191 note 1 sur "général de brigade à titre temporaire"

Le colonel d'infanterie breveté Charles De Gaulle est nommé, avec six autres colonels, général de brigade à titre temporaire fin mai 1940.
Cette promotion est annulée le 22 juin et le colonel De Gaulle est mis à la retraite d'office et traduit en cour martial pour désertion, refus de regagner son poste, appel séditieux fait à partir d'un territoire étranger aux officiers et soldats français (appel du 18 juin à la radio de Londres et les jours suivants).
Le colonel De Gaulle est condamné à mort par contumace par le Tribunal militaire de Clermont-Ferrand le 2 août 1940.

Egalement séditieux les généraux Raoul Salan, Maurice Challe, André Zeller, Edmond Jouhaud, auteurs du putsch dit des généraux, du 23 avril à fin mai 1961, et dirigeants de l'OAS, l'organisation de l'armée secrète, qui entend maintenir par la force l'Algérie française, seront condamnés à mort (Jouhaud, gracié) ou à la détention criminelle à perpétuité (Salan) par les tribunaux spéciaux du général De Gaulle.

Selon le philosophe grec Aristote (384-322) une personnalité exceptionnelle, dans des circonstances exceptionnelles, peut ne pas respecter la loi, dans l'intérêt général de la Cité : "Un être de cette espèce devrait être regardé comme un dieu parmi les hommes ... Il n'y a point de loi qui lui convienne ; il est à lui seul sa propre loi." (in Politique).
Ce point de vue n'est pas un point de vue de juriste positivement pur (sur la théorie du droit pur, voir Hans Kelsen).

Retour Première page