Juillet 2010. Les démocrates Clinton marient leur fille, baptiste, à un banquier, juif, de Goldman-Sachs, fils d'un banquier jadis condamné à cinq ans de prison pour fraude

Juin 2004: Une grosse "affaire"

Juin 2004 : William bien servi par Michel
Mars 2002 : L'affaire Monica Lewinsky définitivement close
Octobre 2001 : Bill Clinton radié du barreau

A Biography of William Jefferson Clinton (1946 - )
Bill Clinton was born William Jefferson Blythe IV on August 19, 1946, in Hope, Arkansas.
His father, an automobile-parts salesman, died in a car accident three months before Bill was born.
His mother, Virginia Cassidy, married Roger Clinton, an automobile dealer, when Bill was seven years old.
The family moved to Hot Springs, Arkansas, where Bill and his younger half brother, Roger, Jr., attended public schools.
His mother often engaged Bill in political discussions and encouraged his ambitions. Growing up had its difficulties, however, because his stepfather was an alcoholic who sometimes beat his mother.
Virginia and Roger eventually divorced but soon remarried, when Bill was 15. As a gesture Bill had his last name legally changed to Clinton.

Bill participated in many activities, including student government, at Hot Springs High School.
In the summer of 1963 he was chosen to attend the American Legion Boys State, a government and leadership conference, in Little Rock, Arkansas.
He was elected a senator and given the opportunity to go to Washington, D.C. where he shook hands with President John F. Kennedy. When Bill returned to Arkansas, politics became a pursuit from which he never wavered.

After high school, Clinton went to Georgetown University. While pursuing a Bachelor of Arts degree in International Studies he worked for Democratic Senator William Fulbright of Arkansas, the chairman of the Senate Foreign Relations Committee, who became an outspoken opponent of the Vietnam War. Clinton's own opposition to the war grew as he attended hearings and clipped newspapers.

Like his mentor, Fulbright, Clinton won a Rhodes scholarship to Oxford University. During his two years at Oxford Clinton's opposition to the Vietnam War came into conflict with his political aspirations.
When he received a draft notice in 1969 he enrolled in the Army Reserve Officers Training Corps (ROTC) at the University of Arkansas Law School. He made himself available for the draft but was never called up because he received a high number in the draft lottery held that year.

In the fall of 1970 Clinton entered Yale Law School. While at Yale Clinton met Hillary Rodham, a Wellesley College graduate from suburban Chicago.
Together they worked for George McGovern's presidential campaign in Texas during the summer and fall of 1972. The following year they graduated from law school. Clinton worked briefly in Washington, D.C., as a staff attorney for the House Judiciary Committee but soon moved back to Arkansas.

In 1974, Clinton entered his first political race. He felt that Republican Congressman John Paul Hammerschmidt, a strong supporter of President Nixon, was vulnerable in his reelection bid, and therefore decided to run against him. Clinton lost a surprisingly close race, holding Hammerschmidt to only 52 percent of the vote.

Clinton married Hillary Rodham in 1975. A year later he was elected Arkansas's attorney general. In 1978 Clinton decided to run for governor of Arkansas. He won the election against Republican State Chairman A. Lynn Lowe, receiving 63 percent of the vote to Lowe's 37 percent.

In an attempt to move Arkansas up from the bottom of the indexes of social and economic welfare he made economic growth and educational improvement top priorities of his administration. His administration was also noteworthy in Arkansas history for appointing women and minorities to cabinet-level jobs.
Nevertheless, during his two-year term Clinton angered many voters. In 1980, the same year as daughter Chelsea was born, his reelection chances were damaged further by his handling of the Cuban refugee situation. Thousands of Cubans who had left or been expelled from their country were housed in Arkansas, and Clinton was unable to force the White House to make other states share the problems and costs of the operation. That November he was defeated by Republican Frank White, a political newcomer and businessman.

After this defeat, Clinton began to work for a law firm, but many observers believed that his political career was far from over. In 1982 he made a succesful bid to return to the governor's mansion; a residency he did not give up until he entered the White House in 1993.

On October 3, 1991, Clinton announced that he was a candidate for the presidency. His campaign was nearly sunk by charges of marital infidelity, published in tabloid newspapers, and of unethical conduct in legally avoiding the draft during the Vietnam War.
The nickname "Slick Willie", given to him by an Arkansas journalist, was used by those critical of him. He survived, however, and on June 2, 1992, primary victories in six states gave him the necessary number of convention delegates. Shortly before the party convention in July Clinton chose Tennessee Senator Albert A. Gore, Jr., as his running mate.

The Democratic National Convention was held in New York City in mid-July. As soon as the convention was over Clinton and Gore headed west for a series of campaign bus trips reminiscent of the whistle-stop train trips of decades before. The strategy of identifying with middle-class America and emphasizing concern for jobs and health care paid off.
On Tuesday, November 3, Clinton was elected president, and he took office on January 20, 1993. At the age of 46, he was one of the youngest men ever, and the first Democrat since the 1976 election, to be elected to the nation's highest office.

Clinton entered office with a wide-ranging agenda. He immediately appointed his wife to head a task force to deal with health-care reform to try to make health care available for all. By cutting federal spending, creating millions of new jobs, and reducing the deficit, he wanted to restore economic opportunity and security. And in order to make communities and schools more secure he enacted the Assault Weapons Ban as part of the Crime Bill.

In foreign policy, he failed to get a European consensus for action in the Bosnian civil war. However, he did help Israel and Jordan achieve an historic peace treaty and assisted in the creation of an accord between Israel and the Palestinians. Furthermore, he contributed to the cease-fire in Northern Ireland.

Source: Compton's Interactive Encyclopedia, 1995 Edition.
Text prepared by A.W. Baas and A.A. Wolbink for The American Revolution - an .HTML project.
(10/19/1999 15:36:57 )
© 1996. All rights reserved. Department of Humanities Computing

---------

5 Octobre 2001 : La Cour suprême a décidé de radier Bill Clinton du Barreau américain
La Cour suprême des Etats-Unis a décidé de radier l’ancien Président des Etats-Unis du Barreau américain. Avocat de profession, Bill Clinton peut encore faire appel de cette sanction pendant 40 jours. En avril, la Cour suprême de l’Arkansas lui avait déjà interdit de plaider dans cet Etat. Mais, contrairement à la Cour suprême des Etats-Unis, celle-ci avait pris soin de motiver sa décision par le comportement de l’intéressé au cours de l’affaire Monica Lewinsky. Qu’on se le dise, le mensonge sous serment et l’obstruction à la Justice sont très mal vus outre-Atlantique.
Source: edicom.ch

-------

La justice américaine clôt l'affaire Lewinsky

WASHINGTON. Le procureur indépendant chargé de l'affaire Lewinsky a rendu public, mercredi 6 mars (2002), son rapport final.
Le procureur Ray, qui a succédé à Kenneth Staff après que celui-ci eut décidé, en 1999, de retourner dans le privé, a estimé que le dossier aurait «probablement été suffisant pour obtenir une condamnation" de l'ancien président Bill Clinton sur la base de ses aveux contraints.
Il a rappelé que la justice avait pris des «sanctions alternatives adéquates» contre l'ex-président : suspension, pour cinq ans, de sa licence d'avocat, amendes et versement de 850 000 dollars à Paula Jones, une ancienne employée de l'Arkansas dont la plainte en justice avait, indirectement, conduit au scandale Lewinsky.
Les différentes enquêtes, menées entre aoüt 1994 et mars 2001 au sujet du couple Clinton, ont coüté au total 70 millions de dollars, dont 12 millions pour la seule affaire Lewinsky, a indiqué le bureau du procureur Ray. - (AFP.)

-------

(Juin 2004) Une mémoire à 10 millions de dollars
Evénement éditorial et politique, le livre de Clinton lui assure une bonne retraite. Pendant la campagne de 1992, on le surnommait «Comeback Kid», le gamin qui revient de loin, parce qu'il avait réussi à surmonter son premier scandale sexuel, déclenché par les révélations de Jennifer Flowers sur ses infidélités. Aujourd'hui, Comeback Kid revient, armé de son gros pavé (957 pages), des mémoires simplement titrées [Sa] Vie, pour tenter d'effacer le scandale Monica Lewinsky et rappeler à ses concitoyens combien il était un bon président.

La publication de son livre, demain matin, est un événement tant éditorial que politique. Ce sont les mémoires les plus chers de l'histoire mondiale de l'édition : Clinton a reçu de son éditeur, Alfred Knopf, une avance de 10 millions de dollars, et les préventes auraient déjà couvert entièrement la première impression du livre (1,5 million d'exemplaires). Leur lancement ne manquera pas d'avoir un impact sur la campagne électorale. Déjà éclipsés par quinze jours dominés par la mort de Reagan, les deux candidats risquent maintenant de vivre quinze autres journées dominées par la résurrection de Clinton. Kerry va devoir attendre que le Président quitte la scène pour chercher à exister : ce n'est que lorsqu'il désignera son vice-président et qu'il sera intronisé par la convention démocrate, fin juillet à Boston, qu'il pourra espérer trouver enfin la visibilité médiatique qui lui fait tant défaut.

Clinton devait, lui, donner le coup d'envoi de sa campagne, hier soir, lors de l'émission phare de CBS, 60 Minutes. Selon des extraits fournis par la chaîne, Clinton devait y vanter son bilan, mais aussi soutenir la guerre en Irak tout en en critiquant le timing: «Nous avons fait une erreur en ne laissant pas les Nations unies achever leur travail d'inspection.» L'ancien président enchaînera demain par un tête-à-tête avec la star noire du petit écran, Oprah Winfrey, lors de son show diffusé sur une multitude de chaînes. Puis il sillonnera dix grandes villes américaines pour vendre son livre, égrenant les interviews.

Les médias se passionnent essentiellement pour les quelques pages sur la vie sexuelle du Président («une terrible erreur morale») et son incapacité à neutraliser Ben Laden («ma plus grande déception»). Quatre ans après son départ, Clinton soulève encore autant de passions violentes. La droite américaine est repartie en croisade contre l'affreux «Bubba». Une association, Citizen United, s'apprêtait même à passer une publicité, pendant l'émission 60 Minutes d'hier soir, montrant des images des différents attentats commis sous la présidence Clinton. Slogan conclusif : «Gagner la guerre contre le terrorisme exige un président qui ait la volonté de se battre contre lui»...

Même les critiques semblent perdre leur sang-froid en lisant son livre. Au lieu de se borner à le trouver médiocre, le critique du New York Times (journal plutôt prodémocrate) s'étranglait hier: «Le livre, qui pèse plus de 950 pages, est mal ficelé, complaisant, ennuyeux à mourir et émet le bruit d'un homme qui parlote à n'en plus finir, non pour le lecteur, mais pour lui-même.»
Par Pascal RICHE, lundi 21 juin 2004, p. 2 (Liberation - 06:00)

-------

Les coulisses d'une interview exclusive

Dimanche prochain (27 juin 2004)
LE SECRET avait été bien gardé. D'ailleurs, France 2 ne l'a annoncé qu'hier : l'ancien président des Etats-Unis, Bill Clinton, sera l'invité exceptionnel de Michel Drucker dimanche, à 19 h 20.
L'animateur le savait depuis deux mois mais il avait pour consigne de ne rien dire jusqu'à hier soir minuit. « On m'a même fait signer un contrat pour que je garde le silence », confie-t-il.
A partir d'aujourd'hui, tout est permis puisque le livre de Clinton, « Ma vie »*, est sorti ce matin même en France, à 150 000 exemplaires.
Drucker dit avoir été « agréablement surpris » lorsque Odile Jacob, l'éditrice, l'a contacté en avril. Elle ne l'avait pas choisi par hasard : les maisons d'édition savent que « Vivement dimanche » fait vendre des livres. Elles l'ont constaté lors de la publication des Mémoires de Bernadette Chirac, il y a trois ans. Après la venue de la première dame de France sur le plateau de Drucker, l'ouvrage s'est vendu à plus de 500 000 exemplaires.
Dans les mois qui ont suivi, Philippe Labro, Bernard-Henry Lévy, Sylvie Vartan et l'amiral Philippe de Gaulle n'ont eu qu'à se féliciter d'être venus faire la promotion de leur livre sur France 2.

Dans la suite d'un hôtel

Cette fois, il était acquis dès le début que Bill Clinton ne viendrait pas en France et qu'il faudrait se rendre aux Etats-Unis pour lui parler. L'accord de principe trouvé - Michel Drucker serait le seul en Europe, avec la BBC, à interviewer à la télé l'ancien président -, il restait à trouver une date et un lieu de la rencontre.
Un rendez-vous fut fixé : ce serait le mercredi 16 juin, à 10 h 30, dans la suite d'un hôtel situé à 50 kilomètres de New York. Michel Drucker avait deux atouts : une interview de Hillary Clinton en octobre 2001 et, sans le savoir, un ami commun inattendu avec l'ex-président : Julio Iglesias ! « Julio m'a appelé de votre part », lui a d'ailleurs déclaré d'emblée Bill Clinton, souriant.
L'échange pouvait démarrer sous les meilleurs auspices, avec une pointe d'inquiétude pour l'animateur. Juste avant l'enregistrement, on l'avait prévenu que l'entretien durerait non pas quarante minutes comme prévu mais vingt seulement : insuffisant pour réaliser un « Vivement dimanche prochain » complet...
Finalement, Clinton, à l'aise, a joué les prolongations. Parfois ému, il n'a éludé aucune question, occulté aucun sujet : son enfance, son admiration pour Martin Luther King et John Fitzgerald Kennedy, les relations franco-américaines, et même sa relation avec Monica Lewinsky...

Avant de regagner Paris, Michel Drucker a tenu à se rendre sur le site des attentats de New York. « De tout l'après-midi, nous n'avons cessé de surveiller comme le lait sur le feu le sac qui contenait la cassette de l'interview. »
Toujours anxieux, il craignait un ultime problème avec les douanes, à l'aéroport. Le voici rassuré : la cassette est arrivée à bon port. Et sans doute sera-t-elle très regardée dimanche.
(*) « Ma vie », 1 016 p., Editions Odile Jacob, 25,90 .
leparisien.fr, Stéphane Lepoittevin, Paru le : 23/06/2004

-------

27.07.2010, 14h15 | Mise à jour : 28.07.2010, 11h39 leparisien.fr Les Clinton marient leur fille Chelsea dans la plus grande discrétion

Samedi aura lieu aux Etats-Unis, l'un des événements les plus mondains de l'année : Chelsea Clinton, 30 ans, fille unique de Bill et Hillary Clinton,se marie samedi avec son fiancé de longue date, Marc Mezvinsky, 32 ans.

Alors que la fille de l'ancien président des Etats-Unis et de l'actuelle chef de la diplomatie américaine prépare un mariage en grandes pompes avec ce banquier d'investissement qu'elle connaît depuis l'adolescence, elle a souhaité resté très disrète sur les détails de la cérémonie. Une discrétion qui nourrit toutes les spéculations de la presse.

La discrétion est de mise

Hillary Clinton, elle-même, a affirmé avoir reçu «des ordres stricts» pour garder le secret. Le lieu du mariage, dit-on, pourrait être le luxueux domaine d'Astor Courts, inspiré du château de Versailles et situé à Rhinebeck, une petite ville du nord de l'Etat de New York. La robe est elle aussi un mystère, même si les observateurs penchent pour une création soit d'Oscar de la Renta, soit de Vera Wang.
Le déroulement religieux de la cérémonie intrigue aussi, le futur marié étant juif, tandis que sa fiancée est chrétienne baptiste.

Mais l'énigme qui passionne le plus la presse est la liste des invités. Amis, relations, alliés politiques et donateurs de campagne, la famille Clinton dispose d'un des réseaux les plus étendus du pays, voire de la planète. Le nombre d'invités devrait tourner autour de 400. Il semble aussi que le président Barack Obama, un temps annoncé, n'assistera finalement pas au mariage.

Le New York Times citait ainsi ce week-end des «proches» se plaignant d'avoir été oubliés. «Je suis assez bien pour qu'on m'emprunte mon avion, mais pas assez pour être invité au mariage», se lamentait l'un d'eux. Cette course fiévreuse à l'invitation contraste nettement avec la sobriété des futurs époux.

Les familles des mariés ont toutes deux été frappées par le scandale

A l'inverse de ses parents, Chelsea n'a jamais manifesté d'attirance pour les feux de la rampe, ni pour les mandats électoraux, et encore moins pour le statut de célébrité. Marc Mezvinsky, lui, fils d'un ancien élu démocrate qui a passé cinq ans en prison pour fraude, est à peu connu du public. Une expérience pénible, mais qui ne peut toutefois être comparée à l'énormité du scandale Monica Lewinsky.Cette affaire d'adultère avec une stagiaire de la Maison Blanche avait manqué de faire sombrer la présidence de Bill Clinton en 1998. Le parallèle n'en suscite pas moins des commentaires à longueur de colonnes sur les destins croisés de ces deux enfants de responsables politiques, ayant chacun vu l'opprobre s'abattre sur sa famille.

Le Washington Post a tiré le signal d'alarme le week-end dernier, en réclamant qu'on laisse Chelsea et Mark profiter de la discrétion qu'ils ont conquise avec tant d'efforts. La chasse aux scoops autour du mariage «commence à ressembler à de la fouille de poubelles», s'agace le quotidien: «N'avons-nous aucune honte ? Non, apparemment aucune».

--------

Le mariage très people de Chelsea Clinton ALIX BOUILHAGUET | 30.07.2010, 07h00 leparisien.fr

C’est incontestablement le mariage politico-people de l’année aux Etats-Unis. Chelsea Clinton, la fille unique de Bill et Hillary Clinton, âgée de 30 ans, épousera samedi son ami d’enfance, Marc Mezvinsky, 32 ans, un brillant banquier de Goldman Sachs. Selon le « New York Daily News », le budget de la noce est estimé à 5 millions de dollars. Et des personnalités prestigieuses comptent parmi les invités.

En présence de Steven Spielberg

Quatre cents personnes, le gratin politique et médiatique : Oprah Winfrey, la reine du talk-show à l’américaine, la chanteuse Barbra Streisand, le réalisateur Steven Spielberg, l’ancien Premier ministre britannique John Major ou encore le magnat des médias Ted Turner. Un absent de marque : Barack Obama, qui n’a pas été invité « pour de bonnes raisons », a indiqué le président des Etats-Unis. Il a reconnu que sa présence aurait nécessité un dispositif sécuritaire très contraignant. Le moindre détail de la cérémonie a beau avoir été classé secret d’Etat par Hillary Clinton, ces réjouissances font pourtant les gros titres de la presse américaine.

« Les présidents sont comme une famille royale, analyse Millie Martini Bratten, rédactrice en chef du journal spécialisé dans les mariages Brides Magazine . Et ils en connaissent beaucoup sur cette famille. Peut-être plus qu’ils ne le devraient. » Pour préserver la confidentialité, les cartons d’invitation ont été envoyés à la dernière minute. C’était sans compter la perspicacité des reporters. La fête doit se dérouler dans la luxueuse propriété d’Astor Court, la copie américaine du Grand Trianon de Versailles, située à Rhinebeck, à 140 km au nord de New York. Des tentes avec air conditionné, parsemées de lys et d’orchidées, ont été dressées dans le parc. Le « metteur en scène » de ce mariage est une star : Bryan Rafanelli, le grand ordonnateur des bals inauguraux de la présidence Obama. En revanche, rien sur la robe de Chelsea. Portera-t-elle du Oscar de la Renta ou du Vera Wang ? Les paris sont lancés. Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat américaine, a dû également faire preuve de diplomatie pour dresser les plans de table. Le père du futur époux, Ed Mezvinsky, bien qu’ancien élu démocrate au Congrès, a effectué une peine de cinq ans de prison pour fraude. Il est sorti en 2008. Dans l’euphorie de la célébration, et poussé par sa fille, Bill Clinton s’est engagé à perdre 7 kg. « Je vais essayer de ne pas pleurer », a-t-il également promis. Enfin, comme on n’est jamais mieux trahi que par les siens, les invités devront laisser leurs portables à l’entrée. La zone sera interdite de survol. Pour les paparazzis, à n’en point douter, le pire casse-tête de l’année commence samedi. Le Parisien

-------

Retour Première page

Clinton