traité de Versailles (1919) considéré comme étant trop favorable à l'Allemagne, pour une entente avec l'Italie fasciste (1935), pour le général Franco (1936-1939) en Espagne, pour Munich (1938), contre la déclaration de guerre à l'Allemagne qui lui semble prématurée (1939), pour le maréchal Pétain (1940-1944).

L'Action Française avait été condamnée par Pie XI en 1926, théoriquement pour son paganisme militant faisant de l'Eglise catholique un simple "principe d'ordre", pilier idéologique de l'Etat monarchique, mais de fait Pie XI est proche des démocrates-chrétiens.
La condamnation sera levée par Pie XII en 1939.

L'Action Française disparaît en 1945, après la condamnation de Maurras à la prison perpétuelle.

Les revues suivantes se réclameront après 1945 du maurrassisme : Aspects de la France, La Nation française, L'Esprit public, Rivarol, Défense de l'Occident, La Cité catholique, Nouvelles de chrétienté, Itinéaires.

Gracié pour raisons de santé en 1952 Maurras décède dans une clinique de Tours, après être revenu, in extremis, à la foi catholique.
Son ouvrage politique le plus connu est "Mes Idées Politiques" (1937).

++++++

- La philosophie politique de Charles Maurras: le Nationalisme intégral par la Monarchie traditionnelle, héréditaire, anti-parlementaire et décentralisée

1. Le Nationalisme intégral

Dans la préface, intitulée "La Politique naturelle", qu'il donne à son ouvrage "Mes Idées Politiques", antologie d'articles de l'Action Française, Charles Maurras expose sa conception de la politique.

La politique est une "science naturelle et positive", une "physique" de la société historique qu'est la Nation, une rencontre des esprits et des corps dans la Nation - raison incarnée dans l'Histoire, refuge durable contre la mort.

Une Nation est un être réel, antérieur aux volontés de ses membres et possédant ses organismes, ses lois naturelles de croissance et de durée.

L'Homme n'est pas seul face au Destin. Il naît dans une famille qui appartient à une société historiquement située, qui a été construite par les ancêtres aujourd'hui morts, et qui continue d'être construite par les vivants.

Chaque Nation est un être vivant unique, qui pour continuer à vivre ne peut que s'opposer à ses ennemis de l'extérieur, qu'il faut empêcher de s'infiltrer à l'intérieur.

La défense de la Nation ne peut qu'être intégrale et le gouvernement de la Nation ne peut être que la Monarchie traditionnelle, héréditaire.

2. La Monarchie traditionnelle, héréditaire

Maurras ne croit pas au "droit divin des rois".
S'il est pour une Monarchie héréditaire c'est que celle-ci est la forme naturelle du gouvernement.

De même que dans la famille c'est le père qui dirige et que le fils hérite du père, il est naturel qu'un père de famille dirige la Nation et que cette direction soit transmise par héritage de père en fils.

La tradition sera ainsi respectée, qui est transmission de l'héritage.
Seule la Monarchie traditionnelle permet l'Unité nationale, qui a été l'oeuvre d'une volonté, d'une famille, les Capétiens.
Seul le Roi est la personnification vivante de l'Unité, de la reconciliation de l'Homme avec les grandes valeurs, les grandes lois du Monde.

Dans cette Monarchie traditionnelle l'Eglise catholique joue un rôle fondamental en tant qu'organisation qui est "temple des définitions du devoir".

3. Antiparlementaire

Cette monarchie héréditaire ne peut être parlementaire. Maurras est violemment hostile à la démocratie et au parlementarisme, violemment hostile à la Révolution de 1789.

La Révolution de 1789 a été le fait des protestants réformés et des juifs contre la tradition catholique.
L'égalité proclamée par la Révolution n'est qu'un mythe, c'est l'inégalité qui est naturelle et bienfaisante.

Maurras est contre le suffrage universel, qui implique le règne de l'Argent, contre l'individualisme et le capitalisme qui asservissent le politique à l'économique. C'est le règne de la "ploutocratie", alors que l'économique doit être soumis au politique.

Il n'y a pas un Progrès et une Liberté mais des progrès et des libertés. La Philosophie dite "des Lumières" est celle des ténèbres.
Les réformés, les juifs, les francs-maçons, sont les ennemis du Nationalisme intégral. Les démocrates-chrétiens sont des traitres. Un chrétien, c'est-à-dire un catholique, ne peut être que monarchiste traditionnel, fondamentaliste, intégriste.

4. Décentralisée

Maurras pense que la démocratie ne peut conduire qu'à la centralisation bureaucratique.
Seule la monarchie traditionnelle est assez forte pour être décentralisée.

La décentralisation est double:
- territoriale, de par l'autonomie des communes et des provinces;
- professionnelle, de par la renaissance du corporatisme, la renaissance des "corps intermédiaires", qui encadrent et orientent les individus - la famille légitime étant la cellule de base, privilégiée, de la Société, de la Nation.

La Monarchie décentralisée permet l'expression des libertés tout en assurant l'Unité nationale de par l'intégration des individus.

Retour Première Page