Joseph Fontanet (1921-1980) : La démocratie moderne par le progrès systémique de la connaissance

- La vie et l'oeuvre

Joseph Fontanet est né en Savoie, près d'Alberville, en 1921.
Fils d'un petit industriel il est l'ainé de huit enfants. Il fait ses études secondaires chez les Chartreux de Lyon où il obtient, en 1937, ses baccalauréats de Mathématiques-élémentaires et de Philosophie et réussit le concours d'entrée à H.E.C..
Dans la résidence d'étudiants où il séjourne, alors, à Paris, il fait la connaissance de François Mitterrand et milite aux Equipes Sociales, mouvement catholique d'échanges entre jeunes étudiants et ouvriers.

En 1940, appelé dans un camp des chantiers de la jeunesse, en haute montagne, près de Grenoble, il a ses premiers contacts avec la Résistance.
Après avoir obtenu son Doctorat en Droit à Lyon il rejoint, en 1943, les Forces Françaises Libres en Afrique du Nord et s'engage dans l'armée de de Lattre avec laquelle il fait les Campagnes de France et d'Allemagne.

En 1946 il s'inscrit au Mouvement Républicain Populaire nouveau parti politique démocrate-chrétien réformiste de centre-gauche.
En 1947 il épouse une jeune bretonne, Hélène Pouliquen, dont il aura cinq enfants.
En 1951 il est élu Conseiller Général de Moutiers en Savoie et Secrétaire Général adjoint du M.R.P. . Elu député de la Savoie en janvier 1956 il sera réélu en 1962, 1967, 1968 et 1973.
De 1959 à 1974 il est à plusieurs reprises ministre, de la Santé, du Travail, de l'Education Nationale.
Elu Maire de Saint-Hartin de Belleville en 1965 il est réélu en 1971.

En 1977 il fonde un quotidien, "J'informe", qui ne peut poursuivre sa parution après quelques mois d'existence.
Joseph Fontanet devient Directeur d'Etudes au Crédit Mutuel.

Il est assassiné en pleine rue en février 1980. Pour certains le "milieu" des casinos ne serait pas étranger à cette affaire, qui aurait trouvé chez Joseph Fontanet un trop grand sens de l'intérêt public.

Outre de nombreux articles publiés dans diverses revues, les discours politiques, les éditoriaux, Joseph Fontanet est l'auteur d'un ouvrage synthétique "Le social et le vivant", Plon, Paris, 1977, par lequel il entend défendre "un nouveau modèle social", "une nouvelle logique politique".

++++++ - La philosophie politique de Joseph Fontnnet: Le Social et le Vivant. Une nouvelle logique politique

Joseph Fontanet espère que le progrès des Sciences Humaines permettra de répondre aux défis que pose à l'Homme du XXème siècle un univers social et politique difficilement gouvernable par la raison.

Il faut, pour ce faire, que les Sciences Humaines adoptent une autre logique et un autre type de rationalité que celles qui assurent le succès des Sciences de la matière.
Voilà pourquoi dans "Le Social et le Vivant" Joseph Fontanet consacre toute sa deuxième partie (pp. 71-145) à la théorie des systèmes. C'est qu'il pense que l'on ne peut plus expliquer le supérieur par l'inférieur et faire du tout le résultat de ses éléments mais qu'il faut aujourd'hui restituer aux totalités organiques ce que ces totalités ont de vérité et de réalité propres, irréductibles à leurs composants.

Devant un Univers qui, selon la formule de Teilhard de Chardin, ne cesse de se complexifier le progrès systémique de la connaissance ne peut aller que dans le sens d'un accroissement de la démocratie par une organisation politique décentralisée qui permette l'accroissement des responsabilités des cellules de base et des corps intermédiaires (famille, petits groupes et associations, syndicats et partis), le dilemme étant "bureaucratie ou liberté".

Par l'information et l'éducation il faut passer d'une société conflictuelle à une société pluraliste, transformer le système économique et social par une action structuraliste qui aboutisse à une nouvelle approche de l'économie mixte et qui, par la politique contractuelle et une nouvelle intelligibilité permettant de maîtriser la complexité, nous amène, par une relecture de Proudhon, qui affirmait "La liberté et la vie résultent incessamment de l'action réciproque", à une démocratie moderne éclairée par une théorie englobante "capable d'intégrer des réponses, souvent dispersées et parfois contradictoires, aux grandes interrogations de notre temps" (p. 286).

Retour Première Page